Nucléaire Russe

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Nucléaire Russe

Re: Nucléaire Russe

par energy_isere » 16 août 2019, 11:12

Report de 9 ans du projet de centrale à neutrons rapides et sodium liquide BN-1200. Pas de financements.
Rosatom postpones fast reactor project, report says

13 August 2019

Rosenergoatom is expected to receive about RUB280 billion (USD4 billion) less in state funding for the construction of new nuclear reactors in Russia owing to the postponement of its fast neutron reactor programme, Russian newspaper Kommersant reported last week, citing anonymous sources. Rosenergoatom is the nuclear power plant operator subsidiary of Russian state nuclear corporation Rosatom.

Rosatom's investment plan received preliminary approval during a meeting in the Russian Energy Ministry on 2 August, according to the article, with funding out to 2035 to total RUB880 billion and not the RUB1.16 trillion Rosatom had allocated for the two new VVER-1200 units under construction for the Kursk II project, units 3 and 4 for the Leningrad II project and a BN-1200 fast reactor at Beloyarsk. Commissioning of the BN-1200 has been postponed to 2036, the article said, from the previous target of 2027.
......
......
A Russian government decree published in August 2016 indicated the country planned to construct 11 new nuclear power reactors by 2030 - including two BN-1200 sodium-cooled fast neutron reactors. The BN-1200 units are to be built at the Beloyarsk and South Urals nuclear power plants. The BN-800 fast neutron reactor - constructed as unit 4 of the Beloyarsk plant in the Sverdlovsk district - entered commercial operation in October 2016. The 789 MWe unit's capacity exceeds that of the world's second most powerful fast reactor - the 560 MWe BN-600 Beloyarsk 3. The planned Beloyarsk 5 BN-1200 will use larger fuel elements than the BN-600 and BN-800 and have a simplified refuelling procedure. Russian nuclear engineering company OKBM Afrikantov is developing the BN-1200 as a next step towards future reactor designs, commonly known as Generation IV.

According to the Kommersant article, the capex of the BN-800 amounted to RUB140.6 billion.
http://www.world-nuclear-news.org/Artic ... report-say

Re: Nucléaire Russe

par energy_isere » 03 août 2019, 13:17

Suite de ce post du 20 janvier 2018 http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopi ... 4#p2265354
Sur les traces d'un mystérieux nuage radioactif russe
Nathan Mann, publié le 30/07/2019 l'express

La présence de ruthénium radioactif dans l'air européen en 2017 proviendrait de l'usine de retraitement du combustible nucléaire russe de Maïak. Récit.

Les chercheurs du "ring of five", un réseau informel reliant les stations européennes de surveillance des matériaux radioactifs dans l'atmosphère se sont livrés à un véritable jeu de piste presque deux ans après les faits. En octobre 2017, un panache de ruthénium 106 - un élément radioactif qui n'avait pas été repéré dans l'atmosphère depuis la catastrophe de Tchernobyl - est détecté au-dessus du Vieux Continent. A l'époque, si les taux étaient trop faibles pour mettre en danger la santé des habitants survolés par ce nuage radioactif, l'origine du ruthénium n'en demeurait pas moins mystérieuse puisque aucune installation nucléaire avait déclaré d'incident.


L'enquête, signée par 69 scientifiques de différents instituts européens et dont les résultats ont été publiés dans les comptes rendus de l'Académie des sciences américaine (PNAS) le 29 juillet 2019, corrobore les premières suppositions des experts. La fuite proviendrait de l'usine de retraitement de combustibles nucléaires de Maïak, dans le sud de l'Oural russe. Au conditionnel toujours, car les chercheurs ne relèvent qu'un faisceau d'indices, et que les autorités russes ont nié dès 2017 tout accident sur ce site. (abonnés)
https://www.lexpress.fr/actualite/scien ... 92279.html

Lire aussi cet article plus complet
https://trustmyscience.com/nuage-radioa ... ire-russe/

Re: Nucléaire Russe

par energy_isere » 30 mai 2019, 15:36

Russie lance le brise-glace nucléaire Ural ROSATOM

Publié le 27/05/2019 par Vincent Groizeleau

L’Ural, troisième des nouveaux brise-glaces russes à propulsion nucléaire du projet 22220 (classe LK-60Ya), dont deux autres unités seront commandées cet été, a été lancé le 25 mai à Saint-Pétersbourg, où ses deux aînés sont en achèvement à flot. Ces navires de 173 mètres de long pour 34 mètres de large et 10.5 mètres de tirant d’eau afficheront un déplacement de plus de 33.000 tonnes en charge. Ils pourront briser une épaisseur de glace allant jusqu’à 3 mètres. Dotés de trois lignes d'arbres, avec une puissance propulsive de 60 MW, les LK-60Ya sont équipés de deux nouveaux réacteurs nucléaires RITM-200, qui seront également employés sur les centrales flottantes développées par Rosatom. Ces réacteurs peuvent générer une puissance unitaire de 175 MW. « Une autre caractéristique unique des navires du projet 22220 est sa conception à double tirant d'eau. Les citernes de ballast à l'intérieur de la coque peuvent être facilement ajustées pour modifier le tirant d'eau du navire selon qu’il doit naviguer dans la mer Arctique ou dans les estuaires peu profonds des rivières. Avec cette solution intelligente, Rosatom obtient deux types de brise-glace pour le prix d'un, ce qui représente une économie potentielle de centaines de millions de dollars », explique le groupe russe.

Image

.........
https://www.meretmarine.com/fr/content/ ... eaire-ural

Re: Nucléaire Russe

par energy_isere » 24 mars 2019, 20:38

Lancement du second réacteur de type VVER-1200 de la centrale de Novovoronezh.
Nuclear Reactor Unit Successfully Launched At Russia's Novovoronezh NPP - Statement

Fakhir Rizvi 23rd March 2019

A nuclear reactor of the innovative power unit was successfully launched at Russia's Novovoronezh Nuclear Power Plant II, Russia's Rosenergoatom company said Saturday.

"On March 22, 2019, the reactor core of the innovative power unit No. 2 with a VVER-1200 reactor of Novovoronezh NPP-2 is brought to the minimum controlled power level," the statement reads.
https://www.urdupoint.com/en/world/nucl ... 76673.html

Re: Nucléaire Russe

par energy_isere » 04 mars 2019, 08:41

Record de production d'électricité nucléaire pour 2018 en Russie, à 204 TWh.
Russia Sets New Domestic Nuclear Generation Record

03/01/2019 | Sonal Patel

Rosenergoatom, Russia’s state-owned nuclear plant owner and operator, said it set another nuclear power production record in 2018. The company generated 204 TWh from its 35 reactors—1.4 TWh more than in 2017—supplying 18.7% of the Russian Federation’s total electricity. “Thus, each fifth electric bulb in the Russian Federation is lit owing to energy produced at nuclear power plants,” the company said on Jan. 9.

The feat is remarkable for Russia, even considering the country’s lengthy nuclear power history and vast expertise, because it demonstrates the country’s optimism for nuclear generation—despite a recent decline in Russian power demand, and a generally dismal outlook for nuclear power elsewhere around the world.
......
https://www.powermag.com/russia-sets-ne ... on-record/

Re: Nucléaire Russe

par energy_isere » 16 févr. 2019, 20:31

La Russie s'apprête à lancer le démentelement du réacteur 1 de la centrale de Bilibino.
Russia set to decommission the world’s most remote nuclear power plant
Russia’s government has approved plans to begin decommissioning what are perhaps the most secluded commercial nuclear reactors in the world, located at the Bilibino nuclear power plant in Chukotka – 5,600 kilometers and 11 time zones to Moscow’s east.
.......

https://bellona.org/news/nuclear-issues ... ower-plant

Re: Nucléaire Russe

par energy_isere » 12 janv. 2019, 13:36

Les plus gisements d' Uranium Russes sont à Krasnokamensk.
Une nouvelle mine dite Krasnokamensk numéro 6 est en construction. Pour 1800 t annuel en 2023.
Avec des fonds Chinois.

Russia brings Chinese funding into uranium mining
13 March 2018

Russia has opened its uranium mining industry to foreign investment with an agreement signed yesterday between the Russia-China Investment Fund for Regional Development (RCIF), ARMZ Uranium Holding, and Priargunsky Industrial Mining and Chemical Union (PIMCU). ARMZ and PIMCU are subsidiaries of Russian state nuclear corporation Rosatom.

The three parties to the agreement will work on a uranium mining project, valued at RUB18.5 billion (USD325 million), in Priargunsky District, which is in the Zabaikalsky Region of Siberia.

Mine No. 6 has reported total reserves of 38,000 tonnes of uranium, which is 35% of PIMCU's reserves. The project foresees an annual capacity of 850,000 tonnes of uranium ore. Russia plans to bring the mine into operation in 2023.

......

Development of Mine No. 6 started in 2009 for stage 1 production from 2015 to reach full capacity in 2019, but this was put on hold in 2013. In March 2015, ARMZ said it hoped to find co-investors in the project. The following month, Rosatom's Investment Committee decided to finance the development to about $500 million over 2016 to 2022. In August 2016, ARMZ said funding of RUB27 billion was expected, to enable 2022 commissioning. PIMCU is focused on development of Mine No. 6, the production cost of which is USD90/kgU, to reach 1800 tU/yr.

http://www.world-nuclear-news.org/Artic ... ium-mining

Re: Nucléaire Russe

par energy_isere » 01 janv. 2019, 13:49

Les Russes retirent le réacteur Leningrad-1 du service.
Mise à l'arrêt de ce RBMK1000 tête de série après 45 ans de service.

Russia retires Leningrad unit 1

27 December 2018

Unit 1 of the Leningrad nuclear power plant has been withdrawn from service after 45 years of safe operation, Russian state nuclear corporation Rosatom has announced. It said the lead unit in the RBMK-1000 series was shut down at 11:30pm on 21 December.

The reactor was gradually shut down in accordance with the technological regulations before being disconnected from the national grid. The unit was commissioned on 21 December 1973 and had since generated 264.9 TWh of electricity. In all its years of operation it has not experienced a single serious incident, Rosatom said.

Vladimir Pereguda, director of the Leningrad plant, said the unit had "reliably and safely" served the national economy both in Soviet times and in modern Russia.

"The last stage of the life cycle of any nuclear facility begins with decommissioning," he said. "Now our task is to safely and securely maintain the shutdown unit, unload nuclear fuel from the reactor and prepare all its systems for decommissioning."

According to federal regulations, a shutdown nuclear power unit is considered to be in operation until its fuel has been removed, which is tentatively scheduled for completion in 2023, Rosatom said. Procedures performed for the closure of a unit are not unlike those for routine repair work and thus plant personnel are fully prepared for this task, it added.

Andrey Petrov, general Director of Rosenergoatom, Rosatom's operator subsidiary, said that this year a VVER-1200 - Leningrad II-1 - had been put into operation ahead of the retirement of unit 1.

"Therefore, for electricity consumers, the replacement of the retired capacity of the Soviet period will be gradual and imperceptible," he said. "Compared to RBMK units, the newly commissioned units have a number of advantages: they are equipped with the most modern security systems, they are 20% more powerful, the design life of the main equipment is twice as long at 60 years."

Even with the closure of unit 1, the Leningrad plant remains Russia's biggest nuclear power plant, with an installed capacity of 4200 MWe. It provides more than 50% of the energy consumption of Saint Petersburg and the Leningrad Region, Rosatom noted.

The Soviet-designed RBMK (reaktor bolshoy moshchnosty kanalny, high-power channel reactor) is a pressurised water-cooled reactor with individual fuel channels and using graphite as its moderator. It is also known as the light water graphite reactor. It is very different from most other power reactor designs as it derived from a design principally for plutonium production and was intended and used in Russia for both plutonium and power production. The combination of graphite moderator and water coolant is found in no other power reactors in the world.

The Leningrad nuclear power plant was the country's first plant with RBMK-1000 reactors. The decision on its construction was made in September 1966. In the 45 years since the unit was commissioned, another ten RBMK-1000 units were successfully brought into operation in Russia - at the Leningrad, Kursk and Smolensk nuclear power plants - and they account for almost 30% of nuclear generation in the country.

The design life of the RBMK-1000 was initially 30 years, but after a large-scale modernisation programme, the service life of each of the four units of the Leningrad plant was extended for another 15 years. The modernisation work concerned more than 90% of the systems and equipment of the units. They all fully comply with the same international safety standards for new units under construction, Rosatom said.

Nuclear power produces 19% of the total electricity generation in Russia.
http://www.world-nuclear-news.org/Artic ... rad-unit-1

Re: Nucléaire Russe

par energy_isere » 16 déc. 2018, 11:06

Les Russes commencent la production d'assemblages de MOX pour leur réacteur à neutrons rapide BN-800

Russia starts batch production of MOX fuel assemblies

13 December 2018

Russian nuclear fuel manufacturer TVEL has launched the batch production of mixed uranium-plutonium oxide (MOX) fuel assemblies for the BN-800 fast neutron reactor.
........
http://www.world-nuclear-news.org/Artic ... -assemblie

Re: Nucléaire Russe

par energy_isere » 27 janv. 2018, 19:57

Encore un héritage bien pourri du début du nucléaire Russe :
Pourquoi le lac russe Karatchaï est l’un des plus dangereux au monde

par David 27 janvier 2018,

Vaste de seulement 45 hectares et relativement peu profond, le lac Karatchaï, en Russie, dans la région de Tcheliabinsk (à 1 500 km à l’est de Moscou), est l’endroit le plus pollué au monde selon un rapport de l’institut américain Worldwatch sur les déchets nucléaires. La faute aux déchets radioactifs. En effet, en 1949, une usine de stockage et de retraitement a été mise en service tout près du lac. L’ensemble des déchets radioactifs ont alors été enfouis dans ce dernier.
..............
http://sciencepost.fr/2018/01/lac-karat ... eux-monde/

Re: Nucléaire Russe

par energy_isere » 20 janv. 2018, 14:29

Nuage radioactif au ruthénium : enquête internationale attendue en Russie fin janvier

Par Journaliste Figaro Marc Cherki le 19/01/2018

L'«Ebdo» et «Envoyé Spécial» ont rapporté des échantillons de terre, prélevés à côté de l'installation nucléaire Maïak, au pied de l'Oural. Ils contiennent du ruthénium, le radioélément retrouvé en France début octobre.

Depuis l'alerte au nuage radioactif au-dessus de l'Europe lancé au début de l'automne 2017 par l'IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire), puis confirmé par d'autres agences européennes de sûreté, le mystère semble s'épaissir sur l'origine et la présence de ce radioélément dans l'environnement. Coup sur coup, le nouvel hebdomadaire baptisé l'«Ebdo» et le magazine «Envoyé spécial», sur France 2, ont diffusé des enquêtes sur ce mystérieux nuage radioactif, dont les retombées ont été détectées jusqu'en France.
.....................
la suite : http://www.lefigaro.fr/sciences/2018/01 ... anvier.php

Re: Nucléaire Russe

par energy_isere » 09 déc. 2017, 13:39

Mise en route du réacteur de Rostov4. 1011 MWe
Russia starts up Rostov 4 reactor

07 December 2017

Russia's newest reactor, Rostov 4, has started up for the first time. It is the third reactor to start at the site in just seven years, state nuclear corporation Rosatom noted.

The new reactor unit achieved criticality yesterday, moving to the next stage of commissioning, a 25-day programme of checks during which operator Rosenergoatom will confirm the characteristics of the reactor core.

Image
The Rostov plant is "the basis of energy security in southern Russia", said Rosatom (Image: Rosatom)

The reactor is a 1011 MWe VVER-1000 unit designed by Gidropress and built by ASE. The Rostov site, in Russia's southern Rostov region, has been known in the past as Volgodonsk, the town around 13 km away. The plant provides 46% of electricity in the wider region, Rosatom said, and is "the basis of energy security for southern Russia".

Rostov 4 represents the last in Russia's series build of VVER-1000 units, which make up 13 of Russia's fleet of 23 operable power reactors. Together the fleet provides about 18% of electricity for the country.
.........................
http://www.world-nuclear-news.org/NN-Ru ... 12171.html

Re: Nucléaire Russe

par energy_isere » 25 nov. 2017, 13:44

Pollution au ruthénium 106 : l'accident nucléaire de Maïak resurgit soixante ans après

Par Blandine Le Cain Mis à jour le 23/11/2017 Le Figaro

Le complexe nucléaire de Maïak a été touché en 1957 par le pire accident nucléaire après ceux de Tchernobyl et Fukushima. C'est à proximité de ce site, servant aujourd'hui au retraitement de combustible nucléaire usé, que la Russie a relevé des niveaux de ruthénium 106 « extrêmement élevés » en septembre.

