[Crise] L'économie des USA en difficulté

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : [Crise] L'économie des USA en difficulté

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 25 juin 2020, 17:24

USA: La contraction du PIB confirmée à 5,0% au 1er trimestre

REUTERS•25/06/2020
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 23d02da78b

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 10 juin 2020, 21:07

USA: La Fed prévoit une chute de 6,5% du PIB en 2020 et maintient sa politique

PUBLIÉ LE 10/06/2020 WASHINGTON (Reuters)

La Réserve fédérale des Etats-Unis a réaffirmé mercredi son engagement à maintenir un soutien exceptionnel à l'économie américaine, disant s'attendre à une contraction du produit intérieur brut (PIB) de 6,5% cette année et à un taux de chômage de 9,3% en fin d'année.
.................
https://www.usinenouvelle.com/article/u ... ue.N974201

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 08 juin 2020, 21:26

L'économie américaine en récession depuis février, selon le NBER

REUTERS•08/06/2020

L'économie américaine a achevé en février la plus longue phase d'expansion de son histoire pour entrer dans une récession provoquée par les retombées de l'épidémie de coronavirus, montre une étude publiée lundi par le Bureau national des études économiques (NBER).

Composé d'universitaires, son comité de datation des cycles économiques est connu pour prendre son temps avant d'arrêter la date du début ou de la fin d'une récession. Il a pourtant dit dès lundi avoir "conclu que l'ampleur inédite du déclin de l'emploi et de la production et l'extension de ce déclin à l'ensemble de l'économie permettaient de qualifier cette période de récession, même si elle s'avérait plus brève que les précédentes."

Si cette prise de position était attendue, c'est la rapidité à laquelle s'est prononcé le NBER qui surprend les observateurs. Le comité de datation avait attendu fin 2008 pour signaler la récession alors que l'économie montrait des signes de détérioration depuis la fin 2007.

Cette fois, l'ampleur et la rapidité de l'effondrement économique laissait planer peu de doute.

"En décidant de qualifier ou non une phase de récession, le comité évalue l'ampleur de la contraction, sa durée et s'interroge sur sa propagation à l'économie. (...) Le comité considère que la pandémie et la réaction des autorités de santé publique ont provoqué un retournement dont les caractéristiques et la dynamique sont différentes des récessions différentes", a dit le comité dans un communiqué.

Le produit intérieur brut américain a chuté de 4,8% en taux annualisé au cours des trois premiers mois de l'année. Les chiffres de la période avril-juin devraient quant à eux témoigner d'un effondrement qui pourrait avoisiner les 20%, voire davantage.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 6ace8fef7a

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par tita » 06 juin 2020, 10:01

Comment fausser la perception à l'aide d'un graphique et des statistiques:
Image

C'est la variation mensuelle du nombre d'emplois non-agricole aux USA. Vu comme ça, on a l'impression d'une chute en avril et d'une reprise en mai. Du coup, une courbe en V où on est de retour à la normale.

Sauf que non, y'a 20 millions d'emplois qui ont été perdus en avril, et 2.5 millions qui ont été créés en mai... Déjà la chute en avril est spectaculaire. Mais surtout, on est toujours à 17.5 millions d'emploi perdus sur 2 mois, ce qui est toujours spectaculaire. Ils ont toujours un des plus haut taux de chômage depuis 1948, le plus haut étant avril 2020. Ce graphique rend un peu mieux compte de la situation:
Image

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par sceptique » 25 mai 2020, 17:26

Paulad a écrit :
25 mai 2020, 17:15
Les dégâts concernant les grandes enseignes seront les mêmes qu'en France. Au final les centres commerciaux sont loin d'être désert depuis leur réouverture.
Mais globalement ils n'étaient pas dans une situation folichonne avant la crise. Maintenant les mesures sanitaires vont empirer les choses : moins de clients, plus frileux, pensant d'abord à économiser .... Un seul exemple : ma femme est dégoutée. Elle ne peut (veux) plus essayer dans les magasins de vêtements. Fini les achats coup de coeur. Et puis se passer les mains au gel à chaque magasin quelle corvée. Avec le masque qui gêne la respiration, donne chaud, gratte ...
Perso, je sais exactement ce que je vais acheter, je mets le masque au dernier moment, je vais le plus vite possible et je sors sans rien acheter de plus. Et vive le grand air ! :D

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par Paulad » 25 mai 2020, 17:15

Les dégâts concernant les grandes enseignes seront les mêmes qu'en France. Au final les centres commerciaux sont loin d'être désert depuis leur réouverture.

