Engrais et fertilisants agricoles.

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Engrais et fertilisants agricoles.

Re: Engrais et fertilisants agricoles.

par energy_isere » 02 nov. 2019, 12:02

Angola : le russe Uralchem construira une usine d’engrais d’environ 1,3 milliard $

Agence Ecofin 28 oct 2019

Le fabricant d’engrais russe Uralchem continue sa percée sur le continent. Après avoir affiché ses ambitions au Zimbabwe et en Zambie, le groupe a annoncé son intention d’édifier une usine d’engrais en Angola.

D’après Reuters qui rapporte l’information, le mémorandum d’entente (MoU) relatif au projet a été signé entre la compagnie et la société holding angolaise Grupo Opaia SA en marge du sommet Afrique-Russie qui s’est déroulé du 22 au 24 octobre dernier à Sotchi.

Dotée d’une capacité annuelle de production de 1,2 million de tonnes d’urée, l’unité devrait lancer ses activités en 2023. Pour financer ce projet d’envergure qui devrait coûter entre 1,2 et 1,3 milliard $, Uralchem prévoit de mobiliser du financement bancaire.

De son côté, Grupo Opaia devrait se charger de l’approvisionnement en gaz de l’usine, de solliciter les autorisations réglementaires pour le projet et de choisir l’emplacement de l’usine.

Pour rappel, la demande en engrais de l’Angola est comprise entre 200 000 et 300 000 tonnes par an.
https://www.agenceecofin.com/investisse ... 3-milliard

Re: Engrais et fertilisants agricoles.

par phyvette » 22 oct. 2018, 12:52

En ce moment j'offre le meilleur de moi même aux choux de Bruxelles.
Si tout ce passe bien il me faudra une échelle pour les cueillir.

Re: Engrais et fertilisants agricoles.

par GillesH38 » 22 oct. 2018, 12:31

kercoz a écrit :
22 oct. 2018, 12:16
Sterile peut être mais pas exempt de molécules médicamenteuses comme les anti bio. Il serait bon de connaitre si le taux de ces molécule est ou n' est pas bio-accumulé dans les urines.
Ceci dit, 1à 3l /m2 , pour mes 3oo m2 de potager et 200m2 d'arbres, va me falloir un max de bière!
/ m2 mais tous les combien ? par an ?

Re: Engrais et fertilisants agricoles.

par kercoz » 22 oct. 2018, 12:16

Sterile peut être mais pas exempt de molécules médicamenteuses comme les anti bio. Il serait bon de connaitre si le taux de ces molécule est ou n' est pas bio-accumulé dans les urines.
Ceci dit, 1à 3l /m2 , pour mes 3oo m2 de potager et 200m2 d'arbres, va me falloir un max de bière!
Mais c'est vrai que, qq soit le temps, je pisse toujours dehors, en ciblant un privilégié ( 2e épouse refuse )

Re: Engrais et fertilisants agricoles.

par energy_isere » 22 oct. 2018, 09:27

Jardinage : et si vous utilisiez votre urine comme engrais ?
Apprenez à valoriser l'urine, cet or jaune, à l’échelle d’un potager familial... en complémentarité avec l’or brun (le compost) et l’or bleu (l’eau).


Publié le 12 Oct 18

L’idée de fertiliser son jardin avec l’urine des membres de la famille représente encore un tabou culturel. Pourtant, c’est un déchet organique simple à recycler, naturel et facilement exploitable, qui représente une alternative intéressante aux engrais de synthèse.

C’est ce que démontre le pépiniériste et ingénieur Renaud de Looze dans son livre L’urine, de l’or liquide au jardin, à la suite de 20 ans d’expérimentation.

Dans la postface, le responsable des expérimentations au centre Terre Vivante, Antoine Brosse-Platière, souligne : « C’est une ressource abondante et gratuite injustement méprisée. Elle commence cependant à susciter, dans de nombreux pays, des recherches scientifiques ouvrant des perspectives prometteuses. Il est grand temps de réhabiliter l’usage de cet or liquide si précieux au jardin ».

Un cocktail de bienfaits

L’urine fraîche d’une personne en bonne santé est stérile, donc non toxique. De manière générale, elle améliore la structure du sol et la santé des végétaux. Elle est composée d’eau et de minéraux facilement assimilables par les plantes, comme l’azote (6g/L) si bénéfique pour leur croissance, le potassium (2g/L) et le phosphore (1g/L), équivalant à 100 g d’engrais organique du commerce.

Elle contient aussi du magnésium, du calcium, du souffre, du sodium, du chlore, des oligo-éléments… Et en plus d’être utile au jardin, son recyclage permet de diminuer les eaux usées à traiter et de faire des économies d’engrais du commerce.


