[RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par mobar » 15 juil. 2021, 14:48

Sinon pour des données factuelles, y a le pavé :
https://www.climato-realistes.fr/wp-con ... book-1.pdf

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par mobar » 15 juil. 2021, 14:25

Traduction d’un article publié le 11 juillet 2021 par la climatologue Judith Curry

Comment expliqueriez-vous la complexité et l’incertitude entourant le changement climatique et comment devrions nous réagir (notamment en ce qui concerne les émissions de CO2) ?

La semaine dernière, j’ai participé à un panel dans le cadre d’un stage d’été d’une école canadienne auquel participaient des étudiants en ingénierie. Ils travaillaient sur la transition énergétique, et leur professeur souhaitait qu’il y ait un débat sur ce sujet qui leur permette d’exercer leur esprit critique. J’étais le seul membre climatologue du panel, les autres travaillant dans les énergies renouvelables. Chacun de nous a disposé de cinq minutes pour exposer ses principaux arguments. Le texte ci-dessous est ce que j’ai pu trouver à dire en cinq minutes ; c’est plus long qu’une discussion d’ascenseur, mais c’est quand même assez court.

Permettez-moi de commencer par un bref résumé de ce que l’on appelle la « crise climatique » :

« Il y a un réchauffement, causé par les activités humaines. Ce réchauffement est dangereux. Nous devons de toute urgence passer aux énergies renouvelables pour arrêter le réchauffement. Une fois que nous aurons fait cela, l’élévation du niveau de la mer cessera et il n’y aura plus d’évènements météorologiques extrêmes ».

Mais qu’est-ce qui cloche dans ce récit ?

En un mot, nous avons ultra simplifié à la fois le problème et ses solutions. La complexité, l’incertitude et l’ambiguïté de nos connaissances sur le changement climatique ne sont pas prises en compte dans les politiques et le débat public. Les solutions proposées sont technologiquement et politiquement inapplicables à l’échelle mondiale.

Plus spécifiquement, concernant la science du climat. La sensibilité du climat (réaction à un doublement du taux de concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère) est entachée d’un facteur d’incertitude d’ordre 3. Les prévisions alarmantes des modèles climatiques pour le 21ème siècle sont basées sur un scénario d’émission (RCP8.5) qui est hautement invraisemblable. Les prévisions des modèles climatiques négligent la variabilité naturelle du climat, qui domine le climat régional sur des échelles de temps interannuelles à multi décennales. Enfin, la réduction des émissions ne fera pas grand-chose pour améliorer le climat du 21ème siècle, car s’il faut croire les modèles climatiques, elle ne produira ses effets qu’au 22ème siècle et même au-delà.

Que le réchauffement soit ou non « dangereux » est une appréciation subjective sur laquelle la science n’a rien à dire. Selon le GIEC, il n’y a pas encore de preuves d’une augmentation de la fréquence ou de l’intensité mondiale des cyclones, des sécheresses, des inondations ou des feux de forêt. Aux États-Unis, les États dont la croissance démographique est de loin la plus importante sont la Floride et le Texas, qui sont des États du sud chauds. La valeur des maisons construites le long de la côte monte en flèche. Les préférences personnelles et les prix du marché n’ont pas encore pris en compte une quelconque « dangerosité » du réchauffement climatique.

Le changement climatique d’origine humaine est le récit grandiloquent d’un phénomène censé être devenu le problème de société majeur. Tout nouveau problème de société qui surgit nous renforce dans la conviction qu’il n’y a qu’une seule chose à faire, c’est d’arrêter de brûler des combustibles fossiles. Ce grand récit nous induit en erreur dans la mesure où nous pensons que si nous arrivons à résoudre le problème du changement climatique d’origine humaine, alors ces autres problèmes seront du même coup résolus. Cette croyance nous empêche d’approfondir les véritables causes de ces problèmes. Le résultat final est un rétrécissement des points de vue et des options politiques que nous sommes prêts à envisager pour traiter de questions complexes telles que la santé publique, les ressources en eau, les catastrophes météorologiques et la sécurité nationale.

Tout cela signifie-t-il que nous ne devons rien faire concernant le changement climatique ? Certainement pas. Nous devons nous efforcer de réduire notre impact sur la planète, ce qui n’est pas simple avec une population mondiale de 7 milliards d’habitants. Nous devons travailler pour minimiser la pollution de l’air et celle de l’eau. Depuis des temps immémoriaux, les humains se sont adaptés au changement climatique. Que nous parvenions ou non à diminuer considérablement nos émissions de dioxyde de carbone au cours des prochaines décennies, cela ne nous dispensera pas de réduire notre vulnérabilité aux évènements météorologiques et climatiques extrêmes.

En ce qui concerne l’énergie, toutes choses égales par ailleurs, chacun de nous préfère l’énergie propre à l’énergie sale. Mais toutes autres choses ne sont justement pas égales. Nous avons besoin de systèmes énergétiques sûrs, fiables et économiques pour tous les pays du monde. Cela inclut l’Afrique où de nombreux pays manquent actuellement d’électricité. Nous avons besoin des technologies du 21ème siècle pour nos systèmes électriques et nos systèmes de transport, afin de permettre une prospérité continue et croissante. La façon que nous avons de nous précipiter vers les technologies renouvelables du 20ème siècle risque de nous faire gaspiller les ressources que nous investissons dans des infrastructures énergétiques inadéquates et d’accroître ainsi notre vulnérabilité aux évènements météorologiques et climatiques extrêmes.

L’évolution du climat au 21ème siècle est un sujet de profonde incertitude. Une fois prise en compte la variabilité naturelle du climat, il se peut que cette évolution soit relativement bénigne. Mais nous pouvons aussi être confrontés à des surprises imprévues. Nous devons accroître notre capacité de résilience pour faire face au climat futur quel qu’il soit. Nous nous tirons une balle dans le pied en sacrifiant la prospérité économique et la résilience globale de la société sur l’autel de la transition dans l’urgence et avec des technologies du passé.

Nous devrions ne pas oublier que la lutte contre le changement climatique n’est pas une fin en soi et que de plus, le changement climatique n’est pas le seul problème auquel le monde est confronté. L’objectif doit être surtout d’améliorer le bien-être humain au 21ème siècle, tout en protégeant l’environnement autant que cela est possible..

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par energy_isere » 13 juil. 2021, 09:36

oui il y a de ça aussi.

j' avais vu hier ceci :
Incendies en Californie : les chèvres, alliées improbables des pompiers
Face aux incendies saisonniers, les autorités californiennes peuvent compter sur ces caprins pour brouter la végétation, vecteur de propagation des flammes.

Florine Boukhelifa publié le 12/07/202

Leur mission, brouter pour se débarrasser de la végétation qui pourrait s'embraser à l'approche d'un éventuel feu et le propager ainsi aux maisons environnantes. En Californie, les chèvres sont devenues l'un des outils, improbables mais en vogue, de la lutte contre les incendies qui font rage dans cet État chaque année. Notamment à Glendale, près de Los Angeles, où un troupeau d'environ 80 chèvres est déployé dans les hauteurs depuis une dizaine de jours.

"Nous avons commencé à entendre beaucoup parler des chèvres de la part d'habitants, d'autres pompiers, d'autres villes ; et plus on se penchait dessus, plus on se rendait compte qu'elles pouvaient être très efficaces et respectueuses de l'environnement", explique Jeffrey Ragusa, capitaine des pompiers de Glendale.

Un allié plus respectueux de l'environnement
En plus de participer à limiter la propagation du feu en dévorant la végétation facilement inflammable, les caprins créent des zones tampons entre les régions arborées et les domiciles. Ces sortes de couloirs permettront aux pompiers d'intervenir, le cas échéant, dans "un environnement plus sûr", en gardant les flammes à distance, poursuit Jeffrey Ragusa.
https://www.rtl.fr/actu/international/i ... 7900053867

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par mobar » 13 juil. 2021, 09:32

Les méga incendies de forêt d'Amérique du Nord on plus a faire avec une gestion forestière déficiente et des pratiques inadaptées qu'avec un hypothétique changement climatique anthropique
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/13 ... previsions
Selon certains chercheurs, les grands feux que nous voyons aujourd’hui seraient peut-être moins dévastateurs si on avait laissé brûler les prairies et les zones arbustives naturellement, comme le faisaient nos ancêtres. Ces feux à plus petite échelle, dans des zones inhabitées, permettraient de dégager les forêts touffues.

