Politique Allemande de l' énergie.

Discussions traitant des diverses sources d'énergie ainsi que de leur efficacité.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

sceptique
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4671
Inscription : 21 nov. 2005, 17:42
Localisation : versailles

Re: Politique Allemande de l' énergie.

Message par sceptique » 11 janv. 2018, 19:09

extrait:
http://www.lemonde.fr/pollution/article ... 52666.html
Certes, la part des renouvelables a fortement augmenté en Allemagne. Avec 32,3 % de l’électricité consommée, elles représentent désormais la première source d’électricité du pays et devraient atteindre sans problème les 35 % du mix énergétique d’ici à 2020. Mais dans le même temps, les centrales à charbon tournent toujours à plein régime.
extrait:
http://www.novethic.fr/actualite/energi ... 43805.html
La mutation du secteur de l’électricité s'accélère outre-Rhin : à l’heure actuelle, un kilowattheure sur trois est issu des énergies renouvelables. Elles couvrent 32,5 % de la consommation d’électricité.
"On peut vraiment dire que 2015 entrera dans l’histoire comme l’année où les énergies renouvelables auront été - et de loin - la plus grande source de production d’énergie en Allemagne. Pour la première fois, elles dominent le marché national de l’électricité", se félicite Patrick Graichen, directeur de l’institut.
Le législateur laisse les centrales à charbon continuer à produire de l’électricité, alors même que celle issue des renouvelables ne cesse de croître. En 2015, elles produisaient autant que l’année précédente, soit 42,2 % de la production nationale.
C'est quand même incroyable ce tissu de contradictions !
J'en déduis audacieusement que 32.5% est - et de loin :shock: - plus grand que 42.2%
Faudra que je révise sérieusement mes cours de maths ... :-k

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58656
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Allemande de l' énergie.

Message par energy_isere » 11 janv. 2018, 19:30

dans l' article il ya un micmac avec l'energie electrique ENR consommée et l' energie du charbon produite.
et de l' energie electrique charboneuse serait exportée.

Etrange calcul ou on fait le tri des electrons.

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5190
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Politique Allemande de l' énergie.

Message par Raminagrobis » 11 janv. 2018, 19:33

Avec un peude mauvaise foi, on y arrive :D

Dans les 42.5% y'a du charbon noir et du lignite, et si on sépare les deux, les EnR sont devant :-P

Bon évidemment il est absurde de séparer charbon noir et lignite, si dans le même temps on regroupe PV, hydro et éolien.
Toujours moins.

sceptique
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4671
Inscription : 21 nov. 2005, 17:42
Localisation : versailles

Re: Politique Allemande de l' énergie.

Message par sceptique » 11 janv. 2018, 20:53

Une raison à tout ce micmac ?
Les allemands (enfin certains très influents) on tout misé sur les ENR sans vraiment réfléchir. En gros, on produit un max d'ENR et puis on verra bien.
Surtout ils ont misé à fond sur les ENR intermittentes (éolien et PV). Or, ces dernières posent d'énormes problèmes au réseau dés que leur part devient significative (en gros à partir de 20%). Si ils arrêtent définitivement des centrales à charbon (ou gaz) pour limiter leur surproduction cela passe sauf l'hiver à la tombée de nuit lors d'un épisode anticyclonique. Du coup, ils doivent conserver la quasi totalité de leur potentiel charbonneux.
Si on regarde objectivement les choses les ENR intermittentes sont plus un problème qu'une solution.
Ce qui n'est pas le cas d'autres ENR pilotables comme l'hydraulique qui fournit une électricité de très bonne qualité.

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5190
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Politique Allemande de l' énergie.

Message par Raminagrobis » 11 janv. 2018, 23:09

Bien sur, car le maximum annuel de demande peut très bien survenir à un moment ou il n'y a ni vent du soleil (d'ailleurs en europe, il survient l'hiver après le coucher du soleil). A contrario, le minimum annuel de demannde peut survenir quand le soleil et le vent sont à plein.

