Tartiflette électrique française actuelle et future

Discussions traitant des diverses sources d'énergie ainsi que de leur efficacité.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
mahiahi
Modérateur
Modérateur
Messages : 5641
Inscription : 14 sept. 2004, 14:01
Localisation : Yvelines

Re: Tartiflette électrique française actuelle et future

Message par mahiahi » 26 sept. 2012, 10:57

Oui, plutôt que de fossiles, mieux vaut parler de ressources [non] renouvelables ou [non] carbonées
Ne sois pas charlot!

Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes (Bossuet)

Ce que nous n'avions pas anticipé, c'est que cette crise allait durer plus longtemps que prévu (François Hollande)

Avatar de l’utilisateur
Herv12
Condensat
Condensat
Messages : 659
Inscription : 03 oct. 2011, 09:13
Localisation : Aveyron (12)

Re: Filiére nucléaire Francaise

Message par Herv12 » 26 sept. 2012, 18:31

Oui, la différence vient du fait que seulement une partie de l'énergie est utilisée par les ménages. La plus grosse partie est utilisée par l'industrie et une partie est vendue à l'export. Mais au final il faudra payer ~100€ dont une partie sous faorme de hausse de prix des produits manufacturés.

J'ai effectivement fait cette remarque pour comparer les ordres de grandeurs. Quand le nucléaire coute environ 4c€/Kwh, le faire passer à 5 permet pas mal de choses. Pour faire pareil avec l'éolien, solaire, biomasse on est sur des surcouts largement supérieurs...

Concernant le cout du convecteur il faut le comparer (pour être crédible) au cout des réseaux de Gaz,...
De toute façon ces coûts sont payés par la facture d'électricité moyenne et le consommateur moyen (y compris celui qui n’utilise pas de chauffage électrique ne s'en sort pas si mal en France pour le moment.
Il faut aussi y inclure aussi les effets positifs sur la balance commerciale,...

Pour chasser les idées reçues sur le convecteur deux exemples actuels:

Maison BBC 100m² 100%Convecteurs (investissement 2000€/ 20ans)
Chauffage environ 3000Kwh @ 0.125 + 100€ = 475€/an

Maison BBC 100m² chauffage central Gaz (Investissement 10000€/25ans ) rendement chaudière réel 95% et visite contrôle annuel 80€:
Chauffage environ 3000Kwh / 0.95 @0.07 + 400€ + 800€ = 700€/an

Sachant que j'ai été très clément car le chauffage central est gaspilleur d’énergie. Il a été mesuré des conso entre 10 et 30% plus faibles pour un chauffage élec par rapport au central sur des maisons équivalentes.

En chauffage autonome, seule la pac air air a achetée à un prix raisonnable peut éventuellement être plus économique à l'usage.
Le bois est actuellement meilleur mais il n'y en aura pas forcément pour tout le monde.

De plus le surcout lié aux pointes pourrait être nettement réduit par l'utilisation plus systèmatique de contrats EJP / Tempo et l'association avec un poele. (le confort en patirait un peu mais pour 2 semains par an en moyenne).
Pour sauver les arbres, mangez les castors.

Avatar de l’utilisateur
Herv12
Condensat
Condensat
Messages : 659
Inscription : 03 oct. 2011, 09:13
Localisation : Aveyron (12)

Re: Tartiflette électrique française actuelle et future

Message par Herv12 » 26 sept. 2012, 18:51

mobar a écrit :
Herv12 a écrit :
Pour ma part je considère que limiter la conso de fossiles devrait être la priorité.
D'autres considèrent que dans les fossiles, il faut inclure le nucléaire ... et les défenseurs du nucléaire :-"
Oui mais tout est relatif. Le solaire est aussi "fossile puisque il s'éteindra un jour" C'est l’échelle de temps qui compte.

Pour le nucléaire en U235, effectivement on peut le classer dans la même catégorie que le pétrole car la dispo est de l'ordre de la centaine d'années. Deux choses peuvent l'améliorer:
- La GIV, on parle alors en millénaire
- L'extraction de l'uranium des océans (encore du domaine du rêve pour le moment, mais sil le prix de l'énergie augmente, ça peut éventuellement changer (il y a un fil sur le sujet: viewtopic.php?f=44&t=19488

Et de toute façon le petrole permet de faire des tas de choses plus utiles que de le bruler, alors que l'uranium... donc autant utiliser l'uranium!
Pour sauver les arbres, mangez les castors.

