[Crise] L'économie des USA en difficulté

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : [Crise] L'économie des USA en difficulté

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » Hier, 09:23

Les ports américains craignent l'avarie face à la guerre commerciale

23 sept 2018

Le jeu de poker menteur auquel se livrent Pékin et Washington sur le commerce prend des allures de bataille navale selon les responsables des ports américains, craignant de prendre l'eau face à la chute du commerce induite par les tarifs douaniers.


"Le total des tarifs imposés et les mesures de rétorsion internationales touchent 10% de la totalité des échanges qui transitent par les ports américains" soit 160 milliards de dollars, calcule Kurt Nagle, le patron de l'Association américaine des autorités portuaires (AAPA).

Le dirigeant de ce groupement qui défend la quasi-totalité de la petite centaine de ports américains qualifie la situation de "préoccupante", eu égard aux sources de revenus de ces ports.

Deux canaux viennent en effet alimenter les caisses de ces plate-formes réparties des côtes du Pacifique à l'Atlantique en passant pas le golfe du Mexique et la région des Grands Lacs: la location de terminaux à des sociétés privées et le prélèvement de taxes sur les containers qui transitent.

Or avec une Maison Blanche dont la politique commerciale consiste en bonne partie à imposer ses vues à coup de taxes sur les importations, la baisse des volumes induite pèse directement sur leurs comptes.

Illustration au sud du pays, où le port de la Nouvelle-Orléans (Louisiane) a déjà accusé une chute de 350.000 tonnes des réceptions d'acier, produit phare du port, sur les six premiers mois de l'année par rapport à 2017.

"Cela représente une perte de trois à cinq millions de dollars. Pour nous c'est un montant énorme", affirme le vice-président, Robert Landry. Les principaux débouchés sont turcs, chinois et coréens, des sources frappées, à l'exception de la dernière, par une taxe de 25% avant l'été.

- Los Angeles accélère -

Egalement taxé, l'aluminium a vu ses déchargements reculer de 10% sur le port, tandis qu'à l'export, les volailles se font plus rares du fait des mesures de rétorsion imposées par Pékin.

Face à la Chine, sur la côte californienne, le port de Los Angeles a affiché a l'inverse une accélération de son activité. "En mai, juin et juillet, les affréteurs inquiets ont accéléré les déplacements de cargos", a remarqué le porte-parole du port, Phillip Sanfield.

Il faut dire que les échanges avec Pékin sont stratégiques dans le plus grand port du pays, la moitié de ses échanges en valeur ayant concerné ce pays l'an dernier.

L'effet sera toutefois de courte durée alors que la dernière salve de tarifs douaniers américains a porté le total des produits chinois taxés à 250 milliards de dollars, et que Pékin a décidé cette semaine de cibler 60 milliards de dollars de produits américains supplémentaires.

Les matières plastiques, les pièces détachées automobiles et les accessoires informatiques sont les produits surtaxés les plus échangés sur ce ports avec une valeur cumulée de 3,7 milliards de dollars.

- "Difficile de se relever" -

"Je suis optimiste, je ne sais simplement pas quand les choses vont s'arranger", affirme M. Landry qui anticipe qu'"au-delà de six mois supplémentaires, il commencera à être difficile de se relever".
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... a77603a99a

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 17 sept. 2018, 22:01

Pas encore froid le mort vivant :
La liquidation du courtage de Lehman pourrait être close en 2019

Publié le 17/09/2018 NEW YORK (Reuters)

La liquidation de la filiale de courtage de Lehman Brothers Holdings pourrait être achevée en 2019, onze ans après la banqueroute de sa maison mère qui précipita la crise financière mondiale en 2008.

James Giddens, curateur qui supervise cette liquidation, a déclaré lundi qu'il ne restait à régler que 381 des quelque 140.000 procédures intentées contre le courtier.

Les clients et créanciers garantis ont été complètement indemnisés. Les créanciers non garantis ont reçu environ 9 milliards de dollars, soit 39,75 cents par dollar, à peu près le double de ce qui était envisagé.

Dans un document transmis à la justice à New York, James Giddens déclare que la liquidation est dans sa phase finale et que la résolution de toutes les procédures et le dernier paiement "pourraient intervenir l'année prochaine" si le calendrier judiciaire le permet.

Le curateur ajoute que la structure de défaisance a encore 543 millions de dollars d'actifs.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... 19.N742684

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par moulino51 » 17 sept. 2018, 12:56

Sauf que lui joue avec ses billes (en gros) :-"

Vivement que ce monde s'écroule, qu'on passe a autre chose :ghost:



Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par GillesH38 » 17 sept. 2018, 11:49

ouais c'est comme Elon Musk, pourtant c'est un beau gars !

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par moulino51 » 17 sept. 2018, 10:17

Bien dommage de faire des misères a une aussi belle jeune fille :mrgreen: :mrgreen: :arrow: :lol:



Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 17 sept. 2018, 09:28

tita a écrit :
17 sept. 2018, 09:10
Un échec spectaculaire d'une entreprise issue de la Silicon Valley: Theranos. L'entreprise a du mettre la clé sous la porte suite à la découverte de fraudes, autant financières que factuelles. Elle commercialisait un service qui ne fonctionnait pas. Pourtant, cette entreprise avait atteint une valorisation à $10 milliards en 2014, et en vaut $0 aujourd'hui. La faute à l'arrogance d'une jeune entrepreneuse qui avait soif de gloire, et à l'aveuglement d'une machine médiatique qui propulse ce genre de personne à des sommets stratosphériques.
http://siliconvalley.blog.lemonde.fr/20 ... on-valley/
https://www.cbsnews.com/news/60-minutes ... deception/
Oui, j'avais vu ça il y a déjà un moment. Sur un autre forum j'avais mis ce lien du mois de mars :

https://www.courrierinternational.com/a ... scroquerie

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par tita » 17 sept. 2018, 09:10

Un échec spectaculaire d'une entreprise issue de la Silicon Valley: Theranos. L'entreprise a du mettre la clé sous la porte suite à la découverte de fraudes, autant financières que factuelles. Elle commercialisait un service qui ne fonctionnait pas. Pourtant, cette entreprise avait atteint une valorisation à $10 milliards en 2014, et en vaut $0 aujourd'hui. La faute à l'arrogance d'une jeune entrepreneuse qui avait soif de gloire, et à l'aveuglement d'une machine médiatique qui propulse ce genre de personne à des sommets stratosphériques.
http://siliconvalley.blog.lemonde.fr/20 ... on-valley/
https://www.cbsnews.com/news/60-minutes ... deception/

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par phyvette » 16 sept. 2018, 14:16

Rendement du 2 ans US à 2,78% soit son plus haut niveau depuis la faillite de Lehman Brothers.


Image

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par phyvette » 15 sept. 2018, 19:25

Vont pas tardez a se calmer sur les crédits, faute de solvabilité. La consommation va se vautrer, la bourse va s'effondrer, le chômage us va exploser.

Image

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 15 sept. 2018, 08:39

Dix ans après Lehman Brothers, la dette des ménages américains explose

Par Hayat Gazzane Publié le 15/09/2018

L'endettement des ménages outre-Atlantique dépasse les 13.000 milliards de dollars et ne cesse d'enfler, porté par une économie vigoureuse. Mais une décennie après la crise des subprimes, certains observateurs s'en inquiètent.


Il y a dix ans éclatait la bulle des crédits immobiliers «subprime», avec pour point culminant la faillite de la banque new-yorkaise Lehman Brothers, précipitant l'économie mondiale dans l'une des pires crises financières de son histoire. Depuis, l'appétit des ménages américains pour le crédit n'a pas diminué, bien au contraire. D'après un récent rapport de la Fed de New York, la dette totale des ménages outre-Atlantique a augmenté de 82 milliards de dollars au deuxième trimestre pour atteindre 13.290 milliards. Un niveau qui se situe au-dessus du précédent sommet de 12.680 milliards de dollars enregistré…au troisième trimestre 2008. Cette situation, qui semble logique au regard du mode de consommation américain et de la vigueur de l'économie outre-Atlantique, inquiète toutefois certains observateurs qui voient se former des bulles susceptibles d'exploser. Explications.
........
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018 ... xplose.php



Dette immobilière : 9000 milliards de dollars.

Dette prêts automobiles 1240 milliards de dollars.

Dette prêt étudiants 1410 milliards de dollars.

Dette carte de crédit 829 milliards de dollars.

