[Pollution] Pesticides

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : [Pollution] Pesticides

Re: [Pollution] Pesticides

par mobar » 05 nov. 2019, 09:48

Les coupes à blanc du passé sont de plus en plus rares
Les bonnes pratiques sylvicoles tendent à les réduire et à les remplacer, voir le code des bonnes pratiques sylvicoles :
http://www.forestiersdalsace.fr/UserFil ... alsace.pdf

Re: [Pollution] Pesticides

par Silenius » 03 nov. 2019, 19:27

Sylvain Angerand des Amis de la Terre. "Il ne faut pas reproduire les erreurs qui ont été faites dans l’agriculture, la forêt doit rester un écosystème et la production de bois doit se faire dans le respect des équilibres naturels".
Une parcelle sylvicole cultivee en vue d'en recolter la totalite n'est pas plus naturelle qu'un champ de salades, sinon on peut aussi faire de la cueillette comme dans les forets tropicales ou l'on recolte les especes commercialisables et saccage le reste.

Re: [Pollution] Pesticides

par energy_isere » 03 nov. 2019, 17:36

[BONNE NOUVELLE] LES PESTICIDES DANS LES FORÊTS PUBLIQUES, C’EST FINI
Herbicides, insecticides, fongicides... Plus aucun de ces pesticides ne se trouvera désormais dans les forêts publiques. L'Office national des forêts (ONF) vient d'annoncer leur abandon dans la gestion de ces dernières. Si leur usage était très limité, cette bonne nouvelle fait suite à celle de l'arrêt du glyphosate annoncée en 2018.

03 novembre 2019 novethic

Objectif zéro phyto atteint. L’Office national des forêts (ONF) vient de décider d’abandonner l’usage des produits phytopharmaceutiques dans la gestion des forêts publiques. Fini les herbicides, insectides et fongicides… sur un tiers de la surface forestière de l’Hexagone.

Leur recours était déjà minime à en croire l’ONF qui avance un chiffre de 0,02 % de surfaces forestières traitées. Ces traitements étaient appliqués pendant les phases de régénération et ciblaient la végétation qui pouvait entraver la croissance des arbres comme les fougères ou les ronces. "Pour aboutir à cet objectif, des alternatives mécanisées ou des techniques de bio-contrôle des ravageurs et parasites des arbres seront dorénavant privilégiées", note l’ONF qui veut voir, dans cet engagement, un "gage d’exemplarité" car certains des traitements que l’Office a abandonnés sont encore autorisés par la réglementation.

Arrêt du glyphosate depuis 2018

Reste que la pression se faisait de plus en plus grande. L’année dernière, plusieurs ONG avaient lancé une pétition demandant l’arrêt des pesticides sur les surfaces non agricoles dont les forêts. "Les herbicides et fongicides de synthèse n’ont pas leur place dans une forêt qu’elle soit publique ou privée", notait Sylvain Angerand des Amis de la Terre. "Il ne faut pas reproduire les erreurs qui ont été faites dans l’agriculture, la forêt doit rester un écosystème et la production de bois doit se faire dans le respect des équilibres naturels". L’ONF avait alors décidé d’abandonner le glyphosate.

Selon les associations, 40 pesticides de synthèse dont 23 à base de glyphosate étaient autorisées dans les forêts françaises. "Ces derniers sont pourtant classés comme pouvant entraîner des effets néfastes à long terme pour l’environnement aquatique, s’accumulant dans l’organisme des poissons, crustacés, algues, et plantes. D’autres, au nom évocateur tel que le "Fusilade Forêt" commercialisé par Syngenta, présentent des risques pour l’enfant pendant la grossesse", notaient les ONG.
https://www.novethic.fr/actualite/envir ... 47853.html

Re: [Pollution] Pesticides

par energy_isere » 12 sept. 2019, 22:54

Interdiction des pesticides à Paris, Lille, Nantes, Clermont-Ferrand et Grenoble les interdisent sur leur territoire

LE PARISIEN•12/09/2019

Evoquant « le principe de précaution », les villes de Paris, Lille, Nantes, Clermont-Ferrand et Grenoble ont décidé d'interdire l'emploi des pesticides sur leur territoire. Cela pour faire pression sur le gouvernement en pleine polémique sur les distances minimales entre habitations et zones d'épandage. Comme l'ont par ailleurs déjà fait plusieurs communes, mais de taille bien moindre.C'est via un communiqué commun que les maires de ces cinq villes ont annoncé cette décision ce jeudi matin. « Nous connaissons le statut juridique de tels arrêtés mais il s'agit pour nous d'engager une démarche concertée pour faire changer la loi et concourir à la sauvegarde du patrimoine inestimable de la biodiversité sur nos territoires et de la santé de nos concitoyens », est-il écrit dans ce texte.

Sur Twitter, la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne a dénoncé un «coup de com », rappelant que dans les grandes villes la loi interdit en effet déjà depuis 2017 l'utilisation de produits chimiques par les collectivités pour entretenir les espaces verts et la voirie. Même interdiction depuis janvier pour les particuliers et jardiniers amateurs qui ne peuvent plus utiliser que des produits phytopharmaceutiques d'origine naturelle.« Faire plier le gouvernement »Reste donc principalement les espaces verts des copropriétés et des entreprises, notamment la SNCF, grande utilisatrice de glyphosate pour désherber ses voies et leurs abords immédiats. « A Lille, il n'y a pas de champs, mais [...] il y a par exemple toutes les voies appartenant à la SNCF et qui bien souvent se trouvent à proximité des habitations ! », a commenté Stéphane Baly, président du groupe des élus EELV à Lille. « Cette démarche conjointe avec un certain nombre de maires de grandes villes [...] a notamment pour but de faire plier le gouvernement », a-t-il ajouté.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 4217553aaf

Re: [Pollution] Pesticides

par energy_isere » 24 juil. 2019, 08:01

Espagne: dans la "mer de plastique", des insectes à la place des pesticides

AFP•24/07/2019

"Ils travaillent pour moi jour et nuit", sourit Antonio Zamora sous sa serre. Ses employés sont invisibles à l'oeil nu: de microscopiques insectes chargés de dévorer les parasites menaçant ses poivrons.

Depuis plus de 10 ans, l'agriculteur n'enfile plus sa combinaison pour répandre des insecticides mais accroche aux plantes de petits sachets d'acariens, prêts à partir à l'assaut des indésirables tout en épargnant les végétaux.

.........
Selon les autorités, la consommation d'insecticides a diminué de 40% depuis 2007 à Almeria.
........

https://www.boursorama.com/actualite-ec ... e9d5509e62

Re: [Pollution] Pesticides

par energy_isere » 01 janv. 2019, 09:45


Les pesticides de synthèse interdits aux particuliers à partir du 1er janvier
L’achat, l’usage et le stockage de produits phytopharmaceutiques seront interdits aux particuliers et jardiniers amateurs. Ils pourront être récupérés pour retraitement

Le Monde 1er janv 2019
........
https://www.lemonde.fr/planete/article/ ... L-32280539

Re: [Pollution] Pesticides

par kercoz » 07 nov. 2018, 22:07

Bayer plombé par Mon$anto:

https://www.lemonde.fr/economie/article ... _3234.html

"""""""""""""""""""
Depuis le rachat de Monsanto, Bayer a perdu la somme gigantesque de 30 milliards d’euros de valeur boursière, alors que le groupe a opéré une augmentation de capital de 9 milliards d’euros pour boucler la fusion. Le « mariage du siècle » au sommet de l’agrochimie mondiale était-il une erreur ? Déjà condamné par les écologistes,...
"""""""""""""

((Il y a peut être un dieu en fin de compte !))

Re: [Pollution] Pesticides

par energy_isere » 05 nov. 2018, 19:53

La consommation de pesticides en hausse en 2017

Par Adeline Haverland le 05/11/2018

Vu sur le web D'après une information des Echos, basée sur les données du projet de loi de finances 2019, l'usage de pesticides en 2017 serait reparti à la hausse après une légère baisse en 2016. 94,2 millions de doses ont, en effet, été utilisées l'an dernier par les agriculteurs français. Des chiffres qui remettent en cause l'objectif affiché du gouvernement de diminuer de recours aux pesticides de 25% d'ici à 2020.

L'objectif de réduire de 25% la consommation de pesticides d'ici à 2020 semble de plus en plus difficile à atteindre. En effet, selon une information publiée par les Echos et basée sur les données du volet Agriculture de la loi de Finances, la consommation de pesticides en France est repartie à la hausse en 2017.

Recul des produits phytosanitaires les plus dangereux

Plus de 94 millions de doses ont été consommées au cours de ces 12 derniers mois contre 93,9 millions en 2016. En juillet dernier déjà, les ministères de l'Agriculture et celui de la Transition écologique avaient dénoncé, dans un communiqué commun, une augmentation de l'utilisation des produits phytosanitaires de + 12% entre 2014 et 2016.

Seule bonne nouvelle, les produits cancérigènes avérés, considérés comme les plus dangereux, ont reculé de 6% au profit de l'utilisation des pesticides cancérigènes supposés.

L'échec des plans ecophyto

Ces chiffres confirment l'échec des Plans ecophyto lancés dès 2009 et dont l'objectif est de faire baisser le recours aux pesticides de 25% d'ici à 2020 et de 50% d'ici à 2025.

L'été dernier, face aux premiers chiffres décevants, les quatre ministères de l'Agriculture, de la Santé, de la Transition écologique et de l'Enseignement Supérieur s'étaient déjà réunis pour élaborer une nouvelle version de cette politique "anti-pesticide". Pour garantir le respect de l'engagement à l'horizon 2020, les pouvoirs publics avaient alors décidé de remobiliser l'ensemble des financements vers la transition des cultures et de débloquer une enveloppe de 71 millions d'euros consacrée au financement de projets de recherche sur des techniques alternatives.

Des moyens qui, au vu des derniers chiffres, semblent assez dérisoires.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... 17.N764739

Re: [Pollution] Pesticides

par energy_isere » 05 nov. 2018, 19:04

Le métam-sodium définitivement interdit après des intoxications

Reuters 05/11/2018

L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) annonce lundi le retrait des autorisations de mise sur le marché pour les produits à base de métam-sodium, un désinfectant des sols des cultures maraîchères responsable de plusieurs intoxications.

Utilisé dans la culture de la mâche ou de la tomate, le métam-sodium a été mis en cause cet automne dans plusieurs cas d'intoxications respiratoires dans le Maine-et-Loire et le Finistère. Le 26 octobre, l'exécutif a suspendu par arrêté l'utilisation de produits à base de métam-sodium pour une durée de trois mois.

L'Anses a procédé à un réexamen des risques liés à ces produits, dont la substance active est autorisée au niveau européen et qui sont utilisés en grande quantité, à hauteur de 700 tonnes par an en France.

"Après réévaluation, l'Anses conclut que l'ensemble de ces usages représente un risque pour la santé humaine et l'environnement. L'Anses vient donc de notifier aux industriels son intention de retirer les autorisations de mise sur le marché de tous les produits à base de métam-sodium".

La décision revient à interdire la substance sur le marché français de manière définitive.

"Les événements récents d'intoxications de riverains et de professionnels ont montré l'importance de déclarer à l'Anses tout événement indésirable en lien avec les utilisations des produits phytopharmaceutiques", note-t-elle en outre dans un communiqué.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... c2feb0ef39

Re: [Pollution] Pesticides

par energy_isere » 26 oct. 2018, 22:39

Pesticides: le métam-sodium indésirable dans les champs de l'Hexagone

AFP 26/10/2018

Le métam-sodium banni des exploitations maraîchères : le gouvernement a suspendu pour trois mois l'utilisation de ce pesticide, utilisé notamment dans la production de mâche et pointé du doigt après plusieurs intoxications dans l'Ouest de la France, en attendant un avis de l'agence de sécurité sanitaire.

"L'utilisation des produits phytopharmaceutiques contenant la substance active +métam+ ou +métam-sodium+ est suspendue jusqu'au 31 janvier 2019", indique un arrêté pris jeudi par le gouvernement et publié vendredi au Journal officiel.

Son utilisation pour stériliser les sols avant d'y semer des fruits et légumes était déjà interdite en Maine-et-Loire où des dizaines de personnes ont récemment été intoxiquées par ce produit. Cinq personnes ont également été "incommodées" la semaine dernière dans le Finistère sans que leur état nécessite une hospitalisation, selon la préfecture.

La décision n'a pas manqué de faire réagir les maraîchers, qui s'exprimaient pour la première fois depuis le début de la crise et ont fait part de leur vive inquiétude. Ils craignent que la décision des autorités ne jette la suspicion sur une production qui fait vivre des milliers d'agriculteurs dans l'Ouest de la France.

"Il y aura beaucoup moins de mâche, de radis ou de poireaux" sur les étals à la saison prochaine, a ainsi alerté Philippe Retière, président de la Fédération des maraîchers nantais.

Le maraîchage représente 60% des emplois agricoles de Loire-Atlantique, soit 4.600 emplois qui permettent de produire d'importantes quantités de poireaux, concombres, tomates ou encore de la mâche, selon les chiffres de la Fédération. Plus de la moitié de la mâche produite dans l'Union européenne (35.000 tonnes par an) est ainsi produite dans la région nantaise.

"On ne dit pas que le métam-sodium est un produit anodin", a souligné M. Retière, mais "il n'y a aucune dangerosité pour les consommateurs", a-t-il insisté.

Un point que confirme Dominique Deniaud, porte-parole de la Confédération paysanne, hostile par ailleurs à l'utilisation de ce produit, qui précise que cette substance, très volatile, ne laisse de traces ni dans le végétal, ni dans le sol.

Seuls les agriculteurs qui appliquent le produit et les riverains des exploitations sont donc susceptibles d'être intoxiqués.

"Des problèmes avec ce produit-là, il y en a de très nombreux, c'est assez fréquent, mais c'est toujours tu", a néanmoins déclaré à l'AFP M. Deniaud. Il a évoqué "un vrai chantage à l'emploi des maraîchers".

- Plus de 70 intoxications -

Le métam-sodium "est une molécule qui ne laisse pas de résidus dans le sol. C'est une molécule intéressante, sauf lorsqu'il y a un incident", a encore expliqué M. Retière.

Ce sont effectivement des manquements à la stricte réglementation qui encadre le produit, couplés à un climat inhabituellement chaud et sec, qui auraient causé les plus de 70 intoxications signalées dernièrement dans le département du Maine-et-Loire.

"Le métam-sodium fait partie des substances actives les plus préoccupantes pour la santé et l'environnement identifiée dans le plan d'actions national sur +les produits phytopharmaceutiques et une agriculture moins dépendante aux pesticides+, pour lesquelles le gouvernement a demandé une revue scientifique par l'Anses", soulignent toutefois les ministères de la Santé, de la Transition énergétique et de l'Agriculture dans un communiqué conjoint.

La suspension au niveau national est "une sage décision pour la santé des agriculteurs et des citoyens", ont réagi des députés LREM des Pays de la Loire, dont Matthieu Orphelin, dans un communiqué. "Il faut maintenant accompagner les acteurs dans le déploiement rapide des alternatives existantes".

L'Anses doit se prononcer sur l'utilisation de ce produit fin novembre, soulignent-ils.

En cas d'interdiction définitive, comme le réclament les ONG France Nature environnement et Génération futures, Christian Durlin, vice-président de la commission environnement de la FNSEA et agriculteur dans le Pas-de-Calais, craint une nouvelle "distorsion" de concurrence avec les agricultures des pays voisins de la France.

"La Coordination Rurale juge cette suspension nationale hâtive, d'autant plus que le produit est utilisé depuis plusieurs années sans incidence", indique dans un communiqué le syndicat.

"Nous demandons au gouvernement de faire toute la lumière sur ces intoxications", déclare son président Bernard Lannes, qui souhaite une étude d'impacts économiques et agronomiques des conséquences de cette suspension et "une liste exhaustive de solutions alternatives proposant la même efficacité".

Des alternatives existent et sont déjà largement utilisées par les agriculteurs, mais les maraîchers ont insisté sur leurs contraintes. La solarisation, qui consiste à utiliser la chaleur du soleil pour désinfecter les sols, est ainsi limitée en raison du climat en Loire-Atlantique, tandis que la désinfection à la vapeur est très gourmande en temps et en carburant.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 4ab77cc89b

Re: [Pollution] Pesticides

par energy_isere » 12 oct. 2018, 20:05

Maine-et-Loire : un pesticide suspendu 15 jours après trois cas d'intoxications

Le Parisien 12/10/2018
..............
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 8c28633a4f

Re: [Pollution] Pesticides

par energy_isere » 08 oct. 2018, 12:47

Bébés nés sans bras : "Très probable que ces malformations soient liées aux pesticides", dit Yannick Jadot sur RTL

INVITÉ RTL - Le député européen écologiste estime "très probable" que les malformations de plusieurs bébés dans trois départements sont dues aux pesticides des champs environnants.
...........
Toutes les familles qui ont été touchées par ces accusations vivent à côté des champs de maïs et de tournesol
............
https://www.rtl.fr/actu/politique/bebes ... 7795092790

Re: [Pollution] Pesticides

par energy_isere » 30 août 2018, 12:37

Les pesticides néonicotinoïdes interdits à partir de samedi

AFP 30/08/2018

Après des années de controverses, les pesticides néonicotinoïdes seront bannis à partir de samedi en France, une interdiction destinée à protéger les colonies d'abeilles en déclin mais dénoncée par les agriculteurs qui réclament du temps pour développer des alternatives.

- Insecticides les plus utilisés au monde -

Disponibles depuis le milieu des années 1990, les néonicotinoïdes, ensemble de sept insecticides neurotoxiques (acétamipride, clothianidine, imidaclopride, thiaclopride, thiaméthoxame, nitenpyrame et dinotéfurane), sont devenus les insecticides les plus utilisés dans le monde.

S'ils peuvent être utilisés en pulvérisation, en France ils servent principalement de manière préventive, en enrobant les semences. La substance, dite "systémique", est absorbée par la plante et se propage à tous ses tissus, y compris le pollen.

Betteraves, blé, colza, arbres fruitiers, vigne... Ils sont utilisés pour débarrasser les cultures des chenilles, cochenilles, pucerons ou insectes mangeurs de bois.

- "Tueur d'abeilles" -

Comme tout insecticide, à certaines doses, les néonicotinoïdes tuent les insectes, donc les abeilles.

Depuis les années 2000, des scientifiques s'inquiètent du fait que même à faible dose, ces substances qui s'attaquent au système nerveux des insectes affectent les pollinisateurs (abeilles et bourdons désorientés, sperme des mâles altéré...).

Les apiculteurs français constatent une hausse de la mortalité dans leurs ruches depuis l'arrivée des néonicotinoïdes. Mais "aucun élément scientifique rigoureux" ne prouve qu'ils sont la première cause de mortalité des abeilles, note le directeur scientifique de l'Institut de l'abeille Axel Decourtye.

- Interdits, avec dérogations -

L'UE a décidé en avril d'interdire pour les cultures de plein champ l'utilisation de trois substances (clothianidine, thiaméthoxame et imidaclopride), objet de restrictions depuis 2013. La décision, qui permettra les usages sous serre, entrera en vigueur complètement le 19 décembre.

La France va plus loin. La loi biodiversité de 2016 prévoit l'interdiction des néonicotinoïdes à partir de ce 1er septembre. Un récent décret d'application précise que les cinq substances jusqu'alors autorisées en Europe pour des usages phytosanitaires sont concernées (les trois visés par l'UE, plus thiaclopride et acétamipride) .

Des dérogations sont possibles au cas par cas jusqu'au 1er juillet 2020. Mais elles ne seront délivrées que pour des produits à base d'acétamipride, et dans de "faibles volumes", assure le ministère de la Transition écologique.

Des dérogations inacceptables pour les ONG, qui réclament l'interdiction d'autres pesticides. "Ne nous limitons pas à cette famille. Beaucoup d'autres devraient être interdits", plaide François Veillerette, de Générations Futures.

Dans son viseur notamment des produits parfois appelés "néonicotinoïdes de nouvelle génération": la flupyradifurone, pas autorisée en France, et le sulfoxaflor, substance active de deux produits dont l'association a fait suspendre la vente par la justice l'an dernier.

La loi alimentation adoptée en première lecture prévoit l'extension de l'interdiction des néonicotinoïdes aux substances chimiques ayant des modes d'action identiques. Si elle est adoptée définitivement, un nouveau décret devrait compléter la liste.

Les néonicotinoïdes restent néanmoins autorisés pour les usages non phytosanitaires, comme biocides et médicaments vétérinaires, notamment les produits anti-puces pour chiens et chats.

- Des alternatives ? -

Les agriculteurs se retrouvent dans une impasse "dramatique", dénoncent la FNSEA et d'autres syndicats agricoles, assurant ne pas avoir de solutions de remplacement.

Selon un rapport récent de l'Anses, il existe des alternatives "suffisamment efficaces, et opérationnelles", chimiques ou non chimiques, pour la grande majorité des 130 usages phytosanitaires des néonicotinoïdes.

L'agence plaide pour une "lutte intégrée": pas de traitement prophylactique, surveillance des cultures, priorité aux méthodes non chimiques, pesticides chimiques seulement si les ravageurs dépassent certains "seuils de nuisibilité". Mais elle reconnaît que "l'impact sur l'activité agricole de l'interdiction des néonicotinoïdes est difficile à anticiper".

- Et l'homme ? -

Les néonicotinoïdes se retrouvent dans le sol et l'eau.

Mais en février 2018, l'Anses assurait que les données disponibles "ne mettent pas en évidence d'effet nocif pour la santé humaine", à condition que les consignes d'utilisation soient respectées.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 7c10915fac

Re: [Pollution] Pesticides

par energy_isere » 25 juin 2018, 20:29

La France lance la première campagne de mesure des pesticides dans l'air

Par Adeline Haverland Usine Nuvevelle le 25/06/2018

Le glyphosate, le fipronil ou le chlordécone font partie des 80 pesticides dont la présence dans l'air sera mesurée à partir de ce 25 juin. Objectif de la campagne nationale lancée par l'Anses : mieux connaître l'exposition de la population pour définir une stratégie de surveillance des pesticides

Le glyphosate a beau être au cœur du débat depuis plusieurs mois, peu d’informations sont disponibles quant à son utilisation et à l’exposition de la population. Pour y remédier, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a lancé une campagne de mesures des pesticides dans l’air.

80 pesticides mesurés

Au total, la présence de plus de 80 pesticides sera mesurée dans cinquante sites en métropole et en outre-mer. "Les substances ciblées ont été priorisées par l’Anses sur la base de leurs caractéristiques de danger et de critères d’utilisation, d’émission et de persistance dans l’air " explique l’autorité dans un communiqué.

Parmi les produits surveillés, on retrouve donc le glyphosate dont le gouvernement a annoncé l’interdiction d’ici à 2021 au plus tard ou le chlordécone qui contamine les Antilles.

C’est la première fois qu’une opération de telle envergure est réalisée à l’échelle nationale. Cette campagne durera un an.

Définir une stratégie de surveillance des pesticides

L’objectif de cette initiative est de "définir les modalités d’une stratégie pérenne nationale de surveillance des résidus de pesticides dans l’air ambiant", précise l’agence.

Pour cela, les données collectées alimenteront la base nationale GEOD’AIR qui réunit l’ensemble des informations sur la qualité de l’air. "Ces données contribueront à établir un premier état des lieux des niveaux de contamination en résidus de pesticides dans l’air ambiant", explique l'Anses. Les résultats de cette campagne seront complétés par une autre étude, réalisée par l’Anses et Santé publique France sur l’exposition des riverains en zones agricoles.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... ee.N711549

Re: [Pollution] Pesticides

par williams » 30 avr. 2018, 09:52

energy_isere a écrit :
27 avr. 2018, 19:38
Interdiction des néonicotinoïdes : les ONG se réjouissent, l’industrie proteste

Gaëlle Fleitour Usine Nouvelle le 27/04/2018

Déjà sur la sellette en France avec la loi sur la biodiversité, les néonicotinoïdes, une famille de pesticides suspectés d’être nocifs pour les abeilles, vont être interdits en grande partie en Europe. Non sans provoquer de vives réactions dans le monde industriel et environnemental.
................
lire : https://www.usinenouvelle.com/article/n ... te.N686944
Encore il faudrait que cette loi qui interdit l'utilisation et la vente des néonicotinoïdes soient respectée car souvent ce n'est pas le cas.

Puis l'Europe aurait pu réagir plus vite depuis le temps qu'il est dit que ces pesticides sont suspectés d’être nocifs pour les abeilles.

Williams

Haut