La Nouvelle Zélande, un nouveau canari ?

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : La Nouvelle Zélande, un nouveau canari ?

Re: La Nouvelle Zélande, un nouveau canari ?

par energy_isere » 12 avr. 2018, 16:29

Shell cède ses actifs néo-zélandais à l'autrichien OMV

PUBLIÉ LE 15/03/2018 INFOS REUTERS

Royal Dutch Shell a annoncé jeudi la vente de ses actifs néo-zélandais en amont à l'autrichien OMV pour 578 millions de dollars (470 millions d'euros).

"L'annonce d'aujourd'hui marque une nouvelle étape vers le remodelage et la simplification de notre groupe", a déclaré Maarten Wetselaar, directeur de la branche Integrated Gas & New Energies, dans un communiqué.

Après la finalisation de l'accord, les employés des filiales Shell Taranaki et Shell New Zealand rejoindront l'entité OMV New Zealand, a précisé le groupe anglo-néerlandais.

Shell a déjà annoncé des désinvestissements de 25 milliards de dollars dans le cadre de son programme de cession d'actifs de 30 milliards de dollars sur trois ans lancé à la suite de l'acquisition de BG Group en 2016.

Le groupe avait déjà cédé ses parts dans le gisement gazier de Kapuni, le deuxième plus important de Nouvelle-Zélande, l'an dernier pour un montant non précisé.
https://www.usinenouvelle.com/article/s ... mv.N667364

Re: La Nouvelle Zélande, un nouveau canari ?

par energy_isere » 12 avr. 2018, 15:29

Wellington n'autorisera plus de nouvelle exploration gazière et pétrolière offshore

AFP / 12 avril 2018

La Nouvelle-Zélande va renoncer à toute nouvelle exploration pétrolière ou gazière offshore afin de lutter contre le réchauffement climatique, a annoncé le gouvernement, que l'opposition a d'emblée accusé de "vandalisme économique".

"Nous prenons une mesure importante pour nous attaquer au changement climatique et créer un avenir propre, vert et durable pour la Nouvelle-Zélande", a annoncé la Première ministre Jacinda Ardern (centre gauche).

L'industrie pétrolière et gazière néo-zélandaise génère chaque année 2,5 milliards de dollars néo-zélandais (1,4 milliard d'euros), dont 1,5 milliard pour les seules exportations. Elle emploie 11.000 personnes.

Mme Ardern a clairement précisé que cette décision ne portait pas sur les permis d'exploration et de forage déjà accordés, ce qui fait qu'aucun emploi actuel ne serait affecté.

Elle a également annoncé une limitation des nouveaux permis inshore qui seraient octroyés dans la région de Taranaki, sur l'île du Nord, où se concentre le secteur pétrolier et gazier néo-zélandais.

"Nous visons un juste équilibre pour la Nouvelle-Zélande. Nous protégeons un secteur existant et nous protégeons du réchauffement climatique les générations futures", a-t-elle dit.

Les questions environnementales avaient été l'an passé au coeur de la campagne de Mme Ardern, qui a formé une coalition avec les Verts.

Elle a indiqué avoir été témoin des impacts du réchauffement climatique en visitant le mois dernier les Samoa et les Tonga, qui ont récemment été frappés par un violent cyclone.

Elle a estimé que la Nouvelle-Zélande se devait d'être à la pointe du combat contre le réchauffement climatique.

"Nous avons été leaders mondiaux sur des sujets importants, en nous tenant à l'écart du nucléaire, en étant les premiers à soutenir le droit de vote pour les femmes", a-t-elle rappelé.

"Maintenant, nous pourrions être un leader mondial en neutralisant les émissions de carbone. Nous le devons aux générations futures."

Le gouvernement a indiqué qu'il y avait actuellement 31 permis d'exploration gazière et pétrolière, dont 22 offshore.

Des associations environnementales ont salué la décision néo-zélandaise, Greenpeace affirmant notamment: "La tendance s'est irrémédiablement retournée contre les Supermajors en Nouvelle-Zélande."

