Politique energétique au Japon post Fukushima

Discussions traitant des diverses sources d'énergie ainsi que de leur efficacité.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52887
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Politique energétique au Japon post Fukushima

Message par energy_isere » 26 mars 2012, 12:57

Post Fukushima : le secteur solaire japonais bouillonne

24 Mars 2012 Enerzine.com

Un an après le grave tremblement de terre, suivi d'un tsunami et d'une terrible catastrophe nucléaire qui avaient ébranlé le pays, le Japon repense sa stratégie énergétique.

Sur 54 réacteurs nucléaires japonais, il n'en reste actuellement que deux qui sont encore connectés au réseau. En conséquence, l'électricité en provenance du solaire connaît une forte progression car il faut bien couvrir les besoins énergétiques du pays.

"Depuis la catastrophe de Fukushima, les énergies renouvelables reviennent au centre de l'attention. Pour pouvoir assurer notre avenir et celui des générations futures, nous devons favoriser cette révolution énergétique", a assuré Shigeru Koyama, le PDG Europe de Kyocera.

Jusqu'à la fin mars 2012, plus d'un million de foyers japonais vont consommer l'électricité produite par leur propre installation solaire. Au Japon, la tendance va vers l'auto approvisionnement.

Entre avril 2011 et janvier 2012, le nombre de demandes de raccordement pour les installations photovoltaïques résidentielles a atteint 215 178, une augmentation de 140 % par rapport à l'année précédente. Pour les années à venir, les experts s'attendent aussi à une augmentation des installations chez les particuliers de 12 % par an.

Des tarifs de rachat avantageux pourraient également jouer le rôle de catalyseur pour développer davantage de gros projets comme des centrales photovoltaïques. Le gouvernement japonais ne s'est pas encore définitivement prononcé là-dessus, mais il est déjà certain que les nouveaux tarifs entreront en vigueur à partir du 1er juillet 2012. Parallèlement, le gouvernement vise à réduire la consommation d'énergie du pays de 10 à 15 %.

Jusqu'en 2020, les dix plus grands fournisseurs japonais d'énergie envisagent de construire 30 centrales solaires. Elles devront permettre d'injecter au réseau 140 MW supplémentaires provenant de l'énergie solaire.
http://www.enerzine.com/1/13714+post-fu ... onne+.html

:roll: 140 MW en centrales solaire PV en 2020 ? Mais c' est complétement peanuts devant le nucléaire qu' ils ont perdu. 140 MW c' est en puissance installé 1/6 d' une centrale nuke. Et pour la production annuelle il faut diviser par 3 à cause de la production en journée ensoleillée.
Enerzine oublie de dire que le Japon va importer un max de Gaz Naturel Liquéfié.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52887
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique energétique au Japon post Fukushima

Message par energy_isere » 04 mai 2012, 12:19

Les Japonais et Russes réfléchissent à la possibilité d' un Gazoduc sous marin reliant Vladivostok au Japon.

C 'est trés prospectif pour le moment. Couts/délais inconnus.
Japan eyes gas pipeline from Russia

Japan is urgently seeking new energy sources as it phases out nuclear power. So it’s in talks with Russia over the construction of a gas pipeline to boost energy supplies.
Russia's leading gas producer Gazprom discussed the prospects of increase of natural gas supplies to Japan in a meeting with a Japanese parliamentary delegation in Moscow.
"The sides touched upon a possibility of working on a project for piping gas from Russia to Japan," Gazprom said in a statement.
A future pipeline from Russian Far east city of Vladivostok would be the first seabed pipeline to Japan. The cost of the project as well as the timeline is not clear.
“The project is very perspective from economic point of view as Japan’s demand of gas would grow after giving up nuclear energy,” said Grigory Birg from Investcafe.
“The only problem is that the pipeline would compete with liquefied natural gas supplies from other countries including Russia,” he added.

