[Crise] Au tour de l'Allemagne... Ja !

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : [Crise] Au tour de l'Allemagne... Ja !

Re: [Crise] Au tour de l'Allemagne... Ja !

par energy_isere » 03 févr. 2020, 21:11

Paiements courants: nouveau record pour l'Allemagne en 2019

PUBLIÉ LE 03/02/2020 BERLIN (Reuters)

L'Allemagne a décroché l'an dernier pour la quatrième année consécutive le record mondial en terme d'excédent des comptes courants, rapporte lundi l'institut économique Ifo, dont les estimations ne manqueront pas d'alimenter les critiques sur la politique budgétaire d'Angela Merkel.

D'après les calculs de l'institut Ifo, la balance des paiements courants, qui mesure les flux de biens, de services et d'investissement, a dégagé en 2019 un excédent de 293 milliards de dollars (environ 265 milliards d'euros).

Le Japon occupe le deuxième rang du classement mondial, avec un excédent de 194 milliards de dollars d'excédent.

Depuis des années, la Commission européenne et le Fonds monétaire international pressent l'Allemagne d'intervenir davantage en soutien de sa demande intérieure et de ses importations afin de réduire les déséquilibres économiques mondiaux et de stimuler la croissance hors d'Allemagne.

Donald Trump, depuis son élection en novembre 2016, critique lui aussi la vigueur des exportations allemandes.

Car l'excédent de la balance des paiements courants allemande s'explique largement par le fait que les exportations, tant dans le domaine des biens que dans celui des services, excèdent largement les importations de la première économie européenne.

"Une hausse des exportations vers les Etats-Unis liée à une plus forte dépréciation de l'euro et une hausse des exportations vers le Royaume-Uni, où la consommation a légèrement redémarré, ont vu les exportations allemandes de nouveau progresser vivement au second semestre de l'année (dernière)", a déclaré à Reuters l'économiste Christian Grimme, de l'Ifo.

"Par contraste, les importations n'ont que très faiblement progressé au deuxième semestre, la récession industrielle en Allemagne ayant sévèrement limité les importations de biens intermédiaires", ajoute-t-il.

Ramené au produit intérieur brut, l'excédent courant allemand a représenté l'an dernier 7,6% du PIB contre 7,3% en 2018.
https://www.usinenouvelle.com/article/p ... 19.N925884

Re: [Crise] Au tour de l'Allemagne... Ja !

par energy_isere » 15 janv. 2020, 20:52

Allemagne : la croissance 2019 marque le pas pour la première fois depuis 10 ans

LE PARISIEN•15/01/2020

Après une décennie à avoir surfé sur une belle croissance, l'Allemagne marque le pas. Après une hausse de 2,5 % en 2017 puis de 1,5 % en 2018, le Produit intérieur brut Outre Rhin devrait seulement progresser de 0,5 % en 2019 selon les premières estimations effectuées en décembre et qui doivent être réactualisées ce mercredi par la Banque fédérale allemande.

Plus que la France dont le pilier de la croissance estimée à 1,3 % en 2019 repose essentiellement sur la consommation intérieure, l'économie Allemande avec ses entreprises exportatrices est entrée dans une zone de turbulence.
Les raisons sont connues : ralentissement de l'économie mondiale, guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, tensions au Moyen-Orient...

L'automobile allemande dans le rouge
Des pans entiers ont été affectés. À commencer par l'automobile dont la production en 2019 est retombée à un niveau qui n'avait plus été enregistré depuis 1997. Selon les experts de l'Institut IFO, cela a coûté 0,75 point de PIB à l'Allemagne en 2019.
..............
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... b994a17d05

Re: [Crise] Au tour de l'Allemagne... Ja !

par energy_isere » 05 janv. 2020, 14:19

Comment, grâce à la Bourse, l'épargne des ménages allemands a battu tous ses records en 2019

Par AFP | 02/01/2020

La somme des placements des particuliers allemands devrait avoir grimpé de 441 milliards d'euros l'an dernier pour totaliser 6.600 milliards d'euros, soit une progression annuelle de 7,1%, selon les calculs de la banque coopérative DZ Bank.
L'épargne financière des ménages allemands a atteint un niveau record en 2019 grâce à une année boursière euphorique, dans un pays où la baisse des taux d'intérêt est régulièrement déplorée, selon une étude publiée jeudi.

