Politique Etats-Unienne de l' énergie

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Politique Etats-Unienne de l' énergie

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

par energy_isere » Hier, 08:04

Toujours moins de charbon dans la génération électriques aux US.
Moins 14 % prévu pour l'année 2020.
America's demand for coal drops to new low

Nov 20, 2019

U.S. power plants are expected to burn less coal in 2020 than they have in 42 years, according to new government projections. The amount of coal used to generate electricity next year is predicted to decrease by 14 percent to 545.8 million metric tons, according to the U.S. Energy Information Administration.

Coal’s steep decline has continued despite President Donald Trump’s attempts to revive the industry by relaxing or eliminating environmental regulations, CNN reports. Since 2016, coal consumption for power generation has fallen 27 percent.

At the federal level, President Trump is withdrawing the U.S. from the Paris Climate Agreement, but many states are still aggressively pursuing renewable energy in an attempt to reduce their greenhouse gas emissions. In aggregate, these efforts are steering the country away from coal. Efforts in the two most populous states are driving the trend, with Texas and California set to account for 22 and 14 percent, respectively, of the nation’s non-hydroelectric renewable energy production in 2020.

"The U.S. power sector's move away from coal is contributing significantly to decreases in U.S. coal production," Linda Capuano, the EIA's administrator, wrote in the report.

Cheaper, cleaner burning natural gas and increasingly affordable renewable energy have been coal’s downfall. Renewable energy’s share of the electricity generation market is expected to grow from 17 percent to 19 percent in 2020, marching closer to overtaking coal’s remaining 22 percent share.

Some renewables are coming close to undercutting the cost of electricity from fossil fuels. Power generated by onshore wind farms cost just 6 cents per kilowatt-hour in 2018, according to the International Renewable Energy Agency (IREA). The lower limit of fossil fuel energy production is roughly 5 cents per kilowatt-hour. IREA also estimates that within two years some wind and solar projects could deliver electricity for 3 cents per kilowatt hour or less.

These economic realities have been harsh on Americans working in the coal industry, with roughly 15 percent of coal power plants having been retired since 2017, according to S&P Global Platts Analytics, with another 10 percent predicted to close down in 2019 and 2020.
https://thehill.com/changing-america/su ... to-new-low

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

par energy_isere » 20 nov. 2019, 00:59

Ça avait été décidé en 2017, l'échéance est arrivée fermeture définitive de la centrale à charbon '' Navajo'' de 2250 MW en Arizona.
Il va falloir 3 ans et 150 millions de dollars pour tout démanteler.
One of the largest coal-fired power plants in the Western US has just closed for good

PUBLISHED TUE, NOV 19 20191

After nearly 50 years in operation, one of the largest coal-fired power plants in the Western United States shut its doors for good on Monday.

The Navajo Generating Station, a 2,250-megawatt plant located in Arizona and operated by Salt River Project, ceased operations just after 12 p.m. local time on Monday.

The “difficult but necessary” decision to close the plant was made in early 2017, after the owners determined that it was uneconomical to continue operating.

A press release cited the “changing economics of the energy industry” against a backdrop that has seen “natural gas prices sink to record lows along with the growth of economical renewable resources.”

The decommissioning of the plant has begun. It’s expected to take three years to complete and cost the owners $150 million.

The plant closure is the latest casualty in the coal industry as consumers shift to cheaper and cleaner sources of power. At least eight coal companies have filed for bankruptcy this year, most recently Murray Energy, which was once the nation’s largest privately held coal company. Since 2010, more than 540 coal-fired plants have closed.
.......
https://www.cnbc.com/2019/11/19/one-of- ... -good.html

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

par Jeuf » 13 nov. 2019, 12:18

128 millions de dollars ? Pas de quoi aller bien loin pour un si grand pays.
Je ne sais pas si Trump a donné de l'argent pour le charbon, si c'est le cas ça doit se compter en milliards.

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

par energy_isere » 13 nov. 2019, 08:40

Malgré Trump et son charbon le DOE attribue 128 millions de dollars à des projets dans le solaire.
The US Department of Energy Announces $128 million Plan to Boost Solar

PR NewswireNovember 11, 2019

Nicki Zvik, Founder of Green Solar Technologies, comments on the recent announcement by the DOE.

