Méthanisation / Biogaz

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Méthanisation / Biogaz

Re: Méthanisation / Biogaz

par kercoz » Aujourd’hui, 18:06

Methanisation : les vers de terre n'aiment pas du tout !

Problèmes ds le lot :
https://www.franceinter.fr/emissions/la ... embre-2019

Re: Méthanisation / Biogaz

par energy_isere » 12 nov. 2019, 21:09

Waga Energy part capter le biogaz de décharge aux États-Unis

AURÉLIE BARBAUX Usine Nouvelle 12/11/2019

Grâce à une levée de fonds de 10 millions d’euros, la pépite française du biogaz de décharge Waga Energy part conquérir le Canada et les États-Unis.

Aller vite à l’international ! Mathieu Lefevre, le PDG de la start-up Waga Energy, applique à la lettre le conseil que l’on donne aux start-up qui veulent grandir vite. Moins de cinq ans après sa création, en 2015, la PME de Grenoble vient de boucler un second tour de table de 10 millions d’euros pour financer son développement. La moitié a été apportée par les investisseurs du premier tour de table (1,8 million d’euros à l'époque), Air Liquide Venture Capital, le fonds Starquest capital et le groupe industriel français Ovive. Deux nouveaux entrants au capital, les fonds lillois Noria et marseillais Tertium, ont apporté le reste.
(....abonnés)
https://www.usinenouvelle.com/article/w ... is.N902184

edit, plus d'info la dessous .
Biogaz : une start-up grenobloise lève 10 millions d'euros pour se développer en Amérique du Nord

AFP parue le 12 nov. 2019

La jeune pousse grenobloise Waga Energy, qui a développé une technologie permettant d'injecter dans le réseau de gaz le méthane issu des décharges, a annoncé mardi une levée de fonds de 10 millions d'euros pour soutenir son expansion en Amérique du Nord. "C'est une nouvelle étape dans notre développement, qui va dans le bon sens, celui de la lute contre le changement climatique et la transition écologique", a affirmé Mathieu Lefebvre, cofondateur et PDG de Waga (pour "wasted gas" - gaz perdu en anglais).

Créée en janvier 2015 par trois ingénieurs venus du groupe Air Liquide et soutenus par l'Ademe, l'entreprise double chaque année ses effectifs et compte aujourd'hui 40 salariés.

Les 10 millions ont été levés auprès des soutiens de départ pour 4 millions d'euros (le fonds d'investissement d'Air Liquide Aliad, le spécialiste du traitement des résidus liquides Ovive et le fonds Starquest Capital). Le solde a été souscrit pour 2,5 millions d'euros chacun par les fonds d'investissement Noria (un "family office" lillois) et Tertium (regroupant des chefs d'entreprises marseillais). Les fondateurs ont apporté 1 million d'euros.

Ces fonds vont permettre d'épauler le développement de la société en Amérique du Nord, débuté en mars avec l'ouverture d'une filiale aux États-Unis, à Philadelphie, et d'une autre en octobre au Canada, à Shawinigan dans le berceau de l'hydroélectricité québécoise. "La France, c'est 200 sites d'enfouissement, les USA 2 700. On change d'échelle", a souligné M. Lefebvre.

Waga ambitionne de valoriser le méthane issu de la décomposition de déchets organiques - ce qui en fait une ressource "gratuite" - pour qu'il puisse remplacer à terme le gaz naturel mais fossile importé de Norvège, de Russie, des Pays-Bas ou d'Algérie, qui chauffe les habitations, fait rouler les bus ou tourner les industries.

"La Banque mondiale estime que 5% des gaz à effet de serre viennent des sites d'enfouissement, au nombre d'environ 20 000 dans le monde. Et la production de déchets va augmenter avec la croissance de la population mondiale et l'urbanisation pour atteindre 3 milliards de tonnes d'ici 2050", a expliqué M. Lefebvre.

Après 10 ans de développement, le trio a mis au point une technologie efficace de purification du biométhane doté d'un rendement économique permettant de passer à l'échelle industrielle : la "Wagabox" fonctionne en couplant une filtration par membranes et une distillation cryogénique pour obtenir un méthane pur à 98% et injectable dans les réseaux. "C'est une rupture technologique", s'enorgueillit le jeune PDG, "car dans le monde, 50% des sites sont à ciel ouvert, moins de 40% brûlent le biogaz en torchère, moins de 10% en produisent de l'électricité (avec un rendement énergétique de 30%) et moins de 1% en font du biométhane (avec un rendement de 90%)".