A noter que pour compléter les EnR le gaz convient que le charbon. Pour deux raisons :
* économique : les centrales à gaz coutent moins cher à construire que les centrales à charbon mais utilisent un carburant plus cher (dans le contexte européen, c'est évidemment pas vrai au Qatar). Du coup, elles sont plus rentable utilisée à "mi-temps" que des centrales au charbon.
* technique : les turbines à combustion sont capables de monter de descendre en régime rapidement, contrairement aux turbines à vapeur
Toujours moins.

sceptique
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4671
Inscription : 21 nov. 2005, 17:42
Localisation : versailles

Re: Politique Allemande de l' énergie.

Message par sceptique » 11 janv. 2018, 23:52

Raminagrobis a écrit :
11 janv. 2018, 23:09
A noter que pour compléter les EnR le gaz convient que le charbon. Pour deux raisons :
* économique : les centrales à gaz coutent moins cher à construire que les centrales à charbon mais utilisent un carburant plus cher (dans le contexte européen, c'est évidemment pas vrai au Qatar). Du coup, elles sont plus rentable utilisée à "mi-temps" que des centrales au charbon.
* technique : les turbines à combustion sont capables de monter de descendre en régime rapidement, contrairement aux turbines à vapeur
je suis d'accord d'un point de vue théorique. Mais, pratiquement, les allemands ont déjà leurs centrales au charbon en quantité suffisante pour couvrir leurs besoins avec l'appoint de l'hydraulique, du nucléaire restant, et de quelques bricoles, en excluant les ENR intermittentes qui comptent donc pour du beurre au niveau 24h/24 365j/an.
Il faudrait donc qu'ils arrêtent des centrales à charbon utilisant du lignite très bon marché de chez eux pour construire à grand frais des centrales utilisant un gaz beaucoup plus cher venant de Russie. Sacré dilemme !
De toute façon, gaz ou charbon, ils sont obligés de conserver un parc suffisant pour satisfaire leurs besoins. Avec des ENR intermittentes venant en plus mais pas à la place ! Du coup, comme les centrales à charbon comme tu l'indiques sont moins "souples", quand ces ENR fournissent à fond il y a un excédent énorme bradé en conséquence à un prix nul ou négatif ! Ce qui améliore :-" :^o le bilan comptable des entreprises distributrices.
Tant que l'on aura pas trouver un moyen économique, fiable, avec de bonds ordres de grandeur pour stocker l'électricité intermittente il me semblerait judicieux de se limiter dans cette production. Ne faisons pas le même erreur chez nous. Pour le moment, avec le PV et éolien installé le réseau arrive à gérer sans trop de difficulté.

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5190
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Politique Allemande de l' énergie.

Message par Raminagrobis » 12 janv. 2018, 00:02

Avec une différence entre la france et l'allemagne ; on a nettement plus d'hydrolique. 24 GW contre 4 GW. Logique car l'allemagne n'est pas franchement montagneuse.

Ca nous donne une petite marge en plus. Encore que ça reste discutable, car l'hydrolique français peut déjà contibuer à réguler les "intermittants" allemands...
Toujours moins.

sceptique
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4671
Inscription : 21 nov. 2005, 17:42
Localisation : versailles

Re: Politique Allemande de l' énergie.

Message par sceptique » 12 janv. 2018, 20:11

sceptique a écrit :
11 janv. 2018, 19:09
extrait:
http://www.novethic.fr/actualite/energi ... 43805.html
La mutation du secteur de l’électricité s'accélère outre-Rhin : à l’heure actuelle, un kilowattheure sur trois est issu des énergies renouvelables. Elles couvrent 32,5 % de la consommation d’électricité.
"On peut vraiment dire que 2015 entrera dans l’histoire comme l’année où les énergies renouvelables auront été - et de loin - la plus grande source de production d’énergie en Allemagne. Pour la première fois, elles dominent le marché national de l’électricité", se félicite Patrick Graichen, directeur de l’institut.
Le législateur laisse les centrales à charbon continuer à produire de l’électricité, alors même que celle issue des renouvelables ne cesse de croître. En 2015, elles produisaient autant que l’année précédente, soit 42,2 % de la production nationale.
C'est quand même incroyable ce tissu de contradictions !
J'en déduis audacieusement que 32.5% est - et de loin :shock: - plus grand que 42.2%
Faudra que je révise sérieusement mes cours de maths ... :-k
Image

Pour confirmer tout cela on note donc bien que la courbe ENR verte, je cite, "est - et de loin - la plus grande source de production d’énergie en Allemagne" devant le charbon. Dont acte.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58656
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Allemande de l' énergie.

