Minerais : réserves ,recyclage, et déplétion.

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Minerais : réserves ,recyclage, et déplétion.

Re: Minerais : réserves ,recyclage, et déplétion.

par energy_isere » 26 avr. 2020, 15:18

Ralentissement prévus des projets miniers au Q2 à cause du Covid19.
Mining projects to slow further in Q2 2020
MINING.com Editor | April 17, 2020
https://www.mining.com/mining-projects- ... n-q2-2020/

Re: Minerais : réserves ,recyclage, et déplétion.

par energy_isere » 26 avr. 2020, 15:08

Encore une autre boite interessée à ramasser des nodules polymétalliques, une startup au Canada : DeepGreen Metals

lire https://www.mining.com/extracting-batte ... ing-study/

Image

Re: Minerais : réserves ,recyclage, et déplétion.

par energy_isere » 12 avr. 2020, 11:40

Suite du post au dessus.
DeepGreen to make run for battery metals from seafloor

Cecilia Jamasmie | April 7, 2020

Image
The former ultra-deepwater drill ship “Vitoria 10000” is being converted to a polymetallic nodule collection vessel. (Image courtesy of DeepGreen.)

DeepGreen Metals, a Canadian start-up planning to extract cobalt and other battery metals from the seafloor, has added a new area to its seabed portfolio, which it believes could potentially help it solve the bottleneck supply of critical battery metals needed for the world’s green energy transition.

The strategic acquisition of Tonga Offshore Mining Limited (TOML), announced Tuesday, gives the Vancouver-based company exploration rights to a third area inside the Clarion-Clipperton Zone (CCZ) in the Pacific Ocean.

The 4,000-kilometre swath of ocean, stretching from Hawaii to Mexico, is known for containing enough nickel, copper, cobalt and manganese to build over 250 million electric vehicle batteries.

The new license covers 74,713 km2 of CCZ seabed, with an inferred resource of 756 million wet tonnes of polymetallic nodules — potato-sized metals-rich rocks that lie in a shallow layer of mud on the seafloor.

DeepGreen believes that producing critical battery metals from polymetallic nodules has the potential to eliminate or dramatically reduce most of the environmental and social impacts associated with traditional mining.

“We believe now more than ever that the world needs to work together to find solutions to address climate change,” the company’s CEO and chairman, Gerard Barron, said in the media release.

The news follows DeepGreen’s offshore engineering partner Allseas’ recent acquisition of a former ultra-deepwater drill ship for conversion to a polymetallic nodule collection vessel.

The vessel is being converted to accommodate a pilot nodule collection system. After the nodules have been collected and taken to shore they will be processed using a metallurgical flowsheet developed by DeepGreen.

Unlike other seafloor miners, the company doesn’t want to drill, blast or dig the bottom of the ocean. Its main goal is to scoop up small metallic rocks located thousands of metres below the surface in the Pacific.

The deep sea, accounting for more than half the world’s surface, contains more cobalt, nickel, copper, manganese and rare earth metals than all land reserves combined, according to the US Geological Survey.

...................
https://www.mining.com/deepgreen-makes- ... -seafloor/

Re: Minerais : réserves ,recyclage, et déplétion.

par energy_isere » 06 mars 2020, 19:43

Le serpent de mer de l'exploitation des nodules polymétallique revient !
la compagnie Allseas va utiliser un bateau de forage pétrolier de Petrobras et le transformer d'ici milieu 2021 en bateau de capture de nodules polymétalliques.
Allseas Drillship to Pursue Deep-Sea Metals

by Matthew V. Veazey|Rigzone Staff|Thursday, March 05, 2020

Allseas Group S.A. reported this week that it has acquired the Vitoria 10000, a former ultra-deepwater drillship previously owned by Petrobras, to re-configure for an emerging business: recovering deep-sea “nodules” containing high-grades of metals such as nickel, manganese, copper and cobalt.

The metals within the seafloor-based rocks are key ingredients for building electric vehicle batteries and renewable energy technologies. Moreover, Allseas stated that sourcing metals from the deep sea reduces environmental and social impacts.