L'entreprise, qui fait construire ses installations dans le bassin grenoblois, les exploite et commercialise le biométhane auprès des énergéticiens. Une Wagabox coûte entre 3 et 10 millions d'euros, en fonction de sa taille.

La première unité a été ouverte en février 2017 dans l'Yonne, et depuis six fonctionnent en France. Cinq vont ouvrir - dont la prochaine fin novembre à Lorient - dans des sites d'enfouissement gérés par des gros opérateurs (Veolia, Suez, Paprec), des collectivités ou des opérateurs indépendants. "Mais 98% de notre marché est à l'international ; on le savait en fondant Waga".
https://www.connaissancedesenergies.org ... que-191112

Re: Méthanisation / Biogaz

par mobar » 05 nov. 2019, 10:25

alain2908 a écrit :
03 nov. 2019, 06:21
@mobar
Pas compris le raisonnement
Un peu provoc, je confesse!

Décryptage
Si tous ceux qui en ont les moyens consomment du biogaz plutôt que du gaz naturel, le prix du gaz nat pourrait s'effondrer et permettre au bas revenus de mieux se chauffer.
Avantage collatéral, ça fera monter le prix du biogaz et créera des emplois pour augmenter la production et équiper des installations non rentables qui n'auraient jamais vu le jour, un moyen pour les hauts revenus de subventionner le chauffage des plus pauvres en soignant leur mauvaise conscience à bon compte.

Au final, ça ne fera pas baisser les émissions de CO² mais probalement les augmentera ... ce qui n'est pas très grave car comme chacun sait elles ne sont pour rien dans le réchauffement de la planète ;)

Absurde vous avez dit?
Non, c'est juste de la com et du marketing bien ficelé!

Crooaassance un jour, croaassance toujours!

Re: Méthanisation / Biogaz

par alain2908 » 03 nov. 2019, 06:21

Maison des années 10 de de 240 m2
2500kwh, Ca fait réver.

@mobar
Pas compris le raisonnement

Re: Méthanisation / Biogaz

par energy_isere » 02 nov. 2019, 22:52

alain2908 a écrit :
02 nov. 2019, 22:37
J’ai pris ce week end mon abonnement bio gaz chez Ilek.
Surcout par rapport à ENI : 300 euros par an
Pour 27 000 kwh.
Pas forcement accessible à tous mais quand on peut...
:shock: 27 000 kwh.

C'est pour une grande maison assez ancienne ?

Je suis vers 2500 kWh annuel en électrique.

Re: Méthanisation / Biogaz

par mobar » 02 nov. 2019, 22:46

Surtout que ça dégage des capacités pour ceux qui se chauffaient à l'élec et avait du mal à payer leur factures ;)

Re: Méthanisation / Biogaz

par alain2908 » 02 nov. 2019, 22:37

J’ai pris ce week end mon abonnement bio gaz chez Ilek.
Surcout par rapport à ENI : 300 euros par an
Pour 27 000 kwh.
Pas forcement accessible à tous mais quand on peut...

Re: Méthanisation / Biogaz

par energy_isere » 02 nov. 2019, 13:13

Le premier méthaniseur de Haute-Loire expliqué en trois étapes

SAINT-LAURENT-CHABREUGES le 28/10/2019

Mise en route depuis le 1er août, l’unité de méthanisation de la société Agri Briva Métha a été officiellement inaugurée, vendredi, à Saint-Laurent-Chabreuges, dans le Brivadois. Zoom sur un exemple qui pourrait faire des émules.

Un « projet ambitieux », d’« intérêt collectif », mené « jusqu’au bout malgré les difficultés ». L’ensemble de la classe politique (*) ainsi que le préfet de Haute-Loire s’est félicité vendredi de l’aboutissement du projet d’unité de méthanisation de Saint-Laurent-Chabreuges. Pour les porteurs de projet - les Gaec des Arbalètes, de la Plaine, du Froment vif et du Trio, réunis au sein d’une seule et même structure Agri Briva Métha - c’est la concrétisation de neuf années de travail ; l’initiation du projet datant de 2010. Voici les trois étapes de l’unité de méthanisation.

