GDF-SUEZ maintenant ENGIE

Discussions traitant des diverses sources d'énergie ainsi que de leur efficacité.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62212
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Naissance, et vie de GDF-SUEZ

Message par energy_isere » 02 mai 2016, 21:34

Gaz : Engie doit stopper sa guerre des prix

LE MONDE ECONOMIE | 02.05.2016 Par Denis Cosnard


Carton rouge pour Engie, l’ex-GDF Suez. Suspecté de mener une guerre des prix dévastatrice et de vendre à perte une partie de son gaz, le numéro un français du secteur se voit sévèrement rappelé à l’ordre. Dans une décision rendue lundi 2 mai, l’Autorité de la concurrence somme le groupe détenu en partie par l’Etat de mettre fin à ces pratiques.

Engie devra désormais fixer le prix de ses offres destinées aux entreprises de telle sorte qu’il couvre tous ses coûts. Une mesure prise à titre conservatoire en attendant une décision de fond ultérieure. « Les pratiques d’Engie constituent un comportement récent auquel il convient de mettre fin avant que le dommage qu’elles causent prenne encore plus d’ampleur », explique le gendarme de la concurrence pour justifier cette procédure d’urgence.

Sérieux revers

La décision constitue un sérieux revers pour Engie, qui tient, ce mardi 3 mai, une importante assemblée générale, marquée par la nomination d’une nouvelle dirigeante, Isabelle Kocher, désormais numéro un du groupe à la place de Gérard Mestrallet.


Tout est parti d’une plainte de Direct Energie, un petit concurrent d’Engie. Cette entreprise contrôlée par les hommes d’affaires Jacques Veyrat et Stéphane Courbit espérait profiter de la fin annoncée des tarifs réglementés du gaz pour monter fortement en puissance sur ce marché. Elle a dû déchanter, comme les autres nouveaux venus. Car Engie, qui intègre l’ex-monopole Gaz de France, a mis en place une politique tarifaire agressive afin de ne pas perdre de clients.


Une stratégie particulièrement efficace sur le marché très disputé des entreprises. Depuis octobre 2014, Engie et accessoirement les autres acteurs historiques (Gaz de Bordeaux…) ont réussi à gagner 120 000 clients de ce type en leur proposant des offres de marché attractives. Dans le même temps, les fournisseurs alternatifs n’ont gagné que 55 000 sites équivalents.

Une saine concurrence, qui fait baisser les prix au profit des consommateurs ? Pas vraiment, affirme Direct Energie, qui a saisi l’Autorité de la concurrence en octobre 2015. Selon ses dirigeants, Engie a opté pour une stratégie tarifaire « agressive et fidélisante » et décidé de sacrifier provisoirement ses profits, afin de « préempter la clientèle », d’« empêcher ses concurrents d’acquérir l’échelle minimale d’efficacité nécessaire » et de « dissuader les nouveaux entrants potentiels d’[arriver] sur le marché ».

Des prix en dessous des coûts de long terme


L’enquête entamée par les services de Bruno Lasserre, le président de l’Autorité, a plutôt apporté de l’eau au moulin de Direct Energie. Elle montre, à ce stade, qu’Engie a effectivement baissé ses prix, quitte à ne pas couvrir tous ses coûts. Lors des discussions avec l’Autorité, les responsables d’Engie ont d’ailleurs reconnu que, depuis juillet 2014, le prix qu’ils proposaient aux entreprises dans le cadre d’offres individualisées se situait en « zone grise », c’est-à-dire en dessous des coûts de long terme.

L’Autorité de la concurrence a en particulier passé au peigne fin les 50 plus gros appels d’offres remportés par Engie sur la période 2013-2015. Dans plus de 80 % des cas, les prix sur la table ne devraient pas permettre au groupe de gagner d’argent.

Dans ces conditions, tout en écartant une partie des demandes de Direct Energie, l’Autorité lui a donné raison sur l’essentiel. Suspectant une politique tarifaire destinée avant tout à évincer des concurrents, l’institution a imposé à Engie de respecter différentes mesures, « afin que les prix de ses offres reflètent mieux la réalité de ses coûts ».