The project will boost Gazprom exports and increase its share of Japan’s energy market. Currently it receives about 8 billion cubic meters (bcm) of liquefied natural gas (LNG) from the Sakhalin-2 project under a 20-year agreement. It accounts for less than 10% of the country’s consumption.
...........
http://rt.com/business/news/gazprom-jap ... oject-570/

dysgraphik
Kérogène
Kérogène
Messages : 59
Inscription : 10 mars 2012, 21:05
Contact :

Re: Politique energétique au Japon post Fukushima

Message par dysgraphik » 11 mai 2012, 07:21

le nucléaire essentiellement remplacé par les énérgies fossiles : la production électrique du japon en 2011 :

Image

la production d'électricité renouvelable non hydraulique passe de 1,1% à 2,5% du mix.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52887
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique energétique au Japon post Fukushima

Message par energy_isere » 14 mai 2012, 17:07

Le Japon entend réduire sa consommation d’électricité cet été

14 Mai 2012 Usine Nouvelle

L’objectif est d’éviter les pénuries et les coupures de courant notamment dans le centre et l’ouest du pays.

Le gouvernement va demander aux ménages et aux entreprises dans ces régions de réduire jusqu’à 20% leur consommation d’électricité par rapport au niveau de 2010, selon les quotidiens Asahi Shimbun et Mainichi Shimbun le 14 mai.

Cette décision fait suite à des prévisions menées par le gouvernement et les opérateurs. Notamment un panel du gouvernement s'attend à ce que Kansai Electric Power Co., le fournisseur d'électricité pour la région du centre-ouest --comprenant les grandes villes de Osaka, Kyoto et Kobe--, soit en manque de près de 15% lors des pics de la demande en août. En été, le Japon voit sa consommation d’électricité augmenter du fait de l’air climatisé.

Or, toutes les centrales du pays sont actuellement hors service en raison de sessions de maintenance et de l'impossibilité de réactiver les réacteurs. Une conséquence de la catastrophe de Fukushima depuis le 11 mars dernier.

Parallèlement, la compagnie Tepco a annoncé ce 14 mai avoir enregistré une perte nette de près de 7,5 milliards d’euros pour l’exercice clos fin mars. Il s’attend à un déficit net de près d’un milliard d’euros pour l’année budgétaire débutée le 1er avril. Le groupe est actuellement en cours de nationalisation. Il est secouru par les pouvoirs publics en échange d'une promesse d'économies de 33 milliards d'euros en dix ans.
http://www.usinenouvelle.com/article/le ... te.N174590

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52887
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique energétique au Japon post Fukushima

Message par energy_isere » 19 août 2012, 12:40

Le Japon se déchire sur sa politique énergétique

17 Aout 2012 Les Echos

Le gouvernement a promis de dévoiler à la fin du mois son projet de réforme du secteur énergétique. Il s'interroge sur la part du nucléaire et sur le découplage des activités des grands électriciens, qui dominent le marché domestique.

En janvier dernier, Nobuto Hosaka a lancé une petite révolution. Elu maire de l'arrondissement de Setagaya, à Tokyo, en avril 2011, cet ancien journaliste a décidé de s'attaquer au monopole dans la région de Tepco, l'opérateur de la centrale de Fukushima-Daiichi, en invitant des petits producteurs d'électricité indépendants à alimenter en courant les 111 établissements publics de sa ville. A ses administrés, l'élu a expliqué qu'il souhaitait travailler avec des électriciens respectant un agenda environnemental et qu'il espérait voir baisser les factures d'électricité de la municipalité.
Inquiets des hausses de prix enclenchées par Tepco, plusieurs maires de la capitale japonaise ont depuis contacté des producteurs indépendants et pressé le gouvernement central de libéraliser un marché de l'énergie presque entièrement contrôlé par dix grands électriciens régionaux.
Malgré un début d'ouverture à la concurrence en 1995, les 46 petits producteurs « indépendants » du pays, tels qu'Ennet, Marubeni ou Summit Energy, ne vendent que 4 % de l'électricité de l'Archipel et se plaignent des barrières réglementaires ou financières freinant leur expansion. « Depuis Fukushima, l'image d'un système équilibré permettant un approvisionnement stable a volé en éclats et la thématique de libéralisation a resurgi », explique PaulScalise, un expert de la Temple University.
Pousser la part des renouvelables