“Allseas is excited to be involved in the exploration of the deep ocean for these important metals,” Edward Heerema, founder and president of Allseas, commented in a written statement from his firm. “Deep-sea polymetallic nodule collection represents a new frontier and a new exciting chapter in Allseas’ history. With our offshore expertise and innovative capacity, we can develop creative technical solutions for this new industry.”

Allseas, partnering with the minerals exploration and development firm DeepGreen Metals Inc., stated that will convert Vitoria 10000 into a “polymetallic nodule collection vessel.” The drillship – built in 2010 – will be fitted will a deep-sea mineral collection system to recover polymetallic nodules from the ocean floor in an environmentally responsible manner and transfer them to the surface for transport to the shore, added Allseas, which is engineering the recovery technology. Onshore, DeepGreen will process the nodules using a metallurgical flowsheet that it developed.

Citing the vessel’s 748-foot (228-meter) length, 138-foot (42-meter) width and ability to accommodate 200 people, Allseas pointed out the ship is well-suited for modifications enabling seaborne deployment of the 2.8-mile (4.5-kilometer)-long riser that it is developing.

“To have partners like Allseas bring their engineering excellence and passion to help get this industry started makes us, and the industry, very fortunate,” remarked DeepGreen Chairman and CEO Gerard Barron. “The green transition is going to require hundreds of millions of tonnes of nickel, copper and cobalt, and our research shows that ocean polymetallic nodules could provide society with these critical minerals at a fraction of the environmental and social impacts associated with land-based extraction.”

Allseas noted that DeepGreen is participating in an unprecedented integrated surface-to-seabed research program aimed at improving understanding of collecting nodules from the ocean floor. The company added the research effort will develop new scientific knowledge about the Pacific Ocean and help it to design nodule collection technologies that minimize environmental impacts.

An Allseas spokesperson told Rigzone that the shipyard where the conversion will take place has not been confirmed. The company stated that it expects the re-configured vessel to be ready for initial nodule collection tests by mid-2021.
https://www.rigzone.com/news/allseas_dr ... 9-article/

https://lemarin.ouest-france.fr/secteur ... es-nodules

Re: Minerais : réserves ,recyclage, et déplétion.

par energy_isere » 06 févr. 2020, 20:10

[Objectif neutralité carbone] Les mines se convertissent à l'électrique

MYRTILLE DELAMARCHE Usine Nouvelle 06/02/2020

Les différentes filières industrielles se mobilisent pour réduire leur empreinte carbone.Le secteur des mines délaisse peu à peu les énergies fossiles.

S’agissant de son empreinte carbone, le secteur minier a deux problèmes : son faible taux de raccordement au réseau pour cause de sites isolés et la consommation en carburant de ses engins. Le secteur délaisse peu à peu l’énergie fossile pour se convertir à l’électrique.

Ainsi, newmont Goldcorp a inauguré en novembre 2019, en Ontario (Canada), la mine de Borden, première mine d’or souterraine zéro diesel. elle est équipée d’une flotte à batteries sodiumchlorure de nickel, fournie par le suédois Sandvik Mining, qui se rechargent en opération, notamment grâce à l’énergie de freinage. Le canadien MacLean engineering fournit les véhicules de soutènement, eux aussi électriques. Le gain en émissions de gaz à effet de serre est estimé à 70 % (6 600 tonnes par an). Ce mouvement d’électrification s’étend au-delà des flottes, avec une conversion progressive des mines aux énergies renouvelables.

Pionnière dès 2015, la mine australienne de cuivre et d’or DeGrussa couvre en journée 90 % de ses besoins grâce à une centrale solaire de 10,6 MW (et 6 MWh de stockage en batteries lithium-ion) gérée par neoen, couplée à une centrale diesel de 19 MW. La mine d’or d’essakane, au Burkina Faso, recourt au solaire pour environ 7 % de ses besoins depuis 2018. antofagasta et Barrick Gold comptent alimenter la mine de Zaldivar au Chili à 100 % en énergie renouvelable (mix hydro, solaire et éolien). Le site étant relié au réseau électrique, il s’agit d’un contrat d’énergie verte. en Guyane, la Compagnie Montagne d’or, dans un projet de mine retoqué par le gouvernement, prévoyait d’installer un parc solaire de 100 MW couvrant 80 % de son besoin, doublé d’une centrale d’appoint au gazole. Le coût aurait été inférieur à celui d’un raccordement au réseau.
https://www.usinenouvelle.com/article/o ... ue.N925739

Re: Minerais : réserves ,recyclage, et déplétion.

par energy_isere » 28 janv. 2020, 21:32

FRANCE 24•28/01/2020
C'est du Jharkhand - l'un des États les plus pauvres d'Inde - que provient une grande partie de la production mondiale de mica, minerai scintillant prisé des industries cosmétiques et automobiles. Avant de se retrouver dans les fards à paupières, rouge à lèvres et autres carrosseries rutilantes, le mica franchit de nombreuses frontières, passe par des grossistes, des tailleurs et des réseaux d'intermédiaires pour le moins opaques... Mais à la source, ce sont bien souvent des enfants indiens non-scolarisés, qui le ramassent. Reportage de notre correspondante en Inde, Philomène Remy.
5 mn de vidéo : https://www.boursorama.com/videos/actua ... 2e00c34f63

Re: Minerais : réserves ,recyclage, et déplétion.

par energy_isere » 01 déc. 2019, 19:05

Cerro de Pasco acquires Volcan’s mining assets in Peru for $30 million

.......
The transaction will grant CDPR ownership and operation of all mining and processing assets in Cerro de Pasco, central Peru. Cerro de Pasco was one of the oldest and largest polymetallic mines in the world, operating for almost 400 years.
https://www.mining.com/cerro-de-pasco-a ... 0-million/

Cerro de Pasco est la ville de 50 000 habitant la plus haute du monde, à 4330 m !
La mine est literallement dans la ville.

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Cerro_de_Pasco

Il y est extrait principalement de Zinc et du plomb. De l'argent en moindre quantité. Autrefois du Cuivre aussi.

Lire aussi https://observers.france24.com/fr/20100 ... mine-perou

Image

Image

Re: Minerais : réserves ,recyclage, et déplétion.

par energy_isere » 24 nov. 2019, 12:27

Encore une résurgence de l'exploitation des nodules polymetalliques au fond des océans :
How DeepGreen is deriving critical metals from the seafloor
By DANIEL BRIGHTMORE . Nov 15, 2019,
https://www.miningglobal.com/technology ... s-seafloor

Re: Minerais : réserves ,recyclage, et déplétion.

par energy_isere » 28 sept. 2019, 11:55

Neuf pays rejoignent l'initiative US sur les ressources minérales

REUTERS | LE 27/09 2019

Neuf pays ont rejoint l'initiative américaine destinée à favoriser la découverte et l'exploitation des ressources en minerais utilisés pour faire fonctionner les batteries des véhicules électriques, ont annoncé les Etats-Unis.


Cette initiative, lancée en juin et baptisée Initiative pour la gouvernance des ressources en énergie (ERGI), s'inscrit dans le cadre des efforts entrepris par les Etats-Unis pour réduire la dépendance mondiale à l'égard de la Chine pour les composants utilisés dans les technologies de pointe.

Les neuf pays ayant rejoint ce projet sont l'Australie, le Botswana, le Pérou, l'Argentine, le Brésil, la République démocratique du Congo, la Namibie, les Philippines et la Zambie.

Les Etats-Unis vont partager avec eux leur expertise pour les aider à découvrir et à exploiter leurs ressources minérales, notamment en lithium, cuivre et cobalt.

Les ministres des Affaires étrangères de ces neuf pays ont rencontré le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo jeudi en marge de l'Assemblée générale de l'Onu à New York.