« Lorsqu’on fait du brûlage dirigé, on réduit la quantité de combustible qui est disponible si un feu hors de contrôle arrive près des infrastructures ou des communautés », explique Yan Boulanger.

"L'absence de feu peut conduire à une accumulation de branches et de bois mort, et autres débris hautement inflammables, créant des conditions propices à des incendies incontrôlables et tr"

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par mobar » 13 juil. 2021, 09:24

mobar a écrit :
13 juil. 2021, 08:12
L’anomalie de precipitations de juillet, c’est aussi le rechauffement climatique anthropique?

Pourquoi personne n’en parle! :wtf: :-k :-#
Si les californiens ont trop chaud ils n'ont qu'à venir en France et si les français ont trop froid ils n'ont qu'à aller se faire bronzer en Californie

Version actualisée du pain et de la brioche de Marie

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par energy_isere » 13 juil. 2021, 08:29

L'Ouest américain brûle déjà à une vitesse alarmante

AFP•13/07/2021

La saison des incendies ne fait que commencer, mais des centaines de milliers d'hectares partent déjà en fumée: l'Ouest des Etats-Unis et du Canada font face à une vague de chaleur et une sécheresse persistante, poussant les feux de forêt à se multiplier et les autorités à rationner la consommation d'eau et d'électricité.

Californie, Oregon, Arizona, Idaho... aucun de ces Etats de l'ouest des Etats-Unis n'est épargné par les incendies qui ravagent actuellement quelque 350.000 hectares de végétation, selon le dernier bilan des autorités.

Si 2020 a été la pire année de l'histoire moderne de la Californie en matière d'incendies, il est possible que 2021 batte déjà ce record. Les feux ont d'ores à présent consumé deux fois plus de végétation que l'an dernier à la même époque, selon les responsables de gestion d'incendie de l'Etat.

....................................
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... e9ec4241dc

Image

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par mobar » 13 juil. 2021, 08:12

L’anomalie de precipitations de juillet, c’est aussi le rechauffement climatique anthropique?

Pourquoi personne n’en parle! :wtf: :-k :-#

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par GillesH38 » 13 juil. 2021, 05:47

c'est juste l'anomalie de novembre, et il y a un effet de longitude évident (comparer la Scandinavie à la Grande Bretagne), faut peut etre pas chercher à interpréter trop loin ce qui n'est que le hasard des circulations d'air pendant un mois ?

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par Jeudi » 13 juil. 2021, 05:26

tuefeli a écrit :
12 juil. 2021, 07:25
Les Alpes sont au cœur de nos activités industrielles, transpercées de toute part par des autoroutes très fréquentées, prises entres de grosses agglomérations et globalement bien plus polluées que les Pyrénées. Et les vallées des Alpes, qui sont de vraies catastrophes environnementales, piègent les gaz qui peinent à s'en échapper et y restent coincés comme dans une étuve...
Tout ces gaz qui s'accumulent dans les vallées alpines aurait-il un effet local sur le climat du massif?
Je suspecterais plutôt une rétroaction positive locale liée au retrait des glaciers/diminution du couvert de neige (moins c’est couvert de neige longtemps, plus le sol a le temps de s’échauffer avant le retour de l’hiver), mais oui ton idée d’une accentuation locale de la pollution est possible aussi. Sauf que ça a déjà été bien pire dans le passé, non?

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par tuefeli » 12 juil. 2021, 07:25

Les Alpes sont au cœur de nos activités industrielles, transpercées de toute part par des autoroutes très fréquentées, prises entres de grosses agglomérations et globalement bien plus polluées que les Pyrénées. Et les vallées des Alpes, qui sont de vraies catastrophes environnementales, piègent les gaz qui peinent à s'en échapper et y restent coincés comme dans une étuve...
Tout ces gaz qui s'accumulent dans les vallées alpines aurait-il un effet local sur le climat du massif?