Pressé par des élus et une opinion publique manifestant de plus en plus ouvertement son opposition au nucléaire, le gouvernement a promis une révision profonde de la politique énergétique nationale. Il finalise actuellement ses consultations avant de présenter à la fin du mois un grand projet de réforme. Travaillant en parallèle, plusieurs panels d'experts doivent se prononcer sur la place du nucléaire dans le mix énergétique national - ils étudient les options 0 %, 15 % ou 25 % -et sur la nécessité d'ouvrir le marché à de nouveaux producteurs afin de pousser la part des énergies renouvelables, qui (hors barrages) ne génèrent pour l'instant que 1 % de l'électricité du pays.
Selon les partisans d'une sortie du nucléaire, Tokyo devrait casser le monopole des grands producteurs en ordonnant le « découplage » de leurs activités. Les géants tels que Tepco (Tokyo Electric Power Company), Kyushu Electric ou Chubu Electric possèdent les réseaux de transmission et de distribution de leurs zones géographiques respectives et freinent l'entrée des petits concurrents.
Face à ces militants, les grands électriciens, soutenus par une large partie des cadres du ministère de l'Industrie et par l'essentiel de la classe politique, expliquent que le découplage n'est pas une « solution miracle » et remarquent qu'il n'a pas bouleversé la suprématie des grands électriciens dans les pays occidentaux l'ayant déjà expérimenté. « Il n'est pas certain que beaucoup de clients changeraient d'électricien. Le lobby patronal, le Keidanren, ne milite d'ailleurs lui-même pas pour le découplage », pointe Paul Scalise. Ce dernier note également que les baisses de prix promises par les partisans du découplage ne sont pas garanties car elles interviendraient à un moment où le pays va devoir beaucoup investir pour rénover ses réseaux de distribution. « Les prix de l'électricité sont déjà 24 % plus chers au Japon que la moyenne de ceux dans les pays de l'OCDE », souffle l'expert. De quoi compliquer un peu plus la donne pour l'Archipel.
http://www.lesechos.fr/entreprises-sect ... picks=true

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52887
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique energétique au Japon post Fukushima

Message par energy_isere » 09 sept. 2012, 14:08

Japon : l'après Fukushima.... c'est maintenant
http://www.enerzine.com/788/japon---lap ... patif.html
L'approvisionnement en gaz liquéfié pour compenser la fermeture des centrales se fit sans difficultés majeures à partir des usines de liquéfaction du golfe Persique, de l'Australie et de l'Asie du Sud Est et avec la flotte de méthaniers existantes, à ceci près que ce ne fut pas gratuitement et que cet afflux de demande supplémentaire se traduisit par des tensions fortes sur le prix du gaz et du fret. Le prix du gaz naturel dans la zone a ainsi augmenté de 50% début 2012 par rapport au prix de fin 2011. Il est devenu huit fois plus cher que celui du gaz aux États-Unis qui bénéficie lui de l'écroulement du marché lié aux gaz de schistes.

Image

nemo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4098
Inscription : 11 oct. 2005, 03:46
Localisation : Limoges

Re: Politique energétique au Japon post Fukushima

Message par nemo » 12 sept. 2012, 11:18

http://www.lemonde.fr/planete/article/2 ... _3244.html

Le gouvernement japonais devrait annoncer qu'il renonce au nucléaire avec un plan de sortie s'étalant jusque 2030.
"Tu connaîtras la vérité et la vérité te rendra libre"
Saint Jean 8, 32

"N'est pas musulman celui dont le voisin doit craindre la nuisance"
Prophète Mohamed

"Dans le spectacle la vérité est un moment du mensonge"
Debord

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52887
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique energétique au Japon post Fukushima

Message par energy_isere » 14 sept. 2012, 15:05

Le Japon de l'après Fukushima veut se passer du nucléaire d'ici 30 ans :

14 Sept 2012 AFP

Le gouvernement japonais a annoncé l'arrêt progressif de la production nucléaire sur 30 ans, dix-huit mois après l'accident de Fukushima qui a provoqué une catastrophe sans précédent depuis Tchernobyl il y a 25 ans.

Le Japon renforce ainsi le camp des Etats qui ont décidé de tourner le dos à l'atome. Deuxième économie d'Asie et grand pays industriel, sa décision intervient après des résolutions similaire de l'Allemagne, la première économie européenne, et de la Suisse.

Ces trois pays ont pris cette option après l'accident de mars 2011 à la centrale Fukushima Daiichi (220 km au nord-est de Tokyo), qui a entraîné d'importantes émissions radioactives et forcé une centaine de milliers d'habitants à abandonner leurs maisons.

"Le gouvernement va instaurer toutes les mesures possibles pour amener la production nucléaire à zéro pendant les années 2030", a énoncé le gouvernement dans un document consacré au nouveau plan énergétique à établir pour tirer les conséquences de la catastrophe.

Avant l'accident, la production nucléaire représentait près de 30% de la consommation d'électricité et les autorités voulaient augmenter cette part à 53% d'ici à 2030.

Mais le sentiment antinucléaire a bondi parmi la population, alors que le Premier ministre de centre-gauche, Yoshihiko Noda, pourrait bientôt convoquer des élections législatives anticipées que les sondages lui prédisent difficiles.

Le document publié vendredi reste vague sur les moyens de compenser l'arrêt de l'atome mais il édicte trois principes pour parvenir à cet objectif: ne plus construire de centrale nucléaire, arrêter les réacteurs existants après 40 ans d'activité et n'accepter le redémarrage des tranches suspendues qu'après des examens de sécurité.

Le gouvernement allemand a immédiatement proposé son aide au Japon. "C'est une décision encore récente, mais vous pouvez bien imaginer que l'Allemagne qui a déjà un peu d'expérience dans le domaine du futur des énergies renouvelables est prête à aider en acte et en conseil les institutions japonaises", a déclaré le porte-parole Steffen Seibert.

Explosion de la facture énergétique

Seuls deux réacteurs sont actuellement en opération sur les 50 de l'archipel. Nombre d'entre eux ont été arrêtés à cause du puissant séisme et du tsunami géant du 11 mars 2011 qui ont précédé l'accident de Fukushima, ou à cause d'autres séismes, très fréquents au Japon.

Les autres ont été stoppés pour maintenance régulière, mais ils n'ont pu redémarrer en raison des nouvelles mesures de sécurité exigées par les autorités et les populations riveraines.

Le Japon s'est même complètement passé d'énergie nucléaire en mai et juin derniers, avant que le Premier ministre ne donne son feu vert au redémarrage de deux tranches.

Pour compenser la chute de la production d'électricité nucléaire, les compagnies énergétiques font tourner leurs centrales thermiques à plein régime et doivent donc importer davantage d'hydrocarbures.

Ces achats massifs, notamment de gaz naturel liquéfié dont le Japon est le premier importateur mondial, pèsent sur leurs comptes et ont fait plonger la balance commerciale dans le rouge
.

Des ténors du principal parti d'opposition de droite, les compagnies d'électricité et les milieux d'affaires favorables au nucléaire insistent sur l'explosion de cette facture énergétique pour réclamer la relance de réacteurs.

Le chef de la fédération patronale Nippon Keidanren, Hiromasa Yonekura, a jugé "inacceptable" l'option du gouvernement qu'il ne croît pas "technologiquement possible".

Début août, le puissant ministre de l'Economie, Yukio Edano, avait jugé au contraire que l'arrêt progressif du nucléaire "favoriserait la croissance en encourageant le développement des énergies renouvelables et en dopant l'efficacité énergétique".

Vendredi, plus d'un millier d'antinucléaires ont manifesté comme chaque semaine depuis des mois devant le bureau de M. Noda à Tokyo. L'un d'entre eux, Yasumichi Noma, a jugé que l'annonce gouvernementale constituait "un pas en avant".

L'organisation de défense de l'environnement Greenpeace a "salué prudemment" la décision de Tokyo, regrettant que des réacteurs puissent fonctionner encore pendant au moins vingt ans "au risque de la population".
http://www.boursorama.com/actualites/le ... 0132f43e7c

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52887
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique energétique au Japon post Fukushima

Message par energy_isere » 19 sept. 2012, 20:01

Le Japon se tourne vers le gaz pour compenser le manque d’énergie nucléaire

19 Sept 2012 Usine Nouvelle

Les importations de gaz ont bondi de 30% depuis l’accident nucléaire de Fukushima.

Sur les 50 réacteurs que compte l’archipel, seuls deux sont aujourd’hui en opération. Et le gouvernement a fait part, il y a quelques jours, de sa volonté de se passer totalement de l’atome d’ici 30 ans.

La consommation japonaise de gaz naturel liquéfié (GNL) pourrait donc continuer de grimper. En effet pour compenser la production quasi nulle d’électricité nucléaire, les japonais ont eu recours aux hydrocarbures.

"Les importations japonaises de GNL ont fortement augmenté depuis l'accident nucléaire, passant de 70 millions de tonnes en 2010 à quelque 90 millions de tonnes prévues en 2012", a expliqué Yukio Edano, le ministre de l’Industrie japonais.

Le Japon est le premier importateur mondial de GNL, en provenance notamment d'Australie, de Malaisie, du Qatar, d'Indonésie et de Russie. Yukio Edano a précisé que, pour se fournir de façon stable en GNL bon marché, le gouvernement étudiait la création d'un marché à terme dédié au gaz au Japon.
http://www.usinenouvelle.com/article/le ... re.N182349

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52887
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique energétique au Japon post Fukushima

Message par energy_isere » 12 oct. 2012, 12:17

Le Japon prévoit 2.500 MW de projets renouvelables à fin mars 2013

enerzine 12 Oct 2012

Au Japon, le Ministère de l'Economie, du Commerce et de l'Industrie a validé fin septembre dans le cadre d'un programme d'incitation gouvernemental au développement des énergies renouvelables, des projets d'une capacité cumulée de 1.780 mégawatts (MW), dont plus de 80% seront réservés au solaire.

"La capacité totale des projets solaires s'élèvera à 1.480 mégawatts, contre 292 mégawatts pour l'éolien", a précisé mercredi, le ministre japonais de l'économie. Depuis avril 2012, le Japon a ajouté 912 MW de capacité d'énergies renouvelables, en grande majorité avec un portefeuille de projets solaires totalisant 885 MW.

Le Japon a introduit en juillet dernier des tarifs d'achat préférentiels afin de promouvoir les investissements dans les énergies renouvelables. Le ministère prévoit ainsi que son pays sera en mesure d'atteindre 2.500 mégawatts de projets renouvelables d'ici le 1er trimestre 2013.

La mise en place de tarifs d'achats et autres subventions dédiées exigent des opérateurs qu'ils achètent de l'électricité auprès des fournisseurs d'énergie de sources renouvelables, à des prix plus élevés. Par exemple, le prix de revente de l'électricité produit à partir d'installations photovoltaïques de plus de 10 kW est de 40 yens le kWh contre 42 yens le kWh pour des installations domestiques (< 10 kW).

Aussi, les développeurs de projets d'énergies renouvelables qui appliquent les prix fixés par le gouvernement doivent soumettre leur projet au ministère concerné ainsi que la demande de raccordement au service public d'électricité. "Plusieurs grandes centrales solaires sont programmées pour démarrer leurs opérations vers la fin de l'exercice fiscal en cours de sorte que le secteur du non résidentiel puisse se développer également" a indiqué le ministre de l'économie.
http://www.enerzine.com/14/14582+le-jap ... 2013+.html

Avatar de l’utilisateur
paradigme
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1224
Inscription : 23 mai 2006, 22:56

