EDF

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : EDF

Re: EDF

par energy_isere » 02 avr. 2020, 20:42

EDF renonce au paiement d'un dividende en 2019

REUTERS•02/04/2020

EDF a annoncé jeudi qu'il ne proposerait pas le paiement d'un dividende au titre de l'exercice 2019, hormis un acompte de 0,15 euro par action déjà versé en décembre dernier, en raison de la crise du coronavirus.

"Le conseil d'administration a décidé de ne pas proposer de paiement de dividende au titre de l'exercice clos au 31 décembre 2019 autre que l'acompte sur dividende 2019 d'un montant de 0,15 euros qui a été mis en paiement le 17 décembre 2019. Il sera également proposé de ne pas appliquer de majoration au titre de l'acompte sur dividende 2019", précise EDF dans un communiqué.

L'Etat, qui détient 83,7% du capital de l'électricien public, avait déjà décidé de se faire verser le solde du dividende 2018 et les dividendes de 2019 et 2020 en actions nouvelles.

L'assemblée générale du groupe aura lieu le 7 mai prochain à huis clos, hors la présence physique des actionnaires et de leurs mandataires.
https://www.boursorama.com/bourse/actua ... 9822932d8c

Re: EDF

par energy_isere » 28 mars 2020, 16:36

Coronavirus : la production d’électricité s’organise pour tenir le coup

Indispensable pour une foule d’activités essentielles, la production d’électricité s’organise pour faire face à la pandémie de Covid-19, même en cas de dégradation de la situation.

Par SudOuest.fr avec AFP Publié le 28/03/2020

Avec les mesures de confinement et le ralentissement de l’activité, la consommation électrique est actuellement en recul de 15% par rapport à la normale, selon le gestionnaire du réseau RTE. "Mais même s’il y a une baisse significative de la consommation, il est essentiel de maintenir un certain niveau de production d’électricité", observe Florent Nguyen, du cabinet Oresys.

"Aujourd’hui, l’ensemble des moyens de production normalement disponibles le sont", souligne-t-il. L’électricité, indispensable pour nombre d’activités (à commencer par les hôpitaux) est considérée comme d’importance vitale par le gouvernement. Avec une difficulté : contrairement au gaz ou au pétrole, elle ne se stocke pas et doit être produite en temps réel.

EDF s’organise ainsi pour que ses centrales nucléaires – qui fournissent plus de 70% de l’électricité en France – fonctionnent malgré la progression du virus. "Aujourd’hui, même dans nos plans les plus pessimistes, nous pensons être en mesure à tout instant de produire suffisamment d’électricité pour tous les Français", soulignait récemment Jean-Bernard Lévy, le PDG d’EDF, sur Europe 1.

Solutions "ultimes"

Le groupe, qui avait mis en place au début des années 2000 un "plan pandémie", estime pouvoir faire fonctionner ses installations même avec 40% d’absentéisme pendant 2 à 3 semaines et avec 25% d’effectifs en moins pendant 12 semaines.

"On a mis des équipes au vert", explique-t-on chez EDF. Si une équipe de quart devait être contaminée, une équipe de réserve sans aucun contact avec la précédente prendrait ainsi la relève. En dernier ressort, EDF peut recourir à sa Force d’action rapide du nucléaire (FARN), une unité d’intervention d’urgence créée après la catastrophe de Fukushima (2011) et capable de prendre le contrôle de n’importe quel réacteur. Il s’agirait toutefois d’une solution "ultime", précise EDF.

En attendant, avec des cas de coronavirus détectés dans plusieurs centrales nucléaires, des mesures ont été prises pour limiter les risques de nouvelles contaminations. "Tous ceux qui peuvent être en télétravail le sont", explique le groupe. Les effectifs sont réduits au minimum sur les sites de production nucléaires, hydrauliques et thermiques.

Dans les centrales nucléaires, des mesures ont été prises : suppression des navettes internes, nettoyages plus fréquents, sanctuarisation de la salle de commande où se relaient les équipes qui pilotent le réacteur… À Flamanville (Manche), où les deux réacteurs sont actuellement arrêtés, EDF est même allé plus loin en raison de plusieurs cas potentiels de nouveau coronavirus et n’admet sur le site qu’une centaine de personnes contre environ 800 habituellement.