Avatar de l’utilisateur
Glycogène
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2510
Inscription : 05 oct. 2005, 00:06
Localisation : Grenoble

Re: Filiére nucléaire Francaise

Message par Glycogène » 26 sept. 2012, 20:49

Herv12 a écrit :Sachant que j'ai été très clément car le chauffage central est gaspilleur d’énergie.
J'ai un chauffage central au gaz dans mon appart, les tuyaux sont apparents, aucune perte de chaleur dans le réseau d'eau vu que ça chauffe les pièces...
Et je bénéficie d'une chaleur en partie rayonnante (je ressens une chaleur agréable 5mn après avoir allumé le chauffage).
Ce que ne fait pas un convecteur, qui lui chauffe à 25°C les 60cm d'air sous le plafond et laisse à 15°C le reste : il faut attendre (et consommer) bien plus pour avoir la même sensation de chaleur.
Ou alors utiliser des radiateurs à accumulation, mais alors là on est plus proche de 2000€ par radiateur, alors pour l'ensemble d'une maison...

Désolé, je trouve que ton calcul est complètement pipo.
Et perso ma facture de chauffage doit s'élever à 30€ par an.
Et c'est fini, car cet été l'immeuble a été isolé de l'extérieur, donc a priori je ne devrais plus jamais allumer le chauffage, la chaleur fatale est suffisante (cuisine, appareils électriques, ...).

Jeuf
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1485
Inscription : 01 janv. 2005, 18:08
Localisation : Poitou

Re: Filiére nucléaire Francaise

Message par Jeuf » 26 sept. 2012, 22:55

Le bois est actuellement meilleur mais il n'y en aura pas forcément pour tout le monde.
Ben, tu prends le BBC comme référence pour ton calcul sur l'élec. Enfin, le cas le plus favorable.

Alors allons-y comme ça. 40 m² par personne (soyons pessimiste) à 50kWh/m²/an fois 60 millions de personnes
ça nous fait 120 000 millions de kWh de bois
un peu plus de 10 Mtep. ça passe.

Avatar de l’utilisateur
Herv12
Condensat
Condensat
Messages : 659
Inscription : 03 oct. 2011, 09:13
Localisation : Aveyron (12)

Re: Filiére nucléaire Francaise

Message par Herv12 » 27 sept. 2012, 12:54

J'ai un chauffage central au gaz dans mon appart, les tuyaux sont apparents, aucune perte de chaleur dans le réseau d'eau vu que ça chauffe les pièces...
Et je bénéficie d'une chaleur en partie rayonnante (je ressens une chaleur agréable 5mn après avoir allumé le chauffage).
Ce que ne fait pas un convecteur, qui lui chauffe à 25°C les 60cm d'air sous le plafond et laisse à 15°C le reste : il faut attendre (et consommer) bien plus pour avoir la même sensation de chaleur.
Ou alors utiliser des radiateurs à accumulation, mais alors là on est plus proche de 2000€ par radiateur, alors pour l'ensemble d'une maison...
Les convecteurs actuels de bonne qualité donnent exactement le même effet qu'un radiateur de chauffage central et coûtent entre 100 et 300€ suivant la gamme. Cette affirmation était valable il y a 30 ans mais plus aujourd'hui.

Le chauffage central est plus gourmand pour deux raisons:
- Le rendement réel de la chaudière est plus bas qu'annoncé, surtout à faible charge
- Le convecteur peut être allumé de manière ciblée a un endroit précis au moment ou il fait froid. Le central lui a un usage moins ponctuel.

La CEREN avait fait une étude dans les années 90 ou il apparaissait clairement qu'en énergie finale, le chauffage électrique est nettement moins énergivore.
Et si vous le croyez pas faites une enquête de conso. auprès de vos amis, combien ils payent elec + gaz, à comparer a la surface de la maison et son niveau d'isolation et vous verrez. En ajoutant l'amortissement c'est quasiment toujours ceux qui ont l'élec qui s'en sortent le mieux s'ils font un peu attention à leur conso, sauf passoire thermique ou maison de grande taille.
Pour sauver les arbres, mangez les castors.

