[Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

par mobar » 12 oct. 2019, 20:28

Silenius a écrit :
12 oct. 2019, 20:12
Et la duree de vie des installations est au moins 2 fois plus faible...
Si on prends Fukushima et Tchernobyl c'est beaucoup plus que ça, on va encore pouvoir les exploiter pendant plusieurs siècles
D'un autre coté, elles sont passé du stade de producteur à celui de consommateur d'électricité :lol:

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

par mobar » 12 oct. 2019, 20:22

energy_isere a écrit :
12 oct. 2019, 12:58
Trop cher et trop lent, le nucléaire est exclu des solutions de la lutte contre le réchauffement climatique (IAEA)
Si le nuke ne peut plus rien pour le climat, je gage que bientôt on n'entendra plus ni Janco, ni Jouzel :lol:

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

par Silenius » 12 oct. 2019, 20:12

Le secteur reste ainsi bien loin de son pic historique, qui remonte à 1976, lorsque 44 nouveaux chantiers avaient été lancés.

Le rapport souligne aussi la dynamique bien plus importante des énergies renouvelables (+ 165 GW de capacités l'an dernier), dont les coûts ont fortement baissé, et se penche sur les avantages des différentes énergies d'un point de vue climatique. "La stabilisation du climat est urgente alors que l'énergie nucléaire est lente.Elle ne répond à aucun besoin opérationnel ou technique que ses concurrents n'émettant peu de carbone ne peuvent pas atteindre mieux, pour moins cher et plus vite", [/b] concluent les auteurs.
Cette mauvaise foi ! Le PV produit au moins 3 fois moins en hiver et 0 la nuit, donc la puissance installee efficace de RE (l'eolien est une faible proportion) en 2018 n'est pas plus importante que le nucleaire en 1976. La gestion de l'intermittance est assuree "gratuitement" par la generation pilotable et les investissements reseau necessaires sont ignores. Et la duree de vie des installations est au moins 2 fois plus faible...

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

par energy_isere » 12 oct. 2019, 12:58

Trop cher et trop lent, le nucléaire est exclu des solutions de la lutte contre le réchauffement climatique (IAEA)

Agence Ecofin 8 oct 2019

L’énergie nucléaire risque ne pas prendre une part active à la lutte contre le réchauffement climatique dans l’état actuel des choses. C’est le message principal qui ressort de la première conférence organisée par l’Agence internationale de l’énergie atomique (IAEA) pour voir dans quelle proportion, ce type d’énergie sera mis à contribution dans la lutte contre ce phénomène.

« Vous devez régler le problème lié au coût de capital élevé, à la longue durée de construction, aux risques d’accident et de prolifération, à la conservation à long terme des déchets nucléaires et à l’opposition sociale », a affirmé à cette occasion, Patricia Espinosa, l’envoyé des Nations unies pour le climat lors de la conférence.

Bien que regroupant le tiers des centrales propres installées dans le monde, le nucléaire est en chute ces dernières années à cause de ces barrières citées par la représentante. Dans le même temps, les autres énergies propres, le solaire et l’éolien, principalement, voient leur coût se réduire de manière drastique est sont plus rapides à mettre en place ; quelques mois contre au moins une décennie pour le nucléaire. En outre, les incertitudes liées au démantèlement des centrales en fin de cycle et les différents risques sanitaires et environnementaux rendent le nucléaire de moins en moins populaire.

« Le nucléaire regorge d’autant de potentiel que d’incertitude. Le défi pour lui aujourd’hui est d’être rentable face aux autres sources d’énergie propre et de pouvoir être déployé plus rapidement que dans le passé », a affirmé Hoesung Lee, le directeur du Panel intergouvernemental sur le changement climatique.