The U.S. Department of Energy (DOE) recently announced plans to spend $128 million in new projects to advance solar technologies. The funding will go toward 75 research projects that are expected to cut solar costs while simultaneously increasing manufacturing and making solar energy systems better prepared and resistant to cyberattacks.
.....
Lire en détail https://finance.yahoo.com/news/us-depar ... tEXiNZr8xM

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

par energy_isere » 18 oct. 2019, 08:32

Trump annonce le départ de son ministre de l'Energie Rick Perry

AFP parue le 18 oct. 2019

Le président américain Donald Trump a annoncé jeudi le départ prochain de son ministre de l'Energie Rick Perry, en expliquant simplement qu'il "était temps", avant d'annoncer lui avoir déjà trouvé un successeur.

"Rick a fait un travail fantastique à l'Energie mais il était temps, trois ans c'est long", a déclaré Donald Trump lors d'une visite dans le Texas. "Nous avons son successeur, je l'annoncerai très prochainement", a-t-il poursuivi.

Rick Perry, 69 ans, quittera ses fonctions "vers la fin de l'année", a indiqué Donald Trump en affirmant qu'il parlait avec son ministre de son projet de départ "depuis six mois".

"D'ailleurs je pensais qu'il partirait un peu plus tôt. Mais il a de très gros projets. Il va avoir beaucoup de succès", a-t-il ajouté.

Le président américain a précisé qu'il avait au départ prévu de l'annoncer lors d'un meeting de campagne prévu jeudi soir dans le Texas, Etat d'où est originaire Rick Perry.

Des parlementaires démocrates avaient exigé le 10 octobre que le ministre leur fournisse des documents dans le cadre de l'enquête ouverte en vue d'une mise en accusation ("impeachment" en anglais) de Donald Trump. Avant même cette requête, des rumeurs circulaient sur son départ prochain.

Il les avait balayées le 7 octobre lors d'un voyage à Vilnius, en Lituanie: "Depuis au moins neuf mois ils écrivent cette histoire selon laquelle je quitte le ministère de l'Energie. Un jour, ils réussiront probablement. Mais ce n'est pas pour aujourd'hui, ce n'est pas pour demain, ce n'est pas pour le mois prochain", avait-il déclaré.

Depuis, Rick Perry a été sommé par les démocrates de leur remettre des documents d'ici ce vendredi.

Au coeur de leurs investigations: un appel entre Donald Trump et son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky. Le locataire de la Maison Blanche avait à cette occasion demandé à son homologue d'enquêter sur le fils du démocrate Joe Biden, qui pourrait l'affronter lors de la présidentielle de 2020.

"Des articles récents ont suscité des interrogations sur le rôle que vous auriez pu jouer pour transmettre ou renforcer le message sans nuance du président à son homologue ukrainien", avaient écrit les démocrates le 10 octobre.

Ils évoquaient également des soupçons de "pressions" exercées par Rick Perry pour faire entrer dans la structure de direction d'une compagnie publique d'énergie ukrainienne de personnes liées à l'avocat personnel de Donald Trump, Rudy Giuliani.

Ils citaient d'autre part un article affirmant que M. Perry aurait encouragé M. Trump à appeler M. Zelensky, en soulignant que le ministre s'était rendu à la cérémonie d'investiture du président ukrainien en mai 2019.

Ancien gouverneur du Texas et candidat malheureux à la primaire des républicains en 2012 et en 2016, Rick Perry avait, en 2011, affirmé vouloir supprimer le ministère... de l'Energie.

En 2015, il avait traité Donald Trump de "cancer pour le conservatisme".
https://www.connaissancedesenergies.org ... rry-191018

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

par energy_isere » 11 oct. 2019, 07:49

L'EIA pronostique 17 % de baisse de production de charbon en Q4 2019 (versus Q4 2018) aux USA.
Grosse concurrence du gaz qui est peu cher et dont la production US augmentera d'environ 2% en 2020.
US coal production forecast to decline 17% in Q4: EIA
in Commodity News 09/10/2019

The US Energy Information Administration is forecasting a 17% decline in fourth-quarter coal production from the year-ago period, according to the agency’s monthly Short-Term Energy Outlook.