Avatar de l’utilisateur
Herv12
Condensat
Condensat
Messages : 659
Inscription : 03 oct. 2011, 09:13
Localisation : Aveyron (12)

Re: Filiére nucléaire Francaise

Message par Herv12 » 27 sept. 2012, 13:09

Jeuf a écrit :
Le bois est actuellement meilleur mais il n'y en aura pas forcément pour tout le monde.
Ben, tu prends le BBC comme référence pour ton calcul sur l'élec. Enfin, le cas le plus favorable.

Alors allons-y comme ça. 40 m² par personne (soyons pessimiste) à 50kWh/m²/an fois 60 millions de personnes
ça nous fait 120 000 millions de kWh de bois
un peu plus de 10 Mtep. ça passe.
Ld dispo supplémentaire de bois est de l'ordre de 5Mtep http://www.dispo-boisenergie.fr/general/resultat, donc c'est un peu juste. Mais si on regarde le problème dans son ensemble je suis d'accord avec vous ça doit passer largement à terme.

Cependant, il faut rappeler que comme l'hydraulique, le bois est une ENR stockable et si on considère un mix ou l'on souhaiterais se passer totalement de pétrole, le bois devra être utilisé pour combler les manques des autres sources d'energie, donc en énergie de pointe. Donc l'utiliser en base n'est pas forcément judicieux. Mais là on parle pour dans longtemps.
Pour sauver les arbres, mangez les castors.

Jeuf
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1485
Inscription : 01 janv. 2005, 18:08
Localisation : Poitou

Re: Tartiflette électrique française actuelle et future

Message par Jeuf » 28 sept. 2012, 10:09

le bois devra être utilisé pour combler les manques des autres sources d'energie, donc en énergie de pointe. Donc l'utiliser en base n'est pas forcément judicieux.
Justement, c'est le chauffage qui provoque une pointe de demande d'électricité, si c'est ça le sujet.
Tout l'hiver, on consomme plus d'énergies toutes confondues, pour le chauffage notamment, et l'éclairage un peu.

Avatar de l’utilisateur
Herv12
Condensat
Condensat
Messages : 659
Inscription : 03 oct. 2011, 09:13
Localisation : Aveyron (12)

Re: Tartiflette électrique française actuelle et future

Message par Herv12 » 01 oct. 2012, 18:11

La hausse de la conso. hivernale n'est pas très gênante. Elle est en bonne partie fournie par le nucléaire.
C'est l'hyper pointe de la vague de froid qui est la plus problématique. Elle demande une puissance de pointe élevée qui ne sert que quelques jours par an et est plus fortement fossile. C'est pour cela que la remplacer par le bois pourrait permettre de se passer presque totalement de fossiles pour la production électrique. Cela peut se faire facilement en imposant des contrats de type EJP à ceux qui optent pour le chauffage élec.
Pour sauver les arbres, mangez les castors.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 65502
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Tartiflette électrique française actuelle et future

Message par energy_isere » 16 oct. 2012, 19:33

Part du charbon dans la tartiflette electrique Française depuis 1960 :

Image

Usine Nouvelle du 11 Oct 2012

Avatar de l’utilisateur
Herv12
Condensat
Condensat
Messages : 659
Inscription : 03 oct. 2011, 09:13
Localisation : Aveyron (12)

Suite Débat en provenance du Fil sur la Personalité de JMJ

Message par Herv12 » 10 déc. 2012, 19:57

SUite du fil viewtopic.php?f=7&t=6161&start=810#p340848
Parisse a écrit :Oui, ce que je voulais dire en parlant de décorrélation c'est pour estimer la puissance de backup nécessaire. Si on n'a qu'une source intermittente de puissance P et qu'on peut effacer disons P/2 (soit avec du backup existant comme l'hydro, soit par du réseau intelligent), il faut en gros avoir en backup la même puissance P/2. Si on a N sources indépendantes de puissance P/N, il suffira d'avoir P/2/sqrt(N) et non P/2. Autrement dit, en utilisant plusieurs sources ENR décorrélées, on peut monter la puissance moyenne fournie par ces ENR sans augmenter d'autant la puissance de backup.
Parisse a écrit :On a quand même entre 60 et 70 TWh d'hydro (dont une partie sert précisément de backup pour le nucléaire, il y a même une partie de backup du nucléaire qui est faite en Suisse par pompage la nuit). Vos chiffres pour le bois me paraissent très pessimistes, il me semble qu'il y a 20 Mtep de ressources annuelles en France, ça fait beaucoup plus que 50TWh.
En premier lieu le nucléaire n'a pas besoin de "backup" car il est capable de produire à la demande! . Il peut avoir besoin de complément, mais pas de backup (il peut être lui même un backup). Notre MIX électrique pourrait être couvert par 120GW de puissance nucléaire sans rien d'autre (en gros 2x le parc actuel).