"Droit d’alerte"

Les mesures prises ne suffisent toutefois pas entièrement à rassurer les salariés. "Évidemment qu’il y a une psychose", relève Thierry Raymond, délégué syndical central CGT d’EDF. L’inquiétude s’est dernièrement focalisée sur les portiques de détection de la radioactivité, par lesquels tous les travailleurs doivent passer en sortant d’une zone nucléaire. Certains craignaient de pouvoir attraper le virus dans ces cabines exiguës.

"Il y a eu des droits d’alerte émis par des salariés par rapport à ces portiques de contrôle", mais "une procédure a été mise en œuvre par la direction qui impose un nettoyage plus fréquent et le port de gants au lieu d’avoir les mains nues dans le matériel", indique Thierry Raymond.

Avec le confinement, EDF a par ailleurs annoncé une "remise à plat" de son programme d’arrêt de tranches, destiné normalement à assurer la maintenance des réacteurs pour qu’ils puissent fonctionner à plein pendant l’hiver suivant, lorsque la consommation est au plus haut.

"Même si le système démontre actuellement sa robustesse et sa résilience face à une pandémie de cette nature, de la durée de la crise dépendra probablement la capacité à assurer l’équilibre offre/demande durant les pics de consommation du prochain hiver", observe Florent Nguyen, du cabinet Oresys.
https://www.sudouest.fr/2020/03/28/coro ... -10861.php

Re: EDF

par energy_isere » 14 févr. 2020, 08:12

EDF: le bénéfice net 2019 gonflé par des éléments financiers

AFP parue le 14 févr. 2020

EDF a vu son bénéfice net multiplié par plus de quatre en 2019, gonflé comptablement par des résultats financiers liés à la bonne performance des marchés financiers, a annoncé vendredi l'électricien.

Le bénéfice net a ainsi atteint 5,2 milliards d'euros, contre 1,2 milliard un an auparavant, a-t-il indiqué dans un communiqué.

Le groupe a en effet bénéficié de la variation positive de juste valeur de ses actifs dédiés, qui sont destinés à couvrir les frais de démantèlement nucléaire et de gestion des déchets.

Sur un plan plus opérationnel, son excédent brut d'exploitation (Ebitda) a progressé pour sa part de 12% à 16,7 milliards d'euros, dans le haut des prévisions du groupe et au-dessus des attentes des analystes, tiré par de bonnes conditions de prix et l'activité renouvelables.

Cela en dépit du recul de la production nucléaire en France et au Royaume-Uni, ainsi qu'une chute de la production hydraulique française.

"Nos performances en 2019 confortent et prolongent le rebond enregistré en 2018: en effet tous nos objectifs financiers sont atteints, nous sommes un groupe profitable", a salué le PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy, lors d'une conférence téléphonique.

L'endettement financier net a pour sa part bondi de 33,4 milliards fin 2018 à 41,1 milliards fin 2019, sous l'effet de l'application de normes comptables mais aussi des investissements dans le nucléaire au Royaume-Uni et pour le déploiement des compteurs communicants Linky.

Pour 2020, EDF table sur un Ebitda en progression, dans une fourchette de 17,5 à 18 milliards d'euros.

La production nucléaire en France est attendue dans une fourchette de 375 à 390 TWh, ce qui peut correspondre aussi bien à un léger recul ou une progression par rapport aux 379,5 TWh réalisés en 2019.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ers-200214

Re: EDF

par energy_isere » 13 févr. 2020, 23:12

EDF annonce son investissement "le plus important" dans la mobilité électrique

AFP parue le 13 févr. 2020

EDF a réalisé son "investissement le plus important" sur le marché de la mobilité électrique en acquérant "indirectement" l'entreprise britannique Pod Point, spécialisée dans la recharge de véhicules électriques au Royaume-Uni, selon un communiqué jeudi.

"La recharge de la voiture électrique peut encore constituer un frein à la mobilité électrique. L'acquisition de Pod Point va permettre au groupe EDF d'accompagner efficacement ses clients et ses partenaires européens dans ce nouvel usage de l'électricité", a expliqué le directeur exécutif Marc Benayoun, cité dans le communiqué.

Cette acquisition est réalisée par une coentreprise créée avec la partie investissement du groupe de services financiers Legal&General, dont l'objectif est de réinvestir de nouveaux capitaux "dans des secteurs clés innovants et en développement".

La coentreprise, détenue à hauteur de 77% par EDF et 23% par Legal&General, détient 100% du capital de Pod Point, selon EDF.

Pod Point est un fournisseur d'infrastructures de recharge pour véhicules électriques, qui en a déployé plus de 62.000 au Royaume-Uni et 6.600 en Norvège. Il a été créé en 2009.

"Cette acquisition s'inscrit parfaitement dans le Plan mobilité électrique", a réagi Yannick Duport, directeur mobilité électrique d'EDF. "Il répond à notre ambition d'être l'énergéticien leader dans ce domaine en Europe".

EDF avait annoncé en novembre dernier acquérir, via sa filiale énergies renouvelables, la start-up britannique Pivot Power, spécialisée dans le stockage de l'électricité par batteries et l'infrastructure de recharge pour véhicules électriques.

Dans les deux cas, les conditions financières du rachat n'ont pas été dévoilées
https://www.connaissancedesenergies.org ... que-200213

Re: EDF

par energy_isere » 13 déc. 2019, 09:09

En 2020, EDF veut accélérer sur le solaire

Par Jérôme Marin | 12/12/2019

L'énergéticien français veut capter 30% du marché français d'ici à 2035. Pour atteindre son objectif, il va devoir multiplier les projets.
Deux ans après, l'heure est à l'accélération pour EDF. En 2020, l'énergéticien français souhaite en effet passer au déploiement opérationnel du Plan solaire annoncé fin 2017. Son objectif est très ambitieux: développer 10 GW d'installations photovoltaïques en France d'ici à 2028. Puis 30 GW en 2035, ce qui lui permettrait alors de capter 30% du marché français.


"Depuis deux ans, nous avons travaillé pour préparer le lancement du plan solaire, souligne Nicolas Couderc, directeur France de la filiale EDF Renouvelables. La prochaine étape, c'est de passer à la phase opérationnelle."
Très présent dans l'éolien dans l'hexagone, EDF l'est beaucoup moins dans le solaire. Ses centrales photovoltaïques, essentiellement construites au début des années 2010, ne représentent qu'une capacité d'environ 330 MW. Le groupe part donc quasiment de zéro. Il va donc devoir rapidement atteindre son rythme de croisière pour atteindre ses objectifs. La mise en service des nouvelles centrales sera progressive - il faut en effet entre quatre et six ans pour mener un projet à son terme. "Avec le plan solaire, nous changeons d'échelle", promet cependant Bruno Bensasson, Pdg d'EDF Renouvelables.

2.000 hectares sécurisés

Pour preuve, l'entreprise assure avoir multiplié par sept, au cours deux dernières années, les surfaces foncières "sécurisées" pour poser des panneaux solaires Celles-ci s'élèvent désormais à 2.000 hectares, soit une capacité d'environ 2 GW. Un quart de ce potentiel d'installations a déjà obtenu un permis de construire. Cela représente 500 MW, cinq fois plus qu'en 2017. Et le nombre d'appels d'offres remportés auprès de la Commission de régulation de l'énergie a été multiplié par six en deux ans.

L'offensive d'EDF dans le solaire en France intervient à un moment "où la programmation pluriannuelle de l'énergie montre une forte accélération sur les renouvelables", indique Bruno Bensasson. Elle s'inscrit aussi dans une volonté d'un double rééquilibrage de l'activité d'EDF Renouvelables. D'une part, de l'éolien vers le photovoltaïque, qui doit représenter 60% des nouvelles capacités installées dans le monde d'ici à 2030. D'autre part, des États-Unis vers l'Europe et les pays émergents.

Baisse des coûts

En outre, la mise en marche du plan solaire d'EDF coïncide avec un contexte de forte réduction des coûts du photovoltaïque, "principalement en raison des progrès technologiques", note Bruno Bensasson. En France, les coûts peuvent cependant être plus élevés qu'ailleurs car la taille des centrales est limitée - 13 hectares en moyenne chez EDF -, ce qui ne permet pas de réaliser d'importantes économies d'échelles. Une question "d'acceptabilité", selon le patron d'EDF Renouvelables. En octobre, un projet d'une vaste centrale avait ainsi été abandonné dans le Larzac.