Il est appuyé dans ses propos par Liu Zhenmin, le membre de la délégation des affaires économiques des Nations unies qui affirme : « La compétitivité des coûts demeure un défi que doit relever le nucléaire face à la chute croissante des coûts du renouvelable. Très peu d’investisseurs privés empruntent encore ce chemin à cause des coûts élevés. Il faudra également que le nouveau nucléaire obtienne l’acceptation des gouvernements et du public.»
https://www.agenceecofin.com/nucleaire/ ... tique-iaea

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

par mobar » 25 sept. 2019, 08:09

Un rapport sur le nuke mondial de 2017
http://www2.assemblee-nationale.fr/docu ... ex)/depots
Image

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

par energy_isere » 25 sept. 2019, 07:35

Nucléaire : des capacités de production au plus haut mais peu de nouveaux projets

AFP parue le 24 sept. 2019

Les capacités de production d'électricité nucléaire dans le monde ont atteint un pic historique, mais le faible nombre de démarrages de chantiers pour de nouveaux réacteurs nucléaires témoigne de la faible dynamique du secteur, selon un rapport publié mardi.

La capacité opérationnelle atteint 370 gigawatts (GW), "ce qui représente un nouveau maximum et dépasse le pic précédent de 368 GW en 2006", souligne l'édition 2018 du World Nuclear Industry Status Report, un rapport annuel consacré au sujet. Au total, neuf réacteurs ont démarré en 2018, dont sept en Chine et deux en Russie. Ensuite, quatre de plus ont été mis en service au premier semestre de 2019, dont deux en Chine.

Le monde compte ainsi désormais 417 réacteurs (au 1er juillet) dans 31 pays, soit 4 de plus sur un an. C'est un peu moins que les 418 réacteurs enregistrés en 1989 mais leur puissance moyenne a augmenté. Le rapport, habituellement critique vis-à-vis du nucléaire, pointe toutefois la faible dynamique du secteur : au 1er juillet, 46 réacteurs étaient ainsi en construction (dont 10 en Chine), un chiffre au plus bas en une décennie.

L'an dernier, seuls cinq nouveaux projets ont été lancés (au Bangladesh, en Corée du sud, au Royaume-Uni, en Russie et en Turquie). Au premier semestre de 2019, un seul nouveau projet a été comptabilisé, en Russie. "Il n'y a eu aucun démarrage de construction de réacteur nucléaire commercial en Chine depuis décembre 2016", alors que ce pays est la locomotive du secteur, souligne le rapport.

Le secteur reste ainsi bien loin de son pic historique, qui remonte à 1976, lorsque 44 nouveaux chantiers avaient été lancés.

Le rapport souligne aussi la dynamique bien plus importante des énergies renouvelables (+ 165 GW de capacités l'an dernier), dont les coûts ont fortement baissé, et se penche sur les avantages des différentes énergies d'un point de vue climatique. "La stabilisation du climat est urgente alors que l'énergie nucléaire est lente. Elle ne répond à aucun besoin opérationnel ou technique que ses concurrents n'émettant peu de carbone ne peuvent pas atteindre mieux, pour moins cher et plus vite", concluent les auteurs.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ort-190924

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

par energy_isere » 02 août 2019, 08:58

Redémarrage de la construction de la centrale nucléaire brésilienne d'Angra 3 en 2020,

Lire http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopi ... 1#p2285851

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

par mobar » 15 juil. 2019, 10:26

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

par Silenius » 14 juil. 2019, 17:31

Enfin de bonnes nouvelles !

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

par energy_isere » 14 juil. 2019, 14:04

L'Ouzbékistan entame le chantier de 2 réacteurs avec Rosatom, et dit maintenant qu'ils en auront besoin de 4.

LIre ce post http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopi ... 5#p2285205

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

par energy_isere » 14 juil. 2019, 13:58

La Tchéquie veut construire un nouveau réacteur d'au moins 1200 MW.
Czech state to back new nuclear units

09 July 2019

The Czech government has given preliminary approval for Elektrárna Dukovany II - a subsidiary of utility ČEZ - to build at least one new nuclear power unit. The decision was announced in a government resolution published yesterday by the Ministry of Industry and Trade.
http://www.world-nuclear-news.org/Artic ... lear-units

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

par mobar » 30 avr. 2019, 18:35

Le peak nuke est passé depuis des lustres et personne ne s'en inquiète
Image
Image
C'est un signe qui ne trumpe pas :wtf:

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

par energy_isere » 30 avr. 2019, 09:08

Israel s'intéresse à une centrale nucléaire.

