Le pétrole d' algues de BFS

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Le pétrole d' algues de BFS

Re: Le pétrole d' algues de BFS

par energy_isere » 21 déc. 2015, 13:22

Avec un baril à 50$ c'est le plancher que se dérobe sous leur bussiness plan.

Re: Le pétrole d' algues de BFS

par Ecu » 21 déc. 2015, 13:17

Bonjour,

des informations supplémentaires par rapport aux cause de cet échec ? J'ai suivi les liens indiqués mais il n'y a pas d'explications claires.

Surtout, la question est : l'échec provient-il structurellement de faiblesses inhérentes à cette technologie ou est-ce un échec dû à cette équipe en particulier (mauvaise entente, problème de gestion, de financement, etc) ? Car les conclusions à tirer sont très différente selon qu'on soit dans le premier cas ou le second.

Merci en tout cas à tous ceux qui ont effectué le suivi de ce projet.

Re: Le pétrole d' algues de BFS

par energy_isere » 11 oct. 2015, 13:11

energy_isere a écrit :.......
Ca va peut étre les aider à survivre.
Et bien non. :-"



*** AVIS DE DECES : BFS N'EST PLUS ***

Image
La fin de la société BFS (Bio Fuel System)

07/10/2014

L'activité de la société BFS (Bio Fuel System) vient d'être stoppée par décision de justice suite à la demande des investisseurs, face au peu de résultats tangibles. Une procédure pour fraude est en cours. source : TOE 07/10/2014 . Dans le passé, le CEVA avait évalué le potentiel technico-économique de BFS sous mandat de quelques sociétés privés. Ses conclusions étaient en phase avec l'actualité. Cet évènement incite à relire attentivement notre article précédent .
http://www.ceva.fr/fre/S-INFORMER/Infor ... ociete-BFS

Re: Le pétrole d' algues de BFS

par energy_isere » 14 janv. 2014, 18:14

Derniéres nouvelles de BFS
dans un autre fil phyvette a écrit :
evrard a écrit :Ok, mais je trouve curieux que personne n'arrive à déterminer la rentabilité réelle de cette filière.
Possible que cette filière pour faire des carburants ne soit pas rentable justement.
Du coup Bio Fuel Systems se réorienterait vers de la valeur ajoutée en choisissant de se reconvertir dans les plastiques et la chimie verte.
http://www.packagingeurope.com/Packagin ... algae.html
OK merci, c' est de la news trés récente (fin 2013). Donc BFS est impliqué dans une grosse étude du FP7 Européen.

Ca va peut étre les aider à survivre.

Re: Le pétrole d' algues de BFS

par energy_isere » 15 juin 2012, 18:17

Ecu a écrit :Et le même genre de procédé mais en mettant le phytoplancton en contact avec le CO2 atmosphérique plutôt qu'avec un air surchargé en CO2 ça donnerait quoi comme productivité par hectare ?
Voir ce fil : viewtopic.php?p=314974#p314974

il y a des expériences en cours aux USA (Sapphire Energy) et en France (Salinalgues).

Re: Le pétrole d' algues de BFS

par Ecu » 15 juin 2012, 18:02

Et le même genre de procédé mais en mettant le phytoplancton en contact avec le CO2 atmosphérique plutôt qu'avec un air surchargé en CO2 ça donnerait quoi comme productivité par hectare ?

Re: [Biodiesel] Piste à creuser : le produire à partir d'alg

par energy_isere » 12 févr. 2012, 13:47

sceptique a écrit :Dont acte.
Dans le meilleur des cas, et ce n'est déjà pas mal, le procédé permet de recycler une partie du CO2 produit par de grosses sources comme les cimenteries donc ou encore des centrales thermiques.
Mais il reste à vérifier le bilan global énergétique, écologique et financier.
Voici une photo ou l' on voit les cylindres à algues et la cimenterie voisine.

Image

http://bfs-france.com/commercial.html

Je me demande si BFS produit quoi que ce soit en ce moment que c' est l' hiver. Le microalgues résistent elles aux froid ?

et d' ailleurs google ne rend rien depuis l' été 2011 sur l' entrée " BSF Biofuel"

Re: Le pétrole d' algues de BFS

par energy_isere » 21 avr. 2011, 21:44

Notre ami Benoit Thévard donne son avis sur BFS dans son blog.
http://www.avenir-sans-petrole.org/arti ... 35324.html
Micro-algues: faut-il croire au miracle annoncé

Re: Le pétrole d' algues de BFS

par Raminagrobis » 05 avr. 2011, 08:25

Les algues pourraient aussi utiliser du CO2 provenant d'autres sources. Y compris de quelques sources renouvelables, comme la production d'éthanol, cellulosique ou pas (le CO2 est un coproduit de la fermentation alcoolique), les chaudières à biomasse, ou la purification du biogaz.

L'association avec une usine d'éthanol (cellulosique?) me semble d'ailleurs très pertinante : celle ci fournirait non seulement le CO2 donc les algues ont besoin, mais aussi l'alcool pour convertir l'huile en biodiesel.

Evidemment si on on utilise du CO2 fossile (par exemple ciment, purification du gaz naturel, centrale à charbon etc), c'estl e verre à moitié vide :
Soit on dit que le carburant produit est CO2-free, mais on n'a pas touché aux émissions de CO2 de la cimenterie ou autre.
Soit on dit qu'on a supprimé les émissions de CO2 de la source, mais le carburant produit est lui émetteur de CO2.
Mais pas les deux.

Quoi qu'il en soit, il n'y a pas d'intérêt économique à capturer du CO2 atmosphérique, tant qu'on a des sources concentrées disponibles.

Re: Le pétrole d' algues de BFS

par amenis » 04 avr. 2011, 19:54

Bonsoir,

40 ha reçoivent une énergie solaire annuelle de l’ordre de 5400 x 40 x 10^4 = 21.6 x 10^8 kWh/an
source : Ensoleillement

230 000 baril de pétrole bleu (en supposant son PCI équivalent à celui du fioul) équivalent à 230 000 x 159 x 10 = 3.65 x 10^8 kWh

Soit un rendement de 16.9% .

Il faudrait prendre en compte la consommation de l'usine sur 1 an pour affiner le rendement. Mais je pense que devrait être négligeable à côté de 21.6 x 10^8 kWh.

Autrement dit une productivité moyenne annuelle pour le système BFS de 912.5 kWh/m2 , remarquable par rapport au photovoltaïque qui n'est que de 500 à 600 kWh/m2 pour le même ensoleillement. Sans compter que le fait que l'on se retrouve avec de l'énergie stockée.

Re: Le pétrole d' algues de BFS

par GillesH38 » 27 févr. 2011, 22:01

je comprends bien. Mais ça ne change rien au fait que les cimenteries qui ont produit du CO2 l'auront produit de toutes façons, puisque si il est recapté par des algues puis brûlé sous forme de biofuel, on retrouve exactement le même CO2 à la fin. Ca a permis d'économiser le pétrole correspondant, mais en réalité il sera juste brulé un peu plus tard - de toutes façons ça reste de la biomasse, c'est juste que les coûts de production pourraient etre un peu inférieurs (à vérifier), mais ça ne marche ... que tant qu'on produit du CO2 minéral dans les cimenteries, donc paradoxalement ça n'est viable que tant qu' on augmente le CO2 de l'atmosphère en bilan net !

Re: Le pétrole d' algues de BFS

par Silenius » 27 févr. 2011, 02:22

Décidément, j'ai du mal a me faire comprendre ! Je ne parle parle aucunement de ciment ou de cimenterie mais d'un procédé annexe (de capture du co2 atmosphérique) qui pourrait fournir du co2 loin de toute source industrielle.

Re: Le pétrole d' algues de BFS

par GillesH38 » 22 févr. 2011, 07:53

Silenius a écrit :
GillesH38 a écrit : sauf erreur, non : le ciment ne prend pas par reformation de calcaire, mais par réaction avec la silice, le CO2 est donc irrémédiablement envoyé dans l'atmosphère - le bilan n'est pas nul, il correspond bien à celui émis par la cimenterie.
Je ne parle pas au niveau de la cimenterie mais d'une "pompe a co2" utilisant la chaux comme absorbeur.

source wikipedia:
Carbonatation

La prise de la chaux aérienne s'effectue par carbonatation, c’est-à-dire en absorbant le dioxyde de carbone (CO2) présent dans l'atmosphère : d'où son nom de « chaux aérienne » :

Ca(OH)2 + CO2 → CaCO3 + H2O

Selon l'humidité du milieu, cette réaction se produit sur plusieurs mois : la vapeur d'eau se lie avec le dioxyde de carbone atmosphérique pour former l'acide carbonique ; la chaux fixe le dioxyde de carbone contenu dans cet acide et se transforme en calcaire. Le résultat de cette opération est à nouveau du calcaire (CaCO3).
absolument, la chaux pure réabsorbe du CO2 : mais le ciment n'est pas de la chaux pure, on la mélange à du sable et de l'alumine, ça fait plutot des silicates de calcium et d'aluminium hydratés bien différents : la chaux carbonatée n'a aucune tenue mécanique, contrairement au ciment et au béton. Le CO2 n'est donc pas réabsorbé.

Re: Le pétrole d' algues de BFS

par akochan » 22 févr. 2011, 07:31

Je trouve que les projets pilotes concernant la fabrication de carburants liquides se developpent tres vite, trop vite d'ailleurs pour y trouver de la rentabilite. Quand on construit des usines d'ethanol, on revient finalement un siecle en arriere car n'oublions pas que la ford T a commence a rouler a l'ethanol.
Avec le projet de BFS, on en est a la troisieme generation, alors que les usines de la premiere generation ne sont meme pas fini d'etre amorties. Je ne crois absolument pas a la deuxieme generation du fait des couts de transports exhorbitants pour transporter de la biomasse qui a une masse volumique faible.

Re: Le pétrole d' algues de BFS

par Silenius » 22 févr. 2011, 03:46

GillesH38 a écrit : sauf erreur, non : le ciment ne prend pas par reformation de calcaire, mais par réaction avec la silice, le CO2 est donc irrémédiablement envoyé dans l'atmosphère - le bilan n'est pas nul, il correspond bien à celui émis par la cimenterie.
Je ne parle pas au niveau de la cimenterie mais d'une "pompe a co2" utilisant la chaux comme absorbeur.

source wikipedia:
Carbonatation

La prise de la chaux aérienne s'effectue par carbonatation, c’est-à-dire en absorbant le dioxyde de carbone (CO2) présent dans l'atmosphère : d'où son nom de « chaux aérienne » :

Ca(OH)2 + CO2 → CaCO3 + H2O

Selon l'humidité du milieu, cette réaction se produit sur plusieurs mois : la vapeur d'eau se lie avec le dioxyde de carbone atmosphérique pour former l'acide carbonique ; la chaux fixe le dioxyde de carbone contenu dans cet acide et se transforme en calcaire. Le résultat de cette opération est à nouveau du calcaire (CaCO3).

Le mécanisme de prise par carbonatation s'effectue en présence d'eau, d'où une maîtrise indispensable des conditions de mise en œuvre (humidification des supports, contrôle des conditions climatiques...).
Sinon, Joule Unlimited vient d'annoncer 15000 gallons/acre/an pour leur système de production directe de diesel :

Image

Haut