The report, issued Tuesday, forecasts total US coal production to sink to 159 million st in the final three months of the year, a decline of 34 million st from the fourth quarter 2018. Declining coal demand, bankruptcies, ownership changes and mine closures have “contributed to a fluctuating production environment” in the western coal region, especially in the Powder River Basin, according to the report.

This year’s coal production is expected to total 679.3 million st, an increase from the administration’s September projection of 673.9 million st. But the administration’s 2020 production outlook fell to 603 million st, down from last month’s projection of 617.3 million st.

For 2019, Western coal producers are forecast to see the largest percentage decrease in YoY output, down 11.6% to 369.7 million st. Miners in the Interior region are expected to produce 8.5% less coal, totaling 125.5 million st, and Appalachian producers are expected to see a 7.9% drop to 184.2 million st.

The agency’s projection for coal exports in 2020 dropped 12% from September, to 75 million st, a reduction of 10 million st, due to declining demand in the Atlantic Basin, a surplus of Eastern European coal supply and lack of West Coast coal terminal capacity to reach the Asian markets. This year, it expects US producers to export 91.8 million st of coal. The US exported 116 million st in 2018.

Thermal coal exports are expected to see the most significant percentage decrease this year, dropping by 24.6% year over year to 40.8 million st, while metallurgical exports are down 17.1% to 51 million st. In 2020, coking coal exports are projected to decline by 17.8% to 41.9 million st, while thermal exports drop 17.6% to 33.6 million st.

Coal consumption is expected to drop to 596 million st this year and then further to 544 million st in 2020, and is expected to make up 25% of US power generation in 2019 and 22% in 2020.

The agency forecasts the spot Henry Hub physical price to average $2.43/MMBtu during the fourth quarter of this year, and $2.52/MMBtu in 2020. In addition, dry gas production is forecast to average 93.5 Bcf/d compared with 91.6 Bcf/d in 2019.
Source: Platts
https://www.hellenicshippingnews.com/us ... in-q4-eia/

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

par energy_isere » 10 oct. 2019, 22:32

En Californie, 800 000 foyers privés d'électricité... pour éviter les incendies

AFP 10 octobre 2019

Ces coupures, d'une ampleur sans précédent en Californie, affecteront au total près de deux millions de personnes.

Un fournisseur d'électricité américain, jugé responsable de l'incendie le plus meurtrier de Californie l'an dernier, a annoncé mercredi qu'il allait couper préventivement l'électricité à 800 000 clients dans le nord de cet Etat et autour de San Francisco pour limiter les risques de départ de feu.

Ces coupures, d'une ampleur sans précédent en Californie, affecteront au total près de deux millions de personnes.

Elles pourraient durer plusieurs jours, le temps pour l'opérateur d'inspecter toutes ses installations une fois l'alerte passée, a averti Pacific Gas & Electric (PG&E).

Les coupures se dérouleront par phases. La ville de San Francisco ne sera pas directement touchée mais une partie de sa baie devrait être sans courant, y compris certaines zones de la Silicon Valley.

Responsable du "Camp Fire"

"La décision de couper l'alimentation électrique répond aux prévisions de temps sec, chaud et venteux, et du risque potentiel d'incendie", a justifié l'opérateur dans un communiqué, précisant que cet épisode de "vents violents" était prévu pour durer jusqu'à jeudi.

Pointée du doigt pour ses installations vétustes et un entretien insuffisant de la végétation autour des lignes à haute tension, PG&E s'est mise en faillite en janvier. Elle fait face à des milliards de dollars de dettes potentielles en raison de sa responsabilité dans le "Camp Fire" qui a ravagé en novembre 2018 la bourgade californienne de Paradise, faisant au moins 86 morts et détruisant 18 000 bâtiments.

PG&E a été critiquée mercredi pour avoir mis en oeuvre ces coupures préventives, qui obligent à fermer écoles, universités et autres lieux publics. Jerry Hill, un sénateur local démocrate dont la circonscription est privée d'électricité, a ainsi jugé ces mesures "excessives". "Ca appartient au Tiers Monde, et ce n'est pas notre cas", a-t-il estimé.
https://www.ledauphine.com/france-monde ... -incendies

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

par energy_isere » 04 oct. 2019, 08:28

Le géant du charbon Murray Energy aux US près de la faillite.
Il n'a pas honoré des paiements à des créditeurs.
Le CEO est proche de Trump (soutien de campagne).
Coal Behemoth With Close Ties to Trump Nears Financial Default

Oct 3, 2019 WASHINGTON

The mining company of President Trump’s favorite coal boss is in danger of financial default – another sign of the death spiral of the dirtiest fossil fuel, despite the president’s hollow promise to revive the industry.

