Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

par energy_isere » 15 avr. 2021, 23:38

Rejet du recours néerlandais contre l'interdiction de la pêche électrique dans l'UE

REUTERS•15/04/2021
.................
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 108fd596bb

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

par energy_isere » 21 mars 2021, 20:36

Des données FAO :
Le poisson d’élevage détrône toujours plus le poisson pêché

par Caroline Tourbe France Inter publié le 15 juin 2020

Le dernier rapport de la FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture) le souligne : l’aquaculture occupe la première place dans les assiettes des consommateurs qui se remplissent toujours plus de poissons !

Jamais l’appétit pour les produits de la mer n’a été aussi grand dans le monde ! Dans son dernier rapport sur les pêcheries et l’aquaculture mondiale, l’organisation mondiale pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime que la consommation globale a carrément bondi de 122% par rapport à 1990. Ce sont 156 millions de tonnes de poissons et autres fruits de mers qui ont atterries dans nos assiettes en 2018 (année de référence statistique du rapport). En moyenne, cela représente donc 20,5kg par habitant de la planète. Une quantité qui pourrait même atteindre les 21,5 kg en 2030 selon la FAO.

Toujours plus, vraiment ? Cette hausse prévue de 15% (179 millions de tonnes en 2018 contre 204 en 2030) est, en réalité, bien moins marquée que la croissance de 27 % survenue ces dix dernières années. Comme l’explique la FAO, deux éléments fondamentaux doivent encore être réunis pour que cette hausse perdure : une gestion toujours plus raisonnée de la pêche…. et – peut-être plus urgemment encore – le développement d’une aquaculture durable.

En effet, ce que l’on ne sait pas toujours c’est que derrière cette hausse historique de la consommation mondiale de produits de la mer, se cache une véritable explosion des pratiques d’élevage. Imaginez, entre 1990 et 2018, les captures de poissons ont augmenté de seulement 14%, tandis que la production de l’aquaculture s’est accrue, elle, de 527%. On pense notamment à l’élevage des carpes en Asie qui écrase en volume la production de saumon en Norvège. Qu’il s’agisse de cages en mer, d’étangs, de bassins ou de rizières, il faut donc savoir que l'aquaculture fournit désormais 52 % des poissons consommés par les humains contre 17 %, trente ans plus tôt. Le nain est devenu un géant !

Et il est plus que temps de se soucier des conditions qui ont cours dans ces élevages. Certaines associations, comme Bloom dénoncent depuis des années, par exemple, le recourt à la « pêche minotière » qui capture les poissons situés en bas de la chaîne alimentaire (sardines ou anchois) pour les réduire en farine et en huile pour alimenter les poissons d’élevage. Pour les remplacer, au moins en partie, des alternatives commencent à émerger avec par exemple l’utilisation de farine d’insectes, autorisée depuis 2018 en Europe. Dans son rapport, l’agence onusienne souligne, elle, la moindre « disponibilité de ressources en eau et de sites de production appropriés » ou encore l’augmentation des maladies des animaux aquatiques liées aux pratiques de production intensive. Des directives avec des normes internationales seraient en préparation, selon l’Agence.

Et pour la capture ? Moins de 66 % des stocks de poissons étaient exploités de façon durable en 2017, ­alors que le niveau était de 90 % en 1970. A noter que ces estimations restent très discutées. Néanmoins le rapport souligne des efforts dans la protection de la ressource en Alaska, dans le sud du Pacifique, dans l’océan Atlantique au large de l’Europe. Mais il épingle au passage la Méditerranée, où environ 63 % de stocks sont pêchés de façon non durable.

Enfin, en mer, comme ailleurs, les effets de la pandémie de Covid-19 sont massifs. Dans un supplément ajouté en urgence à son rapport, on peut lire que les activités de pêche à l'échelle mondiale ont diminué d'environ 6,5% à cause des restrictions et du manque de main-d'œuvre liés au confinement notamment. Surtout, la baisse drastique du tourisme, l’absence de restauration collective et le nombre de restaurants obligés de tirer leurs rideaux ont eu d'énormes répercussions sur les chaînes de distribution de nombreuses espèces. Dans certaines régions de la mer Méditerranée et de la mer Noire, plus de 90% des pêcheurs artisanaux ont dû cesser toutes leurs activités parce qu'ils ne trouvaient, tout simplement, plus d’acheteurs pour leurs prises.
https://www.franceinter.fr/environnemen ... sson-peche

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

par energy_isere » 21 mars 2021, 20:29

La pêche mondiale en cinq chiffres chocs

Par Jörn Auf dem Kampe - Publié le 21/12/2020

Quels sont les poissons les plus produits en aquaculture dans le monde ? Combien de tonnes de poissons sont gaspillées chaque année sur la planète ? La pêche mondiale décryptée en cinq chiffres clés.