Re: Politique energétique au Japon post Fukushima

Message par paradigme » 02 nov. 2012, 22:24

Après Sharp un deuxième mourant, cette fois c'est Panasonic :

Le groupe d’électronique japonais comptait gagner de l’argent cette année, finalement il devrait perdre plus de… 7,3 milliards d’euros.

http://lauer.blog.lemonde.fr/2012/11/01 ... panasonic/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52887
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique energétique au Japon post Fukushima

Message par energy_isere » 28 déc. 2012, 21:22

Le Japon va relancer les réacteurs nucléaires jugés sûrs

lenergeek.com 27 décembre 2012

Nommé suite à la victoire du Parti libéral Démocrate japonais aux élections législatives de décembre, le nouveau ministre de l’industrie Toshimitsu Motegi a annoncé que le gouvernement nippon allait relancer les réacteurs nucléaires jugés sûrs.

« Les réacteurs ne redémarreront pas tant que leur sécurité ne sera pas assurée par l’autorité indépendante de régulation, sur la base de connaissance scientifiques » a déclaré Toshimitsu Motegi.

Le Ministre de l’Industrie a également assuré que les énergies renouvelables seraient développées au maximum des possibilités, et que le Japon allait réduire autant que possible son recours aux énergies fossiles, polluantes et onéreuses.

Rappelons que l’ensemble des 50 réacteurs du pays avaient été arrêtés par mesure de précaution suite à la catastrophe de Fukushima. Seuls deux d’entre eux ont depuis été relancés.

Le précédent gouvernement (centre-gauche) prévoyait une sortie du nucléaire sur 30 ans. Mais le parti de Yoshihiko Noda a été largement battu par le Parti libéral Démocrate aux dernières élections législatives.

Par ailleurs, l’autorité de régulation nucléaire japonaise a annoncé mercredi 26 décembre que le réacteur de la centrale Higashidori ne pourrait pas être relancé avant d’avoir été davantage sécurisé. En effet, d’après les experts de l’autorité, ce réacteur se trouve à proximité d’une faille active et il pourrait subir un tremblement de terre.
http://lenergeek.com/2012/12/27/le-japo ... uges-surs/

Clarkie
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 346
Inscription : 12 mai 2011, 22:58

Re: Politique energétique au Japon post Fukushima

Message par Clarkie » 07 janv. 2013, 15:49

L'entêtement jusqu'à l'absurde :
Industrie nucléaire : revirement politique au Japon

Le gouvernement nippon par la voix de son tout nouveau 1er ministre, Shinzo Abe, dont le Parti Libéral-Démocrate a remporté les élections législatives, envisage désormais de construire de nouveaux réacteurs nucléaires "différents de ceux construits il y a quarante ans".

A l'occasion d'un déplacement fin décembre 2012 sur le site de la centrale Fukushima, gravement endommagée par le tsunami du 11 mars 2011, le chef du gouvernement a précisé que "les nouveaux réacteurs seront différents de ceux de Fukushima qui ont entraîné la crise (...) Nous les construirons en expliquant au public à quel point ils sont différents, de façon à gagner sa compréhension."

Cette annonce intervient alors que l'opposition de la population japonaise à l'énergie nucléaire reste grandissante. Mais pour Shinzo Abe, de nouvelles centrales nucléaires sont nécessaires dans l'archipel afin de réduire sa dépendance aux énergies fossiles, qui sont importées en grande quantité.

Sur les 50 réacteurs que comptent le parc nucléaire, 48 sont maintenus à l'arrêt en raison des nouvelles mesures de sécurité exigées depuis l'accident de Fukushima.