Pour les ENR volatiles en revanche c'est différent. Il peut arriver que le soleil ne brille pas, il peut arriver que le vent ne souffle pas, ... et il peut arriver tout ça en même temps. Donc il faut un backup de puissance correspondant quasiment à l'appel instantané max pour ces ENRs.
Alors certes, certaines ENR (Hydrau, Cogé bois, Géothermie) sont des moyens de backup. Certes on peut le lisser un peu par l'effacement (smartgrid). Mais ça ne couvrira pas la conso actuelle sans générer des dépenses hallucinantes si on veut faire tout en ENR.
Quant à l'effacement de la moitié de la puissance, je ne suis pas certain que vous réalisez l'impact ce que vous écrivez. Il ne faut pas seulement penser son petit chez soi, il faut aussi penser hôpitaux, Usines.....

Concernant le bois, les 20MTep sont déjà utilisées et ne peuvent donc être directement comptabilisé. Je parlais du potentiel restant soit 4.3Mtep supplémentaires selon l'Ademe (environ 50Twh thermiques).

Si on arrive à 50% d'ENR électrique, il restera encore autant de nucléaire non?
Le nucléaire n'est pas un bon moyen de backup car presque exclusivement constitué de couts fixes. Construire des centrales pour les exploiter 20% du temps multiplie par 4 le prix Kwh qu'il en sort. C'est entre autre pour cette raison qu'un mix 100% Nucléaire devrait à peu prés en doubler le coût par rapport au mix actuel qui frole les 80%, et est à mon avis un optimum.
Le gaz est bien mieux pour faire du backup ou du complément. Soit on fait massivement du nuke soit on fait massivement des ENR et du Gaz / charbon, c'est l'un ou l'autre pour avoir un cout bas.
A ce niveau d'ENR, les technos seront alors suffisament mures pour savoir si on peut arrêter le nucléaire ou pas (aussi bien en terme de cout que de gestion de l'intermittence). Je ne suis pas convaincu qu'avec un mix 1/3-1/3-1/3, on consommerait beaucoup plus de fossiles qu'on n'en consomme actuellement (en comptant en plus de nos centrales thermiques les émissions allemandes correspondant à nos importations) si on a réduit le chauffage électrique de pointe
Je ne crois pas que l’intermittence soit réglé loin de la (à un cout acceptable) si on mets beaucoup d'ENR.

- Soit on absorbe la variabilité par la smartgrid: ça demanderais une modification assez radicale de la façon de vivre. On ne poserait plus nos congé, on les prendrait quelques jours par ci par là quand l'usine ne peut pas tourner. Faudrait stocker du linge... pour se passer de machine à laver pendant quelques jours... Pas simple tout ça. Au final, à mon avis les riches continueraient comme avant car ils pourrait se payer l’énergie chère ou les bidules (+ ou - polluants) permettant de lisser. Les pauvres devront seuls encaisser les accoups de la production ENR (en quasi tout ou rien).

- Soit on en mets pas trop et le reste se fera probablement par du Gaz.

Pour les 30 prochaines années, je pense que le nuke est quasi incontournable si on veut garder une certaine liberté d'action, un niveau de vie, réduire les inégalités... et réduire la conso de fossiles.

Après on verra comment la techno aura évolué.
Pour sauver les arbres, mangez les castors.

parisse
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1234
Inscription : 30 mai 2005, 08:42
Contact :