Murray Energy, the nation’s largest privately held coal mining company, missed multiple payments to lenders this week, Bloomberg News reported. Its creditors have given the company until Oct. 14 to figure out a plan to cover its payments.

CEO Bob Murray was a major contributor to Trump’s election campaign. He gave the new administration a wish list of environmental rollbacks. Many of those rollbacks have begun, including the repeal of the Obama-era Clean Power Plan and pulling the U.S. out of the Paris climate pact.

Murray also pressed the White House on a scheme to make regional electricity grids buy above-market-rate power from coal plants even when cheaper renewable sources are available. Energy Secretary Rick Perry ordered the Federal Energy Regulatory Commission to fast-track consideration of the scheme, but the regulators rejected the plan.

Meanwhile, coal plant closings doubled in President Trump’s second year in office, despite his repeated pledge to “end the war on beautiful, clean coal.”

“The news that Murray Energy is on the verge of collapse should surprise no one – certainly not anyone in the coal industry,” said EWG President Ken Cook. “The epitaph for the death of coal is already carved on the industry’s tombstone, and Bob Murray and others in the industry know there’s nothing the Trump administration can do to stop it.”

A November 2017 analysis by EWG showed why Murray and other coal and nuclear executives are desperate for a bailout: Their plants are losing billions of dollars, and without subsidies to make them competitive with renewable energy and natural gas, utilities are rapidly closing coal and nuclear facilities, as demand for wind and solar surge.
https://www.ewg.org/energy/release/2288 ... al-default

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

par alain2908 » 24 sept. 2019, 11:42

attention à l'arbre qui cache la forêt.
Au passage j'adore ce type de graphe ;-)
Image

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

par energy_isere » 24 sept. 2019, 00:48

Au Texas la production électrique de l'éolien croise celle du charbon thermique.

L'éolien devrait passer devant en 2020. (mais le gaz largement en tête)
RED STATES GO GREEN: TEXAS WIND POWER ON TRACK TO OUTPACE COAL BY 2020

September 19, 2019

The red state of Texas is about to go green – by 2020 more electricity will come from wind than coal, according to Rystad Energy.

Texas has a long history as an energy-producing powerhouse. Propelled forward by the surging shale revolution, Texas now contributes to 40% of total US oil production and nearly a quarter of marketed gas production. However, the lone-star state is about to break out of its hydrocarbon-rich mold with this wind versus coal milestone moment.

“Our forecasts suggest that onshore wind in Texas will generate about 87 terawatt-hours (TWh) of electricity by 2020, versus the anticipated 84.4 TWh from coal,” says Carlos Torres-Diaz, head of gas market research at Rystad Energy. “Texas is just one of many red states that have recently 'gone green' by harnessing their great wind generation potential.”

Image
........
https://www.rystadenergy.com/newsevents ... l-by-2020/

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

par energy_isere » 30 août 2019, 00:32

L'administration Trump veut abroger les réglementations sur les fuites de méthane

AFP parue le 29 août 2019

L'Agence de protection de l'environnement américaine (EPA) a annoncé jeudi son intention d'abroger des réglementations environnementales adoptées sous Barack Obama et qui visaient à limiter les fuites de méthane dans les puits d'extraction de gaz et les gazoducs.

L'administration de Donald Trump entend ainsi poursuivre sa déréglementation environnementale, même si en l'occurrence l'industrie pétrolière et gazière ne réclamait pas unanimement ce changement. La proposition vise à "supprimer tout réglementation inutile et redondante pesant sur l'industrie", a déclaré l'administrateur Andrew Wheeler. "Nos réglementations ne doivent pas réprimer l'innovation et le progrès".

