Stockage énergétique en France

Discussions traitant des diverses sources d'énergie ainsi que de leur efficacité.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52887
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Stockage énergétique en France

Message par energy_isere » 04 juin 2015, 11:08

Saft: expérimentation de batterie géante dans l'Aube.

Cercle Finance | Publié le 02/06/2015

Saft, ERDF et Schneider Electric annoncent l'expérimentation Venteea, dans l'Aube, qui vise à installer la plus grosse batterie jamais implantée sur le territoire métropolitain pour accompagner le développement de la production éolienne et limiter les contraintes sur le réseau électrique.

Le stockage testé dans le cadre de Venteea permet de gérer de manière optimale les échanges avec le réseau et veille à respecter ses contraintes techniques. De plus, grâce aux prévisions de productions et de consommations du lendemain, il permet de mettre en oeuvre les services les plus adaptés pour les besoins du réseau et de ses utilisateurs.

'Grâce à ce fonctionnement 'multi services', un nouveau business model peut apparaitre, dans lequel les coûts du stockage se retrouvent répartis entre les différents acteurs qui profitent tous de cette nouvelle technologie', affirment les participants.

Ainsi, une batterie Intensium Max 2MW/1,3MWh de Saft associée à l'Energy Storage Box de Schneider Electric propose une solution pour contribuer à l'intégration des énergies renouvelables et permettra ainsi d'accompagner leur essor dans le cadre de la transition énergétique. Ce stockage sera inauguré le 5 juin prochain à Chervey (Aube).
http://www.zonebourse.com/SAFT-5131/act ... -20469749/

Image
Une batterie Intensium® Max 2MW/1,3MWh de Saft associée à l'Energy Storage Box de Schneider Electric propose une solution pour contribuer à l'intégration des énergies renouvelables et permettra ainsi d'accompagner leur essor dans le cadre de la transition énergétique
http://www.enerzine.com/14/18472+ventee ... ance+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52887
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Méthodes de stockage énergétique

Message par energy_isere » 08 juin 2015, 17:01

EDF Pulse 2015 : le volant de stockage solaire VOSS primé

08 Juin 2015 enerzine

Le 4 juin dernier, le PDG d'EDF (Jean-Bernard Levy), en présence de la Secrétaire d'Etat chargée du Numérique (Axelle Lemaire), a récompensé la société Energiestro à l'occasion de la remise des prix EDF Pulse 2015, dans l'une des trois catégories de ce concours européen d'innovation.

Avec le développement d'un procédé associant volant d'inertie et béton ultra performant, il devient envisageable de faire tourner le béton à une vitesse très élevée, dans le seul but de stocker de grandes quantités d'énergie à un coût dix fois plus faible qu'avec les volants actuels.

Le projet offre également une durée de vie plus longue pour ces prototypes. L'entreprise Energiestro, à l'origine de cette innovation teste le produit sur des sites pilotes avant son déploiement.

Le frein à l'utilisation massive des énergies renouvelables est leur intermittence. Le stockage est une solution à ce problème, mais avec les solutions actuelles, les batteries, le coût de stockage de l'énergie est élevé : plus de 0,10 €/kWh. C'est plus que le coût de production de l'énergie. La raison en est la faible durée de vie des batteries : quelques milliers de cycles seulement. Le stockage par volant d’inertie peut, lui, atteindre un très grand nombre de cycles, mais comme les volants actuels sont dans des matériaux coûteux (acier ou carbone), leur coût d'acquisition reste trop élevé.

Ce nouveau volant de stockage solaire, VOSS, sera au même prix que les batteries les moins chères, mais avec une durée de vie illimitée, offrant ainsi un coût de stockage inférieur à 0,02 €/kWh. Il deviendra alors possible d'augmenter massivement la production des énergies renouvelables intermittentes.

Energiestro vise en particulier les centrales solaires géantes installées dans les déserts. L’association de panneaux photovoltaïques et de volants VOSS produira une énergie renouvelable disponible nuit et jour à un prix inférieur à celui des énergies fossiles.


En remportant le prix EDF Pulse 2015 dans la catégorie Science, la jeune entreprise espère maintenant profiter des retombées : "Le Prix EDF Pulse nous a donné de la reconnaissance et de la visibilité. Et ça ne fait que commencer !"

* Le projet VOSS a été lauréat du concours mondial d'innovation en 2014.
http://www.enerzine.com/14/18479+edf-pu ... rime+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52887
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Méthodes de stockage énergétique

Message par energy_isere » 10 juin 2015, 20:22

COP21 : Le stockage de l'énergie électrique, une dimension incontournable de la transition énergétique

Usine Nouvelle par Philippe Passebon le 10/06/2015

Mardi 9 juin, le CESE a voté son avis "Le stockage de l'énergie électrique, une dimension incontournable de la transition énergétique", dans lequel il identifie les différentes technologies de stockage existantes et insiste sur les trois filières technologiques au cœur du débat : les step, batteries, et la filière hydrogène.

A l’approche de la COP 21, la 21e conférence internationale sur le climat qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre 2015 à Paris, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a souhaité identifier les différentes technologies de stockages existantes et insister sur les trois filières technologiques majeures (STEP, batterie et filière hydrogène) avant de dresser une liste de préconisations détaillées et inédites pour créer la dynamique indispensable à la diminution des émissions de CO2.

« Aujourd’hui, il est deux fois plus cher de stocker que de consommer l’électricité du réseau, a expliqué Alain Obadia, rapporteur du projet d’avis dans le CESE, Mais les calculs sont biaisés à cause du prix du carbone très bas. Les bénéfices du stockage ne sont pas pris en compte. » D’où le besoin d’une taxe sur le carbone qu’ont appelé de leurs vœux les industriels lors du sommet Business & Climate. « Même si la maturité n’est pas atteinte pour ces technologies de stockage, a précisé Alain Obadia. Nous sommes loin de disposer des solutions, mais cela ne signifie pas que cela n’arrivera jamais ».

Hydroélectrique : continuer à investir

Parmi les trois grandes technologies de stockage de l’électricité identifiées par le CESE, seules les step (station de transfert d’énergie par pompage, principalement les centrales hydroélectriques) sont à maturité. Elles représentent 99% des capacités de stockage de l’électricité dans le monde. « Les steps sont un atout pour réussir la transition, » selon Alain Obadia, le rapporteur du projet d’avis. D’où l’invitation du CESE a continuer à investir dans des projets de barrage. « Mais il ne faut pas négliger les deux autres filières de stockage : le stockage par batteries, et la filière hydrogène, avec sa déclinaison Power to gaz. »

Hydrogène : ne pas se laisser distancer en cas de rupture technologique

Pour cette filière hydrogène, la production par hydrolyse de l’hydrogène est l’enjeu pour qu’il reste décarbonné. Seuls 4% de l’hydrogène est produit ainsi dans le monde. Quant à son usage, « les constructeurs automobiles français n’investissent pas dans le H2. Il faut pourtant rester présent sur la technologie, sinon le retard sera trop important en cas de rupture technologique qui permettrait le développement plus important de cette voie, alors même que nous sommes bons dans la filière hydrogène. Des industriels français montrent la voie comme la Poste [ et sa flotte de KangooZE dotées de prolongateur à hydrogène, NDLR]. Enfin, il est indispensable de soutenir les demonstrateur de « Power to Gaz ».

Batteries : prévoir l'arrivée à maturité des batteries métal-air

Enfin, concernant les batteries, les sites de productions géants se situant pour l’essentiel en Asie, et compte tenu de la mutation du secteur automobile qui s’engage, l’Europe et la France doivent aussi appuyer leurs efforts. Les recherches de rupture sur les batteries métal-Air pourraient notamment provoquer un saut technologique dans le domaine de la mobilité électrique. Outre le développement nécessaire des batteries pour leur déploiement, la récupération et le recyclage du lithium doivent rencontrer un modèle économique pertinent pour assurer leur rentabilité, sans quoi ils continueront à être inexistants.

Finalement, le CESE formule notamment les préconisations suivantes :

-Appuyer et soutenir la recherche amont et aval, par ailleurs très bonne en France.

-Fixer le prix des émissions de CO2 à la hauteur de leurs dégâts réels et prendre en compte l’ensemble des coûts économiques, sociaux et environnementaux de production et de distribution.

-Mettre en place une politique européenne efficiente de l’énergie, qui permette aux pays européens de respecter leur engagement à divisrer par quatre leurs émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050.

-Mettre en place un cadre juridique pour soutenir producteurs et utilisateurs.
http://www.industrie-techno.com/cop21-l ... ique.38795

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52887
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Méthodes de stockage énergétique

Message par energy_isere » 13 août 2015, 15:12

Stockage et conversion de l'énergie : un appel à projets pour accélérer le développement de ces technologies

Actu-environnement.com 07 août 2015 Sophie Fabrégat: Rédactrice en chef adjointe

Le stockage et la conversion de l'énergie permettront, à l'avenir, une meilleure intégration des énergies renouvelables dans le mix énergétique. Un appel à projets est lancé pour lever des verrous technologiques et réaliser des démonstrateurs.

Le gouvernement et l'Ademe ont lancé, le 3 août, un appel à projets (AAP) sur le stockage et la conversion de l'énergie. Il a pour objectif de financer "des projets de démonstrateurs et briques technologiques dans le domaine du stockage de l'énergie et de la conversion de l'électricité renouvelable en d'autres vecteurs (Power to X), afin de permettre le développement de ces filières", précise le cahier des charges. Ces technologies doivent permettre une meilleure intégration des énergies renouvelables intermittentes dans le système électrique, en lissant notamment la demande.

L'AAP vise des projets dont l'assiette globale dépasse 3 M€. Une première clôture intermédiaire est prévue le 1er décembre 2015. Un précédent appel à manifestations d'intérêt avait été lancé dans ce domaine en 2013.


Stockage de chaleur : permettre un lissage de la demande

Le volet stockage de l'énergie porte sur le stockage de chaleur et d'électricité. Concernant la chaleur, deux types de stockage sont visés : à court terme et intersaisonnier. Tous deux contribuent à une meilleure adéquation entre l'offre d'énergie renouvelable et la demande et à une meilleure gestion de la pointe électrique. Le stockage à court terme doit permettre, dans l'habitat et le tertiaire, l'écrêtage de la demanded'électricité liée au chauffage et à la climatisation. "Des systèmes basse température ayant des constantes de temps de quelques heures pour des capacités de quelques kWh sont attendus. Pour ces systèmes on s'attachera à améliorer la compacité tout en conservant une bonne efficacité", indique le cahier des charges. Dans le secteur industriel, le stockage à court terme doit permettre de valoriser les pertes thermiques des procédés, la chaleur fataleet/ou de limiter la puissance appelée.

Le stockage de chaleur intersaisonnier doit quant à lui "permettre une pénétration plus importante de la chaleur et du froid renouvelables dans la gestion thermique des bâtiments.".

L'ensemble de ces projets devra garantir "la tenue des performances dans le temps, fiabiliser le fonctionnement des systèmes et faciliter l'intégration et la maintenancedu stockage de chaleur dans les installations existantes".

Stockage d'électricité : des expérimentations dans les ZNI

Concernant le stockage de l'électricité, sont visés le stockage de masse (STEP, cycles thermodynamiques, air comprimé adiabatique), le stockage distribué (micro-STEP, électrochimie à circulation, systèmes métal/air réversibles, ensembles mobiles prêts à connecter) et le stockage diffus (batteries, volants d'inertie).

"L'AAP cible des projets dont le consortium intègrera un acteur en capacité de valoriser pour son propre compte le système de stockage faisant l'objet de la démonstration. Il pourra notamment s'agir d'énergéticiens, de producteurs d'énergie renouvelable opérant sur le marché libre voire de consommateurs intensifs soucieux d'optimiser leur facture énergétique", indique le cahier des charges.

Les zones non interconnectées, premier marché à court terme du stockage de l'électricité, devront être privilégiées pour les expérimentations, "avec pour objectif une réduction des émissions, des coûts et donc à terme de la CSPE [contribution au service public de l'électricité] via la substitution des énergies fossiles par un mix constitué d'EnR et de stockage compétitif". L'objectif est de développer des solutions de stockage dont le coût total du mégawattheure n'excède pas 120 €, hors coût de l'énergie.

Power to X : des démonstrateurs pour l'hydrogène et la valorisation du CO2

Le deuxième volet de l'AAP porte sur la conversion de l'électricité renouvelable en d'autres vecteurs (power to X). "Les projets de démonstrateurs pré-industriels visés consistent à faire la démonstration de la faisabilité technico-économique et de l'intérêt environnemental du vecteur hydrogène associés à des usages énergétiques spécifiques" : l'électro-mobilité (transport de personnes ou de marchandises), l'alimentation embarquée (véhicules, bateaux, avions), l'alimentation stationnaire autonome (antennes relais, habitat isolé) et le secours électrique (data center, hôpitaux…). La brique technologique "système pile à combustible de type PEM" est particulièrement visée, souligne le cahier des charges.

L'AAP vise la conversion en hydrogène mais également des projets portant sur les voies de valorisation de CO2 permettant la production de produits énergétiques, chimiques ou matériaux à partir de CO2 capté sur des sources fixes d'émissions ou issu de la purification de gaz, d'énergie renouvelable ou d'hydrogène fatal.
http://www.actu-environnement.com/ae/ne ... 25069.php4

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 7942
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Stockage énergétique en France

Message par kercoz » 06 janv. 2017, 09:56

Je case ça ici , mais ça concerne plutot le transport : LES BATTERIES ....un cours bientot au collège de france sur l' électrochimie des differents types de batterie:
http://www.college-de-france.fr/site/je ... 6-2017.htm
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités