Situation énergétique : La France en particulier

Discussions traitant des diverses sources d'énergie ainsi que de leur efficacité.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

ToTheEnd

Re: Situation énergétique : La France en particulier

Message par ToTheEnd » 29 juil. 2014, 13:32

Super Sego est en route pour sauver le futur énergétique de la France.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2 ... _3244.html

Beaucoup de comm, toujours 2025 pour une réduction à 50% de l'approvisionnement en électricité via la filière nucléaire et enfin, cerise sur le gâteau, 10 milliards pour des actions... sans pour autant influencer les infrastructures nucléaires.

On va bien rigoler dès les premières lectures du texte en octobre...

T

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Situation énergétique : La France en particulier

Message par energy_isere » 12 août 2014, 15:35

Production électrique : les énergies nouvelles ont doublé le thermique

7 août 2014

Pour la première fois sur un semestre, la production d’électricité à partir des énergies renouvelables (hydraulique exclu) a dépassé celle des centrales thermiques en France. Au premier semestre 2014, marqué par un climat doux, la production d’origine thermique n’a représenté que 4,7% du mix électrique, contre 5,7% pour les énergies vertes. Avec 79%, la production nucléaire est elle au plus haut depuis le second semestre 2011.

« Le recours à la production thermique pâtit tout à la fois de la météo clémente, d’un recul de la consommation d’électricité et d’une forte production d’origine renouvelable » analyse pour Le Figaro Hervé Mignon de RTE (Réseau de transport d’électricité).

En chiffres, la part de la production d’origine renouvelable (hors hydraulique) passe de 4,5% au 1er semestre 2013 à 5,7%, pendant que celle du thermique (gaz, charbon, fioul) chute de 8,7% à 4,7%.

Mais il est vrai que le climat y est pour beaucoup dans ce fléchissement de la production thermique. Pour preuve, en raison des températures douces, la production globale d’électricité, à 276 TWh sur le semestre, baisse de 4,5%. Dans ces conditions le thermique est plus dispensable, alors que la part de la production d’origine renouvelable, dont l’intégration est prioritaire sur le réseau, est mécaniquement plus importante. De plus, comme l’a expliqué Hervé Mignon, les production éolienne et solaire sont en hausse, malgré la faible croissance des raccordements.

La production nucléaire de base n’est pas affectée, et est en hausse grâce à une amélioration de la gestion de la maintenance. L’atome représente 79% de la production électrique au premier semestre, son meilleur résultat depuis 2011.

Ce n’est pas cet été que la production thermique va repartir à la hausse.
...........
..........
http://lenergiedavancer.com/production- ... 014/08/07/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Situation énergétique : La France en particulier

Message par energy_isere » 07 oct. 2014, 20:05

Areva, EDF, Total... sont-ils vraiment les boulets de la transition énergétique ?

Usine Nouvelle le 07 Oct 2014

Areva, EDF et Total, apparaissent comme les cibles toutes désignées à l’occasion des débats de la transition énergétique. Pourtant, ces grands groupes sont aussi des champions des business verts.

Ce mercredi 1er octobre, la ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, Ségolène Royal, présentait son projet de loi de transition énergétique devant l’Assemblée nationale. Quelques heures auparavant, des militants de France nature environnement (FNE) manifestaient devant le Palais Bourbon. Portant un T-shirt marqué d’un "Libérez-nous des boulets de l’énergie ", des dizaines de personnes s’étaient attachées à des boulets siglés Total, EDF et Areva. Une manifestation relayée et très visible, malgré un faible nombre de participants.

Bashing à l’Assemblée

A bien des égards, cette manifestation n’était que l’écho de ce qui se passe depuis quelques temps à l’intérieur des murs de l’Assemblée nationale, à la faveur des différentes commissions sur le thème de l’énergie et notamment la commission spéciale d’examen de la loi de transition énergétique. De nombreux noms d’oiseaux ont volé. En commission des finances, le député UMP de la Drôme, Hervé Mariton, est accusé de travailler pour le lobby nucléaire lorsqu’il remet un rapport sur le coût de la fermeture de Fessenheim (Haut-Rhin).