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par phyvette » 24 mai 2020, 13:31

Mais tout ça n'arrivera pas au Centre Commercial Régional de Marseille Grand Littoral.
Pour sa réouverture, on s'attend à un grand raout.

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par sceptique » 24 mai 2020, 10:47

Yl y a donc un effet cascade en chaine ou domino bien connu.
De plus les magasins qui résistent avec toutes les contraintes sanitaires voient leur rentabilité diminuée. Ce qui les entraînent progressivement vers le rouge.
Seul espoir : disparition "miraculeuse" et définitive de l'épidémie ?

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 24 mai 2020, 10:29

La pandémie pourrait être fatale aux centres commerciaux américains

24/05/2020 NEW YORK (awp/afp)

Les centres commerciaux américains commencent à rouvrir leurs portes, mais ils devront convaincre les clients d'arpenter de nouveau leurs allées désormais vidées de nombreux magasins, la pandémie ayant donné le coup de grâce à certaines enseignes en difficulté.

Ces temples de la consommation, dont la situation était déjà précaire depuis plusieurs années, doivent désormais faire face à des difficultés en cascade, et beaucoup pourraient ne pas survivre.

Se promener au milieu de personnes masquées et avec une odeur d'eau de javel, dans des allées parfois fantômes, a en effet de quoi décourager les plus téméraires.

Car beaucoup de boutiques vont se retrouver vides: le confinement a précipité les faillites de chaînes de vêtements comme J. Crew ou l'emblématique JC Penney mais aussi de luxe comme Neiman Marcus.

La chaîne de lingerie Victoria's Secret, très prisée au début des années 2000 mais désormais confrontée à des difficultés financières, a annoncé mercredi la fermeture de 250 magasins en Amérique du Nord, et a averti que d'autres pourraient suivre dans les deux prochaines années.

Quant aux grands magasins, qui attiraient autrefois les consommateurs vers les "malls", mais peinent à garder la tête hors de l'eau depuis l'essor des ventes sur internet, ils sont désormais au bord du gouffre financier.

La chaîne Macy's, qui avait annoncé avant même la pandémie la fermeture de 125 magasins, a dû placer ses 130.000 employés en chômage technique à partir de mars. La perte attendue au premier trimestre pourrait dépasser le milliard de dollars.

La crise du Covid-19 "accélère de plusieurs années la chute des détaillants", selon un rapport de Green Street Advisors qui prévoit que plus de la moitié des grands magasins en centre commercial fermeront d'ici 2021.

La moitié des loyers payés

Et pour les gérants de centres commerciaux, ces fermetures ne sont que le début des soucis: les enseignes qui restent peuvent, dans la plupart des baux, demander un allègement de leur loyer lorsque plusieurs magasins phares s'en vont.

Ces rescapés peuvent aussi user des clauses de "force majeure" ou "acte de Dieu" ("Act of God") pour justifier du non-paiement de leur loyer, ce qui pourrait entraîner une vague de litiges.

Retail Properties of America, une société d'investissement immobilier basée dans le Maryland (est) qui possède plus de 100 centres commerciaux, n'a perçu que 52% de ses loyers d'avril, et même moins de 10% de la part des chaînes de vêtements, librairies et cinémas.

Le gérant de centres commerciaux Acadia Realty Trust n'a touché que la moitié de ses loyers en avril. Ceux qui ont été en mesure de payer sont les magasins alimentaires, restés ouverts, comme Target ou Trader Joe's.

Toutefois, parmi la moitié qui n'a pas pu s'acquitter de son loyer, 5 à 10% seulement des locataires sont considérés comme "à surveiller", a relevé le PDG Kenneth Bernstein lors d'une conférence téléphonique

Consommateurs frustrés

La crise devrait ainsi être fatale à un certain nombre de centres commerciaux, avertit Nick Shields, analyste au cabinet de conseil Third Bridge.