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par kercoz » 08 juil. 2021, 08:29

Jeuf a écrit :
18 déc. 2020, 12:30
energy_isere a écrit :
07 déc. 2020, 20:27
Novembre 2020, le plus chaud jamais enregistré dans le monde

AFP•07/12/2020

Novembre 2020 a été le mois de novembre le plus chaud jamais enregistré dans le monde, rapprochant encore un peu plus l'année 2020 du record de 2016, selon le service européen Copernicus sur le changement climatique.

La période de douze mois allant de décembre 2019 à novembre 2020 se situe à 1,28°C au-dessus des températures de l'ère préindustrielle, explique Copernicus dans son bilan climatique mensuel publié lundi. Alors que les années 2015 à 2020 sont les six les plus chaudes jamais enregistrées, ce chiffre rapproche dangereusement la planète du premier plafond de l'Accord de Paris qui fête ses cinq ans cette semaine.

Image

Le pacte, conclu en 2015 par près de 200 Etats qui se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, vise à contenir le réchauffement nettement sous les +2°C, si possible à +1,5°C, pour limiter les impacts dévastateurs des tempêtes, sécheresses et autres canicules déjà à l'oeuvre.

........

L'Organisation météo mondiale (OMM) a ainsi annoncé mercredi que 2020 serait sur le podium des années les plus chaudes. Les données provisoires la place pour l'instant deuxième derrière 2016, mais l'écart étant faible, le classement pourrait changer.
...........
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... b2cb2e0ce7
Curieux, ça chauffe sur les alpes et pas les pyrénnées
J'allais faire la même remarque pour les alpes qui semble avoir une causalité liée à l' altitude...démentie par les pyrénées.

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par energy_isere » 07 juil. 2021, 23:12

L'Amérique du Nord a connu son mois de juin le plus chaud

AFP•07/07/2021

L'Amérique du Nord a connu en juin 2021 son mois de juin le plus chaud, marqué par des records exceptionnels au Canada, a annoncé mercredi le service européen Copernicus sur le changement climatique (C3S), y voyant une illustration du réchauffement.

Alors qu'une situation de canicule a persisté sur l'Ouest de l'Amérique du Nord où de nombreux records ont été battus, "juin 2021 a été le mois de juin le plus chaud pour l'Amérique du Nord" depuis le début des mesures, a indiqué le service européen dans un communiqué.

Juin 2021 a dépassé de 1,2°C la moyenne de la période 1991-2020, soit 0,15°C au-dessus du précédent mois de juin le plus chaud pour cette région, en 2012, a précisé à l'AFP Carlo Buontempo, directeur du C3S, liant ce record à la canicule observée au Canada et sur une partie des Etats-Unis.

"Ces canicules ne surgissent pas du néant. Elles se produisent dans le climat mondial qui se réchauffe et qui les rend plus probables", a renchéri son collègue analyste Julien Nicolas. "Les canicules que nous avons vues le mois dernier en Amérique du Nord, dans l'Ouest de la Russie et le Nord de la Sibérie sont juste les derniers exemples en date d'une tendance qui va se poursuivre et qui est liée au réchauffement", a-t-il ajouté.
........................
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 8d2bfd94fd

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par mobar » 23 avr. 2021, 06:58

Facture de chauffage en baisse de 200 euros cet hiver!
Yes ;)

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par energy_isere » 23 avr. 2021, 01:20

Réchauffement climatique en 2020 : année record en Europe, « spectaculaire » en Sibérie arctique

AFP parue le 22 avr. 2021

Le climat en Europe a continué de se réchauffer en 2020, les régions arctiques de la Sibérie ayant même connu une année exceptionnelle, avec une température de plus de 4 degrés supérieure à la moyenne, a indiqué jeudi le service européen de surveillance du changement climatique Copernicus.

Au niveau mondial, 2020 a été une des deux années les plus chaudes jamais enregistrées, à égalité avec 2016. Mais elle a été la plus chaude en Europe, où la température moyenne a dépassé de 0,4 degré la température moyenne des cinq années les plus chaudes suivantes (toutes dans la dernière décennie), indique le rapport sur "l'état du climat en Europe" de Copernicus.

Un réchauffement particulièrement marqué sur la saison hivernale, avec 1,4 degré de plus que le précédent record et 3,4 degrés de plus que la moyenne des hivers 1981-2010.

