Black-Out électrique

Discussions traitant des diverses sources d'énergie ainsi que de leur efficacité.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63326
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Black-Out électrique

Message par energy_isere » 27 déc. 2019, 00:32

Agen: plainte d'une clinique après une coupure de courant revendiquée par la CGT

AFP parue le 26 déc. 2019

Une clinique d'Agen a déposé plainte pour mise en danger de la vie d'autrui, affirmant avoir été affectée par une coupure d'électricité, revendiquée par la CGT Energie qui proteste contre la réforme des retraites, a-t-on appris jeudi auprès du parquet.

Cette même coupure sauvage avait également perturbé samedi le match de Top 14 de rugby entre Agen et Toulouse au stade Armandie, situé à proximité de la clinique Esquirol Saint-Hilaire.

Si le stade est resté plongé dans le noir pendant près d'un quart d'heure, la clinique disposait, elle, d'un groupe électrogène qui a rapidement pris le relais.

Il n'y a pas eu de conséquence physique directe pour les patients, a expliqué le parquet, qui précise que l'enquête en cours doit déterminer si les faits de mise en danger de la vie d'autrui sont caractérisés et identifier les auteurs de la coupure.

Cette action avait été revendiquée sur Twitter par la CGT Energie. "Énergéticiens en grève = pas de jus", avait écrit le syndicat. La CGT avait également dit avoir effectué une coupure sur un site du laboratoire pharmaceutique UPSA à Agen.

La CGT Energie a assumé la responsabilité de plusieurs coupures de courant, dans le cadre de la mobilisation sociale contre la réforme des retraites.

Les coupures sauvages sont expressément interdites par la loi et punies pénalement.

La ministre des Transport Elisabeth Borne a critiqué dimanche ce mode opératoire, évoquant "des choses très dangereuses" comme "des coupures dans des cliniques".

"Les responsables Enedis (gestionnaire du réseau d'électricité) déposent plainte systématiquement", a-t-elle assuré.
https://www.connaissancedesenergies.org ... cgt-191226

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8954
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Black-Out électrique

Message par kercoz » 27 déc. 2019, 11:59

On s'alarme plus de ces coupures "maitrisées" et réversibles rapidement, que de l' insuffisance calculée et criminelle de Enedis en terme d' entretien des lignes et de leur capacité à résister au moindre vent et à qqs chutes de neige. DE plus, l' utilisation calculée des coef de simultanéité et d' utilisation pour l' alimentation des lotissements nouveaux, sans recalcul des réseaux est courant et complètement frauduleux.
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Jeuf
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1257
Inscription : 01 janv. 2005, 18:08
Localisation : St Quentin en 78

Re: Black-Out électrique

Message par Jeuf » 27 déc. 2019, 13:47

DE plus, l' utilisation calculée des coef de simultanéité et d' utilisation pour l' alimentation des lotissements nouveaux, sans recalcul des réseaux est courant et complètement frauduleux.
bah faudrait que les gens arrêtent de faire des maison qui chauffent à l'électricité, quel gaspillage. C'est l'appel de puissance énorme pour le chauffage en hiver qui met à mal le réseau.
Et pour ceux qui ont déjà leur maison à l'électrique, un petit poele à granulé, à mettre an marche au moins et notament en période de grande froid, et voilà le réseau en bonne partie soulagé.
Un poêle de 8kW , toute installation comprise, coutera moins de 2000 euros. Une centrale à gaz, c'est bien au moins 6000 euros, et le gaz c'est le moins cher en investissement comme centrale électrique disponible à la demande.
Plus toute l'infrastructure pour distribuer l'électricité pour faire face à la pointe. Economiquement, c'est nul. Mais ce cout est réparti sur tous les kWh consommés, dommage que ça soit pas payé au vrai prix de la pointe.

Ah oui, il y a aussi le problème de construire des lotissements, donc participer à la croissance démographie et économique, donc aller dans le mur écologique.
Mais je vois rien de "criminel" dans tout ça. Plutôt du suicide collectif à long terme et c'est d'ailleurs une autre affaire.

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8954
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Black-Out électrique

Message par kercoz » 27 déc. 2019, 14:47

Les thermostats ne sont pas uniquement sur le chauffage,...aussi sur les frigos et les congélos . Dans mon coin, pour 2 jours de coupure et dépannage, il faut 3 jours supplémentaires de coupure pour certains secteurs du fait de la surcharge des lignes(coef d' usage et coef de simultanéité non respectés).
Le poele à granulé est, à mon sens stupide. Dépendance à l' élec si vis, au fournisseur du fait du conditionnement/ sèchage etc .. surcout du matos et du granulé ! Le bois buche en 1m à baissé cette année, revenu à 50 euros pour le chêne accacia, (sans trop chercher). Le poele on ne l' installe jamais ds la cheminée , sauf si période sous moins 10. Je viens de changer ma chaudière murale à gaz pour moins de 1500 euros ( basse temp etc)..... la complexité de l' électronique de la chaudière nous rend dépendant de l' eDF....les onduleurs ou les groupes ne couvrent pas forcément ( même pour une pompe de 100w !!)
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Jeuf
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1257
Inscription : 01 janv. 2005, 18:08
Localisation : St Quentin en 78

Re: Black-Out électrique

Message par Jeuf » 27 déc. 2019, 16:37

Le poele à granulé est, à mon sens stupide.
Beaucoup moins que le radiateur électrique en tout cas à mon sens.
Et ceux qui veulent être totalement autonomes peuvent en effet choisir un appareil de combustion de buche.

Le truc embétant c'est en effet que celui qui a un poele à granulé aura quand même une coupure en cas de pointe de demande à cause de tous les voisin qui ont des radiateurs électriques.

