[crise] l'économie UK en difficulté

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:D :geek: :ugeek: :ghost: :wtf: :-D :) :-) :-( :-o :shock: :? 8-) :lol: :-x :-P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: ;) ;-) :!: :?: :idea: :arrow: :-| :mrgreen: =D> #-o =P~ :^o [-X [-o< 8-[ [-( :-k ](*,) :-" O:) =; :-& :-({|= :-$ :-s \:D/ :-#
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est activée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : [crise] l'économie UK en difficulté

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

par energy_isere » 02 févr. 2020, 19:21

Après le Brexit, le Royaume-Uni se prépare au bras de fer avec l'UE

AFP•02/02/2020

Le Royaume-Uni s'est montré ferme dimanche sur sa volonté de s'affranchir des règles de l'Union européenne après le Brexit, laissant entrevoir un bras de fer intense sur leur future relation commerciale.
........
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... aac152f2bb

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

par energy_isere » 02 févr. 2020, 16:32

BREXIT : LES BRITANNIQUES SORTENT DE L’UNION EUROPÉENNE ET C’EST UN CHAMBOULEMENT ÉCONOMIQUE

31 janv 2020

LA CITY QUITTE LONDRES
C’est la cinquième puissance économique mondiale et dans quelques heures, elle sortira officiellement de l’Union européenne. Un événement géopolitique majeur auquel le secteur de la finance n’est évidemment pas hermétique. Ce matin, les Bourses ont ouvert en baisse comme celle de Londres ou de Paris. La délocalisation des entreprises financières de Londres vers des capitales de l’Union européenne a d’ores et déjà démarré à l’instar de la banque américaine JP Morgan qui a acquis un immeuble de 6 600 m² en plein cœur de Paris. Au total, 4 400 relocalisations d’emplois de la City vers la France ont été annoncées. "L'écosystème bancaire a été très surpris, mais le métier de la banque c'est de gérer du risque, ce risque avait été anticipé", rassure auprès de l'AFP Stéphane Dehaies, salarié de la banque britannique RBS lors du vote et désormais associé au sein du cabinet KPMG.

AUTOMOBILE, ALIMENTATION… DES CHAÎNES D’APPROVISIONNEMENT PERTURBÉES
Les entreprises ont gagné un an de répit : jusqu’à la fin de l’année, le secteur sera soumis aux mêmes règles communautaires actuelles, le temps de négocier. Mais l’inquiétude monte. L’année dernière déjà, plusieurs grandes chaînes de supermarchés et fast-food avaient adressé une lettre aux députés britanniques évoquant des "risques importants" sur la "qualité et la durée de vie de la nourriture". Le Royaume-Uni importe en effet un tiers de sa nourriture du Continent. Du côté du secteur de l’automobile, les chiffres sont éloquents. D’après la Society of Motor Manufacturers and Traders (SMMT), en trois ans, la fabrication de véhicules a reculé de 25 % au Royaume-Uni. Les fabricants, qui traversent déjà une crise liée au scandale du diesel, ont suspendu leur production pour plusieurs jours et dénoncent l’impact négatif du Brexit appelant à un "accord ambitieux avec l’Union européenne".

LA PÊCHE, PREMIER SUJET DE NÉGOCIATIONS
C’est un dossier qui est prioritaire. "Nous nous sommes mis d’accord pour que le premier accord conclu avant l’été 2020 soit celui de la pêche", a déclaré sur France Inter l’eurodéputée et ancienne ministre des Affaires étrangères Nathalie Loiseau. Il faut dire que la situation est particulièrement inquiétante. Les bateaux français pêchent 30 % de leurs poissons dans les eaux britanniques. Or la quasi-totalité des pêcheurs britanniques ont voté pour le Brexit dans l’espoir d’avoir l’usage exclusif de leurs eaux. Une situation qu’il va falloir rapidement clarifier pour ne pas impacter la filière.
https://www.novethic.fr/actualite/polit ... 48178.html

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

par mobar » 31 janv. 2020, 10:11

Aujourd'hui commence enfin le Brexit, il y a plusieurs façons de l'appréhender, les erreurs de l'Union européenne toussa... mais le principal c'est la capacité à l'autodestruction de l'Humain
La capacité d'autodestruction, tu l'attribues à l'humain en t'appuyant sur quel critère?

Sapiens a plus de 200 000 ans, il a survécu à plusieurs ères glaciaire et interglaciaires, s'est adapté à pratiquement tous les écosystèmes
c'est dans les 50 ou 100 dernières années qu'il a commencé à transformer radicalement son environnement et à mettre en péril sa survie

Ce serait pas plutôt le type d'organisation de la société qu'une partie des occidentaux, la caste pour faire court, ont réussi à imposer au monde entier qui est responsable de cette destruction?

