Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

par energy_isere » 12 janv. 2020, 09:51

Le gazoduc Nord Stream 2 achevé au plus tard début 2021 (Poutine)

AFP parue le 11 janv. 2020

Le président russe Vladimir Poutine a dit samedi espérer que le gazoduc Nord Stream 2, reliant son pays à l'Allemagne, serait achevé début 2021 au plus tard, malgré les sanctions américaines.

"J'espère qu'avant la fin de l'année, ou au plus tard au cours du premier trimestre de l'année suivante, les travaux seront finis et que le gazoduc sera lancé", a-t-il dit lors d'une conférence de presse à Moscou, en compagnie de la chancelière allemande Angela Merkel.

Un tel calendrier représente un retard d'un an. Russes et Allemands avaient en effet prévu la mise en service de ce tube sous-marin fin 2019 ou début 2020.

Mme Merkel a réaffirmé aussi son soutien au projet et dénoncé une fois de plus les sanctions de Washington qui ont paralysé les travaux, l'entreprise posant les tuyaux sur les fonds de la mer Baltique ayant retiré son navire spécialisé pour échapper aux mesures de rétorsion américaines.

"Je crois possible d'achever le Nord Stream 2 malgré les sanctions, le président (russe) a signifié le calendrier, il y a un certain retard, mais il peut être achevé", a-t-elle dit.

"Nous considérons que les sanctions extraterritoriales (américaines) ne sont pas appropriées, et c'est pourquoi nous continuons de soutenir ce projet", a ajouté la chancelière.

Quasiment achevé, Nord Stream 2 doit permettre de doubler les livraisons directes de gaz naturel russe vers l'Europe occidentale en passant sous la mer Baltique pour arriver en Allemagne.

Pour Washington et certains pays européens -- la Pologne, les pays baltes et l'Ukraine -- ce tube va accroître la dépendance des Européens au gaz russe, que Moscou pourrait utiliser pour exercer des pressions politiques.

Par ailleurs, pour ses détracteurs, Nord Stream 2 sacrifie les intérêts de l'allié ukrainien, qui tire des revenus importants du transit du gaz russe vers l'Europe. L'Ukraine est en outre le théâtre d'un conflit meurtrier avec des séparatistes pro-russes.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ine-200111

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

par energy_isere » 21 déc. 2019, 14:22

Nord Stream 2: l'UE et l'Allemagne rejettent les sanctions américaines

AFP•21/12/2019

L'Union européenne, Berlin en tête, et Moscou ont fermement dénoncé samedi les sanctions américaines contre le gazoduc Nord Stream 2, au coeur d'une bataille économique et géopolitique entre Washington et Bruxelles.

Ces sanctions sont survenues alors que les Etats-Unis ainsi que certains pays européens - l'Ukraine, la Pologne et les pays baltes - craignent que ce tube accroisse la dépendance des Européens au gaz russe, que Moscou pourrait utiliser pour exercer des pressions politiques.

Entérinées la veille par le président américain Donald Trump, les mesures américaines "affectent des sociétés allemandes et européennes et constituent une ingérence dans nos affaires intérieures", a réagi une porte-parole d'Angela Merkel.

"Le gouvernement rejette ces sanctions extraterritoriales", a insisté Ulrike Demmer dans une prise de position particulièrement ferme. L'Allemagne est la principale bénéficiaire du projet.

Un porte-parole de l'UE a de son côté exprimé l'opposition de Bruxelles "par principe à l'imposition de sanctions contre des entreprises européennes se livrant à des activités légales".

Première conséquence de ces mesures: l'entreprise suisse Allseas, qui possède le plus grand navire de pose de pipelines du monde et était engagée par le groupe russe Gazprom pour construire la section offshore du gazoduc, a annoncé samedi la suspension de ses travaux d'installation du gazoduc.

L'entreprise précise qu'elle attend à présent "des clarifications réglementaires, techniques et environnementales de la part des autorités américaines compétentes".


Ces sanctions, qui font partie d'une large loi portant sur le budget de défense américain pour l'année fiscale 2020, comprennent le gel des avoirs et la révocation des visas américains pour les entrepreneurs liés au gazoduc. Le département d'Etat américain doit désormais communiquer dans les 60 jours les noms des entreprises et des personnes concernées.

L'annonce jette le trouble sur l'avenir de ce gigantesque investissement d'une dizaine de milliards d'euros, quasiment terminé et dont l'entrée en service était programmée pour fin 2019 ou, plus probablement, début 2020.

Nord Stream 2 a confirmé la suspension des travaux d'Allseas. "Avec toutes les entreprises supportant le projet, nous allons travailler pour finir le gazoduc dès que possible", a indiqué un porte-parole de l'entreprise dans un communiqué.

- "Particulièrement incompréhensibles"
Moscou a également critiqué la mise en place des sanctions, s'en prenant à "l'idéologie américaine (qui) ne supporte pas la concurrence mondiale".

.........
........
https://www.boursorama.com/bourse/actua ... 0275c4317c

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

par energy_isere » 18 déc. 2019, 22:42

Moscou promet d'achever le gazoduc Nord Stream 2 malgré les sanctions américaines

AFP parue le 18 déc. 2019

Contre vents et marées, Moscou a réaffirmé mercredi vouloir achever le gazoduc Nord Stream 2 vers l'Europe, au coeur d'une bataille économique et géopolitique, malgré les mesures de rétorsion adoptées par Washington.

"Nous partons du principe que le projet sera achevé", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, au lendemain de l'adoption de sanctions par le Congrès américain contre ce pipeline qui doit livrer du gaz russe à l'UE via la Baltique.

Déjà dénoncées la semaine dernière par l'Union européenne, ces sanctions visent les entreprises collaborant au projet.

Quasi-terminé, le gazoduc sous-marin reliant la Russie à la côte allemande est censé ouvrir dans les semaines à venir et doubler les livraisons directes de gaz naturel russe vers l'Europe occidentale via l'Allemagne, principale bénéficiaire du projet. Il est d'une capacité de 55 milliards de m3 par an, autant que son frère aîné, Nord Stream 1.

Mais pour Washington et certains pays européens - la Pologne, les pays baltes et l'Ukraine - ce tube va accroître la dépendance des Européens au gaz russe, que Moscou pourrait utiliser pour exercer des pressions politiques. Par ailleurs, pour ses détracteurs, Nord Stream 2 sacrifie les intérêts de l'allié ukrainien, qui tire des revenus importants du transit du gaz russe vers l'Europe. L'Ukraine est en outre le théâtre d'un conflit meurtrier avec des séparatistes pro-russes.

« Désapprobation »

Ces sanctions "ne plaisent" pas non plus aux capitales européennes, a rappelé Dmitri Peskov, dénonçant "une violation évidente du droit international" et "un exemple idéal de concurrence déloyale". Comme l'UE la semaine dernière, Angela Merkel a de nouveau affirmé mercredi être "contre les sanctions extraterritoriales" et a exprimé sa "désapprobation face à cette pratique".

Le groupe Nord Stream 2 n'a pas voulu commenter les éventuelles conséquences pour le projet. Aux yeux de ses défenseurs, la mise en service du pipeline se justifie plus que jamais car il permet de contourner le territoire ukrainien, les approvisionnements européens ayant été à plusieurs reprises perturbés dans les années 2000 par des conflits entre Moscou et Kiev.

Le 31 décembre prochain, expire d'ailleurs le contrat gazier liant la Russie et l'Ukraine, et organisant notamment le transit vers l'Europe. En cas d'échec des négociations en cours, les livraisons vers l'UE pourraient en pâtir. En prévision d'un tel scénario, les Européens ont rempli leurs réservoirs, même si des négociations sont toujours en cours. La chancelière allemande a affirmé que ces discussions se déroulaient dans une atmosphère "relativement optimiste". Le prochain round est prévu ce jeudi à Berlin.

« Obstacles »

Pour certains observateurs, au-delà du conflit géopolitique avec la Russie, l'opposition américaine au Nord Stream 2 fait partie d'une offensive commerciale des États-Unis : Washington, grand producteur de gaz, veut accroître ses exportations de gaz naturel liquéfié (GNL) vers l'Europe. Les sanctions comprennent le gel des avoirs et la révocation des visas américains pour les entrepreneurs liés au gazoduc.

Le département d'État américain doit communiquer dans les 60 jours suivant leur promulgation les noms des entreprises et des personnes qui ont participé à la pose de conduites pour Nord Stream 2. L'une des principales cibles est Allseas, entreprise suisse propriétaire du plus grand navire de pose de pipelines du monde, le Pioneering Spirit, engagé par le russe Gazprom pour construire la section offshore.

Le gazoduc représente un investissement d'une dizaine de milliards d'euros, financé pour moitié par Gazprom et pour l'autre moitié par cinq sociétés européennes, l'autrichien OMV, les allemands Wintershall et Uniper, le français Engie et l'anglo-néerlandais Shell.

Depuis ses débuts, de nombreux obstacles se sont dressés sur le chemin de ce projet. Nord Stream 2 n'a ainsi obtenu que fin octobre le feu vert du Danemark pour traverser ses eaux, ce qui risque fort de retarder sa mise en service, initialement prévue fin 2019.

Les nouvelles règles de l'UE sur le transport du gaz, qui demandent notamment le "découplage" des activités de production et de distribution, sont également une épine dans le pied du projet.
https://www.connaissancedesenergies.org ... s-191218-1

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

par energy_isere » 17 déc. 2019, 21:07

Le Congrès américain vote des sanctions contre le gazoduc russe Nord Stream 2

AFP parue le 17 déc. 2019

Le Congrès américain a voté mardi l'adoption de sanctions contre le gazoduc russe Nord Stream 2, accusé par Washington de renforcer l'influence de Moscou en Europe, mais jugé par ses promoteurs stratégique pour l'approvisionnement du Vieux continent.

Les sanctions, dénoncées par l'Union européenne, visent les entreprises collaborant à la construction sous la mer Baltique de ce gazoduc qui évite notamment l'Ukraine, alliée des Occidentaux, par où transite jusqu'ici une grande partie du gaz russe.

Le texte, voté au Sénat à une très large majorité (86 pour, 8 contre) avait été adopté la semaine dernière par la Chambre des représentants. Il doit encore être promulgué par Donald Trump, un ferme opposant au projet russe.

La mesure vise à bloquer la fin des travaux sur ce gazoduc, déjà construit à 80% et qui devait théoriquement entrer en service à la fin de cette année. Il doit permettre de doubler les livraisons de gaz naturel russe vers l'Allemagne, grande bénéficiaire du projet.

Pour Washington et ses alliés ukrainien et polonais, le gazoduc va accroître la dépendance des Européens au gaz russe et ainsi renforcer l'influence de Moscou.

Nord Stream 2 est "une menace pour la sécurité énergétique européenne et une provocation du gouvernement russe", a fustigé le sénateur républicain Jim Risch.

Mais l'Union européenne et Berlin ont dénoncé des sanctions qui visent des entreprises légitimes et qui représentent une ingérence américaine dans la politique énergétique européenne.

Les sanctions comprennent le gel des avoirs et la révocation des visas américains pour les entrepreneurs liés au gazoduc.

L'une des principales cibles est Allseas, une entreprise suisse propriétaire du plus grand navire de pose de pipelines du monde, le Pioneering Spirit, engagé par le russe Gazprom pour construire la section offshore.

Le gazoduc représente un investissement d'une dizaine de milliards d'euros, financé pour moitié par Gazprom et pour l'autre moitié par cinq sociétés européennes (OMV, Wintershall Dea, Engie, Uniper et Shell).
https://www.connaissancedesenergies.org ... m-2-191217

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

par energy_isere » 10 déc. 2019, 22:41

L'administration Trump décide de faire chier pour la fin de travaux de Nordsteam2.
US Moves To Sanction Russia-led Gas Pipeline Nord Stream 2

By Tsvetana Paraskova - Dec 10, 2019

U.S. lawmakers have included sanctions on companies helping Russia’s gas giant Gazprom to complete the Nord Stream 2 pipeline project in the National Defense Authorization Act for the U.S. defense in 2020.

