EDF

Discussions traitant des diverses sources d'énergie ainsi que de leur efficacité.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 01 nov. 2018, 21:53

EDF Pulse : cinq prix pour des start-up qui imaginent les usages électriques de demain
À l'issue d'une cinquième édition qui s'est achevée lors des Electric Days 2018 (9-11 octobre), les Prix EDF Pulse ont récompensé cinq start-up pour leurs innovations en matière de transition énergétique. Présentation et tour d'horizon.
Alexandre Anquart I 31 Octobre 2018
........
Lire https://www.wedemain.fr/EDF-Pulse%C2%A0 ... a3697.html

Et en particulier :
C'est pour sa solution de transport de l'hydrogène que la start-up HySilabs a été récompensée dans la catégorie Smart City. Son procédé, permettant de stocker dans un vecteur liquide 7 fois plus d'hydrogène que sous sa forme gazeuse, pourrait accélérer le développement de la filière tout entière. Convaincus que l'hydrogène est l'énergie de demain, l'équipe d'HySilabs entend prendre pleinement part à la transition énergétique.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 08 nov. 2018, 00:53

EDF : EDF va verser un acompte sur dividende de 0,15 euro au titre de l'exercice 2018

DOWJONES | LE 06/11 2018

EDF a annoncé mardi que son conseil administration avait décidé de verser un acompte sur dividende en numéraire de 0,15 euro par action au titre de l'exercice 2018. Cet acompte sera détaché le 6 décembre 2018 et mis en paiement le 10 décembre 2018, indique le groupe électricien dans un communiqué.
https://m.investir.lesechos.fr/actualit ... 03430.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 09 nov. 2018, 14:08

EDF construira bien la centrale hydroélectrique de Nachtigal au Cameroun

Aurélie Barbaux Usine Nouvelle le 09/11/2018

Bonne nouvelle pour EDF. Le groupe français va concevoir, construire et exploiter une centrale hydroélectrique au Cameroun.

Voilà qui va mettre du baume au cœur des salariés d’EDF. Après l’annonce le 2 novembre de la signature d’un mémorandum d'accord pour la construction d'une centrale électrique au gaz, alimentée par du gaz naturel liquéfié, au Vietnam, dans laquelle EDF prévoit d'investir 438 millions d'euros pour un montant total du projet de 1,32 milliard d'euros, l’électricien Français concrétise un énorme projet hydroélectrique en Afrique.

Image

EDF vient de signer avec ICF, un membre du groupe Banque mondiale, et la République du Cameroun, les accords définitifs pour la construction du barrage hydroélectrique de Nachtigal, au Cameroun. EDF va concevoir, construire et exploiter pendant 35 ans un barrage et une usine hydroélectrique de 420 MW sur le fleuve Sanaga au niveau des chutes de Nachtigal, situées à 65 km au nord-est de Yaoundé, explique EDF dans un communiqué. Le projet comprend aussi la construction d’une ligne de transport d’électricité de 50 km jusqu’à Nyom. Il est porté par la société NHPC (Nachtigal Hydro Power Company), constituée aujourd’hui par EDF (40 %), IFC (30 %) et l’État du Cameroun (30 %).

Premier grand contrat hydro depuis le Laos et le Brésil

L’ouvrage de Nachtigal couvrira 30 % des besoins énergétiques du pays, soit une production annuelle de près de 3 TWh. L’électricité produite sera vendue à l’opérateur du réseau via un Power Purchase Agreement (PPA) à un prix compétitif. 1 500 emplois directs seront créés au plus fort du chantier, dont 65 % d’emplois locaux recrutés dans un rayon de 65 km autour du site de construction.