L'abrogation ne prendra pas effet immédiatement. Comme pour tout changement réglementaire, une période de débat public doit précéder la finalisation des textes, vraisemblablement l'an prochain. L'administration justifie sa décision par le fait que les industriels sont déjà incités économiquement à limiter les fuites de gaz, puisque toute fuite réduit le chiffre d'affaires. Elle estime que sa décision économisera 17 à 19 millions de dollars par an au secteur.

Mais des géants pétroliers, dont BP, Exxon Mobil et Royal Dutch Shell, ont appelé au maintien des réglementations Obama. Shell s'est engagé à réduire ses fuites de méthane à moins de 0,2% d'ici 2025, a indiqué la présidente de Shell aux États-Unis, Gretchen Watkins, jeudi dans un communiqué. "Malgré le projet de l'administration de ne plus réglementer le méthane, les opérations américaines de Shell continueront à contribuer à notre objectif mondial", a-t-elle déclaré.

Interrogée sur cette opposition émanant du secteur même que la déréglementation est censée aider, une responsable de l'administration a répondu: "il y a aussi des petites et moyennes entreprises", a dit Anne Idsal, chargée de la protection de l'air à l'EPA, ajoutant: "On n'empêche personne d'aller au-delà" des futures réglementations.

Le méthane est un gaz à effet de serre comme le dioxyde de carbone (CO2). Si moins de tonnes de méthane sont émises au total que de CO2, son pouvoir réchauffant dans l'atmosphère est 25 fois supérieur.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ane-190829

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

par energy_isere » 13 août 2019, 22:42

Action en justice de 22 Etats américains contre la politique charbon du gouvernement Trump

AFP parue le 13 août 2019

Une coalition rassemblant 22 Etats américains a annoncé mardi se pourvoir en justice pour empêcher le gouvernement de Donald Trump de ralentir la fermeture des centrales à charbon, polluantes et grosses émettrices de gaz à effet de serre.

Depuis son élection en 2016, le président républicain a retiré les Etats-Unis de l'Accord de Paris sur le climat et a systématiquement cherché à détricoter les réglementations environnementales adoptées pendant les huit ans de la présidence du démocrate Barack Obama.

Parmi celles-ci figure le "Clean power plan" ("Plan pour une énergie propre"), qui visait à accélérer la fermeture des centrales à charbon en fixant des plafonds d'émissions de gaz polluants.

Bloqué en justice, le texte n'est jamais entré en vigueur et Donald Trump a décidé de le remplacer à son arrivée au pouvoir par une réglementation moins contraignante, l'ACE ("Affordable clean energy", soit "Energie propre abordable").

"Ce gouvernement a décidé d'abroger le +Clean power plan+ et de le remplacer par un succédané inefficace", a accusé lors d'une conférence de presse Xavier Becerra, le procureur général de Californie, Etat démocrate à la pointe du combat judiciaire contre la politique climatique du président Trump.

En vertu de l'ACE, chaque Etat américain fixerait ses propres critères pour les centrales à charbon opérant sur son territoire.

L'action en justice engagée par les 22 Etats et six grandes villes (Los Angeles, New York, Chicago...) devant une cour fédérale de Washington estime que l'ACE va à l'encontre des obligations légales fixées à l'Agence de protection de l'environnement (EPA) et réduit de fait ses prérogatives.

Pour le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, le gouvernement Trump est "dans le court terme". "Ils négligent complètement la prochaine génération, honte à eux", a-t-il lancé mardi.

Donald Trump fait inlassablement l'éloge du "magnifique charbon propre" et remet régulièrement en cause, au mépris du consensus scientifique, la réalité du réchauffement climatique ou le rôle des activités humaines dans ce phénomène.

Le charbon américain est en crise malgré les millions de dollars versés dans la recherche pour améliorer le rendement des centrales thermiques. Face aux solutions moins chères et plus propres, la consommation de charbon est au plus bas depuis 40 ans, selon le ministère de l'Energie, et les fermetures de mines se multiplient.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ump-190813

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

par energy_isere » 10 août 2019, 22:49

Le gaz bon marché tue le charbon dans les centrales thermiques.
Cheap Gas Is Killing Coal In The US

08/08/2019

Coal power is being replaced by cleaner energy sources in the US – primarily due to an abundance of cheap natural gas, according to a new study by Rystad Energy.

New renewable energy capacity from solar and wind is on the rise in the US, and April 2019 marked the first month when more electricity was generated in the country from renewable sources than from coal.

