Libye

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Libye

Re: Libye

par energy_isere » 12 juin 2021, 10:44

La Libye se fixe un nouvel objectif de production pétrolière

Agence Ecofin 7 juin 2021

Grâce à l’apaisement politique qu’elle connait depuis quelques mois, la Libye se permet de rêver et veut plus que doubler sa production d’ici l’année prochaine. Pour ce fait, le pays a sollicité l’appui de son partenaire historique, TotalEnergies.

Samedi à Paris, le ministre libyen du Pétrole, Mohamed Oun (photo), a déclaré que le pays espérait augmenter la production pétrolière à 4 millions de barils par jour, d’ici un an. L’objectif initial pour l’année prochaine était d’environ 2 millions de barils par jour.

Pour y arriver, les autorités libyennes comptent sur la mise en production de plusieurs projets existants avec le retour des compagnies qui ont quitté le pays pendant la guerre, mais aussi sur la France. En effet, des contrats ont été signés avec TotalEnergies pour restaurer certains des champs pétroliers détruits au cours des dix dernières années.

Parmi ces périmètres, le champ Mabrouk, dont la production dépasse 40 000 barils par jour sera prochainement développé par le géant français. C’est un projet colossal qui, en cas de succès, devrait faire de la Libye le plus grand producteur de pétrole en Afrique et l’un des plus importants du monde.

Bien qu’il soit exempté de réduction de quotas de production, le pays pourrait surtout se heurter à des restrictions de l’organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), dont il est membre, car le cartel cherche à équilibrer son offre.

Le ministre du Pétrole a déclaré que ce projet vise à extraire le pays d’une décennie de chaos et de conflits et à relancer une économie nationale moribonde. Mohamed Oun a rappelé que parallèlement, des efforts sont en cours pour développer l’infrastructure pétrolière et moderniser les installations dans le but de s’assurer une plus grande part du marché du raffinage et à l’exportation dans le monde.

Le Groupe TotalEnergies est présent en Libye depuis 1954. En 2018, la production du groupe dans le pays a atteint en moyenne 63 000 barils par jour.
https://www.agenceecofin.com/production ... petroliere

Re: Libye

par energy_isere » 29 mai 2021, 10:28

Libye : les travaux de construction de la centrale de Tripoli (671 MW) ont démarré

Agence Ecofin 25 mai 2021

En Libye, les autorités s’emploient à réduire le déficit énergétique induit par l’instabilité politique et l’insécurité. Pour cela, plusieurs projets de construction de centrales ont été initiés dont une à Tripoli.

En Libye, les travaux de génie civil du projet de centrale électrique à l’ouest de Tripoli ont démarré. Ils ont été lancés par la General Electricity Company of Libya (GECOL), la compagnie nationale de production électrique. La centrale électrique aura une capacité de 671 MW. La mise en place a été confiée à la société turque Enka.

Ce projet fait partie d’un programme de construction de trois centrales électriques, dont une de 640 MW à Misrata et une autre de 740 MW à Tobrouk. Ces infrastructures fonctionneront au mazout léger et au gaz naturel.

Selon GECOL, la mise en œuvre de ces projets permettra d’améliorer la capacité de production et de renforcer les infrastructures électriques de la Libye. La construction de ces centrales électriques devrait être achevée d’ici mars 2022.

L’objectif de ces projets est de combler le déficit en électricité dans le pays et de répondre à la forte demande. Ils ont été initiés en partenariat avec la société allemande Siemens qui fournit les turbines électriques nécessaires à leur fonctionnement.
https://www.agenceecofin.com/centrale/2 ... nt-demarre

Re: Libye

par energy_isere » 26 avr. 2021, 23:48

Libye : reprise des exportations depuis un important terminal pétrolier

AFP parue le 26 avr. 2021

La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a annoncé lundi la levée de l'état de force majeure sur l'un des principaux terminaux pétroliers en Libye, après une semaine d'interruption pour manque de budget.

La NOC "lève immédiatement l'état de force majeure sur le terminal d'al-Hariga (est) et donnera ses instructions aux opérateurs pour qu'ils redémarrent la production et les exportations", a indiqué dans un communiqué l'entreprise publique basée à Tripoli.