Message par energy_isere » 28 janv. 2018, 20:06

EN ALLEMAGNE, UNE ÉGLISE SACRIFIÉE SUR L’AUTEL DU CHARBON

12 jan 2018 l' Energeek

L’abandon progressif de l’énergie nucléaire en Allemagne est loin d’être sans conséquence, et si le recours croissant au charbon dans la production électrique a déjà entraîné une forte hausse des émissions de CO2, il impacte également de manière directe des communautés locales entières, parfois contraintes de plier bagages. Dernier exemple en date dans le petite village d’Immerath, coincée entre la Ruhr et les Pays-Bas et dont l’église vient d’être totalement rasée pour laisser place à l’agrandissement d’une gigantesque mine de charbon, malgré les protestations d’habitants et de militants écologistes.

Image

L’église d’Immerath, symbole d’un charbon tout puissant

En accord avec sa volonté de rouvrir et d’agrandir les mines de houilles et lignites existantes sur son territoire, le gouvernement d’Angela Merkel n’hésite pas à sacrifier les villages et les populations concernées. Lundi 8 janvier 2018, une église centenaire de l’ouest du pays a été détruite suite à la délocalisation du village d’Immerath. Édifice symbolique dans cette région rurale, ce lieu de culte n’aura pas résisté à la frénésie du charbon allemand qui semble tout emporter sur son passage.

Avant l’église, plusieurs milliers d’habitants de la région de Rhénanie-du-Nord-Westphalie avait dû déménager pour laisser place à une immense mine à ciel ouvert opérée par l’énergéticien RWE. Propriétaire du plus gros parc de centrales à charbon d’Europe, le groupe allemand prévoit notamment d’extraire toujours plus de combustible du site minier voisin de Garzweiler et nécessitait pour cela une extension de la surface d’exploitation. Précisons ici que le lignite, très bon marché, ne se trouve qu’en surface et impose généralement d’immenses zones d’exploitation.

Déplacés dans une commune voisine, les 900 villageois d’Immerath, ont retrouvé depuis dans leur nouveau village, Immerath-Neu, leur école, le jardin d’enfants et leur cimetière. En revanche, leur église, qui avait été « déconsacrée » après un ultime office fin 2013, était promise à la destruction, malgré une bataille juridique remontée jusqu’à la Cour constitutionnelle. « Qui détruit la culture détruit aussi les êtres humains », clamait en vain des militants de Greenpeace sur une banderole, lundi matin, avant que les machines n’entament leur entreprise de démolition.

Des déplacements de population qui sont monnaie courante

De manière générale, les déplacements de population liés aux mines de charbon se sont multipliés ces dernières années, en Lusace notamment, région de l’Est proche de la Pologne, où des villages entiers ont été rayés de la carte. « En 2007 déjà, une église vieille de 750 ans avait été déménagée de 12 km entre Heuersdorf et Borna (est), sur deux plateformes roulantes et pour 3 millions d’euros, pour éviter de la détruire », rappelle l’AFP.

En 2014, c’est le petit village « vert » de Proschim ainsi que de nombreuses fermes alentours qui ont été détruits pour permettre l’ouverture de nouvelles mines. Proschim était pourtant considéré comme une référence en matière d’énergies renouvelables. Entourée d’éoliennes, de centrales solaires et de centrales biogaz qui alimentaient près de 15.000 foyers, la communauté locale semblait s’être dévouée à la cause verte. Insuffisant pour le gouvernement qui tente depuis 2011 de combler le vide laissé par l’énergie nucléaire et a fait le choix d’un retour au charbon pour accompagner le déploiement des énergies vertes.

En Allemagne, la sortie du nucléaire n’est pas sans contrepartie

Le plan énergétique mis en place en catastrophe par Angela Merkel (suite à l’accident de Fukushima en 2011) a en effet placé nos voisins d’outre-Rhin dans une situation énergétique complexe. Si l’objectif de la chancelière allemande était avant tout de sortir l’Allemagne de sa dépendance à l’énergie nucléaire d’ici 2022 via la fermeture des 17 réacteurs allemands (seuls 8 sont encore en fonctionnement à l’heure actuelle), ce désengagement progressif ne fut pas sans conséquence.