Et un réchauffement particulièrement perceptible sur le nord-est du continent, notamment dans les zones arctiques de Sibérie, qui ont connu leur année la plus chaude jamais enregistrée, avec une température de 4,3 degrés supérieure à la moyenne. L'Arctique dans son ensemble a connu sa deuxième année la plus chaude jamais mesurée, à 2,2° au dessus de la moyenne 1981-2020.

La calotte glaciaire arctique a en conséquence été réduite à ses plus faibles surfaces jamais mesurées. Un record absolu de chaleur au-delà du cercle arctique a été enregistré en juin, avec 38° dans la ville russe de Verkhoïansk et la Sibérie a été ravagée par des feux de forêt "zombies", qui survivent d'une année sur l'autre à des hivers moins rigoureux et plus secs.

Niveaux record de CO2

"Ce fut de loin l'année la plus chaude en Sibérie arctique, (...) une année spectaculaire," a souligné lors d'une conférence de presse Freja Vamborg, autrice principale du rapport.

Ailleurs sur le continent européen, les canicules estivales ont été moins intenses et longues que ces dernières années, mais l'automne a par contre été particulièrement humide, et marqué par un événement météo exceptionnel, la tempête Alex. Celle-ci a notamment frappé début octobre la Grande Bretagne et le sud des Alpes, dévastant par exemple en France plusieurs vallées de l'arrière pays niçois en faisant 10 morts et huit disparus.

Les concentrations dans l'atmosphère de gaz à effet de serre, notamment les très puissants CO2 (dioxyde de carbone) et méthane, ont de leur côté augmenté de 0,6% et 0,8% respectivement sur l'année, pour atteindre leurs plus hauts niveaux enregistrés depuis le début de leur mesure par satellite en 2003.

Les résultats de ce rapport annuel, le quatrième de Copernicus, sont très loin des objectifs de l'accord de Paris de 2015, qui vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre pour limiter le réchauffement mondial à +2°C, voire +1,5°C par rapport à l'ère préindustrielle. Pour atteindre l'objectif idéal, il faudrait réduire les émissions de CO2 de 7,6% par an chaque année entre 2020 et 2030.

"Sur trois ans, cinq ans ou dix ans, la tendance est sans équivoque," a déclaré à l'AFP Jean-Noël Thepaut, directeur de Copernicus. "C'est ça, la vue d'ensemble et il est urgent d'agir". "Que ce soit pour la température, au niveau mondial, les 10 à 15 dernières années montrent une accélération, et c'est la même chose pour le niveau des océans," dont la montée pourrait mettre en danger des dizaines de millions de personnes à travers le monde. "C'est moins clair pour d'autres indicateurs, mais toutes les tendances vont dans la mauvaise direction," a-t-il averti.
https://www.connaissancedesenergies.org ... que-210422

Re: [RC/CC] Réchauffement climatique : données factuelles

par energy_isere » 01 janv. 2021, 12:40

2020, année la plus chaude jamais enregistrée en France

BOURSORAMA AVEC MEDIA SERVICES•30/12/2020

La température a atteint une valeur moyenne de 14°C sur l'ensemble du pays en 2020. Le précédent record avait été enregistré en 2018, avec 13,9°C.

Tempêtes, pluies historiques, sécheresse record, canicules... Après une succession d'événements météorologiques extrêmes, 2020 sera aussi l'année la plus chaude jamais enregistrée en France, un nouveau signe criant du réchauffement de la planète. "Le rafraîchissement de cette fin d'année n'aura rien changé. C'est désormais officiel : avec une valeur moyenne sur l'ensemble du pays atteignant 14°C, la température de l'année 2020 est la plus chaude jamais enregistrée, devant 2018 (13,9°C)", a annoncé Météo-France sur Twitter.

Mi-décembre, l'organisme avait déjà estimé probable ce record, attendant encore les données du mois de décembre pour le confirmer. Malgré un début et une fin décembre "plutôt frais", le mois a finalement été en moyenne plutôt doux, ne permettant pas d'inverser la tendance. 2020 se classe ainsi en haut du podium devant 2018 et 2014, après une succession d'événements extrêmes ayant jalonné toutes les saisons.

Image

....................
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 0cc2555a59

Haut