Le patron de la NOC, Mustafa Sanalla, s'est félicité de "la réponse rapide du Gouvernement d'unité nationale qui a débloqué un milliard de dinars", soit environ 200 millions de dollars, prélevés sur une partie des allocations budgétaires de la NOC. Il y a une semaine, l'entreprise avait décrété l'état de force majeure, interrompant la production et les exportations de cet important terminal en raison du non-transfert de son budget par la Banque centrale.

L'état de force majeure permet une exonération de la responsabilité de la NOC en cas de non-respect des contrats de livraison. Selon la compagnie, cette mesure était la "conséquence du refus, depuis de longs mois, de la Banque centrale de débloquer le budget du secteur pétrolier", vital pour l'économie à genoux du pays.

Des tensions persistent entre le gouverneur de la Banque centrale et le patron de la NOC. L'entreprise accuse régulièrement l'institution de "politiser" le secteur pétrolier "en contrôlant illégalement les fonds de l'État". "Les fonds reçus à ce jour représentent moins de 2% des besoins de la NOC et de ses succursales (...) pour 2021", avait regretté la NOC.

La Libye, qui dispose des réserves les plus abondantes d'Afrique, tente de s'extirper d'une décennie de chaos depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi, avec la récente installation d'un gouvernement unifié pour mener la transition jusqu'à des élections en décembre.

Après la signature d'un cessez-le-feu en octobre et la levée, par la NOC, de l'état de force majeure sur toutes les installations pétrolières du pays, la production a rebondi, pour atteindre en décembre 1,2 million de barils par jour, soit dix fois plus qu'au trimestre précédent. Depuis, elle s'est stabilisée mais reste en deçà des niveaux d'avant-guerre (1,6 million de barils par jour).
https://www.connaissancedesenergies.org ... ier-210426

Re: Libye

par energy_isere » 23 avr. 2021, 16:49

La production repasse sous le 1 million de b/j :
Libya's Oil Production Slides Below 1 Million Bpd

By Irina Slav - Apr 22, 2021

Libya’s crude oil production fell further this week after a second company said it would have to reduce output by 100,000 bpd, just days after another company shut down production at some fields in response to the closure of the export terminal of Hariga.

Bloomberg reports that Sirte Oil Co., a subsidiary of the National Oil Corporation, told its parent today that it would have to slash production within 72 hours—but not because of the port of Hariga closure. Sirte Oil Co. wrote that the reason was its “very critical financial situation, the inability to fulfill contractual obligations to contractors, accumulation of debts and the lack of spare parts, fuel and chemicals required for the operations.”

The move follows the National Oil Corporation’s declaration of force majeure on oil exports from the port of Hariga, citing lack of funds for infrastructure repairs, pushing the country’s crude oil production below 1 million bpd for the first time in months.

“While the National Oil Corporation understands the motives of the suspension which is outside the control of the company and seeks an excuse for the government of National Unity due to the delay in approving the budget for the year 2021, it places full legal responsibility on the Central Bank of Libya, which refused to liquidate the financial arrangements approved in accordance with the decision of the former Government of National Accord,” NOC said in a statement.

Libya’s state oil company has been vocal in its criticism of the government and the central bank in their disbursement of funds to maintain oil fields and related infrastructure. Delays in the disbursement in these funds have caused lost profits in the past and are now once again costing NOC right when it was on track to recover oil production to levels comparable to those before the overthrow of Gaddafi.

The closure of the port of Hariga already led to a drop in Libya’s oil production from some 1.25 million bpd to less than 1 million bpd. Now the new well closures will cut it further to probably less than 900,000 bpd.
https://oilprice.com/Energy/Energy-Gene ... n-Bpd.html

Re: Libye

par energy_isere » 20 avr. 2021, 18:41

Libye : la NOC suspend ses exportations depuis l'un des principaux terminaux pétroliers

AFP parue le 20 avr. 2021

La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a décrété l'état de force majeure sur l'un des principaux terminaux pétroliers en Libye, interrompant ses exportations, en raison du non-transfert de son budget par la Banque centrale, malgré de récents progrès politiques dans le pays.

"L'état de force majeure est décrété à partir du 19 avril sur le terminal pétrolier d'al-Hariga (est)" en raison de "l'interruption de la production et de l'exportation de pétrole brut", a indiqué l'entreprise publique basée à Tripoli dans un communiqué. L'état de force majeure permet une exonération de la responsabilité de la NOC en cas de non-respect des contrats de livraison.