Se tournant pleinement vers les énergies renouvelables, le pays est bel et bien parvenu à déployer les filières solaire et éolienne pour atteindre en 2016 plus d’un tiers de la production d’électricité du pays (32% de la consommation étaient couverts par les énergies vertes). « Pourtant, le rythme de croissance actuel ne permettra pas d’atteindre les objectifs qui avaient été fixés pour 2020 », soulignent les experts du think tank berlinois Agora, et ces chiffres éloquents cachent une réalité bien différente en matière de coût de l’électricité et d’émissions de CO2. L’Allemagne est devenue dans le même temps, un des pays, avec le Danemark, où l’électricité est la plus chère (presque deux fois plus que le tarif actuel en France), mais également un des pays européens les plus pollueurs du fait d’un recours au charbon accru ces dernières années.

Les autorités se sont vues contraintes de recourir aux énergies fossiles comme le lignite ou la houille afin de garantir la stabilité de son réseau électrique et la production d’électricité à base de charbon a donc considérablement augmenté (et avec elle les émissions de CO2). Le charbon représente aujourd’hui près de 40% de la production d’électricité nationale et le gouvernement cherche toujours à réexploiter d’anciennes filières de ce combustible sur le territoire.
http://lenergeek.com/2018/01/12/allemag ... e-charbon/

Ils s' attaquent au clocher,

Image

et pour finir :

Image

et vu du ciel si le bon Dieu est la pour voir :
Image

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58656
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Allemande de l' énergie.

Message par energy_isere » 04 févr. 2018, 21:34

Il y a quelques années une petite église plus ancienne avait été déplacée !

Image

Image
En octobre 2007, l’église Emmaüs bâtie en 1297 quittait le village de Heuersdorf pour laisser la place à une extension de mine de charbon.

http://immobilier.lefigaro.fr/article/c ... 0f256b4ed/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58656
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Allemande de l' énergie.

Message par energy_isere » 17 févr. 2018, 20:03

La biomasse a fourni 24 % de l’électricité renouvelable allemande en 2017

Image
centrale de cogénération à la biomasse de Wittgenstein en Allemagne, photo RWE Innogy GmbH

En 2017, les énergies renouvelables ont fourni 36 % de la consommation électrique allemande, soit 217 TWh, ce qui représente une augmentation de 15 % par rapport à 2016.

La production par la biomasse (biocombustibles solides dont le bois, biogaz et biocombustibles liquides) assure la seconde position des sources renouvelables avec 51,5 TWh, soit 24 % de la production électrique d’origine renouvelable.
L’éolien terrestre reste la première source de production renouvelable avec 87 TWh en 2017, soit une augmentation de 31 % par rapport à 2016. L’énergie solaire est troisième avec 40 TWh. La production de l’éolien offshore s’est élevée à 18,3 TWh, ce qui représente une augmentation de 49 % par rapport à 2016.

Source : OFATE
https://www.bioenergie-promotion.fr/548 ... e-en-2017/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58656
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Allemande de l' énergie.

Message par energy_isere » 13 mars 2018, 20:49

Volkswagen : ses usines passent du charbon au gaz

Le 09 Mars 2018

Si vous êtes au fait de l'actualité automobile ou bien que vous êtes déjà passés devant le siège de Volkswagen à Wolfsburg, vous avez alors probablement aperçu ces grandes cheminées surplombant l'usine historique de la marque. Cette dernière annonce justement abandonner le charbon pour passer au gaz naturel.

Les constructeurs automobiles n'investissent pas de grosses sommes uniquement pour la sortie de nouveaux modèles. Ils le font aussi pour les infrastructures, comme ce sera le cas à Wolfsburg, le fief de Volkswagen qui a choisi d'investir 400 millions d'euros pour moderniser l'usine historique de la marque et d'effacer, enfin, le charbon comme source d'énergie.

Les centrales seront en effet remplacées par des unités fonctionnant au gaz naturel, qui, on le sait, est un carburant nettement plus avantageux que le charbon en matière de rejets de CO2 et de polluants.

Volkswagen annonce que grâce à ces nouvelles turbines à gaz, les émissions de CO2 du centre de Wolfsburg seront réduites de 60 %, tandis qu'une partie de l'énergie produite servira au chauffage dans la ville de Wolfsburg. Au total, la production d'électricité sera de 424 MW, avec 386 MW d'énergie thermique grâce à la vapeur.

Aux réductions de rejets polluants, il faudra ajouter les économies faites en eau et en déchets selon Volkswagen qui entend prouver ici que d'importants efforts sont faits dans le groupe en Allemagne pour réduire l'impact des usines sur l'environnement.
http://www.caradisiac.com/volkswagen-se ... 166772.htm

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58656
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Allemande de l' énergie.

Message par energy_isere » 23 mai 2018, 20:52

Nucléaire: Berlin accorde une indemnisation aux énergéticiens

Publié le 23/05/2018 Infos Reuters BERLIN

Le gouvernement allemand a décidé mercredi d'accorder une compensation pouvant atteindre un milliard d'euros aux énergéticiens pour les pertes qu'ils ont subies en raison de la sortie progressive du nucléaire décidée en 2011, a annoncé le ministère de l'Environnement.

La Cour constitutionnelle a estimé en 2016 que la décision de fermer les centrales nucléaires d'ici 2022 violait certains droits de propriété, ouvrant ainsi la voie à une indemnisation mais sans en fixer le montant.

Les groupes de services aux collectivités concernés sont les allemands RWE et E.ON ainsi que le suédois Vattenfall.

Un projet de loi élaboré le mois dernier et consulté par Reuters montrait que la compensation serait proche du milliard d'euros. Un porte-parole du ministère a indiqué qu'il ne pouvait en donner le montant exact.

Le cabinet de la chancelière Angela Merkel a convenu que les groupes concernés pourraient demander des compensations financières pour les investissements dans les centrales nucléaires réalisés entre octobre 2010 et mars 2011.

Le gouvernement avait décidé en 2010 de repousser le démantèlement des centrales nucléaires allemandes de plusieurs années, ce qui a incité les entreprises à y investir.

Mais seulement quelques mois plus tard, il est revenu sur cette décision, décidant d'accélérer le processus après la catastrophe nucléaire de Fukushima, au Japon, en mars 2011.
https://www.usinenouvelle.com/article/n ... ns.N697134

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58656
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Allemande de l' énergie.

Message par energy_isere » 27 juil. 2018, 13:13

Electricité: Berlin prend 20% d'un groupe stratégique face aux ambitions chinoises

Berlin 27 juillet 2018

Le gouvernement allemand a annoncé vendredi l'acquisition 20% du gestionnaire de réseau de transport d'électricité allemand 50Hertz afin de protéger l'entreprise, jugée stratégique, de l'intérêt d'investisseurs chinois dont les appétits inquiètent toujours plus en Allemagne.

"Le gouvernement allemand a, pour des motifs de politique sécuritaire, un grand intérêt à protéger les infrastructures énergétiques", a indiqué le ministère de l'Economie dans un communiqué.

"C'est pourquoi, il a été décidé que la (banque publique) KFW rachetait, sur ordre du gouvernement, les 20% mis en vente de l'opérateur de réseau 50Hertz", poursuit-il au sujet de l'entreprise qui permet l'approvisionnement en électricité de 18 millions de personnes dans l'est et le nord de l'Allemagne.

Le gouvernement allemand était, selon la presse, à la manoeuvre depuis des mois pour empêcher l'acquisition de cette part par le conglomérat d'Etat chinois SGCC. Le dossier avait été confié au ministre de l'Economie, Peter Altmaier, un proche de la chancelière Angela Merkel.

Berlin se méfie des appétits de Pékin pour des entreprises allemandes et s'est doté il y a un an d'un décret explicitement censé la protéger des ambitions des investisseurs chinois si ceux-ci veulent acquérir plus de 25% d'une entreprise liée aux activités stratégiques du pays (infrastructures, informatique, énergie).