The sanctions in the bill, which U.S. lawmakers must pass to authorize defense expenditures, would target subsea construction vessels that lay the pipeline and managers at firms connected with those vessels, two people familiar with the bill told Bloomberg.

U.S. lawmakers have sought to pass a bill to levy sanctions on the Nord Stream 2 project, which the United States sees as further undermining Europe’s energy security by giving Russian gas giant Gazprom another pipeline to ship its natural gas to European markets.

Germany, the end point of the Nord Stream 2 pipeline, looks at the economic benefits of the project, while the U.S., including President Donald Trump, have been threatening sanctions on the project and even on Germany over its support for the project.

The U.S., several European countries, including the Baltic states and Poland, as well as the European Union (EU), have expressed concern about Russia using gas sales and its gas monopoly in Gazprom as a political tool.

But in October this year, Denmark granted the Gazprom-led project permission to build the pipeline through Danish territorial waters, which cleared the final major hurdle to the construction and start-up of the pipeline that has been dividing Europe and drawing criticism from the U.S. for years.

Currently, the pipeline is expected to come on stream in the middle of 2020, Russia’s Deputy Prime Minister Dmitry Kozak said last month, adding that construction of the project was 80 percent complete.

Potential sanctions from the U.S. could delay the start-up of the project as they could complicate the subsea pipe laying work with contractors. It is not clear yet if and how U.S. sanctions could impact European companies that are partially financing the project—ENGIE, OMV, Shell, Uniper, and Wintershall DEA.
https://oilprice.com/Latest-Energy-News ... eam-2.html

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

par energy_isere » 08 nov. 2019, 14:01

Nord Stream 2: La Pologne inflige 40 millions d'euros d'amende à Engie

REUTERS•08/11/2019 VARSOVIE

L'Office polonais de lutte contre les monopoles (UOKiK) a infligé vendredi une amende de 172 millions de zlotys (environ 40 millions d'euros) à Engie Energie dans le cadre d'un dossier impliquant le projet Nord Stream 2.

L'UOKiK reproche à la firme française de ne pas lui avoir communiqué des documents relatifs à ses accords avec le conglomérat russe Gazprom.

Le géant pétrolier russe pilote le projet avec des financements apportés entre autres par Engie, les allemands Uniper et Wintershall, filiale de BASF, l'anglo-néerlandais Royal Dutch Shell et l'autrichien OMV.

"Nous contestons le fondement juridique de cette décision. Nous allons faire appel", a réagi un porte-parole d'Engie.

Le gazoduc Nord Stream 2 doit acheminer du gaz naturel russe vers l'Allemagne mais dont sa construction est critiquée par les Etats-Unis et plusieurs pays européens.

La Pologne notamment considère que Nord Stream 2, qui doublerait les capacités d'exportation de gaz russe via la Baltique, est une menace contre la "sécurité énergétique" de l'Europe.
https://www.boursorama.com/bourse/actua ... c45b000002

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

par energy_isere » 07 nov. 2019, 00:55

Image
The vessel “Audacia” laying pipes for the Nord Stream 2 gas pipeline in the Baltic Sea off the island of Rügen
Why Europe Won’t Give Up Russian Gas

Amidst the excitement over the killing of the ISIS chief Abu Bakr Al-Baghdadi, a development of much impact on international security passed by when Denmark made the innocuous announcement on October 30 that it would permit the proposed Nord Stream 2 gas pipeline to pass through its exclusive economic zone.

Copenhagen modestly explained that it was “obliged to allow the construction of transit pipelines” under the UN Convention on the Law of the Sea.

The Nord Stream 2, which will connect Russia’s Leningrad Region to Germany’s Baltic coast, bypassing the traditional route via Ukraine, aims to double the capacity of the already-built Nord Stream 1 to 110 billion cubic meters (bcm) per year that is more than a quarter of the European Union’s gas consumption.
........
https://oilprice.com/Geopolitics/Intern ... n-Gas.html

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

par energy_isere » 31 oct. 2019, 21:09

Nord Stream 2 : la décision du Danemark « affaiblit l'Europe » selon le président ukrainien

AFP parue le 31 oct. 2019

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a condamné jeudi la décision du Danemark de donner son autorisation à la finalisation du gazoduc controversé Nord Stream 2 qui livrera du gaz russe à l'Europe en contournant l'Ukraine.