"C'est un grand pas en avant pour la Nouvelle-Zélande et un tournant dans la transition vers une économie fondée sur les énergies propres", a déclaré de son côté la directrice de WWF en Nouvelle-Zélande, Livia Esterhazy.

Mais l'opposition conservatrice du Parti national a accusé Mme Ardern de "vandalisme économique" qui pourrait mettre en péril des milliers d'emplois.

Le député Jonathan Young a indiqué que le gaz contribuait à l'indépendance énergétique du pays et observé que la décision du gouvernement signifiait que la Nouvelle-Zélande devrait d'ici 10 ans importer des ressources beaucoup plus polluantes comme le charbon quand les réserves gazières seraient épuisées.
https://www.romandie.com/news/Wellingto ... 907994.rom

Re: La Nouvelle Zélande, un nouveau canari ?

par mobar » 27 mars 2017, 14:19

Quelques info sur le site pepanz
http://www.pepanz.com/about/nz-oil-and- ... gas-in-nz/

Pas brillant!

Re: La Nouvelle Zélande, un nouveau canari ?

par energy_isere » 27 mars 2017, 13:47

mobar a écrit :L'exploration en Nouvelle Zélande ne date pas d'hier, des missions sismiques terrestres et marines ont déjà eu lieu par le passé
en 2014 on avait ceci :
(2014) Government announces 15 new oil and gas exploration permits

Publish date: 09 December 2014

Minister Simon Bridges has announced 15 new petroleum exploration permits have been granted for Block Offer 2014.

The permits include six onshore permits across the Taranaki, West Coast and East Coast basins. A further nine offshore permits have been granted across the Reinga-Northland, Taranaki, and the Pegasus basins.

The total acreage permitted for Block Offer 2014 is 47,690 square kilometres, an 85 per cent increase on acreage permitted for petroleum exploration for Block Offer 2013. The total committed exploration investment from companies for the Block Offer 2014 is over $110 million.

The announcement follows an extensive review of bids based on factors including their technical capability, and the likely ability of operators to meet health, safety and environmental obligations.

Image
https://www.nzpam.govt.nz/about/news/go ... n-permits/

Re: La Nouvelle Zélande, un nouveau canari ?

par mobar » 26 mars 2017, 21:18

L'exploration en Nouvelle Zélande ne date pas d'hier, des missions sismiques terrestres et marines ont déjà eu lieu par le passé

Ce ne sera pas un nouvel eldorado, si des gisements sont identifiés, ce qui reste à faire, ce ne pourra être que des miettes pour l'avenir pétrolier!

Il serait temps d'investir dans des solutions moins aléatoires et de construire des alternatives pérennes

Re: La Nouvelle Zélande, un nouveau canari ?

par energy_isere » 26 mars 2017, 13:32

Appel d' offre pour de l' exploration pétroliére onshore et offshore en Nouvelle-Zélande
New Zealand Opens Block Offer Tender for Exploration Permits

by Rigzone Staff March 22, 2017

New Zealand Energy and Resources Minister Judith Collins has opened the Block Offer 2017 tender for petroleum exploration permits.

The tender includes five offshore release areas, two onshore release areas, and one offshore/onshore release area, totalling 185,998 square miles.

“The launch of the tender follows extensive consultation with 146 iwi and hapū groups and 43 local councils on the proposal for Block Offer 2017,” a ministry statement said.

The assessment of bids for Block Offer 2017 considers the work the bidder proposes to undertake, their technical and financial capability to carry out that work, their compliance history and their likely ability to meet New Zealand’s health, safety and environmental requirements.

The invitation for bids for Block Offer 2017 closes Sept. 6. The ministry expects to grant permits in December 2017.
http://www.rigzone.com/news/oil_gas/a/1 ... on_Permits

Re: La Nouvelle Zélande, un nouveau canari ?

par energy_isere » 08 avr. 2015, 19:56

Début de production du puit Pateke-4H en offshore Nouvelle Zélande avec un bobn débit de 34 000 b/j.
Oil Production Commences at Pateke-4H Well in PMP 38158 Off New Zealand

April 08, 2015

AWE Limited, as Operator of PMP 38158 offshore New Zealand, reported Tuesday that the subsea tie-back and installation project to connect the Pateke-4H development well to the Tui area oil fields gathering system has been successfully completed and that oil production has commenced.