Pour EDF, qui exploite 430 ouvrages hydroélectriques dans le monde, ce sera le plus gros chantier de ce type depuis la construction du barrage Nam Theun 2 au Laos en 2003 et la prise de participation majoritaire dans la construction et l'exploitation du barrage hydroélectrique de Sinop au Brésil, en 2014. En Afrique, le Groupe EDF exploite 108 MW de puissance éolienne en Afrique du Sud et développe un quatrième projet de 33 MW. Au Maroc, le groupe exploite un parc éolien de 50 MW et développe un projet de 150 MW. En Egypte, le groupe s’est vu attribuer un projet de deux centrales solaires d’une puissance totale de 100 MW
https://www.usinenouvelle.com/article/e ... un.N766979

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 11 nov. 2018, 14:35

Dans le Centre, EDF cherche mystérieusement à acheter des terrains

8 novembre 2018 / Émilie Massemin (Reporterre)

EDF cherche à acquérir près de 400 hectares de terres près de ses trois centrales nucléaires de la région Centre. Et maintient le flou sur ce qu’il compte faire de ce foncier. Des riverains inquiets redoutent un futur EPR ou une piscine d’entreposage de combustibles nucléaires usés.
...........
https://reporterre.net/Dans-le-Centre-E ... s-terrains

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 13 nov. 2018, 19:04

EDF: Hydraulique et nucléaire tirent les ventes sur neuf mois

Publié le 13/11/2018 PARIS (Reuters)

EDF a publié mardi un chiffre d'affaires en hausse de 7,2% au titre des neuf premiers mois de 2018, tiré par un rebond de sa production hydraulique et nucléaire en France, et a confirmé ses objectifs annuels.

L'électricien public prévoit toujours pour 2018 un bénéfice avant impôt, charges financières, dépréciation et amortissement (Ebitda) compris entre 14,8 et 15,3 milliards d'euros, ainsi qu'un endettement financier net sur Ebitda inférieur ou égal à 2,5 fois.

EDF a également confirmé dans un communiqué son objectif de cash-flow proche de l'équilibre après dividende (hors Linky, nouveaux développements, cessions d'actifs et acompte sur dividende) en 2018.

Le groupe a en outre ajusté ses prévisions de production nucléaire en France, désormais attendue entre 393 et 396 térawatts-heure (TWh) (contre plus de 395 TWh prévu précédemment).

Après retraitement de ses données de 2017, EDF a enregistré à fin septembre un chiffre d'affaires de 49,6 milliards d'euros (+5,3% en organique), avec notamment une hausse de 6,0% dans ses activités de production et commercialisation en France.

Le groupe a en particulier bénéficié dans le pays d'une progression de ses productions hydraulique (+32,9%) et nucléaire (+2,4%)
https://www.usinenouvelle.com/article/e ... is.N769014

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 29 nov. 2018, 08:10

EDF finalise plus tôt que prévu son plan de cession d'actifs de 10 mds EUR

AFP le 28 nov. 2018

Le géant énergétique français EDF a annoncé mercredi avoir bouclé en avance son plan de cessions d'actifs de 10 milliards d'euros, prévu sur la période 2015-2020, et destiné à renforcer sa situation financière.

Dans un communiqué, EDF et sa filiale foncière Sofilo indiquent avoir réalisé "la cession d'un portefeuille de plus de 200 actifs à usage de bureaux et d'activités" au fond d'investissement américain Colony Capital, pour un montant non communiqué.

"Ce portefeuille, dont les actifs sont localisés en Ile-de-France et en région, développe une surface totale d'environ 430.000 m2. L'opération a été assortie d'un contrat de location opérationnelle par le groupe EDF", est-il précisé.

Le groupe indique que "la finalisation de cette transaction clôt la réalisation du plan de cession d'actifs du groupe EDF sur la période 2015-2020 de 10 milliards d'euros".

Ce plan a notamment été concrétisé via la cession partielle (49,9%) du gestionnaire du réseau à haute tension RTE, à la Caisse des dépôts et consignations (CDC) et CNP Assurance.

Cette opération, réalisée sur la base d'une valorisation de 8,2 milliards d'euros pour la totalité des fonds propres de RTE, avait contribué "à une diminution de l'endettement financier net du groupe EDF à hauteur de 4 milliards d'euros, avant éventuel complément de prix" pouvant atteindre 100 millions d'euros, avait précisé le groupe à l'époque.
https://www.connaissancedesenergies.org ... eur-181128

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 07 févr. 2019, 09:09


Cour des comptes : les enfants gâtés d'EDF
VIDÉO. Les sages, dans leur rapport annuel 2019, se sont intéressés à la généreuse politique salariale de l'énergéticien. Ils appellent à des réformes de fond. Par Beatrice Parrino

le 06/02/2019

Cela ressemble à un marronnier, c'est-à-dire à un sujet sur lequel écrivent et réécrivent les journalistes. Ah, la politique salariale d'EDF SA… Elle inspire : que d'encre dépensée pour la raconter, que d'euros surtout dépensés pour gâter ses 66 000 agents.