La sécurisation des approvisionnements pour les véhicules électrifiés s'annonce stratégique pour les prochaines décennies. Le secteur des batteries est actuellement largement dominé par la Corée du Sud et la Chine. L'Europe tente de son côté de mettre sur pied sa propre filière pour réduire sa dépendance vis-à-vis de l'Asie.
https://m.investir.lesechos.fr/actualit ... 74177.html

Re: Minerais : réserves ,recyclage, et déplétion.

par energy_isere » 22 sept. 2019, 10:37

Engagements éthiques dans l'industrie minière: réel tournant ou poudre aux yeux?

AFP•22/09/2019

L'industrie minière, accusée d'être l'une des plus polluantes et dangereuses au monde, dit vouloir adopter des pratiques plus éthiques, mais les associations de défense de l'environnement et des droits humains dénoncent des paroles vaines.

Il y a quelques jours, le Conseil mondial de l'or (CMO) a publié des principes d'extraction responsables, appelant ses membres à "s'opposer à la corruption", "respecter les droits humains des employés et communautés" ou encore "protéger les écosystèmes fragiles".

Le London Metal Exchange (LME), plateforme boursière consacrée aux métaux industriels, avait déjà proposé à ses utilisateurs des normes pour une meilleure traçabilité des matières premières.

Certaines entreprises, comme le plus gros producteur mondial d'or Barrick Gold, affirment déjà respecter, voire dépasser, les principes du CMO, ou font la publicité de projets "responsables", comme les groupes industriels BMW, BASF et Samsung viennent de le faire pour le cobalt en RDC.

Mais les ONG et experts sont sceptiques. "Les déclarations de ce type sont d'importantes expressions de bonne volonté (...) mais il est crucial de joindre le geste à la parole", a expliqué à l'AFP Lucy Graham, de l'ONG Amnesty International.

Plus critique, Jamie Kneen, de l'ONG canadienne MiningWatch, dénonce "un énième effort pour blanchir la réputation" du secteur.

- Batailles stratégiques -

Minéraux et terres rares comme le cuivre, le lithium ou le nickel sont essentiels dans la fabrication des voitures électriques ou de panneaux solaires et leur demande ne cesse de grimper.

Ils font l'objet de batailles entre grandes puissances, qui cherchent à dominer les technologies et énergies du futur, mais leur exploitation dans des pays parfois peu soucieux du respect des droits humains ou environnementaux fait régulièrement les gros titres pour ses ravages.

Parmi les derniers en date, l'effondrement d'une mine artisanale affiliée au géant suisse Glencore et la rupture d'un barrage du brésilien Vale, qui a fait au moins 270 morts et disparus. L'industrie des terres rares était aussi pointée du doigt après qu'un site d'extraction en Mongolie intérieure eut déversé des détritus toxiques dans le lac artificiel de Baotou.

Pour Eniko Horvath, chercheuse au centre de réflexion britannique spécialisé BHRRC, ils doivent en faire beaucoup plus pour contrôler le respect de droits humains "à tous les échelons de leurs chaînes d'approvisionnement".

Les militants des droits de l'homme critiquent aussi le caractère non contraignant de ces normes.

Amnesty International souhaite ainsi "la mise en place de lois qui obligeront légalement l'industrie à miner (...) de manière responsable et transparente", insiste Lucy Graham. Même dans certains pays comme les Etats-Unis ou le Brésil, les gouvernements vont plutôt dans le sens de plus de dérégulation des activités minières.

Afin de mettre les sociétés face à leurs responsabilités, le BHRRC a créé début septembre un site internet dédié, le Transition Minerals Tracker.

Il répertorie les allégations d'atteintes aux droits humains des plus grosses compagnies productrices de six minéraux clés de la transition écologique, dont le manganèse ou le zinc.

Glencore y figure en mauvaise place avec environ 60 allégations. L'une des motivations des entreprises pour prendre des mesures éthiques pourrait être la préservation de leur cours de Bourse, à l'heure où la responsabilité des entreprises fait de plus en plus les gros titres.

Pour l'instant, les catastrophes minières ont eu un effet mitigé: le titre de Glencore avait chuté puis rapidement rebondi lors de l'effondrement de la mine à Kolwezi, mais l'action de Vale a plus de mal à se remettre.
https://www.boursorama.com/bourse/actua ... 8b8ffbfe44

Re: Minerais : réserves ,recyclage, et déplétion.

par energy_isere » 16 sept. 2019, 23:20

Un jour ou l'autre, le monde manquera de sable

Annick Berger — 16 septembre 2019 slate.fr

Deuxième ressource naturelle la plus utilisée après l'eau, le sable est indispensable à notre développement. Mais aujourd'hui, le matériau s'épuise et devient un facteur de déstabilisation.
........
https://news.google.com/articles/CAIiED ... id=FR%3Afr

Re: Minerais : réserves ,recyclage, et déplétion.

par energy_isere » 17 juin 2019, 23:04

Au Maroc, le littoral menacé par les "mafias du sable"

AFP•17/06/2019

En contrebas d'un projet d'appartements "pieds dans l'eau" sur la petite plage branchée de Monica, près de Casablanca, une seule dune a résisté à l'appétit des constructeurs: ici comme ailleurs au Maroc, le sable est pillé pour nourrir une industrie du bâtiment croissante.

Un rapport du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) sur la surexploitation du sable dans le monde, publié début mai, pointe du doigt le rôle des "mafias du sable" dans la disparition des plages marocaines, sur fond de bétonnage du littoral.

La moitié du sable utilisé chaque année dans la construction au Maroc, soit 10 millions de mètres cubes, est extraite illégalement, selon ce rapport.

"Sur tout le littoral de la ville, les dunes ont disparu", déplore Jawad Hadi, en scrutant la côte de Mohammedia, ville proche de Casablanca (ouest), où se trouve la plage de Monica.

Ce militant écologiste de 33 ans dirige l'Association nationale de protection de l'environnement et du littoral (Anpel).

"A ce rythme, il ne restera bientôt que des rochers", soupire Adnane Afouss, membre de la petite association.

Le sable, deuxième ressource naturelle la plus utilisée au monde après l'eau selon le PNUE, est un composant essentiel du béton. Partout sur la planète, plages et rivières sont ponctionnées, légalement ou illégalement.

"Les pilleurs viennent au milieu de la nuit, surtout en basse saison" touristique, indique une habitante, devant sa maison cossue à proximité de la plage de Monica.

"Mais ils se font plus rares car la zone s'est remplie de monde. De toute façon, ils n'ont plus rien à prendre", lâche cette quadragénaire affable, en baskets et djellaba colorée.

- Plages dépouillées -
Au Maroc, le sable est prélevé pour "la construction d'infrastructures liées au tourisme", d'après le PNUE.

Résultat: les côtes s'érodent, les plages rétrécissent. "La poursuite de la construction risque de conduire à la destruction de la principale attraction naturelle des visiteurs: les plages elles-mêmes", alerte l'organisation onusienne.

Le vol de sable sur les plages ou les dunes littorales est passible d'un à cinq ans de prison au Maroc.

Les plages continuent pourtant d'y être dépouillées, le long d'un littoral de 3.500 km qui court entre Méditerranée et Atlantique (Sahara occidental compris). Le sable est lui transporté à dos d'âne, en triporteur ou en camion.

Dans le nord, "sur certaines plages, le sable a quasiment disparu", alerte un militant écologiste. "Il y a eu énormément de pression sur les plages de Tanger avec des projets immobiliers à la chaîne".

Plus au sud, entre les villes d'Essaouira et de Safi, les "mafias du sable" ont transformé une grande plage en un paysage rocailleux, déplore le PNUE.

"Il y a le petit pillage, comme ici à Mohammedia, puis il y a le trafic intensif et structuré par des réseaux organisés, opérant avec la complicité de certains responsables", affirme Jawad Hadi.

Tandis que des "mafias du sable opèrent en contrebande", "des notables, parlementaires ou militaires à la retraite disposent d'autorisations qui leur permettent de surexploiter des gisements", accuse-t-il.

- Paysage lunaire -

Sous le couvert de l'anonymat, le patron d'une entreprise spécialisée dans le dragage évoque "une mafia très organisée qui ne paye pas de taxes" et vend un sable "ni lavé, ni dessalé", non conforme aux critères du BTP.

Les acteurs de cette "mafia" ont des "protections à tous les niveaux, ils ne payent rien du tout car tout se fait en cash et il y a beaucoup de blanchiment d'argent dans ce trafic", assure-t-il.

Un simple smartphone suffit pour visualiser l'étendue du désastre, indique Adnane Afouss, en montrant une forêt littorale rasée ou des dunes ayant disparu pour laisser place à un paysage lunaire, sur les cartes aériennes de l'atlas numérique Google Earth.

Les yeux rivés sur son téléphone, l'écologiste scrute minutieusement la moindre parcelle: "ici, près de Safi (250 km au sud de Casablanca), ils ont prélevé le sable sur sept kilomètres. C'était une carrière exploitée par un ancien général à la retraite, mais il n'y a plus rien à prendre", fulmine-t-il.

La protection de l'environnement a pourtant été érigée en priorité par l'Etat marocain, qui met en avant une communication prolixe sur ce thème depuis qu'il a accueilli la COP22 en 2017.

Interrogée par l'AFP sur les mesures prises pour lutter contre l'extraction illégale de sable, la secrétaire d'Etat chargée du développement durable, Nezha El Ouafi, affirme qu'"un plan national de protection du littoral est en cours de validation".

Elle promet aussi "des mécanismes d'évaluation, avec des programmes de protection et de valorisation", sans donner davantage de détails.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... bc22887217

Re: Minerais : réserves ,recyclage, et déplétion.

par vidapura » 04 juin 2019, 22:56

Réponse générale.
Gaël Giraud, qui est sauf erreur directeur de l'agence française pour l'environnement et est aussi un financier hyper pointu. Il côtoie, entre autres, le "gratin" du panier de la finance anglosaxonne mondialisée car mondialiste. Que disent ces supers financiers de la City (et bien sûr de Wall-Street) du 'passage' à l'énergie verte dont on ne cesse de se référer?
Et bien ils disent (eux les financiers les plus décisifs) qu'ils vont laisser faire les Chinois. Ce sont donc les Chinois, dont le pays est l'un des plus pollué du monde vu leur développement technique et technologique au pas de charge, ils ont ainsi l'épée de Damoclès au dessus de la tête vu les dommages occasionnés à l'environnement et à l'écosystème. Les Chinois devront régler ce problème du passage à l'énergie verte, rapporte Gaël Giraud de ses contacts rapprochés avec les plus hauts milieux bancaires occidentaux. On est ainsi informé que ces milieux bancaires occidentaux, jusqu'à plus ample informé, n'ont pas pour objectif d'investir décisivement dans les énergies vertes dont, pourtant, on parle sans cesse... c'est pour meubler les conversations de salons?
Ce sont donc, d'après ces milieux, les normes chinoises de l'énergie verte qui devraient devenir en quelques sorte le 'Bureau Véritas' de l'énergie verte. En effets les principaux milieux financiers et bancaires ne paraissent aucunement vouloir changer leur fusil d'épaule...
Au passage, je le dis depuis quelques 20 ans, la sphère financière est le souverain au final. Actuellement (mais ça fait déjà longtemps!) c'est cette sphère financière qui est le VRAI souverain, le vrai pouvoir.

Re: Minerais : réserves ,recyclage, et déplétion.

par energy_isere » 10 mai 2019, 21:03

Vale investit 2,5 milliards de dollars pour supprimer des barrages miniers

Myrtille Delamarche Usine Nouvelle le 10/05/2019

Passer à l’assèchement progressif de ses résidus miniers, c’est le choix de la compagnie minière brésilienne Vale, après deux ruptures de digues catastrophiques en trois ans.

Le groupe minier brésilien Vale a annoncé le 9 mai qu’il allait investir 2,5 milliards de dollars ces cinq prochaines années dans une technologie de traitement à sec du minerai. Un traitement qui rendrait inutiles les barrages de rétention tels que ceux dont la rupture a provoqué deux des plus grands désastres écologiques et humains au Brésil, à Fundao (mine BHP-Vale de Samarco) et Brumadinho.

Image
La rupture du barrage minier (Vale) de Brumadinho au Brésil a fait 237 mort et 33 disparus.

Selon Vale, cet investissement ne serait pas lié directement à ces deux accidents. Le stockage à sec des résidus miniers, mis en œuvre sur son site situé au sud de la Nouvelle-Calédonie, est l’un des pans d’un plan d’investissement de Vale qui a mobilisé 17,5 milliards de dollars ces dix dernières années, a affirmé le directeur du développement des métaux ferreux de Vale Fabiano Carvalho Filho à Reuters.

Objectif 70% de déchets secs

Une partie importante de cet investissement sera dédiée à la conversion à un traitement à sec du minerai sur les six lignes humides restantes sur le site de Carajas (nord du Brésil), les onze autres lignes étant déjà des procédés à sec. Globalement, Vale annonce un objectif de 70% de ses opérations en traitement à sec d’ici à la fin de l’année 2023, contre 60% actuellement. Le solde sera consacré à deux projets dans le Minas Gerais.

Un surcoût estimé à 20%

Le traitement à sec du minerai de fer est l’une des réponses aux risques engendrés par le stockage humide des déchets miniers, estime Leonardo Ivo, président de l’Association des observateurs de l’environnement du Minas Gerais. Les compagnies minières "préfèrent prendre le risque qu’un effondrement se produise à cause du coût que cette technologie représente, mais des études démontrent que le traitement à sec n’engendrerait qu’une hausse des coûts de 20 %", affirme-t-il dans "National Geographic".
https://www.usinenouvelle.com/article/v ... rs.N841215

Re: Minerais : réserves ,recyclage, et déplétion.

par mobar » 18 mars 2019, 09:34

S’il apparaît aujourd’hui nécessaire de se préparer à l’après-pétrole, c’est beaucoup moins en raison de l’épuisement supposé des réserves qu’à cause du dérèglement climatique dont l’usage du pétrole est en partie responsable. Les choix énergétiques ne sont donc pas seulement technologiques ; ils sont avant tout politiques. C’est probablement l’ampleur des impacts du réchauffement climatique qui déterminera le volontarisme dans la mise en place de politiques efficaces de réduction des émissions de gaz à effet de serre.
Réchauffement climatique, volontarisme, politiques efficaces ????
Plutôt dégradation environnementale et conflits armés dus à la croissance incontrôlée des populations qui ont les croissances des consommations les plus fortes
L'insoutenable démographie des prédateurs et la raréfaction des proies de l'espèce prédatrice, sont les seuls moyens efficaces dont dispose la nature pour éliminer ceux qui nuisent à son équilibre
La régulation se fera automatiquement et sans discussion inutile, comme toujours!
Comme l’a bien rappelé l’ancien ministre du Pétrole saoudien, Cheikh Ahmed Yamani, « l’âge de la pierre n’a pas pris fin par manque de pierre », mais parce que l’homme a fait des progrès scientifiques lui permettant de développer des technologies plus performantes. Ce n’est probablement pas par manque de pétrole que l’homme cessera d’en utiliser, mais parce que des alternatives plus performantes (notamment en termes de rendement énergétique, de pollution et d’émissions de gaz à effet de serre) seront mises au point et se généraliseront. Ce jour-là (2025 ? 2050 ? 2100 ?), alors que son utilisation comme source d’énergie sera progressivement abandonnée, il restera encore, selon toute vraisemblance, du pétrole sous terre ; en grande quantité ou pas, cela n’aura pas d’importance
http://ceriscope.sciences-po.fr/environ ... ite?page=5

Haut