Les erreurs de l'UE, ce sont les principes néo libéraux, ce n'est pas une erreur pour eux c'est un choix murement réfléchi et élaboré par des penseurs, des économistes et mis en œuvre par des financiers, des rentiers, des industriels pour mettre les sociétés en coupe réglée

Comment on appelle un chat?
Un chat!

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

par paradigme » 31 janv. 2020, 09:48

J'étais hier soir à une réunion politique en vue des prochaines municipales, ça m'a amusé car 15 ans après m'être un peu investi dans l'action politique écologique je m'aperçois que peu de choses ont changé, les boomers sont toujours là avec leurs illusions : la techno-sciences, leur volonté de pouvoir and co...Il y a aussi des "innocents" qui pensent que "les gens" vont voter pour l'écologie parce que tout nous poussent à l'écologie...

Ce qui est sympa c'est que c'est plus friendly, on écoute plus les autres et les outils relationnels commencent à changer. Une partie de la jeunesse a bien compris que l'enjeu n'est plus de sauver l'Humanité, là c'est mort, mais qu'il reste à vivre au mieux les quelques décennies à venir, on peut rigoler un peu !!

Aujourd'hui commence enfin le Brexit, il y a plusieurs façons de l'appréhender, les erreurs de l'Union européenne toussa... mais le principal c'est la capacité à l'autodestruction de l'Humain :
« il est bien possible que le Brexit soit une erreur, mais c’est notre choix »
https://www.lemonde.fr/international/ar ... _3210.html
D'ailleurs l'Australie l'autre Angleterre sera sans doute un des premiers continents à disparaître :
"Cet état d'alerte est une première depuis 2003"
https://www.letemps.ch/monde/letat-dale ... feux-foret

Le Royaume-Uni a été mené par une super menteuse pendant plus de 11 ans, en fait pendant l'âge d'or de la rente pétrolière... aujourd'hui la rente diminue a vue d’œil et plutôt que de changer de mode de vie, "ils" espèrent s'émanciper de l'UE pour se rapprocher des autres, dans un monde où le coût de l'énergie est amené à augmenter il apparaît bien illusoire de se rapprocher des pays les plus éloignés :-) les USA, sans parler de l'Inde, l'Afrique, l'Australie and co... sont bien loin par rapport à la France... et à l'Irlande voire l'Ecosse

Image

D'autres plus visionnaires nous ont dit le chemin que mène le fantasque BJ... le bouquin est sortie il y a 15 ans et le réel lui donne raison.
Image

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

par mobar » 30 janv. 2020, 22:49

Le gouvernement de Boris Johnson a annoncé une forte hausse de salaire minimum dès le mois d'avril prochain.
L'annonce inquiète le patronat outre-Manche mais Boris Johnson y tient : le Smic britannique va connaître une très forte progression dès avril prochain. Le gouvernement britannique du conservateur a ainsi annoncé mardi que le salaire minimum allait augmenter de 6,2 % pour les employés de plus de 25 ans, dès le 1er avril. Le taux horaire du Smic au Royaume-Uni va donc passer à 8,72 livres, soit 10,24 euros. Cela constitue "la plus forte augmentation en valeur" depuis la création en 2016 du salaire minimum sous sa forme actuelle, touché par 2,8 millions de Britanniques, a insisté Boris Johnson, cité dans un communiqué.
https://www.capital.fr/economie-politiq ... ic-1358685

Va bientôt falloir changer le titre du fil : "L'économie UK en pleine forme" ;)

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

par mobar » 30 janv. 2020, 15:12

Si l'exemple British fait école, l'UE, il se pourrait qu'elle n'en ai plus pour très longtemps à exister

C'était un sujet tabou jusqu'à il y a quelques années, mais le tabou est tombé, et comme l'UE n'a pas compris pourquoi les britishs ont choisi de sortir il est peu probable que les conditions changent
Et comme les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets, il n'est pas bien sorcier de prédire ce qui va se passer

Si demain tous les frontaliers qui travaillent en Suisse ou au Luxembourg arrêtaient de passer la frontière demain, je suis pas sur que les Suisses et les Luxembourgeois y trouvent leur compte ;)

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

par tita » 30 janv. 2020, 14:17

Du coup, jusqu'à fin 2020 la libre circulation des personnes reste de même que tous les accords commerciaux actuels. Le anglais qui travaillent sur le continent, de même que les européens qui travaillent en Angleterre pourront rester sans trop de formalité par la suite (plutôt une bonne chose vu que j'en connais plein dans ce cas).