90 millions de tonnes de poissons, crustacés, mollusques et autres animaux aquatiques sont pêchés, en moyenne chaque année sur la planète. L’Asie, qui possède 3,1 millions de navires (68 % de la flotte mondiale), en a capturé, en 2018, 41 millions de tonnes, en mer et en eau douce. Les espèces les plus ciblées sont les anchois du Pérou et le lieu de l’Alaska.

46 % des poissons vendus dans le monde sont issus de l’aquaculture (contre 25 % il y a vingt ans). Là encore, le marché est contrôlé par l’Asie, dont les fermes ont élevé 89 % des animaux aquatiques en vingt ans. La carpe, le saumon, la truite ou le tilapia sont les plus produits. L’aquaculture de thonidés et grands pélagiques apparentés reste anecdotique (46 848 t en 2018, 0,06 % du total).

22 millions de tonnes de poissons qui sont récoltés chaque année ne finissent pas dans une assiette. Certains ont des usages variés (pharmaceutiques, ornementaux…), alors que la plupart (82 %) sont réduits en huile ou en farine, qui permettent notamment de nourrir… des poissons d’élevage ! Tel est le sort qui attend par exemple un maquereau, un anchois ou une sardine pêchés sur cinq.

34 % des différents stocks de poissons sont surexploités (contre à peine 10 % dans le milieu des années 1970) et, au contraire, 6 % sont sous-exploités, estime l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Pour les 60 % restants, le niveau des captures est à son maximum acceptable. Au-delà, la pérennité des espèces est mise en péril.

20,5 kg de poisson sont consommés annuellement en moyen ne par personne dans le monde. Deux fois plus que dans les années 1960, surtout grâce à l’essor de l’aquaculture. D’un continent à l’autre, ce chiffre varie grandement. Il tombe à 9,9 kilos en Afrique, contre 21,6 en Europe ou 24,1 en Asie.
https://www.geo.fr/environnement/la-pec ... ocs-203234

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

par energy_isere » 21 mars 2021, 20:24

Singapour va inaugurer le premier élevage vertical de poissons au monde

par Yohan Demeure, rédacteur scientifiqueYohan Demeure 21 mars 2021, 11 h 50 min

Un nouvel immeuble est sorti de terre dans cité-État de Singapour. Il ne s’agit pas d’un hôtel ni de bureaux, mais d’un projet visiblement bien plus utile. Il s’agira de la toute première ferme verticale du monde destinée à l’aquaculture. Le site devrait produire chaque année plusieurs milliers de tonnes de poissons et autres fruits de mer.
................
https://sciencepost.fr/singapour-va-ina ... -au-monde/

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

par energy_isere » 04 févr. 2020, 20:36

Image

en 2017 la moitié de la production de poisson est faite par l' aquaculture.

https://lemarin.ouest-france.fr/secteur ... production

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

par energy_isere » 31 janv. 2020, 20:47

Les secteur de la pêche française pourrait s'effondrer, à cause du Brexit

FRANCE 24•31/01/2020

De nombreux accords commerciaux entre le Royaume-Uni et la France se verront obsolètes lorsque le Brexit sera définitivement adopté fin 2020. Parmi eux, ceux de la pêche française en mers britanniques, qui représente plus d'un quart des poissons capturés par les pêcheurs français.

Image
https://www.boursorama.com/videos/actua ... 26b1c83497

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

par energy_isere » 28 janv. 2020, 01:29

Les albatros, alliés surprise contre la pêche illégale
NATHAN MANN Usine Nouvelle le 27/01/2020

Dans le cadre du projet Ocean sentinel, des chercheurs du CNRS ont équipé des albatros de capteurs radars afin de détecter la pêche illégale en temps réel. Résultat : un tiers des bateaux de pêche dans l'océan austral ne déclarent pas leur présence.

