Quand le pétrole deviendra plus cher, on ira le chercher là

Vous avez ou vous avez eu du mal à accepter le problème, vous ne parvenez pas à convaincre vos proches, vous ne savez pas comment réagir... parlez en ici.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
Moussaka2
Kérogène
Kérogène
Messages : 78
Inscription : 22 nov. 2007, 13:04

Quand le pétrole deviendra plus cher, on ira le chercher là

Message par Moussaka2 » 22 nov. 2007, 13:50

"Dès lors que les prix augmentent, les réserves aussi" et "Quand le pétrole deviendra plus cher, on ira le chercher là où c'était plus difficile" (mass media)
Hello à tous,

Je cite ici une citation du wiki Oléocène, section "Dictionnaire des idées reçues":
Réserves pétrolières

En fait, on me la donne souvent, celle-là. Mon contre-argumentaire n'est franchement pas convaincant, et j'essaie de trouver quelque chose de bien solide (j'ai affaire à des matheux, des financiers, etc).

Les "pros" pourraient-ils présenter une base d'argumentation bien solide sur le wiki ?

Avatar de l’utilisateur
sylva
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 808
Inscription : 03 juil. 2007, 17:09

Message par sylva » 22 nov. 2007, 15:04

on ira le chercher... avec les dents ? :-D
La Terre est bleue comme une orange. Paul Eluard
Il n'y a que la fiction qui dise le vrai. Vladimir Nabokov
Un écran, ça empêche de voir ; c'est sa fonction.

Avatar de l’utilisateur
Alter Egaux
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4302
Inscription : 08 févr. 2006, 15:18
Localisation : Ile de France
Contact :

Message par Alter Egaux » 22 nov. 2007, 15:16

Le Peak Oil n'est pas un problème de réserves mais un problème de production stagnante (puis en déplétion suite au PIC), à mettre en regard avec la demande toujours plus forte avec l'Asie.

La solution impérialiste, c'est d'aller éclater le gueule aux pays qui ont les dernière réserves (ex : Irak : 1 200 000 morts, Iran : cela démange les néocons) avant les autres.
L'autre solution disons plus humaniste : la sobriété et l'efficacité. Exit la société de consommation.

Si tu veux être un pro du pot, je te suggère ce blog : Terre de Brut
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett

Avatar de l’utilisateur
mrlargo
Modérateur
Modérateur
Messages : 1425
Inscription : 19 avr. 2006, 14:38
Localisation : La Tour du Pin
Contact :

Message par mrlargo » 22 nov. 2007, 15:46

Quand le pétrole deviendra plus cher, on ira le chercher là où c'était plus difficile
Un des contre-argument est simplement mathématique (niveau 3ème...)

Exemple (très simplifié !):
Suppose que tu veuilles monter un projet pétrolier.

>Tu prépares ton projet quand le pétrole est à P0=30$ le baril.
>Le retour estimé est de P x U (avec U une unité quelquonque liée au volume que tu compte récupérer, et P le prix du baril.)
>Le coût de projet est estimé à 100 U

Tu en déduis que ton prix du baril pour rendre ton projet rentable est à 100 $/baril (équation simple : 100 x U= P x U => P=100)

Logique ? et bien non, car pour extraire du pétrole, il en faut !

Reprenons le calcul en supposant que pour mettre en oeuvre ton projet initial, 10% du coût est un coût pétrolier (ou directement corrélé à lui...).

>Tes 100 xU se transforme en (10xP/30 + 90)xU ce qui revient évidemment au même si P=30
>Le prix d'équibre change : (10xP/30 + 90)xU= P xU
qui se résout avec P=135

Le pétrole augmentant, ton prix de rentabilité s'est déplacé...

Si dans ton projet, 10% du prix est corrélé au pétrole, ton point d'équilibre se fait à 135$ (et non 100$ comme on pourrait le penser)

Si dans ton projet, 25% du prix est corrélé au pétrole, ton point d'équilibre se fait à 450$ (et non 100$ comme on pourrait le penser)

etc...
La différence entre l’amour et l’argent, c’est que si on partage son argent, il diminue, tandis que si on partage son amour, il augmente. L’idéal étant d’arriver à partager son amour avec quelqu’un qui a du pognon.
(Philippe Geluck)

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 13594
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Message par GillesH38 » 22 nov. 2007, 16:07

il y a d'autre part un probleme de vitesse. Les gisements en exploitation s'épuisent a un rythme de 4, 5, parfois 10 ou 15 % /an. Il faut compenser par l'ouverture de nouveaux puits à un rythme supérieur si on veut continuer à croitre. Or le rythme d'ouverture de ces puits dépend de décisions prises 10 ans auparavant, et d'autre part avant de les ouvrir il faut d'abord trouver où ! c'est bien beau de dire que tu es ok pour forer à 50 ou 60 $ le baril mais ce n'est pas ça qui va assurer que tu trouves suffisamment d'endroits pour le faire ! a note d'ailleurs que plus la production augmente, plus son déclin (en absolu) aussi, et donc plus le rythme d'ouverture des nouveaux puits doit etre élevé !!!

bref tout ça fait que le déclin finit inexorablement par l'emporter sur le rythme des nouvelles productions, et comme on l'a démontré mathématiquement sur ce forum c'est inévitable ;-)
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

Avatar de l’utilisateur
Alter Egaux
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4302
Inscription : 08 févr. 2006, 15:18
Localisation : Ile de France
Contact :

Message par Alter Egaux » 22 nov. 2007, 16:18

Après, certains prétendent encore que la Terre est plate et Mars à 2 petits pas d'homme, mais "Houston, nous avons un problème"... ;)
Dernière modification par Alter Egaux le 22 nov. 2007, 16:18, modifié 1 fois.
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett

Avatar de l’utilisateur
Saratoga Elensar
Condensat
Condensat
Messages : 542
Inscription : 06 nov. 2007, 19:37

Message par Saratoga Elensar » 22 nov. 2007, 16:18

Oui mais il y aura toujours des gens pour dire que le taux de récupération actuel des puits étant de 38% - 45% avec les meilleurs taux autour de 60% si je me rappelle bien en Mer du Nord...l'augmentation du prix du baril permet d'investir plus afin d'avoir les technologies nécessaires pour pouvoir améliorer significativement ce taux de récupération.

Malgré que cela ne change rien il me semble, puisque l'amélioration du taux de récupération ne permet pas d'augmenter la quantité de production mais de réduire la vitesse de déplétion, la production s'étalant un peu plus dans le temps.

Surtout qu'il y a une problèmatique posée par les techniques de pressurisation qui ont tendance à dégrader le taux de récupération en plus d'une augmentation de la vitesse de déplétion comparé à un champ normal.

D'ailleurs quelqu'un connait du coté des megaprojets des champs avec des vitesses de déplétion inférieurs à 5% une fois que la phase de déplétion est totallement enclenchée ?
another world is not only possible, she is on her way, on a quiet day i can hear her breathing

Avatar de l’utilisateur
Tiennel
Modérateur
Modérateur
Messages : 5020
Inscription : 12 mars 2005, 00:37

Message par Tiennel » 22 nov. 2007, 16:48

Regarde l'un des derniers documents que Jean Laherrère met en ligne sur le site d'ASPO-France

Pour lui, on applique au pétrole (liquide) un raisonnement qui ne tient que pour les minerais (solides).

L'analogie du verre de coca avec des glaçons aide assez :
si tu plantes négligeement ta paille dans le verre et que tu aspires, tu vas récolter sans effort (d'exploration) une partie du pétrole.
Si tu aspires le coca après un minimum de réflexion préalable (la paille au fond, le verre légérement incliné, bref avec des méthodes avancées d'extraction ou EOR) tu arriveras à aspirer presque tout le liquide ; l'effort d'aspiration (=coût marginal de production) est presque identique. Il restera un tout petit peu de coca à la surface des glaçons, et celui-là, tu peux toujours courir pour le récupérer en aspirant comme un malade ou en baladant ta paille.

Le prix élevé du pétrole te pousse donc à investir dans des installations de plus en plus coûteuses, mais ton coût marginal reste le même une fois le bazar construit.

Pour un minerai, c'est différent : en gros, en fonction du prix du minerai, tu vas creuser plus profond et/ou dans des veines moins riches : ton coût marginal de production est alors supérieur, mais tu n'as pas investi plus en amont dans des techniques avancées d'extraction (=investissement).

Le prix élevé du minerai te pousse donc à épuiser complètement ton gisement en acceptant un coût marginal nettement supérieur, mais tes investissements passés ne sont pas remis en cause.
Méfiez-vous des biais cognitifs

Avatar de l’utilisateur
Environnement2100
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2493
Inscription : 18 mai 2006, 23:35
Localisation : Paris
Contact :

Message par Environnement2100 » 22 nov. 2007, 16:56

Je ne connais aucun moyen facile de convaincre les gens normaux qu'il y a un problème : le sujet est trop pénible, trop technique, et trop controversé.

Tu peux éventuellement demander à tes interlocuteurs :
- "C'était quand la dernière fois que le prix de l'essence a baissé ?"
- "A ton avis la guerre du Golfe c'est pour quoi faire ?" associée à :
- "Les Etats-Unis, ils importent ou ils exportent du pétrole ?"

mais franchement il est plus intéressant de voir où et pourquoi les gens s'arrêtent de réfléchir, plutôt que d'essayer de les convaincre.
Trop de mépris entraîne des méprises - Phyvette, ca 2007.

Avatar de l’utilisateur
Saratoga Elensar
Condensat
Condensat
Messages : 542
Inscription : 06 nov. 2007, 19:37

Message par Saratoga Elensar » 22 nov. 2007, 17:05

Environnement2100 a écrit :Je ne connais aucun moyen facile de convaincre les gens normaux qu'il y a un problème : le sujet est trop pénible, trop technique, et trop controversé.

Tu peux éventuellement demander à tes interlocuteurs :
- "C'était quand la dernière fois que le prix de l'essence a baissé ?"
- "A ton avis la guerre du Golfe c'est pour quoi faire ?" associée à :
- "Les Etats-Unis, ils importent ou ils exportent du pétrole ?"

mais franchement il est plus intéressant de voir où et pourquoi les gens s'arrêtent de réfléchir, plutôt que d'essayer de les convaincre.
J'aime bien l'expression " les gens normaux " :-P
another world is not only possible, she is on her way, on a quiet day i can hear her breathing

Avatar de l’utilisateur
Schlumpf
Modérateur
Modérateur
Messages : 2384
Inscription : 20 nov. 2005, 12:11
Localisation : Wiesbaden

Message par Schlumpf » 23 nov. 2007, 23:21

Il y a à mon sens un graphique qui est significatif: c'est celui qui présnte les découvertes de nouveaux champs et leur potentiel prévu. Posté cent fois sur ce forum (j'ai la flemme de chercher). On y voit que les nouvelles découvertes sont bien minces. Et que tout le monde peut comprendre (les gens normaux et les autres) que si on pioche à tout va dans les réservoirs sans en trouver d'autres, eh bien, à moyen terme, on se retrouvera à sec.
L'Homo sapiens se conjugue à la première personne du présent irresponsable...

Répondre