Sauter la navigation.
Accueil
Site dédié à la fin de l'âge du pétrole

De la rhétorique de l'AIE

user warning: Unknown column 'u.signature_format' in 'field list' query: SELECT c.cid as cid, c.pid, c.nid, c.subject, c.comment, c.format, c.timestamp, c.name, c.mail, c.homepage, u.uid, u.name AS registered_name, u.signature, u.signature_format, u.picture, u.data, c.thread, c.status FROM comments c INNER JOIN users u ON c.uid = u.uid WHERE c.nid = 48 AND c.status = 0 ORDER BY c.thread DESC LIMIT 0, 50 in /var/www/modules/comment/comment.module on line 991.
L'Agence Internationale de l'Energie (AIE) a commencé son battage médiatique préparatoire à la publication de son fameux World Energy Outlook (WEO - prononcer oui-ho).



La grande nouveauté de cette année, c'est que l'AIE a enfin cherché à se renseigner sur la capacité géologique de l'offre à suivre la demande, plutôt que de se contenter d'un simple chiffrage des investissements à réaliser.

L'Agence reste malheureusement assez discrète sur la méthode qu'elle a utilisée pour recueillir ces informations, ses moyens propres en termes d'investigations géologiques étant limités, pour ne pas dire nuls. Sans doute a-t-elle procédé par la classique méthode Delphi : on rencontre plein d'experts, on en tire une première synthèse qu'on leur envoie, ils renvoient leurs corrections, on leur envoie une deuxième synthèse et ainsi de suite jusqu'à ce que le document se stabilise.


Le résultat prévisible de ce genre d'approche est d'obtenir un consensus mou et anonyme sur ce que les experts ont envie de dire, ou plutôt ce que l'animateur de la méthode a envie d'entendre. Et que veut entendre l'Agence pour mieux le crier sur les toits ?

Elle remarque qu'en l'absence d'investissements pour augmenter leur rendement, les champs pétroliers matures connaissent une baisse de production de 9% par an. Ce recul pourrait même s'accélérer à 10,5% par an d'ici à 2030.

Ces chiffres effrayants - 10% de baisse annuelle - ne sont bien entendu pas lâchés par hasard : il s'agit de faire pression médiatico-diplomatique sur l'OPEP pour qu'elle reconstruise de la surcapacité, notamment auprès de membres comme le Vénézuela qui veulent l'argent du pétrole sans les investissements qui vont avec. Rassurons nos lecteurs : les seuls champs à chuter d'autant, ce sont les champs de pétrole non conventionnel, essentiellement l'offshore, qui représentent encore une faible fraction de l'offre mondiale. Les champs terrestres font l'objet de nouveaux forages constants qui correspondent évidemment à des "investissements pour augmenter le rendement".

De toute façon, un pétrolier arrête d'investir dans un champ quand il sait qu'il n'arrivera pas à vendre son pétrole au-dessus du coût d'extraction. Ce mécanisme de régulation empêche la création de surcapacités trop importantes, surcapacités indispensables si on veut continuer à bénéficier d'un pétrole bon marché.

Pour amadouer l'OPEP et la persuader de relancer, bien au-delà des besoins réels, les investissements dans le pétrole non conventionnel, l'Agence lui promet ainsi un baril "à 100 dollars en moyenne" sur la période 2008-2015 et relativise la baisse continue du baril :

"une aggravation de la crise financière actuelle minerait probablement l'activité économique et par conséquent la demande, ce qui augmenterait la pression à la baisse sur les prix", souligne ainsi le rapport. Mais si ces "déséquilibres temporaires pourraient faire baisser le prix du pétrole, il est de plus en plus clair que l'ère du pétrole bon marché est révolue".

Le caractère pseudo-scientifique de l'exercice apparaît dans les conclusions : l'AIE nous prédit un baril à $200 en 2030, sans prendre la peine de nous donner la moindre marge d'erreur, alors que nous estimons que cette dernière, rien qu'à l'horizon 2009, est très importante (cf. nos propres prévisions ci-dessous).


Nous allons bien évidemment attendre de lire ce WEO, qui sera publié en grande pompe le 12 novembre prochain, pour le critiquer plus avant. Une chose est toutefois sûre : compte tenu des délais d'impression, il est fort probable que les dernières projections du FMI datées d'hier :

Les grands pays industrialisés subiront, en 2009, un repli de leur produit intérieur brut sur l'ensemble de l'année, selon les nouvelles projections du Fonds monétaire international, publiées hier. Du jamais-vu depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

n'ont pas été injectées dans les modèles de prévision de croissance de la demande énergétique.

De toute façon, nous vivons en ce moment une période chaotique et donc particulièrement imprévisible.

Le seul bon conseil du jour, c'est Carpe Diem !