[RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par mobar » 23 avr. 2021, 06:58

Facture de chauffage en baisse de 200 euros cet hiver!
Yes ;)

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par energy_isere » 23 avr. 2021, 01:20

Réchauffement climatique en 2020 : année record en Europe, « spectaculaire » en Sibérie arctique

AFP parue le 22 avr. 2021

Le climat en Europe a continué de se réchauffer en 2020, les régions arctiques de la Sibérie ayant même connu une année exceptionnelle, avec une température de plus de 4 degrés supérieure à la moyenne, a indiqué jeudi le service européen de surveillance du changement climatique Copernicus.

Au niveau mondial, 2020 a été une des deux années les plus chaudes jamais enregistrées, à égalité avec 2016. Mais elle a été la plus chaude en Europe, où la température moyenne a dépassé de 0,4 degré la température moyenne des cinq années les plus chaudes suivantes (toutes dans la dernière décennie), indique le rapport sur "l'état du climat en Europe" de Copernicus.

Un réchauffement particulièrement marqué sur la saison hivernale, avec 1,4 degré de plus que le précédent record et 3,4 degrés de plus que la moyenne des hivers 1981-2010.

Et un réchauffement particulièrement perceptible sur le nord-est du continent, notamment dans les zones arctiques de Sibérie, qui ont connu leur année la plus chaude jamais enregistrée, avec une température de 4,3 degrés supérieure à la moyenne. L'Arctique dans son ensemble a connu sa deuxième année la plus chaude jamais mesurée, à 2,2° au dessus de la moyenne 1981-2020.

La calotte glaciaire arctique a en conséquence été réduite à ses plus faibles surfaces jamais mesurées. Un record absolu de chaleur au-delà du cercle arctique a été enregistré en juin, avec 38° dans la ville russe de Verkhoïansk et la Sibérie a été ravagée par des feux de forêt "zombies", qui survivent d'une année sur l'autre à des hivers moins rigoureux et plus secs.

Niveaux record de CO2

"Ce fut de loin l'année la plus chaude en Sibérie arctique, (...) une année spectaculaire," a souligné lors d'une conférence de presse Freja Vamborg, autrice principale du rapport.

Ailleurs sur le continent européen, les canicules estivales ont été moins intenses et longues que ces dernières années, mais l'automne a par contre été particulièrement humide, et marqué par un événement météo exceptionnel, la tempête Alex. Celle-ci a notamment frappé début octobre la Grande Bretagne et le sud des Alpes, dévastant par exemple en France plusieurs vallées de l'arrière pays niçois en faisant 10 morts et huit disparus.

Les concentrations dans l'atmosphère de gaz à effet de serre, notamment les très puissants CO2 (dioxyde de carbone) et méthane, ont de leur côté augmenté de 0,6% et 0,8% respectivement sur l'année, pour atteindre leurs plus hauts niveaux enregistrés depuis le début de leur mesure par satellite en 2003.

Les résultats de ce rapport annuel, le quatrième de Copernicus, sont très loin des objectifs de l'accord de Paris de 2015, qui vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre pour limiter le réchauffement mondial à +2°C, voire +1,5°C par rapport à l'ère préindustrielle. Pour atteindre l'objectif idéal, il faudrait réduire les émissions de CO2 de 7,6% par an chaque année entre 2020 et 2030.

"Sur trois ans, cinq ans ou dix ans, la tendance est sans équivoque," a déclaré à l'AFP Jean-Noël Thepaut, directeur de Copernicus. "C'est ça, la vue d'ensemble et il est urgent d'agir". "Que ce soit pour la température, au niveau mondial, les 10 à 15 dernières années montrent une accélération, et c'est la même chose pour le niveau des océans," dont la montée pourrait mettre en danger des dizaines de millions de personnes à travers le monde. "C'est moins clair pour d'autres indicateurs, mais toutes les tendances vont dans la mauvaise direction," a-t-il averti.
https://www.connaissancedesenergies.org ... que-210422

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par energy_isere » 01 janv. 2021, 12:40

2020, année la plus chaude jamais enregistrée en France

BOURSORAMA AVEC MEDIA SERVICES•30/12/2020

La température a atteint une valeur moyenne de 14°C sur l'ensemble du pays en 2020. Le précédent record avait été enregistré en 2018, avec 13,9°C.

Tempêtes, pluies historiques, sécheresse record, canicules... Après une succession d'événements météorologiques extrêmes, 2020 sera aussi l'année la plus chaude jamais enregistrée en France, un nouveau signe criant du réchauffement de la planète. "Le rafraîchissement de cette fin d'année n'aura rien changé. C'est désormais officiel : avec une valeur moyenne sur l'ensemble du pays atteignant 14°C, la température de l'année 2020 est la plus chaude jamais enregistrée, devant 2018 (13,9°C)", a annoncé Météo-France sur Twitter.

Mi-décembre, l'organisme avait déjà estimé probable ce record, attendant encore les données du mois de décembre pour le confirmer. Malgré un début et une fin décembre "plutôt frais", le mois a finalement été en moyenne plutôt doux, ne permettant pas d'inverser la tendance. 2020 se classe ainsi en haut du podium devant 2018 et 2014, après une succession d'événements extrêmes ayant jalonné toutes les saisons.

Image

....................
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 0cc2555a59

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par Jeuf » 18 déc. 2020, 12:30

energy_isere a écrit :
07 déc. 2020, 20:27
Novembre 2020, le plus chaud jamais enregistré dans le monde

AFP•07/12/2020

Novembre 2020 a été le mois de novembre le plus chaud jamais enregistré dans le monde, rapprochant encore un peu plus l'année 2020 du record de 2016, selon le service européen Copernicus sur le changement climatique.

La période de douze mois allant de décembre 2019 à novembre 2020 se situe à 1,28°C au-dessus des températures de l'ère préindustrielle, explique Copernicus dans son bilan climatique mensuel publié lundi. Alors que les années 2015 à 2020 sont les six les plus chaudes jamais enregistrées, ce chiffre rapproche dangereusement la planète du premier plafond de l'Accord de Paris qui fête ses cinq ans cette semaine.

Image

Le pacte, conclu en 2015 par près de 200 Etats qui se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, vise à contenir le réchauffement nettement sous les +2°C, si possible à +1,5°C, pour limiter les impacts dévastateurs des tempêtes, sécheresses et autres canicules déjà à l'oeuvre.

........

L'Organisation météo mondiale (OMM) a ainsi annoncé mercredi que 2020 serait sur le podium des années les plus chaudes. Les données provisoires la place pour l'instant deuxième derrière 2016, mais l'écart étant faible, le classement pourrait changer.
...........
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... b2cb2e0ce7
Curieux, ça chauffe sur les alpes et pas les pyrénnées

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par energy_isere » 17 déc. 2020, 21:07

Réchauffement: 2020 année record annoncée en France

AFP•17/12/2020

Nouveau signe du réchauffement climatique, 2020 s'annonce comme l'année la plus chaude jamais enregistrée en France, avec des conséquences déjà très concrètes, canicules, sécheresses et autres événements météo extrêmes.

"Avec une température annuelle moyenne sur le pays proche de 14°C, soit un dépassement de la normale de près de +1,5 °C, l'année 2020 est bien partie pour se hisser à la première place des années les plus chaudes que la France ait connues sur la période 1900-2020," soit depuis que ces mesures existent, a annoncé jeudi Météo France.

Hors épisode de refroidissement exceptionnel d'ici la fin de l'année, 2020 devrait donc prendre la première place sur le podium, suivie par 2018 (13,9°C) et 2014 (13,8°C).

"2020 est en tête (des relevés les plus chauds) pratiquement depuis le mois de février", enchaînant les moyennes record, souligne Jean-Michel Soubeyroux, directeur adjoint à la direction de la climatologie et des services climatiques de Météo-France.

Autre signe de ce réchauffement, sur les 120 années depuis que ces moyennes nationales sont relevées, les six années les plus chaudes ont été enregistrées depuis 2011.

"Au cours de la décennie que nous venons de vivre, nous sommes dans une dynamique particulièrement significative, la variabilité devient très réduite," explique M. Soubeyroux. "Sur une série de 120 ans, la probabilité pour chacune de ces années (d'être dans les plus chaudes) est d'un sur 120, on voit que les dés sont pipés".

Ce réchauffement reflète fidèlement celui constaté à l'échelle planétaire, où l'Organisation mondiale de la météo a annoncé début décembre que 2020 devrait être l'une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées.

......
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... b37389c073

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par energy_isere » 07 déc. 2020, 20:27

Novembre 2020, le plus chaud jamais enregistré dans le monde

AFP•07/12/2020

Novembre 2020 a été le mois de novembre le plus chaud jamais enregistré dans le monde, rapprochant encore un peu plus l'année 2020 du record de 2016, selon le service européen Copernicus sur le changement climatique.

La période de douze mois allant de décembre 2019 à novembre 2020 se situe à 1,28°C au-dessus des températures de l'ère préindustrielle, explique Copernicus dans son bilan climatique mensuel publié lundi. Alors que les années 2015 à 2020 sont les six les plus chaudes jamais enregistrées, ce chiffre rapproche dangereusement la planète du premier plafond de l'Accord de Paris qui fête ses cinq ans cette semaine.

Image

Le pacte, conclu en 2015 par près de 200 Etats qui se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, vise à contenir le réchauffement nettement sous les +2°C, si possible à +1,5°C, pour limiter les impacts dévastateurs des tempêtes, sécheresses et autres canicules déjà à l'oeuvre.

........

L'Organisation météo mondiale (OMM) a ainsi annoncé mercredi que 2020 serait sur le podium des années les plus chaudes. Les données provisoires la place pour l'instant deuxième derrière 2016, mais l'écart étant faible, le classement pourrait changer.
...........
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... b2cb2e0ce7

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par energy_isere » 07 oct. 2020, 20:53

En 2020, le monde a connu le mois de septembre le plus chaud jamais enregistré

AFP parue le 07 oct. 2020

Septembre 2020 a été le mois de septembre le plus chaud jamais enregistré dans le monde, selon le service européen Copernicus sur le changement climatique, qui évoque la possibilité que 2020 détrône 2016 comme année la plus chaude.

La période de douze mois allant de octobre 2019 à septembre 2020 se situe à 1,28°C au-dessus des températures de l'ère préindustrielle. Alors que les cinq dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées, ce chiffre rapproche dangereusement la planète du plafond fixé par l'Accord de Paris.

Le pacte, conclu en 2015 par près de 200 États qui se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, vise à contenir le réchauffement sous 1,5°C, ou au pire 2°C, pour limiter les impacts dévastateurs des tempêtes, sécheresses et autres canicules déjà à l'œuvre.

Mais alors que la planète s'est déjà réchauffée de plus de 1°C, elle gagne encore en moyenne 0,2°C par décennie depuis la fin des années 1970, insiste Copernicus dans son bilan climatique mensuel. Et 2020 ne risque pas d'inverser la tendance, avec déjà les mois de janvier, mai et juin les plus chauds. "Au niveau mondial, septembre 2020 a été 0,05°C au-dessus de septembre 2019, jusqu'alors le plus chaud jamais enregistré", indique le service européen. Soit 0,63°C au-dessus de la moyenne de la période 1981-2020.

Les températures ont été particulièrement élevées en Sibérie, poursuivant une vague de chaleur commencée au printemps qui a favorisé des incendies spectaculaires.

Chaleur arctique

La chaleur a été également plus importante que la normale sur l'océan Arctique dans son ensemble, indique le service, qui rappelle que la banquise d'été en Arctique a fondu cette année jusqu'à la deuxième superficie la plus petite jamais enregistrée (après 2012).

"La combinaison en 2020 de températures record et d'une banquise d'été à un niveau bas souligne l'importance d'améliorer la surveillance dans une région qui se réchauffe plus vite que n'importe où ailleurs dans le reste du monde", a commenté Carlo Buontempo, directeur du service européen sur le changement climatique.

Le Grand nord n'a pas été le seul concerné. Ainsi, l'Amérique du Nord a connu un mois de septembre particulièrement chaud, avec notamment 49°C enregistrés au début du mois dans le comté de Los Angeles, dans une Californie ravagée par les incendies.

Au-delà du seul mois de septembre, les données des satellites européens montrent que la période allant de janvier à septembre 2020 est plus chaude que la même période de 2019 - deuxième année la plus chaude.

Et l'analyse comparée de ces mêmes neuf mois pour 2020 et 2016, année la plus chaude au monde, révèle des anomalies "assez similaires", poursuit Copernicus. Malgré tout, des phénomènes climatiques comme le développement en cours d'un épisode La Niña, qui tend à faire baisser la température mondiale, "influeront sur la probabilité que 2020 devienne l'année la plus chaude". "Il reste trois mois pendant lesquels tout peut arriver", a indiqué à l'AFP Freja Vamborg, scientifique de Copernicus, notant que l'agence ne faisait pas de "prédictions pour les températures mondiales".

La base de données satellite de Copernicus pour l'observation des températures remonte à 1979, mais les données conventionnelles terrestres et d'autres agences ne montrent pas d'année plus chaude avant 1979, depuis l'ère préindustrielle.
https://www.connaissancedesenergies.org ... nde-201007

Image

http://www.meteofrance.fr/actualites/76 ... enregistre

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par emmort » 02 oct. 2020, 09:47

Silenius a écrit :
02 oct. 2020, 06:27

Pourtant le rechauffement est plus important dans les zones les plus eloignees de l'equateur.
Mais il affecte infiniment moins de personnes. En cumulant les habitants du Groenland, du nord du canada, de l’Alaska, de Laponie et du nord des Sibéries arrive-t-on à la population du seul Sénégal??

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par Silenius » 02 oct. 2020, 06:27

SophiL a écrit :
02 oct. 2020, 03:30

Les habitants des pays du Sud sont les plus exposés aux catastrophes liées au changement climatique et oui c'est clair qu'ils ne sont pas les bienvenues dans nos petites zones tempérées.
Pourtant le rechauffement est plus important dans les zones les plus eloignees de l'equateur.

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par GillesH38 » 02 oct. 2020, 06:01

comme quoi on vit quand meme mieux en consommant des fossiles que sans en consommer ... ;)

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par SophiL » 02 oct. 2020, 03:30

emmort a écrit :
11 août 2020, 13:05
mobar a écrit :
10 août 2020, 17:58

Se déplacer vers des zones plus tempérées
Je crois qu'il y a au sud de la méditerranée quelques dizaines de milliers de personnes qui t'on bien compris.
Pia RGPD
Mais les habitants actuels des zones tempérées ne montrent pas un enthousiasme débordant.
Les habitants des pays du Sud sont les plus exposés aux catastrophes liées au changement climatique et oui c'est clair qu'ils ne sont pas les bienvenues dans nos petites zones tempérées.

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par mobar » 14 août 2020, 19:53

... et sur 150 ans, une population qui a été multiplie par 10, des infrastructures dont le coût a été multiplié par 100, une information multipliée par 1000

mécaniquement les dégâts d un même événement sont plus conséquents et beaucoup plus de monde s en inquiète :-"

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par GillesH38 » 14 août 2020, 09:27

bien sur, et il y a aussi toutes les influences anthropiques modernes, artificialisation des sols, constructions dans des zones inondables où personne n'habitait avant...

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par kercoz » 14 août 2020, 09:22

GillesH38 a écrit :
14 août 2020, 08:54

* l'article dit bien qu'il a augmenté le risque dans certaines régions mais diminué dans d'autres. Il y a donc probablement un effet dans la répartition spatiale et temporelle des précipitations, mais pas de nombre spectaculairement plus élevé qu'a d'autres périodes.

et tout ça n'adresse pas bien évidemment la vraie question pratique , c'est de savoir si l'impact du RC est plus grave ou moins grave que celui des mesures qu'il faudrait prendre pour s'assurer qu'il n'arrive pas.
Au niveau agricole, la notion de "catastrophe" ( l'inondation n'en est qu'une parmi d'autres) se référent à la temporalité, occulte un peu vite le fait que les pratiques modernes sont une variable qui fausse la comparaison. La polyculture traditionnelle était, il n' y à guère, la meilleure assurance du paysan.
Les gaulois semaient des mélanges de graines ( blés, seigle etc) de façon à lisser les altérités climatiques et de sols.

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par GillesH38 » 14 août 2020, 08:54

emmort a écrit :
13 août 2020, 13:01
Les caractéristiques des inondations ont évolué à cause du changement climatique

Un important projet de recherche international mené par l'Université technique de Vienne (TU Wien) montre pour la première fois que les caractéristiques des inondations en Europe au cours des dernières décennies sont différentes de celles des siècles précédents. L'IRM a contribué a l'article, publié dans la revue Nature, en mettant à disposition une série chronologique des crues de la Meuse en amont de Venlo (Limbourg néerlandais) et des affluents Sambre, Hoyoux et Geer de 1500 à nos jours, à haute résolution temporelle.
L'animation à la fin de l'article est particulièrement intéressante

https://www.meteo.be/fr/infos/actualite ... climatique
pour préciser donc :
* l'article dit bien qu'il y a eu d'autres périodes de fortes inondations , l'époque actuelle n'est donc pas exceptionnelle dans le nombre
* si on regarde les différentes époques on voit qu'aucune ne se ressemble, le fait donc d'être différentes des autres n'est pas spécifique de la notre
* l'argument sur la "période chaude" n'est pas très convainquant puisque de toutes façons la température a augmenté, c'est donc forcément une période chaude, mais ça ne prouve en rien que c'est cette chaleur qui provoque l'apparition d'une période d'inondations puisque d'autres périodes sont repérées sans que la cause en soit connue (plutot en période froide donc).
* l'argument sur la saisonnalité est plus convaincant (55 % en été contre 41 % avant).
* l'article dit bien qu'il a augmenté le risque dans certaines régions mais diminué dans d'autres. Il y a donc probablement un effet dans la répartition spatiale et temporelle des précipitations, mais pas de nombre spectaculairement plus élevé qu'a d'autres périodes.

et tout ça n'adresse pas bien évidemment la vraie question pratique , c'est de savoir si l'impact du RC est plus grave ou moins grave que celui des mesures qu'il faudrait prendre pour s'assurer qu'il n'arrive pas.

Haut