......

La Cour recommande à EDF SA de rénover « rapidement et en profondeur son système de rémunération », déconnecté des performances de l'entreprise. Elle propose plus concrètement la suppression de l'avantage énergie ou encore le redimensionnement du parc de logements. En revanche, pas de piste avancée pour le régime de retraite… Il devrait pourtant être prochainement au menu du gouvernement, qui souhaite revoir l'ensemble du système.
https://www.lepoint.fr/economie/cour-de ... or=CS3-192

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 12 févr. 2019, 23:10

Le PDG d'EDF Jean-Bernard Levy en passe d'être reconduit

le 12/02/2019

Le PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy devrait être reconduit dans ses fonctions dès cette semaine après avoir été reçu ce 12 février par Emmanuel Macron, rapporte Le Figaro.


Jean-Bernard Levy, qui doit s'entretenir avec Emmanuel Macron ce 12 février, est en passe d'être reconduit à la tête d'EDF, selon Le Figaro. Le quotidien ajoute que cette rencontre, qui figure à l'agenda officiel du président de la République, fait suite à des visites du dirigeant à Bercy et au ministère de la Transition écologique la semaine dernière, "un tour de piste qui augure sa reconduction à la tête d'EDF".

"Sauf coup de théâtre, sa reconduction, également approuvée à Matignon, devrait donc être annoncée dès cette semaine, après le conseil d'administration qui arrêtera jeudi les comptes 2018 de l'électricien", ajoute Le Figaro.

Alors que le mandat actuel de Jean-Bernard Lévy, nommé en 2014, arrive à son terme au mois de mai, Emmanuel Macron lui a demandé fin 2018 de proposer des évolutions de la structure d'EDF pour garantir le financement des activités du groupe, ce qui pourrait se traduire par une nationalisation du parc nucléaire.

EDF n'a pas souhaité commenter les informations du Figaro.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... ne.N805365

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 14 févr. 2019, 21:37

Macron décide de reconduire Lévy en tant que PDG d'EDF

Publié le 14/02/2019 PARIS Reuters

Emmanuel Macron souhaite que Jean-Bernard Lévy soit renouvelé en qualité de président-directeur général d'EDF, a annoncé jeudi la présidence de la République.

Image
Jean-Bernard Lévy

"L’Etat proposera au conseil d'administration et à la prochaine assemblée générale ordinaire des actionnaires d'EDF qu’il soit reconduit d'abord comme administrateur d'EDF puis comme président-directeur général", ajoute-t-elle dans un communiqué.

Les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat seront saisis pour que la commission intéressée de chacune des assemblées se prononce sur ce choix, fait sur proposition du Premier ministre, Edouard Philippe, poursuit l'Elysée.
https://www.usinenouvelle.com/article/m ... df.N806715

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 15 févr. 2019, 00:14

Jean-Bernard Lévy, le choix de la continuité chez EDF

AFP le 14 févr. 2019

Jean-Bernard Lévy, qui va être reconduit à la tête d'EDF, incarne le choix de la continuité pour l'exécutif: ce grand patron austère assume l'héritage nucléaire du groupe public tout en préparant sa mue.

PDG depuis novembre 2014 du géant de l'électricité aux 150.000 salariés dans le monde, il va rempiler pour un nouveau mandat après que le président de la République Emmanuel Macron s'est prononcé jeudi en ce sens, selon l'Elysée.

Cela fera de lui le premier patron d'EDF à effectuer plus d'un mandat depuis Marcel Boiteux (président en 1979-1987). Ce doublé est même inédit depuis la transformation de l'entreprise en société anonyme en 2005.