Image

d’automne.
« La réglementation n’autorise pas plus de 15 % de maïs en substrat pour la méthanisation, explique Ismael Samson, assistant maîtrise d’ouvrage et co-actionnaire du projet. Nous, nous sommes à 10 %. Ça permet de sécuriser le gisement, le maïs ayant un très bon rendement car il produit beaucoup de matière végétale. »

2- Le processus de « digestion »
Environ 25 tonnes de matière sont envoyées chaque jour dans le méthaniseur. Celui-ci est en partie constitué des deux grandes cuves (25 m de diamètre, 4 m de haut et d’une capacité de 4.000 m3 chacune) qui « reproduisent la panse d’un ruminant ». Elles sont chauffées à 40 degrés, en partie grâce au gaz produit sur site. Et la matière qu’elles contiennent, appelée « soupe », est « brassée par des agitateurs pendant environ un tiers du temps ». « Il faut éviter qu’une croûte ne se forme au sommet qui empêcherait la sortie du gaz », justifie Ismael Samson. Au bout de 70 jours, le contenu bascule d’une cuve à une autre. Le processus, appelé « digestion », produit du gaz d’une part, et du digestat d’autre part. Le gaz est d’abord stocké au sommet des cuves puis va subir plusieurs opérations : il est refroidi, nettoyé (on enlève le soufre notamment) puis épuré pour ne garder que du méthane pur à au moins 97 %.

3- La valorisation
Dans le cas d’Agri Briva Métha, le méthane est ensuite acheté et commercialisé de manière exclusive par Butagaz, sur la base d’un contrat de 15 ans, ce qui permet d’assurer un complément de revenu pour les agriculteurs associés. La production de l’unité de méthanisation assure 10 % de la consommation de gaz de la ville de Brioude.
De son côté, le digestat (solide ou liquide) peut être utilisé par les agriculteurs comme engrais naturel sur leurs 800 hectares de parcelles.
https://www.leveil.fr/saint-laurent-cha ... _13673282/

Re: Méthanisation / Biogaz

par energy_isere » 24 oct. 2019, 09:02

Bret’s, le fabricant de chips mise sur la production de biométhane

Image

Récemment, le fabricant d’installations de biogaz WELTEC BIOPOWER a achevé la construction d’une usine de biométhane pour le producteur français de chips Bret’s à Saint-Gérand, en Bretagne.

L’usine a été conçue et construite par le fabricant allemand en collaboration avec son partenaire WELTEC France. Avec les rebuts de production et les boues de la station de traitement des eaux de l’usine, ce sont 200 mètres cubes de biométhane purifié qui seront produits toutes les heures, soit l’équivalent d’une ville de 5000 habitants.
La production de biométhane s’intègre parfaitement dans la démarche RSE (Responsabilité Sociétale et Environnementale) de la société ALTHO (Chips Bret’s), producteur de plus d’un tiers du marché de la chips française. « Grâce à SOBER, filiale de production de gaz vert de Bret’s, nous participons activement au développement d’une économie circulaire territoriale où les déchets deviennent des ressources énergétiques renouvelables, et nous contribuons ainsi à la réduction des gaz à effet de serre et de la dépendance énergétique du territoire » a déclaré Christophe Chrétien, directeur de l’unité de méthanisation SOBER.

Avec les boues de la station de traitement des eaux usées, ce sont environ 22.000 tonnes de résidus qui sont à disposition. Les résidus de pomme de terre et d’amidon et d’autres rebuts de production font environ la moitié; le substrat restant correspond aux boues de lavage. Les substrats solides et liquides sont d’abord mélangés et broyés en entrée dans le robuste système MULTIMix. Après ce prétraitement, le mélange arrive dans le digesteur en acier inoxydable de 4 436 mètres cubes. Le cycle des substrats comprend aussi un post-digesteur de 4 436 mètres cubes. Les digestats sont finalement utilisés comme amendement organique de qualité par des agriculteurs de la région.