The Pateke-4H well has been brought onto production and flow testing is under way to determine the optimal well settings. The well recorded an initial unstabilized flow rate of 34,000 barrels of oil per day (bopd) at 67 percent choke with a 48 percent water cut, which is in line with field modelling. Looking ahead, it is planned to test various facility parameters, including choke settings, before establishing a much lower stabilized flow rate for long-term production. It is forecast that oil production from the well will then decline relative to the increasing water cut in the well.

AWE Managing Director, Bruce Clement, said that the Pateke-4H project was completed with no safety or environmental incidents and initial production from the well is in line with expectations

........
http://www.rigzone.com/news/oil_gas/a/1 ... ew_Zealand

Re: La Nouvelle Zélande, un nouveau canari ?

par mobar » 18 août 2014, 21:03

energy_isere a écrit :Mais, selon Nick Smith, il est inenvisageable de renoncer à l'exploitation pétrolière dans cette zone : "cela coûterait à l'économie néo-zélandaise un milliard de dollars par an, et nous obligerait à nous tourner vers le charbon, ce qui nous ferait rejeter bien plus de gaz à effet de serre".
Personne lui a dit que le 0,040% de gaz carbonique dans l'atmosphère plutôt que 0,038% n'avait encore jamais tué personne?

Re: La Nouvelle Zélande, un nouveau canari ?

par FOWLER » 18 août 2014, 17:41

Les derniers barils, les derniers dauphins....

C'est con, parce que, le moment où on aura plus d'énergie pour tout foutre en l'air

va correspondre au moment où il n'y aura plus grand chose à sauver...

Re: La Nouvelle Zélande, un nouveau canari ?

par energy_isere » 17 août 2014, 14:36

Les 55 derniers dauphins Maui de la planète menacés par des forages de pétrole

15 aout 2014

Sa silhouette est à la fois familière et atypique. Son aileron dorsal arrondi le trahit dès qu'il regagne la surface pour respirer, et son rostre qui se prolonge lui donne un profil convexe qu'on ne connaissait pas à l'élégant cétacé. Le dauphin Maui, l'une des espèces les plus menacées au monde selon les associations de défense de la biodiversité, ne compte plus que 55 représentants adultes dans les eaux de la Nouvelle-Zélande, le seul lieu sur la planète où l'espèce s'est développée.

Image

Un sanctuaire réservé à ce rare cétacé – dont la femelle ne donne naissance qu'à un seul delphineau tous les deux à quatre ans –a été mis en place en 2008, sous pression des associations écologistes, à l'ouest de l'île du Nord (Te Ika-a-Maui en maori, soit "le poisson de Maui").

Mais le gouvernement est depuis quelques mois la cible de vives critiques, après avoir autorisé des forages exploratoires de pétrole et étendu la zone de pêche autorisée dans le domaine protégé de ces mammifères qui tiennenet leur nom d'un dieu polynésien. Le New Zealand Herald se fait ainsi l'écho des actions menées quasi quotidiennement par les ONG locales pour faire échouer les plans du groupe pétrolier Maari de s'étendre dans le sanctuaire.

Le gouvernement néo-zélandais, lui, campe sur ses positions. Dans un entretien au Guardian Australia, le ministre de l'environnement, Nick Smith, a expliqué que la Nouvelle-Zélande allait déjouer les prédictions lugubres des scientifiques qui annoncent la fin de l'espère dans moins de vingt ans. "Je fais tout ce que je peux pour les sauver", explique-t-il, rappelant que le gouvernement avait interdit la pêche aux filets fixes, qui est selon le ministre "la principale menace" sur les dauphins Maui. Mais, selon Nick Smith, il est inenvisageable de renoncer à l'exploitation pétrolière dans cette zone : "cela coûterait à l'économie néo-zélandaise un milliard de dollars par an, et nous obligerait à nous tourner vers le charbon, ce qui nous ferait rejeter bien plus de gaz à effet de serre".
http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2014/ ... e-petrole/

Re: La Nouvelle Zélande, un nouveau canari ?

par yvesT » 12 nov. 2013, 13:37

Un peu hors sujet ici, mais reportage sur lequel je suis tombé hier par hasard (enfin sérendipité disons), sur le fait que la Nouvelle Zélande a le deuxième taux d'incarcération des pays "développés" :

http://www.aljazeera.com/programmes/101 ... 04146.html

(avec 50% de Maoris alors qu'ils ne représentent que 15% de la population)

Re: La Nouvelle Zélande, un nouveau canari ?

par energy_isere » 21 févr. 2013, 17:36

Image

source le site index mundi

Re: La Nouvelle Zélande, un nouveau canari ?

par energy_isere » 21 févr. 2013, 17:23

Le mix électrique de la Nouvelle-Zélande : 75% de renouvelable

Jeudi 21 février 2013 / l' energeek

Le mix électrique de la Nouvelle-Zélande est dominé par les énergies renouvelables. La filière hydraulique est la première source d’électricité du pays. La géothermie est aussi fortement exploitée comme le stipule le 14ème inventaire des énergies renouvelables Observ’ER.

Plus des trois quarts de la production d’électricité en Nouvelle-Zélande est issue des énergies renouvelables. En 2011, les sources renouvelables ont permis de produire 75,9% de l’électricité néo-zélandaise alors qu’elles représentaient 63% de l’énergie en 2001.

A l’inverse, les combustibles fossiles ne représentent que 24,1% du mix électrique.

La production hydroélectrique est en légère hausse en 2011. Elle gagne 1.5% par rapport à 2010 et atteint 25,1 TWh. Le gouvernement néo-zélandais souhaite augmenter la capacité de production d’ici à 2030 (+350 MW) en construisant de nouvelles structures de petite échelle.


La géothermie, une filière en croissance

La géothermie est la deuxième source renouvelable du pays avec 6,1 TWh produits en 2011. Actuellement, la puissance totale installée s’élève à 775 MW. L’archipel est ainsi le cinquième pays producteur d’électricité d’origine géothermique au monde.

La Nouvelle-Zélande fut l’un des premiers pays au monde à exploiter son potentiel géothermique. C’est à Wairakei, en 1958, que la première centrale fut mise en service. A la fin des années 80, la majorité des gisements étaient déjà considérés comme exploités. Sur les 129 trouvés, 14 étaient dans la tranche 70-140°C, 7 dans celle 140-220 °C et 15 gisements étaient d’une température supérieure à 200°C.

Mais la géothermie est une filière encore en croissance : +8% par an en moyenne depuis 2001. Et elle devrait continuer à croître. Plusieurs projets sont en effet en cours comme celui de la centrale de Te Mihi, au nord-est de la ville de Taupo, dont la mise en service est prévue pour 2013. D’ici à 2015, la capacité cumulée de la filière augmenterait de 612 MW.

L’éolien connaît également une croissance continue de 30,4% par an en moyenne depuis 2001. Le parc éolien néo-zélandais compte désormais 622 MW de puissance cumulée, qui ont produit 6,1 TWh en 2011. Au cours des dernières années, des permis ont été délivrés pour des projets représentant 1700 MW supplémentaires d’énergie éolienne. Mais aucune date n’a encore été annoncée pour leur construction.
http://lenergeek.com/2013/02/21/le-mix- ... e-zelande/

Re: La Nouvelle Zélande, un nouveau canari ?

par FOWLER » 12 juil. 2008, 00:25

On te le dit dans le titre, Energie, ne rêves pas ! ;)

Re:

par energy_isere » 12 juil. 2008, 00:21

Dans l' émission "Faut pas réver" ce soir sur la Nouvelle Zelande, des fermiers se font deverser du fertilisant, par avion !
par un monomoteur à hélice assez puissant transportant 2 tonnes à chaque fois.
Utilisé dans des zones peu acessible de collines en paturages.

Argggggg !

Haut