Batteries stationnaire pour reseaux électriques

Discussions traitant des diverses sources d'énergie ainsi que de leur efficacité.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Batteries stationnaire pour reseaux électriques

Message par energy_isere » 24 avr. 2015, 19:52

Usine Nouvelle du 23 Avril 2015
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Méthodes de stockage énergétique

Message par energy_isere » 17 mai 2015, 12:48

La compagnie Invenergy met en service un stockage de 31.5 MW à base de batteries LiFePO4dans l' état de l' Illinois.
Associé à un parc éolien et solaire PV

Invenergy opens 31.5 MW energy storage project in Illinois

May 15, 2015 evwibd

Today, leading clean energy company Invenergy LLC (“Invenergy”) announced the start of commercial operations of its 31.5 MW Grand Ridge Energy Storage project in La Salle County, Illinois.

The project is located about 80 miles southwest of Chicago at Invenergy’s Grand Ridge Energy Center, which is comprised of a 210 MW wind farm; a 20 MW solar project; and an existing 1.5 MW energy storage unit.
..............

“We are delighted with Invenergy’s selection of BYD’s Energy Storage system, which features our proprietary Lithium-ion Iron-Phosphate battery chemistry,” said Stella Li, Senior Vice President at BYD Company Ltd. “Our technology is the first environmentally-friendly battery chemistry in the world, and has an industry-leading longevity and performance.”

In all, Invenergy has more than 100 MW of energy storage projects in operation, in construction, and in development in the United States.
..................
http://www.evwind.es/2015/05/15/invener ... nois/52145

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Méthodes de stockage énergétique

Message par energy_isere » 22 oct. 2015, 17:13

Toyota, BMW, GM, Nissan... utilisent leurs batteries usagées pour stocker les énergies renouvelables

22 oct 2015 Industries et Technologies

Les projets pour utiliser les voitures électriques comme soutien au réseau foisonnent. Et si une solution pour amortir de coût des batteries des voitures électriques était aussi de les utiliser comme stockage d’énergie lorsqu’elles arrivent en fin de vie ? Toyota, Nissan, BMW ou encore General Motors lancent les premiers pilotes cette année.

Utiliser les batteries des voitures comme facteur de stabilité des réseaux de distribution d’électricité. L’idée fait de plus en plus d’émules dans le monde académique comme automobile, à l’instar de Nissan, qui le premier a lancé en mai le Vehicle to Grid (V2G) en Europe. L'électricité est stockée dans la batterie du véhicule lorsque les coûts sont les moins élevés, et peut être restituée quand l’électricité est plus chère ou même en cas de pic de consommation. En outre, le temps d'amortissement des batteries - l’élément de loin le plus coûteux des véhicules électriques – est réduit pour les particuliers.

20 % d'autonomie en moins : problématique pour les conducteurs, pas pour le stockage

Mais même à la fin de leur cycle de vie à bord des véhicules électriques, les batteries lithium-ion disposent toujours d’une grande capacité de stockage : une batterie au lithium réformée après dix ans affiche encore 80 % de sa capacité initiale. 20 % d’autonomie en moins est problématique pour les conducteurs, mais pas pour une utilisation – leur "recyclage" - sur le réseau. Les batteries peuvent alors être utilisées comme "tampon" entre les systèmes de production d’énergie renouvelables – panneaux solaires, éolien – et le réseau électrique, sensible à l’intermittence des énergies renouvelables. D’autant que les batteries usagées de voitures ont l’avantage de la réactivité, aussi bonne que celle d’une turbine hydraulique. Il reste qu’il faudra collecter les batteries et les tester, car toutes ne seront pas réutilisables. Par ailleurs, il reste également à déterminer si cette solution peut être compétitive en face des prix annoncés très bas des nouvelles batteries lithium-ion de Tesla, Panasonic ou LG Chem qui sont en outre directement conçues pour le stockage stationnaire. Commercialisées en volume "important" depuis seulement quelques années, les voitures électriques devraient s’avérer, au fur et à mesure qu’elles arriveront en fin de vie, une ressource importante en batteries pour des stockages stationnaires.

Les batteries métal-nickel de Toyota dans le parc de Yellowstone

Image

Ainsi Toyota a-t-il annoncé en mai 2015 qu’il fournissait, grâce à des batteries de voiture Nickel-metal-hydrure usagées, des systèmes de stockage pour le Parc National de Yellowstone. Le système de 208 packs de batteries – un pack de batterie correspond à l’ensemble des batteries d’un véhicule - stocke de l’énergie fournie par des panneaux solaires, pour une capacité de stockage de 85 kWh. Chaque pack de batteries est désassemblé et testé avant d’être converti pour des usages de stockage d’énergie stationnaires. Pour cela, un système de gestion est ajouté aux packs de batteries, qui sont re-cablées en parallèle en lots de 52 packs. Des micro-hydro turbines seront ajoutées au site en 2016 pour davantage alimenter les batteries. Que Toyota soit l’un des premiers à annoncer ce type de projets n’est pas étonnant. Le constructeur commercialise sa Toyota Prius depuis 1997.

Des batteries usagées pour un bâtiment administratif de General Motors

Les batteries nickel-métal-hydrure de Toyota contiennent des métaux précieux qui permettent de mettre en balance la rentabilité du recyclage avec la réutilisation. Ce n’est en revanche pas le cas des batteries lithium-ion, pour lesquelles la réutilisation pour des usages stationnaires semble bien plus rentable. C’est le cas pour General Motors qui annoncé lors de l’Advanced Automated Battery Conference en juin 2015 qu’il équipait un bâtiment administratif dans le Michigan avec des batteries lithium-ion usagées de Chevrolet Volts. Elles sont utilisées comme renfort pour stocker l’énergie électrique renouvelable produite à l’Usine de Milford. Dans le futur, la compagnie veut commercialiser le système.

Un pilote dans une usine de Nissan

De son côté, Nissan avait créé une joint -venture avec Sumitomo Corp. pour développer des applications pour les batteries usagées dès la sortie de la Nissan Leaf, en 2010. Nissan travaille à présent avec la start-up spécialisée dans les systèmes de stockage d’énergie Green Charge Networks pour redéployer les batteries usées pour des usages commerciaux et industriels. Une première unité pilote a été installée cet été dans une usine de Nissan, où les batteries des Nissan seront configurées pour répondre aux pics de demande. De même que General Motors, ces systèmes pourront être commercialisés pour des usages domestiques.

Second Life batteries : un accumulateur de batteries usagées par Bosch, BMW, et Vattenfall.

BMW, Bosch et Vattenfall travaillent ensemble depuis janvier 2015 à la réutilisation de ces batteries usagées de véhicules électriques pour le réseau. A Hambourg, ces batteries sont connectées pour constituer un immense accumulateur. En cours de construction, l’accumulateur doit atteindre avec plus de 100 batteries interconnectées une puissance de deux mégawatts (MW) et une capacité installée de deux mégawattheures (MWh). L’énergie qu’il contient est disponible en quelques secondes, et permet ainsi de préserver la stabilité du réseau électrique. BWM fournit les batteries provenant de ses véhicules électriques ActiveE et i3, Vattenfall exploite l’accumulateur de grande capacité sur son site pendant une période de dix ans, et Bosch intègre les batteries et prend en charge la commande du système. L’idée pour les partenaires est de combiner différents générateurs électriques décentralisés et de petite taille pour les commercialiser en tant que centrale partagée.

Image
http://www.industrie-techno.com/toyota- ... bles.40410

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Méthodes de stockage énergétique

Message par energy_isere » 16 nov. 2015, 18:52

Alaska : un système de stockage d'énergie adapté aux climats extrêmes

16 Nov 2015 enerzine

Saft a annoncé la livraison de son système conteneurisé "Spécial Grand Froid" de stockage d'énergie en batteries (BESS) Intensium® Max+ 20M à Kotzebue Electric Association Inc. (KEA), une coopérative d'électricité basée dans cette petite ville de l'Alaska, au nord du cercle polaire Arctique.

Ce système de stockage en batteries permettra au réseau éolien-diesel existant d'atteindre son plein potentiel de production et de fournir un courant électrique plus propre, plus fiable et moins onéreux pour alimenter la ville de Kotzebue, dans le Borough de Northwest Arctic, un territoire dont la superficie est équivalente à celle de l'Illinois. N'étant reliée à aucun réseau de transport électrique ni routier, cette ville dépend depuis toujours de générateurs diesel pour produire son électricité. La température annuelle moyenne y est de -5,5°C et les habitants sont confrontés à un coût de l'énergie parmi les plus élevés du pays.

"L'installation du système Intensium® Max+ 20M de Saft va nous permettre d'exploiter plus efficacement notre système éolien", explique Brad Reeve, PDG de KEA. "Le stockage en batteries est pour nous un outil supplémentaire particulièrement utile pour doper le rendement de notre coopérative et réduire notre dépendance au diesel."

Le système de stockage de Saft offre une technologie avancée conçue pour des environnements où règnent souvent des conditions météorologiques extrêmes. C'est le premier système conteneurisé de ce type en Amérique du Nord basé sur la nouvelle plateforme Intensium® Max+ 20M. Le système de stockage Intensium® Max de 950 kWh peut opérer sans problème dans des régions où la température peut descendre à -15°C. La solution fournie par Saft inclut également un convertisseur EssPro™ 1,2 MW et un transformateur pour la connexion réseau, fournis par ABB. Grâce à l'installation de ce système de stockage sur son micro-réseau, KEA sera en mesure de compenser les fluctuations de puissance inhérentes à l'éolien, mais aussi de stocker et de décaler dans le temps l'énergie produite en excédent, avec pour conséquence une réduction significative de la consommation de carburant diesel.

Il s'agit de la deuxième installation réalisée par Saft pour une communauté géographiquement isolée au-delà du cercle Arctique. Dans les zones particulièrement froides du globe tel l'Alaska, le coût de l'électricité et du transport de carburant demeurent élevés. Ces régions constituent un marché en rapide expansion pour les solutions de stockage d'énergie « Spécial Grand Froid » destinées à desservir des micro-réseaux et autres réseaux électriques hybrides.
..............
...............
http://www.enerzine.com/15/18864+alaska ... emes+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Méthodes de stockage énergétique

Message par energy_isere » 19 nov. 2015, 12:02

Les chercheurs Suisses essayent de mettre au point un batterie sans Lithium, à base de nanocristaux de pyrite.
"L'accumulateur à l'or des fous"

Les accumulateurs lithium-ions hautes performances ont un problème : tôt ou tard les ressources de lithium vont se faire rares car la production de voitures électrique et d'accumulateurs stationnaires va sans cesse en augmentant.

Des chercheurs de l'Empa et de l'EPF de Zurich ont cependant découvert une solution. Leur dispositif se compose fer, de soufre et de magnésium – des éléments dont les ressources sont quasiment inépuisables – et il permettrait de réaliser à faible coût d'énormes accumulateurs stationnaires dans les bâtiments ou à proximité des centrales électriques.

La clé du succès : la pyrite (or des fous) utilisée comme matériau pour la cathode.
...................
http://www.enerzine.com/603/18873+laccu ... fous+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Méthodes de stockage énergétique

Message par energy_isere » 20 nov. 2015, 12:26

Une boite Allemande, STEAG, va investir 100 millions d '€ dans 90 MW de capacité de stockage sur batteries.
Pour de la stabilisation de réseaux, au plus prés des centrales électrique.

STEAG invests in stability of supply: New acquisition of six large-scale battery systems totaling 90 MW

13 November 2015

Essen. With the decision to invest around 100 million euros in six large-scale battery systems, STEAG is aiming to take on a pioneering role in the establishment of battery storage and marketing of the energy stored in those batteries in Germany.

• Investment of around 100 million euros
• Marketing of primary control power

In the period from mid-2016 to early 2017, the battery systems, which are lithium-ion based and have a capacity of 15 megawatts (MW) each, are to be put into service at six STEAG German power plant sites in Herne, Lünen and Duisburg-Walsum (all in North Rhine-Westphalia) and in Bexbach, Fenne and Weiher (all in the Saarland), providing a total capacity of 90 MW. Using the existing plant sites provides synergies in the infrastructure and therefore keeps the investment costs low.

The large-scale batteries are to be used to provide primary control power – a service for stabilization of the networks, for which the Transmission System Operators invite bids on a weekly basis. Primary control serves to stabilize the network frequency when there are short-term fluctuations in the grid (caused, for example, by uneven feed-in of energy from renewable sources which deviates from the forecasts, by power plant outage or by fluctuations in consumption). The six systems are to be operated independently of the STEAG power plants and are capable of relieving the grid fully automatically within a few seconds when there is surplus supply, and also in reverse feeding energy into the grid.

Joachim Rumstadt, Chairman of the Board of Management of STEAG GmbH, explained the decision to make this investment as follows: “Storage facilities and the creation of flexibility are essential elements in the implementation of the energy transition in Germany. STEAG has therefore decided to make this investment in large-scale batteries for deployment on the control power market, without making use of grants or subsidies.” STEAG’s large-scale batteries will satisfy the current performance criteria for battery storage systems supplying primary control power, for instance the requirement of being capable of providing primary control power for at least 30 minutes. STEAG can thus play a pioneering role in the establishment of battery systems and the marketing of their energy. Rapid implementation and entry into the market as early as possible play a decisive part for STEAG.

“Moreover, we believe that renewable energies will have to take a more responsible role in ensuring security of supply and, therefore, will have to provide more firm capacity on the energy-only market. Combined with extensive commercial and technical expertise in energy, which we can draw on, battery systems will be one key to resolving this issue,” Rumstadt continued.

STEAG has already successfully put a large-scale battery (1 MW capacity) on the market for control power in the form of the LESSY system at the Völklingen-Fenne power plant. “We now want to use the experience and the know-how gained in that project for investments in several large-scale batteries and in doing so reach a further milestone in the implementation of our strategy,” STEAG’s Board Chairman added.

The battery storage system developed in the course of the LESSY (Lithium Electricity Storage SYstem) project with the support of the German Federal Ministry for Economic Affairs and Energy started commercial operation at the STEAG power plant in Völklingen-Fenne in February 2014, and was one of the first lithium-ion storage batteries in Germany to be approved for network stabilization duty.

The use of the large-scale batteries and the marketing of their energy will be managed by the Trading & Optimization department via the optimization platform at STEAG. STEAG uses that platform to optimize the deployment of all centralized and distributed facilities in its own portfolio and for other partners on the energy market.

Source: http://www.steag.com
http://www.i-micronews.com/batteries-ex ... 90-mw.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Méthodes de stockage énergétique

Message par energy_isere » 28 nov. 2015, 11:55

Une équipe menée par le CNRS et le CEA a développé le premier prototype au format industriel d'une batterie sodium-ion, une technologie peu onéreuse qui conviendrait particulièrement au stockage d’énergies renouvelables.

28/11/2015 01net.com

L’avenir du stockage énergétique, serait-il caché dans nos petits pots de sel ? Une équipe de chercheurs français menée par le CNRS et le CEA vient en effet de présenter la première batterie sodium-ion au format industriel 18650, l’une des tailles standards utilisées pour les batteries lithium-ion. C’est-à-dire un cylindre de 1,8 cm de diamètre et 6,5 cm de hauteur. L’avantage du sodium, c’est qu’il est presque 1000 fois plus abondant que le lithium, et donc beaucoup moins cher. Il est réparti un peu partout dans la croûte terrestre. L’eau de mer en regorge également sous forme de chlorure de sodium. A contrario, le lithium ne se trouve qu’à certains endroits de la planète comme la Colombie, la Chine ou le Chili. Or, les besoins en batteries ne cessent de croître, avec l’informatique mobile évidemment, puis maintenant avec les voitures électriques qui, une fois largement utilisées, risquent de créer un envol du cours du lithium.

Le problème, c’est que les ions sodium ne sont, à première vue, pas aussi performants que les ions lithium. Les piles au lithium permettent d’obtenir une plus grande tension électrique et sont beaucoup plus légères. Il est donc plus simple d’atteindre des densités énergétiques élevées, dépassant les 200 Wh/kg. A titre de comparaison, la pile sodium-ion française n’atteint que 90 Wh/kg. « Mais attention, ce n’est qu’un premier prototype. Quand Sony a sorti sa première batterie lithium-ion en 1991, la densité énergétique était de 110 Wh/kg. Or, nous avons beaucoup plus de connaissances sur les batteries aujourd’hui. Nous nous allons pouvoir monter plus vite en performance. Mais on ne fera jamais mieux que le lithium-ion », souligne Jean-Marie Tarascon, chimiste du solide au CNRS, enseignant au Collège de France et directeur du RS2E (Réseau sur le stockage électrochimique de l’énergie), un groupement français qui réunit laboratoires publics et industriels privés.

Un processus industriel similaire

En revanche, la durée de vie du prototype est d’ores et déjà excellente. Avec 2 000 cycles de charge et de décharge, les chercheurs français obtiennent d’emblée une performance équivalente aux batteries lithium-ion actuelles. Autre avantage : le processus de fabrication industriel est similaire au lithium-ion. « Pour un industriel, l’adoption du sodium-ion ne sera pas compliquée », souligne Jean-Marie Tarascon.

L’avenir de la batterie sodium-ion semble donc prometteur. Mais pour quelles applications ? Selon M. Tarascon, les secteurs de l’informatique mobile et de l’automobile ne seront pas très intéressés, car trop obsédés par la densité énergétique et l’autonomie. « En revanche, la batterie sodium-ion est un bon candidat pour le stockage de masse en réseau, par exemple pour les champs éoliens ou photovoltaïques. Actuellement, on utilise pour le stockage de masse des batteries sodium-soufre qui ont l’inconvénient de ne fonctionner qu’à haute température (270-350 °C, ndlr). Ce qui réduit l’efficacité énergétique. Quant à la technologie lithium-ion, elle serait beaucoup trop cher dans ce contexte », explique le chercheur.

La France, parmi les pays en pointe

Toutefois, les chercheurs français ne sont pas les seuls à se creuser les méninges. Leurs homologues japonais sont actuellement en pointe dans ce domaine. Toshiba, par exemple, mène des recherches pour une batterie sodium-ion destinée à la voiture électrique. La startup britannique Faradion, qui est financée entre autres par Sharp, a présenté récemment un vélo électrique basé sur une batterie sodium-ion. Des recherches se font également aux Etats-Unis. « Dans ce domaine, les Français sont à la pointe, derrière les Japonais », assure Jean-Marie Tarascon. Une avance qu’il faut désormais exploiter.

Source : CNRS
http://www.01net.com/actualites/des-che ... 33560.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Méthodes de stockage énergétique

Message par energy_isere » 29 nov. 2015, 13:18

l' info dans le journal du CNRS :
https://lejournal.cnrs.fr/articles/batt ... -en-marche

...........
L’ensemble de ces travaux a fait l’objet de plusieurs publications et brevets déposés par le CNRS et le CEA. Il a bénéficié des soutiens notamment du ministère de l'Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, du CNRS, du CEA, de l’ANR (Agence nationale de la recherche) et de la DGA (direction générale pour l'armement).

Compte tenu de la similitude des process industriels avec les batteries lithium, cette découverte intéresse d’ores et déjà les industriels, notamment ceux appartenant au réseau RS2E. La prochaine étape est d’optimiser et de fiabiliser les procédés en vue d’un futur déploiement industriel.
http://portail.cea.fr/presse/Pages/actu ... a-ion.aspx

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Méthodes de stockage énergétique

Message par energy_isere » 29 nov. 2015, 13:19

Et voila Perette et le pot au lait chez boursier.com. :mrgreen:
La batterie au sodium du CNRS pourrait supplanter la technologie lithium-ion

Publié le 29/11/2015

La batterie sodium-ion est une nouvelle technologie susceptible de révolutionner l'ordre établi chez les fournisseurs de batteries. Son poids est encore un problème pour l'alimentation en mobilité...
http://www.boursier.com/actualites/econ ... .html?fil6

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Méthodes de stockage énergétique

Message par energy_isere » 25 févr. 2016, 19:14

Ca monte en puissance et capacité de stockage !
EDF EN met en service un nouveau système de stockage aux Etats-Unis

25 fev 2016 enerzine

EDF Energies Nouvelles a annoncé récemment la mise en service par sa filiale nord-américaine EDF Renewable Energy, d'un système innovant de stockage, combinant une batterie de stockage d'énergie et un logiciel de conduite informatisée.

L'installation McHenry permet de fournir près de 20 MW de puissance (40 MW de capacité dynamique) et de piloter une réserve d'énergie pour stabiliser la fréquence du réseau électrique au niveau local.

Installé dans le comté de McHenry dans le Nord de l'Illinois, ce système de stockage d'énergie McHenry est notamment composé de 11 containers de 1,8 MW, chacun équipé de batteries lithium-ion fabriquées par la société BYD America, leader mondial de batteries rechargeables.

Raccordé au réseau électrique local, l'installation McHenry est pilotée par un logiciel de gestion de l'énergie performant développé par EDF Store & Forecast, société créée à partir d'équipes d'EDF R&D. Ce dernier permet de contribuer à la stabilité de la fréquence du réseau électrique local en gérant précisément et rapidement, la charge ou la décharge de la batterie pour fournir/absorber de la puissance en cas de baisse/hausse de la fréquence, sur consigne de l'opérateur de réseau.

L'installation McHenry constitue ainsi une réserve dynamique de puissance mise à la disposition du gestionnaire de réseau électrique PJM (Pennsylvania - New Jersey - Maryland). Il peut être utilisé notamment pour lisser localement l'intermittence de la production éolienne ou solaire photovoltaïque.

Un an après la mise en service en Guyane de la centrale solaire Toucan (5 MWc) avec stockage d'énergie, le projet McHenry est la deuxième réalisation d'EDF Energies Nouvelles dans le domaine du stockage.

La filiale du groupe, EDF Renewable Energy, développe actuellement 100 MW de projets de stockage supplémentaires en Amérique du Nord.

( Src : CP - EDF EN )
http://www.enerzine.com/14/19113+edf-en ... unis+.html

et pour la capacité :
EDF Energies nouvelles a annoncé mercredi 24 février la mise en service par sa filiale américaine EDF Renewable Energy d'une batterie au lithium-ion de 20 MW (capacité de stockage de 8,5 MWh) dans l'Illinois (Etats-Unis) pour réguler la fréquence du réseau électrique. Le système de stockage est composé de 11 containers de 1,8 MW, chacun équipé de batteries lithium-ion de type phosphate de fer lithié fabriquées par la société BYD America.
...............

Image
http://www.industrie-techno.com/stockag ... esla.42768

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Méthodes de stockage énergétique

Message par energy_isere » 09 mars 2016, 16:01

Le plus grand système de stockage au monde pour la régulation de fréquence

09 mars 2016 enerzine

L'entreprise Kokam a annoncé lundi avoir installé deux systèmes de stockage de l'énergie au Lithium Nickel Manganèse Cobalt (NMC), l'un de 24 MW / 9 MWh et l'autre de 16 MW / 6 MWh pour faire de la régulation de fréquence sur le réseau sud coréen.

Le système de 24 MW représenterait le plus gros système de stockage Lithium NMC utilisé pour de la régulation de fréquence au monde.

Opérationnels depuis janvier 2016, les deux nouveaux systèmes s'ajoutent au 16 MW / 5 MWh de lithium titanate oxyde (LTO) installés en aout 2015 par Kokam, et permettent ainsi au plus grand fournisseur d'électricité de Corée du Sud, Korea Electric Power Corporation (KEPCO) de disposer de 56 MW de stockage pour faire de la régulation de fréquence. Ces trois systèmes font partie du plus gros projet mondial de stockage pour la régulation de fréquence qui rassemblera un total de 500 MW de stockage sous forme de batteries lors son achèvement en 2017.
...............

Image

Image
détails : http://www.enerzine.com/14/19126+le-plu ... ence+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Méthodes de stockage énergétique

Message par energy_isere » 31 mars 2016, 20:57

Porto Rico : des batteries li-ion pour stabiliser la production PV

31 mars 2016 enerzine

Le groupe Saft a annoncé mercredi la signature d'un contrat avec la société Windmar pour la fourniture de trois systèmes batteries lithium-ion (Li-ion) Intensium® Max 20P de forte puissance.
Ces systèmes de stockage conteneurisés assureront la régulation du taux de fluctuation et la réponse en fréquence d'une installation photovoltaïque (PV) de 10 MW située à Porto Rico. Les solutions de batteries proposées par Saft garantissent plus de 10 années de fiabilité et permettront de stabiliser le réseau de l'île de Porto Rico tandis que le déploiement des sources d'énergies renouvelables se poursuit.
..............
...............
http://www.enerzine.com/1/19151+porto-r ... n-pv+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Méthodes de stockage énergétique

Message par energy_isere » 12 août 2016, 20:45

Une équipe de chercheur de Harvard voit des batteries à flux bon marché d' ici 10 ans. Ils recherchent dans les batteries avec des molécules quinones.

Cheap $100 per kilowatt grid scale flow batteries appear in the 2020-2025 timeframe

August 11, 2016 nextbigfuture

A Harvard team is addressing the challenges of grid storage by designing a flow battery based on inexpensive organic molecules in aqueous (water-based) electrolyte. The team has focused on non-toxic quinone molecules, which can be found in plants such as rhubarb, as an electroactive chemical that can reversibly store energy in a water-based solution at room temperature. The group employed theoretical and organic synthetic methods to evaluate hundreds of thousands of possible quinone-based chemicals that might offer the necessary electrochemical potential, solubility in water, and thermodynamic stability. The first demonstration of these systems, 2,7-anthraquinone disulfonic acid coupled to a bromine solution, has a reduction-oxidation window of 0.8 V. Details of this early, proof of concept battery were published in 2014
......................
http://www.nextbigfuture.com/2016/08/ch ... -flow.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Méthodes de stockage énergétique

Message par energy_isere » 27 août 2016, 21:34

Venteea, le plus gros projet de stockage et gestion intelligente d’électricité en France

mardi 26 juillet 2016 / Écrit par: La Rédaction lenergeek.com

projet_stockage_éolien_Venteea_enedis_photo_VenteeaInstallé depuis 2012 à Vendeuvre-sur-Barse dans l’Aube, le projet expérimental Venteea teste des outils de stockage de l’énergie éolienne uniques en France. Enedis (ex-ERDF), porteur du projet, a présenté au mois de juin dernier, à Troyes, les résultats de ces tests lui permettant d’intégrer au mieux l’énergie intermittente et aléatoire issue de la production éolienne, sur le réseau de distribution.

Stocker l’électricité pour mieux intégrer les énergies renouvelables
..............

A cela s’ajoute l’intégration et le pilotage sur le réseau de distribution d’une batterie électrochimique lithium-ion de grande capacité permettant de stocker 2 MW d’électricité, soit le plus gros système de stockage en fonctionnement en France actuellement.

Image
.................
http://lenergeek.com/2016/07/26/venteea ... en-france/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Méthodes de stockage énergétique

Message par energy_isere » 31 août 2016, 20:00

EDF remporte un contrat pour un stockage par batterie de 49 MW au Royaume-Uni

Anne-Katell Mousset Usine Nouvelle le 31/08/2016

La filiale EDF Energy Renewables de l’électricien français vient de remporter un contrat de plus de 15 millions d'euros portant sur un système de stockage par batterie d’une puissance de 49 MW

EDF Energy Renewables va construire une unité de stockage par batterie de 49 MW au Royaume-Uni. Ce contrat a été remporté dans le cadre de l’appel d’offres attribué par le National Grid. Les batteries seront installées sur le site de la centrale à gaz cycle combiné de West Burton dans le Nottinghamshire.

L’installation fera partie d’un système de régulation de la fréquence, d’une capacité totale de 201 MW , qui sera déployé dans tout le pays. Le stockage par batterie contribue au lissage de la production du réseau électrique, alors qu’une part de plus en plus forte de l’électricité britannique est issue des énergies renouvelables. Ces systèmes de stockage peuvent être activés sur le réseau électrique pour répondre rapidement aux fluctuations.

Dans le communiqué, Matthieu Hue, Directeur général d'EDF Energy Renewables, se félicite d’avoir remporté ce contrat : “L'essor d'un mix énergétique diversifié et orienté vers la décarbonation offre un bel avenir à la technologie de stockage par batterie”.

National Grid a accepté au total huit projets sur les 64 préqualifiés, dont celui d’EDF. Ces unités représenteront un total de 201 megawatts de stockage. Celle d’EDF sera la plus importante. L'électricien décroche avec ce projet un contrat de 12 millions de livres (15,7 millions d’euros). Parmi les autres entreprises sélectionnées on retrouve Vattenfall avec une unité de stockage de 22 MW ou encore E.ON (10 MW).
http://www.usinenouvelle.com/article/ed ... ni.N431267

Image
une installation d'EDF EN à base de batteries Li ion de 20 mégawatts (MW) dans le comté de McHenry, dans l’Illinois, aux États-Unis.

Répondre