EDF

Discussions traitant des diverses sources d'énergie ainsi que de leur efficacité.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53739
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 22 juil. 2016, 20:51

Hinkley Point C : décision finale à l'ordre du jour le 28 juillet

AFP le 22 juill. 2016

EDF a annoncé aujourd'hui avoir convoqué un conseil d’administration le 28 juillet 2016 dont l’ordre du jour comprendra la décision finale d’investissement relative au projet de construction de deux réacteurs EPR à Hinkley Point C, au sud-ouest de l’Angleterre.

Il est envisagé que les 2 EPR d’Hinkley Point C soient exploités pendant 60 ans et qu’ils fournissent de l’ordre de 7% de l’électricité britannique. EDF Energy, filiale de l'électricien français, exploite déjà l'ensemble du parc nucléaire britannique en service (15 réacteurs répartis entre 7 centrales).

Trois des quatre syndicats d'EDF réclament depuis des mois un report de ce projet de 18 milliards de livres (environ 21,7 milliards d'euros), craignant qu'il ne fragilise la situation financière du groupe. Pour la direction d'EDF, le chantier doit respecter le calendrier prévu, la construction devant en effet commencer dans la foulée du chantier de l'EPR de Flamanville (Manche).

Mais le vote britannique sur le Brexit a renforcé l'inquiétude des syndicats et leur demande de temporiser. EDF et le gouvernement français ont assuré que ce vote ne remettait pas en cause le projet.
http://www.connaissancedesenergies.org/ ... -lo-160722

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53739
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 23 juil. 2016, 21:09

Bruno Retailleau : "la centrale de Cordemais menacée"

07 juillet 2016

D'après le président de la région Pays de la Loire, l'état envisagerait, à l'horizon 2023 de sortir du charbon. Ainsi, les tranches charbon de la centrale de Cordemais seraient amenées à être fermées. Bruno Retailleau rappelle également dans un communiqué que Manuel Valls avait pourtant affirmé récemment qu'"il n'était pas question de remettre en cause la pérennité de la centrale EDF de Cordemais".

Bruno Retailleau juge cette décision "totalement incohérente, incompréhensible et inadmissible". En effet, EDF a entrepris d'importantes adaptations de ses centrales thermiques. Dans ce cadre, 350 millions d'euros ont été consacrés à la modernisation des tranches fioul de la centrale de Cordemais. Par ailleurs, l'homme politique rappelle que "1 000 à 1 500 emplois seraient directement menacés par la fermeture de la centrale". En effet la clôture des tranches charbon pourrait entraîner la fermeture de la centrale, toujours selon Bruno Retailleau.
http://www.rcalaradio.com/article-15043 ... nacee.html

Avatar de l’utilisateur
sherpa421
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2492
Inscription : 28 mars 2012, 16:22

Re: EDF

Message par sherpa421 » 28 juil. 2016, 17:00

Gérard Magnin a écrit :Etant administrateur proposé par l’Etat actionnaire, je ne souhaite pas cautionner plus longtemps une stratégie que je ne partage pas.
http://www.lemonde.fr/economie/article/ ... _3234.html
La guerre tue.
Moi, j'aime pas le foot.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53739
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 28 juil. 2016, 18:31

dans Usine Nouvelle :
Quelques heures avant le verdict sur Hinkley Point, un administrateur d'EDF jette l'éponge

"Espérons qu’Hinkley Point n’entraîne pas EDF dans un abîme de type AREVA comme certains le craignent. EDF aurait alors perdu sur tous les tableaux". Gérard Magnin - dans sa lettre de démission adressée au PDG d'EDF et publiée par Les Echos - ne pouvait pas être plus clair. C'est bien un désaccord profond sur la question des réacteurs EPR d'Hinkley Point qui aura provoqué son départ, à l'instar de Thomas Piquemal, ancien directeur financier du groupe.

Gérard Magnin, membre du Cese France-Comté Bourgogne, évoque aussi le fait que "le centre de gravité d’EDF se déplace encore davantage vers le nucléaire." "Etant administrateur proposé par l’Etat actionnaire, je ne souhaite pas cautionner plus longtemps une stratégie que je ne partage pas", indique-t-il également.
.................
http://www.usinenouvelle.com/article/qu ... ge.N410012

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53739
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 29 juil. 2016, 11:37

EDF décide de lancer Hinkley Point, Londres tergiverse

LE MONDE | 28.07.2016

Image

Les deux réacteurs nucléaires EPR prévus à Hinkley Point, dans le sud-ouest de l’Angleterre, sortiront-ils un jour de terre ? Après des mois d’hésitations et de polémique, EDF a décidé jeudi 28 juillet de lancer leur construction, l’un des plus audacieux projets de son histoire. Malgré l’opposition d’une grande partie du personnel, les administrateurs réunis à Paris ont donné leur feu vert à cet investissement chiffré sur le papier à 18 milliards de livres (21,4 milliards d’euros environ). En croisant les doigts pour que ce chantier à hauts risques n’emmène pas EDF à la faillite, comme le prédisent les écologistes, mais aussi certains cadres du groupe…

Muni de cette autorisation, le PDG, Jean-Bernard Lévy, espérait signer dès vendredi l’accord définitif avec l’Etat britannique, clé de voûte du projet. Mais dans la soirée, surprise : le conseil avait à peine pris sa décision que Greg Clark, le nouveau ministre du commerce et de l’énergie, stoppait tout. « Le gouvernement va à présent analyser soigneusement tous les aspects de ce projet et prendra sa décision au début de l’automne », a-t-il déclaré. Les dirigeants d’EDF ont dû annuler leur déplacement en catastrophe.

Le nouvel exécutif britannique va-t-il remettre en cause les engagements du précédent ? Ces dernières semaines, après le Brexit, les contacts avec la nouvelle première ministre, Theresa May, et son équipe avaient au contraire confirmé la volonté britannique d’aller de l’avant, malgré les critiques très vives au Royaume-Uni. Mme May entend cependant vérifier une dernière fois tous les aspects du dossier avant d’appuyer – ou non – sur le bouton.

Les syndicats hostiles au projet
Elle pourrait avoir été sensible au montage financier et industriel, qui fait la part belle au géant chinois China General Nuclear Power Corporation (CGN). Celui-ci doit détenir 33,5 % de la centrale puis en construire une autre au Royaume-Uni. Alors que le gouvernement de David Cameron avait l’ambition de faire de la City une tête de pont pour les investissements chinois en Europe, Mme May semble plus réservée. « Qu’achètent les Chinois avec leur or ? », demandait Nick Timothy, son premier conseiller politique, dans la revue Conservative Home en octobre 2015. Et de répondre : « La première chose qui figure sur leur liste de courses est le silence britannique sur les violations des droits de l’homme. »

Ce nouveau délai complique en tous les cas la tâche de M. Lévy, qui pensait avoir franchi les principaux obstacles. EDF a déjà dépensé plus de 2,5 milliards d’euros pour concevoir la centrale, acheter le terrain, le terrasser, etc. Désormais, la priorité devait être de boucler les contrats au plus vite. Celui avec Londres, mais aussi ceux avec CGN et avec les principaux fournisseurs, dont Bouygues et Areva. Objectif : mettre en service le premier réacteur dans neuf ans et sept mois, en février 2026. Un calendrier serré.

En France aussi, la décision a été difficile à prendre. Depuis des mois, l’Etat actionnaire est partagé sur la pertinence du projet, la ministre de l’énergie, Ségolène Royal, redoutant qu’il n’empêche EDF d’investir dans les énergies renouvelables. L’entreprise, surtout, se révèle profondément divisée. Si M. Lévy et ses proches militent pour le démarrage du chantier, de nombreux cadres et tous les syndicats y sont hostiles.

Le conseil de jeudi, tendu, a reflété ces dissensions. Seuls dix administrateurs sur dix-huit ont voté en faveur du projet. Les six représentants des salariés s’y sont opposés, ainsi que l’ancienne présidente du Medef, Laurence Parisot. Quant à Gérard Magnin, un ancien délégué régional de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), entré au conseil en 2014 sur proposition de l’Etat actionnaire, il a préféré claquer la porte quelques heures avant la réunion.

.........................

Le calendrier prévoit de construire les deux EPR en un temps plus court que tous ceux en chantier en Finlande, en France et même en Chine. « Tenir ce délai nécessite des ratios de productivité qu’on n’a jamais été capable d’atteindre, c’est une vue de l’esprit », juge un de ceux qui ont étudié le dossier en profondeur. D’autant qu’il s’agit d’un EPR spécifique, adapté aux demandes des autorités britanniques et à la configuration du terrain.
..............................
http://www.lemonde.fr/economie-francais ... 56968.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53739
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 29 juil. 2016, 11:50

EDF prolonge le parc nucléaire français au plan comptable

29 juillet 2016 Reuters

EDF a annoncé vendredi une prolongation de la durée d'amortissement dans ses comptes d'une partie des centrales nucléaires françaises, dont le groupe estime pouvoir porter la durée de vie de quarante à cinquante ans.


Cette décision concerne les centrales de 900 mégawatts (MW), soit 32 des 58 réacteurs nucléaires en service en France, mais ne préjuge pas des décisions d'autorisation de poursuite d'exploitation individuelles qui seront données ultérieurement par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

En outre, elle n'intègre pas les deux réacteurs de 900 MW de Fessenheim (Haut-Rhin), dont la fermeture est programmée.

EDF a également publié vendredi des résultats semestriels pénalisés notamment par la chute des prix de marché de l'électricité, mais a confirmé l'ensemble de ses objectifs.

L'électricien public, dont l'Etat français détient 84,9% du capital, a enregistré au 30 juin un résultat net part du groupe de 2.081 millions d'euros (-17,2%), un résultat net courant de 2.968 millions (+1,4%) et un chiffre d'affaires de 36.659 millions (-5,7%).
http://fr.reuters.com/article/idFRFWN1AF00Z

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53739
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 06 août 2016, 13:13

Hinkley Point : le tribunal des référés de Paris rejette le recours du comité central d'entreprise

AFPle 05 août 2016
La juge des référés du tribunal de grande instance de Paris a rejeté vendredi le recours du comité central d'entreprise (CCE) d'EDF visant à suspendre le feu vert donné par le conseil d'administration du groupe public au projet controversé de centrale nucléaire à Hinkley Point (Angleterre).
.............
http://www.connaissancedesenergies.org/ ... ise-160805

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53739
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 07 août 2016, 11:55

EDF annonce que son PDG, Jean-Bernard Lévy, va attaquer en justice le syndicat Sud Energie, qui l’a accusé de mensonge dans le cadre du projet Hinkley Point.
http://www.lesechos.fr/industrie-servic ... 019086.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53739
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 15 sept. 2016, 16:12

Pour EDF, Hinkley Point "marque la relance du nucléaire en Europe"

AFP le 15/09/2016

Le lancement du projet de construction de deux réacteurs EPR à Hinkley Point (Angleterre), approuvé par Londres jeudi, "marque la relance du nucléaire en Europe", a estimé le PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy.


"La décision du gouvernement britannique d'approuver la construction de la centrale nucléaire d'Hinkley Point C marque la relance du nucléaire en Europe", déclare le dirigeant dans un communiqué.

"Cette décision démontre également la confiance portée à la technologie EPR et au savoir-faire mondialement reconnu de la filière nucléaire française", ajoute-t-il.

Londres a donné son accord au projet en l'assortissant d'une série de mesures pour "améliorer la sécurité" du projet évalué à 18 milliards de livres (environ 21,2 milliards d'euros), et porté aux deux tiers par EDF avec le soutien du groupe chinois CGN.

L'une des conditions posées est que le groupe français reste majoritaire pendant toute la phase de construction des réacteurs.

Selon l'énergéticien, un "échange de lettres" entre le groupe et les autorités britanniques viendra "concrétiser leur souhait de prendre en compte l'engagement d'EDF de maintenir son contrôle sur le projet HPC".

Le groupe souligne aussi dans le communiqué que le chantier permettra de renforcer sa présence outre-Manche, où il exploite déjà 15 réacteurs nucléaires, tout en permettant "la création de 25.000 emplois sur le site pendant la construction".

"L'annonce de ce jour est une excellente nouvelle pour les consommateurs britanniques, et donne une énorme impulsion à l'industrie du pays", a commenté Vincent de Rivaz, directeur général d'EDF Energy, la filiale britannique de l'énergéticien français.
http://www.boursorama.com/actualites/po ... a5f7f0279b

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53739
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 16 sept. 2016, 13:09

L' annonce sur Hinkley Point ne faits pas faire un bond dans l' action EDF. Au contraire ça continue à descendre.

a 10.82 € en ce moment.

https://www.google.fr/#q=cours+edf+

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53739
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 17 sept. 2016, 13:13

EDF : Dalkia acquiert un spécialiste américain des services énergétiques

Par latribune.fr | 17/09/2016

Dalkia, filiale française d'EDF dédiée aux services énergétiques, a annoncé vendredi l'acquisition de l'entreprise américaine Groom Energy Solutions LLC, spécialiste de l'efficacité énergétique pour les entreprises.

Dalkia, filiale française d'EDF dédiée aux services énergétiques, a annoncé vendredi l'acquisition de l'entreprise américaine Groom Energy Solutions LLC, spécialiste de l'efficacité énergétique pour les entreprises. Le montant de l'opération, n'a pas été dévoilé, mais cette acquisition permet à Dalkia de mettre un pied aux Etats-Unis sur ce marché en croissance. Elle est réalisée via DK Energy US, nouvelle filiale d'EDF chargée du développement de Dalkia aux Etats-Unis.

Créée en 2005, Groom Energy Solutions emploie environ soixante personnes et travaille pour des clients dans la grande distribution, le stockage frigorifique, l'hôtellerie et l'industrie agroalimentaire.

Développement à l'international
Cette acquisition s'inscrit dans la stratégie d'EDF de développer sa filiale de services énergétiques à l'international, deux ans après le partage de Dalkia entre ses deux co-actionnaires, EDF et Veolia.

EDF avait récupéré les activités françaises de Dalkia tandis que Veolia avait avalé ses actifs à l'étranger. L'électricien a gardé le droit d'utiliser la marque Dalkia pour ses activités en France mais ne peut pas utiliser cette marque pour l'instant à l'étranger. Il a commencé à investir de nouveau hors de l'Hexagone, avec une première acquisition en Pologne fin 2015. Dalkia pourrait aussi officialiser prochainement le rachat des activités en Russie de Fenice, filiale de l'italien Edison, selon Le Figaro.
http://www.latribune.fr/entreprises-fin ... 99905.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53739
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 23 sept. 2016, 12:57

La centrale EDF de Cordemais se cherche un avenir hors du fioul et du charbonJ

Usine Nouvell le 23/09/2016

Le comité central d’entreprise d’EDF a acté mercredi 21 septembre la fin en 2018 des tranches fonctionnant au fioul de ses centrales thermiques. La décision concerne deux des quatre tranches de Cordemais (Loire-Atlantique). Dans l’estuaire de la Loire, on veut croire à une possible reconversion dans la biomasse.

Image
Centre de production thermique de Cordemais

Alors que la réglementation ne les condamnait qu’à l’horizon 2023, EDF avait indiqué au printemps dernier anticiper l’arrêt des tranches au fioul, unités d’appoint sollicitées lors des périodes hivernales, compte-tenu d’un "contexte de surcapacité de production" et d’un coût de fonctionnement élevé. A Cordemais (Loire-Atlantique), la mesure concerne 140 des 450 salariés : hors les départs naturels, les autres se verront proposer des mesures de reconversion ou de mobilité.

Mais la centrale n’est pas au bout de ses peines puisque l’Etat a affirmé sa volonté de "s’orienter vers une sortie du charbon à l’horizon 2023", condamnant les deux autres tranches du site. D’où l’importance de son projet de reconversion dans la biomasse, un dossier en bonne voie : en partenariat avec les différentes collectivités, une filière régionale d’approvisionnement garantissant la qualité et la quantité des déchets verts se dessine. Un démonstrateur grandeur nature devrait être opérationnel […abonnés]
http://www.usinenouvelle.com/article/la ... on.N441117

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53739
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 09 oct. 2016, 12:14

EDF: émission obligataire senior multi-devises.

Par Cercle Finance , publié le 07/10/2016

EDF annonce avoir lancé avec succès une émission obligataire senior multi-devises d'environ trois milliards d'euros sur quatre tranches.

Il s'agit d'une obligation verte (Green Bond) de 1,75 milliard d'euros, d'une maturité de 10 ans avec un coupon fixe de 1%, d'une obligation de 750 millions d'euros, d'une maturité de 20 ans avec un coupon fixe de 1,875%, d'une obligation de 400 millions de francs suisses, d'une maturité de 8 ans avec un coupon fixe de 0,3% et d'une obligation de 150 millions de francs suisses, d'une maturité de 12 ans avec un coupon fixe de 0,65%.

Faisant suite à l'émission obligataire 'Formosa' de 2,655 milliards de dollars annoncée jeudi, cette opération s'inscrit dans le cadre de la politique de diversification de la base d'investisseurs du groupe énergétique.

Avec ce troisième Green Bond, d'un montant de 1,75 milliard d'euros soit la plus importante tranche Green en euros à ce jour, EDF a maintenant émis l'équivalent de plus de quatre milliards de Green Bonds en trois ans pour accompagner son développement dans les énergies renouvelables.
http://votreargent.lexpress.fr/bourse-d ... 38414.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53739
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 12 oct. 2016, 09:50

le 11 oct 2016 energy_isere a écrit :J' entends ce matin à la radio qu' il y aurait 23 réacteurs en arrêt en ce moment
c'est confirmé :
Electricité : inquiétudes sur le passage de l’hiver

« Il faut espérer que l'hiver soit doux... » Dans le petit monde du secteur de l'énergie, certains commencent à s'inquiéter de l'approvisionnement en électricité cet hiver. Ce lundi, sur les 58 réacteurs d'EDF normalement disponibles en France, 23 étaient à l'arrêt ou en service réduit. Un niveau exceptionnel lié notamment aux contrôles engagés depuis la découverte d'anomalies (une trop forte concentration de carbone) sur la cuve de l'EPR en construction à Flamanville.


Si la moitié des réacteurs à l'arrêt doivent redémarrer dès ce mois-ci, sept devraient rester à l'arrêt jusqu'à la fin de l'année au plus tôt, selon les prévisions d'EDF. Et les investigations menées par Areva et EDF à la demande de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) sur des générateurs de vapeur laissent planer des incertitudes sur d'éventuels arrêts supplémentaires.

« Nous sommes en pleine instruction, cela doit aboutir dans les prochaines semaines », indique aux « Echos » Julien Collet, directeur général adjoint de l'ASN. Potentiellement, quatre réacteurs pourraient encore être arrêtés (Tricastin 2 et 4, Fessenheim 1 et Gravelines 4), et les procédures de ­contrôle de quatre autres tranches, actuellement stoppées, pourraient être prolongées (Tricastin 1 et 3, Bugey 4 et Gravelines 2), précise l'ASN. EDF, de son côté, espère que tous ces contrôles seront soldés début janvier, et que seules quatre tranches manqueront à l'appel au premier trimestre (Paluel 2, Gravelines 5, Bugey 5 et Fessenheim 2).


« Si des tranches supplémentaires devaient être indisponibles, en prenant des hypothèses pénalisantes - vague de froid notamment -, on a encore des marges avant d'arriver à des situations potentielles de baisse de tension par exemple », assure-t-on à EDF.

Alors que le nucléaire fournit les trois quarts de la production d'électricité en France, « nous allons voir comment la disponibilité nucléaire s'agrège avec les autres moyens de production, les interconnexions et les scénarios climatiques de Météo France. On ne peut pas tirer d'enseignement à partir d'une seule donnée », relativise-t-on chez le gestionnaire du réseau RTE, qui présentera début novembre son analyse sur le « passage de l'hiver ».

Sur les marchés de l'électricité, l'inquiétude est en tout cas palpable. Alors qu'ils avaient connu une chute violente début 2016, les prix de gros pour livraison en 2017 ont flambé, dépassant 40 euros/MWh, alors qu'ils évoluaient à moins de 32 euros/MWh, il y a un mois. Une croissance de plus de 50 % par rapport au point bas du printemps.

Le « mécanisme anti-coupure » de RTE

A très court terme, ces variations n'auront pas d'effet sur les factures, mais les fournisseurs d'énergie, qui ont le choix entre s'approvisionner sur le marché ou acheter directement leur électricité à EDF au tarif (dit « Arenh ») de 42 euros/MWh, vont devoir réfléchir à leur approvisionnement.


En cas de couverture insuffisante des besoins de leurs clients, ils devront bientôt « acheter » les capacités de production manquantes. de gré à gré ou sur un nouveau marché, baptisé « marché de capacité ». La Commission européenne vient, en effet, de faire part des amendements qu'elle souhaitait sur ce « mécanisme anti-coupure » bâti par RTE. « Bruxelles a une volonté de rendre le marché plus liquide et plus transparent, mais ce n'est toujours pas la bonne manière de créer un marché », juge Fabien Choné, président de l'Anode, qui regroupe les alternatifs.

Si la première confrontation de l'offre et de la demande sur ce marché, prévue mi-décembre par la Bourse Epex Spot, constate un déficit de capacités, les moyens de production disponibles seront rémunérés. « A long terme, le marché de capacité est un moyen pour développer des moyens de production ou d'effacement si cela est nécessaire, mais cela peut aussi inciter certains opérateurs à différer la fermeture de centrales de production », explique Thomas Veyrenc, directeur du département marchés de RTE.
http://www.lesechos.fr/industrie-servic ... v2SHBUO.99

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53739
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 13 oct. 2016, 19:07

EDF vise un million de clients avec sa nouvelle station connectée Sowee

le 13/10/2016

EDF a lancé jeudi une nouvelle station connectée, une sorte de télécommande qui permet notamment d'ajuster son chauffage au gaz à distance, de suivre sa consommation d'énergie ou de piloter des appareils connectés, avec l'objectif de séduire un million de clients d'ici dix ans.

Baptisée "Sowee", la station connectée se présente comme un boîtier vertical avec des icônes indiquant la température extérieure, la température intérieure ou encore la qualité de l'air. Elle a été conçue de zéro par EDF et s'accompagne de deux formules d'abonnement prévoyant également la fourniture de gaz.

"On voudrait atteindre le million de clients avant 10 ans", a déclaré Sylvie Jéhanno, directrice clients particuliers d'EDF.

La formule la moins chère, qui comprend la station connectée et l'abonnement au gaz (hors fourniture de la molécule), est à 49 euros à la souscription puis 5,5 euros par mois pendant 36 mois. La seconde, qui inclut en plus le thermostat pour le pilotage du chauffage à l'euro ou au degré près, prévoit une souscription de 99 euros et un abonnement mensuel de 5,5 euros également.

Pour les clients préférant un autre fournisseur de gaz, l'appareil seul - qui est fabriqué en France, près d'Angers - coûte 319 euros.

Les clients intéressés pourront souscrire à Sowee à partir de fin novembre. L'offre sera dans un premier temps disponible sur internet uniquement. Des discussions sont en cours avec des distributeurs physiques, a indiqué EDF.
http://www.boursorama.com/actualites/ed ... 7d5c932e4e

Répondre