Israel's Nuclear Power Plant Is Back on the Table
The construction of a nuclear power plant in Israel has been discussed on and off for over 25 years
Lior Gutman

: 29 April 2019
........
https://m.calcalistech.com/Article.aspx?guid=3761168

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

par energy_isere » 13 sept. 2018, 13:32

Moins compétitif, le nucléaire baisserait de 10% dans le monde d'ici à 2030

Aurélie Barbaux Usine Nouvelle le 13/09/2018

Les capacités de production électronucléaire pourraient baisser de 10% d’ici à 2030, prévient une étude de l’AIEA. Elle corrobore l’analyse du World Nuclear Industry Status Report 2018, qui comptabilise les ouvertures, fermetures et constructions de centrales nucléaires.

Même si l’auteur du World Nuclear Industry Status Report (WNISR), Mikle Schneider, est ouvertement pour la sortie du nucléaire, ses comptages des ouvertures, fermetures et mises en construction de centrales nucléaires peuvent difficilement être discutés. Ses comparaisons entre les investissements consentis pour la construction de nouvelles capacités de production d’électricité dans le monde entre nucléaire et renouvelable, non plus.

Dans l’édition 2018 du WNISR, il constate que les centrales nucléaires ont apporté en tout 7 gigawatts (GW) de nouvelles capacités aux réseaux électriques dans le monde en 2017 et au premier semestre 2018. Soit moins de 3% de toutes les nouvelles sources d'électricité, estimé à environ 257 GW (net) en 2017, dont 157 GW pour les seules énergies renouvelables.

Sur les dix-huit derniers mois, six réacteurs ont été mis en service en Chine, deux en Russie et un au Pakistan. La production d’électricité nucléaire a cru de 1%, grâce à la Chine, contre 35% pour le solaire et 17% pour l’éolien. Pour la troisième année consécutive, la production nucléaire mondiale hors Chine était en baisse en 2017. Le nombre de réacteurs en construction est lui aussi en baisse, pour la cinquième année consécutive, passant de 68 réacteurs à la fin 2013 à 50 à la fin du premier semestre 2018, dont 16 en Chine. Et au moins deux tiers des constructions de réacteurs subissent des retards, dont la moitié des réacteurs chinois. Un quart seulement des 16 réacteurs dont le démarrage était prévu en 2017 en début d’année ont été effectivement couplés au réseau.

TRois pressions conjuguées

L’Agence internationale de l’énergie atomique, basée à Vienne, fait elle aussi le constat de la contraction du nucléaire dans le monde et en analyse les causes. Dans une nouvelle étude, publiée le 10 septembre, elle anticipe que la capacité nucléaire mondiale pourrait baisser de 10 % d’ici 2030, sous la pression conjuguée du faible prix du gaz, de la poussée des énergies renouvelables et des politiques de sorties du nucléaire post Fukushima. "Cette industrie fait face à une baisse de compétitivité", observe l’AIEA. L’industrie du nucléaire doit en effet faire face à l’augmentation des délais et des coûts de construction en raison des exigences de sûreté accrues et des difficultés rencontrées dans le déploiement des technologies avancées de type EPR, explique l’étude.

Mais le pire n’est pas sûr. Malgré les fermetures annoncées, l’AIEA prévoit toujours une augmentation de capacité mondiale installée, qui pourrait aller jusqu’à 30% pour atteindre 511 GW, dans son scénario haut. C’est néanmoins 45 GW de moins que ses précisons de 2017. Dans le monde, 455 réacteurs, représentant une capacité de 399,8 GW, sont en activité. Ils ont fourni environ 10 % de l’électricité mondiale en 2017.
https://www.usinenouvelle.com/article/m ... 30.N740394

Re: [Nucléaire] La relance du nucléaire civil dans le monde

par energy_isere » 23 juin 2018, 12:36

Une industrie nucléaire en quête de croissance se réunit près de Paris

Paris 23 juin 2018

L'industrie nucléaire se retrouve la semaine prochaine près de Paris avec l'espoir de jouer de ses atouts dans la lutte contre le réchauffement climatique malgré le lourd héritage de Fukushima et l'essor des renouvelables.