However, the growing renewable energy sector alone is not wholly responsible for the on-going retirement of coal-fired power plants and the essential moratorium on the construction of new coal plants.

“The US thermal coal industry is in severe trouble. However, coal’s demise as the fuel of choice for power generators is primarily due to the upsurge of cheap natural gas and not renewable sources of power,” says Steve Hulton, Head of Coal Research at Rystad Energy.

“Strong growth in US shale gas production has more than halved the average fuel cost of natural gas for US electricity producers from 2008 to 2019, in turn leading to a remarkable rise in gas-fueled power generation,” Carlos Torres-Diaz, Rystad Energy’s Head of Gas Market research, added.

Rystad Energy forecasts that natural gas-fueled generation will hit a record 38% share of total US electrical power generated in 2019. This is almost two and a half times the level seen in 2008.

The increase has been spurred by the new capacity of renewable and gas power plants – offsetting the retirement of older coal-fired power plants – and from increased coal-to-gas switching, thanks to a combination of market mechanisms and higher thermal efficiency.

“The move from coal to gas was largely triggered by simple fuel cost economics. Lower gas pricing is a direct result of the falling production costs and increasing volumes of US shale gas extraction,” Torres-Diaz remarked.

The average cost of natural gas for US electricity generators has fallen almost 60% over the last decade, while the cost of thermal coal on the other hand has been relatively flat.

Despite the US not having a federal carbon pricing program, the switch from coal to gas power generation and the growth in renewable energy has resulted in lower carbon dioxide emissions from the power sector. Carbon dioxide emissions from energy consumption at power plants have dropped in tandem with coal-fired power generation from a level of 2.5 billion metric tons in 2007 to 1.8 billion metric tons in 2017.

“The Trump administration campaigned strongly on a promise to revive the US coal sector, however, coal plant retirements and coal mine closures have continued,” Hulton remarked. “Even with the finalization in June 2019 of the new Affordable Clean Energy rule, which lowers the compliance cost for coal plant operators, our view is that the central investment dynamic – cheap gas – remains, and will continue to shape investment in the power sector.”

The outlook for the US thermal coal industry is bleak. With domestic coal supply forecast to hit a 40 year-low this year, operators are struggling to stay in business. Indeed, two of the country’s largest mines were closed in July as the owner filed for bankruptcy.

In 2018, strong prices in the international seaborne thermal coal market enabled US coal producers to lift exports significantly, softening the impact of worsening domestic demand. However, US thermal coal exports for the first quarter of 2019 were down 15% from the previous quarter.

“Export markets won’t be US coal’s savior. The US remains a high-cost ‘swing’ producer for export thermal coal. And with international coal prices on the decline, combined with a weak demand outlook in Europe, the opportunity to make profitable export sales for many producers is closing rapidly,” Hulton remarked.

Rystad Energy forecasts that US natural gas prices will remain very low for the next couple of years given continued growth in gas production and infrastructure bottlenecks that will limit exports.

“With the Henry Hub price expected to remain below $3 per MMBtu at least until 2021 and limited room for cost cuts in the coal mining industry, gas demand from the power sector is expected to remain strong, painting a gloomy outlook for coal miners but having a positive impact on the environment,” Torres-Diaz added.
Source: Rystad Energy
https://www.hellenicshippingnews.com/ch ... in-the-us/

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

par energy_isere » 20 juin 2019, 07:56

Combat d'arrière garde :
Le gouvernement Trump finit d'enterrer le plan anti-charbon d'Obama

AFP parue le 19 juin 2019

L'administration du président américain Donald Trump a finalisé mercredi la nouvelle réglementation antipollution qui s'appliquera aux centrales à charbon américaines, bien plus laxiste que ce que Barack Obama voulait imposer.

Mais ces nouvelles normes anti-CO2 sont considérées comme futiles par de nombreux experts, tant le déclin naturel du charbon est engagé aux Etats-Unis au profit du gaz naturel et des énergies renouvelables.

Le secteur énergétique américain devrait avoir réduit ses émissions de dioxyde de carbone de 13% en 2019 par rapport à 2005, selon des statistiques officielles. Pour le charbon seulement, elles ont déjà été réduites de 39% entre 2005 et 2017.

Donald Trump avait annoncé en 2017 qu'il abrogerait le plan climat de son prédécesseur, baptisé le Clean Power Plan, qui avait lui-même été bloqué par la justice.

Depuis, l'Agence de protection de l'environnement (EPA) oeuvrait à rédiger la nouvelle réglementation, qui devait nécessairement passer par une longue période de consultation publique.

Finalement, l'administrateur de l'EPA, Andrew Wheeler, a annoncé mercredi dans un discours que le processus était terminé.

"Nous extrayons et utilisons notre charbon aux Etats-Unis plus proprement que nos concurrents internationaux", a-t-il assuré.

Le plan annoncé mercredi sera vraisemblablement attaqué en justice par les Etats gouvernés par des démocrates, ce qui pourrait repousser son application, notamment si la Cour suprême finissait par se saisir du dossier.

En attendant, les militants écologistes assurent que les centrales au charbon continueront de fermer, par la seule pression du marché, de nombreux opérateurs choisissant de toute façon de continuer la transition au gaz naturel, au solaire et à l'éolien.

"La tentative de l'administration Trump de ressusciter une industrie obsolète comme le charbon s'avère futile: depuis qu'il est entré en fonction, plus de cinquante centrales au charbon ont fermé", a déclaré un responsable de la campagne Beyond Carbon, financée par le milliardaire new-yorkais Michael Bloomberg, qui veut consacrer 500 millions de dollars de sa fortune à achever le charbon aux Etats-Unis d'ici 2030.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ama-190619

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

par energy_isere » 20 juin 2019, 07:54

L'Etat de New York adopte une ambitieuse loi anti-carbone

AFP parue le 19 juin 2019

L'Etat de New York a approuvé mercredi l'une des lois de réduction des gaz à effet de serre les plus ambitieuses de la planète, en contre-pied du déni climatique de Donald Trump, qui a fini d'enterrer le même jour le plan anti-charbon de Barack Obama.

L'Union européenne, la France, le Royaume-Uni, la Suède, la Nouvelle-Zélande, la Californie sont quelques unes des juridictions à s'être donné comme objectif d'être neutres en carbone d'ici le milieu du siècle -- mais la plupart n'ont pas encore adopté de législation contraignante.

Le texte adopté par le parlement de l'Etat de New York (20 millions d'habitants), dirigé par les démocrates, prévoit de réduire de 85% les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050, par rapport à 1990 (en 2015, l'Etat n'en était qu'à une réduction de 8%).

Dans le but de parvenir à un bilan carbone neutre, les législateurs prévoient aussi des incitations pour que les 15% d'émissions restantes soient compensées.

Cela veut dire que d'ici une trentaine d'années, la plupart des centrales thermiques ne pourront plus brûler de gaz naturel ou de charbon, et que la majorité des véhicules sur les routes devront être électriques ou à zéro émission -- sans compter le chauffage des logements ou l'énergie utilisée par les usines.

"Alors que Washington reste les bras croisés, New York montre la voie", s'est réjoui le sénateur démocrate Todd Kaminsky, un des principaux artisans de la loi.

L'Etat s'est fixé comme objectif intermédiaire d'une réduction de la pollution climatique de 40% d'ici 2030, toujours par rapport à 1990.

Et en 2040, 100% de son électricité devra être sans émission de carbone. L'Etat est déjà bien avancé pour cet objectif-là, une grande partie de l'électricité provenant aujourd'hui du nucléaire (28%) et de l'hydraulique (16%), le gaz naturel représentant 35%. Le solaire et l'éolien sont négligeables actuellement.

La loi new-yorkaise, négociée entre le gouverneur Andrew Cuomo et les deux chambres du parlement local, toutes deux à majorité démocrate depuis janvier, illustre l'adhésion rapide de toute la gauche américaine, et notamment des candidats à la Maison Blanche, au principe d'un "New Deal Vert", afin de faire basculer l'économie américaine vers les énergies propres tout en favorisant la création de "bons emplois".

- Déclin du charbon -

Aux Etats-Unis, New York rejoint la Californie et d'autres Etats gouvernés par les démocrates pour compenser l'inaction climatique du gouvernement fédéral américain.
.......
https://www.connaissancedesenergies.org ... one-190619

Haut