Selon l'entreprise, cette mesure est la "conséquence du refus, depuis de longs mois, de la Banque centrale de débloquer le budget du secteur pétrolier", vital pour l'économie à genoux du pays. Des tensions persistent entre le gouverneur de la Banque centrale et le patron de la NOC. L'entreprise accuse régulièrement l'institution de "politiser" le secteur pétrolier "en contrôlant illégalement les fonds de l'État".

Cette situation a "exacerbé les difficultés et l'endettement de certaines entreprises", succursales ou filiales de la NOC, "incapables de respecter leurs engagements financiers et techniques", ajoute la compagnie. "Les fonds reçus à ce jour représentent moins de 2% des besoins de la NOC et de ses succursales (...) pour 2021", regrette-t-elle.

Parmi les entreprises affectées figure l'Arabian Gulf (AGOCO), "contrainte de réduire sa production de brut d'environ 280.000 barils par jour".

La Libye, qui dispose des réserves les plus abondantes d'Afrique, tente de s'extirper d'une décennie de chaos depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi, avec la récente installation d'un gouvernement unifié pour mener la transition jusqu'à des élections en décembre.

Après la signature d'un cessez-le-feu en octobre et la levée, par la NOC, de l'état de force majeure sur toutes les installations pétrolières du pays, la production a rebondi, pour atteindre en décembre 1,2 million de barils par jour, soit dix fois plus qu'au trimestre précédent.

Depuis, elle s'est stabilisée mais reste en deçà des niveaux d'avant-guerre (1,6 million de barils par jour). Jeudi, la NOC avait annoncé une hausse record des revenus générés par la vente d'hydrocarbures, qui ont dépassé les 2 milliards de dollars en mars.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ers-210420

Re: Libye

par energy_isere » 03 avr. 2021, 14:34

Libye : la stabilité politique devrait relancer la machine pétrolière

Agence Ecofin 1 avril 2021

Grâce au gouvernement d’unité nationale qui a été mis en place le 10 mars dernier, la Libye qui possède les plus grandes réserves de pétrole brut d’Afrique, s’apprête à tourner la page de 10 ans de conflits. Les répercussions sur le secteur énergétique sont attendues.

Le 31 mars, Mohamed Ahmed Aoun, le nouveau ministre libyen du Pétrole et du Gaz, a annoncé que le secteur énergétique national recevra un important soutien financier du gouvernement pour mener à bien ses activités. Une bouffée d’oxygène qui, promet-il, permettra par exemple de maintenir la production de brut dans des proportions élevées tout au long de cette année. Pour le moment, aucun détail n’a fuité concernant le montant exact, dont il est question.

Cette annonce vient à point nommé pour la NOC qui cherchait activement des fonds pour moderniser toutes les installations du secteur et relancer efficacement l’industrie. Cet apport financier, conjugué aux immenses réserves inexploitées de brut, au cadre juridique et au début de stabilité politique actuelle, permettra au secteur pétrolier libyen de faire passer sa production à 1,6 million de barils par jour, d’ici les deux prochaines années.

Avec la formation récente d’un gouvernement intérimaire d’unité nationale, un budget de 1,6 milliard de dollars a été approuvé et le tiers sera alloué à la société publique du pétrole (NOC) pour réhabiliter les différentes infrastructures énergétiques nationales.

« Il y a une allocation raisonnable de fonds pour les activités du secteur pétrolier. Nous pensons que cela peut suffire pour les mois restants de 2021 », a commenté au cours d’une interview le ministre.

Rappelons que malgré la trêve, une grande partie du pays est toujours sous le contrôle de milices armées et des milliers de mercenaires étrangers sont encore sur le territoire. Le gouvernement d’union actuellement en place, dirigera la Libye jusqu’aux élections prévues pour décembre 2021.
https://www.agenceecofin.com/gestion-pu ... petroliere

Re: Libye

par energy_isere » 03 avr. 2021, 14:31

Libye : la deuxième phase de développement du champ gazier d’El Farag sera lancée en avril

Agence Ecofin 30 mars 2021

Malgré l’instabilité politique de la Libye ces dernières années, la production d’hydrocarbures du pays a récemment retrouvé des couleurs avec l’avancée des négociations. C’est sur cette lancée que Waha Oil envisage de mener de nouvelles activités de développement sur le champ gazier El Farag.