Le secteur se retrouvera pour la troisième édition du World Nuclear Exhibition (WNE) à Villepinte, dans la banlieue nord de Paris, du 26 au 28 juin.

Parmi les thèmes à l'honneur cette année: les réacteurs de nouvelle génération, la numérisation, les enjeux de démantèlement/déconstruction ou encore les petits réacteurs ("small modular reactors"), qui pourraient représenter un marché prometteur.

Les organisateurs proposent aux milliers de visiteurs attendus de venir saisir "les nombreuses opportunités dans ce marché en pleine croissance".

Pourtant, la "renaissance nucléaire" promise au milieu dans les années 2000 n'a pas eu lieu.

Seuls quatre réacteurs avaient démarré l'an dernier - trois en Chine et un au Pakistan - selon le décompte d'un rapport annuel sur le sujet, le World Nuclear Industry Status Report. De même, quatre réacteurs supplémentaires ont été mis en chantier (Bangladesh, Chine, Corée du sud et Inde) en 2017.

Le secteur a pâti de la catastrophe de Fukushima au Japon il y a sept ans - l'accident a notamment précipité la décision de l'Allemagne d'abandonner entièrement l'atome d'ici 2022 - mais aussi de l'essor des renouvelables.

- "marché de niche" -

"Je pense que le nucléaire devient de plus en plus un marché de niche", analyse pour l'AFP Paul Dorfman, chercheur au University College London (UCL).

Les énergies renouvelables connaissent ainsi une croissance bien supérieure à celle du nucléaire à travers le monde. "La principale raison semble être la chute des coûts des renouvelables et l'augmentation des coûts des nouveaux projets nucléaires", juge Paul Dorfman.

"Cette tendance conduit à une baisse de la part du nucléaire dans la production d'électricité avec une tendance qui est de plus en plus à maximiser la production des réacteurs existants au travers d'extensions de vies, d'amélioration et de modernisations coûteuses", indique-t-il.

Même la France, l'un des berceaux de l'industrie, veut réduire sa dépendance au nucléaire, qui sert aujourd'hui à produire plus de 70% de son électricité. "La filière nucléaire nous emmène dans une dérive", déclarait cette semaine le ministre de la transition écologique Nicolas Hulot, évoquant ses coûts.

Mais malgré cette passe difficile, le secteur estime avoir encore son mot à dire sur la scène mondiale et met en avant son principal atout: ses émissions quasi-nulles de gaz à effet de serre, un argument de poids à l'heure de la lutte contre le changement climatique.

- "urgence climatique" -

De quoi séduire des pays, comme la Chine ou l'Inde, qui voudraient réduire leur utilisation du charbon, très polluant. Ces deux pays devraient représenter plus de 90% de la croissance des capacités de production nucléaires dans le monde d'ici 2040, selon un scénario de l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

C'est d'ailleurs en Chine, à Taishan, qu'a démarré récemment le premier réacteur de troisième génération EPR au monde. Et EDF espère pourvoir construire une centrale géante avec six réacteurs en Inde, à Jaitapur.

"Le nucléaire est une énergie d'avenir", répétait cette semaine Philippe Knoche, le directeur général d'Orano (ex Areva), à un colloque à Paris.

Il éreintait d'ailleurs au passage le tournant énergétique allemand: "les citoyens allemands émettent deux fois plus de carbone que le citoyens français par habitant et le kilowattheure leur coûte 70% de plus".

Toujours au nom de la lutte contre "l'urgence climatique", la recherche se porte bien, selon François Gauché, directeur de l'énergie nucléaire du CEA (Commissariat à l'énergie atomique). "Ça bouge beaucoup en Asie, en Russie mais aussi au Moyen-Orient. Certains acteurs de la Silicon Valley s'intéressent au nucléaire", souligne-t-il.
https://www.romandie.com/news/Une-indus ... 930167.rom

Haut