Gaz en France

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Gaz en France

Re: Gaz en France

par energy_isere » 10 juil. 2020, 13:06

France: La consommation de gaz des industriels se redresse

PUBLIÉ LE 10/07/2020 PARIS (Reuters)

La consommation de gaz des clients industriels en France depuis le début du mois de juin ne se situe plus que 6% en moyenne en dessous de son niveau de la même période de 2019 contre -20% pour fin mars et début avril, selon des données publiées vendredi par GRTgaz, qui gère la majeure partie du réseau de transport gazier français.

Les secteurs les plus affectés par le coronavirus reprennent depuis mi-mai, notamment des sites qui étaient à l'arrêt tels que des usines automobiles et recommencent à consommer progressivement, a souligné dans un communiqué GRTgaz sur la base de données arrêtées au 30 juin.

Les centrales à gaz enregistrent pour leur part "une reprise forte" depuis début juin, qui s'explique par un prix compétitif permettant de rentabiliser la production d'électricité à partir de gaz naturel.
https://www.usinenouvelle.com/article/f ... se.N984649

Re: Gaz en France

par energy_isere » 23 juin 2020, 22:14

Relance : GRDF souhaite accélérer ses travaux liés à la sécurité et encourager le développement du biométhane

AFP parue le 23 juin 2020

GRDF, le gestionnaire du réseau de distribution de gaz, souhaite accélérer ses travaux liés à la sécurité ou encore encourager le développement du biométhane, dans des propositions pour participer à la relance économique dévoilées mardi.

L'entreprise, filiale d'Engie, a élaboré neuf propositions "concrètes" pour participer à la relance économique après la crise de la pandémie de Covid-19. Elle souhaite ainsi investir 36 millions d'euros supplémentaires sur 2020-2021 pour accélérer les programmes de renouvellement de canalisations et de branchements. Ces travaux liés à la sécurité devraient générer 225 emplois, estime GRDF dans un dossier présenté à la presse.

GRDF propose aussi des mesures pour "accélérer la production" de biométhane, produit notamment à partir de déchets agricoles, estimant possible d'atteindre 12 TWh de capacité installée en 2023. Le distributeur veut ainsi réduire le coûts de raccordement aux réseaux gaziers supportés par les porteurs de projets et accélérer les chantiers de renforcement du réseau en vue d'accueillir du biométhane.

Ces propositions interviennent alors que le secteur gazier juge trop timorées les ambitions de la France en la matière, telles qu'elles ont été récemment fixées avec la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE). GRDF concentre d'autres suggestions sur le secteur du bâtiment, par exemple en autorisant les collectivités territoriales à fixer une part minimale de gaz vert local pour les immeubles neufs.

Enfin, les dernières mesures concernent le secteur des transports: le distributeur de gaz veut encourager le développement des véhicules lourds roulant au BioGNV (carburant issu du biométhane), encore peu nombreux en France.

"En accélérant la mise en service de nouveaux sites de méthanisation, la part du gaz vert consommé en France contribuera à décarboner les secteurs de la rénovation, de la construction et de la mobilité et plus globalement l'économie. Tout cela avec un recours limité aux finances publiques", estime Édouard Sauvage, le directeur général de GRDF, cité dans un communiqué.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ane-200623

Re: Gaz en France

par energy_isere » 06 juin 2020, 01:14

France: Forte remontée du prix du gaz en vue au 4e trimestre, avertit la CRE

PUBLIÉ LE 05/06/2020 PARIS (Reuters)

Les prix du gaz naturel en Europe vont probablement remonter significativement au cours du dernier trimestre 2020 et donc induire une augmentation importante des tarifs réglementés, prévient vendredi la Commission de régulation de l'énergie (CRE), qui recommande au gouvernement de "lisser" les évolutions tarifaires à venir.

Dans son analyse des coûts d'Engie, que doivent couvrir les tarifs réglementés de vente de gaz naturel, la CRE souligne que la crise du coronavirus a entraîné une chute des prix du gaz naturel en Europe au cours du premier semestre.

Ces prix ont ainsi atteint "un point bas historique" autour de 6 euros par mégawattheure (MWh) et même jusqu'à 4 euros par MWh très récemment, souligne la CRE, ajoutant que cela "augmente la probabilité d'une hausse significative sur le dernier trimestre de l'année 2020", autour de 10 euros par MWh, au moment où les Français auront de nouveau recours au gaz pour se chauffer.

Le régulateur calcule ainsi, sur la base de données partielles et à titre indicatif, que les tarifs réglementés du gaz en France devraient être augmentés de 4,0% le 1er octobre après des revalorisations de 0,7% le 1er août et de 1,7% le 1er septembre.

"La mise en place d'un lissage sur la prochaine période tarifaire permettrait de limiter l'ampleur des évolutions mensuelles des (tarifs réglementés). Compte tenu des anticipations présentées (...), ce lissage devrait prendre cette année la forme d'une annulation de la baisse au 1er juillet 2020, estimée aujourd'hui à -4,6%", précise la CRE.

Dans l'hypothèse où les pouvoirs publics souhaiteraient lisser les évolutions tarifaires entre juillet 2020 et la fin de l'hiver 2020-2021, le mécanisme devra comme l'année dernière assurer la bonne couverture des coûts d'approvisionnement d'Engie sur l'ensemble de la période de lissage, rappelle cependant le régulateur.
https://www.usinenouvelle.com/article/f ... re.N972481

Re: Gaz en France

par energy_isere » 27 mars 2020, 22:07

France : les capacités de stockage de gaz intégralement allouées pour l'hiver prochain

AFP parue le 27 mars 2020

Les capacités de stockage de gaz en France ont été intégralement allouées, ce qui doit permettre au pays de disposer de réserves suffisantes pour l'hiver prochain, a annoncé vendredi la Commission de régulation de l'énergie (CRE).

"La totalité des capacités commercialisées ont été allouées, soit 128 TWh. Ces bons résultats garantissent la sécurité d'approvisionnement en gaz naturel de la France pour l'hiver 2020-21", a indiqué la CRE dans un communiqué.

La France a introduit en 2017 un mécanisme de régulation du stockage de gaz naturel, en remplacement de l'ancien système qui faisait parfois craindre des pénuries lors de pics de consommation en période hivernale. Le nouveau mécanisme prévoit la mise aux enchères de l'ensemble des capacités de stockage du territoire français et la couverture des coûts des opérateurs de stockage. La Commission européenne avait annoncé fin février l'ouverture d'une enquête approfondie sur ce mécanisme.

"Le prix moyen d'adjudication de 3,85 euros par MWh est nettement supérieur à celui des deux dernières campagnes", a par ailleurs précisé la CRE. "Ce bon résultat est dû à un écart de prix saisonnier du gaz plus important qu'au cours des précédentes campagnes de commercialisation, ainsi qu'à une augmentation du nombre de participants aux enchères", explique-t-elle.
https://www.connaissancedesenergies.org ... eur-200327

Re: Gaz en France

par energy_isere » 29 févr. 2020, 00:37

La Commission européenne ouvre une enquête sur la régulation du stockage de gaz en France

AFP parue le 28 févr. 2020

La Commission européenne a annoncé vendredi l'ouverture d'une enquête approfondie sur le mécanisme de régulation du stockage de gaz naturel en France afin de déterminer s'il est conforme au droit européen de la concurrence.

La France a introduit en 2017 un mécanisme de régulation du stockage de gaz naturel. Il prévoit la mise aux enchères de l'ensemble des capacités de stockage du territoire français et la couverture des coûts des opérateurs de stockage. Le mécanisme vise à maintenir en fonctionnement les capacités de stockage considérées comme nécessaires pour assurer la sécurité d'approvisionnement en gaz naturel du pays.

Lorsque les recettes des opérateurs sont inférieures au niveau de revenu défini par l'autorité indépendante de régulation de l'énergie en France (la CRE), ils perçoivent une compensation. Pour 2019, le montant total des compensations versées aux trois opérateurs de stockage en France (Storengy, Géométhane et Teréga) s'élève à 540 millions d'euros.

"La Commission européenne considère que ce mécanisme de régulation constitue une aide d'État", a-t-elle indiqué dans son communiqué. Les aides d'État sont en principe interdites dans la mesure où elles peuvent apporter un avantage indu à une compagnie au détriment de ses rivaux et par conséquent engendrer une distorsion de la concurrence dans l'Union. Une dérogation peut toutefois être possible selon les cas. La Commission va, au cours de son enquête, vérifier si ces craintes initiales sont fondées.
https://www.connaissancedesenergies.org ... nce-200228

Re: Gaz en France

par energy_isere » 20 févr. 2020, 20:45

GNL : Qatar Petroleum réserve 3 Mt/an à Montoir jusqu’en 2035

Publié le 20/02/2020 lemarin

Une filiale de Qatar Petroleum (QP) a réservé une capacité de débit de près de 3 millions de tonnes par an au terminal Elengy de Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique) jusqu’en 2035, ont annoncé le 20 février les deux compagnies.

Image

L’accord de long terme entre Qatar Petroleum et Elengy a été signé à Paris, le 20 février, par Saad Sherida Al-Kaabi, ministre qatari de l’Énergie et PDG de QP, et Sandra Roche-Vu Quang, DG de la filiale d’Engie. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État français auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, a assisté à la cérémonie. (Photo : Qatar Petroleum)
https://lemarin.ouest-france.fr/secteur ... squen-2035

Re: Gaz en France

par energy_isere » 06 févr. 2020, 13:33

Filiale d'Engie, Elengy rachète à Total un 3e terminal méthanier en France

AFP parue le 06 févr. 2020

L'exploitant de terminaux méthaniers français Elengy, filiale d'Engie via l'entité GRTgaz, a annoncé jeudi avoir racheté à Total ses parts manquantes dans la société Fosmax LNG, lui permettant désormais de détenir 100% du terminal de Fos Cavaou, dans les Bouches-du-Rhône.

L'acquisition de ces titres est "financée principalement par une augmentation de capital réservée à la Société d'Infrastructures Gazières (SIG)" qui détient ainsi 18% d'Elengy, précise un communiqué, le reste du capital étant détenu par GRTgaz. Le montant de la transaction n'est pas indiqué.

Le réseau français de gazoducs est lui-même la propriété d'Engie (74,6%) et de la SIG (24,8%) principalement.

"Pour Elengy, cette acquisition reflète la volonté d'accroître le développement industriel de ses sites de Fos Cavaou et Fos Tonkin, à l'heure où le GNL connaît un nouvel essor pour accompagner la transition écologique", poursuit la société.

Elengy exploite et développe trois terminaux méthaniers en France, qu'il détient désormais intégralement: Montoir-de-Bretagne sur la façade atlantique, Fos Cavaou et Fos Tonkin sur la façade méditerranéenne.

La société emploie 400 personnes et possède une capacité de regazéification annuelle de 20 milliards de m3 de gaz naturel. L'énergie qu'elle réceptionne correspond à plus de 30% de la consommation nationale.
https://www.connaissancedesenergies.org ... nce-200206

Image
le terminal de Fos-Cavaou
https://lemarin.ouest-france.fr/secteur ... fos-cavaou

Re: Gaz en France

par energy_isere » 24 janv. 2020, 20:36

France : une consommation de gaz en hausse en 2019, tirée par l'électricité

AFP parue le 24 janv. 2020

La consommation de gaz a légèrement progressé en France l'an dernier, alimentée par la production d'électricité, tandis que les importations de gaz naturel liquéfié (GNL) ont bondi, a annoncé vendredi le gestionnaire du réseau transport, GRTgaz.

L'entreprise explique dans son bilan annuel que 451 terawattheures (TWh) de gaz ont été consommés sur son réseau en 2019, soit une hausse brute de 2% par rapport à 2018.


Cette hausse "s'explique principalement par la forte sollicitation des 13 sites français de production d'électricité à partir du gaz, avec 39% de consommation supplémentaire par rapport à l'année précédente", souligne GRTgaz, qui exploite la majorité du réseau de transport de gaz en France (à l'exception d'un petit quart sud-ouest).

Le gaz a ainsi "profité du recul conjoncturel des productions d'électricité hydraulique et nucléaire en 2019", ainsi que d'un prix "attractif".

Les distributions publiques, à destination notamment des particuliers, sont pour leur part restées stables en données corrigées des effets climatiques. Les usages industriels ont reculé de 2%, avec des arrêts techniques chez certains consommateurs au quatrième trimestre.

GRTgaz note aussi que le marché a bénéficié d'un afflux massif de gaz naturel liquéfié (GNL), une diversification de l'approvisionnement qui a aidé à tirer les prix vers le bas.

"La France enregistre une hausse de 87% des entrées de GNL, à 219 TWh, soit le niveau d'importation le plus important de ces dix dernières années", souligne ainsi l'entreprise, filiale à 75% d'Engie.

Les importations ont ainsi bondi dans les terminaux de Dunkerque (nord) et Montoire-de-Bretagne (ouest) surtout, et progressé bien plus modestement dans celui de Fos Tonkin (sud).

"Depuis 2, 3 ans, il y a eu de très nombreuses capacités de production de GNL, de liquéfaction, qui sont entrées en service dans le monde - il y a en a eu en Australie notamment de manière significative, beaucoup aux États-Unis et récemment en Russie", a expliqué Thierry Trouvé, directeur général de GRTgaz, lors d'une conférence de presse.

Parallèlement à cette offre abondante, des températures assez clémentes en Asie ont quelque peu limité la demande dans cette région. "Cette vague de GNL en France repousse le gaz russe et irrigue les pays adjacents", a résumé Thierry Trouvé.

Ainsi la France à son tour exporté massivement vers certains voisins (Suisse, Espagne). En revanche, les importation de gaz russe par gazoduc via l'Allemagne ont quant à elles reculé.
https://www.connaissancedesenergies.org ... e-200124-0

Re: Gaz en France

par energy_isere » 20 déc. 2019, 23:26

Dunkerque LNG accueille son centième méthanier

Publié le 20/12/2019 lemarin

Le LNG Juno, battant pavillon bahaméen, est arrivé au terminal méthanier de Dunkerque le vendredi 20 décembre à 1 h 30 en provenance de Point Fortin (Trinité-et-Tobago).

Image

Le « LNG Juno », tanker de 2018, aux 297,50 mètres de long, 49 mètres de large pour un tirant d’eau de 11,10 mètres, est le 100e navire accueilli sur le terminal méthanier de Dunkerque. (Photo : Dunkerque LNG)
https://lemarin.ouest-france.fr/secteur ... -methanier

Re: Gaz en France

par energy_isere » 05 déc. 2019, 19:23

Accords d’achat-vente de gaz entre Engie et Sonatrach

Publié le 05/12/2019 lemarin

Le français Engie a signé des accords d’achat de gaz avec la compagnie étatique algérienne Sonatrach. Ils se traduiront en particulier par la livraison de GNL au terminal méthanier de Fos-Tonkin.

Image
Le terminal de Fos Tonkin
https://lemarin.ouest-france.fr/secteur ... -sonatrach

Re: Gaz en France

par energy_isere » 29 nov. 2019, 20:43

Gaz: la France devrait être bien approvisionnée cet hiver

AFP•29/11/2019

La France devrait être bien approvisionnée en gaz cet hiver, même en cas de vague de froid exceptionnelle ou de crise russo-ukrainienne, ont estimé vendredi les gestionnaires du réseau de transport.

"Le système gazier devrait répondre à la demande de l'ensemble des consommateurs de gaz français l'hiver prochain, même en cas de pointe de froid exceptionnelle", jugent GRTgaz et Teréga.