Ceux qui bénéficient d'enseignes comme Apple et Nike feront mieux, avance-t-il, mais le coup porté aux sociétés immobilières par les pertes de loyers sera "significatif".

Les Américains, frustrés pendant le confinement, auront envie de retrouver leurs magasins lorsqu'ils rouvriront.

Mais "la grande question est de savoir si les consommateurs seront prêts à retourner en intérieur de sitôt", a souligné Nick Shields. Selon lui, il pourrait s'écouler plusieurs mois avant qu'ils ne se sentent de nouveau à l'aise dans une cabine d'essayage.

Et se posera alors la question, pour les enseignes, de la nécessité de garder ces coûteuses boutiques, face aux ventes sur internet.
https://www.zonebourse.com/APPLE-INC-48 ... ountview=0

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 23 mai 2020, 10:02

Hertz, victime du coronavirus, se déclare en faillite aux Etats-Unis et au Canada

AFP•23/05/2020

Le loueur de voitures américain Hertz, plus que centenaire et connu dans le monde entier, s'est placé vendredi sous le régime américain des faillites, décimé par la pandémie de Covid-19.
Pour l'heure, cette procédure ne concerne que ses opérations aux Etats-Unis et au Canada, a précisé le groupe emblématique dans un communiqué.

Elle épargne ainsi ses principales régions opérationnelles notamment l'Europe, l'Australie et la Nouvelle-Zélande.

"L'impact du Covid-19 sur la demande de voyages a été soudain et dramatique, entraînant une baisse brutale des revenus de la société et des réservations futures", a expliqué le groupe.

Hertz indique avoir pris des "mesures immédiates" donnant la priorité à la santé et la sécurité des employés ainsi que de ses clients. Il a en outre éliminé "toutes les dépenses non essentielles".

"Cependant, l'incertitude demeure quant au retour des revenus et à la réouverture complète du marché (...) ce qui a nécessité l'action d'aujourd'hui", ajoute-t-il.

Le 21 avril, Hertz avait déjà annoncé supprimer 10.000 emplois en Amérique du Nord, soit 26,3% de ses effectifs mondiaux, pour faire des économies face aux incertitudes provoquées par les mesures pour endiguer la pandémie.

Vendredi, le groupe a précisé que ce sont même 20.000 personnes au total qui ont été licenciées, soit environ la moitié de ses effectifs mondiaux.

Aux Etats-Unis, le recours au chapitre 11 est un dispositif qui permet à une entreprise n'arrivant plus à rembourser sa dette de se restructurer à l'abri des créanciers.

Hertz n'a pas évoqué le montant de sa dette mais le Wall Street Journal faisait état vendredi d'une dette d'environ 19 milliards de dollars et près de 700.000 véhicules en grande partie inutilisés à cause du coronavirus.
..................
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 02b21775b7

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 20 mai 2020, 11:52

L'économie US ne regagnera pas le terrain perdu avant 2022

PUBLIÉ LE 19/05/2020 WASHINGTON (Reuters)

L'économie américaine devrait nettement rebondir au troisième trimestre après le plongeon provoqué par l'épidémie de nouveau coronavirus mais elle ne retrouvera pas avant 2022 ses niveaux d'avant la crise, selon des projections actualisées publiées mardi par l'Office du Budget du Congrès (CBO).

Cet organisme non-partisan prédit une contraction du produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis de 37,7% en rythme annualisé au deuxième trimestre, avant une croissance de 21,5% sur la période juillet-septembre.

Le PIB américain ne retrouvera cependant pas ses sommets de début 2020 d'ici la fin de la période étudiée par le CBO, qui court jusque fin 2021.

Le CBO s'attend à ce que le taux de chômage atteigne un pic au troisième trimestre avec une moyenne de 15,8%.

Il devrait ensuite décroître mais l'organisme du Congrès le voit encore à 8,6% au quatrième trimestre 2021, avec un niveau d'emploi encore inférieur à ce qu'il était début 2020.

"La persistance de la distanciation sociale continuera de contenir l'activité économique et les conditions sur le marché du travail", prédit le CBO.

L'économie américaine s'est contractée de 4,8% en rythme annualisé au premier trimestre et les économistes s'attendent à un plongeon pouvant atteindre 40% sur la période avril-juin, soit la plus importante récession depuis la Grande Dépression des années 1930.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... 22.N966461

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 18 mai 2020, 09:46

L'économie US pourrait se contracter de 20% au 2e trimestre, dit Powell (Fed)

PUBLIÉ LE 18/05/2020 WASHINGTON (Reuters)

Les données les plus importantes actuellement pour l'économie américaine sont les "paramètres médicaux" liés à la pandémie de coronavirus, a déclaré dimanche le président de la Réserve fédérale américaine, soulignant que le gouvernement pourrait devoir aider les entreprises et foyers américains pendant encore trois à six mois.

Dans un entretien retransmis durant l'émission "60 minutes" sur la chaîne CBS, Jerome Powell a régulièrement souligné que les questions sanitaires étaient centrales pour le succès de la réouverture de l'économie américaine, appelant la population des Etats-Unis à s'entraider, en respectant la distanciation sociale, alors que les mesures de confinement sont assouplies.

"Si nous sommes prudents sur la manière dont nous rouvrons l'économie afin que la population poursuive les mesures de distanciation sociale et que nous faisons ce que nous pouvons pour éviter une autre vague d'épidémie (...) alors le rétablissement pourra débuter assez vite", a-t-il dit.

Le chemin sera long dans tous les cas, a poursuivi le patron de la Fed, prévenant que les inscriptions au chômage devraient se poursuivre en juin et que certains secteurs d'activité, comme le tourisme et le divertissement, pourraient continuer de faire face à des pressions jusqu'à ce qu'un vaccin contre le coronavirus soit trouvé.

Les dégâts économiques provoqués par la crise sanitaire ont déjà été importants. Powell a déclaré que le taux de chômage pourrait culminer à 25% avant de commercer à baisser, et que le produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis pourrait se contracter de 20% en rythme annualisé sur la période avril-juin.

Ces niveaux rappellent la Grande Dépression des années 1930. Toutefois Powell a estimé qu'une dégringolade prolongée de cette magnitude restait peu probable.

"En supposant qu'il n'y aura pas de deuxième vague du coronavirus, je pense qu'on verra l'économie se redresser progressivement au cours du second semestre de cette année. Pour que l'économie retrouve pleinement son rythme de croisière, il faudra que les gens reprennent totalement confiance et il faudra peut-être attendre pour cela l'arrivée d'un vaccin", a-t-il expliqué.

Mercredi, lors d'une téléconférence organisée par le Peterson Institute for International Economics, Jerome Powell avait averti que l'économie américaine pourrait connaître une "période prolongée" de croissance faible et avait promis que la banque centrale prendrait de nouvelles mesures de soutien si nécessaire tout en excluant le recours à des taux d'intérêt négatifs.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... d-.N965576

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 15 mai 2020, 16:36

USA: Chute historique de la production industrielle en avril

REUTERS•15/05/2020

La production industrielle aux Etats-Unis a subi une chute historique en avril alors que l'épidémie de coronavirus a brutalement frappé les chaînes d'approvisionnement et mis quasiment à l'arrêt la demande, renforçant le scénario d'une contraction de l'économie américaine au deuxième trimestre à un rythme sans précédent depuis le Grande Dépression.

La production industrielle américaine dans son ensemble a reculé de 11,2% le mois dernier, montrent les statistiques publiées vendredi par la Réserve fédérale, alors que les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une baisse légèrement plus forte de 11,5%.

Il s'agit de sa plus forte chute depuis la création de cette statistique il y a 101 ans.
.............
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 048aa823ad

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 09 mai 2020, 10:25

Le chômage atteint 14,7 % aux Etats-Unis, son plus haut niveau depuis les années 1930
Selon le département du travail, qui a publié les chiffres vendredi, tous les secteurs sont touchés. L’hécatombe est terrible dans le secteur des loisirs et l’hôtellerie-restauration.

Par Arnaud Leparmentier 09 Mai 2020

Le taux de chômage américain a atteint 14,7 % en avril, tandis que 20,5 millions d’emplois ont été détruits en raison de la crise causée par le coronavirus. Le confinement généralisé a fait basculer les Etats-Unis du plein-emploi, avec un chômage de 3,5 % – au plus bas depuis un demi-siècle –, à la pire situation enregistrée depuis les années 1930, lorsqu’un Américain sur quatre était sans emploi. En un mois, le nombre de chômeurs a crû de 15,9 millions, pour atteindre 23,1 millions, sur une population active de 156 millions. S’y ajoutent les 6,5 millions d’Américains qui se sont retirés du marché du travail en avril.

Tous les secteurs touchés

Selon le département du travail, qui a publié les chiffres vendredi 8 mai, tous les secteurs sont touchés. L’hécatombe est terrible dans le loisir et l’hôtellerie-restauration, qui a perdu 7,7 millions d’emplois, avec la fermeture de Las Vegas et des parcs d’Orlando en Floride et surtout des cafés et restaurants. L’éducation et la santé ont perdu 2,5 millions de jobs – toutes les écoles sont fermées et les Américains ne se rendent plus chez le médecin sauf en cas de force majeure. Le commerce de détail est en recul de 2,1 millions d’emplois, en dépit des embauches d’Amazon et Walmart.

Les premières faillites sont tombées, avec celles des enseignes Neiman Marcus et J. Crew, tandis que Gap et Macy’s vont essayer de rouvrir leurs magasins, en espérant que les consommateurs n’ont pas perdu le goût du lèche-vitrines. C’est de ces secteurs que le rebond viendra, lorsque écoles, restaurants et cabinets médicaux rouvriront. Les salariés sont partis avec l’intention de revenir : 88 % des licenciés ont indiqué l’avoir été à titre provisoire.
https://www.lemonde.fr/economie/article ... _3234.html

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 06 mai 2020, 23:08

Le chômage va se hisser à un sommet en avril aux Etats-Unis, frappés par le coronavirus

AFP•06/05/2020

La pandémie a agi sur l'économie américaine comme un tsunami, dont la vague a emporté des millions d'emplois. Avec plus de 30 millions d'Américains qui ont déjà demandé des allocations, le taux de chômage atteindra un sommet historique.

En avril, le chômage, dont les chiffres seront dévoilés vendredi, pourrait avoisiner les 20%, soit deux fois plus que ce qu'avait connu le pays au pire moment de la Grande récession de 2009, rejoignant des niveaux de la Grande dépression des années 30.

En février, il était à 3,5%, au plus bas depuis 50 ans.

Mercredi, la publication du rapport sur l'emploi dans le secteur privé a donné un aperçu de l'ampleur des dégâts: 20,236 millions d'emplois ont été détruits, selon l'enquête mensuelle de la firme de services aux entreprises ADP.

Les chiffres sont d'autant plus catastrophiques qu'ils ne reflètent que les 12 premiers jours du mois passé, date à laquelle s'arrête l'enquête, a prévenu ADP dans un communiqué.

En avril, les pertes d'emplois ont affecté toutes les catégories d'entreprises.

Les petites (moins de 50 salariés) ont ainsi perdu quelque 6 millions d'emplois, les entreprises de taille moyenne 5,26 millions et les grandes entreprises (plus de 500 employés) 8,96 millions.

"Des pertes d'emplois de cette ampleur sont sans précédent", a déploré Ahu Yildirmaz, co-directeur de l'institut de recherche d'ADP.

"Le nombre total de pertes d'emplois pour le seul mois d'avril a été plus du double du nombre total d'emplois perdus pendant la Grande Récession", a-t-il souligné.

C'est le secteur des services, avec plus de 16 millions d'emplois supprimés, qui paie le plus lourd tribut. Et la moitié des emplois détruits concerne le secteur des loisirs et de l'hôtellerie.

Les entreprises fabriquant des biens ont perdu 4,2 millions d'emplois, dont plus de la moitié dans la construction et près de 1,7 million dans l'industrie manufacturière, selon le rapport.

Les données d'ADP sont considérées comme un baromètre du rapport sur l'emploi qui doit être publié vendredi par le ministère du travail.

Secteurs privé et public confondus, les économistes s'attendent à 28 millions d'emplois perdus en avril.

En comparaison, 8,6 millions d'emplois avaient été perdus pendant les deux années de la crise financière mondiale.

Image

.............
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... d710ed32ff

Haut