Mode d’emploi

Recycler l’urine est une pratique à la portée de tous, à l’échelle d’un potager ou d’un jardin familial. Il suffit d’abord de la collecter séparément des matières fécales pour ne pas la contaminer de bactéries pathogènes, puis de suivre une de ces deux méthodes : « verser pure en une fois dans le sol une à deux semaines avant la mise en place des cultures ; ou diluer 20 fois dans un arrosoir d’eau pour un apport fractionné au pied des cultures en terre, tout au long de la saison, et en application tous les 15 jours ».

Les doses recommandées sont de 1 à 3 litres d’urine par mètre carré. « C’est un engrais adapté à la plupart des végétaux. Bien doser permet d’éviter les excès de nitrate et les risques de salinité excessive, conseille l’auteur. Et pour contrer l’apparition d’odeurs, il faut la verser dans un sol aéré et vivant : la complémentarité est donc indispensable avec un apport de compost ou de fumier en amont, à appliquer lors de la saison précédente… Pour 1L d’urine, prévoir 1L (=500 g) de compost à incorporer dans les 5 premiers centimètres du sol ».

Même les plantes en pot peuvent bénéficier de cet or jaune liquide : « Comptez 1 verre de 10 cl d’urine dans un arrosoir de 2 L (ou 25 cl/5 L), pour une application toutes les 2 à 3 semaines ; 1 L d’urine pour un pot de 20 L de terreau suffit à une fertilisation de 2 mois. L’idéal étant d’utiliser ce même mélange à chaque rempotage ». Bonne fertilisation !
https://actu.fr/insolite/jardinage-si-v ... 85330.html

Re: Engrais et fertilisants agricoles.

par energy_isere » 22 mai 2018, 22:20

TechnipFMC remporte des contrats « majeurs » pour deux usines en Inde

AFP parue le 22 mai 2018

TechnipFMC, en consortium avec une filiale du conglomérat indien Larsen & Toubro, a remporté des "contrats majeurs" pour deux usines de production d'engrais, a annoncé mardi le groupe parapétrolier. TechnipFMC, né de la fusion du français Technip et de l'américain FMC, a coutume d'utiliser l'adjectif "majeur" pour qualifier les contrats supérieurs à un milliard d'euros.

Les contrats en question, remportés auprès d'Hindustan Urvarak and Rasayan Limited (HURL), une coentreprise comprenant trois sociétés indiennes du secteur public (IOCL, NTPC et CIL), portent sur l'ingénierie, la fourniture des équipements, la construction et la mise en service de deux usines de production d'engrais alimentées par du gaz naturel en Inde orientale.

Situées à Barauni dans l'État du Bihar et à Sindri dans l'État du Jharkhand, ces usines seront toutes deux en mesure de produire quotidiennement 2 200 tonnes d'ammoniac et 3 850 tonnes d'urée. Le consortium avec L&T Hydrocarbon Engineering (LTHE), filiale à 100% de Larsen & Toubro, est dirigé par TechnipFMC.

Il est chargé "de la licence, des études de base, des études détaillées, de la construction ainsi que de la mise en service des deux usines dans une période de 36 mois", précise le groupe dans un communiqué. Ces contrats renforcent "notre position de leader dans la réalisation de projets complexes dans les secteurs des engrais, de la raffinerie et de la pétrochimie", a déclaré Nello Uccelletti, président des activités onshore/offshore de TechnipFMC, cité dans le communiqué.

"Ce projet est d'une importance nationale pour l'Inde afin de satisfaire la demande en urée du marché domestique, et représente ainsi un catalyseur pour la croissance économique du pays", a-t-il ajouté.
https://www.connaissancedesenergies.org ... nde-180522

Re: Engrais et fertilisants agricoles.

par energy_isere » 26 févr. 2016, 17:55

Maroc : quand le géant des phosphates OCP se voit moteur d'une nouvelle révolution verte en Afrique

26 février 2016 Usine Nouvelle

Le groupe public Office chérifien des phosphates (OCP) crée une entitée centrée sur le développement du marché africain des engrais. Elle comptera des filiales dans 15 pays africains à court terme pour un investissement d'au moins 100 millions de dollars alors que le groupe vient de lancer une usine d'engrais à 500 millions de dollars ciblant ces marchés.
............
............
http://www.usinenouvelle.com/article/ma ... que.N38172

Re: Engrais et fertilisants agricoles.

par energy_isere » 02 févr. 2016, 20:14

Le géant marocain des phosphates se sacre roi des engrais

Le Monde.fr Le 02.02.2016

Mostafa Terrab voit grand. « En 2017, l’OCP atteindra une capacité de production d’engrais de près de 12 millions de tonnes par an. Ce qui fera de notre groupe le leader mondial dans ce marché », s’est félicité lundi 1er février le directeur général de l’Office chérifien des phosphates (OCP). Quelques instants plus tôt, c’est le roi Mohammed VI en personne qui avait présidé la cérémonie d’inauguration de la nouvelle usine d’engrais à Jorf Lasfar, à une centaine de kilomètres au sud de Casablanca.

