Difficultés énergétiques au Royaume Uni

Discussions traitant des diverses sources d'énergie ainsi que de leur efficacité.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58624
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Difficultés énergétiques au Royaume Uni

Message par energy_isere » 17 févr. 2018, 20:48

Les émissions de SO2 en UK on baissé de 97 % depuis 1970 à cause du déclin du charbon thermique !
Coal Plant Closures Drive U.K. Air Pollution to Record Lows

By Jeremy Hodges 15 février 2018 à

Sulphur dioxide emissions fell 29% between 2015 and 2016

Britain’s transition to a low-carbon economy has driven levels of toxic air pollutants to record lows in 2016, largely because coal-fired power stations have either closed down or been converted to biomass plants.

Sulphur dioxide emissions fell by 29 percent in 2016 compared with the previous year, compounding a 97 percent drop since 1970. Nitrogen oxide levels declined 10 percent over the same time period, according to the latest statistics from the Department for Environment, Food and Rural Affairs.

.....
U.K. coal power generation has been in decline since 2008 thanks to stricter European legislation and the government’s promise to completely phase it out by 2025. The government has also pledged to end the sale of conventional new diesel and petrol cars by 2040 and they’ll publish a clean-air strategy later this year that will go into more detail about their plan to tackle air pollution.
voir la courbe d' émission du SO2 depuis 1970 à nos jours : https://www.bloomberg.com/news/articles ... ecord-lows

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58624
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Difficultés énergétiques au Royaume Uni

Message par energy_isere » 17 mai 2018, 17:05

Londres propose 15,3 milliards d'euros à Hitachi pour du nucléaire

Le 17/05/2018 INFOS REUTERS TOKYO

Le gouvernement britannique propose une assistance financière équivalente à 2.000 milliards de yens (15,3 milliards d'euros) à une filiale d'Hitachi afin qu'elle construise des réacteurs nucléaires au Pays-de-Galles, rapporte l'agence Kyodo jeudi.

Des réacteurs anciens fournissent plus de 20% de l'électricité en Grande-Bregtagne mais la moitié de ces capacités disparaîtront d'ici 2025, ce qui pousse Londres à vouloir de nouvelles centrales.

Le gouvernement propose des prêts et d'autres ressources financières à Horizon Nuclear Power (HNP) afin de couvrir une bonne partie du coût du projet Wylfa Newydd, ajoute Kyodo, citant une source proche du dossier.

"C'est discussions sont sensibles d'un point de vue commercial et elles sont en cours; nous n'avons rien d'autre à dire pour le moment", a dit à Reuters un porte-parole du ministère britannique de la stratégie industrielle, de l'énergie et des entreprises.

Hitachi pourrait décider dès cette semaine s'il accepte cette aide, poursuit Kyodo.

Un porte-parole de Hitachi s'est abstenu de tout commentaire.

Londres recherche de nouveaux moyens de financement de son futur parc nucléaire en raison des critiques essuyées après l'octroi à EDF en 2016 du chantier Hinkley Point, le premier du genre dans le nucléaire en Grande-Bretagne depuis 20 ans.

HNP compte construire des capacités nucléaires de 5,4 gigawatts au moins réparties sur deux sites, Wylfa Newydd au Pays-de-Galles et Oldbury-on-Severn en Angleterre.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... re.N694864

energy_isere a supprimé le message publié par energy_isere le 01 juil. 2018, 12:34.
Afficher le message.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58624
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Difficultés énergétiques au Royaume Uni

Message par energy_isere » 23 juil. 2018, 21:48

Le Royaume Uni en panne séche de vent !
UK wind drought drastically reducing turbine energy production

By: Kay Vandette on 07.20.2018
................
https://www.earth.com/news/uk-wind-drou ... ne-energy/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58624
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Difficultés énergétiques au Royaume Uni

Message par energy_isere » 01 août 2018, 15:20

L'allemand E.on supprime 500 emplois au Royaume-Uni


01/08/2018 Londres (awp/afp)

Le fournisseur d'énergie allemand E.on a annoncé mercredi la suppression de 500 emplois au Royaume-Uni, en raison de la vive concurrence et du prochain plafonnement des prix dans le pays.

Ces réductions d'emplois, qui concerneront essentiellement des postes administratifs, représentent un peu plus de 5% des effectifs totaux du groupe qui s'élèvent à 9.400 dans le pays.

E.on a engagé des discussions avec les syndicats et espèrent que ces départs se feront le plus possible sur la base du volontariat. L'objectif est de réaliser à terme des économies d'environ 100 millions de livres.

Le groupe évoque dans un communiqué un marché de l'énergie britannique qui évolue à une grande vitesse et qui devient de plus en plus concurrentiel.

Le marché britannique est dominé par six grands groupes, à savoir British Gas, SSE, l'allemand E.On, le français EDF Energy, Scottish Power (qui appartient à l'espagnol Iberdrola) et Npower (filiale de l'allemand Innogy), lesquels font face désormais à l'émergence de nouveaux acteurs qui rognent leurs parts de marché.

E.on est le troisième acteur dans le pays avec une part de marché de 13%, derrière British Gas (20%) et SSE (14%), selon les chiffres portant sur le premier trimestre 2018 et publiés en juillet par le régulateur britannique de l'énergie Ofgem.

"Clairement il y a de nombreux défis sur le marché de l'énergie auxquels nous faisons face et dont la limitation à venir des prix n'est pas le moindre", explique Michael Lewis, directeur général de E.on pour le Royaume-Uni, cité dans le communiqué.

Le gouvernement britannique entend fixer à partir de l'hiver prochain et pour les prochaines années un plafond au prix de l'énergie payé par les consommateurs afin de soutenir le pouvoir d'achat des ménages.

La féroce concurrence et le plafonnement des tarifs ont poussé la plupart des entreprises à réagir, à l'image de la fusion en cours entre SSE et Npower qui pourrait donner naissance à la première compagnie d'électricité du Royaume-Uni mais qui fait l'objet d'une enquête approfondie de l'autorité britannique de la concurrence.

De son côté, le numéro un britannique Centrica (propriétaire de British Gas), avait annoncé en février la suppression de 4.000 emplois d'ici à 2020 soit plus de 10% de sa main d'oeuvre, sur fond de perte de clients et de mauvais résultats.
https://www.zonebourse.com/E-ON-3818998 ... -27036150/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58624
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Difficultés énergétiques au Royaume Uni

Message par energy_isere » 08 nov. 2018, 08:32

En lien avec ce post de ce jour sur Toshiba http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopi ... 2#p2274582

Le projet de centrale nucléaire de Moorside va certainement tomber à l'eau suite à l'abandon inéluctable de NuGen filiale nucleaire de Toshiba en UK.
L'idée de transférer au coréen Kepco n'a par ailleurs pas abouti.
Japan's Toshiba to withdraw from UK nuclear power project

08 nov 2018
Japan's Toshiba is set to wind up NuGen, its UK-based nuclear arm, after efforts to offload the business failed.

NuGen was behind the development of the Moorside nuclear power station project in Cumbria, in north-west England.

Toshiba's move will put a dent in the UK's plans to develop new nuclear power stations as it continues efforts to move to a low carbon economy.

The Japanese firm said in a statement that it would start the wind-up process in January 2019.

"After considering the additional costs entailed in continuing to operate NuGen, Toshiba recognises that the economically rational decision is to withdraw from the UK nuclear power plant construction project, and has resolved to take steps to wind-up NuGen," the Toshiba statement said.

Korea Electric Power Corporation (Kepco) had been a preferred bidder to take over the nuclear power plant project - but those talks fell through after more than a year of negotiations.

Toshiba said it expected to record a consolidated loss before taxes of about 15bn Japanese yen ($131.8m; £100.5m) over the move.

GMB, a UK trade union with more than 631,000 members, said the "looming collapse" of Moorside had been "depressingly predictable".

In September NuGen announced it was reducing its team at the Moorside plant from more than 100 to fewer than 40 - leading to speculation the plant's development was in jeopardy.

NuGen was initially co-owned by Toshiba and the French firm Engie. Toshiba was subsequently forced to buy the remaining 40% of NuGen it did not already own via a bankruptcy condition related to Engie.
https://www.bbc.com/news/business-46122255

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58624
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Difficultés énergétiques au Royaume Uni

Message par energy_isere » 02 déc. 2018, 19:29

Le Royaume uni à battu 2 fois son record de production éolien en novembre.