Durant 2020, ils vont négocier tout un tas de trucs... Faudra voir ce que l'Irlande du Nord et l'Ecosse vont opter. Et je sens que ça va coincer avec l'Europe au sujet de la libre-circulation des personnes ou des accords de Shengen. Ce sont des points qui posent problème dans les accords bilatéraux avec la Suisse. L'extrême-droite ne cesse de brandir la menace de "travailleurs étrangers" qui volent le travail des Suisses ou de l'immigration galopante des demandeurs d'asile. (Alors que dans le fond, on est entièrement bénéficiaire avec la possibilité de renvoyer les demandeurs dans le premier pays qu'ils ont atteint, et que la main-d'oeuvre frontalière est capitale dans notre économie)

Qu'on soit clair, il y aura des négociations perpétuelles avec l'UE pour leurs rapports... C'est ce que la Suisse fait depuis 30 ans.

Ce n'est pas la fin du Brexit, mais bien le commencement...

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

par mobar » 30 janv. 2020, 12:45

energy_isere a écrit :
30 janv. 2020, 12:16
Royaume-Uni: quelle santé économique à l'aube du Brexit?
Ensuite, le marché du travail britannique affiche une santé insolente, avec un chômage à 3,8%, le plus faible en 45 ans, et un taux d'emploi jamais vu, à 76,3% sur la période de trois mois achevée fin novembre. Les salaires, quant à eux, continuent de progresser plus vite que les prix (+3,2% sur un an avec une inflation autour de 1,5%), même s'ils n'ont pas retrouvé leur niveau d'avant la crise financière de 2008 et si les inégalités demeurent criantes.
Si le taux d'emploi se maintien à un niveau élevé : les salaires vont continuer à progresser, ce qui entrainera de l'inflation, qui fera diminuer les encours de la dette en Livres, fera perdre de la valeur à la Livre, augmentera la compétitivité des produits made in UK ...

Quitter l'UE risque d'en questionner plus d'un :-"

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

par energy_isere » 30 janv. 2020, 12:16

Royaume-Uni: quelle santé économique à l'aube du Brexit?

AFP•30/01/2020

Entre un investissement qui souffre, une croissance plombée et un chômage historiquement bas, le Royaume-Uni connait une situation économique paradoxale, trois ans et demi après la décision des Britanniques de quitter l'Union européenne.

- Combien a coûté le Brexit?

Difficile de répondre précisément à cette question, mais des tendances claires ont été observées, notamment un affaissement de l'investissement, avec une année 2018 particulièrement mauvaise.

La croissance, de son côté, a ralenti, passant de 1,8% en 2017 à 1,4% en 2018, selon le Bureau national des statistiques (ONS).

Et pour 2019, la croissance pourrait tomber à 1,3%, soit le rythme d'expansion le plus faible depuis 2009, selon des estimations d'économistes compilées par le Trésor.

Pour autant, la situation n'est pas entièrement noire.

Premièrement, le Royaume-Uni n'est pas le seul pays à voir sa croissance ralentir, dans un contexte mondial dominé par les incertitudes et les tensions commerciales. Celle de la zone euro est ainsi attendue à 1,1% en 2019 par la Commission européenne.

Ensuite, le marché du travail britannique affiche une santé insolente, avec un chômage à 3,8%, le plus faible en 45 ans, et un taux d'emploi jamais vu, à 76,3% sur la période de trois mois achevée fin novembre. Les salaires, quant à eux, continuent de progresser plus vite que les prix (+3,2% sur un an avec une inflation autour de 1,5%), même s'ils n'ont pas retrouvé leur niveau d'avant la crise financière de 2008 et si les inégalités demeurent criantes.

- Y a-t-il eu un effet Boris Johnson?
La victoire de Boris Johnson aux élections législatives à la mi-décembre et la clarification qu'elle apporte après des mois d'atermoiements pourraient avoir un effet positif sur l'économie, selon plusieurs indicateurs.

e 24 janvier, la première estimation des indices PMI, qui mesurent la croissance de l'activité, a fait état d'un rebond à un niveau plus vu depuis septembre 2018, et ce après cinq mois de recul.

De plus, une enquête publiée la même semaine par le CBI, la principale organisation patronale britannique, a montré un net rebond de l'optimisme des entrepreneurs dans le secteur manufacturier.

La confiance est ainsi passée à +23% sur une période de trois mois achevée en janvier, un niveau plus observé depuis 2014, contre -44% dans la précédente enquête. Une telle amplitude entre deux enquêtes n'avait jamais été observée depuis la création de cette étude en 1958.