"Il a à la fois réussi à gérer les tempêtes qu'a pu affronter l'entreprise en toute sérénité et à ménager la relation avec son actionnaire principal (l'État). Toute cela concourt au fait que personne ne soit surpris qu'il soit reconduit", résume Nicolas Goldberg, du cabinet Colombus Consulting.

Les dernières années ont en effet été marquées par de nombreux défis, de la chute des prix de gros sur les marchés de l'électricité, à l'érosion des parts de marché d'EDF en passant par la volonté affichée des gouvernements successifs de réduire la part du nucléaire dans la production d'électricité.

Le choix de maintenir Jean-Bernard Lévy intervient aussi à un moment crucial pour le groupe, alors que l'État vient de présenter sa programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) pour les dix prochaines années, une feuille de route qui prévoit notamment quatre à six fermetures de réacteurs nucléaires d'ici à 2028.

- La chèvre et le chou -

Dans le débat sur la place de l'atome en France, M. Lévy s'est fait ces dernières années le défenseur des 58 réacteurs d'EDF, au risque parfois d'agacer. "Si le patron d'EDF veut faire la loi à la place des députés, qu'il se présente aux élections législatives", pestait l'an dernier François de Rugy, alors président de l'Assemblée nationale.

"La production d'électricité nucléaire constitue l'un des rares avantages compétitifs de notre pays, au service des entreprises et du pouvoir d'achat, et c'est l'existence du parc nucléaire qui permet à notre pays d'émettre presque deux fois moins de dioxyde de carbone par habitant que nos voisins allemands", déclarait Jean-Bernard Lévy aux députés l'an dernier.

Ce gros travailleur quelque peu austère a aussi hérité des difficultés du chantier de l'EPR Flamanville (Manche), marqué par d'important retards et surcoûts, au moment où l'État hésite encore à lancer la construction de nouveaux réacteurs. A l'étranger, il a donné son feu vert au projet de deux nouveaux réacteurs à Hinkley Point en Angleterre, malgré la démission du directeur financier d'EDF, qui jugeait alors le risque financier trop important.

Sous sa direction, EDF a aussi accentué le développement de son activité dans les renouvelables, même si c'est essentiellement à l'étranger. Sous la pression de l'État, Jean-Bernard Lévy a présenté ces dernières années des plans de développement ambitieux dans le solaire, le stockage d'électricité ou la mobilité électrique.

A la demande du gouvernement, il doit aussi plancher sur une possible évolution de la structure de l'entreprise, un dossier explosif suivi de près par les syndicats. "Quelqu'un qui connaît l'entreprise, qui a su ménager la chèvre et le chou... est le mieux placé pour ça", relève Nicolas Goldberg.

- Pacificateur -

D'autant que Jean-Bernard Lévy a plus d'une corde à son arc. Ce grand amateur de ski et de musique, en particulier d'opéra, bénéficie d'un triple profil d'ingénieur, d'homme de cabinet et de grand patron.

Né le 18 mars 1955 à Suresnes dans les Hauts-de-Seine, il est passé par la prestigieuse École Polytechnique puis l'École nationale supérieure des télécommunications (ParisTech) avant d'entrer dans l'administration des télécommunications.

Il fait ensuite carrière entre le monde de l'entreprise et celui des cabinets ministériels dans des gouvernements de droite.

En 2002, il intègre Vivendi, en devenant le directeur général adjoint puis président du directoire en 2005. Il a contribué à rétablir le groupe, en pleine tourmente après le départ de Jean-Marie Messier.

Il est parachuté en décembre 2012 à la tête de Thales, un groupe de technologies pour l'aéronautique et la défense dans lequel l'État est actionnaire. Il y joue les pacificateurs, alors que son prédécesseur était très contesté en interne, et met l'accent sur l'international.
https://www.connaissancedesenergies.org ... edf-190214

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 15 févr. 2019, 08:05

EDF: le bénéfice net 2018 chute mais le nucléaire français rebondit

AFP le 15 févr. 2019

EDF a vu son bénéfice net fondre l'an dernier mais son activité opérationnelle a progressé conformément à ses attentes grâce au rebond de la production nucléaire et hydraulique en France.

L'électricien a annoncé vendredi un bénéfice net 2018 en chute de 62,9% à 1,2 milliard d'euros, en raison d'une base de comparaison défavorable après un gain exceptionnel en 2017 et d'une charge comptable.

L'excédent brut d'exploitation (Ebitda) a cependant progressé de 11% à 15,265 milliards, dans le haut de la fourchette des attentes de l'entreprise (14,8 à 15,3 milliards). EDF fait aussi un peu mieux que ce qu'attendaient les analystes, qui tablaient sur 15,198 milliards, selon un consensus établi par FactSet.

"Nous avions annoncé un rebond, nous avons réalisé ce rebond", a déclaré à des journalistes le PDG Jean-Bernard Lévy, dont l'Elysée a annoncé la veille la reconduction pour un nouveau mandat.

Sur le plan opérationnel, l'année dernière a ainsi été marquée par une progression de 3,7% de la production nucléaire française à 393,2 térawattheures (TWh), après une année 2017 marquée par des arrêts de réacteurs notamment pour des questions de sûreté.

La production hydraulique a pour sa part bondi de 25,4% à 46,5 TWh grâce à de très bons niveaux de pluie et de neige. C'est "le meilleur niveau depuis 15 ans", a souligné Jean-Bernard Lévy.

Pour 2019, EDF table sur un Ebitda en progression, dans une fourchette de 15,3 à 16 milliards d'euros, et fait l'hypothèse d'une production nucléaire française en légère hausse à 395 TWh.
https://www.connaissancedesenergies.org ... dit-190215

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 18 févr. 2019, 21:07

Plafonner la production nucléaire à 405 TWh, nouvel objectif d’EDF

Usine Nouvelle le 17/02/2019

Jean-Bernard Levy, qui vient d’être reconduit par l’Etat à la tête du groupe pour un nouveau mandat de cinq ans, a annoncé que la production d’EDF ne dépasserait pas 405 terawatts-heure pour les prochaines années.

Jean-Bernard Levy a du pain sur la planche. Reconduit à la tête de l’électricien pour encore cinq and, le PDG doit relever de lourds défis financiers et industriels – notamment générer de nouveaux bénéfices sur la production d’électricité issue du nucléaire.

"Sur la production nucléaire, notre objectif il y a quelques années était de 420 térawatts-heure (TWh), or nous ne ferons ces prochaines années pas plus de 405 TWh," en raison des fermetures programmées de centrales prévues dans le cadre de la transition énergétique et "à cause de la programmation des arrêts de tranche", déclare-t-il dans une interview publiée dimanche sur le site des Echos.

Il ajoute que la croissance des résultats d'EDF restera limitée tant que le dispositif de l'Arenh - le prix auquel EDF est tenu de revendre un quart de sa production à ses concurrents - ne sera pas modifié, un chantier que le gouvernement envisage de rouvrir.

"Le prix auquel nous sommes tenus de vendre notre électricité à nos concurrents n'a pas évolué depuis huit ans. Il permet de couvrir les coûts courants, mais pas de réaliser nos investissements. Et il est asymétrique : nos concurrents se fournissent sur le marché quand les prix sont plus bas que l'Arenh, et à l'Arenh quand les prix remontent, nous privant de la hausse. Aujourd'hui, nos concurrents profitent d'une rente injustifiée" ajoute-t-il aux Echos.

"Il faut rehausser le niveau actuel de l'Arenh, et rendre le système symétrique, avec un prix plancher qui permette à EDF d'assurer la rentabilité de ses investissements, et un prix plafond qui protège le consommateur quand il y a de trop de volatilité" pour répondre à ces problèmes, estime-t-il.

Un rebond dans la production hydraulique et nucléaire

EDF a publié vendredi un bénéfice opérationnel en nette hausse au titre de 2018, tiré par le rebond de sa production hydraulique et nucléaire en France, mais a prévenu que cet indicateur risquait de ne pas progresser en 2019.

En 2019, EDF table sur une production nucléaire de 395 TWh en très légère hausse par rapport aux 393 TWh enregistrés en 2018, marqués par la fermeture de nombreuses tranches de centrales nucléaires pour des opérations de maintenance.

"EDF est déjà très endetté et le gouvernement se préoccupe du fait qu'il n'aura pratiquement pas reçu de dividende en cash depuis 2016", observe Jean-Bernard Levy.

Aussi, l'Etat a demandé au groupe de proposer des évolutions de sa structure, ce qui pourrait entraîner une montée de l'Etat au capital et une renationalisation du parc nucléaire français alors que les actifs dans les réseaux, les énergies renouvelables et les services pourraient être logés dans une structure distincte, dont le capital resterait ouvert.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... wh.N807420

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 25 mars 2019, 19:19

Accord avec EDF-Chine dans l'éolien pour un milliard d'euros, annonce Elysée

Reuters 25/03/2019 Paris

ACCORD AVEC EDF-CHINE DANS L'ÉOLIEN POUR UN MILLIARD D'EUROS, ANNONCE ELYSÉE

EDF a conclu lundi avec China Energy Investment Corporation (CEIC) un accord sur un projet de parc éolien offshore en Chine pour environ un milliard d'euros, en présence des présidents chinois et français, Xi Jinping et Emmanuel Macron, à Paris, a annoncé l'Elysée.

Cet accord porte sur les phases 4 et 5 du projet éolien de Dongtai, a précisé la présidence française, ajoutant qu'il concernait la construction et l'exploitation d'un parc éolien offshore de 502 MW au large de la province du Jiangsu.
https://www.boursorama.com/bourse/actua ... 4c9726d467

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 07 avr. 2019, 14:50

EDF solde son aventure coûteuse en Suisse
L'électricien a trouvé un accord pour céder ses 25 % dans Alpiq à deux actionnaires du groupe helvétique.


Les Echos Par Veronique LE BILLON le 06/04 2019

C'est la fin d'un long feuilleton. EDF a annoncé vendredi avoir signé un accord pour vendre sa participation de 25,04 % dans l'électricien Alpiq à EBM et EOS, deux entités déjà au capital du groupe suisse. L'opération valorise la participation d'EDF à 489 millions d'euros de francs suisses, soit environ 436 millions d'euros. « La valeur de la cession est satisfaisante », estime un porte-parole d'EDF. « Elle est basée sur un prix d'achat par action (70 francs suisses, NDLR) supérieur au cours de Bourse de l'entreprise (65 francs suisses à la clôture jeudi, NDLR) ». A fin 2018, la participation d'EDF était toutefois évaluée à 475 millions d'euros.

Des performances qui plongent
L'annonce de cette cession, qui « pourrait intervenir d'ici la fin du premier semestre 2019 », clôt des années de discussions entre EDF et Alpiq, et met un terme à de lourdes pertes pour l'électricien français. S'il était déjà au capital d'une entité ayant constitué Alpiq, EDF avait pris en 2009 une participation de 25 % dans l'électricien suisse , via un apport en nature (50 % du barrage hydroélectrique d'Emosson) pour une valeur de 481 millions d'euros et un apport en cash à hauteur de 224 millions d'euros. Après deux années de résultat net positif, les performances d'Alpiq ont plongé, comme le reflète son chiffre d'affaires, passé de près de 15 milliards de francs suisses en 2009 à 5,2 milliards l'an dernier.

Sur la période 2009-2018, la quote-part d'EDF dans Alpiq a ainsi totalisé une perte nette de près de 900 millions d'euros, selon un décompte réalisé à partir des documents de référence de l'électricien. La perte s'est encore élevée à 41 millions d'euros l'an dernier. « Le groupe Alpiq fait face à un environnement de marché difficile marqué par la faiblesse des prix sur les marchés de gros. De plus, Alpiq ne possède pas d'accès aux clients finaux sur le marché suisse non libéralisé », explique EDF dans son dernier document de référence.

A ces difficultés de marché s'ajoutait une gouvernance inextricable. L'été dernier, EDF avait finalement résilié la convention de consortium liant les actionnaires d'Alpiq, mais le pacte était encore en vigueur jusqu'à septembre 2020.