D'abord 14.5 GW le 9 nov, puis 14.9 GW le 29 nov
Overall on Wednesday wind generated 32.2 percent of the country's electricity more than any other electricity source.
https://energy.economictimes.indiatimes ... d/66890397

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58624
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Difficultés énergétiques au Royaume Uni

Message par energy_isere » 11 janv. 2019, 09:07

Le géant industriel japonais Hitachi va décider la semaine prochaine la suspension de son projet de construction de réacteurs nucléaires en Grande-Bretagne, trop difficile à financer, rapporte vendredi le quotidien économique Nikkei.
https://www.connaissancedesenergies.org ... e-190111-0

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58624
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Difficultés énergétiques au Royaume Uni

Message par energy_isere » 17 janv. 2019, 20:33

Hitachi gèle son projet de centrale nucléaire en Grande-Bretagne

Publié le 17/01/2019 par Makiko Yamazaki et Nina Chestney
TOKYO/LONDRES (Reuters)

Le groupe japonais Hitachi a annoncé jeudi le gel de son projet de construction d'une centrale nucléaire en Grande-Bretagne, un chantier de 3.000 milliards de yens (24 milliards d'euros), portant un coup dur au projet de renouvellement du parc vieillissant des centrales britanniques.

Cette décision intervient au surlendemain du rejet par la Chambre des Communes de l'accord de sortie de l'Union européenne négocié pendant de longs mois par la Première ministre britannique Theresa May. Le Brexit doit intervenir le 29 mars.

Horizon Nuclear Power, filiale d'Hitachi, n'est pas parvenue à trouver des investisseurs privés pour contribuer au financement de ce projet de centrale à Anglesey, au Pays de Galles, censée fournir 6% de l'électricité britannique.

"Nous avons pris la décision de geler ce projet du point de vue économique en tant que société privée", déclare Hitachi dans un communiqué, ajoutant avoir inscrit une charge de 300 milliards de yens dans ses comptes.

Hitachi avait pressé le gouvernement britannique d'augmenter sa participation financière au projet afin de rassurer les investisseurs mais les bouleversements provoqués par la sortie imminente du pays de l'Union européenne ont limité la capacité de ce dernier à élaborer des plans, avaient précédemment rapporté des sources au fait du dossier.

Hitachi avait misé sur une prise de participation, à hauteur d'un tiers chacun, d'un groupe d'investisseurs japonais et du gouvernement britannique, avaient indiqué ces sources, le tiers restant étant financé sur des fonds propres et par la dette.

"Il est maintenant clair qu'il faut plus de temps pour mettre en place une structure financière pour le projet Horizon ainsi que pour créer les conditions nécessaires à la construction et à l'exploitation de centrales nucléaires", a déclaré Hitachi.

Après le rejet de l'accord sur le Brexit par les députés, le Royaume-Uni cherche à savoir comment il peut quitter l'Union européenne.


TROUVER DE NOUVEAUX MODÈLES DE FINANCEMENT

Le gouvernement britannique a déclaré n'être pas parvenu à un accord avec Hitachi. Il a réaffirmé son attachement au renouvellement du parc nucléaire et à la recherche de nouveaux modèles de financement pour de futurs projets. Un point sera fait cet été.

Londres veut remplacer les réacteurs vieillissants et les centrales à charbon polluantes, censées fermer dans les années 2020, mais les coûts élevés ont entravé la construction de nouveaux sites.

Ainsi, le chantier de Hinkley Point C situé dans le sud-ouest de l'Angleterre, dirigé par EDF et le chinois China General Nuclear Power, a pâti de retards et de dépassements de budget.

Toshiba, autre groupe japonais, a renoncé à son projet de centrale nucléaire britannique NuGen l'année dernière, après la mise en faillite de sa division nucléaire américaine Westinghouse.

Horizon Nuclear Power a annoncé qu'il prendrait des mesures pour réduire sa présence à Anglesey, tout en maintenant la possibilité de reprendre le développement à l'avenir.

Hitachi a par ailleurs déclaré jeudi ne pas exclure à l'avenir la vente de sa division nucléaire en Grande-Bretagne.
https://www.usinenouvelle.com/article/h ... ne.N794374

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58624
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Difficultés énergétiques au Royaume Uni

Message par energy_isere » 24 janv. 2019, 23:08

Hitachi demande à Londres de nationaliser son projet nucléaire

AFP le 24 janv. 2019

Le président de Hitachi a prévenu jeudi qu'une nationalisation de son projet nucléaire au Royaume-Uni était la seule solution pour permettre à ce projet gelé de démarrer, a rapporté le groupe de presse Nikkei. "La seule voie, c'est la nationalisation" par les autorités britanniques afin que le projet soit lancé, a expliqué Hiroaki Nakanishi devant des journalistes en marge du Forum économique mondial à Davos.

Le géant industriel japonais a annoncé le 17 janvier la suspension de son projet de construire deux réacteurs nucléaires à Anglesey, dans le nord du Pays de Galles. Cette centrale devait disposer d'une puissance de près de 3 gigawatts, assurant 6% des besoins actuels en électricité du pays.

Cette décision a marqué les esprits car le projet était ardemment désiré par les autorités britanniques dans le cadre de leur stratégie de renouvellement du parc nucléaire. À peine quelques mois auparavant, de surcroît, un autre industriel japonais, Toshiba, avait renoncé à construire une centrale nucléaire de 3,8 gigawatts en Cumbrie (nord-ouest de l'Angleterre).

M. Nakanishi a pourtant assuré que le gouvernement britannique avait montré "un grand soutien" au projet de Hitachi dans les ultimes discussions de ces derniers mois, que ce soit sur la répartition du capital de la centrale ou sur les financements possibles des travaux. Mais, d'après le Nikkei, Londres n'a pu se résoudre à aller jusqu'à nationaliser le projet, en raison de changements qui auraient été nécessaires sur le plan légal.

Le président de Hitachi a aussi souligné que son groupe avait toujours envisagé sa participation au projet comme "un fournisseur, pas un opérateur de centrale", ce qui signifie que le géant japonais avait toujours dit avoir besoin d'un partenaire stratégique qu'il n'a pas trouvé. Hitachi a enregistré une dépréciation d'actifs de 300 milliards de yens (2,4 milliards d'euros) après cette suspension.

Les ambitions de Hitachi et Toshiba sur une voie de garage, le nombre de projets nucléaires au Royaume-Uni s'est singulièrement réduit, alors que l'objectif de Londres était de maintenir à terme la part du nucléaire, qui représente aujourd'hui 20% de la production d'électricité du pays - les centrales mises en service à partir de la fin des années 1950 arrivant en fin de vie.

La seule centrale nucléaire en cours de construction est celle de Hinkley Point C, dans le sud-ouest de l'Angleterre, avec le français EDF comme maître d'oeuvre et le chinois CGN comme partenaire pour construire deux réacteurs de type EPR. Deux autres projets sont à un stade moins avancé, celui de Sizewell dans le Suffolk (est) avec deux EPR prévus, porté par EDF et le chinois CGN, ainsi que celui de Bradwell dans l'Essex (sud-est), 100% chinois.
https://www.connaissancedesenergies.org ... sse-190124

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9807
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Difficultés énergétiques au Royaume Uni

Message par mobar » 27 janv. 2019, 19:59

Le japonais Hitachi abandonne son projet de construction de deux réacteurs au Royaume-Uni, faute de partenaires financiers.

Sale temps pour le Royaume-Uni, décidément. Deux jours après le rejet par la Chambre des communes de l’accord sur le Brexit signé avec l’Union européenne, le japonais Hitachi a annoncé, jeudi 17 janvier, l’abandon de son projet de construction de deux réacteurs au pays de Galles. Officiellement, il ne s’agit que d’un gel, mais le groupe va déjà passer une provision pour charges de 2,4 milliards d’euros. Hitachi n’a pas pu boucler un tour de table, évalué à 24 milliards d’euros, pour une centrale de 3 000 MW censée fournir 6 % des besoins électriques du pays.

Cette affaire rappelle la démission fracassante du directeur financier d’EDF Thomas Piquemal, en mars 2016, expliquant n’avoir pas réussi à trouver des investisseurs pour financer le projet de deux réacteurs à Hinkley Point. « Personne n’acceptait de prendre le risque EPR », hormis la Chine, expliquait-il. De fait, six mois plus tard, l’électricien français annonçait le lancement du chantier à 21 milliards d’euros (22,2 milliards aujourd’hui), dont un tiers mis par l’électricien chinois CGN.

EDF se lance dans l’aventure d’Hinkley Point

Décarboner l’électricité

En 2017, Toshiba, un autre japonais, avait lui aussi jeté l’éponge. Il devait construire trois réacteurs AP1000 dans le nord-ouest de l’Angleterre, un projet dans lequel Engie avait été associé avant de se retirer.

Ces défections en cascade sont inquiétantes pour le gouvernement de Theresa May, qui poursuit la politique de relance du nucléaire menée par ses prédécesseurs. Il faut faire vite. Les réacteurs aujourd’hui en service arrivent en fin de vie (sur les 15, un seul tournera encore en 2030) et les centrales à charbon doivent bientôt fermer. Soucieuses de décarboner l’électricité, les autorités veulent maintenir à 20 % la part de l’atome civil.

Une affaire purement chinoise

Avec Hitachi, le gouvernement britannique était pourtant prêt à faire des efforts. Il promettait de prendre un tiers des parts, de garantir la dette et de racheter l’électricité produite à 75 livres (85 €) par méga­watt-heure (MWh). Mais cela n’a pas suffi à rassurer les investisseurs japonais pressentis. Pour mémoire, EDF avait obtenu un prix de rachat de 92,5 livres (104,5 €), un niveau qui a suscité beaucoup de critiques, alors que d’autres énergies gagnent en compétitivité, comme l’éolien en mer, où les prix sont tombés en dessous de 50 € le MWh.

Théoriquement, le premier des deux EPR de Hinkley Point devrait entrer en service fin 2025. D’ici là, EDF pourrait lancer la construction de deux réacteurs à Sizewell. Son partenaire CGN est partant, mais il faut encore négocier avec le gouvernement un prix garanti. Ensuite, le nucléaire britannique devrait devenir une affaire purement chinoise, avec les projets de deux réacteurs Hualong de CGN.
https://www.la-croix.com/Economie/Econo ... 1200996898
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58624
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Difficultés énergétiques au Royaume Uni

Message par energy_isere » 09 févr. 2019, 18:44

Fermeture de la centrale à charbon de Cottam d'une capacité de 2 GW prévue le 30 septembre prochain.
La centrale avait été mise en service en 1969.

Il reste désormais 7 centrales à charbon en UK.
One of UK's last coal power stations to close due to rising costs
Closure of Cottam plant in Nottinghamshire likely to lead to more than 150 job cuts


EDF Energy said more than 150 jobs were likely to be cut due to the closure of the Cottam plant in north Nottinghamshire on 30 September.

The power station was no longer economically viable, the company said. Cottam has been hit by the costs of working to European environmental standards and the failure to secure a contract for payments supply backup power after September.

The UK government has pledged to end coal power generation in the UK by 2025 to meet its climate change commitments.

Just seven years ago, coal was a cornerstone of the energy system, providing more than 40% of electricity, but a series of closures in the face of poor economics have led to it tumbling to 5% last year. The most recent plant to shut was Eggborough in Yorkshire last year.

Gas and renewables have taken up the slack, as new windfarms have been connected to the grid.

Cottam started operating in 1969 and is capable of powering around 3.7m homes, though in recent years it will have been operating well below its maximum capacity.

EDF Energy, which bought the 2GW plant in 2000, said Cottam had performed well beyond its original 30-year lifespan due to investment and upgrades. But it said the closure was not a surprise.

“There has been an aspiration to move away from coal for a long time now and we have prepared thoroughly for the closure,” said Andy Powell, Cottam’s plant manager.

However, unions said they had been led to believe the plant would not be wound down until 2025.
https://www.theguardian.com/environment ... -a-century

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58624
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Difficultés énergétiques au Royaume Uni

Message par energy_isere » 13 mars 2019, 07:57

La production de pétrole en mer du Nord UK va encore décroître en 2019.
De 980 000 b/j en 2018 ça devrait baisser à 940 000 b/j en 2019.
UK Oil Production Set For Decline

By Irina Slav - Mar 12, 2019

Crude oil production in the UK will decline this year to 940,000 bpd from last year’s 980,000 bpd, the Oil and Gas Authority said in a new report, adding that output will continue to decline in the next five years as well, reaching 760,000 bpd in 2024.

Capital expenditure in the period will also decline substantially, the energy industry authority said. This year, it is seen at US$6.76 billion (5.2 billion pounds), falling to US$4.55 billion (3.5 billion pounds) in 2021 and US$3.31 billion (2.55 billion pounds) in 2024.

Still, despite the negative trend, the Oil and Gas Authority has updated its long-term production projection to 2050. Now, the authority expects the cumulative output of oil and gas for the period between 2015 and 2050 to be 3.9 billion barrels of oil equivalent higher than it projected in March 2015 and 200 million barrels of oil equivalent higher than OGA’s September 2018 projection.

The increase in cumulative production will be the result of lower operating costs, which will combine with enhanced efficiency in oil and gas recovery in the North Sea, OGA said. New field development will also help this increase. In 2015-2050, according to these projections, the UK will have produced 11.9 billion barrels of oil and gas.

Interestingly enough, the decline in production will come just a year after output—including crude oil and natural gas liquids—hit a seven-year high of 1.09 million bpd, thanks, the OGA said, to the launch of 30 new fields since 2015 along with better asset integrity and more enhanced oil recovery projects at legacy fields.

Operating costs have been falling over the last three years but are on their way up. As of last year, these averaged US$15.07 (11.6 pounds) but are set to rise to US$15.98 (12.3 pounds) this year and reach US$16.76 (12.9 pounds) per barrel in 2024.

By Irina Slav for Oilprice.com

https://oilprice.com/Latest-Energy-News ... cline.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58624
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Difficultés énergétiques au Royaume Uni

Message par energy_isere » 20 mars 2019, 02:24

Les importations de LNG au plus haut depuis 2015 en UK.
UK’s LNG Imports Jump To Highest Since 2015

By Tsvetana Paraskova - Mar 19, 2019

The UK is on track to import this month its highest volume of liquefied natural gas (LNG) since October 2015, as a wave of new global LNG supply and muted winter demand and low spot prices in Asia are boosting flows of the fuel to Europe.

As many as 14 cargoes of LNG are set to arrive in the UK in March, Reuters reports, citing shipping data from Refinitiv Eikon. The surge in LNG imports has pushed down wholesale gas prices in Britain to their lowest in 18 months, according to Reuters data.
.......
https://oilprice.com/Latest-Energy-News ... -2015.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58624
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Difficultés énergétiques au Royaume Uni

Message par energy_isere » 30 mars 2019, 11:10

L'Angleterre va ouvrir une nouvelle mine de charbon

23 mars 2019

Le conseil du comté de Cumbria a donné son feu vert le 19 mars à une nouvelle mine de charbon sous-marine le long du littoral, la première en Grande-Bretagne depuis 30 ans. Cette décision contraire aux aux efforts du Royaume-Uni pour réduire les émissions de CO2 a été soutenue à l’unanimité, toutes tendances politiques confondues, par les travaillistes, conservateurs et libéraux-démocrates, qui ont déclaré que cela créerait des emplois vitaux dans la région. Le combustible fossile sera traité dans une usine située à proximité.

Le comté de Cumbria est une région essentiellement rurale du nord-ouest de l’Angleterre, très vaste, et parmi les moins densément peuplés d’Angleterre.

La semaine dernière, le député conservateur de Copeland, Trudy Harrison, a approuvé « sans réserve » le projet de mine sous-marine, vantant les nouveaux emplois et l’investissement « énorme » qu’il apporterait à la région. Le secrétaire au commerce international Liam Fox a également apporté son soutien au projet.

Le promoteur, West Cumbria Mining Limited, a déclaré que le site traiterait 2,5 millions de tonnes de charbon à coke par an pour les aciéries britannique et européenne, remplaçant ainsi les importations des États-Unis, du Canada, de la Russie et de la Colombie.

Pour atténuer une partie de l’impact de la centrale sur l’environnement, les propriétaires ont convenu d’un contrat pour une centrale solaire de 50 mégawatts située à proximité, qui fournirait environ un tiers des besoins en énergie du projet.

Source : E.S. avec The Guardian
https://reporterre.net/L-Angleterre-va- ... de-charbon

https://www.theguardian.com/environment ... e-protests

Répondre