La somme des placements des particuliers allemands devrait avoir grimpé de 441 milliards d'euros l'an dernier pour totaliser 6.600 milliards d'euros, soit une progression annuelle de 7,1%, selon les calculs de la banque coopérative DZ Bank.

"L'accumulation d'actifs s'est fortement accélérée par rapport à 2018", qui avait affiché une croissance de 2,2%, commente la banque, qui met cette évolution notamment sur le compte de la progression des cours des actions.

Dax : +25% en 2019

À l'image de l'indice Dax de la Bourse de Francfort qui a gagné plus de 25% l'an dernier, après une chute de 18% en 2018, ce sont en tout 184 milliards d'euros de gains qui ont été enregistrés dans les portefeuilles, selon l'étude.

L'effort d'épargne des ménages a également joué un rôle essentiel, avec un taux de 11% du revenu disponible mis de côté, soit autant qu'en 2018.

L'épargne en actions reste toutefois une pratique très minoritaire, avec 7% du revenu directement placé dans ce type d'épargne à risque, la grande partie de l'argent dormant elle sur des comptes à vue ou très peu rémunérés.

Des placements jusqu'ici choyés par les Allemands, en perte de vitesse

Ces placements sans risque ont eux rapporté en 2019 un rendement négatif de -0,6%, si l'on soustrait du taux moyen nominal de 0,7% le taux d'inflation de 1,3% en Allemagne.

La perte nette sur les dépôts, obligations, et autres contrats d'assurances-vie a ainsi représenté 27 milliards d'euros, selon l'étude.

Avec les taux d'intérêt fixés par la BCE pour la zone euro à des niveaux de plus bas historique, les placements en produits d'intérêts, choyés par les Allemands pour préparer leur retraite, ont largement perdu de leur attrait.

Dans ce contexte appelé à durer, la CSU bavaroise, parti allié des conservateurs d'Angela Merkel, va proposer la semaine prochaine des mesures de protection des épargnants contre des pertes sur leurs actifs financiers, rapporte jeudi l'agence DPA.
https://www.latribune.fr/bourse/pourquo ... 36315.html

Re: [Crise] Au tour de l'Allemagne... Ja !

par energy_isere » 02 janv. 2020, 20:03

Record pour l'emploi en Allemagne en 2019

PUBLIÉ LE 02/01/2020 BERLIN (Reuters)

L'emploi en Allemagne a atteint en 2019 un niveau sans précédent, l'augmentation du taux de participation de la population et l'immigration ayant plus que compensé une évolution démographique défavorable, montrent les statistiques officielles publiées jeudi.

Le nombre de personnes occupant un emploi a augmenté de 402.000 sur l'année écoulée, une hausse de 0,9%, pour 45,3 millions de personnes en dépit du ralentissement de la croissance, précise Destatis, l'institut fédéral de la statistique.

"Cela signifie que la croissance ininterrompue de l'emploi observée depuis 14 ans se poursuit, même si sa dynamique ralentit", ajoute-t-il.

Cette croissance a profité en premier lieu au secteur des services, dans lequel le nombre de postes occupés a progressé de 319.000 sur l'année, contre +59.000 dans l'industrie manufacturière et +36.000 dans la construction.

La croissance de l'emploi devrait encore ralentir cette année, notamment en raison de la dégradation de la conjoncture dans le secteur automobile.

L'évolution de l'emploi assure un soutien important à la consommation des ménages, devenue un moteur important de l'économie allemande alors que les exportations souffrent du ralentissement global et de la montée des barrières douanières.

La croissance de l'économie allemande devrait être tombée en 2019 à 0,5% seulement après 1,5% en 2018. Les premiers chiffres du produit intérieur brut (PIB) annuel sont attendus le 15 janvier.