Que les albatros soient moqués des marins sitôt que ces rois de l’azur se déposent sur les planches, Baudelaire nous l’avait déjà appris. Ce que le poète ne savait pas en revanche, c’est la duplicité des volatiles qui, planant gracieusement au dessus des navires de pêche, espionnent ces derniers et en révèlent la position.

Certes, tous les albatros ne sont pas si retors. C’est le projet “Ocean Sentinel”, dont les résultats ont été dévoilé lundi 27 janvier dans les Comptes-rendus de l’académie américaine des sciences (PNAS) qui a transformé ces voyageurs ailés en agent doubles, les dotant pour cela de capteurs spéciaux. Avec des résultats édifiants : dans l’océan austral, ce sont près d’un tiers des navires de pêche qui ne sont pas déclarés !

UN DÉTECTEUR DE RADAR ET UNE ANTENNE ARGOS


Pour réussir ce projet, les scientifiques ont compté sur deux atouts. L’estomac des albatros d’abord, et l'attirance de ces oiseaux aux ailes de géant pour les navires de pêche (au prix de leur vie quand ils s’accrochent aux hameçons des palangriers illégaux).

Un nouveau détecteur de radar miniaturisé, développé par la société néo-zélandaise Sextant Technology, ensuite. Celui-ci permet de détecter les signaux radars des bateaux illégaux, qui même lorsqu'ils désactivent leur signal satellite AIS (Automatic Identification System, qui permet de les localiser où qu'ils soient, et souvent de déduire leur activité), conservent un radar de courte portée pour éviter les collisions.

Alimenté par un panneau solaire et une batterie au lithium et en interaction avec une balise GPS et une antenne satellite Argos, ces appareils d'une cinquantaine de grammes (dont 169 volatiles ont été équipés) transforment les oiseaux en capteurs en temps réel. “Avec cette balise, quand une onde radar en provenance d’un bateau est enregistrée, elle est directement transmise par satellite", s'enthousiasme Alexandre Corbeau, un doctorant en écologie au centre d’études biologiques de Chizé qui a participé à l’étude.

TECHNOLOGIE ET ANIMAL MAIN DANS LA MAIN

Un avantage certain alors que “les terres australes et antarctiques françaises ont une zone économique exclusive très grande, impossible à surveiller”, détaille le chercheur, qui explique que les autres méthodes de détection par imagerie satellite ou radar sont bien moins performantes. Disponibles sur une plateforme, les données permettent ensuite à l’armée d’intervenir.

Le dispositif ayant prouvé son efficacité, d’autres oiseaux et animaux marins pourront être équipés de ce type de balises. Moins pour détecter les bateaux que pour mieux comprendre les comportements animaux face aux navires. “Cela permet de voir quels types de population de quel âge et de quel sexe, sont attirés par quels types de bateaux”, explique Alexandre Corbeau, qui rappelle que pour étudier les milieux marins, équiper les animaux (par exemple les éléphants de mer) de capteurs est une pratique courante.
https://www.usinenouvelle.com/editorial ... le.N923559

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

par energy_isere » 05 janv. 2020, 12:31

Nouvelle prise à 1,5 million d'euros pour le "roi du thon" japonais

AFP•05/01/2020

Un homme d'affaires japonais en vue, spécialisé dans les sushis et surnommé "le roi du thon", a payé dimanche 1,5 million d'euros pour un thon géant aux enchères du Nouvel An au principal marché au poisson de Tokyo.
Kiyoshi Kimura, patron de la chaîne de restaurants Sushi Zanmai, a payé 193 millions de yens (1,5 million d'euros) pour ce thon rouge pesant 276 kilogrammes et pêché cette année encore au large de la préfecture d'Aomori (nord du Japon).

Image

"C'est le meilleur", a déclaré M. Kimura à la presse après les enchères qui se sont déroulées avant l'aube. "Oui c'est cher, n'est-ce pas? Je veux que nos clients mangent très bien cette année encore".

M. Kimura est un habitué des records au marché au poisson de Tokyo, ce qui lui permet de figurer régulièrement en Une des médias à cette période de l'année.

L'an dernier, il avait payé un record de 2,7 millions d'euros pour un thon de 278 kg. En 2013, il avait également payé un prix record, plus de deux fois inférieur, pour un thon moins gros, de 222 kg.

La traditionnelle vente aux enchères du Nouvel An se déroule depuis l'an dernier dans le nouveau marché de Toyosu. Implanté dans un quartier excentré, il a remplacé le pittoresque marché de Tsukiji qui était une attraction touristique près du centre de la capitale et a fermé en 2018.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 10e20c4d97

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

par energy_isere » 14 août 2019, 20:41

La pêche électrique interdite dans les eaux françaises

AFP•14/08/2019

La pêche électrique est officiellement interdite dans les eaux françaises depuis mercredi, dans l'attente de l'interdiction européenne qui ne prendra effet qu'en 2021, a indiqué mercredi le ministère de l'Agriculture dans un communiqué.

Le règlement européen du 25 juillet 2019 qui "met fin, à compter du premier juillet 2021 à la dérogation actuellement en vigueur permettant l'usage du chalut électrique dans les eaux de la mer du Nord", entre en vigueur "dans les eaux sous souveraineté française à compter du 14 août 2019", selon le texte.

Ce règlement permet en effet aux Etats membres de décider l'interdiction immédiate de la pêche électrique dans les eaux sous leur souveraineté, jusqu'à 12 miles marins des côtes (soit 22,2 km au large des côtes françaises).

"Comme le gouvernement s'y était engagé", rappelle le ministère, le préfet de la région Normandie qui a autorité sur la réglementation des pêches en mer du Nord a pris un arrêté en date du 25 juillet pour "rendre effective cette interdiction dans les eaux françaises concernées, pour tous les navires, dès le 14 août 2019 et jusqu'à la date de la généralisation de cette interdiction dans l'ensemble des eaux européennes".

La pêche électrique consiste à envoyer depuis un chalut des impulsions électriques dans le sédiment pour y capturer des poissons vivant au fond des mers. Elle est interdite en Europe depuis 1998, mais la Commission européenne permettait sa pratique depuis 2006 dans le cadre d'un régime dérogatoire exceptionnel.

Jugée dévastatrice pour la faune et les fonds marins, elle est peu usitée en France au contraire des Pays-Bas qui en sont les principaux partisans en Europe.

Or, un droit historique (antérieur à la politique commune des pêches) permet aux pêcheurs néerlandais de pêcher dans les eaux territoriales françaises entre 6 à 12 miles.

A l'issue d'un long cheminement, un accord avait été trouvé en février entre les négociateurs du Parlement européen et des Etats membres pour interdire cette pratique à partir de l'été 2021. Cet accord a été entériné par le Parlement européen mi-avril, et par le parlement français en mai.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 4a9af12348

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

par energy_isere » 10 mai 2019, 20:50

L’Assemblée vote l’interdiction de la pêche électrique en France

Publié le 10/05/2019

Le jeudi 9 mai, l’Assemblée nationale a voté à l’unanimité l’interdiction de la pêche électrique dans les eaux territoriales françaises. Le même jour, des fileyeurs de Dunkerque, Calais et Boulogne et l’ONG Bloom déposaient plainte pour pêche illégale.

Le vote de l’Assemblée, de l’initiative de députés de tous bords, doit encore être validé par le Sénat pour que s’applique cette interdiction, dans les 12 milles. La France anticipe son interdiction dans l’Union européenne à partir du 30 juin 2021, une avance permise par l’accord trouvé en février entre le Parlement européen et les États membres. Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation Didier Guillaume avait déjà annoncé son intention d’interdire cette pratique, et confirme que le gouvernement prendra un arrêté dans les prochaines semaines. Le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, salue cette initiative parlementaire.

Le même jour, 43 pêcheurs professionnels des Hauts-de-France (artisans pêcheurs de Dunkerque, Calais et Boulogne-sur-Mer), la coopérative maritime de Dunkerque et l’ONG Bloom ont saisi la justice française pour que l’interdiction de la pêche électrique soit respectée par les Néerlandais. Ils ont déposé une plainte contre X devant le tribunal de grande instance de Dunkerque et demandé réparation.

En effet, l’accord entériné le 16 avril prévoit que, pendant la période de transition, seuls 5 % des navires de pêche de chaque État membre peuvent pêcher à l’électrique. Or les Pays-Bas comptent permettre à 20 licences supplémentaires de continuer jusqu’à la fin de l’année, ce qui conduit à dépasser cette limitation. « Le procureur de la République de Dunkerque nous a assuré qu’il allait confier une enquête préliminaire à la gendarmerie maritime du Havre », explique Sébastien Mabile, l’avocat des plaignants. Les contrevenants encourent une amende de 22 500 euros.
https://www.lemarin.fr/secteurs-activit ... -en-france

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

par alga » 07 mai 2019, 17:23

Excellente nouvelle. En plus touts ces bateaux coulés se transformeront en abris pour poissons.

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

par energy_isere » 06 mai 2019, 20:46

Vidéo : l’Indonésie coule 51 navires étrangers saisis pour pêche illégale

Publié le 06/05/2019 lemarin.fr

Elle a l’habitude des opérations spectaculaires pour démontrer que sa politique en matière de lutte contre la pêche illégale ne faiblit pas. L’Indonésie a annoncé le samedi 4 mai qu’elle allait couler cette année 51 navires étrangers épinglés pour ce délit.

L’opération a commencé en avril quand deux navires ont été coulés au large de Bitung. Le samedi 4 mai, au large de Kalimantan, treize autres ont suivi, tous battant pavillon du Vietnam, comme la majorité (38) des 51 navires concernés par cette vaste opération. Les autres sont malaisiens, chinois ou philippins.

Diffusée en direct, cette dernière destruction a été effectuée en présence de la ministre des Pêches et des Affaires maritimes, Susi Pudjiastuti, entre autres personnalités politiques. Elle porte à 503 le nombre de bateaux de pêche illégaux détruits depuis octobre 2014. Auxquels s’ajouteront bientôt les 36 navires actuellement confisqués et dont la destruction est programmée dans les semaines à venir.

Pour le gouvernement indonésien, ces opérations « ont un impact positif sur les pêcheries indonésiennes et un effet dissuasif sur les auteurs de pêche illégale ».

Image
Treize bateaux de pêche illégaux ont été coulés en Indonésie le samedi 4 mai. (Photo : ministère indonésien des Pêches et des Affaires maritimes)
https://www.lemarin.fr/secteurs-activit ... pour-peche

Cette fois ci il les ont pas fait exploser, ils les ont coulé en les remplissant d'eau avec un bateau pompe, ce qu' on voit dans la vidéo.

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

par energy_isere » 03 mai 2019, 10:19

L’Équateur mobilise ses forces navales contre une imposante flotte chinoise de navires de pêche près des Galapagos

PAR LAURENT LAGNEAU · 26 AVRIL 2019

Le sous-investissement chronique dont souffrent les forces navales de certains pays d’Amérique latine encourage le pillage des zones économiques exclusives [ZEE] de ces derniers par des flottes de navires de pêche chinois. Et cela vaut évidemment aussi pour l’Afrique, dont les eaux sont peu surveillées.

Selon des chiffres avancés par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture [FAO] en 2017, 3.400 navires chinois pêchent 15 millions de tonnes de poissons chaque année.

Ce phénomène a pris corps dans les années 1990, quand les ressources halieutiques chinoises se sont épuisées. Et il est estimé que la pêche illégale [qui n’est pas le seul fait de la Chine] coûterait plus de deux milliards de dollars à la seule Afrique de l’Ouest… Ce qui pénalise les économies des pays de cette région… et prive de les pêcheurs locaux de moyens de subsistance.

S’agissant de l’Amérique du Sud, un rapport récemment publié par site Dialogos America, édité par l’US Southern Command, relevait que « l’appétit insatiable de la Chine pour le poisson fait que ses navires tirent parti des difficultés des pays d’Amérique latine pour protéger leurs eaux territoriales ». Et d’expliquer que les navires chinois « sont toujours dans les eaux internationales et pêchent près des frontières maritimes des pays d’Amérique latine ».

« Des navires de pêche frigorifiques peuvent se trouver dans les eaux internationales pour transférer leurs captures, leur carburant et leurs fournitures. Bien que le transbordement puisse être légal, dans de nombreux cas, il pourrait également servir à blanchir les profits de la pêche illégale » avait ainsi expliqué Juan Carlos Sueiro, de l’organisation internationale Oceana.

L’Équateur est l’un des pays particulièrement affecté par ce phénomène. En août 2017, sa marine avait réussi à arraisonner, dans les eaux des Galapagos, le Fu Yuan Yu Leng 999. Bien que n’étant pas un chalutier, ce navire recelait dans ses congélateurs pas moins de 300 tonnes de poissons, dont certains étaient des espèces protégées. Il s’avéra par la suite que ce bâtiment chinois récupérait les prises faites par une centaine de bateaux de pêche, naviguant dans les eaux internationales, mais à la limite de celles de l’archipel. À l’époque, Quito avait convoqué l’ambassadeur de Chine pour lui remettre une protestation officielle.

Mais l’arraisonnement du Fu Yuan Yu Leng 999 ne mit pas un terme à la pêche près des zones maritimes protégées par l’Équateur. En 2018, rappelle le quotidien El Comercio, environ 300 navires de pêche furent repérés dans la même région.

Aussi, et alors qu’une nouvelle et imposante flotte de bateaux chinois [et, a priori, panaméens] se dirige vers les eaux des Galapagos, le président équatorien, Lenin Moreno a tapé du poing sur la table et a ordonné aux forces armées du pays d’envoyer des navires et des avions dans le secteur.

M. Moreno « considère que ces pratiques déprédatrices sont inacceptables, c’est pourquoi il a ordonné aux forces armées […] l’envoi de navires et d’avions pour sauvegarder la souveraineté équatorienne », a en effet indiqué le gouvernement équatorien, le 25 avril. Dans le même temps, il a demandé à son ministre des Affaires étrangères, José Valencia, de convoquer « immédiatement » l’ambassadeur de Chine.

Cela étant, les moyens de l’Armada del Ecuador sont limités. Elle dispose de cinq corvettes disponibles, de deux frégates de classe Condell, de deux sous-marins de Type 209/1300, de trois vedettes rapides de la classe Seawolf et de seulement deux patrouilleurs. Pour la surveillance maritime, elle ne peut s’appuyer que sur deux avions [1 Beechcraft Super King Air et 1 CASA CN‑235 Persuader] ainsi que sur 6 drones [2 Heron I et 4 Searcher III]. Les gardes-côtes peuvent compter sur quatre patrouilleurs livrés par le constructeur néerlandais Damen.


« C’est une flotte prédatrice, un groupe de bateaux de pêche chinois. Nous avons formé une force composée de corvettes, de navires auxiliaires, de sous-marins, de bateaux des gardes-côtes, d’aéronefs et d’élements du corps des marines », a expliqué l’amiral Darwin Jarrin Cisneros, commandant de la marine équatorienne.

« Le contrôle se fait par satellite. Lorsque les navires s’approchent des eaux juridictionnelles équatoriennes, des avions sont envoyés pour corroborer les images. Les gardes-côtes et nos unités se déplacent ensuite vers des endroits stratégiques pour empêcher la flotte [de navires de pêche] d’entrer dans les eaux équatoriennes », a continué l’officier.

La mission est de « garantir la souveraineté maritime de l’Équateur » et de « préserver une zone marine sensible comme peut l’être celle îles Galapagos, un site du patrimoine mondial », a conclu l’amiral Cisneros.

La réserve maritime des Galapagos, avec ses 133.000 km2 de surface, est la deuxième plus grande du monde. Toutes les espèces qui y vivent sont protégées.
http://www.opex360.com/2019/04/26/lequa ... galapagos/

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

par energy_isere » 21 avr. 2019, 13:33

Le Parlement européen vote l'interdiction totale de la pêche électrique dès 2021

16/04/2019

L'interdiction totale de la pêche électrique d'ici 2021 par le Parlement européen a été définitivement votée par le Parlement européen mardi 16 avril, rapporte Reuters.