"Cela renforce la Russie et affaiblit l'Europe", a déclaré M. Zelensky lors d'une conférence de presse à Kiev avec le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg. "Nous comprenions que cela pouvait arriver" et "nous y étions prêts", a-t-il assuré en ajoutant: "C'est non seulement une question de sécurité énergétique, c'est une question géopolitique".

Le Danemark a autorisé mercredi la construction dans ses eaux d'un tronçon de Nord Stream 2, levant le dernier obstacle à la finalisation de ce projet censé approvisionner l'Europe en gaz russe via la Baltique.

Pour ses détracteurs européens et les États-Unis, l'achèvement de ce gazoduc va accroître la dépendance des Européens au gaz russe et renforcer l'influence de Moscou, tout en affaiblissant l'Ukraine, allié des Occidentaux et sur le territoire duquel transite une grande partie du gaz russe. L'Ukraine, la Pologne et les pays baltes craignent que Moscou puisse en user pour exercer des pressions politiques.

Outre la perte d'importants revenus générés par le transit du gaz russe via son territoire, Kiev redoute que son arrêt potentiel augmente le risque d'une "agression militaire russe", alors que Moscou a déjà annexé sa péninsule de Crimée et soutient les séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine. M. Zelensky a par ailleurs "discuté du dossier du transit du gaz russe par le territoire ukrainien" lors d'un entretien téléphonique avec la chancelière allemande Angela Merkel, a indiqué mercredi soir la présidence ukrainienne.

Déjà construit à plus de 80%, Nord Stream 2 doit permettre le doublement des livraisons de gaz russe à l'Allemagne. Malgré l'autorisation danoise, ce gazoduc est menacé par de possibles sanctions américaines ainsi que par les nouvelles règles de l'UE sur le transport du gaz, qui demandent notamment le "découplage" des activités de production et distribution.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ien-191031

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

par energy_isere » 31 oct. 2019, 08:27

World’s Most Controversial Pipeline Clears Final Hurdle

By RFE/RL staff - Oct 30, 2019

Denmark has granted Russia’s state-controlled energy company Gazprom permission to build a controversial gas export pipeline through Danish waters.

The October 30 approval removes the last major regulatory hurdle for Gazprom to complete its 1,230 kilometer Nord Stream 2 pipeline along the Baltic Sea floor from Russia to Germany.

The Danish decision puts greater pressure on U.S. Congress to quickly pass a sanctions bill to halt the project before it is completed.

Washington has opposed the project over concern it will increase Europe’s dependence on Russian energy, boost the Kremlin’s coffers for military adventures, and hurt Ukraine.

President Donald Trump has recommended Germany import U.S. liquefied natural gas instead.

The Danish Energy Agency (DEA) said in a statement that it approved a 147-kilometer southeastern pipeline route proposed by Nord Stream 2, which is owned by Gazprom.

The DEA had been studying several proposals by the company since April 2017.


During a visit to Budapest, Russian President Vladimir Putin welcomed the Danish decision, telling reporters that the Scandinavian country “has shown itself to be a responsible international partner, protecting its interests and its sovereignty, as well as interests of its main partners in Europe.”

Nord Stream 2 is to carry 55 billion cubic meters (bcm) of natural gas annually to Germany, doubling the country’s imports from Russia.

The company expects to complete the project - which is more than 70 percent built - in the coming months.
.......
https://oilprice.com/Latest-Energy-News ... urdle.html

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

par energy_isere » 02 oct. 2019, 23:28

Nord Stream 2 : Gazprom contournera le Danemark si Copenhague ne délivre pas de permis

AFP parue le 02 oct. 2019

Le russe Gazprom a assuré mercredi que le gazoduc controversé Nord Stream 2, reliant la Russie et l'Allemagne via la Baltique, sera construit en contournant les eaux danoises si Copenhague persiste à bloquer les permis nécessaires.

"S'ils ne sont pas d'accord, nous contournerons cette zone économique du Danemark. Ce sera plus long, plus cher, mais c'est du gaz pour les pays européens", a déclaré Victor Zoubkov, président du conseil d'administration de Gazprom, à la tête du projet.

"Le Danemark devrait comprendre qu'il n'y a aucune raison objective de ne pas accepter le passage" du gazoduc dans ses eaux, a affirmé M. Zoubkov, cité par les agences russes lors d'un forum énergétique à Moscou.

Pour ses détracteurs européens et les États-Unis, l'achèvement de ce gazoduc va accroître la dépendance des européens vis-à-vis du gaz russe, renforcer l'influence de Moscou, tout en affaiblissant l'Ukraine, allié des Occidentaux en conflit avec la Russie. Pour ses partisans, Allemagne en tête, il s'agit avant tout d'une décision économique permettant de pérenniser les livraisons gazières à l'Europe à un coût acceptable.

Le représentant de Gazprom a indiqué mercredi que Nord Stream 2 était actuellement construit à 83%, avec plus de 2 000 kilomètres de pipeline posés, et qu'il était "pratiquement au seuil des eaux territoriales danoises". "Il faudra quatre-cinq semaines pour tout compléter" en cas de feu vert du Danemark, a ajouté M. Zoubkov.

Le ministre de l'Énergie russe Alexandre Novak a pour sa part déclaré qu'il tablait toujours sur ce permis. "Nous ne voyons pas de raisons que le permis ne soit pas délivré", a indiqué le ministre, alors que Nord Stream 2 prévoit d'entrer en fonction d'ici la fin de l'année.

Le projet de 9,5 milliards d'euros est financé à moitié par Gazprom, le reste étant couvert par ses partenaires européens : les Allemands Wintershall et Uniper, l'Anglo-Néerlandais Shell, le Français Engie et l'Autrichien OMV, à hauteur de 10% chacun.

En plus du permis danois, ce gazoduc controversé est également menacé par de possibles sanctions américaines ainsi que par les nouvelles règles de l'UE sur le transport du gaz.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ste-191002

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

par energy_isere » 24 août 2019, 10:10

La pose dans la partie finlandaise est terminée.
Allseas completes Finnish section of Nord Stream 2

Aug 23rd, 2019

Allseas’ Pioneering Spirit has completed installation of the second of the two Nord Stream 2 gas pipelines through the Finnish Exclusive Economic Zone.

Image
View of the Nord Stream 2 pipelay from the Pioneering Spirit.
(Courtesy Nord Stream 2 Corp.)


The vessel had finished construction of the first line’s 374-km (232-mi) Finnish section in April.

To date, more than 1,800 km (1,118 mi) of the twin pipeline system have been laid through Finnish, Russian, Swedish and German waters.
https://www.offshore-mag.com/pipelines/ ... d-stream-2

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

par energy_isere » 16 août 2019, 23:37

Carte détaillée du gazoduc Nordstream2

Image

Source https://www.offshore-mag.com/pipelines/ ... eam-2-pipe

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

par energy_isere » 30 avr. 2019, 22:53

Gaz: Nord Stream 2 fait appel d'une décision du Danemark retardant la construction

AFP parue le 30 avr. 2019

Le consortium international d'entreprises à l'origine du projet controversé de gazoduc Nord Stream 2, piloté par le géant russe Gazprom, a annoncé mardi avoir fait appel d'une décision du Danemark qui retarderait les travaux de construction.

Dans un communiqué, le consortium souligne avoir fait appel d'une décision prise le 26 mars par l'Agence de l'Énergie du Danemark (DEA) demandant une étude environnementale avant de délivrer le permis de construction du gazoduc dans les eaux danoises. "La décision doit être annulée pour que l'agence procède à l'octroi d'un permis pour la voie nord-ouest de Nord Stream 2 sans délai", affirme le consortium. Nord Stream 2 affirme également avoir déposé une demande de permis supplémentaire pour un tracé alternatif, par "prudence".

Le pipeline doit permettre d'acheminer du gaz russe vers l'Allemagne et le reste de l'Europe, en contournant le principal point de passage jusqu'ici, l'Ukraine, dont les relations avec la Russie restent extrêmement conflictuelles. Il doit traverser au total cinq pays: Russie, Finlande, Suède, Danemark et Allemagne.

Le dernier obstacle à ce projet pharaonique, d'un coût de 11 milliards d'euros, est l'obtention de l'accord du Danemark pour que le gazoduc, d'une capacité de 55 milliards de m3 par an, traverse sa zone économique exclusive, bande située au delà de ses eaux territoriales. Selon le calendrier prévu, le gazoduc devrait être achevé en fin d'année et mis en service en 2020.

Nord Stream 2 a également annoncé que la construction du tronçon situé dans les eaux russes avait commencé ce mardi. Deux sections d'environ 100 kilomètres de long sont prévues dans les eaux territoriales de la Russie. Le groupe a indiqué que plus de 1 100 kilomètres de gazoduc sur les 1 230 km prévus avaient déjà été construits dans les eaux finlandaises, suédoises et allemandes.

Le projet suscite toujours l'ire des États-Unis, qui accusent l'Allemagne d'accroître sa dépendance au gaz russe et pressent Berlin d'importer du gaz naturel liquéfié américain. Soucieux de ménager les deux super-puissances, le gouvernement allemand a donné en mars son accord à la construction de terminaux méthaniers destinés à importer du GNL en provenance d'outre-Atlantique.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ark-190430

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

par energy_isere » 28 mars 2019, 00:52

Toujours controversé, Nord Stream 2 sera bien achevé en fin d'année.

AFP parue le 27 mars 2019

Honni par les Etats-Unis, Nord Stream 2, le projet controversé de gazoduc entre la Russie et l'Allemagne, va comme prévu voir le jour en fin d'année, assurent ses promoteurs en pleine opération de communication.

Signe que le chantier avance selon le calendrier prévu, pour une mise en service en 2020 du double pipeline, le consortium d'entreprises piloté par le géant russe Gazprom multiplie les visites de presse sur le site allemand du chantier, au bord de la Baltique.

Le projet suscite toujours l'ire des Etats-Unis, qui accusent l'Allemagne d'accroître sa dépendance au gaz russe et pressent Berlin d'importer du gaz naturel liquéfié américain. Soucieux de ménager les deux super-puissances, le gouvernement allemand a donné mercredi son accord à la construction de terminaux méthaniers destinés à importer du GNL en provenance d'outre-Atlantique.

A Lubmin (Mecklembourg-Poméranie), sur les rives de la mer Baltique, à l'orée d'une forêt de pins, le chantier du pipeline s'étale sur plusieurs hectares. Au large, des centaines d'ouvriers s'affairent sur une vingtaine de navires pour achever l'ouvrage, qui traversera au total cinq pays - Russie, Finlande, Suède, Danemark et Allemagne.

Projet pharaonique

"Les principales installations sont en place, les vannes d'arrêt ont été installées, donc on peut partir du principe que le projet sera bien achevé d'ici fin 2019", et complètera Nord Stream 1, gazoduc actif depuis 2012, assure le porte-parole du projet, Jens Mueller.

Le pipeline, en acier doublé de béton, doit permettre d'acheminer sur une distance de 1.230 km du gaz russe vers l'Allemagne et le reste de l'Europe, en contournant le principal point de passage jusqu'ici, l'Ukraine, dont les relations avec la Russie restent extrêmement conflictuelles.

Le dernier obstacle à ce projet pharaonique, d'un coût de 11 milliards d'euros, est en passe d'être levé: le Danemark s'apprêterait à donner son accord pour que le gazoduc, d'une capacité de 55 milliards de m3 par an, traverse sa zone économique exclusive, bande située au delà de ses eaux territoriales.

"Nous avons de bonnes raisons de penser" que le feu vert sera donné "dans un avenir proche", avance Jens Mueller. Et même si les Danois ne donnaient que tardivement leur accord, la compagnie pourrait faire face en envoyant des bateaux supplémentaires, plastronne le porte-parole.

Ses promoteurs affirment qu'il permettra de sécuriser l'approvisionnement en gaz de l'Europe, et ce à moindre prix. Et ils soupçonnent les Etats-Unis par leur opposition frontale de chercher surtout à vendre leur propre gaz aux Européens.