"Il y a peu de terrains en France qui permettent d'accueillir de grandes centrales", ajoute Nicolas Couderc. La programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) privilégie en effet les installations sur des terrains dit "dégradés", comme d'anciennes mines ou des friches industrielles. "Des terrains que nous aurions peut-être pas regardés", reconnaît le responsable d'EDF Renouvelables. Le recours à ce gisement présente cependant un avantage: il est facile à "sécuriser". À terme, EDF devra trouver d'autres sources de foncier, soumise à des contraintes environnementales plus importantes. Un autre défi à relever.
https://www.latribune.fr/entreprises-fi ... 34977.html

Re: EDF

par energy_isere » 09 déc. 2019, 20:50

EDF passe la barre des 2 GW de capacités éoliennes et solaires installées en France

AFP parue le 09 déc. 2019

EDF a annoncé lundi avoir franchi la barre symbolique des 2 gigawatts (GW) de capacités éoliennes et solaires installées en France, au moment où le géant de l'électricité souhaite se renforcer dans les renouvelables sur son marché national.

EDF a "dépassé en cette fin d'année 2019 les deux gigawatts, soit 2 000 mégawatts bruts de capacités éoliennes et solaires installées en France", a indiqué Nicolas Couderc, directeur France d'EDF Renouvelables. "Cela couvre la consommation résidentielle d'un million d'habitants", a-t-il souligné lors d'une rencontre avec des journalistes.

Ces capacités sont pour l'essentiel aujourd'hui dans l'éolien terrestre (1 664 MW). Mais EDF a sécurisé 2 000 hectares de surfaces foncières pour développer des centrales solaires au sol ces prochaines années. L'électricien pense ainsi développer en France 1 GW de photovoltaïque en moyenne par an entre 2020 et 2028 pour atteindre 10 GW de capacités en 2028 et 30 GW en 2035.

Pour l'instant, la grande majorité des capacités d'EDF en France sont dans le nucléaire et, dans une moindre mesure, dans l'hydraulique. Le groupe est numéro 2 dans l'éolien et le solaire en France, derrière Engie. EDF s'était à l'origine surtout développé à l'étranger dans ces domaines. "On a envie d'accélérer en France à un moment où le coût des technologies a beaucoup chuté, où la PPE (programmation pluriannuelle de l'énergie) montre une forte accélération sur les renouvelables", a indiqué Bruno Bensasson, directeur en charge en charge du pôle Energies renouvelables d'EDF.

La PPE, feuille de route énergétique de la France pour les dix prochaines années, prévoit une diversification des sources d'électricité avec un fort développement des renouvelables. Rappelons que les capacités doivent être ramenées aux facteurs de charge associés pour connaître in fine la production en découlant.

La France a produit l'an dernier 71,7% de son électricité à partir de nucléaire, 12,4% à partir d'hydraulique et 7,2% à partir des centrales thermiques. L'éolien et le solaire ont représenté respectivement 5,1% et 1,9% de la production.
https://www.connaissancedesenergies.org ... nce-191209

Re: EDF

par energy_isere » 05 déc. 2019, 20:16

EDF: plus d'un salarié sur deux en grève, selon la CGT

AFP•05/12/2019

La grève contre la réforme des retraites a été suivie par "50 à 60% des salariés d'EDF", selon la CGT, tandis que la direction faisait état de 41,4% de l'effectif total d'EDF SA en grève pour la journée.

A Enedis, 60,37% des salariés présents, et 52,5% de l'effectif total étaient en grève, a indiqué la direction.

Selon Laurent Heredia, secrétaire fédéral de la CGT Energie, la mobilisation a été "au-delà de celle du 19 septembre dernier contre le projet Hercule de scission d'EDF". Il a contesté les chiffres donnés en fin de journée par la direction, calculés sur l'ensemble de l'effectif (y compris les arrêts maladie et congés) et non sur l'effectif présent.

"Plus de 60% des agents du nucléaire et du thermique ont fait grève", a-t-il assuré. Dans certaines centrales, comme Saint-Alban dans l'Isère, il y avait même 80% de grévistes, assure la CGT.