Considéré comme un pro-nucléaire, M. Abe avait fait juste savoir avant son élection qu'il accepterait le redémarrage des réacteurs jugés sûrs par l'Autorité de régulation.
Pourquoi faire des différents si les anciens sont jugés sûrs ?
Les deux meilleurs sites francophones sur le climat :
http://www.les-crises.fr/le-rechauffement-climatique/ par Olivier Berruyer
http://www.manicore.com/documentation/serre/index.html par Jean-Marc Jancovici

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52887
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique energétique au Japon post Fukushima

Message par energy_isere » 11 janv. 2013, 19:38

Le plus grand parc éolien nippon aura une capacité de 95 MW (2017)

11 Janv 2013 Enerzine

Le groupe japonais Hitachi a annoncé fin décembre 2012 avoir reçu une commande de 40 éoliennes terrestres (HTW2.0-80) de C-Tech, une filiale de Chubu Electric Power afin d'étendre la capacité du parc éolien d'Aoyama-Kogen.
Situé entre les provinces Tsu, Mie et Iga, le parc éolien d'Aoyama-kogen comprend actuellement 15 MW de capacité installée. Une extension de 80 MW a été planifiée afin de porter le total à 95 MW. A ce stade, il s'agira du plus grand complexe éolien jamais construit dans l'archipel nippone.

La compagnie C-Tech prévoit de commencer le chantier avec l'implantation de 18 éoliennes d'ici à mars 2016, avant l'achèvement final qui devrait avoir lieu en mars 2017.

La technologie "Wind Down" utilisée par Hitachi permettrait de réduire les coûts initiaux en réduisant la charge du vent dotée d'un "effet girouette". Selon la société, la turbine éolienne réaliserait un rendement énergétique élevé même dans des zones à faible altitude.

En juillet 2012, Hitachi a repris la branche 'éolien' à son compatriote Fuji Heavy Industries. Il a ensuite commencé le développement et la production des unités dans son usine d'Hitachi City. Ce dernier entend bien occuper une place prépondérante sur le marché japonais d'ici 2015.
http://www.enerzine.com/3/15080+le-plus ... 2017+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52887
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique energétique au Japon post Fukushima

Message par energy_isere » 05 févr. 2013, 16:09

Le Japon veut tripler sa capacité de production éolienne

enerzine 05 Fev 2013

Le gouvernement japonais a annoncé son intention de tripler la capacité de production éolienne en développant au mieux cette forme d'énergie sur l'île d'Hokkaido et dans la région du Tohoku située au nord-est de l'île principale du Japon (Honshu).
Le projet devrait être lancé au cours de l'exercice fiscal 2013 qui débute en avril. Les secteurs publics et privés devraient investir annuellement 31 milliards de yens (soit 2,45 milliards d'euros sur une décennie).

Objectif visé : 7.500 MW de capacité éolienne.

Le vent est considéré au Japon comme une source d'énergie clé, moins coûteuse à produire que l'énergie solaire, et devant permettre à l'archipel d'accroître sa part dans les énergies renouvelables. Le gouvernement a évalué le coût de production de l'énergie éolienne à environ 10 yens par kilowattheure, soit presque autant que celui alloué à l'énergie thermique issue du gaz naturel liquéfié (GNL).

L'énergie éolienne au Japon a représenté pour l'exercice 2011, (seulement) moins de 0,1% de la production nationale d'électricité.

Compte tenu des forts vents qui y soufflent régulièrement, Hokkaido et les côtes de Tohoku restent parmi les endroits les plus propices pour produire ce type d'énergie. Le gouvernement nippon estime que le pays pourrait augmenter la capacité de production éolienne pour atteindre à terme, les 15 gigawatts (GW), soit 6 fois le niveau actuel.

Le gouvernement espère également que les réseaux de transport en cours de construction permettront d'augmenter la capacité de production de l'électricité d'origine éolienne. Actuellement, Hokkaido Electric Power et Tohoku Electric Power sont en train de construire des lignes de transport d'électricité reliant les sites éoliens aux réseaux de transport existants.

Contrairement aux réacteurs nucléaires ou autres centrales thermiques, il reste difficile pour les éoliennes de garder une production optimale car la force des vents demeure inégale dans le temps. Par conséquent, les postes de transformation seront tous équipés de batteries de stockage afin de parvenir à délivrer une énergie éolienne stable.
http://www.enerzine.com/3/15249+le-japo ... enne+.html

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités