Politique énergétique en Inde

Discussions traitant des diverses sources d'énergie ainsi que de leur efficacité.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58680
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Politique énergétique en Inde

Message par energy_isere » 03 oct. 2015, 11:32

Climat: l'Inde axe ses engagements sur les énergies renouvelables

02/10/15

L'Inde, quatrième émetteur mondial de gaz à effet de serre, mise sur le développement de ses énergies renouvelables pour limiter le réchauffement climatique tout en reconnaissant encore sa dépendance au charbon, dans ses engagements en vue de la conférence de Paris sur le climat.

Globalement, l'Inde a promis vendredi de réduire son "intensité carbone", qui mesure les émissions de dioxyde de carbone par point de PIB, de 35% d'ici 2030 par rapport au niveau de 2005.

Le géant asiatique, qui compte une population de 1,25 milliard d'habitants, n'a en revanche pas dévoilé d'objectif chiffré contraignant de réduction d'émissions de gaz à effet de serre. Son voisin chinois s'est par exemple engagé à réduire ces émissions d'ici 2030.

"C'est un énorme pas pour l'Inde, aussi c'est un objectif très ambitieux", a dit le ministre de l'Environnement Prakash Javadekar à propos de l'objectif d'intensité carbone lors d'une conférence de presse.

L'Inde compte surtout sur les énergies renouvelables pour faire preuve de sa bonne volonté dans la lutte contre le réchauffement. Ces énergies devront représenter 40% de son électricité d'ici 2030, selon sa contribution remise à l'ONU dans la nuit de jeudi à vendredi.

Pour cela, l'Inde compte sur "des transferts de technologies et à un financement international à bas coût".

Cet objectif implique que les capacités de production d'énergie renouvelable de l'Inde vont plus que doubler d'ici 2030 par rapport aux 175.000 mégawatts visés.

L'Inde compte encore plus de 300 millions d'habitants privés d'électricité et connaît de fréquentes coupures de courant. Elle rappelle aussi que sa consommation d'électricité par personne représente seulement un tiers de la consommation moyenne mondiale par personne.

Pour cette raison, New Delhi estime que les efforts doivent surtout venir des pays industrialisés dont les émissions de gaz à effet de serre par habitant sont bien supérieures à celles de l'Inde.

Cependant, le pays est également très sensible aux effets du réchauffement climatique et le gouvernement souligne dans sa contribution que 85% de la surface du pays est à risque de catastrophe naturelle, en particulier d'inondations.

Dans ses engagements, l'Inde promet également de renforcer sa couverture forestière d'ici 2030, ce qui permettra de capturer l'équivalent de 2,5 à 3 milliards de tonnes de dioxyde de carbone supplémentaires.

Greenpeace a salué les engagements indiens en matière de renouvelables qui vont "changer la matrice énergétique en Inde", ces énergies représentant actuellement moins de 12% de la production totale.

Mais l'ONG reste préoccupée par la forte dépendance du pays au charbon.

"L'engagement persistant de l'Inde à vouloir développer sa production d'électricité par le charbon est déroutante. Le développement des centrales au charbon va freiner les perspectives de développement de l'Inde", estime Pujarini Sen, un responsable de Greenpeace en Inde, cité dans un communiqué.

L'Inde prévoit de doubler sa production de charbon d'ici 2020 à plus d'un milliard de tonnes afin de satisfaire son économie qui connait une croissance de 7%.

L'Inde, qui abrite les cinquièmes plus importantes réserves de charbon dans le monde, produit 60% de son électricité à partir du charbon.


Sandeep Chachra, directeur exécutif d'ActionAid India, a salué la contribution indienne: "l'accent ambitieux mis sur l'efficacité énergétique et la hausse spectaculaire du renouvelable mérite d'être reconnue mais doit permettre un accès meilleur des pauvres à l'énergie".

L'adaptation de l'Inde au changement climatique va coûter 2.500 milliards de dollars, estime le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi dans ses engagements.
La communauté internationale s'est donné comme objectif de limiter la hausse moyenne du thermomètre mondial à 2°C par rapport à l'ère pré-industrielle, seuil au-delà duquel les impacts seront graves et irréversibles pour de nombreuses populations.

En visite en janvier à New Delhi, le président américain Barack Obama a mis la pression sur l'Inde, estimant que la bataille contre le réchauffement climatique serait perdue sans les efforts des pays émergents pour réduire leur dépendance aux énergies fossiles.
http://www.larep.fr/france-monde/actual ... 08197.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58680
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique énergétique en Inde

Message par energy_isere » 25 janv. 2016, 20:25

La France vend son solaire à l’Inde

Le Monde.fr | 25.01.2016

La négociation sur la vente de 36 avions Rafale cache d’autres contrats – fermes ceux-là – signés dans le cadre de la visite que le président de la République effectue en Inde, du 24 au 26 janvier. Et notamment la participation française au programme de développement des énergies renouvelables sur le sous-continent, qui cherche à limiter l’utilisation du charbon dans la production d’électricité.

Les présidents-directeurs généraux d’EDF et d’Engie, Jean-Bernard Lévy et Gérard Mestrallet, étaient présents dans la délégation qui accompagne François Hollande pour montrer que les groupes français veulent prendre une part active à cette transition énergétique, notamment dans l’énergie solaire.

En l’occurrence les deux dirigeants se sont retrouvés à New Delhi, lundi 25 janvier, pour inaugurer le siège de l’Alliance solaire internationale : cette initiative indienne avait été annoncée à l’ouverture du sommet mondial sur le climat (COP21), le 30 novembre à Paris, par M. Hollande et Narendra Modi, le premier ministre indien.

Elle regroupe 121 pays (développés et en voie de développement) à fort ensoleillement (environ trois cents jours par an) décidés à coopérer pour réduire le coût du financement et des technologies solaires.


L’Inde a vocation à y jouer un rôle-clé, puisque M. Modi a fixé pour son pays l’objectif de passer de 4 gigawatts à 100 gigawatts de capacités solaires en 2022 pour un investissement estimé à 100 milliards de dollars. Un objectif hors d’atteinte en un temps si court, estiment de nombreux experts, qui soulignent néanmoins que M. Modi avait fortement développé les énergies bas carbone quand il dirigeait l’Etat du Gujarat, entre 2001 et 2014.


Il a désormais l’ambition de porter la part des énergies renouvelables dans l’électricité à 40 % d’ici à la fin de 2030. Des énergies qui sont le moyen le plus rapide d’apporter le courant aux 300 millions d’Indiens qui en sont privés.

Le « solaire compétitif » vanté

Engie est déjà présent dans ce secteur en Inde à travers Solairedirect, une PME dont il a pris le contrôle en juillet 2015, devenant ainsi le premier exploitant de centrales solaires dans l’Hexagone. Le groupe a annoncé, lundi, avoir remporté le contrat pour la construction de deux parcs de 70 mégawatts (MW) dans l’Etat du Rajasthan (nord-ouest) ; ce qui représente un tiers de l’appel d’offres lancé par la Mission nationale du solaire.

Dans le cadre d’un système d’enchères, il avait fait une offre à 64 dollars par mégawattheure (MWh) (59 euros), soit 40 % moins cher que celle qu’il avait faite en 2012.

C’est la preuve que l’énergie solaire est devenue compétitive par rapport aux réacteurs nucléaires et aux centrales fonctionnant au charbon ou au gaz, selon les dirigeants de l’ex-GDF Suez. Ils ont confirmé la construction de 2 000 MW de projets photovoltaïques en Inde pour la période 2015-2019.

Le « solaire compétitif » est le mantra de Thierry Lepercq, président fondateur de Solairedirect, qui juge que l’Inde a tous les atouts pour cela : volonté politique, taille du marché, rapidité de développement des projets, coût de la main-d’œuvre, compétence de l’équipe locale installée à Pune (Etat du Maharashtra). Le tout appuyé sur la puissance financière et industrielle d’Engie, qui va devenir un acteur majeur du marché indien avec une capacité de 325,6 MW installés.

Le groupe Engie est membre de la Terrawatt Initiative, une organisation créée par les entreprises en même temps que l’Alliance solaire internationale. Elle travaillera avec les Etats membres de l’alliance à l’établissement des règles indispensables au déploiement à grande échelle d’une production d’énergie solaire compétitive.

Les Etats et les entreprises engagées dans ces deux alliances se sont fixé un objectif : l’installation d’un térawatt (1 000 gigawatts) de capacités solaires additionnelles d’ici à 2030 pour un investissement de 1 000 milliards de dollars.

EDF annonce l’implantation d’éoliennes

De son côté, EDF Energies nouvelles (EDF EN) a profité du voyage de M. Hollande pour annoncer ses premières implantations d’éoliennes en Inde ; un pays où le groupe n’était pas présent dans cette activité. Dans le cadre d’une coentreprise avec la société locale Sitac Wind Management and Development, EDF EN développera 142 MW d’ici à la fin de 2016.

Mais le principal dossier énergétique reste la vente – encore très incertaine – de six réacteurs nucléaires EPR par Areva NP, en cours d’acquisition par EDF. Cette centrale d’une capacité de 10 000 MW serait implantée sur le site de Jaitapur, à 400 kilomètres au sud de la capitale économique, Bombay. La négociation concernant la vente d’EPR, lancée en 2008, n’a jamais abouti.

« Nous avons progressé beaucoup », a pourtant annoncé le chef de l’Etat dans une déclaration faite aux côtés de MM. Modi et Lévy. La France espère conclure « d’ici un an ». Alors que les paysans et les pêcheurs de la région s’opposent à un tel chantier, soutenus par les mouvements écologistes, les discussions ont aussi achoppé sur le prix et la responsabilité en cas d’accident, que les Indiens souhaitaient faire porter au fabricant des réacteurs (EDF-Areva) et non à l’exploitant, la société indienne d’électricité. Il y a trois ans, déjà, M. Hollande avait plaidé sans succès la cause du nucléaire français avec le prédécesseur de M. Modi.
http://www.lemonde.fr/climat/article/20 ... 52612.html

Image

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58680
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique énergétique en Inde

Message par energy_isere » 05 mars 2016, 20:24

L'Inde s'engage à électrifier tous ses villages d'ici mai 2018

AFPle 29 févr. 2016

Le gouvernement indien veut doubler les revenus de ses agriculteurs au cours des cinq prochaines années et promet d'électrifier tous les villages d'ici mai 2018, a annoncé lundi le ministre des Finances, Arun Jaitley, lors de la présentation du budget 2016/17. Cette double promesse envers l'Inde rurale, où habite plus de la moitié de la population, intervient au moment où des millions de paysans indiens traversent de graves difficultés, la sécheresse affectant de nombreux Etats après deux années de mousson insuffisante.

"Nous sommes reconnaissants envers nos agriculteurs parce qu'ils sont la colonne vertébrale de la sécurité alimentaire de notre pays", a dit le ministre devant le parlement. "Nous devons redonner à nos agriculteurs l'assurance d'une sécurité sur leurs revenus". Le gouvernement dirigé par Narendra Modi promet par conséquent d'affecter un budget de 877,6 milliards de roupies (12,7 milliards de dollars) pour le développement du monde rural, a-t-il ajouté.

Il va accroître les dépenses de son programme garantissant des journées de travail aux personnes sans ressource en milieu rural, mettre en place un plan d'assurances des récoltes, et va améliorer l'accès des agriculteurs aux marchés et accélérer le déploiement d'internet. Il a aussi promis de raccorder tous les villages de l'Inde à l'électricité, dont sont encore dépourvus 300 millions d'habitants. "Le gouvernement s'engage à aboutir à l'électrification de 100% des villages d'ici le 1er mai 2018", a dit le ministre.

Le gouvernement conduit par le parti nationaliste hindou Bharatiya Janata Party (BJP) doit affronter de délicates élections dans plusieurs grands Etats cette année et l'an prochain où le vote du monde rural sera crucial. En novembre, le BJP a subi un cuisant revers dans le Bihar, l'un des Etats les plus grands et les plus pauvres du pays.

Les Jats, une communauté d'agriculteurs et propriétaires terriens, ont déclenché des émeutes dans le nord de l'Inde il y a une dizaine de jours pour accéder aux quotas d'emplois publics et de places à l'université réservés habituellement aux basses castes. L'Inde compte environ 120 millions d'agriculteurs et 145 millions de travailleurs journaliers, selon le recensement de 2011, dernier en date.
http://www.connaissancedesenergies.org/ ... ges-160229

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58680
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique énergétique en Inde

Message par energy_isere » 10 juin 2016, 21:54

Inde: le gouvernement annule la construction de 16 GW de centrales à charbon

Agence Ecofin 10 Juin 2016

Le ministre indien de l’énergie a annoncé l’annulation de la construction de quatre méga centrales à charbon d’une capacité globale de 16 GW. Les installations auraient dû être implantées dans les régions de Chhasttisgarh, Karnataka Maharashtra et Odisha. Leur fonctionnement aurait nécessité près de 46 millions de tonnes de charbon par an dont la moitié aurait été importée. Elles ont dû être abandonnées à cause du manque d’intérêt des Etats qui devaient les accueillir. Pendant huit ans, en effet, elles sont demeurées à l’étape de planification, de préparation et d’acquisition de site. La résistance des populations, combinée aux travaux de réinstallation forcée ont poussé lesdits projets vers la porte de sortie.

En mai dernier, l’autorité centrale de l’électricité a annoncé qu’elle fermerait jusqu’à 37 GW de centrales à charbon, ce qui représenterait 20% de la part du charbon dans le mix énergétique et 12% de la capacité nationale installée. Le gouvernement a également annoncé qu’il revoyait à la baisse ses prévisions de construction de centrales à charbon, d’ici 2022, les faisant passer de 289 GW à 239 GW.

Ces différentes mesures entrent dans le cadre de la nouvelle politique du pays pour laquelle le ministre des énergies renouvelables s’est donné pour objectif d’implanter 16,6 GW de renouvelables en 2016 et 2017, dont 12 GW de solaire et 4 GW d’éolienne.
http://www.agenceecofin.com/gestion-pub ... -a-charbon

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5190
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Politique énergétique en Inde

Message par Raminagrobis » 22 sept. 2016, 08:36

lien En 2015 il avait été demandé à Coal India d'investir massivement pour augmenter sa production à un milliard de tonnes par an en 2020,soit un doublement. Cet objectif est maintenant abandonné, car la demande n'est pas au rendez-vous.
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58680
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique énergétique en Inde

Message par energy_isere » 10 déc. 2016, 13:38

En 2017, l’Inde importera plus de la moitié de la production nigériane de pétrole brut

Agence Ecofin 08 dec 2016

En vertu de l’accord de coopération énergétique signé entre les deux parties, en octobre dernier, l’Inde importera à partir de l’année prochaine 1,17 million de barils de pétrole nigérian par jour, sur les 2,2 millions de barils que le pays est supposé produire. L’information a été révélée à Platts par le responsable en charge de l’administration des raffineries d’Etat à la NNPC, Anibor Kragha.

Pour rappel, la production pétrolière actuelle du pays est de 1,9 million de barils par jour. Des efforts sont en train d’être fournis pour la faire passer à 2,2 millions de barils, au premier trimestre de l’année prochaine.

Par ailleurs, trois compagnies indiennes ont fait part de leur intérêt croissant pour le pétrole nigérian. Elles envisagent ainsi d’augmenter leurs importations d’essence pour les faire passer, de 9 millions de tonnes métriques, à 11 millions de tonnes métriques, l’année prochaine, a confié M. Kragha.

L’Inde deviendra ainsi le plus important client du Nigéria mais aussi un partenaire commercial privilégié. « Une fois que la production nigériane se rétablira, elle se tournera de plus en plus vers l'Inde en tant que principal acheteur de son brut. La demande indienne est très positive pour nous. Une économie indienne dynamique est bonne pour nous. »

Actuellement, les deux pays continuent de travailler sur un mémorandum d'endente qui devrait permettre la participation des entreprises indiennes dans les secteurs du pétrole et du gaz en amont et en aval, au Nigeria.

Il faut souligner que, dans le cadre de l’accord signé entre les deux pays, le gouvernement indien doit verser 15 milliards $ au géant ouest-africain en guise de paiement anticipé pour ses achats de gaz et de pétrole brut.
http://www.agenceecofin.com/trade/0812- ... trole-brut

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58680
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique énergétique en Inde

Message par energy_isere » 20 déc. 2016, 22:19

L’Inde produira 57% de son énergie à partir de ressources renouvelables d’ici 2027

Agence Ecofin 20 dec 2016

L’Inde produira 57% de son énergie à partir de ressources non fossiles d’ici 2027. C’est ce que révèle la Plan national d’électricité, communiqué par la Central Electricity Authority (CEA). Ce nouvel objectif est en progression de 42% par rapport au précédent fixé par le pays qui envisageait une part de 42% du renouvelable dans le mix énergétique d’ici 2030 seulement.

Selon ce nouveau plan, la CEA a également annoncé que les centrales à charbon actuellement en construction (et dont la capacité globale s’élève à 50 GW) ne seront nécessaires au réseau qu’à partir de 2022, voire 2027 et ne fonctionneront qu’à la moitié de leurs capacités installées. Cette prévision exclut donc le lancement de nouveaux projets de construction de centrales à charbon.

Cette évolution de la politique énergétique du pays, qui est le deuxième consommateur de charbon au monde après la Chine, est due en grande partie à la réduction des coûts de mise en œuvre des centrales d’énergies renouvelables. Ainsi, le solaire a vu son coût diminuer de 80% depuis 2011 et devrait être au même coût que le charbon indien d’ici 2019.
http://www.agenceecofin.com/gestion-pub ... d-ici-2027

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5190
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Politique énergétique en Inde

Message par Raminagrobis » 20 déc. 2016, 22:31

57% de son électricité plutôt je pense.
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58680
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique énergétique en Inde

Message par energy_isere » 26 févr. 2017, 14:26

Energie solaire en Inde : la révolution en marche

Par Sébastien Farcis Publié le 23-02-2017

L'Inde est le troisième émetteur de gaz à effets de serre au monde. Et ces émissions devraient fortement augmenter dans les années à venir, car le pays produit les deux tiers de son électricité grâce au charbon et que plus de 300 millions de personnes ne sont pas encore raccordées. New Delhi a toutefois promis un changement drastique : multiplier par 25, en sept ans, ses capacités de production d'énergie solaire et en faire la deuxième source du pays. Un pari fou qui pourrait être réalisable grâce à la chute du coût de cette énergie verte.

Image
La société indienne ACME a ouvert en 2016 cette ferme solaire d’une capacité de 50 MW d’électricité, à 140 km de Bangalore (sud).

La route cabossée serpente dans la plaine désertique et de chaque côté, les vaches aux cornes majestueuses avancent péniblement dans la chaleur de ce début d'après-midi, à la recherche de quelques rares végétaux. La terre rouge et aride du sud de l'Andhra Pradesh, à 140 km au nord de Bangalore, dans l'Inde méridionale, ne connaît que « quelques jours de pluie par an», nous disent ses habitants. Insuffisant pour l'agriculture, mais idéal pour une autre récolte : celle de l'énergie du soleil. En bordure du hameau d'Hindupur jaillit une mer bleu foncé, qui s'étend à perte de vue dans cette étendue sauvage: 345 000 panneaux solaires ont été installés en avril 2016 par l'entreprise indienne ACME, l'un des deux plus importants producteurs d'énergie photovoltaïque du pays.

Beaucoup d'électricité, peu d'entretien

Cette ferme d'une capacité de 50 Megawatts (mW) diffuse son énergie verte sur les trente kilomètres aux alentours, pour éclairer 100 000 foyers ruraux. « Cela nous a pris à peine trois mois pour monter tous ces panneaux, lance Dinesh Reddy, le responsable de 28 ans de cette centrale, avec un sourire fier. Le plus long est d'importer l'équipement en amont, car ils doivent venir de Chine ». Seulement quinze employés veillent à temps plein au bon fonctionnement de cette centrale silencieuse, qui produit du courant de 6h du matin à 6h du soir. L'essentiel du travail consiste à repérer les baisses de tension grâce à un écran central, à changer les câbles défectueux si besoin et, trois fois par mois, à laver tous ces panneaux à fine couche pour retirer la poussière qui réduit leur rendement. Enfin, une cinquantaine de fermiers des environs sont régulièrement engagés pour couper les herbes qui poussent du sol ainsi arrosé, et qui créent de l'ombre sur les modules.

L'Inde double ses capacités d'énergie solaire tous les ans

Lors de la COP21, le sommet de Paris sur le climat de décembre 2015, l'Inde avait fait une promesse incroyable pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre: multiplier par 25, en sept ans, ses capacités de production d'énergie solaire, pour atteindre les 100 GW installées. Le pays est maintenant lancé dans une course effrénée pour atteindre ce but : en septembre dernier, la multinationale indienne Adani a ouvert, dans le Tamil Nadu (sud) la plus grande centrale solaire du monde, d'une capacité de 648 MW, en à peine huit mois de travaux. L'Inde a ainsi doublé ses capacités en un an - qui ont atteint 10 GW début 2017 – et devrait encore les multiplier par deux d'ici à la fin de l'année.

Le pays-continent se situe à présent à la 7e place mondiale en termes de capacités de génération de photovoltaïque, devant la France, et constitue l'un des marchés à plus forte croissance du monde. Il faut dire que ses besoins sont criants : plus de 300 millions de personnes n'ont pas accès à l'électricité, et environ les deux tiers de son courant proviennent du charbon, source polluante d'énergie et en majorité importée. L'Inde est déjà le troisième émetteur de gaz à effets de serre au monde et s'il veut tenir ses engagements de la COP 21 (40% de renouvelables dans son mix énergétique en 2030), il doit réaliser un changement drastique.

Les autorités ont ainsi accordé d'importantes réductions fiscales aux installateurs de panneaux solaires et lancé un système d'enchères inversées, par lequel les centrales sont attribuées aux compagnies qui s'engagent à produire l'énergie la moins chère. Le secteur, enfin, bénéficie de l'incroyable chute, de 25% en un an, du prix des panneaux, qui composent environ 60% du coût d'une ferme. Résultat : lors de la dernière enchère du 10 février, l'entreprise ACME a remporté un des contrats en garantissant de générer cette énergie solaire pour un tarif record de 2,97 roupies / KWh (4 centimes d'euro), soit une chute de 24% en un an. Ce qui fait de ce photovoltaïque la source la meilleure marché dans certains Etats indiens.

Une modernisation urgente du réseau

« Dans les pays occidentaux, la croissance des énergies renouvelables a été alimentée par les subventions publiques, et quand celles-ci se sont arrêtées, cette expansion s'est interrompue, explique Vinay Rustagi, directeur de la société de conseil en énergies renouvelables, Bridge to India. En Inde, le solaire est financièrement attrayant, ce qui lui offrira une croissance plus durable ». Les prix pourraient d'ailleurs encore baisser, car la compagnie Adani est sur le point d'ouvrir la première usine de production de panneaux solaires en Inde, capable de fournir des équipements de 1,2 GW par an.

Il n'y a du reste pas que les terres désertiques qui accueillent des panneaux solaires : les résidences urbaines commencent à en poser sur leurs toits, pour partiellement remplacer les coûteux générateurs au diesel utilisés lors des régulières coupures d'électricité. Le photovoltaïque revient alors à trois fois moins cher que cette énergie polluante et quasiment au même prix que le courant fourni par le réseau conventionnel. Ce système est encore plus intéressant pour les industries, qui paient l'électricité à un tarif plus élevé, et pour qui le solaire est meilleur marché que l'énergie du réseau.

Cette croissance verte requiert cependant un renforcement urgent du réseau, car l'énergie renouvelable est par nature instable – une soudaine couverture nuageuse peut considérablement faire tomber la production – et il faut donc moderniser les anciennes lignes de transmissions pour qu'elles puissent s'adapter à ces chutes soudaines. Faute de quoi, la troisième économie asiatique pourrait revivre la colossale panne d'électricité de juillet 2012, la plus grande de l'histoire, qui avait plongé plus de 300 millions d'Indiens dans le noir, pendant deux jours, suite à une surcharge du réseau.
http://www.rfi.fr/asie-pacifique/201702 ... ire-marche

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58680
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique énergétique en Inde

Message par energy_isere » 05 mars 2017, 13:32

Le parc éolien installé en Inde est maintenant de 28 GW.

Objectif 60 GW pour 2022.
India has installed capacity of 28 GW of wind energy

March 2, 2017 evwind

India’s wind energy sector is the fourth largest in the world.

In an important milestone for India’s journey towards 24×7 power for all based on green energy, ABB India on Thursday said it has surpassed the 4.5GW mark with the delivery of over 2,000 wind power generators across the country.

Currently, India has installed capacity of 28 GW of wind-generated electricity. Around 10 percent of this was installed in 2015. Several policy and regulatory incentives are spurring growth in the sector. The Narendra Modi-led government has set ambitious target of generating 60 GW of electricity from wind power generators by 2022.
.....................
http://www.evwind.es/2017/03/02/india-h ... ergy/58973

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58680
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique énergétique en Inde

Message par energy_isere » 18 avr. 2017, 20:59

L' industriel Indien de l' Aluminium Nalco va investir pour 150 MW d' éolien.
Nalco Plans 150 MW Wind Power in Odisha

April 17, 2017 evwind

India’s state-owned aluminium firm National Aluminium Company Limited (Nalco) announced a plan late last week to build a 150-MW wind power farm in Odisha.

The plant, which could cost in the neighborhood of US$140 million, is intended to support Nalco’s one-million-metric-ton capacity expansion at facilities in the eastern state.

“While the Nation is transforming into a global leader, under Prime Minister’s Swadeshi Movement, it is heartening that Navratna PSU Nalco is taking an active part in this endeavour. Nalco’s plans for expansion in Odisha, shall not only boost the development of the State but also help the country achieve new milestones in the field of aluminium industry across the globe,” said India’s Minister of State (IC) for Power, Coal, New and Renewable Energy and Mines Piyush Goyal.

The firms expansion plans include an increase of 600 thousand metric tons at its smelter in Angul. The firm is separately adding 1 million metric tons to the 2.275-million-metric-ton refinery at Damanjodi.

....................
http://www.evwind.es/2017/04/17/nalco-p ... isha/59479

Si il existe une industrie electro intensive, c'est bien celle de l' Aluminium !

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58680
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique énergétique en Inde

Message par energy_isere » 07 mai 2017, 20:27

Nouvel appel d' offre en Inde pour 1000 MW d' éolien terrestre
India announces second round of wind energy auction

May 5, 2017 evwind

The Ministry of New and Renewable Energy (MNRE) has announced the launch of the second round of wind capacity auctions, for 1,000 MW.

The announcement was done concurrently with the signing of Memoranda of Agreement between the public sector Power Trading Corporation and the electricity distribution companies (discoms) of Uttar Pradesh, Bihar, Jharkhand, Delhi, Assam and Odisha.

These discoms will buy wind power from PTC to meet their renewable purchase obligation, which is mandated by law. According to a press release from MNRE, UP will buy 499.9 MW, Bihar 200 MW, Jharkhand 200 MW, Delhi 100 MW and Assam and Odisha 50 MW each.

The signing of the agreements completes the first auction, held in February, in which five companies won rights to set up 1,050 MW of wind power and sell their electricity to PTC.
................
https://www.evwind.es/2017/05/05/india- ... tion/59697

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58680
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique énergétique en Inde

Message par energy_isere » 05 nov. 2017, 13:49

L'Inde va faire un appel d' offre pour un total de 4.5 GW de capacité en éolien en Fevrier 2018.
India To Auction 4.5 Gigawatts Of Wind Power Projects By February 2018

October 23, 2017 evwind

Sticking to its announced road map to expedite wind energy auctions, India will put 4.5 gigawatts of capacity on the block by February 2018.

The Ministry of New and Renewable Energy has announced that auctions of 1.5 gigawatts of capacity each will take place in October, December 2017 and February 2018. So far two auctions have been organized at the central level with 1 gigawatt capacity each.

Both the auctions have yielded record low tariffs. The first auction saw allocation of 1,050 megawatts capacity at the lowest tariff of ?3.46/kWh (5.3¢/kWh) while in the second, 1,000 megawatts was allocated at the lowest tariff of ?2.64/kWh (4.0¢/kWh). The latest tariff is cheaper than not only almost all thermal power plants but also almost all solar power plants in India.
..............
https://www.evwind.es/2017/10/23/india- ... 2018/61517

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58680
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique énergétique en Inde

Message par energy_isere » 17 déc. 2017, 12:48

L' Inde va faire un appel d' offre en 2018 pour un premier paquet de 5 GW d' éolien offshore.
India’s first offshore wind energy projects auction for 5GW in 2018

December 16, 2017 evwind

India will invite bids for the first time to set up offshore wind power projects in the country with the government planning to auction for 5 gigawatt (GW) of capacity, New and Renewable Energy Minister R.K Singh said on Thursday.

“Our target is that we would auction at least 5 GW of offshore wind capacities next year. Survey is in progress at a location. We would start survey at two more locations and have placed order to buy equipment for that,” Singh, who is also the Power Minister, told the gathering.
..................
https://www.evwind.es/2017/12/16/indias ... 2018/62123

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58680
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique énergétique en Inde

Message par energy_isere » 24 juin 2018, 13:31

L'Inde fixe son objectif d'énergie éolienne offshore de 30 GW d'ici 2030

19 juin 2018 evwind

Le ministère des énergies nouvelles et renouvelables (MNRE) a annoncé aujourd'hui un objectif d'énergie éolienne offshore à moyen et à long terme de 5 GW d'ici 2022 et de 30 GW d'ici 2030, afin de donner confiance à l'industrie.

Le MNRE a récemment invité Expressions of Interest (EoI) pour le premier projet éolien offshore de 1 GW en Inde, ce qui a suscité une vive réaction de l'industrie, à la fois mondiale et indienne, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Afin de donner confiance à l'industrie éolienne, le ministère a déclaré une cible à moyen et long terme pour les additions éoliennes off-shore, qui sont de 5 GW d'ici 2022 et de 30 GW d'ici 2030, indique le communiqué.

Bien que cela puisse sembler modéré par rapport à l'objectif éolien terrestre de 60 GW et à son objectif de 34 GW, et à l'objectif solaire de 100 GW d'ici 2022, cela reste difficile compte tenu des difficultés d'installation de grandes éoliennes en haute mer , ajouta-t-il
..................
https://www.evwind.es/2018/06/19/india- ... 2030/63737

Répondre