Mais comme la part convoitée dans 50Hertz était inférieur à ce seuil, le gouvernement a décidé de racheter les 20% mis en vente faute de pouvoir bloquer l'opération.

Selon le magazine économique WirtschaftsWoche, Berlin s'apprête aussi à faire usage pour la première fois de son décret pour interdire à des investisseurs chinois de prendre le contrôle d'une entreprise allemande, le fabricant de machines-outils Leifeld Metal Spinning.

L'entreprise basée à Ahlen, qui emploie environ 200 personnes, est spécialisée dans les matériaux de haute résistance utilisés dans l'industrie aérospatiale ou nucléaire.

Ces interventions de l'Etat allemand témoignent de l'inquiétude de Berlin face aux ambitions de Pékin, notamment son projet de "Nouvelles routes de la soie", un colossal plan d'investissements dans les infrastructures, routes et autoroutes européennes.
https://www.romandie.com/news/Electrici ... 940404.rom

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58656
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Allemande de l' énergie.

Message par energy_isere » 29 juil. 2018, 14:04

2018, l’Allemagne dépasse les 41 % de production électrique renouvelable … et la France ?

Frédéric DOUARD5 juillet 2018

Alors que les Français critiquent l’Allemagne pour son recours transitoire au charbon pour avoir évacué le péril nucléaire de sa production, ce pays travaille d’arrache-pied et grignote chaque année des parts de marché à l’électricité fossile, maintenant que la fissile est hors-service. En France par contre, EDF et l’Etat s’arc-boutent sur un système nucléaire à bout de souffle qui risque à tout moment l’accident majeur, par négligence (sous-traitance massive), par vétusté ou par action terroriste, comme en témoigne le rapport de la commission d’enquête parlementaire rendu public le 5 juillet 2018.

En Allemagne, l’Institut Fraunhofer ISE, a publié les derniers chiffres de la production d’électricité pour le premier semestre 2018 : 113 TWh. Durant cette période, l’électricité d’origine renouvelable vient donc d’assurer 41,5 % de la production totale d’électricité, le meilleur score de son histoire en Allemagne.

Image

Cette performance est à mettre en parallèle de celle de la France, deux fois moins bonne que celle de l’Allemagne : 97,3 TWh sur une année glissante, soit un taux de couverture par les renouvelables de 20,1 %, selon les derniers chiffres publiés par RTE.

En Allemagne, l’éolien arrive en tête des sources renouvelables avec 55,2 TWh, la biomasse en seconde position avec 23 TWh alors que le pays est plus petit que la France et dispose donc de moins de ressources, puis le photovoltaïque avec 22,3 TWh et l’hydroélectricité avec 12,5 TWh.

Image
Répartition des sources d’énergie pour la production électrique en Allemagne au premier semestre 2018, source Fraunhofer ISE


En France, sur une année glissante, l’hydraulique arrive en tête avec 11,2 %, suivie par l’éolien à 5,5 %, par le solaire à 1,9 %, et par la bioénergie à 1,5 % alors que la France dispose de la plus grande ressource en biomasse de l’Union Européenne. Notons que ces chiffres recouvrent aussi des niveaux d’investissement et d’efficacité très contrastés : ainsi par exemple, le solaire qui a mobilisé l’investissement de 7900 MW ne produit que 9,3 TWh sur un an, alors que la filière bioénergies française qui n’a bénéficié que de 1900 MW installés en produit presque autant avec 7,2 TWh sur un an.

Ainsi, comme en Allemagne qui a fortement poussé la bioénergie et qui en récolte aujourd’hui les fruits, il conviendrait aussi en France d’investir de manière judicieuse, en ne négligeant pas les systèmes de production à forte disponibilité comme la biomasse. En France, la biomasse a en effet produit sur la dernière année glissante 3800 MWh par MW installé, soit plus de trois fois plus que le solaire avec seulement 1177 MWh par MW installé.

Espérons que la programmation pluriannuelle de l’énergie en préparation en France saura en tenir compte.

Frédéric Douard
https://www.bioenergie-promotion.fr/559 ... la-france/

A ce train la dans 4 ans l' Allemagne va passer à 50% de l' électricité d' origine renouvelable.

Répondre