Méthanisation / Biogaz

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Méthanisation / Biogaz

Re: Méthanisation / Biogaz

par energy_isere » 13 juil. 2020, 00:00

La croissance de l’injection de gaz renouvelable se confirme en France

PAR FRÉDÉRIC DOUARD · 14 MAI 2020

GRDF, GRTgaz, le SPEGNN, le Syndicat français des énergies renouvelables et Teréga publient la cinquième édition du Panorama du Gaz Renouvelable en France, état des lieux annuel d’une filière renouvelable en plein essor qui a connu un quasi doublement entre 2018 et 2019. La quantité de gaz renouvelable injecté dans les réseaux dépasse ainsi le cap du TWh en 2019.

Image

L’injection de biométhane en France se caractérise par une forte dynamique depuis plus de cinq ans. 2019 confirme cette tendance avec la mise en service de 47 nouveaux sites, ce qui porte à 123 le nombre d’installations raccordées aux réseaux gaziers français à fin 2019. Les quantités de biométhane injectées dans les réseaux ont à nouveau quasiment doublé par rapport à 2018 pour dépasser la barre symbolique du TWh et atteindre 1 235 GWh, soit l’équivalent de la consommation annuelle de près de 103 000 logements. La capacité maximale annuelle d’injection de l’ensemble des sites de production atteint 2 157 GWh fin 2019, contre 1 206 GWh fin 2018.
............
https://www.bioenergie-promotion.fr/665 ... en-france/

Re: Méthanisation / Biogaz

par energy_isere » 02 juin 2020, 23:36

Equimeth, une nouvelle unité de méthanisation en Seine-et-Marne

PATRICK DÉSAVIE Usine Nouvelle 02/06/2020

Une nouvelle unité de méthanisation permettra dès 2021 de traiter les déchets de la restauration collective en Île-de-France ainsi que du fumier équin. Elle sera implantée à Moret-sur-Loing-et-Orvannes (Seine-et-Marne) et nécessitera un investissement de 12 millions d'euros.

L'unité de méthanisation territoriale basée à Moret-sur-Loing-et-Orvannes traitera 25 000 tonnes de matières organiques par an à partir de fin 2021.
https://www.usinenouvelle.com/article/u ... ne.N970986


Image
Implantée en Seine et Marne, à Moret Loing et Orvanne, la future unité de traitement des biodéchets de la région francilienne est portée par CVE et Ile-de-France Energies. Pour autant, le projet n'est pas nouveau : repris par le producteur indépendant français d’énergies renouvelables CVE en 2017, Equimeth est en effet dans les tuyaux depuis plus de 10 ans ; il a été initié en 2008 par la Réserve de Biosphère de Fontainebleau et du Gâtinais et la Communauté de Communes de Moret-Seine-et-Loing.

(abonnés)
https://www.recyclage-recuperation.fr/f ... les-rails/

Re: Méthanisation / Biogaz

par energy_isere » 24 mai 2020, 10:05

Les atouts chiffrés du biométhane

AURÉLIE BARBAUX Usine Nouvelle 23/05/2020

Quarante-sept nouvelles unités de méthanisation en 2019.

Seize de plus rien qu’au premier trimestre 2020, portant le total à 139 unités injectant 2,5 TWH de gaz vert dans le réseau. Le biogaz a le vent en poupe. Certes, le confinement a un peu freiné l’élan, mais 1 134 projets (soit 25 TWh/an) sont en attente d’autorisation. Et la filière fait valoir ses atouts. Dix fois mois émetteur de CO2 que le gaz naturel, le biogaz permet de valoriser 3,2 millions de tonnes de déchets par an et de réduire de 50 % les engrais chimiques. Dans le transport, les émissions "du puits à la roue" du bioGNV sont de 30 gCO2eq/km, contre 190 pour l’essence et 40 pour une motorisation électrique. Et chaque unité de méthanisation crée entre trois et quatre emplois.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... ne.N965376

Re: Méthanisation / Biogaz

par energy_isere » 01 mai 2020, 21:46

Valorisation des boues d’épuration de la STEP de Fréjus en gaz vert

Frédéric DOUARD16 avril 2020
lire https://www.bioenergie-promotion.fr/658 ... -gaz-vert/

Re: Méthanisation / Biogaz

par energy_isere » 01 mai 2020, 21:41

Engie va construire plus d’unités de méthanisation en partenariat avec Mirova

Frédéric DOUARD20 avril 2020

ENGIE et MIROVA (un affilié de Natixis Investment Managers dédiée à l’investissement responsable) sont fiers d’annoncer leur partenariat stratégique dans le secteur du biogaz avec l’entrée du fonds MIROVA-EUROFIDEME à hauteur de 50 % dans le capital de DANA GAZ, qui détient neuf unités de méthanisation en exploitation : sept centrales de production de biométhane pour une capacité installée de 15,5 MW et deux centrales de cogénération d’une capacité installée de 2 MW, développées et construites par ENGIE. Cette transaction inaugure un partenariat de long terme, avec l’ambition d’accroître le portefeuille d’actifs de DANA GAZ.

Dans un contexte exceptionnel de crise sanitaire qui nécessite de réinterroger les circuits d’approvisionnement, ENGIE et MIROVA confirment leur engagement en faveur de la filière biométhane. Celle-ci contribuera à la relance d’une économie circulaire par la valorisation des déchets, par la création d’emploi et le soutien de l’agriculture, un secteur clé pour la sécurité d’approvisionnement alimentaire et énergétique.

MIROVA investit par l’intermédiaire de Mirova-Eurofideme, son fonds de 860 M€ dédié à la transition énergétique en Europe, et étend ainsi sa stratégie d’investissement dans les énergies renouvelables en prenant une position significative dans le biogaz en France.

ENGIE intervient ici au travers de sa filiale ENGIE BioZ, résultat de la fusion au 1er janvier 2020 de VOL-V Biomasse et d’ENGIE Biogaz. ENGIE BioZ initie, développe, finance, construit et exploite des unités d’injection de biométhane dans le réseau de gaz français.
https://www.bioenergie-promotion.fr/659 ... ec-mirova/

Re: Méthanisation / Biogaz

par energy_isere » 08 mars 2020, 20:33

Le biométhane en grande forme en 2019

R.D., le 02/03/2020

En 2019, la capacité de production de biométhane en France a augmenté de 63 % en un an, pour s'élever à 2,2 TWh/an. Au total, 123 installations ont injecté du biométhane dans les réseaux de gaz naturel. Une progression qui devrait continuer, car plus de 1.000 projets sont en file d'attente.


L'année 2019 fut prolifique pour le biométhane. Sur un an, les chiffres du ministère de la Transition écologique montrent qu'une capacité de 829 Gwh/an a été installée, soit une hausse de +63 % du total de production, qui s'élève désormais à 2,2 TWh/an. En parallèle, 47 nouvelles installations ont vu le jour l'année dernière. Au 31 décembre 2019, le parc raccordé se constituait de 123 installations.

Dans le détail, la majorité du parc est constituée de petites installations d'une puissance inférieure à 15 Gwh/an. Cependant, elles ne représentent que 43 % de la capacité totale installée. Autre aspect, 80 % d'entre elles sont des unités de méthanisation.

Un avenir prometteur pour la filière

Tous les voyants sont au vert donc, et devraient le rester. En effet, le nombre de projets inscrits en file d'attente s'élève à 1.085, pour une capacité de production de biométhane estimée à 24 TWh/an. Des chiffres en nette hausse par rapport à ceux du 31 décembre 2018, où 661 projets étaient en attente, pour un peu moins de 14 TWh/an de capacité de production.


D'un point de vue géographique, quatre régions, Hauts-de-France, Grand Est, Bretagne et Île-de-France concentrent plus de la moitié des capacités installées (51 %) et des injections de l'année 2019 (55 %). Concernant les projets en file d'attente, le Grand Est est en tête avec 169 inscrits et une capacité de 4,2 TWh/an.
https://www.batiactu.com/edito/biometha ... -58955.php

Re: Méthanisation / Biogaz

par mobar » 04 mars 2020, 19:26

Un autre avis sur la méthanisation agricole provenant d'un acteur de la première heure engagé dans la promotion de la filière

https://www.bastamag.net/methanisation- ... limentaire
Il a d’abord cru à la méthanisation, avant de déchanter. René Louail, ancien conseiller régional écologiste en Bretagne, défend dès le début des années 2000 un projet du nom de Géotexia. Celui-ci est porté par une trentaine d’éleveurs soucieux de transformer le lisier en biogaz (nous vous en avions parlé dans ce reportage). « Un fiasco total alors que 17 millions d’euros ont été investis dans ce projet », déplore t-il aujourd’hui.

L’usine, surdimensionnée, condamnée en 2013 puis en 2015 à des amendes de 50 000 et 40 000 euros pour pollution, a été constamment en déficit structurel. L’unité, aujourd’hui en redressement judiciaire, pourrait être rachetée par un fonds de pension américain. Face à ce constat, René Louail plaide pour qu’un bilan économique, financier et environnemental de la méthanisation agricole soit réalisé et publié, redoutant une « fuite en avant coûteuse et irréversible pour d’autres projets ».

Sa crainte se fonde sur le « plan biogaz » récemment adopté par la région Bretagne, qui vise à construire des centaines de méthaniseurs d’ici 2025 [1]. Invité régulièrement par des collectifs de riverains opposés à des projets, René Louail constate que « la méthanisation agricole en Bretagne est utilisée dans la majorité des cas comme une "pompe" à subventions pour soutenir l’agriculture industrielle en crise structurelle ».

Re: Méthanisation / Biogaz

par mobar » 31 janv. 2020, 11:25

6 TWh injecté en 2023, c'est plus de 3 fois la capacité injectée en 2019! :wtf:

Le potentiel de déchets organiques est probablement disponible et accessible, mais du fait des délais de construction , délais administratifs, dispersion de la ressource, complexité des démarches, difficultés de se raccorder à un réseau ... il semble même illusoire d'être capable d'atteindre cet objectif réduit

On a mis presque 10 ans pour atteindre péniblement 2 TWh et il existait des centaines d'unités qui fonctionnaient en cogénération qu'il a suffit de convertir à la production de biométhane

Pour atteindre l'objectif, il faudrait alléger les procédures, faciliter les financements, maintenir les tarifs de rachat et accompagner les porteurs de projets

L'administration, les banques et les agences font tout le contraire ... ca va pas le faire! :?
Sur les tarifs, l'étude précise : "Depuis 2014, l'Etat a favorisé les petites unités agricoles avec des tarifs de rachat du biométhane injecté plus favorables, mais la réglementation va sans doute évoluer vers un système d'appels d'offres qui poussera la filière à baisser les coûts. Le dimensionnement des appels d'offres assurerait un plafond aux dépenses liées au développement du biométhane dans le budget des pouvoirs publics". Le prix, qui est actuellement d'une centaine d'euros par MWh, devrait rapidement décroître pour tendre vers un prix cible de 67 €/MWh dès 2023 et de seulement 60 €/MWh en 2028. Pour les plus petites installations, un guichet ouvert restera disponible aux installations qui ne passeront pas par les appels d'offres. La profession souhaite établir le seuil de capacité à 400 m3/heure. La présentation prochaine de la PPE révisée pour les périodes 2019-2023 et 2024-2029 lèvera le voile sur les ambitions réelles de la France en matière de biogaz.
https://www.batiactu.com/edito/ou-est-r ... -56129.php

Re: Méthanisation / Biogaz

par energy_isere » 31 janv. 2020, 09:00

France: le secteur du gaz sur la défensive

AFP parue le 31 janv. 2020

Le secteur français du gaz est plus que jamais sur la défensive, au moment où les pouvoirs publics souhaitent réduire sa place au nom de l'urgence climatique tout en affichant un soutien jugé frileux au biogaz.

"Le gaz naturel est une énergie fossile qui, à ce titre, devra être supprimée du mix énergétique de 2050", résume le gouvernement dans son projet de programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) actualisé et soumis à consultation du public jusqu'au 19 février.

Dans cette feuille de route énergétique à dix ans, la France prévoit une chute de 22% de la consommation de gaz naturel en 2028 par rapport au niveau de 2012.

Paradoxalement, il n'est pas prévu de mesures particulières pour atteindre cet objectif justifié par l'urgence climatique. Mais les pouvoirs publics tablent sur la "maîtrise de la demande", notamment dans le bâtiment.

En attendant, le gouvernement a rendu de premiers arbitrages favorables à l'électricité au détriment du gaz pour le chauffage des bâtiments neufs, dans le cadre de sa future réglementation environnementale 2020 (dite "RE 2020").

Une "manipulation", viennent de dénoncer treize associations issues notamment du secteur gazier ou des énergies renouvelables.

Pour finaliser ces nouvelles normes qui doivent être publiées à l'automne, les pouvoirs publics ont en effet déjà retenu certains paramètres. La valeur des émissions de dioxyde de carbone (CO2) de l'électricité utilisée pour le chauffage a ainsi été arrêtée à 79 g/kWh.

Ce chiffre est contesté par le secteur gazier, qui souligne que pendant le pic de consommation hivernal, la France fait encore appel à des moyens de production d'électricité très émetteurs de CO2 comme les centrales à charbon, au fioul ou... au gaz.

"On est en train de nous emmener sur une voie plus émettrice de CO2 paradoxalement", peste Thierry Trouvé, directeur général de GRTgaz, le gestionnaire du réseau de transport de gaz sur la majorité du territoire français.

- "on peut faire sans problème" -

Plus généralement, les gaziers jugent impossible une transition fondée sur l'unique électrification des usages. Ils veulent aussi mettre en avant leur capacité à se verdir.

"Est-ce que ce sera des molécules de gaz naturel, de biométhane, d'hydrogène ou de syngaz produit à partir de déchets? Je ne sais pas mais on aura besoin de molécules pour équilibrer le système énergétique et faire le complément avec le système électrique", avance Thierry Trouvé.

Pour l'instant, le biométhane, produit notamment à partir de déchets agricoles, reste beaucoup plus cher que le gaz naturel fossile et encore peu développé en France.

Mais les professionnels pensent que ce gaz renouvelable, plus favorable à l'environnement - les végétaux dont il est en partie issu absorbent du carbone - peut se développer fortement. Il peut être directement injecté dans le réseau de gaz ou servir à produire de l'électricité et de la chaleur.

La France prévoit que la part de renouvelable dans la consommation de gaz pourrait monter jusqu'à 10% en 2030 (contre seulement 1,4% en 2018).

Dans la PPE dévoilée récemment, la France affiche des objectifs de progression mesurés, avec 6 térawattheures (TWh) de biométhane injectés dans les réseaux visés en 2023. Un recul par rapport à la précédente PPE de 2016 actuellement en vigueur, qui visait 8 TWh en 2023.

Seule bonne nouvelle pour le secteur: le niveau du soutien financier public a été rehaussé.

"On ne demande pas que les arbres grimpent au ciel, on demande au moins qu'on reste sur les 8 TWh", un niveau que "la filière peut faire sans problème", réagit Jean Lemaistre, secrétaire général de France gaz renouvelables.

"On n'arrivera pas aux 10% prévus par la loi si on ne fait pas une vraie industrialisation de la filière d'ici 2023", redoute-t-il.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ive-200131

Re: Méthanisation / Biogaz

par energy_isere » 16 déc. 2019, 12:31

Lot : feu vert de la justice pour l'unité de méthanisation de BioQuercy

Le tribunal administratif de Toulouse vient de valider l'arrêté préfectoral autorisant l'usine BioQuercy de Méthanisation à Gramat (Lot). Elle fabrique du méthane à partir de sous-produits agricoles et agro-alimentaires. Ce gaz produit de l'électricité et de la chaleur, et les résidus de l'engrais.


Par Yann-Olivier d'Amontloir le 05/12/2019

C'est la fin d'un recours qui avait débuté en référé en juin 2017 : le tribunal administratif. de Toulouse vient de valider l'arrêté du préfet du Lot qui a autorisé la création de l'usine BioQuercy de Méthanisation à Gramat.
Mise en service fin octobre 2017 elle fabrique du méthane à partir de sous-produits agricoles et de résidus agro-alimentaires.
La combustion de ce gaz produit de l'électricité et de la chaleur et les résidus des matières organiques utilisées - baptisés "digestat" - sont valorisés comme engrais.

Un jugement sur le fond

Avant sa construction, le projet avait suscité l'opposition de 3 associations qui avaient déposé un recours en référé, auprès du président du tribunal administratif (T.A.) de Toulouse, en vue de faire annuler l'arrêté préfectoral autorisant cette usine de méthanisation.
Deux ans plus tard, c'est sur le fond du dossier qu'a statué le T.A. en rejetant ce recours en annulation.

Entre nuisances et suspicions
Depuis sa mise en service, l'usine BioQuercy a subi 2 types d'attaques :
de la part des riverains, indisposés par les odeurs pestilentielles émanant de la production de méthane
de la part d'agriculteurs accusant le "digestat" utilisé comme engrais de polluer les sols, notamment à cause de déchets d'abattoirs qui entreraient dans le processus de méthanisation

Dès mars 2017 la Direction de l'usine s'était engagée à intensifier ses efforts pour la filtration des émanations issues du processus de méthanisation, et de mettre en place des dispositifs supplémentaires pour réduire fortement ces odeurs.

Une enquête diligentée par le préfet
Pour répondre aux préoccupations des riverains et des agriculteurs le préfet du Lot, Jérôme Filippini, a diligenté une étude confiée à des experts du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD).
Leur rapport, rendu public le 21 novembre dernier, valide l'usine BioQuercy tout en émettant 8 préconisations - notamment la traçabilité des sous-produits entrant dans le processus de méthanisation, et la surveillance des odeurs émises et de l'épandage du digestat.
Depuis, le préfet a décidé la création d'un obsevatoire scientifique participatif de la méthanisation, une première inédite dans le Lot.
Mise en service en octobre 2017 l'usine de méthanisation BioQuercy à Gramat possède une capacité de traitement de 50 000 tonnes de matières organiques par an.
Elle a produit 36GWh d’énergie renouvelable, la moitié sous forme de chaleur, l'autre moitié soit 18GWhe en électricité renouvelable.
C'est l'équivalent de la consommation électrique annuelle de 13500 habitants soit 3 fois la ville de Gramat.
Cela représente aussi 8 000 Tonnes de CO2 évitées par an, et 1030 Tonnes d'engrais chimiques par an .
La production de chaleur de BioQuercy a substitué la consommation de près de 1 300 Tonnes de propane depuis sa mise en service.
Les partenaires :
70 agriculteurs pour la valorisation des effluents des élevages et la fourniture de fertilisants naturels.
60 apporteurs de matières agricoles et agroalimentaires.
https://france3-regions.francetvinfo.fr ... 58795.html

Re: Méthanisation / Biogaz

par energy_isere » 04 déc. 2019, 17:54

Du gaz vert produit à l’usine de traitement des eaux des Mureaux

PATRICK DÉSAVIE le 03/12/2019

L’unité de biométhane de l’usine d’épuration GPS&O des Mureaux (Yvelines), inaugurée le 3 décembre, valorisera les boues de traitement des eaux pour alimenter le réseau GRDF en gaz vert.

La communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise (GPS&O) et le groupe Suez ont inauguré, le 3 décembre, l’unité de production de biométhane de la station d’épuration GPS&O des Mureaux (Yvelines).

Grâce à cet équipement, construit et exploité par Suez, c’est la première fois en Île-de-France que du gaz vert produit à partir du traitement des eaux usées sera injecté dans le réseau de distribution de gaz exploitée par GRDF.

"En pleine capacité, cette installation produira chaque année 4 GWh de biométhane, de quoi alimenter en eau chaude et en chauffage l’équivalent de 800 logements basse consommation. En évitant 1 000 tonnes de CO2 par an, cette unité participe pleinement à la stratégie de lutte contre le changement climatique conduite par GPS&O", précise un communiqué.

Cette réalisation s’inscrit dans le cadre d’un programme de modernisation d’un montant de 40,5 millions d’euros lancé en 2017 et portant, par ailleurs, sur l’extension de la station. Cette dernière a permis de porter la capacité de traitement des effluents de 100 000 à 125 000 équivalents habitants pour anticiper l’évolution démographique du bassin muriautin. 67 % (27,2 millions d’euros) de l’investissement est à la charge de la Communauté Urbaine alors que les recettes de la vente de biométhane sont estimées à 500 000 euros par an.

Traiter 71 000 mètres cubes de boues liquides

La nouvelle unité de biométhane valorise les 71 000 mètres cubes annuels de boues liquides issues du traitement des eaux usées. "La boue est introduite dans un ouvrage appelé méthaniseur où les bactéries transforment la matière organique en biogaz. Le biogaz est ensuite épuré sur site pour obtenir la même composition que le gaz appelé à ce stade biométhane. Il est alors odorisé et injecté dans le réseau de gaz pour les même usages domestiques", détaille le communiqué.

Grand Paris Seine & Oise, est la plus importante communauté urbaine de France. Elle s’étende sur 500 kilomètres carrés et compte plus de 408 000 habitants répartis dans 73 communes. L’usine des Mureaux reçoit les eaux grises de 24 communes.
https://www.usinenouvelle.com/article/d ... ux.N909879

Re: Méthanisation / Biogaz

par mobar » 28 nov. 2019, 07:24

kercoz a écrit :
27 nov. 2019, 17:15
Même s' il faut des sous traitants, le mulet est plus intéressant que le cheval du fait qu'il peut choisir ou il pose le sabot, contrairement au cheval.
Le mulet, c'est une impasse biologique par contre le cheval avec une ânesse, il fera un bardot :wtf:
Et si tu veux des mulets, en veut tu? en voila!
ce sera avec un âne et des juments
Le Massey Ferguson de Remundo, l'est peut être performant tant que tu sais le maintenir, mais il est infoutu de se reproduire!

Re: Méthanisation / Biogaz

par kercoz » 27 nov. 2019, 17:59

Si on s' intéresse aux techniques de sD et TCS, (voir Conrad Schreiber), on travaille tres peu le sol . Ses vidéos montrent des agriculteurs qui revendent leurs gros tracteurs pour des plus petits. On ne peut que se dire que l' animal peut redevenir intéressant pour une période ou les incertitudes d'appro énergétique seront fréquentes. L' énergie nécessaire pour le motobinage n' est pas énorme , ni pour entrainer un semoir de type SD.
Je pense plus au maréchage qu'aux grandes surfaces.

Re: Méthanisation / Biogaz

par Remundo » 27 nov. 2019, 17:21

oué oué =P~

j'attends de voir votre production avec vos mulets...

le premier gars qui passe avec un vieux Ferguson 30 et une charrue bisoc + carburation l'éthanol vous "explose"

https://www.youtube.com/watch?v=SKjUeip3qyw

y'a aussi le besoin des machines tournantes en récolte, le mulet ou le cheval ne sont pas bons pour ça en comparaison des moteurs thermiques.

Re: Méthanisation / Biogaz

par kercoz » 27 nov. 2019, 17:15

Meme s' il faut des sous traitants, le mulet est plus intéressant que le cheval du fait qu'il peut choisir ou il pose le sabot, contrairement au cheval.

Haut