Le 19 septembre, un salarié sur deux selon les syndicats, et un sur trois selon la direction, avait arrêté le travail pour protester contre le projet de scission du groupe, repoussé depuis dans le temps.

Trois des quatre syndicats représentatifs au sein d'EDF - CGT, FO et l'alliance CFE-CGC-Unsa - avaient appelé à la grève ce 5 décembre contre la réforme des retraites, la CGT prévoyant aussi des coupures d'énergie, notamment de bâtiments publics non essentiels.

Les 140.000 électriciens et gaziers (IEG) ont leur propre régime de retraite, qui couvre les entreprises de l'EDF "historique" (EDF, Enedis, Engie, RTE, GRDF, etc.), ainsi qu'une myriade de petites régies, soit 158 entreprises.

Les électriciens et gaziers peuvent partir jusqu'à cinq ans plus tôt s'ils sont en "service actif" et leur pension est calculée sur les six derniers mois, et non l'ensemble de la carrière comme le prévoit le projet de réforme.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... a150d997fd

Re: EDF

par energy_isere » 20 nov. 2019, 20:52

EDF va céder sa participation dans l'américain CENG

PUBLIÉ LE 20/11/2019 PARIS (Reuters)

EDF a annoncé mercredi qu'il allait se désengager de l'opérateur nucléaire américain CENG, dont il détenait 49,99% du capital, le reste appartenant au groupe américain Exelon.

"En vertu des accords passés avec Exelon en 2014, EDF a notifié ce jour à Exelon l’exercice de l’option de vente de sa participation de 49,99% des actions CENG", déclare l'électricien français dans un communiqué.

"Le prix de cession des titres CENG résultera de la détermination de leur juste valeur en application des stipulations contractuelles relatives à l’option de vente", précise le communiqué.

"La cession des titres CENG s'inscrit au programme de cessions d’actifs non stratégiques annoncé par le groupe", ajoute EDF.

Cette option de vente était exerçable entre le 1er janvier 2016 et le 30 juin juin 2022.

CENG possède cinq réacteurs nucléaires, répartis sur trois sites dans les Etats de New York et du Maryland pour une capacité totale de 4.041 MW.
https://www.usinenouvelle.com/article/e ... ng.N905549

Re: EDF

par energy_isere » 17 oct. 2019, 23:42

La deuxième journée nationale de grève à EDF suivie par plus d'un salarié sur quatre

AFP parue le 17 oct. 2019

La deuxième journée nationale de mobilisation à EDF contre le projet de réorganisation "Hercule" a été suivie par 30% des salariés, selon la direction, alors même que le projet a été repoussé dans le temps.

L'intersyndicale a salué jeudi une "mobilisation au rendez-vous". "Nous vivons la confirmation d'un mouvement désormais ancré (...) avec de nombreux collectifs de travail en grève à 100%, un taux supérieur à 30% pour EDF SA, plus de 20 000 signatures de pétitions recensées sur toutes les générations de salariés" indique un communiqué jeudi après-midi.

L'ensemble des syndicats d'EDF avait appelé à la grève, pour "maintenir la pression" selon Philippe Page Le Merour de la CGT, alors que le PDG de l'entreprise a annoncé au début du mois qu'il reportait l'échéance pour le projet de réorganisation demandé par le gouvernement, du fait du retard pris dans l'installation de la nouvelle Commission européenne.

Le projet de réorganisation "Hercule", présenté en juin dans ses grandes lignes, prévoit d'un côté un "EDF bleu" renationalisé comprenant le nucléaire, les barrages et le transport de l'électricité, et de l'autre un "EDF vert" avec Enedis (distribution), EDF Renouvelables, et la direction du commerce notamment, qui serait introduit en Bourse à hauteur de 35%.

Ce projet nécessite des discussions avec Bruxelles sur la régulation du nucléaire, qui ont pris du retard du fait de l'installation de la nouvelle Commission.

Après la grève très suivie du 19 septembre (un salarié sur deux en grève selon les syndicats, un sur trois selon la direction), les syndicats s'attendaient à une moindre mobilisation alors que l'échéance de la réorganisation est repoussée dans le temps.

Les syndicats avaient aussi appelé à des "baisses de production" qui ont selon eux soustrait "presque 7 000 mégawatts" à la capacité de production du jour. Selon la direction, la baisse de charge était de 4 610 MW à 15h.