L’entreprise marocaine a mobilisé 5,3 milliards de dirhams (environ 490 millions d’euros) pour construire l’African Fertilizer Complex, la première des quatre unités qui seront lancées par le géant marocain des phosphates « dans les dix-huit prochains mois ». Production annuelle estimée : 1,4 million de tonnes d’acide sulfurique ; 450 000 tonnes d’acide phosphorique ; et 1 million de tonnes d’engrais.

Surtout, cette usine d’engrais est destinée à l’Afrique, qui ne représente que 3 % de la consommation mondiale. La sous-utilisation des engrais a un impact certain sur les rendements agricoles : pour le manioc, le rendement en Inde atteint 36 tonnes par hectare contre seulement 11 en Afrique. « Nous sommes partis d’un constat historique éclatant, témoigne un conseiller de Mostafa Terrab. Aucun pays ne s’est développé, y compris dans l’industrie, sans avoir au préalable développé son agriculture. L’augmentation des rendements est nécessaire, reste à savoir comment l’atteindre de manière efficace et responsable. »

.......................
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2 ... _3212.html

Re: Engrais et fertilisants agricoles.

par Silenius » 07 oct. 2014, 21:16

Dans les années 70, il y avait eu des études sur la culture d'algues fixatrices d'azote, qui produisaient 100 tonnes de matière sèche à 10% d'N par ha de bassin. A presque 5 fois moins de concentration que l'urée, cela aurait été cher a transporter, même si les coûts de production étaient déja compétitifs a l'époque.
Maintenant, avec les nouvelles technologies mises au point pour la production d'éthanol, il serait possible de fermenter les sucres et cellulose, récupérer les lipides et obtenir des protéines plus concentrées...
Et ces protéines pourraient être utilisées en alimentation humaine ou animales au lieu de servir d'engrais.

Re: Engrais et fertilisants agricoles.

par sherpa421 » 06 oct. 2014, 14:50

Dans le tableau on voit qu'il y a une importation net de 2 milliards d'€ pour les engrais. Mais peut être y a t il une production d'engrais en France consommé sur le territoire. Dans ce cas, il faut considérer en plus la part de gaz naturel correspondante à cette production.

En tout cas, ça fait beaucoup d'€. Ça réduit significativement le solde positif de la balance extérieur des produits agricoles.

Re: Engrais et fertilisants agricoles.

par energy_isere » 04 oct. 2014, 14:10

pour la France le poste ''engrais et composés azotés'' engendre 2 milliards € par an de déficit au commerce extérieur.

voir le tableau de ce post viewtopic.php?p=365419#p365419

Re: Engrais et fertilisants agricoles.

par energy_isere » 04 oct. 2014, 13:43

La fabrication de l' ammoniac NH3 base des engrais ammoniaqué représente 2 % de la consommation énergétique mondiale.

Stuart Licht et ses collègues à la George Washington University développent un autre procédé que le centenaire procédé Haber Bosch.

Reste à voir si il est énergétiquement plus intéressant (ce qu' ils prétendent) et extensible à grande échelle.
Water and air are all you need to make one of world’s most important chemicals

7 August 2014,

Researchers have developed a method to produce ammonia simply from air and water. Not only is it more energy efficient than the century-old Haber-Bosch process currently in use all over the world, but it is also greener.

Ammonia – made up of three parts hydrogen and one part nitrogen (or NH3) – has had a momentous impact on society. Without the mass production of this chemical, it is estimated that as many as a third of us won’t be alive. This is because its main use is to make fertilisers, which have helped improve crop yields and sustain a large population.

Developed in 1909, the Haber-Bosch process – often cited as the most important invention of the 20th century – involves heating purified nitrogen and hydrogen gas at very high temperature and pressure in presence of an iron catalyst. The presence of the catalyst, which doesn’t take part in the reaction but lowers the energy threshold of the reaction, is vital. Despite which, ammonia’s production – about 140m tons in 2012 – consumes nearly 2% of the world’s energy supply.

Apart from large energy requirements to achieve reaction conditions, the current production method is inefficient because it needs hydrogen gas, which is obtained by processing natural gas. The byproduct of the process is carbon dioxide. Stuart Licht and his colleagues at the George Washington University thought they could do better if they could find a way of using water instead of natural gas as a source of hydrogen.

Previous attempts at combining water (made up of two parts hydrogen and one part oxygen) with air (which consists of 78% nitrogen) to form ammonia have been less successful. Licht’s solution was to bubble wet air through a mixture of tiny particles of iron oxide and molten chemicals (made up of sodium and potassium hyroxide) that is zapped with electricity.

Any chemical reaction is basically the exchange of electrons between atoms. In this case, those electrons are necessary to tease out the hydrogen from water and then combine with nitrogen. “When electricity is applied, the iron oxide captures electrons to permit water and air to directly react to form ammonia,” Licht said.

This method claims to use only two-thirds of the energy of the Haber-Bosch process. Along with the elimination of the need to produce hydrogen from natural gas, the overall emissions are reduced quite significantly. The whole process also takes place at milder conditions, not requiring 450°C and 200 times atmospheric pressure as the Haber-Bosch process does.

These are not all that make Licht’s method attractive. Some of the energy is sourced through another technology Licht has developed called solar thermal electrochemical production, or STEP. It is considered to be one of the most efficient solar cells currently in use.

The reaction also produces hydrogen gas as a byproduct, which would be suitable for hydrogen fuel cells, another popular avenue for clean-energy enthusiasts, according to David Fermin, professor of electrochemistry at the University of Bristol. “Hydrogen generated in this manner is significantly cleaner,” he said.

However, it is one thing to show off the success of chemical production in labs and quite another to replicate it on an industrial scale. Licht admits that there is room for improvement but he is confident that it could work. Fermin has a caveat to add, “Before going for full scale up, a better understanding of the mechanism in this complex multi-electron transfer reaction will be required.”

But even with Licht’s method, Fermin points out that we are far away from being able to replicate nature’s efficiency at converting nitrogen from the air to useful chemicals, which is done by nitrogen-fixing bacteria. “What is truly remarkable is that nature does it incredibly efficiently at low-temperature,” Fermin added.

And yet, if something more efficient can replace the Haber-Bosch process, it would lower the energy input of the production of one of the worlds most important chemicals and lead to a notable reduction in global CO2 emissions.
http://theconversation.com/water-and-ai ... cals-30173

Re: Engrais et fertilisants agricoles.

par mobar » 20 juil. 2014, 08:32

Silenius a écrit :En europe, les fertilisants azotés organiques concentrés (farine de sang ou de poisson) coûtent au moins deux fois plus cher que l'azote minéral. Vu que l'agriculture du ghana ne valorise pas ses productions dans la filière bio, autant exporter ce fertilisant et importer des engrais chimiques, ce qui permettrait de fertiliser des superficies plus importantes.
Tu sembles penser que le différentiel de marge sera partagé entre le producteur de farine de poisson africain et le consommateur d'engrais azoté africain ou que le marché sera traité en unités d'azote hors marge.

Je crois que tu te trompes, le producteur de farine de poisson africain recevra des cacahuètes pour son produit (que personne ne veut sur son territoire) et le consommateur d'engrais chimiques azotés africain paiera plein pot (pour un produit que tout le monde s'arrache).

La marge ira à la multinationale occidentale pour rémunérer les actionnaires, blancs en l’occurrence, et le paiement des campagnes marketing qui démontreront la responsabilité environnementale et l'excellence de la politique développement durable de la dite multinationale

Re: Engrais et fertilisants agricoles.

par Silenius » 20 juil. 2014, 01:27

En europe, les fertilisants azotés organiques concentrés (farine de sang ou de poisson) coûtent au moins deux fois plus cher que l'azote minéral. Vu que l'agriculture du ghana ne valorise pas ses productions dans la filière bio, autant exporter ce fertilisant et importer des engrais chimiques, ce qui permettrait de fertiliser des superficies plus importantes.

Re: Engrais et fertilisants agricoles.

par energy_isere » 19 juil. 2014, 13:37

Ghana : un projet vise à transformer le poisson perdu en engrais

Agence Ecofin 15 Juillet 2014

Le Ghana, qui connaît actuellement une perte annuelle de 150 000 tonnes de sa production de poisson, pourrait voir cette quantité baisser considérablement si le Post Harvest Project (PHP), lancé par l’agro-businessman américain Craig Rominger, aboutissait.

En effet, ce projet vise à transformer le poisson perdu en engrais organiques, susceptible d’augmenter de 10 à 30% le rendement par hectare de culture. Selon l’initiateur du projet, ces engrais, qui devraient coûter 20 à 25% moins chers que les engrais non-organiques, seront fabriqués à partir d’une unité de production qui sera installée par EcoGroup Ghana, l’un des partenaires du PHP. «Dans sa première phase, le projet permettra la création de 300 emplois.» indique Craig Rominger, qui explique que le choix du Ghana comme base de lancement de ce projet aux ambitions panafricaines a été basé sur les scores supérieurs enregistrés par le pays sur 28 indicateurs dont le climat des affaires et le niveau d’éducation entre autres.
http://www.agenceecofin.com/aquaculture ... en-engrais

Haut