Au troisième trimestre 2018, l'Ukraine était la voie principale, couvrant 48% du gaz venu de Russie, selon la Commission européenne. Les opposants au projet déplorent en particulier qu'il prive l'Ukraine de lucratives redevances.

Sanctions américaines ?

La route du gaz continuera cependant à passer par l'Ukraine, où transitent chaque année 93 milliards de m3, sur un total annuel de 170 milliards de m3 de gaz russe à destination de l'Union européenne. "Nord Stream 2, ce ne sera +que+ 55 milliards de m3", relève M. Mueller.

Ses détracteurs, en particulier les pays de l'Est comme la Pologne, jugent que le projet Nord Stream vise à la fois pour Moscou à isoler un peu plus l'Ukraine, avec qui la Russie est en conflit depuis des années, et à rendre l'Europe dépendante sur le plan énergétique.

Quant aux menaces de sanctions américaines, elles ne semblent pas non plus en mesure de retarder le projet, initié en 2013.

Derrière la réticence de façade chez Nord Stream à "commenter des décisions politiques", les conseillers font valoir que le projet ne tomberait pas sous le coup de la loi Caatsa (Countering America's Adversaries Through Sanctions Act). Adoptée par le Congrès américain en 2017, elle visait notamment à punir la Russie pour son attitude en Ukraine et son éventuelle ingérence dans l'élection présidentielle américaine.

En janvier, le remuant ambassadeur des États-Unis en Allemagne, Richard Grenell, un proche de M. Trump, avait pourtant averti les entreprises allemandes impliquées dans le projet qu'elles pourraient être sanctionnées.

Interrogé par l'AFP, le gouvernement allemand se retranche derrière le caractère "privé" de ce projet et se refuse à tout commentaire au sujet d'éventuelles sanctions.
https://www.connaissancedesenergies.org ... nee-190327

Re: Chantier du Gazoduc sous la Baltique : Nord Stream

par energy_isere » 02 mars 2019, 19:15

Nord Stream 2: plus de 800 kilomètres de gazoduc déjà construits

AFP le 01 mars 2019

Plus de 800 kilomètres du gazoduc Nord Stream 2, sur plus de 1 200 km prévus entre la Russie et l'Allemagne, ont été construits, a indiqué lundi l'opérateur du projet mené par le géant russe Gazprom et auquel s'opposent les Etats-Unis.

"Nous avons un calendrier complexe (...) pour la pose des gazoducs jumeaux Nord Stream 2, qui prend en compte les exigences environnementales et utilise un grand nombre de navires", a déclaré dans un communiqué le chef du projet, Henning Kothe. "Les travaux de pose se déroulent bien et dans les délais. Les autres travaux de construction sont également en cours pour achever les deux gazoducs d'ici la fin de 2019", a-t-il précisé.

Le gazoduc, qui doit passer par les eaux finlandaises, suédoises et danoises, doit mesurer 1 230 kilomètres en tout. Nord Stream 2 a précisé que plus de 1 000 personnes travaillaient actuellement depuis une vingtaine de navires sur le projet en mer Baltique, "conformément aux autorisations accordées par l'Allemagne, la Finlande, la Suède et la Russie".

Mi-février, un accord politique a été trouvé pour la révision de la réglementation européenne sur le marché du gaz, cruciale pour le gazoduc. La Commission européenne avait proposé en novembre 2017 d'amender la législation, une initiative perçue comme une volonté de mieux encadrer le projet.

Les mêmes règles de ce marché commun s'appliqueront désormais aux gazoducs issus d'un pays hors UE et traversant le bloc, avec en ligne de mire la transparence des prix, l'accès des tiers aux infrastructures, et la séparation des activités entre fournisseurs et gestionnaires de réseau.

Le projet de gazoduc associe le géant Gazprom, majoritaire, à des entreprises européennes: les allemands Wintershall et Uniper, l'anglo-néerlandais Shell, le français Engie et l'autrichien OMV. Sensible pour les Européens, le dossier a pris une autre ampleur depuis que les Etats-Unis mènent une intense campagne d'opposition à Nord Stream 2.
https://www.connaissancedesenergies.org ... its-190301

Haut