Re: Suite Débat en provenance du Fil sur la Personalité de J

Message par parisse » 11 déc. 2012, 08:40

Herv12 a écrit : En premier lieu le nucléaire n'a pas besoin de "backup" car il est capable de produire à la demande! . Il peut avoir besoin de complément, mais pas de backup (il peut être lui même un backup). Notre MIX électrique pourrait être couvert par 120GW de puissance nucléaire sans rien d'autre (en gros 2x le parc actuel).
Backup est sans doute un terme mal adapté pour le nucléaire, complément me convient mieux. Par contre le nucléaire ne peut pas produire à la demande, il produit essentiellement une puissance constante, et c'est bien pour ça qu'il faut en particulier de l'hydro pour gérer les pointes. Bien sur qu'on pourrait couvrir la demande française avec 120GW de puissance nucléaire, mais le cout du kWh ne serait pas le même qu'aujourd'hui (probablement le double).
Pour les ENR volatiles en revanche c'est différent. Il peut arriver que le soleil ne brille pas, il peut arriver que le vent ne souffle pas, ... et il peut arriver tout ça en même temps. Donc il faut un backup de puissance correspondant quasiment à l'appel instantané max pour ces ENRs.
Alors certes, certaines ENR (Hydrau, Cogé bois, Géothermie) sont des moyens de backup. Certes on peut le lisser un peu par l'effacement (smartgrid). Mais ça ne couvrira pas la conso actuelle sans générer des dépenses hallucinantes si on veut faire tout en ENR.
Hallucinantes comment? Avant de dire que c'est impossible, ce serait intéressant de quantifier.
Quant à l'effacement de la moitié de la puissance, je ne suis pas certain que vous réalisez l'impact ce que vous écrivez. Il ne faut pas seulement penser son petit chez soi, il faut aussi penser hôpitaux, Usines.....
Attention, il ne faudrait pas effacer la moitié de la demande, il faudrait effacer ce qui n'est pas géré par l'hydro et les centrales thermiques existantes (y compris import) si on veut rester à émissions constantes. Sachant que dans un mix à 50% ENR 1/3-1/3-1/3, il n'y a déjà plus que 33% d'ENR solaire et éolien imprévisible (moins si on a du solaire à concentration), on sera loin de devoir effacer la moitié de la puissance.
Concernant le bois, les 20MTep sont déjà utilisées et ne peuvent donc être directement comptabilisé. Je parlais du potentiel restant soit 4.3Mtep supplémentaires selon l'Ademe (environ 50Twh thermiques).
Ce serait intéressant d'avoir des chiffres sur le type d'utilisation actuelle du bois (cheminée ouverte, insert, poêle, granules), il y a probablement des gains de productivité important en changeant des installations existantes peu performantes (en plus de l'isolation). Il me semble qu'on gagne un facteur 3 entre une cheminée ouverte et un poêle.
Le nucléaire n'est pas un bon moyen de backup car presque exclusivement constitué de couts fixes. Construire des centrales pour les exploiter 20% du temps multiplie par 4 le prix Kwh qu'il en sort. C'est entre autre pour cette raison qu'un mix 100% Nucléaire devrait à peu prés en doubler le coût par rapport au mix actuel qui frole les 80%, et est à mon avis un optimum.
Le gaz est bien mieux pour faire du backup ou du complément. Soit on fait massivement du nuke soit on fait massivement des ENR et du Gaz / charbon, c'est l'un ou l'autre pour avoir un cout bas.
A l'horizon 2025, je crois qu'on peut se fixer 50% ENR et 50% nucléaire comme mix, puis choisir en fonction de l'évolution des technologies et des couts entre augmenter la part de nucléaire ou les ENR. A terme, ça se discute, la France est quand même singulière parmi les pays qui utilisent du nucléaire, tous les autres pays concernés sont à moins de 50% de nucléaire.
- Soit on absorbe la variabilité par la smartgrid: ça demanderais une modification assez radicale de la façon de vivre. On ne poserait plus nos congé, on les prendrait quelques jours par ci par là quand l'usine ne peut pas tourner. Faudrait stocker du linge... pour se passer de machine à laver pendant quelques jours... Pas simple tout ça. Au final, à mon avis les riches continueraient comme avant car ils pourrait se payer l’énergie chère ou les bidules (+ ou - polluants) permettant de lisser. Les pauvres devront seuls encaisser les accoups de la production ENR (en quasi tout ou rien).
Je pense que les changements seraient bien moindre que ceux que vous décrivez en tout cas avec 50% ENR, ce serait plutot laisser son lave-linge démarrer tout seul à la meilleure heure déterminée par la smartgrid, et s'il y a une composante importante de solaire on travaillerait plus en juin-juillet et moins en décembre-janvier. Avec du 100% ENR si on n'a rien amélioré pour le stockage, peut-etre, mais je ne crois pas un instant qu'on irait vers du 100% ENR sans y être forcé si c'était synonyme de ça. On utilisera plutot du gaz en backup. Après il faut voir combien d'émissions de CO2 ça ferait, mais même si on imagine qu'il faut disons 100TWh par du gaz pour faire du 100%ENR, ça fait environ 20 Mtep de gaz, soit l'équivalent de 13 Mtep de fuel, c'est ce qu'on consomme pour se chauffer au fuel aujourd'hui. En tout cas, ça mérite une étude quantitative précise, pas juste des impressions.