Personne n’a oublié Cécile Duflot, députée Europe Ecologie - Les Verts de Paris, qui, à l’occasion d’une audition, interpellait le PDG d’EDF Henri Proglio pour savoir quels intérêts il servait. Début 2014, l’audition du PDG de Total de Christophe de Margerie en Commission des Affaires économiques fut très tendue au point que le député Modem des Pyrénées-Atlantiques, Jean Lassale, accusa le groupe pétrolier de verser des commissions illégales.

Mais revenons-en au message de fond : Total, Areva, EDF, des boulets de la transition énergétique ? Vraiment ? Soyons factuels. Total ? Oui, c’est un pétrolier, et même le cinquième mondial. C’est aussi le groupe qui a racheté en 2011 pour plus d’un milliard d’euros un des leaders du photovoltaïque et lui a permis de passer la crise mondiale du solaire. Aujourd’hui, la société américaine, filiale de Total, construit le plus grand parc photovoltaïque au monde en Californie (600 MW).

Double face

EDF ? Oui, c’est le plus grand électricien mondial et le premier exploitant nucléaire de la planète avec son parc de 58 réacteurs en France (sans compter le parc britannique). Mais à travers sa filiale EDF Energies nouvelles, le groupe exploite plus d’1,4 GW d'éolien et de photovoltaïque en France. C’est aussi ce groupe qui va bâtir trois des quatre premiers parcs éoliens offshore de France. En 2012, EDF rachetait - certes à la demande de l’Etat - l’ultime fabricant français de panneaux photovoltaïques, Photowatt, au bord de la faillite.

Areva ? Oui, c’est le premier fournisseur du nucléaire au monde. Mais depuis le rachat de la branche énergie d’Alstom par GE, Areva est aussi le seul fabricant français d’éolienne offshore… l’un des rares sujets sur lequel la France n’a pas manqué complétement le virage des énergies renouvelables.

Au total, ces trois entreprises emploient près de 200 000 salariés sur le territoire français (33 000 pour Total, 140 000 pour EDF, 25 000 salariés pour Areva) et beaucoup plus dans le monde entier. Difficile de dire que 200 000 salariés de ces trois compagnies sont des boulets de la transition énergétique. Bien sûr, c’est trois entreprises ne sont pas exemptes de questions et de reproches. On pourrait, par exemple, parler du cas de l’Erika pour Total, de la volonté hégémonique d’EDF qui complique parfois la vie d’éventuelles jeunes pousses, des tensions au Niger pour Areva…

L’Energiewende avec l’industrie

Outre-Rhin, l’Energiewende (la transition énergétique allemande), est montrée en exemple par les écologistes français. Or qui est à la manœuvre ? On y retrouve des grands électriciens comme Eon qui opèrent certaines centrales nucléaires et nombre de centrales charbon. Côté équipementiers, comment ne pas évoquer le puissant Siemens qui est l’un des tout premiers fournisseurs d’éoliennes à terre et en mer en Europe, mais qui est aussi un champion mondial des turbines pour centrales thermiques (charbon et à gaz).

La transition énergétique ne se fera pas contre les grands groupes, elle se fera avec eux, ne serait-ce que pour bénéficier de leur gigantesque capacité d’investissements.
http://www.usinenouvelle.com/article/ar ... ue.N289222

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Situation énergétique : La France en particulier

Message par energy_isere » 21 oct. 2014, 22:40

Total, EDF, Areva, GDF Suez : quatre grands groupes de l'énergie en quête de patrons

21 oct 2014 Usine Nouvelle

Alors que Total vient de perdre son patron charismatique, Christophe de Margerie, le secteur énergétique français vit une conjonction exceptionnelle d'évènements. Le remplacement d'Henri Proglio à la tête d'EDF, la mise en retrait annoncée le 20 octobre de Luc Oursel à la tête d'Areva, les changements attendus à la direction générale de GDF Suez et aux commandes du CEA bouleversent le paysage des champions français de l'énergie. Et cela, dans un contexte où de nombreux défis attendent les nouveaux patrons pour faire face à la transition énergétique mondiale.

.......
.......
http://www.usinenouvelle.com/article/to ... ns.N292260

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Situation énergétique : La France en particulier

Message par energy_isere » 26 janv. 2015, 21:40

Ségolène Royal lance un mécanisme pour garantir la sécurité d’approvisionnement électrique en France

Par Ludovic Dupin - Usine Nouvelle le 26 janvier 2015,

Afin de prévenir des risques de pénuries d’électricité en cas de grand froid, la France s’apprête à lancer son mécanisme de capacité qui impose, contre rémunération, aux électriciens d’assurer qu’ils pourront répondre à la demande de leurs clients en toute situation.

Il aura fallu des années de discussions pour y parvenir, mais c’est fait : ce vendredi 23 janvier, la ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, Ségolène Royal, a signé l’arrêté qui définit les règles du futur mécanisme de capacité en France. Il impose aux fournisseurs d’électricité d’ "apporter la preuve qu’il peut approvisionner tous ses clients lors des pointes de consommation", explique le ministère dans un communiqué.

Concrètement, il permettra d’assurer la sécurité d’approvisionnement français, en particulier à partir de l’hiver 2015-2016, date à partir de laquelle la France pourront pâtir d’un manque de capacité de production en cas de faibles températures. Ainsi, les électriciens devront garantir à l’avance la disponibilité de leur centrales électriques ou leurs capacités d’effacement (diminution ou décalage dans le temps de la consommation des clients). Ils devront aussi "accompagner leurs clients pour mieux consommer en réduisant leur pointe de consommation" ou encore "améliorer le pilotage du système électrique", explique le ministère.

Fermeture massive de capacités en Europe

En contrepartie, les électriciens seront désormais rémunérés pour leurs centrales même si elles ne fonctionnent pas et pour leur capacité d’effacement. Ces dispositions donneront lieu à des certificats délivrés aux opérateurs par le réseau de transport électrique (RTE), en charge d’assurer l’équilibre du réseau.

Le mécanisme de capacité devrait mettre fin, ou du moins limiter la vague de fermetures ou de mises sous cocon de centrales thermiques en France. Ces centrales, pourtant nécessaires pour passer les forts pics de consommation, ont été massivement mises à l’arrêt à cause de leur faible rentabilité. D’une part, elles tournaient trop peu d’heures par an car les énergies renouvelables, en forte croissance, ont un accès prioritaire sur les réseaux. D’autre part, la faiblesse des coûts de l’électricité sur le marché de gros européens rendait leur exploitation non-économique. Ces dernières années, les électriciens ont fermé près de 50 GW de capacités thermiques en Europe.
http://www.usinenouvelle.com/article/se ... ce.N309551

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Situation énergétique : La France en particulier

Message par energy_isere » 11 mars 2015, 21:18

General Electric implante en France le siège mondial de ses énergies renouvelables

11 mars 20115 Usine Nouvelle

Le géant américain a soigné son timing pour l’annonce. C’est lors d’une audition à l'Assemblée nationale que Mark Hutchinson, dirigeant de General Electric (GE) et responsable de l’intégration de la branche énergie d’Alstom, a déclaré, mercredi 11 mars : "Il a été décidé de regrouper les actifs de GE et d’Alstom dans le secteur des énergies renouvelables au sein d'une activité unique, directement rattachée au PDG [de GE] Jeff Immelt. Cette activité aura son siège à Paris." Son dirigeant sera Jérôme Pécresse, l’actuel vice-président d’Alstom en charge des activités énergies renouvelables. "La création d'un nouveau pôle industriel est un événement rare, et donc exceptionnel, qui témoigne de notre engagement vis-à-vis des énergies renouvelables. Il s’agira du premier pôle mondial [de GE] jamais implanté en France et dirigé par un Français", a souligné Mark Hutchinson face aux parlementaires.

PLUS LOIN QUE LES ENGAGEMENTS INITIAUX

Le gouvernement français, Arnaud Montebourg en tête, était monté au créneau au printemps 2014 pour obtenir des concessions de la part du conglomérat américain qui voulait acheter la branche énergie d’Alsto

GE s’était ainsi engagé à localiser en France les centres de décision des trois co-entreprises qu’il doit former avec Alstom, dans les réseaux, les énergies renouvelables et les turbines à vapeur pour le nucléaire. Ces concessions apparentes avaient été fortement relativisées : GE doit être majoritaire dans ces trois co-entreprises qui lui permettent finalement de réduire de 2,6 milliards d’euros la facture initiale de 12,36 milliards. Il va aujourd’hui plus loin que ses engagements en mettant dans ce nouveau pôle l’éolien terrestre : à la fois les activités d’Alstom dans ce secteur - qui ne devaient pas faire partie de la coentreprise – et, surtout, son propre éolien terrestre, bien plus important. General Electric a été, selon Globaldata, le quatrième installateur mondial de turbines éoliennes en 2014.
http://www.usinenouvelle.com/article/ge ... es.N318683

nemo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4572
Inscription : 11 oct. 2005, 03:46
Localisation : Limoges

Re: Situation énergétique : La France en particulier

Message par nemo » 10 avr. 2015, 00:48

http://www.huffingtonpost.fr/2015/04/09 ... 32468.html
100% renouvelable sans augmentation de prix ce serait possible d'après l'Ademe. :-k
Transition énergétique: ce que dit le rapport ajourné sur le passage à une énergie 100% renouvelable
"Tu connaîtras la vérité et la vérité te rendra libre"
Saint Jean 8, 32

"N'est pas musulman celui dont le voisin doit craindre la nuisance"
Prophète Mohamed

"Dans le spectacle la vérité est un moment du mensonge"
Debord

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 15070
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: Situation énergétique : La France en particulier

Message par GillesH38 » 10 avr. 2015, 07:12

nemo a écrit :http://www.huffingtonpost.fr/2015/04/09 ... 32468.html
100% renouvelable sans augmentation de prix ce serait possible d'après l'Ademe. :-k
Transition énergétique: ce que dit le rapport ajourné sur le passage à une énergie 100% renouvelable
déjà il s'agit de production électrique et non d'énergie totale (ce qui existe déjà dans des pays dont l'électricité est à base d'hydraulique ou de géothermie comme la Norvège et l'Islande, qui ont néanmoins une émission de CO2 par habitant non négligeable).
Ensuite le problème de l'intermittence est traité de manière pour le moins évasive ...
Dans le détail, la production d'énergie verte se répartirait entre l'éolien (63%), le solaire (17%), l’hydraulique (13%) et le thermique (7%). Une projection "théorique" à prendre néanmoins avec précaution dans la mesure où il s'agit là d'un scénario optimal qui ne garantit pas "l'adéquation à chaque instant entre production et demande"...
Les capacités de stockage de l'électricité représentent un enjeu majeur dans les projections de l'Ademe. Mais si les projections du rapport sont exactes, les aléas climatiques n'auraient aucun impact sur les capacités de production du mix 100% renouvelable.
faudrait savoir, si il y a besoin de stockage ou pas, et de combien ?
"Ce ne sont plus les faits contrôlés, les choses examinées avec soin qui forment la conviction ; c'est la conviction souveraine, irrésistible, qui déforme les faits et les choses." Joseph Reinach, à propos de l'affaire Dreyfus.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12477
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Situation énergétique : La France en particulier

Message par mobar » 10 avr. 2015, 10:24

GillesH38 a écrit :
faudrait savoir, si il y a besoin de stockage ou pas, et de combien ?
Le stockage pour équilibrer offre et demande est une partie de la solution, il y a aussi :

- l'effacement de la production,
- l'effacement de la demande,
- la transformation des excédents d'électricité (Power to Gaz, Gaz to Liquid, Power to Hydrogen, Power to Gaz to Power ...)
- la vente ou l'achat aux voisins
- la modulation des puissances du parc
- ...

Le stockage étant une des solutions les plus gourmandes en CAPEX et en empreinte au sol avec une acceptabilité et un potentiel limité, il y a de fortes probabilités que ce ne soit pas le moteur principal du schéma d'équilibrage du réseau (en termes de transit d'énergie annuelle)
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Situation énergétique : La France en particulier

Message par energy_isere » 10 avr. 2015, 12:41

nemo a écrit :http://www.huffingtonpost.fr/2015/04/09 ... 32468.html

100% renouvelable sans augmentation de prix ce serait possible d'après l'Ademe. :-k
Transition énergétique: ce que dit le rapport ajourné sur le passage à une énergie 100% renouvelable
Meme pas une petite ligne sur le montant des dizaines (centaines) de milliards € à engager.