Autre signe d'embellie post-électorale: les prix de l'immobilier dans la capitale, en plein marasme depuis des mois, ont fortement rebondi en janvier, d'après le site d'annonces Rightmove.

Le Premier ministre a également promis de mettre fin à l'austérité, et annoncé une hausse du salaire minimum de 6,2% au 1er avril pour les plus de 25 ans. Une mesure de nature à stimuler la consommation et donc la croissance.

- A quoi s'attendre pour 2020?

Une fois le Brexit effectif vendredi soir, beaucoup de questions resteront en suspens, notamment celles entourant l'avenir des relations commerciales entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, et les négociations avec les Etats-Unis sur un accord de libre-échange.

La période d'incertitude devrait donc se poursuivre au moins quelques mois, avec les conséquences économiques négatives qui en découlent.

La croissance pourrait continuer à ralentir, la Banque d'Angleterre tablant pour l'instant sur 1,2% en 2020. L'institut monétaire doit cependant dévoiler ses nouvelles estimations jeudi, et une décision sur son taux d'intérêt directeur qu'elle pourrait baisser pour stimuler l'activité.

Le Fonds monétaire international, de son côté, prévoit une croissance britannique de 1,4% cette année, contre 1,3% pour la zone euro.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 212c0227bf

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

par energy_isere » 28 janv. 2020, 09:02

Brexit: ce qui va changer au 1er février

AFP•28/01/2020

Le Brexit interviendra vendredi à minuit, soit 1.317 jours après la décision des Britanniques de quitter l'Union européenne. Qu'est-ce qui va changer au 1er février?


Les échanges quotidiens entre le Royaume-Uni et l'UE vont continuer comme avant jusqu'à fin 2020. Pendant cette période de transition de 11 mois, Londres et Bruxelles vont négocier leur relation future. Quelques changements pratiques vont toutefois intervenir d'ici là.

Vendredi à minuit (23h00 GMT), l'Union européenne va pour la première fois perdre un Etat membre, qui plus est l'un des plus grands et des plus riches pays du bloc.

Avec le départ de 66 millions d'habitants, l'UE verra sa population passer à quelque 446 millions. Son territoire diminuera de 5,5%.

Si jamais le Royaume-Uni décidait un jour de revenir, il devrait se soumettre à la procédure d'adhésion habituelle.

- Les institutions -
A Bruxelles, le retrait de l'Union Jack devant le Parlement européen symbolisera un changement bien réel: le Royaume-Uni sort de l'UE et devient un "pays tiers".

Plus aucun des 73 eurodéputés britanniques élus en mai ne siègera. 46 des sièges seront réservés pour de futurs Etats membres et 27 seront redistribués.

Londres n'aura plus le droit de présenter un candidat à un poste de commissaire européen. Il n'y avait déjà plus de représentant britannique dans l'exécutif européen, Boris Johnson ayant refusé d'en proposer un dans la nouvelle Commission.

Le Premier ministre britannique ne sera plus invité aux sommets européens, pas plus que les membres du gouvernement n'assisteront aux réunions ministérielles.

En tant que citoyens d'un pays étranger, les Britanniques ne pourront plus prétendre à des postes de fonctionnaires à Bruxelles. Nombre d'entre eux ont toutefois acquis une double nationalité afin de pouvoir rester.

En revanche, le Royaume-Uni, deuxième contributeur net au budget de l'UE derrière l'Allemagne, continuera à payer jusqu'à la fin de la transition.

- Droits des citoyens -
........

https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 8afa6a95d0

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

par energy_isere » 25 janv. 2020, 12:28

L'UE et le Royaume-Uni bouclent les dernières formalités de leur divorce

AFP•25/01/2020
https://www.boursorama.com/bourse/actua ... a0412c61e2

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

par energy_isere » 09 oct. 2019, 20:27

Brexit: Les banques se préparent en cas de tempête financière dès le 21 octobre

PUBLIÉ LE 09/10/2019 par Huw Jones et Sinead Cruise

Si la date clé du Brexit reste fixée au 31 octobre, de fortes turbulences pourraient agiter les marchés financiers dès le 21, date à laquelle une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne sans accord négocié risque de devenir définitivement inévitable, expliquent plusieurs banquiers.

Selon cinq sources du secteur, des plans d'urgence sont déjà prêts afin de faire face à un mouvement de panique affectant les actions, les obligations et les devises dès le lundi 21 octobre. Et des traders se préparent à manger et dormir sur leur lieu de travail pour assurer une permanence 24 heures sur 24 à partir de cette date.

Les hauts dirigeants d'au moins deux grandes banques devraient se réunir dans des "salles de contrôle" dédiées au Brexit pour superviser les opérations financières et assurer la liaison avec les autorités de supervision.
.................
https://www.usinenouvelle.com/article/b ... re.N892924

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

par mobar » 09 sept. 2019, 17:49

Aie, Aie Aie, le Monarque prends position contre le vote du Peuple!
ça va mal finir cette affaire! :wtf:

Elle envisage peut être de faire rentrer l'UE dans le Commonwealth, ça ferait un ensemble de 2,8 milliards d'habitants et de 34 millions de km², de quoi tenir la dragée haute à Trumpy, Poutine et Xi Jing Ping :-"

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

par energy_isere » 09 sept. 2019, 17:32

La Reine qui intervient très rarement ordonne un avis :
La reine Elizabeth promulgue la loi visant à empêcher un Brexit sans accord

REUTERS•09/09/2019 LONDRES

La reine Elizabeth a promulgué lundi la loi obligeant Boris Johnson à solliciter auprès de l'Union européenne un report de trois mois du Brexit jusqu'à fin janvier 2020 si aucun accord n'est trouvé avec Bruxelles avant le 31 octobre.

Ce texte donne au gouvernement jusqu'au 19 octobre pour conclure un nouvel accord de divorce avec les autorités européennes - la date retenue suit le prochain conseil européen des 17 et 18 octobre à Bruxelles - ou pour obtenir l'aval du Parlement à une sortie sans accord, alors que la Chambre des communes a déjà voté à plusieurs reprises contre la perspective d'un "no deal".
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 09b3418d4d

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

par energy_isere » 18 août 2019, 15:23

Pénuries au Royaume-Uni en cas de Brexit sans accord

REUTERS•18/08/2019

Le Royaume-Uni sera confronté à des pénuries de nourriture, d'essence et de médicaments en cas de sortie de l'Union européenne sans accord, avec des blocages dans les ports et le rétablissement d'une frontière physique en Irlande, selon des documents officiels publiés par le Sunday Times.

Le Times souligne que ces prévisions du gouvernement britannique ne présentent pas le scénario du pire, mais bien les répercussions les plus probables d'un Brexit sans accord.

Une version démentie par Michael Gove, ministre chargé des préparatifs du divorce. Ces documents, a-t-il dit sur Twitter, décrivent la pire des situations et des "mesures très significatives ont été prises ces trois dernières semaines pour accélérer la préparation du Brexit".

Le ministre de l'Energie, Kwasi Kwarteng, a quant à lui assuré sur Sky News que le Royaume-Uni serait "pleinement préparé" à quitter l'UE le 31 octobre.

"Je pense qu'il y a beaucoup d'alarmisme dans l'air et qu'un grand nombre de personnes jouent la carte du 'projet peur", a-t-il déploré dimanche, en reprenant une expression - "Project Fear" - popularisée par les partisans du Brexit lors de la campagne référendaire de 2016 pour décrédibiliser les mises en garde des "Remainers" sur les conséquences d'un divorce avec les Européens.

"Nous serons parfaitement prêts à sortir sans accord le 31 octobre", a insisté le ministre.

Au 10, Downing Street, les services du Premier ministre Boris Johnson ont rappelé leur ligne de conduite en cas de fuites de présumés rapports officiels: pas de commentaire.

OPÉRATION YELLOWHAMMER

Selon les documents publiés par le Sunday Times, jusqu'à 85% des camions qui traversent la Manche "pourraient ne pas être prêts" pour les autorités douanières françaises, ce qui signifie que des perturbations dans les ports pourraient durer jusqu'à trois mois avant une éventuelle amélioration du trafic.

Le gouvernement juge par ailleurs probable le rétablissement d'une frontière physique entre la République d'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord, dans la mesure où les plans envisagés actuellement afin d'éviter des contrôles généralisés se révéleront inopérants, précise le Times.

"Compilé ce mois-ci par le Bureau du Cabinet sous le nom de code 'Opération Yellowhammer', le dossier offre un rare aperçu du plan secret du gouvernement pour éviter un effondrement catastrophique des infrastructures du pays", écrit le Times.

Le Royaume-Uni se dirige tout droit vers une crise constitutionnelle et une sortie de l'UE, alors que le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a promis que le pays quitterait le bloc communautaire à la date du 31 octobre, avec ou sans accord.

L'opposition fourbit ses armes pour tenter d'éviter, dès la rentrée parlementaire, le 3 septembre, cette issue qui inquiète les milieux économiques.
.........
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 2085c1cacc

Haut