"Les gestionnaires de réseaux de transport de gaz ne formulent pas aujourd'hui d'alerte particulière", indiquent-ils dans un communiqué commun, en publiant leurs perspectives pour l'hiver 2019/2020.

Pour son approvisionnement, la France peut compter sur les importations de gaz naturel liquéfié (GNL) via les terminaux méthaniers, sur les importations via les réseaux des pays voisins ainsi que sur les stocks constitués avant l'hiver.

Ceux-ci sont à leur maximum: les volumes souscrits dans les stockages atteignaient 129 térawattheures (TWh) fin octobre, au plus haut niveau depuis 2010.

"On n'a pas d'inquiétude particulière en termes de sécurité d'approvisionnement en cas de crise" russo-ukrainienne, a indiqué Thierry Trouvé, le directeur général de GRTgaz, lors d'une conférence de presse. La France peut en effet facilement s'approvisionner par d'autres routes.

L'accord de transit entre la Russie et l'Ukraine arrive à son terme fin 2019 et les deux pays, à couteaux tirés, n'arrivent pour l'instant pas à se mettre d'accord pour la suite.

"Si le gaz qui transite par l'Ukraine, pour des raisons liées à ces désaccords, venait à ne plus transiter, ça créerait probablement un peu de nervosité sur les marchés et donc probablement un petit peu d'augmentation de prix", a toutefois jugé Thierry Trouvé.

GRTgaz, détenu à 75% par Engie, possède et exploite la majorité du réseau de transport de gaz en France. Teréga possède pour sa part un réseau plus petit, concentré dans le sud-ouest.
https://www.boursorama.com/bourse/actua ... af9c4955f0

Re: Gaz en France

par energy_isere » 26 sept. 2019, 20:34

Elengy devrait prolonger la vie de son terminal de Fos-Tonkin

Publié le 26/09/2019

L’appel au marché pour trouver des clients au plus petit des deux terminaux GNL de Fos a été un succès, indique la filiale d’Engie au marin.

Image
https://lemarin.ouest-france.fr/secteur ... fos-tonkin

Re: Gaz en France

par phyvette » 28 mars 2019, 01:09

Non, gaz bouteille chez moi.

Re: Gaz en France

par energy_isere » 28 mars 2019, 00:57

Des gens du forum impactés par ceci ?
Gaz: avec la fin du gisement néerlandais de Groningue, la France doit s'adapter.

AFP parue le 27 mars 2019

Avec la fin programmée du gisement de gaz de Groningue au Pays-Bas, la France doit se convertir à un autre type de gaz d'ici dix ans, un chantier d'ampleur qui va concerner certains foyers dès le mois d'avril.

Aux Pays-Bas, le gouvernement avait annoncé en mars 2018 l'arrêt anticipé d'ici à 2030 de l'extraction de gaz sur le gisement de Groningue. Cela en raison des nombreux séismes que ces activités provoquent et qui ont endommagé des habitations.

Ce gaz est actuellement utilisé par 14 millions de foyers au total en Europe (Allemagne, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas), dont 1,3 million en France, concentrés dans la région des Hauts-de-France. Mais il est quelque peu différent de celui utilisé dans le reste du pays, qui pour sa part provient de mer du Nord, de Russie ou d'Algérie.

Le gaz de Groningue possède en effet un pouvoir calorifique plus faible et une pression de distribution différente. "La qualité du gaz de Groningue qui a été découvert et exploité dans les années 1960 présentait des taux d'azote un peu plus élevés que le standard international", rappelle Edouard Sauvage, directeur général de GRDF, le réseau de distribution de gaz naturel en France.

Réglages

Le passage progressif de ce gaz "B" au gaz standard (dit "H") déjà utilisé dans le reste du pays nécessite donc auparavant une vérification de la compatibilité des appareils domestiques - essentiellement chaudières et chauffe-eaux - et éventuellement un réglage gratuit par un technicien.

"En gros, il y a une grosse moitié des appareils sur lesquels il n'y a rien à faire, une petite moitié sur laquelle il y a juste un réglage à faire et il y a aujourd'hui à peu près entre 2 et 3% de matériel à changer", détaille Alain Mille, directeur du développement de GRDF.

Ces appareils anciens, de plus de 15 ans, ne sont en effet pas compatibles et leur utilisation représenterait un risque. Leur remplacement est financé par GRDF avec des montants forfaitaires définis par les pouvoirs publics (par exemple 4 000 euros pour une chaudière à gaz murale).

Une situation différente de la Belgique, où encore plus de foyers sont concernés (1 million en Flandres, 500 000 en région bruxelloise et 110 000 en Wallonie): les réglages et les éventuels remplacements d'appareils y sont à la charge du client. Toutefois , "très peu d'appareils doivent être remplacés", souligne-t-on chez ORES, l'opérateur des réseaux en région wallonne. En effet, depuis 1978, tout appareil vendu en Belgique doit être compatible avec les deux types de gaz.

Dès avril

En France, GRDF travaille pour l'instant sur quatre zones pilotes - Doullens, Gravelines, Grande-Synthe et Dunkerque - afin de préparer la phase de généralisation qui s'étendra de 2021 à 2029. Le premier basculement aura lieu dès le 9 avril pour les 6 000 clients de la zone de Doullens, un bourg de la Somme. "On pourra enfin avoir une vision très claire des difficultés", espère Edouard Sauvage.

Pour l'instant, le principal problème réside dans la difficulté à contacter certains clients et à accéder à des logements, notamment des résidences secondaires. "Nous avons encore quelques dizaines de clients pour lesquels nous n'avons pas pu avoir accès à leur installation et nous serons obligés bien évidemment de couper (l'accès au gaz du) logement", pour des raisons de sécurité, selon M. Sauvage.

Du côté du médiateur national de l'énergie, on se dit "très attentif et vigilant" sur le projet de conversion, sans avoir détecté de problème jusqu'à présent. "Pour l'instant on n'a pas de litiges, de questions, ni de remontées de consommateurs qui sont situés dans cette région et qui vont être concernées par le projet", indique Frédérique Coffre, directrice générale des services du médiateur.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ter-190327

Re: Gaz en France

par mobar » 20 mars 2019, 05:18

Raminagrobis a écrit :
26 sept. 2018, 15:23
Si tu produit du méthane avec une matière à fort ratio C/H, tu as du CO2 en plus.

C'est le principe du syngaz de charbon.

Là on a deux filières en gros :

* produire du méthane à partir de solides (charbon, biomasse, pneus usagés, etc), avec un excédent de CO2 (car on fait du C0 + H20 => CO2 + H2).
* produire du méthane à partir d'électricité via l'électolyse, en mangeant du CO2. C'est le EtG.

Je m'étonne qu'on ne s'intéresse par à la solution intermédiaire. C'est à dire utiliser des solides comme source de carbone, et en complémentant avec de l'hydrogène produit par électrolyse.
il y a effectivement une voie intermédiaire plus performante, c'est de chauffer à 850°C le substrat carboné par de l'électricité et de d'oxyder le carbone par de la vapeur d'eau surchauffée, produite grâce au refroidissement du syngas avec une étape de méthanation en final, le Power & Waste to Gas
Un électrolyseur fonctionnant en parallèle permet d'équilibrer le ratio H2/CO en amont de la méthanation pour optimiser la production de méthane et réduire les pertes de carbone

Les avantages de cette chaine sont sa souplesse due à l'utilisation de l'électricité, la qualité des rejets gazeux, il n'y a pas de combustion de carbone par l'air donc des rejets de CO2 qui ne sont pas dilués par l'azote de l'air, un rendement de gazéification du carbone proche de 1 et la possibilité d'utiliser une électricité à bas cout rendue possible par la souplesse (relative) des procédés de gazéification et d'électrolyse

Une voie confidentielle explorée par quelques pionniers

Haut