Et puis il ne s' agit pas de 100% d’énergie renouvelables , mais d’électricité d' origine renouvelable.

nemo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4572
Inscription : 11 oct. 2005, 03:46
Localisation : Limoges

Re: Situation énergétique : La France en particulier

Message par nemo » 10 avr. 2015, 21:57

Ils parlent aussi d'économie sans chiffrer quoi que ce soit. A voir dans le détail mais comme ça, ça parait pas très sérieux.
"Tu connaîtras la vérité et la vérité te rendra libre"
Saint Jean 8, 32

"N'est pas musulman celui dont le voisin doit craindre la nuisance"
Prophète Mohamed

"Dans le spectacle la vérité est un moment du mensonge"
Debord

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Situation énergétique : La France en particulier

Message par energy_isere » 19 avr. 2015, 12:54

Allez, une petite larme :
Bouchain : mercredi, à 15h15, la centrale au charbon s’arrêtera

Publié le 14/04/2015 La Voix du Nord

L’arrêt définitif de la centrale EDF au charbon programmé pour ce mercredi 15 avril aura bien lieu demain, et fait marquant, exactement à la même heure (15h15) où voilà 45 ans en arrière, le bouton « marche » (15 avril 1970) avait été tourné.
La tour de la vieille dame sera conservée malgré la création d’une nouvelle centrale au gaz.

Inutile de dire la grande émotion qui envahira le cœur de tout le personnel présent autour de celui qui, définitivement, appuiera sur le bouton rouge d’arrêt d’urgence pour stopper le cœur de la « Grande Dame ». Cette cérémonie se déroulera, conformément aux vœux du personnel qui a souhaité vivre l’instant en « famille » sans présence extérieure. Pour la presse, une journée de retour sur l’événement est organisée vendredi. Et le 30 mai fera l’objet d’une dernière possibilité pour le public intéressé de visiter les installations.

Image

En attendant le cycle combiné gaz

Marc-Antoine Rupp, directeur de la centrale charbon, souligne toutefois que la fermeture de cette centrale marque la fermeture d’un livre mais que, fort heureusement l’aventure EDF et l’histoire d’amour entre EDF et Bouchain continue… Sur le même site, en effet, à quelques encablures de la centrale charbon est en train de se construire une nouvelle centrale à cycle combiné gaz. Une première mondiale attendue pour la mi-2016 (pour la mise en production).

À noter encore pour les usagers qu’il n’y a aucune crainte à avoir pour les abonnés du secteur, d’autres sites EDF prennent le relais pour continuer à tenir le réseau sous tension.
http://www.lavoixdunord.fr/region/bouch ... 63n2770951

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Situation énergétique : La France en particulier

Message par energy_isere » 19 avr. 2015, 12:55

la aussi on ferme.
La Maxe : La centrale électrique EDF ferme après 44 ans d'activité

09/04/2015 France3-region

Une page de l’histoire industrielle lorraine se tourne jeudi 9 avril avec l’arrêt de la tranche 2 de la centrale thermique de La Maxe. Un arrêt programmé de longue date par EDF dans le cadre du programme de modernisation du parc thermique en France.

Image

44 ans d'activité

A partir de ce jeudi 9 avril midi, l’électricité ne sera plus produite sur le site de La Maxe, qui ferme après quarante-quatre ans d'activité.

Après avoir fermé mercredi 1er avril la tranche 1 - l'une des deux unités de production au charbon de la centrale EDF lorraine -, la seconde et dernière unité est arrêtée définitivement ce jeudi 9 avril.

L’arrêt de ces deux unités de production d’électricité au charbon s’inscrit dans la stratégie industrielle mise en place par EDF et visant à moderniser le parc thermique français, qui doit répondre et s’adapter aux nouvelles législations environnementales. Ces nouvelles normes entreront en vigueur le 1er janvier 2016.

Mise à l'arrêt des anciens sites, rénovation des nouveaux

EDF a entrepris une vaste modernisation du parc électrique en France, qui se traduit par la mise à l’arrêt des centrales les plus anciennes - dix unités de production au total ces dernières années - dont La Maxe. Le programme comprend aussi la rénovation approfondie des centrales les plus puissantes et les plus récentes – au Havre et à Cordemais – et la mise en service de nouveaux outils fonctionnant au gaz

Une fois arrêtée, dès septembre, la centrale de La Maxe sera transférée au centre de post-exploitation d’EDF, qui entamera la déconstruction des installations et en supervisera les principales étapes de sécurisation. La durée de la déconstruction devrait s’étendre sur dix ans.

UEM prend le relais

Des travaux pour acheminer l’électricité à partir de cette semaine sont en cours, pour pallier l’activité de la centrale une fois arrêtée. C’est désormais UEM, la société de production d’électricité de Metz, qui alimentera le site.

La centrale compte 110 salariés, très émus par la fermeture du site, et qui resteront jusqu'à cet été le nettoyer. " Je crois que j’ai passé plus de Noël et de Nouvel ans dans la centrale que dans ma famille ", indiquait Bernard Dandola, le chef d’exploitation. La majorité des salariés ont choisi leurs nouveaux postes, une vingtaine d'entre eux partiront à la retraite. Cattenom accueillera la majorité des effectifs.

80 millions de mégawatts / heure produits depuis 1971

En 44 ans, la centrale de La Maxe aura produit 80 millions de mégawatts / heure.

Ce jeudi midi, les brûleurs seront éteints et la centrale coupée du réseau.
http://france3-regions.francetvinfo.fr/ ... 01201.html

La Maxe c'est un peu au Nord de Metz

Image

Image
2 fois 250 MW.

source : http://energie.edf.com/thermique/carte- ... 53074.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Situation énergétique : La France en particulier

Message par energy_isere » 19 avr. 2015, 12:59

Continuons,
jamais deux sans trois comme on dit :

EDF: La centrale au charbon de Vitry-sur-Seine fermera définitivement ses portes le 24 avril

09 Avril 2015 afp.com 20 Minutes avec agence

La modernisation du parc thermique d'EDF est à ce prix. Depuis vendredi dernier, l'historique centrale au charbon de Vitry-sur-Seine a lancé son processus de fermeture définitive, près d'un demi-siècle après avoir vu le jour. L'une des deux unités de production de la centrale a, en effet, cessé son activité le 3 avril, et la seconde l'imitera le 24 de ce mois.
«Jamais un site n'a vécu aussi longtemps en France»

«La production d'électricité à Vitry s'étend sur un siècle, et jamais un site n'a vécu aussi longtemps en France», expose le groupe énergétique au Parisien, en guise d'hommage. Après une phase de sécurisation, la centrale sera confiée au 1er septembre au Centre de post-exploitation, qui aura à charge la déconstruction du site. Une opération longue de 5 à 7 ans.
Les 110 salariés de l'usine seront, quant à eux, tous reclassés sur l'ensemble du territoire. «Il n'y a aucun licenciement, rassure Albert Yzern, le directeur de la centrale, également cité par le quotidien francilien. Aujourd'hui, 95 % des employés savent où ils vont aller. Nous avons tenu compte au maximum de leurs souhaits.»
http://www.20minutes.fr/economie/158229 ... s-24-avril

Image
Vitry-sur-Seine
La centrale de Vitry-sur-Seine est située en agglomération parisienne, dans le Val-de-Marne, et compte 2 unités de production au charbon, pour une puissance totale de 500 MW.

La centrale de Vitry-sur-Seine est implantée en bordure de Seine à 5 km en amont de Paris dans le département du Val-de-Marne. Les 110 salariés EDF exploitent deux unités de production au charbon d'une puissance totale de 500 mégawatts. Les deux chaudières de ces unités sont équipées d'un système de combustion "bas Nox" limitant l'émission d'oxyde d'azote, et de dépoussiéreurs de fumées.

Le rôle de la centrale de Vitry-sur-Seine est de produire de l'électricité en quelques heures, en complément de la production nucléaire et hydraulique.
..............
La fermeture de la centrale de Vitry-sur-Seine aura lieu en avril 2015 :

- la tranche 4 sera arrêtée le 3 avril

- la tranche 3 sera arrêtée le 24 avril
http://energie.edf.com/thermique/carte- ... 52786.html

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5199
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Situation énergétique : La France en particulier

Message par Raminagrobis » 03 mai 2015, 20:39

Lien élargissement du périmètre d'action du fonds chaleur : les réseaux de froids et la valorisation des chaleurs fatales sotn maintenant éligibles.

Je me disais justement que la chaleur renouvelable (solaire passif, géothermique, biogaz, biomasse, chaleur fatale) devrait passer en priorité dans le cas particulier de la France. Augmenter la production d'électricité renouvelable n'a guère d'impact sur les émissions de CO2, vu qu'on a déjà plus de 90% d'électricité décarbonnée. En outre on a déjà une surcapacité de production électrique.

En revanche produire de la chaleur renouvelable a un impact direct, kWh pour kWh, sur la consommation de fioul ou de gaz.
Toujours moins.

Répondre