En Libye, Waha Oil Company (WOC), une filiale de la société publique libyenne du pétrole (NOC), a prévu de lancer la deuxième étape de développement du champ gazier d’El Farag le 7 avril 2021. L’information a été rapportée par S&P Global Platts.

El Farag produit actuellement 15 000 barils par jour de condensat et 70 millions de pieds cubes par jour de gaz et une fois la seconde phase de développement achevée, le gisement sera en mesure de produire 180 millions de pieds cubes par jour, soit plus du double de la production actuelle.

Le gaz naturel extrait d’El Farag sera ensuite acheminé par gazoduc vers la station de production d’électricité de Sarir tandis que le condensat sera transporté vers le champ pétrolier de Gialo où il sera mélangé au brut du terminal portuaire d’Es Sider, le plus grand du pays.

Le lancement effectif de cette seconde étape de développement d’El Farag devrait permettre d’augmenter la production gazière du pays et contribuer à stimuler la reconstruction des installations électriques du pays.

« Il s’agit d’un projet vital, important et stratégique qui soutiendra les centrales électriques, et malgré la rareté des pièces de rechange due à un financement insuffisant et aux conditions du pays, nous nous efforcerons d’exploiter la deuxième phase bientôt », a précisé Nouri Al-Seid, président de WOC.

Une grande partie des infrastructures vieillissantes de la Libye ont été détruites pendant la guerre civile. Avec la formation récente d’un gouvernement intérimaire d’unité nationale, on s’attend à des progrès en termes de stabilité politique et des réformes concernant la modernisation des installations du secteur.

Notons que WOC a lancé la première phase de développement d’El Farag en novembre 2020 après une interruption de huit mois et exploite un ensemble de champs pétroliers dans le bassin oriental de Syrte. Ledit bassin a une capacité de pompage d’environ 350 000 barils équivalents pétrole par jour.

La Libye produit actuellement plus de 1,3 million de barils par jour, une production record qui lui ouvre les portes vers l’atteinte des niveaux d’avant-guerre qui étaient de 1,6 million de barils par jour.
https://www.agenceecofin.com/production ... e-en-avril

Re: Libye

par energy_isere » 13 mars 2021, 10:54

Plus rien n’arrête la production pétrolière libyenne

Agence Ecofin 5 mars 2021

Malmenée depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, avec la persistance des affrontements autour des bassins pétroliers, la production de la Libye retrouve progressivement des couleurs. Cela permettra de mieux faire face aux difficultés financières actuelles.

Dans une interview accordée à la chaine de télévision TRT Arabi le 3 mars, le PDG de la société pétrolière libyenne (NOC), Mustafa Sanalla a déclaré que la production pétrolière nationale a franchi la barre de 1,3 million de barils par jour. Une étape importante dans le projet qui consiste à retrouver le niveau d’avant-guerre qui était de 1,6 million de barils par jour.

D’après le responsable, malgré les difficultés rencontrées depuis 10 ans pour assurer la sécurité autour des champs et pérenniser la production, le secteur pétrolier libyen a toujours été destiné à réaliser de grandes performances, grâce aux immenses réserves et à son cadre juridique.

« L’une des raisons de la reprise rapide de la production pétrolière est la forte gestion institutionnelle de la NOC, qui résulte du code pétrolier établi par les pères fondateurs. Le code pétrolier promulgué en 1955 est l’un des plus anciens au monde. », a déclaré Sanalla.

Le patron de la NOC s’attend à ce que la production pétrolière de la Libye continue à augmenter, mais cela nécessitera plus de financement, de sécurité et de stabilité. A ce sujet, les choses devraient s’améliorer graduellement avec l’accord récemment signé entre les protagonistes pour apaiser la situation dans le pays et l’appui de la Communauté internationale.

Le secteur pétrolier en Libye constitue 97 % des revenus publics en devises étrangères.
https://www.agenceecofin.com/production ... e-libyenne

Re: Libye

par energy_isere » 18 déc. 2020, 20:48

Libya’s Oil Production Rises Further

By Tsvetana Paraskova - Dec 18, 2020

Libya’s crude oil production continues to increase as one of its companies has nearly doubled its output to 100,000 barrels per day (bpd) compared to production levels before the blockade of Libyan oil ports and oilfields in January.