Pour rappel, les négociateurs du Parlement européen et des États membres s'étaient entendus le 13 février 2019 sur l'interdiction de la pêche électrique à compter de juillet 2021. Les États membres sont d'ailleurs libres de l'interdire plus tôt dans leurs eaux territoriales, et c'est ce qu'a décidé la France au lendemain de cette entente. Selon l'AFP, celle-ci s'est engagée à "lancer la procédure d'interdiction de la pêche électrique dans les eaux sous souveraineté française dès la publication du règlement européen".

Ce mardi 16 avril, le vote définitif de son interdiction dans l'Union européenne à compter de 2021 par le Parlement est ainsi désormais acté (571 votes contre 60). Pour rappel, cette technique de pêche consiste à envoyer des décharges dans les sédiments pour faire remonter les poissons. De nombreuses ONG, des pêcheurs et des chefs cuisiniers se sont mobilisés contre, mettant notamment en cause les impacts sur les poissons, brûlés ou déformés, et sur l’écosystème au sens large. Une dérogation mise en place depuis 2007 permettait aux pêcheurs d’user de cette technique à hauteur de 5 % de la flotte, en mer du Nord.

L’association Bloom, qui lutte pour la protection marine et se bat contre la pêche électrique, a indiqué dans un communiqué publié le 16 avril : "Cette victoire prouve que David peut gagner contre Goliath. En s’attaquant à la pêche électrique, Bloom s’est confrontée à une industrie particulièrement puissante et influente, voire mafieuse à tous les niveaux européens de décision."
https://www.linfodurable.fr/environneme ... trique-des

Re: Déplétion halieutique [Pic de Pêche de Poissons]

par energy_isere » 19 avr. 2019, 19:35

La pêche minotière, menace pour la vie marine ?

Publié le 19/04/2019 lemarin.fr

Selon un nouveau rapport très polémique cosigné par la fondation américaine Changing markets, les millions de tonnes de poissons pêchées chaque année pour produire de la farine et de l’huile de poisson - principaux ingrédients des aliments pour poissons d’élevage - menacent la sécurité alimentaire et font courir le risque d’un effondrement de la vie marine.

Selon le rapport de la fondation, qui a collaboré avec l'ONG française Bloom et la fondation Pew, près de 70 % des poissons-fourrages (dont les sardines, les anchois, le maquereau et le hareng) débarqués sont transformés en farine et en huile de poisson, ce qui représente environ 20 % des captures totales de poissons sauvages dans le monde.

Pêche illicite et pollution

S’appuyant sur des études scientifiques sur l’impact de la pêche minotière (qui transforme les poissons sauvages en farine et huile de poisson), le rapport pointe du doigt l’absence de transparence et de durabilité dans le secteur des aliments pour poissons. Il met en cause la surpêche, la pêche illicite et la pollution générée par les usines de farine de poisson.

Les principaux producteurs du secteur, dont Cargill Aqua Nutrition, Skretting, Mowi (anciennement Marine Harvest) et Biomar, sont accusés « de se procurer de la matière brute dans les pays d’Afrique de l’ouest et d’Amérique latine », où ce secteur met en péril la santé des écosystèmes et la sécurité alimentaire.

Environnement et droits de l'homme

On estime en effet que 90 % des poissons utilisés pour produire des farines et huiles de poisson pourraient être directement consommés par l’homme. Le rapport fait état de « vives préoccupations quant aux effets sur l’environnement et les droits de l’homme qui accompagnent l’utilisation de farine et d’huile de poisson dans les aliments aquacoles produits par une industrie multimilliardaire », et il demande clairement l’arrêt de cette pratique.

Ce rapport ne fait pas, loin s'en faut, l'unanimité. L'Iffo, l'organisme à rôle consultatif auprès des différentes organisations et commissions internationales, qui représente les producteurs de farine et d’huile de poisson et leur commerce à travers le monde, a d'ailleurs publié dans la foulée sa réaction.

L’Organisation des Nations-unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) prévoit que l’aquaculture, secteur de production alimentaire qui connaît la plus forte croissance au monde, représentera 60 % de la consommation mondiale de poissons d’ici 2030, soit 109 millions de tonnes de poisson. Le marché mondial des farines de poisson s’élevait ainsi à environ 6 milliards de dollars (5,3 milliards d’euros) en 2017 et devrait atteindre 10 milliards de dollars (8,9 milliards d’euros) d’ici 2027.
https://www.lemarin.fr/secteurs-activit ... quaculture

Haut