Avatar de l’utilisateur
Herv12
Condensat
Condensat
Messages : 659
Inscription : 03 oct. 2011, 09:13
Localisation : Aveyron (12)

Re: Suite Débat en provenance du Fil sur la Personalité de J

Message par Herv12 » 11 déc. 2012, 19:05

parisse a écrit :Par contre le nucléaire ne peut pas produire à la demande, il produit essentiellement une puissance constante, et c'est bien pour ça qu'il faut en particulier de l'hydro pour gérer les pointes. Bien sur qu'on pourrait couvrir la demande française avec 120GW de puissance nucléaire, mais le cout du kWh ne serait pas le même qu'aujourd'hui (probablement le double).
Les réacteurs BWR sont assez souples et l'EPR devrait avoir comblé ce retard. Les Vieux PWR ont été amélioré sur ce plan. On peut gérer rien qu'avec le nuke. On est d'accord sur l'ordre de grandeur du surcout. Le prix serait alors supérieur à celui du gaz...
Hallucinantes comment? Avant de dire que c'est impossible, ce serait intéressant de quantifier.
Dans mon message je parlais de remplacer le nuke par les ENR. En gros Il faudrait 240GW d'eolien, 60 de solaire PV, 60 de cogé Bois (sous réserve que ce soit faisable) + à la louche 10000 Km de lignes THT pour remplacer nos 60 GW nuke.
Sinon, il y a le recours au gaz, qui réduit pas mal les choses.
Attention, il ne faudrait pas effacer la moitié de la demande, il faudrait effacer ce qui n'est pas géré par l'hydro et les centrales thermiques existantes (y compris import) si on veut rester à émissions constantes. Sachant que dans un mix à 50% ENR 1/3-1/3-1/3, il n'y a déjà plus que 33% d'ENR solaire et éolien imprévisible (moins si on a du solaire à concentration), on sera loin de devoir effacer la moitié de la puissance.
Dans le mix que vous proposez (de remplacer que la moitié du nuke, je ne vois pas trop l’intérêt par ailleurs), vous placez 60Gw de solaire et 60 Gw d'éolien en puissance installée. Si on enlève les 20Gw de solaire plus ou moins en phase avec la conso et qui seraient utile, ça nous ajoute une variabilité max d'une cinquantaine de GW a gérer contre 20 avec le mix actuel. Vous disposez pour cela d'environ 30GW de contrôlable (Hydrau + Fossile rapide)dont de 5GW de STEP capable d'accumuler et 30GW de nuke. Il y a des moments ou ça risque d'être compliqué, même en faisant faire du backup au nuke.

Ce serait intéressant d'avoir des chiffres sur le type d'utilisation actuelle du bois (cheminée ouverte, insert, poêle, granules), il y a probablement des gains de productivité important en changeant des installations existantes peu performantes (en plus de l'isolation). Il me semble qu'on gagne un facteur 3 entre une cheminée ouverte et un poêle.
Oui bien sur. Je ne les connais pas. Selon mon expérience, une partie ne changeront pas (ceux qui ne payent pas leur bois) l'autre partie a plus ou moins déja évolué.
A l'horizon 2025, je crois qu'on peut se fixer 50% ENR et 50% nucléaire comme mix, puis choisir en fonction de l'évolution des technologies et des couts entre augmenter la part de nucléaire ou les ENR. A terme, ça se discute, la France est quand même singulière parmi les pays qui utilisent du nucléaire, tous les autres pays concernés sont à moins de 50% de nucléaire.
Sans gaz, il faudra que le nuke encaisse une bonne partie de la variabilité. L'hydrau n'y arrive déja pas avec le nuke, alors aucune chance avec les autres ENRs. On devra ajouter des réacteurs pour y parvenir (20Gw de plus, ce qu'on a en fossile actuellement). ça sera plutot 50% Nuke, 30% ENR et 20% Gaz, petrole,... soit le double d'actuellement.