Même problème avec une chaudière gaz en tout cas :
Je viens de changer ma chaudière murale à gaz pour moins de 1500 euros ( basse temp etc)
aussi sur les frigos et les congélos . Dans mon coin, pour 2 jours de coupure et dépannage, il faut 3 jours supplémentaires de coupure pour certains secteurs du fait de la surcharge des lignes(coef d' usage et coef de simultanéité non respectés).
trois jours? à cause des congélo? alors c'est quoi la méthode? On dit aux gens de couper leur congélo pour qu'il ne démarrent pas tous en même temps, et de les rebrancher progressivement? sachant que c'est une fraction de seconde au démarrage où le compresseur consomme beaucoup de puissance, pas en mode normal.

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8954
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Black-Out électrique

Message par kercoz » 27 déc. 2019, 18:10

Jeuf a écrit :
27 déc. 2019, 16:37
sachant que c'est une fraction de seconde au démarrage où le compresseur consomme beaucoup de puissance, pas en mode normal.
Ce n'est pas uniquement le courant d'appel qui pose problème, mais ts les moteurs qui vont tourner une heure pour récupérer le froid, alors qu' en temps normal, le coef de simultanéité doit être inf à 10%.
J' ai passé qqs jours sans le courant. La cheminée était la bienvenue (foyer de 1,20 m) la cuisine était chauffée par des plaques à crèpe sur la cuisinière à gaz.
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63326
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Black-Out électrique

Message par energy_isere » 22 janv. 2020, 21:44

Coupures d'électricité sauvages: des syndicalistes en garde à vue, la CGT proteste

AFP•22/01/2020

Deux syndicalistes CGT de Dordogne ont passé mercredi plusieurs heures en garde à vue, soupçonnés d'avoir procédé à des coupures sauvages d'électricité contre la réforme des retraites, de quoi "jeter de l'huile sur le feu", a dénoncé leur leader Philippe Martinez, tandis que le gouvernement appelait au contraire à des sanctions.

Ces deux syndicalistes, agents d'Enedis (ex-ERDF), sont ressortis libres sans être poursuivis à ce stade, mais "l'enquête se poursuit", a indiqué à l'AFP le parquet de Périgueux. Ils contestent les faits. Leur interpellation puis leur garde à vue a été décidée dans le cadre d'une enquête pour "mise en danger de la vie d'autrui" après une coupure sauvage d'électricité, le 10 janvier dans une entreprise classée Seveso.

Coupure de courant mardi matin sur la zone d'Orly et de Rungis, mise à l'arrêt selon la CGT de la centrale de Grand'Maison (Isère), l'usine hydro-électrique la plus puissante de France... La multiplication de ces "black out" revendiqués par la CGT, et plus largement les nouvelles formes d'action après sept semaines de conflit, ont électrisé mercredi la classe politique qui s'écharpe sur les causes de cette "radicalisation" et sur la nécessité de sanctions.

"La conception de la négociation et de la discussion avec un mouvement de grève, c'est les gardes à vue. Je crois que ça, c'est jeter de l'huile sur le feu", a fustigé Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT lors d'un déplacement à la centrale nucléaire de Gravelines (Nord).

Sans surprise, le gouvernement, à l'instar du Premier ministre monté au créneau dès mardi, et la majorité demandent des sanctions judiciaires et condamnent des "coupures aveugles (...) très pénalisantes pour nos concitoyens, nos services publics, nos entreprises et qui peuvent être dangereux", a déclaré mercredi la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne au Sénat.

"Celui qui se rend coupable d'un acte illégal ou d'un acte de coupures sauvages d'électricité doit assumer ses responsabilités et ne peut pas les renvoyer à tel ou tel qui lui aurait soit demandé de le faire, soit qui justifierait qu'il commette un acte illégal", a renchéri Edouard Philippe devant les sénateurs.

La justice devra prochainement se pencher sur le cas d'un retraité et d'un salarié d'Enedis convoqués le 25 février devant le tribunal d'Orléans pour "tentative de dégradation d'un bien destiné à l'utilité publique en réunion" après une coupure sauvage dans le centre-ville le 9 janvier.

- "Echec d'une méthode" -
"On est en démocratie, on peut avoir des désaccords légitimes, ce qui est inadmissible, c'est de procéder à ce type de coupures d'électricité qui mettent en difficulté des services publics essentiels", critique le député et porte-parole de LREM Hervé Berville.

Jugeant le procédé "scandaleux", le ministre du Logement Julien Denormandie demande au "leader de la centrale", Philippe Martinez, de le "dénoncer clairement".

"En approuvant la dérive violente d'une partie de la CGT, Martinez fait clairement le jeu du gouvernement !", a tweeté Marine le Pen la présidente du RN.

Mais face au sacro-saint droit de grève, le consensus sur la sanction est loin d'être acquis, y compris dans la majorité.

"Je ne crois pas qu'il faille poursuivre" les auteurs, estime Yaël Braun-Pivet, présidente LREM de la commission des Lois. Jugeant ces modes d'action violente "contreproductifs", elle relève qu'"on ne peut pas faire la sourde oreille aux revendications de cette partie de la population".

Quant à l'opposition, si une partie, notamment à droite, condamne aussi ces actions, elle renvoie dos-à-dos protestataires et gouvernement quant à la responsabilité de cette "radicalisation".

"C'est aussi l'échec d'une méthode politique qui est celle d'Emmanuel Macron", a estimé le numéro trois des Républicains, Aurélien Pradié.

Ségolène Royal condamne mais critique elle aussi "les pompiers pyromanes" du gouvernement qui "mènent des politiques injustes, provocatrices".

"Cette forme de radicalisation du mouvement est inéluctable dès lors que le gouvernement entend passer par la force", a jugé le numéro 2 de LFI Adrien Quatennens.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 33480eb2a1

Répondre