EDF est aujourd'hui propriété de l'État à hauteur de 83,5%. L'intersyndicale d'EDF s'élève contre toute "désintégration-privatisation" du groupe et affirme son "profond attachement à un modèle intégré qui a fait ses preuves depuis plus de 70 ans".

Après avoir rencontré la ministre de la Transition écologique et solidaire Elisabeth Borne le 3 octobre, les syndicats avaient demandé rendez-vous "directement à l'échelon commanditaire d'Hercule : la présidence de la République". Ils seront reçus par Emmanuel Macron le 28 octobre, selon l'intersyndicale.

CGT, CFE-CGC, CFDT et FO se réuniront mardi "pour préparer, dans l'unité, la rencontre à l'Élysée à laquelle elle se rendra en portant toute la puissance de la mobilisation déterminée des salariés à exiger le retrait d'Hercule".
https://www.connaissancedesenergies.org ... tre-191017

Re: EDF

par energy_isere » 11 oct. 2019, 01:17

EDF : Standard & Poor's abaisse la perspective d'EDF à "négative"

DOWJONES | LE 10/10 2019

Standard & Poor's a abaissé jeudi sa perspective de la note d'EDF à "négative". La révision de la perspective d'EDF "reflète les risques opérationnels accrus liés à la mauvaise gestion des nouveaux projets nucléaires complexes et à la réduction potentielle de la marge de manœuvre financière si d'autres risques se matérialisent", a expliqué l'agence de notation. A ce stade, la note "A-/A-2" assignée au groupe demeure toutefois inchangée. EDF a annoncé mercredi des dépassements de coûts de 1,9 à 2,9 milliards de livres sterling sur la nouvelle centrale nucléaire à Hinkley Point au Royaume-Uni, pour un budget global qui devrait dorénavant s'établir entre 21,5 et 22,5 milliards de livres sterling. A ce montant s'ajoute 1,5 milliard d'euros de coûts supplémentaires pour l'EPR de Flamanville en France, dont la livraison a été repoussée de 3 ans suite à la décision de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) d'exiger des réparations sur huit soudures défectueuses. Le budget total du chantier s'établit désormais à 12,4 milliards d'euros.
https://m.investir.lesechos.fr/actualit ... 76032.html

Re: EDF

par energy_isere » 01 août 2019, 12:51

EDF visé par une amende record pour retards de paiement

REUTERS•01/08/2019

EDF s'est vu infliger une amende record de 1,8 million d'euros pour des manquements "graves" aux règles relatives aux délais de paiement de ses fournisseurs, a officialisé jeudi le ministère de l'Economie et des Finances.

Il s'agit de la sanction la plus élevée jamais prononcée par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), pour un tel motif.

La lourdeur de la sanction s'explique par le montant des sommes en jeu.

L'électricien français, qui a l'Etat pour principal actionnaire, est sanctionné pour des retards constatés entre mars et août 2017 sur un total de 13.000 factures, soit plus de 10% des factures réglées par la société, précise Bercy.

"Cela représente un montant supérieur à 38 millions d'euros de rétention de trésorerie, qui a fait défaut à près de 3.500 fournisseurs d'EDF", ajoute le ministère dans un communiqué.

EDF a dit prendre acte de la décision de la DGCCRF.

"EDF va continuer de renforcer ses procédures internes ainsi que la communication auprès de ses fournisseurs afin que les démarches permettant le règlement des factures dans les délais soient comprises et bien suivies", ajoute le groupe, soulignant que 90% de ses factures sont réglées dans les délais légaux.
........
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 2c1ea5b5b2

Re: EDF

par energy_isere » 26 juil. 2019, 10:00

EDF confirme ses objectifs, bénéfice net 1S en hausse sur des éléments financiers

AFP parue le 26 juill. 2019

EDF a annoncé vendredi un bénéfice net en hausse de 44,7% à 2,5 milliards d'euros au 1er semestre, porté par la valorisation de son portefeuille d'actifs dédiés pour couvrir les frais de démantèlement et de gestion des déchets.

Hors ces éléments financiers, le résultat net courant s'inscrit en baisse de 19,4% à 1,4 milliard d'euros, avec une chute de la production hydraulique ainsi qu'un recul du nucléaire britannique, précise EDF en confirmant ses résultats annuels.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ers-190726

Re: EDF

par energy_isere » 06 juil. 2019, 11:59

EDF TIRE UN TRAIT SUR LE PÉTROLE ET LE GAZ

04/07/2019

EDF abandonne le pétrole et le gaz. Sa filiale italienne Edison a cédé l'intégralité de son pôle pétrolier et gazier pour un prix décevant.

EDF perd du terrain à la Bourse de Paris, dans le sillage de sa filiale italienne Edison. Cette dernière a annoncé la cession de l'intégralité de son pôle pétrolier et gazier au groupe grec Energean pour 850 millions de dollars. Ce prix ressort nettement inférieur aux attentes du marché. En avril dernier, des sources proches du dossier évoquaient une valorisation comprise entre deux et trois milliards de dollars. Cette opération permettra à Energean de développer ses activités en Méditerranée orientale, avec une présence significative dans les bassins offshore au large de l’Égypte.

Le portefeuille d'Edison comprend également des actifs en Italie, en Algérie, en Croatie et en mer du Nord ainsi qu'en Grèce. Le nouvel ensemble devrait produire plus de 140.000 barils d'équivalent pétrole par jour en 2021 avec la mise en service des gisements de Karish et de Tanin, au large d'Israël. A Londres, où Energean est coté, les investisseurs saluent la transaction. A l'approche de la clôture, l'action du groupe grec bondissait de 13,5% à 955 pence. Dans une note citée par Bloomberg, Citigroup a salué une opération positive pour Energean, surtout avec un prix fixé sur des multiples aussi attractifs.

La faiblesse du prix de vente comparé aux prévisions témoigne du désintérêt des groupes énergétiques traditionnels vis-à-vis des énergies fossiles. Engie a vendu son activité exploration et production au britannique Neptune Energy pour 4,7 milliards d'euros en 2017, tandis que l'allemand RWE a cédé en 2015 sa filiale DEA à BASF pour 5,1 milliards d'euros.

Depuis plusieurs années, les multinationales de l'énergie se sont engagées dans une course au " verdissement " de leurs activités sous la pression des pouvoirs publics mais aussi des consommateurs, toujours plus demandeurs " d'énergies propres ". Résultat, ils cèdent les branches les plus polluantes pour se concentrer sur les services et la distribution. Edison en est le dernier exemple.
https://www.capital.fr/entreprises-marc ... az-1343902

Re: EDF

par Jeuf » 17 juin 2019, 17:24

enfin, il y a 150 000 salariés au groupe EDF, qui ne s'occupent pas tous d'électricité (il y a Dalkia, pour le chauffage dedans par exemple), il faudrait qu'il soit tous concernés et consomment tous 20 fois plus que la moyenne pour aboutir à ce résultat.
10 fois, si on compte le groupe Engie qui a à peu près autant de monde.

Que tous consomment 10 fois plus que la moyenne, c'est invraisemblable. Donc le chiffre de 2,3 milliard dans l'article est faux. Je vais fouiller pour comprendre. C'est peut-être 230 millions.

EDIt : voilà, cet article parle de 295 millions
https://www.lepoint.fr/economie/cour-de ... 678_28.php

Re: EDF

par Rod » 17 juin 2019, 16:09

Jeuf a écrit :
17 juin 2019, 15:30
Soit entre 75 et 110 euros par an, contre 750 euros. En 2013, la Cour des comptes avait révélé qu’EDF avait dû provisionner, pour l’année 2010, pas moins de 2,3 milliards d’euros pour le financer.
2,3 milliard divisé par 700 euros d'écart entre facture normale et subventionnée, ça fait plus de 3 millions de bénéficiaire de ce tarif (si la provision est annuelle). ça se tient pas il me semble.
Ou alors, les agents consomment beaucoup beaucoup d'électricité.

Bon en tout cas, les agents d'EDf auront du mal à comprendre la nécessité d'économiser l'énergie si ils la payent si peu cher.
Tu ne crois pas si bien dire. Un collègue m'avait raconté (il y a 10ans environ) que son voisin (employé EDF) chauffait sa piscine avec une grosse résistance électrique!!! Vive l'effet joule :-"

Haut