Le processus de valorisation du biogaz en biométhane est également durable : pour son conditionnement, WELTEC BIOPOWER a intégré la technologie d’épuration membranaire en conteneur compact. “Le biogaz brut passe par plusieurs étapes de purification afin de le sécher et le nettoyer des impuretés, puis de retirer le CO2 du biométhane. La séparation membranaire à trois étages a déjà été éprouvée sur d’autres sites WELTEC et permet d’obtenir un rendement épuratoire supérieur à 99 pourcent.” a précisé Alain Priser, le responsable du marché français chez WELTEC.

https://www.enerzine.com/brets-le-fabri ... 019-09/amp

Re: Méthanisation / Biogaz

par energy_isere » 23 oct. 2019, 18:13

Raminagrobis a écrit :
23 oct. 2019, 17:08
energy_isere a écrit :
23 oct. 2019, 16:42
Pas trés clair pour moi de ce qu'ils dénomment les ''Combustibles solides de récupération''.
Ca sert à quoi que j'écrive des articles WP ?
Merci !

Re: Méthanisation / Biogaz

par Raminagrobis » 23 oct. 2019, 17:08

energy_isere a écrit :
23 oct. 2019, 16:42
Pas trés clair pour moi de ce qu'ils dénomment les ''Combustibles solides de récupération''.
Ca sert à quoi que j'écrive des articles WP ?

Re: Méthanisation / Biogaz

par energy_isere » 23 oct. 2019, 16:42

Dans le Tarn, Trifyl vise une valorisation optimale des déchets ménagers avec une nouvelle usine

MARINA ANGEL Usine Nouvelle le 22/10/2019

Un groupement d'entreprises conduit par Urbaser Environnement vient de remporter le marché de réalisation de la nouvelle usine de méthanisation du syndicat mixte tarnais Trifyl sur son site de Labessière-Candeil (Tarn). Un investissement de plus de 90 millions d'euros, avec la création d'une trentaine d'emplois.

Image
a nouvelle usine de méthanisation verra le jour sur le pôle des énergies renouvelables de Trifyl à Labessière-Candeil, dans le Tarn.

Le projet de réalisation d'une nouvelle usine de méthanisation à Labessière-Candeil (Tarn), sur le site de Trifyl, syndicat mixte tarnais de valorisation des déchets ménagers et assimilés, vient de franchir une nouvelle étape vers sa concrétisation.

Le syndicat mixte vient de retenir un groupement d'entreprises conduit par Urbaser Environnement pour le marché de conception-réalisation. Urbaser Environnement, dont le siège est à Montpellier (Hérault) est la filiale française du groupe espagnol Urbaser, lui-même filiale d'un consortium chinois mené par le groupe China Tianyng Inc. Le projet, qui prévoit d'associer sur le même site une unité de méthanisation proprement dite et une ligne de production de CSR (Combustibles solides de récupération) dont une partie servira à alimenter le process de séchage dédié, porte sur un investissement global de 93 millions d'euros.

Le coup d'envoi des travaux est prévu pour le début de l'année 2021, pour une mise en service à l'horizon de l'été 2022. L'ensemble de l'installation devrait occuper près d'une quarantaine de personnes, avec la création d'une trentaine d'emplois nouveaux.

Une nouvelle filière de CSR

"C'est cette solution globale proposée par Urbaser Environnement, conjuguant méthanisation et production de CSR avec une partie d'auto-consommation de ces produits, qui a pesé dans la balance", explique Daniel Vialelle, président du syndicat mixte. Ce marché porte à la fois sur la conception, la réalisation, ainsi que l'exploitation et la maintenance pour une durée de cinq ans. Le groupement, qui associe les entreprises Socotrap, Albert & Fils et Touja, pour la réalisation des ouvrages de génie civil et de bâtiments, ainsi que le cabinet Alliage Architectes, pour la conception et l'intégration architecturale, était en concurrence avec trois autres regroupements, conduits respectivement par Tiru (filiale d'EDF), Vinci et Coved.

"Notre projet industriel va permettre d'atteindre une valorisation optimale du déchet ménager", insiste le président de Trifyl. Certains déchets non fermentescibles, dont des plastiques résiduels, seront aussi valorisés, via une ligne de production de CSR, pour environ 40 000 tonnes de produits par an. L'énergie requise pour le séchage de ces CSR sera issue d'une chaudière alimentée elle-même par une partie des CSR produits sur le site. "Environ un tiers de nos CSR seront ainsi auto-consommés sur site, le reste sera commercialisé vers les filières spécialisées", précise Camille Demazure, chef de projet industriel chez Trifyl.

Une production attendue de 65 000 MWh/an

La nouvelle installation est dimensionnée pour accueillir, trier et traiter pas moins de 110 000 tonnes de déchets par an (bio-déchets issus des ordures ménagères, de la restauration collective et de gros producteurs), en provenance principalement du Tarn, ainsi que de quelques communes limitrophes de la Haute-Garonne et de l'Hérault. A l'issue du process, le biométhane produit par le méthaniseur Valorga (filiale d'Urbaser Environnement) sera injecté directement dans le réseau de transport Terega, pour une production attendue de l'ordre de 65 000 MWh/an. "C'est l'équivalent de 10 % des besoins en gaz domestique des habitants du Tarn", souligne Daniel Vialelle.

Avec cette nouvelle usine, le syndicat mixte entend tourner une nouvelle page de son histoire. Pionnier de la production de biogaz à partir de déchets ménagers, Trifyl dispose déjà d'une unité basée sur la récupération de biogaz à partir de casiers d'enfouissement. Le site accueille environ 180 000 tonnes de déchets par an. Le biogaz issu de son bioréacteur est actuellement principalement transformé en électricité (23,8 millions de kWh produits en 2017). Une partie est aussi valorisée en biométhane-carburant (800 m3 par jour qui alimentent les véhicules du syndicat mixte).

"La nouvelle installation doit permettre de réduire au maximum l'enfouissement, qui risquait de nous pénaliser dans le cadre de la nouvelle réglementation qui prévoit une augmentation des taux de TGAP (taxe générale sur les activités polluantes) sur ces activités de stockage", se félicite Daniel Vialelle. En outre, il positionne dorénavant le syndicat mixte comme un acteur majeur dans la production d'énergie renouvelable.

Créé en 1999, Trifyl emploie un peu plus de 250 agents, dont près de 80 sur le pôle des énergies renouvelables de Labessière-Candeil, où sont basés son siège et ses équipes de R&D. Urbaser Environnement affiche 200 millions d'euros de chiffres d'affaires consolidé en 2018 avec 1 550 salariés en France.
https://www.usinenouvelle.com/article/d ... ne.N896649

Pas trés clair pour moi de ce qu'ils dénomment les ''Combustibles solides de récupération''.

Re: Méthanisation / Biogaz

par energy_isere » 01 sept. 2019, 09:20

La région Auvergne-Rhône-Alpes veut implanter 90 nouvelles unités de méthanisation en 5 ans

5 juillet 2019 Frédéric Douard

Partant du constat que le développement de la méthanisation peut être grandement intensifié sur le territoire d’Auvergne-Rhône-Alpes au vu de ses atouts, l’État, la Région, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), la Chambre régionale d’agriculture, l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse, GRDF, GRTgaz, Bpifrance et Auvergne-Rhône-Alpes Énergie-Environnement (AURA-EE) ont signé une charte partenariale « en faveur d’un développement vertueux de la méthanisation ». L’officialisation de cet engagement collectif s’est effectuée dans les salons de la Préfecture de région, à Lyon, le 29 mai 2019.

Un gisement important et une filière complète
Auvergne-Rhône-Alpes dispose d’atouts solides pour réussir ce pari. Tout d’abord le gisement de déchets fermentescibles est important : il a été estimé selon le Schéma régional biomasse (fin 2018) à environ 12 millions de tonnes de matière brute mobilisable, à 90 % agricole. Rappelons que la méthanisation permet de créer de l’énergie verte et de produire des fertilisants, tout en valorisant des déchets.

Parallèlement, le potentiel de consommation du biogaz est « à la hauteur du potentiel de production ». Enfin, la filière est assez complète. Des acteurs sont présents sur toute la chaîne de valeur en région : bureaux d’étude spécialisés, équipementiers de la méthanisation et de la valorisation du biogaz, etc.

Des objectifs chiffrés à l’horizon 2023

En concordance avec les échéances de la programmation pluriannuelle de l’énergie et sur la base des chiffres-cibles du Schéma régional biomasse d’Auvergne-Rhône-Alpes, les partenaires se sont donc fixé comme objectifs, à l’horizon 2023 :

180 unités en service fin 2023 (contre 90 fin 2018), soit + 90 unités en 5 ans ;
1 075 GWh injectés dans le réseau de gaz fin 2023 (contre 120 fin 2018), soit + 975 GWh ;
480 GWh valorisés par cogénération fin 2023 (contre 300 fin 2018), soit + 180 GWh.
La signature de cette charte répond à une ambition de développement s’inscrivant dans la durée. Elle vise en effet une mobilisation des acteurs de la méthanisation sur les 10 prochaines années, en cohérence avec le Schéma régional biomasse.
https://www.bioenergie-promotion.fr/606 ... -en-5-ans/

Re: Méthanisation / Biogaz

par energy_isere » 16 août 2019, 14:18

Suite de ce post du 22 sept 2018 http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopi ... 6#p2272596
Le Zoo safari de Thoiry transforme son fumier en énergie verte

• 12 août 2019

Avec la création de l'unité de méthanisation au coeur du parc de Thoiry, celui-ci devient le premier zoo au monde chauffé par du biométhane issu de ses déchets. Un projet qui illustre parfaitement la synergie possible entre les déchets et l'énergie.


"Nous avions deux problématiques sur le parc. Une problématique déchets, les déchets verts et les fumiers des animaux, et une problématique énergie, avec le chauffage des habitats des animaux exotiques, explique Colomba de la Panouse, directrice générale déléguée du safari et zoo de Thoiry, et fondatrice de Thoiry bioénergies. Je voulais que l'on soit plus vertueux sur ces deux aspects là." C'est donc sous l'impulsion de sa directrice qu'une unité de méthanisation s'est installée sur le parc, elle a produit ses premiers mètres cube de biométhane en septembre 2018.

11.000 tonnes de fumier et déchets verts méthanisées

Le procédé, en voie sèche continue, est entièrement automatisé et se déroule intégralement en milieu fermé. Près de 11.000 tonnes de matière seront traitées chaque année par le méthaniseur : fumier et déchets verts du parc, mais aussi des activités agricoles à proximité, et des fruits et légumes invendus de la grande distribution. "Nous sommes dans une logique de circuit court, tout ce qui sera méthanisé sera collecté dans un rayon de 15 kilomètres", précise Colomba de la Panouse.

Cette unité de méthanisation représente un investissement de 5 millions d'euros (avec le soutien de la région Ile-de-France et de l'Ademe à hauteur de 24,7 % et de 19,20 %), et d'un coût additionnel d'un million d'euros lié aux aménagements paysagers et à la réduction des nuisances olfactives et sonores.

Chauffer les installations du parc

Le biométhane produit est injecté dans le réseau, après une extension du réseau de gaz naturel réalisée par GRDF. L'unité de méthanisation aura une capacité d'injection pouvant aller jusqu'à 250 Nm3/h mais le débit sera compris entre 100 et 130 Nm3/h les premières années.

Le dispositif permet aux installations du safari parc (château du XVIème siècle, orangerie, et habitats de la majorité des animaux du zoo et du parc) de se chauffer uniquement grâce au gaz produit par l'installation. Plus largement, le biométhane injecté dans le réseau alimentera, en partie, neuf communes environnantes. Sa production devrait représenter plus de 20 % de la consommation totale de gaz des neuf collectivités en période estivale. Un ratio appelé à doubler par la suite.

9.500 tonnes de digestat seront produites chaque année et serviront d'engrais dans le parc et aux agriculteurs locaux. Une aire pédagogique a été aménagée au coeur du zoo pour sensibiliser les 440.000 visiteurs annuels au développement durable via ce procédé de méthanisation
https://m.actu-environnement.com/actual ... 33802.html

Re: Méthanisation / Biogaz

par Remundo » 16 juin 2019, 22:22

cela ne sert à rien de vous chamailler,

quel que soit le gaz naturel utilisé...

il sufiiiirrrrraaaaa d'une étincelle, oui d'un rien... pour...

https://www.youtube.com/watch?v=s3O1Xro7oAI

Haut