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 13 sept. 2018, 07:09


Malgré le plein emploi, la pauvreté ronge toujours les Etats-Unis

AFP le 13/09/2018

Malgré la solide croissance et le plein emploi aux Etats-Unis, le taux de pauvreté n'a que très peu baissé sous Donald Trump en 2017, selon le bureau américain des statistiques, le rapporteur de l'ONU pour l'extrême pauvreté jugeant cette situation "honteuse".

Le revenu médian des foyers américain --(une moitié des familles gagnent plus, l'autre moins)-- a toutefois augmenté de 1,8 % entre 2016 et 2017, pour atteindre 61.372 dollars.

"Il s'agit de la troisième hausse annuelle consécutive" pour cet indicateur, souligne le bureau des statistiques.

Le républicain Donald Trump s'est réjoui cette semaine de la bonne santé de l'économie américaine, avec une croissance à plus de 4 % et un taux de chômage parmi les plus bas historiques, à 3,9 %.

Mais le taux de pauvreté n'a que très peu reculé dans la première puissance mondiale en 2017 (-0,4 %). Il frappe 12,3 % de la population, soit 39,7 millions d'Américains.

"L'administration américaine devrait avoir honte", a réagi Philip Alston, le rapporteur de l'ONU pour l'extrême pauvreté. "Si c'est ça le mieux que l'un des pays les plus riches du monde parvient à faire à une époque de grande prospérité, c'est honteux", a-t-il martelé.

"C'est une tragédie", a déploré le révérend William Barber, co-président de l'organisation Poor People's Campaign, qui dénonce la pauvreté à travers manifestations et débats ouverts à tous. Ce nom rend hommage à une campagne menée il y a cinquante ans par Martin Luther King.

Epinglant une "violence politique contre les pauvres" lors d'une conférence téléphonique, il a appelé à voter lors des élections parlementaires du 6 novembre. "Nous devons changer cela".

En parallèle, le pourcentage d'Américains ne disposant d'aucune assurance maladie est resté le même en 2017, à 8,8 %, soit 28,5 millions de personnes, selon le bureau des statistiques. Avant la réforme du système de santé lancée par Barack Obama en 2010, on dénombrait quelque 45 millions d'Américain non-assurés.

Contrairement à sa promesse de campagne, Donald Trump n'est pas parvenu, en 2017, à abroger cette loi dite "Obamacare". Mais les républicains du Congrès tentent depuis, ouvertement, de la torpiller. Ils ont également commencé à couper ou promis d'entraver plusieurs programmes sociaux, comme la distribution de coupons alimentaires.

"Ces coupes vont avoir un impact très significatif, que nous ne verrons que l'an prochain" reflété dans les chiffres sur la pauvreté, a averti Philip Alston, lors de la conférence téléphonique.
https://www.google.fr/amp/s/amp.lepoint.fr/2250836

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 13 sept. 2018, 00:50

Trump à l'épreuve de la réalité agricole

FRANCK STASSI PUBLIÉ LE 11/09/2018

Alors que l’administration Trump avait accordé aux agriculteurs américains victimes de la "guerre commerciale" déclenchée par le président des États-Unis, en juillet, une aide d’urgence allant jusqu’à 12 milliards de dollars, le département américain de l’Agriculture (USDA) a discrètement révisé son montant à la baisse, fin août. Ainsi, 4,7 milliards de dollars devraient être alloués dès septembre aux producteurs de maïs, de coton, de produits laitiers, de porc, de sorgho, de soja et de blé.

"Le taux de paiement dépendra de la gravité de la perturbation des échanges et de la période d’ajustement aux nouvelles tendances commerciales", précise l’USDA. Le soja constitue le premier poste à l’exportation du pays (12,7 milliards de dollars de recettes en 2017). Et 1,2 milliard de dollars sera aussi consacré à un programme d’achat de produits agricoles (pommes, myrtilles, oranges…). Ceux-ci seront distribués dans le cadre de programmes d’assistance nutritionnelle. Reste à ventiler les fonds du programme de promotion du commerce agricole (200 millions de dollars) également prévu par l’USDA.

En appliquant un barème restrictif à ces aides, l’administration prend acte d’un principe de réalité : 12?milliards de dollars ne peuvent être débloqués immédiatement. Il faut toutefois ménager une population qui s’est largement prononcée en faveur de Trump lors de son élection. Il y a urgence : cette année, les revenus agricoles américains devraient baisser de 6,7%.
https://www.usinenouvelle.com/article/t ... le.N739169

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 11 sept. 2018, 17:06

Trump et Obama s'attribuent chacun les lauriers de l'embellie économique américaine

AFP 11/09/2018

A l'approche des élections de mi-mandat, Donald Trump et Barack Obama se disputent la paternité du boom économique des Etats-Unis, l'ancien président américain assurant que le rebond actuel résulte avant tout des politiques mises en place sous son ère.

La croissance de la première puissance économique mondiale a fait un bond au deuxième trimestre, franchissant la barre des 4% pour la première fois en quatre ans.

Pour l'année entière, le Fonds monétaire international (FMI) table sur une projection de croissance de 2,9% et de 2,7% en 2019, ce qui marquera "la plus longue période d'expansion" de l'histoire des Etats-Unis.

Pas un jour, quasiment, sans que le président républicain ne se glorifie du dynamisme économique du pays, s'attribuant entièrement les lauriers de cette performance.

"L'économie se porte super bien, peut-être la meilleure de l'histoire de notre pays", a-t-il ainsi affirmé lundi dans une série de tweets frénétiques. "Si les Démocrates avaient gagné les élections en 2016, (la croissance du) PIB, qui était d'environ 1% et en train de se ralentir, aurait été de moins 4% au lieu de jusqu'à plus 4,2%", a-t-il estimé.

Mettant en avant deux mesures phare de sa politique économique: "la réforme fiscale et la dérégulation", le locataire de la Maison Blanche a également affirmé que "le taux de croissance (4,2%) est plus élevé que le taux de chômage (3,9%) pour la première fois en plus de 100 ans!".

L'affirmation est fausse selon un fact-checking (*) réalisé par l'AFP, qui montre de très nombreuses instances où cela fut le cas.

A l'approche des élections du 6 novembre, l'économie constitue la carte majeure de Donald Trump fragilisé par les enquêtes judiciaires visant plusieurs de ses anciens proches collaborateurs.

Lui-même est en proie à de violentes critiques sur sa personnalité et sa façon de présider.

- Déficit et ralentissement à l'horizon -

La semaine dernière, des extraits du livre du journaliste d'investigation Bob Woodward consacré au 45e président des Etats-Unis ont dressé le portrait d'un président inculte, colérique et paranoïaque que ses collaborateurs s'efforcent de contrôler pour éviter les pires dérapages.

A moins de deux mois du scrutin, les sondages prédisent une "vague bleue" (démocrate) et les républicains, aujourd'hui aux commandes du Congrès, redoutent de perdre la Chambre des représentants.

Face à cette menace, Donald Trump ne cesse de louer son bilan économique, ce qui a fait réagir Barack Obama.

Relativement discret depuis son départ de la Maison Blanche le 20 janvier 2017, le 44e président des Etats-Unis est sorti de sa réserve vendredi depuis l'Illinois, pour mettre les points sur les I.

Barack Obama a d'abord rappelé le contexte: lorsqu'il avait pris ses fonctions en 2009, l'économie américaine perdait 800.000 emplois chaque mois. C'était la crise mondiale avec des effets inédits depuis la Seconde guerre mondiale. Donald Trump est, lui, arrivé dans une économie assainie.

"Quand j'ai quitté mes fonctions, le revenu des ménages était proche d'un record (...) et les salaires augmentaient", a fait valoir Barack Obama.

"Quand j'entends combien l'économie se porte bien, je dis rappelons nous quand la reprise a commencé", a-t-il insisté. "Je suis heureux que cela se poursuive mais quand on entend parler de miracle économique (...) Je dois leur rappeler que les chiffres relatifs à l'emploi sont assez proches de ce qu'ils étaient en 2015 et 2016.

De fait, les créations d'emplois ont été en moyenne mensuelle de 183.000 en 2017 et de 211.000 cette année, contre 195.000 en 2016 et 226.000 en 2015.

"Il n'y a aucun doute que le crédit est à mettre au compte d'un mélange" des deux présidences, estime Douglas Holtz-Eakin, ancien directeur du Bureau du budget du Congrès.

Les économistes s'accordent à dire que la refonte fiscale --la plus importante depuis trente ans-- stimule largement l'économie américaine puisque celle-ci a réduit certains impôts sur le revenu et surtout abaissé nettement l'impôt sur les sociétés (de 35% à 21%).

"Les chiffres montrent clairement que l'expansion a démarré sous le président Obama (...) et Trump surfe sur les tendances dont il a hérité", a, de son côté, avancé Jared Bernstein, l'ancien conseiller économique du vice-président d'Obama, Joseph Biden.

Les économistes soulignent aussi à l'unisson que les effets du stimulus fiscal et budgétaire vont s'estomper, avec un creusement du déficit américain. Le FMI projette ainsi un ralentissement à 1,9% en 2020 et 1,7% en 2021.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... c46a4bb3dc

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 06 sept. 2018, 22:36

Etats-Unis: déficit commercial record en juillet

Par RFI Publié le 05-09-2018

Le déficit commercial des Etats-Unis continue de s'aggraver. Selon les chiffres publiés par le département au commerce, il s'est creusé de 9,5% en juillet, une hausse inédite depuis mars 2015. Le bras de fer commercial engagé par le président Donald Trump avec ses partenaires commerciaux s’avère jusqu’à maintenant inefficace.

Le déficit commercial américain s’établit à un peu plus de 50 milliards dollars en juillet sous l’effet d’importations record surtout en provenance de Chine et de l'Union européenne. Deux partenaires avec lesquels l’administration de Donald Trump est engagée dans un conflit commercial pour obtenir la réduction du déficit américain.

La Maison Blanche a imposé depuis mars des taxes douanières supplémentaires sur l'acier et sur l'aluminium chinois, européen, canadien et mexicain. Le président américain a également imposé cet été des taxes de 25% sur 50 milliards de dollars de marchandises chinoises.

En représailles, la Chine et l’Union européenne ont imposé des droits de douane sur des produits américains notamment dans le secteur alimentaire et agricole.

Avec ces nouveaux chiffres du déficit américain, le conflit commercial pourrait s’intensifier. Le président américain a déjà menacé de taxer jusqu’à 200 milliards de dollars d’importations chinoises si la situation ne change pas.

Et la reprise des négociations entre Washington et Ottawa sur la réforme de l'Alena risque d’être sous haute tension, le déficit américain avec son voisin du nord s'est creusé de plus de 24% en juillet.
http://www.rfi.fr/economie/20180905-eta ... rd-juillet

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

par energy_isere » 01 sept. 2018, 23:26

L'ancien PDG d'Enron sort de prison

29 août 2018

Après 12 ans de détention, Jeffrey Skilling a été transféré dans un centre de réinsertion à Houston, au Texas. L'ancien dirigeant du courtier en énergie a été reconnu coupable de 19 chefs d'inculpation, dont fraude financière, délit d'initiés et mensonges comptables en 2006.

L'ancien PDG d'Enron, Jeffrey Skilling, au cœur de l'un des plus grands scandales financiers de ces vingt dernières années, est un homme presque libre. Il vient de sortir de prison et, après douze ans de détention, il a été transféré dans un centre de réinsertion à Houston, au Texas. L'ancien dirigeant était arrivé à la tête du courtier en énergie au début de l'année 2001. L'entreprise, qui avait employé jusqu'à 21 .000 personnes, avait fait faillite quelques mois plus tard à cause de malversations comptables et ruiné ses actionnaires. En 2006, Jeffrey Skilling a été condamné à passer vingt-quatre années derrière les barreaux. Il était personnellement accusé d'avoir dissimulé les pertes de la huitième entreprise américaine et exagéré la valeur de l'action tout en vendant ses propres titres. La justice américaine l'a reconnu coupable de 19 chefs d'inculpation, dont fraude financière, délit d'initiés et mensonges comptables.

«Patrons voyous»
Toutefois, en 2013, grâce à un accord passé avec le parquet pour mettre fin aux recours engagés depuis des années, la peine de prison a été ramenée à quatorze ans. Dans ce cadre, plus de 40 millions de dollars (34,2 millions d'euros) ont été prélevés sur la fortune de Jeffrey Skilling, gelée depuis 2006, pour être distribués aux victimes de cette faillite retentissante. L'affaire Enron est l'un des symboles des procès pour fraudes intentés à la moitié des années 2000 contre des «patrons voyous» aux États-Unis. Les dirigeants de l'opérateur télécoms WorldCom, du câblo-opérateur Adelphia Communications ou du conglomérat Tyco avaient ainsi été condamnés à de très lourdes peines. Le fondateur d'Enron, Kenneth Lay, avait aussi été jugé coupable en 2006, mais il était mort six semaines après la fin du procès.
http://www.lefigaro.fr/societes/2018/08 ... prison.php

Haut