Je pense que les changements seraient bien moindre que ceux que vous décrivez en tout cas avec 50% ENR, ce serait plutot laisser son lave-linge démarrer tout seul à la meilleure heure déterminée par la smartgrid, et s'il y a une composante importante de solaire on travaillerait plus en juin-juillet et moins en décembre-janvier. Avec du 100% ENR si on n'a rien amélioré pour le stockage, peut-etre, mais je ne crois pas un instant qu'on irait vers du 100% ENR sans y être forcé si c'était synonyme de ça. On utilisera plutot du gaz en backup. Après il faut voir combien d'émissions de CO2 ça ferait, mais même si on imagine qu'il faut disons 100TWh par du gaz pour faire du 100%ENR, ça fait environ 20 Mtep de gaz, soit l'équivalent de 13 Mtep de fuel, c'est ce qu'on consomme pour se chauffer au fuel aujourd'hui. En tout cas, ça mérite une étude quantitative précise, pas juste des impressions.
En principe 20MTep de gaz = 20Mtep de fioul, peut pas écrire 13=20.

Disons qu'en fait c'est plus la problématique de la prévisibilité qui est un problème. Aujourd'hui on peut inviter des amis, programmer des trucs pour la semaine suivante. Avec un mix ENR sans backup suffisant, il y aura souvent des annulations necessaires... Et ça conduira a ce que ce sera les pauvres qui payeront les conséquences.

Mais on est d'accord, 50% ENR est tout a fait faisable si on utilise du gaz en backup, pas de Problème. Reste a savoir si les inconvénients du gaz sont pires que ceux du nuke et la c'est pas forcément évident.
Pour sauver les arbres, mangez les castors.

parisse
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1234
Inscription : 30 mai 2005, 08:42
Contact :

Re: Tartiflette électrique française actuelle et future

Message par parisse » 11 déc. 2012, 19:33

Si, si, en termes d'émissions de CO2, 20 Mtep de gaz c'est environ 13 Mtep de fuel. Enfin après vérification à l'ademe c'est plus précisément 20*57/75 à 78=15.
Sinon, pour le nucléaire, je ne pense pas qu'il faille forcément raisonner en termes de tout ou rien (de toutes façons même si on voulait s'en passer totalement, il y aurait forcément une transition). Pour le mix d'ENR, vous ne parlez pas de solaire à concentration dans vos chiffres, seulement de PV, or il me semble que le solaire à concentration a beaucoup d'atouts. Le chiffre de puissance installée en éolien parait énorme, ok si on veut remplacer 60GW de puissance continue par 240GW avec un facteur de charge de 1/4, mais pas si on veut produire environ 70TWh d'éolien (avec un mix 1/3-1/3-1/3).
Par contre, je suis bien d'accord que si on utilise beaucoup d'ENR, il y aura forcément des changements d'habitudes (par exemple j'évoquais le fait de devoir travailler plus en été et moins en hiver... un peu comme les paysans).

Avatar de l’utilisateur
Herv12
Condensat
Condensat
Messages : 659
Inscription : 03 oct. 2011, 09:13
Localisation : Aveyron (12)

Re: Tartiflette électrique française actuelle et future

Message par Herv12 » 13 déc. 2012, 13:23

Si, si, en termes d'émissions de CO2, 20 Mtep de gaz c'est environ 13 Mtep de fuel. Enfin après vérification à l'ademe c'est plus précisément 20*57/75 à 78=15.
Ok j'avais pas compris le sens de votre phrase.
Sinon, pour le nucléaire, je ne pense pas qu'il faille forcément raisonner en termes de tout ou rien (de toutes façons même si on voulait s'en passer totalement, il y aurait forcément une transition).
Le problème c'est que le nuke est beaucoup composé de couts fixes. Toute l'industrie du nuke (stockage, retraitement, conception, recherche,...) coute quasiment pareil qu'on en ait 20% ou 80%.

Pour faire monter le prix du nuke, suffit d'en faire moins!

Concernant le solaire à concentration, de mémoire, le stockage adossé ne tient pas longtemps et ça coute beaucoup plus cher. C'est certainement très bien dans des coins ou il fait beau tout le temps, déserts, sud de l’Espagne. Par chez nous je doute que ce soit génial, sauf dans le sud, mais dans ces coins, le prix du m² va certainement poser de petits problèmes...
Ces centrales ne peuvent pas être considérées comme un backup, peut être est il possible d'y ajouter un bruleur à gaz pour que ça le devienne?

Concernant les efforts , je doute qu'une majorité de la population ne soit d'accord...
Pour sauver les arbres, mangez les castors.

Répondre