Libya’s Sirte Oil and Gas Production and Processing Company has nearly doubled its crude oil production to over 100,000 bpd, compared to the average 55,000-bpd production rate before the blockade, the National Oil Corporation (NOC) said in a statement.

Sirte Oil and Gas carried out a program to boost well productivity and workover 24 oil wells, the NOC said.
.......
https://oilprice.com/Energy/Energy-Gene ... rther.html

Re: Libye

par energy_isere » 21 nov. 2020, 10:16

Total et la NOC discutent d’une hausse de la production pétrolière et de nouveaux investissements en Libye

Agence Ecofin 19 nov 2020

Les responsables de Total et de la NOC ont démarré des négociations visant à doper la production libyenne de pétrole et accroitre les investissements de la compagnie française dans le pays. Un axe important dans la relance d’un secteur, longtemps affecté par le conflit.

Le 19 novembre, la société publique libyenne du pétrole (NOC) et le producteur français Total ont démarré des pourparlers visant à appuyer les efforts de la première pour renforcer sa capacité de production, ainsi que l’expansion des investissements de la société française dans le pays. La réunion virtuelle est animée par Stéphane Michel, directeur de l’exploration et de la production de Total au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et Mustafa Sanallah, président de la NOC.

Le responsable libyen a déclaré être ravi qu’après la levée du blocus, la production a désormais atteint 1,25 million de barils par jour. La société française a promis d’accompagner tous les efforts de la NOC en vue de soutenir le secteur et favoriser une amélioration des recettes publiques du pays nord-africain.

Total est l’un des plus importants producteurs de pétrole et de gaz en Libye et l’un des partenaires majeurs de la NOC. Il est présent depuis plus de 60 ans et détient entre autres des parts dans les blocs onshore 129/130 (30 %) et 130/131 (24 %) de la zone de production d’El Sharara et une participation de 16,33 % dans la concession de Waha.
https://www.agenceecofin.com/production ... s-en-libye

Re: Libye

par energy_isere » 14 nov. 2020, 10:24

La production de pétrole monte maintenant à 1.2 millions de b/j.

https://oilprice.com/Latest-Energy-News ... n-Bpd.html

Re: Libye

par energy_isere » 07 nov. 2020, 19:18

Pétrole: la Libye franchit le million de barils par jour (compagnie nationale)

AFP parue le 07 nov. 2020

La Compagnie libyenne nationale de pétrole (NOC) a annoncé samedi avoir franchi la barre du million de barils produits par jour, près de deux semaines après la reprise de la production sur tous les champs bloqués pendant des mois en raison du conflit.

La Libye, qui dispose des réserves de pétrole les plus abondantes d'Afrique, est plongée dans le chaos depuis la chute en 2011 de Mouammar Kadhafi et déchirée entre deux pouvoirs rivaux: le Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par l'ONU et basé à Tripoli, et le camp du maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'Est.

En janvier, les pro-Haftar avaient bloqué la production et les exportations de pétrole sur les champs et terminaux les plus importants du pays, pour réclamer une répartition plus équitable des revenus du pétrole gérés par le GNA.

En septembre, le maréchal Haftar, qui a tenté sans succès pendant 14 mois de conquérir Tripoli, avait accepté de lever les blocages qui, selon la NOC, ont causé près de 10 milliards de dollars (8,5 milliards d'euros) de pertes.

Le 26 octobre, la NOC, seule entité autorisée à commercialiser le brut libyen, a annoncé la levée de l'état de force majeure -- qui permet une exonération de sa responsabilité en cas de non-respect des contrats de livraison -- sur le dernier champ pétrolier bloqué.

La NOC "a réussi à élever les taux de production à 1.036.035 barils par jour", a-t-elle annoncé samedi dans un communiqué, soit un niveau proche de celui d'avant le blocage (environ 1,2 million de barils par jour).

Ce qui ne l'empêche pas de faire face à de "très grandes difficultés financières" et "un énorme déficit" dans son budget ayant entraîné d'"importantes dettes" et des retards des salaires.

Invoquant des "réticences" et des "entraves" de la part de "certaines parties" qu'elle n'a pas nommées, la NOC a dit craindre "ne pas pouvoir maintenir les niveaux actuels de la production".

La répartition de la rente pétrolière suscite fréquemment des dissensions et constitue un enjeu majeur du règlement du conflit, alors que se multiplient depuis des semaines les médiations pour sortir la Libye de l'impasse.

Le 23 octobre, les deux camps rivaux ont signé à Genève, sous l'égide de l'ONU, un accord de cessez-le-feu permanent avec "effet immédiat".
https://www.connaissancedesenergies.org ... ale-201107

Re: Libye

par energy_isere » 26 oct. 2020, 22:36

Libye : la NOC annonce la réouverture du dernier champ pétrolier bloqué

AFP parue le 26 oct. 2020

La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a annoncé lundi la levée de l'état de force majeure sur le dernier champ pétrolier bloqué, déclarant ainsi toutes les installations pétrolières opérationnelles trois jours après l'annonce d'un cessez-le-feu dans ce pays rongé par les conflits.

"La fermeture de tous les champs et ports pétroliers libyens a pris fin ce lundi", s'est félicité la NOC dans un communiqué publié sur Facebook. La "force majeure", invoquée dans des circonstances exceptionnelles, permet une exonération de la responsabilité de la NOC en cas de non-respect des contrats de livraison. "Des instructions ont été données à l'opérateur, Mellitah Oil Company, pour redémarrer la production sur le champ d'al-Feel", qui était le seul encore bloqué, afin de ramener progressivement la production de brut à ses niveaux normaux dans les prochains jours, a précisé la NOC.

Bloqué depuis dix mois, le champ al-Feel est situé dans le bassin de Morzouq à 750 kilomètres au sud-ouest de Tripoli et géré par la coentreprise Mellitah Oil & Gas (MOG), entre la NOC et le géant italien ENI. Quelque 70 000 barils y sont produits habituellement par jour.

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est minée par des violences et, depuis 2015, déchirée par un conflit entre le Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par l'ONU et basé à Tripoli, et le camp du maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'Est libyen qui règne aussi sur une partie du Sud et contrôle les zones des principales installations pétrolières.

Quelques heures après l'annonce vendredi par l'ONU à Genève d'un accord de cessez-le-feu "avec effet immédiat" entre les deux camps rivaux, la NOC a annoncé la réouverture de deux ports majeurs, Ras Lanouf et al-Sedra, après avoir reçu la "confirmation que les forces étrangères avaient quitté" leur secteur.

Jusqu'en janvier, la production pétrolière libyenne atteignait 1,25 million de barils par jour. Elle avait drastiquement chuté lorsque le maréchal Haftar avait bloqué des sites et terminaux pétroliers, dénonçant une répartition inéquitable des recettes entre l'Ouest et l'Est.

En septembre, le maréchal Haftar, qui a tenté sans succès pendant 14 mois de conquérir Tripoli, avait accepté de lever le blocus mais la NOC, qui a déploré près de 10 milliards de dollars (8,5 milliards d'euros) de pertes, avait exigé le départ des groupes armés étrangers placés sur les sites par M. Haftar.

Lundi, plusieurs dizaines de personnalités libyennes ont débuté des discussions par visioconférence sous l'égide de l'ONU pour préparer le Forum du dialogue politique libyen début novembre en Tunisie.
https://www.connaissancedesenergies.org ... tat-201026

Re: Libye

par energy_isere » 23 oct. 2020, 22:55

Libye: réouverture de deux grands terminaux pétroliers (compagnie d'Etat)

AFP parue le 23 oct. 2020

La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a annoncé vendredi la levée de l'état de force majeure, donnant le feu vert à la reprise des exportations de pétrole depuis deux des principaux terminaux de l'est du pays.

Cette déclaration intervient quelques heures après l'annonce par l'ONU à Genève d'un accord de cessez-le-feu "avec effet immédiat" entre les deux camps rivaux en Libye: le Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par l'ONU et basé à Tripoli, et le camp du général Khalifa Haftar, homme fort de l'Est libyen.

Cette rivalité avait entraîné une interruption des exportations pétrolières depuis janvier 2020 avec un blocus de ces sites pétroliers imposé par le maréchal Haftar qui, dénonçant une répartition inéquitable des recettes entre l'Ouest et l'Est, y avait placé des hommes armés étrangers dans cette région qu'il contrôle.

"L'état de force majeure est levé à compter du vendredi 23 octobre 2020 dans les ports de Ras Lanouf et al-Sedra", deux des cinq ports pétroliers majeurs de la Libye. "Des instructions ont été données pour le redémarrage de la production (...) et des exportations", a annoncé la NOC sur son site internet.

La "force majeure", invoquée dans des circonstances exceptionnelles, permet une exonération de la responsabilité de la NOC en cas de non-respect des contrats de livraison de pétrole.

La NOC a indiqué avoir reçu la "confirmation que les forces étrangères ont quitté le secteur des ports ce qui permet (...) la reprise des exportations".

En septembre, le maréchal Haftar, qui a tenté sans succès pendant 14 mois de conquérir Tripoli, avait accepté de lever le blocus.

Mais la NOC, qui a déploré près de 10 milliards de dollars (8,5 milliards d'euros) de pertes à cause du blocus, avait exigé le départ des groupes armés étrangers.

L'accord annoncé vendredi par l'ONU à Genève stipule que le cessez-le-feu sera "accompagné du départ de tous les mercenaires et combattants étrangers de tout le territoire libyen (...) dans un délai maximum de trois mois à partir d'aujourd'hui".

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est minée par des violences et, depuis 2015, déchiré par un conflit entre le GNA et les forces du maréchal Khalifa Haftar qui règne sur l'Est et une partie du Sud, mais notamment les zones où se trouvent les principales installations pétrolières.

En Libye, qui dispose des réserves les plus abondantes d'Afrique, l'arrêt des exportations d'or noir, qui représentent quasiment l'unique source de revenu du pays, a plongé le pays dans une grave crise économique.

"Le démarrage de la production sur les champs des compagnies al-Waha et al-Harouj (sud-est) permettra d'atteindre 800.000 barils par jour dans les deux prochaines semaines et dépasser un million de b/j dans un mois", a estimé vendredi la NOC.
https://www.connaissancedesenergies.org ... tat-201023

Re: Libye

par energy_isere » 12 oct. 2020, 08:44

Libye: reprise de la production sur un champ pétrolier majeur (compagnie)

AFP parue le 11 oct. 2020

Libye: reprise de la production sur un champ pétrolier majeur (compagnie)

La Libye, qui dispose des réserves les plus abondantes d'Afrique, est déchirée par un long conflit entre pouvoirs rivaux, avec le GNA d'un côté, et de l'autre, le maréchal Khalifa Haftar qui règne sur l'Est et une partie du Sud, mais notamment les zones où se trouvent les principales installations pétrolières.

Al-Charara, dans la région d'Oubari (900 km au sud de Tripoli), produit en temps normal 315.000 barils par jour, sur une production nationale de plus d'un million de barils par jour, selon la NOC.

Il est géré par la société Akakus, une joint-venture entre la NOC, l'Espagnol Repsol, le Français Total, l'Autrichien OMV et le Norvégien Statoil.

La NOC a annoncé "la levée de la force majeure à compter du dimanche 11 octobre 2020", et donné ses instructions à la compagnie Akakus, l'opérateur du champ, pour "initier la production", a-t-elle indiqué dimanche.

La "force majeure", invoquée dans des circonstances exceptionnelles, permet une exonération de la responsabilité de la NOC en cas de non-respect des contrats de livraison de pétrole.

Dans un communiqué sur son site, la NOC a fait savoir qu'elle a conclu "un accord d'honneur" avec les groupes armés qui occupaient le site afin qu'ils "lèvent tous les obstacles" et évitent tout acte menaçant la sécurité des personnels et des opérations.

Le site avait été bloqué à plusieurs reprises par les Gardes des installations pétrolières (GIP), ayant fait allégeance au camp du maréchal Haftar.

Le 18 septembre, le maréchal Haftar, qui a tenté sans succès pendant 14 mois de conquérir Tripoli, a accepté de lever le blocus imposé sur les sites pétroliers pour dénoncer une répartition inéquitable des recettes entre l'Ouest et l'Est.

La NOC, qui a déploré près de 10 milliards de dollars (8,5 milliards d'euros) de pertes à cause du blocus, avait exigé le départ des groupes armés avant la reprise de la production sur des sites "sûrs".

Samedi, l'ONU a annoncé la reprise début novembre en Tunisie du dialogue politique inter-libyen pour un règlement de la crise dans ce pays, en proie aux violences et au chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.
https://www.connaissancedesenergies.org ... nie-201011

Haut