Pour 2020, le gouvernement d'Angela Merkel table sur une croissance de 1,0%, grâce entre autres à l'augmentation du nombre de jours ouvrés. En données corrigées des effets de calendrier, l'expansion du produit intérieur brut (PIB) devrait être limitée à 0,6%.
https://www.usinenouvelle.com/article/r ... 19.N916604

Re: [Crise] Au tour de l'Allemagne... Ja !

par energy_isere » 17 nov. 2019, 10:20

L’Allemagne se prépare à l’arrivée d’une pauvreté de masse
Retraites
Les bas salaires progressent fortement en Allemagne. Plus d’un retraité sur cinq vivra sous le seuil de pauvreté dans 20 ans

22 Septembre 2019
......
https://m.tdg.ch/articles/15752170

Re: [Crise] Au tour de l'Allemagne... Ja !

par energy_isere » 14 nov. 2019, 19:54

L'Allemagne échappe à la récession, les perspectives restent incertaines

AFP•14/11/2019

L'Allemagne a échappé de justesse jeudi à une "récession technique", avec une hausse de 0,1% de son produit intérieur brut au troisième trimestre, mais la capacité de son économie à reprendre de la vitesse continue à diviser les observateurs.
Déjouant les attentes, la modeste progression du PIB entre début juillet et fin septembre évite deux trimestres consécutifs de recul de la production, une situation synonyme d'entrée en récession et donc de coup de semonce pour toute la zone euro.

Cette surprise est "une lueur d'espoir", mais "ne sonne pas la fin de l'alerte", a prévenu face à la presse le ministre de l'Economie, Peter Altmaier, promettant un "pacte d'avenir pour les entreprises" intégrant des "baisses d'impôts".

Les chiffres dévoilés jeudi par l'Office fédéral des statistiques n'incitent guère à l'euphorie: si Destatis a révisé en légère hausse la croissance au premier trimestre, de 0,4% à 0,5%, il a ajusté le recul du PIB au deuxième trimestre, plus marqué qu'annoncé (-0,2% au lieu de -0,1%).

"Récession ou pas, l'économie allemande est tombée dans une stagnation de fait, avec une croissance trimestrielle de 0,1% en moyenne depuis le troisième trimestre 2018", calcule Carsten Brzeski, économiste de la banque ING.

- Morosité industrielle -
Confirmant la tendance observée depuis plus d'un an, la conjoncture a "avant tout" été soutenue "par la consommation", avec une progression des dépenses des ménages mais aussi de celles de l'État, souligne Destatis.

La demande intérieure demeure en effet stimulée par la robustesse du marché du travail, avec un taux de chômage de 5,0% en octobre qui reste proche de son plus bas niveau depuis la Réunification du pays, ainsi que par les taux d'intérêt historiquement bas.

A l'inverse, si les exportations ont progressé et que le bâtiment continue à bien se porter, les "investissements dans les équipements ont reculé par rapport au trimestre précédent", une tendance qui reflète la morosité du secteur manufacturier.

Naguère moteur économique du pays, l'industrie souffre principalement des conflits commerciaux entre Washington et ses principaux partenaires, mais également de l'interminable feuilleton du Brexit.

...............
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 0f20108d98

Re: [Crise] Au tour de l'Allemagne... Ja !

par energy_isere » 30 sept. 2019, 18:04

Allemagne: Les grands instituts réduisent leurs prévisions de PIB

PUBLIÉ LE 30/09/2019 BERLIN (Reuters)

Les principaux instituts d'études économiques allemands ont revu à la baisse leurs prévisions de croissance de la première économie d'Europe pour cette année, a-t-on appris lundi de deux sources informées de leur décision.

Cette prévision, qui doit être prise en compte par le gouvernement pour ses propres projections économiques, est abaissée à 0,5%, contre 0,8% prévu en avril, a-t-on précisé de mêmes sources.

Selon l'une de ces deux sources, les instituts tablent désormais pour 2020 sur une croissance du produit intérieur brut (PIB) de 1,1%, contre 1,8% prévu il y a six mois.
https://www.usinenouvelle.com/article/a ... ib.N889504

Re: [Crise] Au tour de l'Allemagne... Ja !

par tita » 24 sept. 2019, 10:13

Europe/PMI-Première contraction du secteur privé allemand depuis 2013

ALLEMAGNE - CONTRACTION DE L'ACTIVITÉ DU PRIVÉ EN SEPTEMBRE

BERLIN - L'activité du secteur privé en Allemagne s'est contractée en septembre pour la première fois depuis six ans et demi en raison d'une accentuation inattendue de la récession dans le secteur manufacturier et de la décélération dans les services.
L'indice PMI "flash" composite, qui regroupe l'industrie manufacturière et les services, a reculé à 49,1 contre 51,7 en août. Il passe ainsi pour la première fois depuis avril 2013 sous le seuil de 50 séparant contraction et expansion.

Les économistes et analystes interrogés par Reuters prévoyaient un chiffre de 51,5.

Le sous-indice du secteur manufacturier a plongé à 41,4, son plus bas niveau depuis plus de dix ans. Celui des services a reculé à 52,5 après 54,8 en août, traduisant ainsi une croissance ralentie de l'activité.

FRANCE - LA CROISSANCE DU SECTEUR PRIVÉ RALENTIT EN SEPTEMBRE

PARIS - La croissance du secteur privé en France a été plus faible que prévu en septembre, montrent les résultats provisoires de l'enquête mensuelle réalisée par IHS Markit auprès des directeurs d'achat (PMI).

L'indice composite, qui combine les données pour le secteur manufacturier et celui des services, s'affiche à 51,3 dans sa version "flash" contre un consensus de 52,7 et après 52,9 en août.

Ce chiffre est le plus faible depuis quatre mois mais il se maintient tout de même au-dessus de la barre de 50 qui sépare la contraction de la croissance.

Le ralentissement provient principalement du secteur manufacturier, dont l'indice ressort à 50,3 (consensus 52,7) contre 52,9 le mois précédent.

L'indice des services résiste mieux, même s'il a baissé lui aussi plus que prévu, à 51,6 contre un consensus de 53,2 et après 53,4 en août.
https://investir.lesechos.fr/marches/ac ... 873408.php

Re: [Crise] Au tour de l'Allemagne... Ja !

par energy_isere » 12 sept. 2019, 17:39

Allemagne: L'Ifo abaisse le PIB 2019, attend une récession au 3e trimestre

REUTERS•12/09/2019 BERLIN

L'Institut Ifo a abaissé jeudi sa prévision de croissance pour l'Allemagne en 2019 et annoncé que la première économie d'Europe serait en récession au troisième trimestre, dernière prévision à faire monter la pression sur la Banque centrale européenne (BCE) pour prendre de nouvelles mesures de soutien à la croissance.

L'Ifo a revu en baisse ses prévisions de croissance pour cette année, de 0,6% à 0,5%, tout en annonçant que l'économie allemande se contracterait probablement de 0,1% au troisième trimestre, ce qui marquerait l'entrée du pays en récession après une contraction de même ordre sur la période avril-juin.

"Les perspectives sont assombries par de grandes incertitudes", a dit Timo Wollmershäuser de l'institut, soulignant les risques potentiels de Brexit sans accord et de montée en puissance des tensions commerciales.

L'économie allemande est affaiblie par la contraction de son secteur manufacturier, très dépendant des exportations.

L'Ifo note que la faiblesse du secteur manufacturier se propage à d'autres secteurs de l'économie, dont la logistique et le secteur des services, et affecte le marché du travail.

L'institut prévoit une légère reprise de la croissance au quatrième trimestre. Il précise que ses prévisions sont fondées sur l'hypothèse qu'il n'y aura ni Brexit sans accord, ni escalade des tensions commerciales.

Pour l'année 2020, l'Ifo a également abaissé sa prévision de croissance du PIB, qui passe de 1,7% à 1,2%.

L'Institut allemand de politique macroéconomique (IMK) a déclaré de son côté jeudi qu'il y avait près de 60% de chances que l'économie allemande entre en récession.

L'Institut de Kiel pour l'économie mondiale (IfW) a lui aussi abaissé mercredi ses prévisions de croissance en raison de la guerre commerciale et de l'incertitude autour du Brexit.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 67b34dddae

Re: [Crise] Au tour de l'Allemagne... Ja !

par energy_isere » 06 sept. 2019, 20:17

Moteur devenu boulet, l'industrie allemande décline encore

AFP•06/09/2019

Loin de se redresser, l'industrie allemande a entamé le troisième trimestre par deux statistiques décevantes, nourrissant les inquiétudes sur une entrée en récession de la première économie européenne.
.............
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... c2fd9a747b

Re: [Crise] Au tour de l'Allemagne... Ja !

par energy_isere » 11 août 2019, 13:31

La production chute en Allemagne, le risque de récession se précise

Le 07/08/2019

La production industrielle allemande a subi en juin une baisse plus marquée qu'attendu, montrent les statistiques officielles publiées ce 7 août, qui confortent le scénario d'une contraction de la première économie d'Europe au deuxième trimestre.

La baisse de l'activité du secteur industriel allemand a atteint 1,5% par rapport à mai, alors que les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un repli limité à 0,4%. "Le plongeon continu de la production est inquiétant", a commenté Alexander Krüger, économiste de la Bankhaus Lampe, ajoutant que la récession du secteur industriel risquait de se poursuivre avec l'escalade des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. Les deux premières économies mondiales sont en effet des destinations clés pour les exportations allemandes, ce qui se traduit par un impact disproportionné de leur conflit sur l'économie de l'Allemagne.

"Plus cela durera, plus il sera probable que d'autres secteurs de l'économie soient entraînés à leur tour dans la baisse. Les prévisions de croissance pour l'Allemagne pourraient être de nouveau réduites", a ajouté Alexander Krüger.

Sur l'ensemble du deuxième trimestre, la production industrielle allemande a reculé de 1,8%, un mouvement qui a touché notamment la production de métaux et d'équipements industriels ainsi que l'automobile, précise le ministère de l'Economie.

PRÉLUDE À UNE RÉCESSION TECHNIQUE ?

Mardi, les chiffres mensuels des commandes à l'industrie ont dépassé les attentes mais le ministère a mis en garde contre tout excès d'optimisme en soulignant que les statistiques de juin avaient profité de quelques gros contrats et que le secteur était encore loin de la reprise. L'économie allemande dans son ensemble devrait avoir au mieux stagné au deuxième trimestre et les derniers indicateurs publiés sur le climat des affaires suggèrent qu'elle pourrait se contracter au troisième trimestre en raison des conflits commerciaux, des incertitudes sur le Brexit et du ralentissement de l'économie mondiale dans son ensemble.

Le gouvernement allemand prévoit pour l'instant une croissance de 0,5% du produit intérieur brut (PIB) sur l'ensemble de cette année avant un rebond à 1,5% en 2020.

Pour Andreas Scheuerle, économiste de DekaBank, les chiffres de la production industrielle suggèrent une contraction de 0,2% du PIB au deuxième trimestre après la croissance de 0,4% des trois premiers mois de l'année. "Nous supposons qu'il s'agit du prélude à une récession technique", ajoute-t-il. Une récession technique se définit par deux trimestres consécutifs de recul du PIB.

Destatis, l'institut fédéral de la statistique, doit publier mercredi prochain la première estimation du PIB du deuxième trimestre. Le chiffre de la production industrielle de mai a été révisé à la baisse et montre désormais un repli de 0,1% au lieu d'une hausse de 0,3%.
https://www.usinenouvelle.com/article/a ... se.N873440

Re: [Crise] Au tour de l'Allemagne... Ja !

par energy_isere » 23 mai 2019, 10:22

Allemagne: Le rebond du PIB favorisé par la consommation au 1e trimestre

REUTERS•23/05/2019

Les dépenses de consommation des ménages allemands ont enregistré au premier trimestre leur plus forte hausse depuis huit ans, favorisant un rebond de l'économie également alimenté par le regain d'activité de la construction et la vigueur inattendue des exportations.

Le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 0,4% par rapport aux trois derniers mois de 2018, a confirmé jeudi Destatis, l'institut fédéral de la statistique, et de 0,7% en rythme annuel et en données corrigées des variations saisonnières.

La consommation privée a augmenté de 1,2% d'un trimestre sur l'autre, sa plus forte progression depuis 2011, contribuant à la croissance du PIB à hauteur de 0,6 point de pourcentage.

L'investissement dans la construction a bondi de 1,9%, assurant une contribution à l'évolution du PIB de 0,2 point.
.......
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 24c6722c99

Re: [Crise] Au tour de l'Allemagne... Ja !

par energy_isere » 14 févr. 2019, 21:41

L'Allemagne échappe de justesse à la récession

le 14/02/2019
BERLIN (Reuters) - L'économie allemande a enregistré une croissance nulle au quatrième trimestre 2018 après une contraction au troisième, évitant ainsi de justesse une récession technique, l'impact du Brexit et des conflits commerciaux dans le monde menaçant de mettre un coup d'arrêt à une décennie de croissance ininterrompue.

Le produit intérieur brut (PIB) du pays a stagné au dernier trimestre de l'an dernier, selon l'estimation préliminaire publiée jeudi par Destatis, l'office fédéral de la statistique.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une croissance de 0,1%.

La première puissance économique européenne est confrontée au ralentissement de la croissance mondiale, aux tensions commerciales déclenchées par la politique protectionniste du président américain Donald Trump et au risque d'un retrait désordonné du Royaume-Uni de l'Union européenne en mars.

"L'Allemagne ne s'en sort pas trop mal", dit Andreas Scheuerle, économiste chez DekaBank, concernant les chiffres du quatrième trimestre. "Mais le premier trimestre ne devrait pas être facile non plus, les incertitudes politiques pesant lourdement sur la confiance des chefs d'entreprises", ajoute-t-il.

Après une contraction de 0,2% au troisième trimestre, la première d'un trimestre sur l'autre depuis 2015, l'Allemagne évite donc de justesse une récession technique, qui se définit par deux trimestres consécutifs de baisse d'activité.

Par rapport au quatrième trimestre 2017, la croissance est ressortie à 0,9%, comme prévu, a ajouté Destatis, comme attendu par les économistes interrogés par Reuters. Ajustée des variations saisonnières, cette croissance sur un an a été de 0,6% sur octobre-décembre, inférieure au consensus (+0,7%).


UN PASSAGE À VIDE PLUS LONG QUE PRÉVU ?

Sur l'ensemble de 2018, l'économie allemande a connu son rythme de croissance le plus faible depuis 2015, à 1,5%. La croissance devrait ralentir encore cette année, à 1%, et certains prédisent une dégradation des finances publiques avec un déficit budgétaire qui pourrait atteindre 25 milliards d'euros d'ici 2023.

Les répercussions des conflits commerciaux et des inquiétudes concernant la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne pèsent sur le climat des affaires, qui s'est dégradé en janvier pour le cinquième mois d'affilée.

La DIHK, la fédération des chambres de commerce et d'industrie allemandes, a abaissé jeudi sa prévision de croissance pour 2019 de 1,7% à 0,9% et elle estime qu'elle pourrait même être limitée à 0,7% dans l'hypothèse d'une chute de 10% des exportations vers le Royaume-Uni et de nouvelles turbulences sur les marchés financiers.

Le moral des ménages est également déprimé par la baisse de la demande de biens et services allemands en Chine, dans les autres pays de la zone euro et les économies émergentes.

De surcroît, le gouvernement allemand craint que l'appropriation du savoir-faire allemand par des entreprises étrangères, notamment chinoises, ne fragilise la base industrielle sur laquelle le pays a bâti sa prospérité.

Le ministre de l'Economie, Peter Altmaier, a déclaré la semaine dernière que le gouvernement envisageait de prendre des participations dans des entreprises de secteurs jugés stratégiques pour les protéger d'éventuelles tentatives de rachat par des sociétés étrangères.

Dressant un tableau inhabituellement sombre de l'économie allemande, le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, a déclaré de son côté fin janvier que le passage à vide serait plus marqué et plus long que prévu.

Dans ce contexte, la Banque centrale européenne (BCE) pourrait retarder la normalisation de sa politique monétaire et accroître son soutien à l'activité et au crédit, disent des économistes.

"Le bon côté des chiffres publiés aujourd'hui est que cela ne peut pas être bien pire", dit Carsten Brzeski chez ING.

"Les fondamentaux de l'économie restent solides et les chances de rebond restent nettement plus élevées que la probabilité d'une nouvelle déception", ajoute-t-il.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... on.N806535

Re: [Crise] Au tour de l'Allemagne... Ja !

par energy_isere » 24 janv. 2019, 23:49

Berlin abaisse sa prévision de croissance à 1,0% en 2019-presse

REUTERS | LE 24/01 2019

gouvernement allemand ne prévoit plus que 1,0% de croissance cette année, et non plus 1,8%, en raison du ralentissement économique mondial et du Brexit, écrit le Handelsblatt jeudi.


La nouvelle prévision du ministère de l'Economie, qui sera annoncée mercredi prochain, s'accompagnera d'une projection de croissance de 1,6% pour 2020, ajoute le quotidien financier.

Un porte-parole du ministère de l'Economie s'est refusé à commenter cette information avant la conférence de presse du ministre Peter Altmaier prévue la semaine prochaine.

Le sentiment des investisseurs allemands s'est légèrement amélioré en janvier mais leur perception des conditions économiques actuelles est à son plus bas niveau depuis quatre ans, a montré mardi l'enquête de l'institut de conjoncture ZEW.


Le ralentissement de la croissance des marchés émergents, les frictions commerciales déclenchées par Etats-Unis et le risque d'une sortie sans accord du Royaume-Uni de l'Union européenne en mars ont provoqué un coup de frein de l'économie allemande après neuf années d'expansion.

La première économie d'Europe, également impactée par des perturbations de production dans l'industrie automobile avec l'entrée en vigueur de nouvelles normes de certification, a enregistré l'an dernier une croissance de 1,5%, le taux le plus faible en cinq ans, selon des données publiées le 15 janvier.

L'institut Ifo a abaissé le mois dernier sa projection de croissance pour 2019 à 1,1% au lieu de 1,9% et le Fonds monétaire international a réduit la sienne à 1,3% cette semaine, au lieu de 1,9% également.
https://m.investir.lesechos.fr/actualit ... 21907.html

Re: [Crise] Au tour de l'Allemagne... Ja !

par energy_isere » 15 janv. 2019, 20:50

Allemagne: Croissance de 1,5% en 2018, la plus faible en cinq ans

Publié le 15/01/2019 BERLIN (Reuters)

L'économie allemande a enregistré l'an dernier une croissance de 1,5%, le taux le plus faible en cinq ans et qui marque un net ralentissement par rapport à 2017, selon une estimation préliminaire publiée mardi par Destatis, l'office fédéral de la statistique.

La première puissance économique européenne est confrontée au ralentissement de la croissance mondiale, aux tensions commerciales déclenchées par la politique protectionniste du président américain Donald Trump et au risque d'un retrait désordonné du Royaume-Uni de l'Union européenne en mars prochain.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une croissance de 1,5% en 2018 après celle de 2,2% enregistrée en 2017.

En données ajustées des effets du calendrier, la croissance de 2018 ressort également à 1,5% contre 2,5% l'année précédente, a ajouté Destatis.

"L'économie allemande a ainsi progressé pour la neuvième année consécutive, même si la croissance a été moins dynamique", a déclaré l'office de statistique, en notant que l'expansion avait été principalement tirée par la demande intérieure avec une progression de la consommation des ménages et des dépenses publiques.

Le commerce extérieur a eu en revanche un effet légèrement négatif, les importations ayant davantage augmenté (+3,4%) que les exportations (+2,4%). En 2017, les exportations allemandes avaient progressé de 4,6% et les importations de 4,8%.

Selon Destatis, le quatrième trimestre s'est probablement soldé par une modeste croissance après la contraction de 0,2% du produit intérieur brut au troisième trimestre, évitant ainsi une récession technique caractérisée par deux trimestres consécutifs de contraction de l'activité.

Les chiffres du PIB du quatrième trimestre seront publiés en février.

Le ministère de l'Economie a commenté ces données en indiquant que la croissance restait positive à l'entame de 2019.

Il a noté que la croissance de 2018 avait été également freinée par des perturbations dans la production automobile après l'entrée en vigueur de nouvelles normes de certification et par des facteurs exceptionnels tels qu'une épidémie de grippe, des grèves et le niveau historiquement bas du Rhin qui a interrompu momentanément le trafic fluvial.
https://www.usinenouvelle.com/article/a ... ns.N792989

Haut