Nouveau plan
Avec 6,1 gigawatts (GW) de capacités de production, dont 45 % d'hydraulique, Alpiq représente « plus d'un tiers de l'approvisionnement de la Suisse en électricité », selon EDF. Après avoir échoué à céder certains actifs de production, le groupe suisse avait notamment cédé l'été dernier ses services énergétiques à Bouygues Construction .

Cette cession de participation est la première du nouveau plan de 2 à 3 milliards d'euros inscrit par l'électricien tricolore d'ici à 2020, après avoir déjà cédé pour 10 milliards d'euros d'actifs ces dernières années . EDF a notamment une option de vente « à leur juste valeur de marché » de sa participation dans CENG (qui regroupe cinq réacteurs nucléaires aux Etats-Unis) à l'électricien Exelon, jusqu'en juin 2022. Et le groupe reste ouvert à la cession d'une participation minoritaire (29 %) dans son parc nucléaire britannique.
https://www.lesechos.fr/amp/1007182

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: EDF

Message par energy_isere » 15 avr. 2019, 10:22

Prix de vente de l’électricité nucléaire : EDF veut une revalorisation

Erwan Benezet 15 avril 2019, 7

Le leader de l’énergie souhaite instituer un nouveau mode de fixation des prix de l’électricité. Objectif : garantir un niveau de revenus minimum.
Les grandes manœuvres organisées au sommet ne doivent pas faire oublier l’un des principaux sujets qui préoccupent les Français : les prix. Que ce soit les tarifs régulés de l’électricité (TRV), fixés par la Commission de régulation de l’énergie (CRE) avec l’Etat, ou ceux du marché, proposés par les fournisseurs alternatifs, tous dépendent en partie de l’énergie nucléaire (qui produit les trois quarts de notre électricité), et donc derrière d’EDF, l’opérateur qui la produit.

25 % de la production revendue aux autres fournisseurs
Le lien se fait via l’Arenh (accès régulé à l’électricité nucléaire historique), un dispositif créé en 2010 qui garantit aux alternatifs de pouvoir acheter de l’électricité d’origine nucléaire à EDF à un tarif préférentiel (42 € le mégawattheure, ou MWh). Premier problème : cette « ristourne » est plafonnée à 100 TWh par an, soit environ 25 % de la production nucléaire. Or le nombre de fournisseurs alternatifs a explosé en neuf ans.

Résultat : ce volume n’est plus suffisant pour contenter tout le monde, forçant les alternatifs à compenser sur le marché de gros. Quand celui-ci est plus cher, cela tire les tarifs vers le haut. Mais, d’autre part, EDF estime que ce prix de vente de 25 % son électricité nucléaire ne lui permet pas de rentrer dans ses frais. Et demande donc une refonte du système.

Un « corridor » de prix limitant les hausses et les baisses
D’où cette réorganisation d’EDF, qui inclurait à terme selon les vœux même d’Emmanuel Macron de réguler entièrement la production nucléaire selon des prix contenus dans un « corridor », décorrélés de ceux du marché. Ils ne pourraient pas dépasser un certain plafond, afin d’éviter une inflation des prix. Mais ne pourraient pas non plus descendre en dessous d’un certain plancher, afin de garantir des revenus stables à EDF.

« C’est le modèle prôné dans le contrat avec l’Angleterre pour la construction des deux EPR à Hinkley Point, analyse l’un des principaux experts du secteur. Celui-ci garantit en effet les investissements par un tarif de rachat de l’électricité produite à 92,5 livres (104,35 €) par MWh pendant 35 ans ! »

Arbitrer entre revenus d’EDF et pouvoir d’achat
Ce qui pose néanmoins un problème de taille : à l’heure où la question du pouvoir d’achat est au cœur de la crise des Gilets jaunes, il n’est pas sûr que maintenir artificiellement un prix de vente suffisamment haut pour couvrir les coûts de production soit au goût de tout le monde. Surtout si d’autres moyens de production, à commencer par le renouvelable, permettent de proposer l’électricité à un prix de plus en plus compétitif.
http://m.leparisien.fr/economie/prix-de ... D-32280599

Répondre