Lorsque l'on parle d'accident nucléaire, les noms évoqués sont Tchernobyl, Fukushima, parfois Three Miles Island. Rares sont ceux qui évoqueront la catastrophe de Kychtym ayant touché le complexe nucléaire de Maïak. Il s'agit pourtant de l'une des pires catastrophes du genre. Cet accident, survenu en 1957 mais révélé au grand public seulement vingt ans plus tard, refait surface aujourd'hui: le lieu d'origine d'une pollution au ruthénium 106 en Europe semble se trouver tout près du site sinistré, dans le sud de la Russie.

Par de nombreux aspects, l'histoire prend des airs de roman d'espionnage. Le complexe nucléaire de Maïak, premier de l'URSS, voit secrètement le jour en 1948, au milieu de la forêt sibérienne, au tout début de la Guerre froide. Ce site sensible n'apparaît sur aucune carte. Les villes qui l'entourent non plus, comme Ozersk, connue alors sous l'appellation Tcheliabinsk-65 et qui abrite 80.000 personnes. Tout est fait pour conserver le secret du lieu, dont la ville référencée la plus proche est Kychtym. Une ancienne habitante racontait il y a peu au journal Le Parisien la mise en garde de ses parents à l'époque: «Si tu le dis à qui que ce soit, nous serons arrêtés.»

Ces familles sont celles d'employés sur le site de Maïak, dédié à la fabrication de plutonium. La substance est essentielle au développement de l'arme nucléaire et l'URSS met tout en œuvre pour que cette production soit la plus rapide et massive possible. Quitte à laisser de côté les questions environnementales et sanitaires, par négligence et méconnaissance des conséquences du nucléaire. Au départ, les déchets liquides radioactifs issus de la fabrication du combustible nucléaire sont ainsi directement déversés dans la rivière Techa, sur laquelle le site est construit. Les conséquences sanitaires et environnementales, évidemment catastrophiques, poussent les autorités à chercher une autre solution.

Près de 300.000 habitants exposés à un nuage radioactif

Ces déchets sont ensuite stockés un temps dans des silos entreposés dans le petit lac Karachaï, à proximité, devenu l'un des lieux les plus pollués de la planète. Pour limiter cette pollution de l'eau, en 1953, des réservoirs sont construits pour conserver les déchets hors du lac, racontait en septembre le magazine Sciences et Vie . Enterrés dans du béton, ces bassins de stockage sont équipés d'un circuit de refroidissement pour limiter la montée en température des liquides, qui rejettent de la chaleur. Mais l'entretien de l'installation est laborieux et les réparations nécessaires ne sont pas réalisées.

Image
Le tracé blanc indique le complexe nucléaire de Mayak, à l'intérieur duquel se trouve le petit lac Karachaï, également appelé V-9 et indiqué sur cette carte anglophone réalisée à partir d'une photo satellite de la Nasa. NASA World Wind screenshot / Jan Rieke / Wikimedia Commons

Ce défaut d'entretien entraîne un grave accident. Les détails précis ne sont pas pleinement connus, souligne Sciences et Vie, mais le scénario global est clair: une défaillance du système de refroidissement non repérée déclenche une augmentation de la température à plus de 300°C, engendrant une évaporation des liquides. Les cuves, mises sous pression, finissent par exploser le 29 septembre 1957.
«C'était un dimanche. Il était aux environs de cinq heures. J'allais chez mon frère. J'ai entendu une explosion et j'ai vu un nuage», racontait en 1990 à L'Humanité l'ancien chef du laboratoire de dosimétrie du site de Maïak. La déflagration projette 70 à 80 tonnes de déchets. La plupart retombent sur place mais une partie reste en suspension et forme un nuage radioactif qui se déplace vers le nord-est. Environ 270.000 habitants y sont exposés, sur une zone de plusieurs milliers de kilomètres carrés. Une surface de 1000 km² est particulièrement contaminée. Cette zone survolée par le nuage est aujourd'hui souvent appelée «Trace radioactive Est-Oural».

Image
Carte montrant le tracé de la contamination engendrée par la catastrophe. Wikimedia Commons

Les premières évacuations n'interviendront que six à dix jours après l'accident. Un temps largement suffisant pour exposer ces habitants à une dose de radiation importante. Sciences et Vie évoque une zone de 20 km² autour du lieu de l'explosion où tous les pins meurent. D'autres évacuations suivront plusieurs mois après et concerneront, au total, une vingtaine de villages, soit environ 10.000 personnes. Des chiffres évoquent 200 décès directement liés aux radiations dans les mois qui ont suivi. Mais impossible, comme souvent, de donner des estimations précises. Les effets sur l'environnement et les habitants se prolongent dans le temps et se mêlent aux effets de la pollution dramatique liée aux rejets dans la rivière.

Secret absolu

La catastrophe se déroule néanmoins dans le plus grand secret. Dans les années 1960, la CIA a bien entendu parler du site et de l'accident. Le pilote d'un avion-espion, Gary Powers, y laissera son avion et sera fait prisonnier en survolant le lieu. Mais l'affaire est tue, notamment pour ne pas accentuer la défiance grandissante, en Amérique du Nord et en Europe, vis-à-vis du nucléaire, quelques mois après un accident en Grande-Bretagne.

.............
............
la suite : http://www.lefigaro.fr/sciences/2017/11 ... -apres.php

Re: Nucléaire Russe

par energy_isere » 03 juin 2017, 20:07

La Russie comemnce le développement du site d' Uranium de Vershinnoye en Sibérie
Russia starts developing Uranium Vershinnoye deposit

29 March 2017

ARMZ, the uranium mining subsidiary of Russia's Rosatom, has started developing the Vershinnoye uranium deposit in the Republic of Buryatia, in southern Siberia. ARMZ said in a statement on Rosatom's website the deposit has 4577 tonnes of uranium (tU) reserves and that the first production by in situ leaching (ISL) would be next year by its subsidiary JSC Khiagda.

The Vershinnoye deposit is one of eight in the Khiagda Ore Field. The others are Dybrynskoye, Istochnoye, Khiagdinskoye, Kolichikanskoye, Koretkondinskoye, Namaruskoye and Tetrakhskoye. These are located in the middle of Vitimsky Uranium Region.

The start of work was commemorated with the laying of a memorial stone by the director-general of ARMZ, Vladimir Verkhovtsev, and the acting head of the Republic of Buryatia, Alexey Tsydenov.
.................
http://www.world-nuclear-news.org/UF-Ru ... 31701.html

Re: Nucléaire Russe

par energy_isere » 07 mai 2017, 21:07

Un autre réacteur VVER-1200 est en fin de construction prés de St Petersbourg.
Russia starts hermetic tests at Leningrad plant

04 May 2017

Testing of the hermetic enclosure system of the reactor containment building has started at unit 1 of the Leningrad Phase II nuclear power plant under construction in western Russia, the Rosatom subsidiary managing the project announced today. The work is one of the main stages of pre-commissioning a new reactor unit.

Image
The interior of the containment building of Leningrad II unit 1 (Image: Rosatom)

The system consists of a double - internal and external - protective shell to prevent the release of radioactivity into the environment, and will serve as physical protection of the reactor from external influences, the company said.
"Our task is to test the internal protective shell of the reactor building for strength and tightness and to confirm its suitability for operation," Oleg Ivanov, chief engineer at the plant, said in the company statement.

Rosenergoatom, Rosatom's nuclear power plant operator subsidiary, said on 12 April it had started cold and hot function testing at unit 1. The procedure at the VVER-1200 unit will take 72 days to complete, it said, and will include more than 100 pre-operational tests of reactor equipment and systems.

The existing Leningrad plant site has four operating RMBK-1000 units, while Leningrad II will have four VVER-1200 units.
No start date has yet been announced for the new units.
http://www.world-nuclear-news.org/NN-Ru ... 51701.html

https://en.wikipedia.org/wiki/Leningrad ... ower_Plant

Haut