L’Autorité veut en effet empêcher un scénario dans lequel les rivaux d’Engie seraient écartés, un « appauvrissement du paysage concurrentiel » qui, à terme, pèserait « sur les prix d’approvisionnement en énergie de toutes les entreprises ». Elle rendra, dans plusieurs mois, une décision au fond sur ce dossier.
http://www.lemonde.fr/economie/article/ ... _3234.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62212
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Naissance, et vie de GDF-SUEZ

Message par energy_isere » 03 mai 2016, 21:16

Isabelle Kocher devient DG d'Engie, et seule dirigeante du CAC 40

03 Mai 2016

Le mandat d'administratrice de Mme Kocher, 49 ans, a été renouvelé pour quatre ans à la quasi-unanimité mardi, lors de l'assemblée générale des actionnaires du groupe détenu à environ 33% par l'Etat.

Puis, le groupe a confirmé dans un communiqué que son conseil d'administration l'avait nommée au poste de directeur général.

"C'est une étape majeure dans la vie de notre groupe, elle sera la seule femme DG d'un groupe du CAC 40", a déclaré le PDG Gérard Mestrallet, qui sera prolongé pour deux ans comme président non exécutif du groupe à la faveur d'une dissociation des fonctions de gouvernance et d'une modification de la limite d'âge.

..................
http://lexpansion.lexpress.fr/actualite ... 88874.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62212
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Naissance, et vie de GDF-SUEZ

Message par energy_isere » 11 mai 2016, 21:51

Après Total, c’est au tour d’Engie de s’emparer d’un spécialiste des batteries

Ludovic Dupin Usine Nouvelle le 11/05/2016

Engie acquiert la majorité du capital du spécialiste du stockage Green Charge Networks. Cette opération vise à renforcer les offres d’Engie sur le marché nord-américain.

En tout début de semaine, Total annonçait une OPA amicale sur le fabricant de batteries Saft, une bonne opération pour prendre pied sur le marché en pleine explosion du stockage d’électricité. Ce mercredi 11 mai, Engie emboîte le pas en annonçant avoir acquis 80 % de l’entreprise californienne Green Charge Networks, spécialisée dans le stockage sur batteries.

Cette société américaine a développé des solutions de stockage intelligent à destination du secteur privé, des municipalités et des écoles. Fondée en 2009, elle affiche "un portefeuille de projets de stockage sur batteries de 48 MWh, déployés ou en construction sur plus de 150 sites (aux Etats-Unis)" indique Engie dans un communiqué.

Une assise financière pour Green Charge

"Avec Green Charge, Engie acquiert dès aujourd’hui une position forte sur le marché en pleine expansion du stockage sur batteries aux États-Unis et étend son offre de solutions de gestion de charge sur les sites de ses clients (…). Les solutions offertes par l’entreprise, en "batterie seule" ou en "énergie solaire + batterie", complètent idéalement notre offre existante", assure Isabelle Kocher, directrice générale d'Engie, dans un communiqué qui rappelle que l’énergéticien français est présent dans les 50 Etats américains.

Jusqu’à maintenant, la présence d’Engie dans le stockage était limitée principalement à la Corse, où sa filiale Cofely a inauguré, en octobre dernier, une centrale photovoltaïque de 4,4 MW associée à une capacité de stockage. Par ailleurs, le 1er mars 2016, Engie et le suisse Susi avaient signé un protocole d’accord afin de promouvoir des projets de stockage d’énergie électrique à grande échelle.

De son côté, Vic Shao, le PDG de Green Charge se réjouit : "Cette acquisition signifie que (nous aurons) la solidité financière, l'échelle et les ressources à travers le monde pour continuer sur notre lancée dans le secteur émergent du stockage d’énergie, et de fournir un service et un soutien de classe mondiale à nos clients et partenaires".
http://www.usinenouvelle.com/article/ap ... es.N390927

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62212
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Naissance, et vie de GDF-SUEZ

Message par energy_isere » 13 mai 2016, 16:25

Engie s'apprête à accélérer dans les renouvelables en France

Manuel Moragues Usine Nouvelle le 13/05/2016

Gwénaëlle Huet, la directrice générale de l'activité énergies renouvelables d'Engie en France, détaille ses ambitions. Elle veut accélérer encore plus que ce que prévoit la programmation pluriannuelle des investissements du gouvernement.

Engie veut devenir leader de la transition énergétique. Y compris en France. Gwénaëlle Huet, la directrice générale de l'activité énergies renouvelables d'Engie en France, veut "accélérer encore plus que ce que prévoit la programmation pluriannuelle des investissements (PPI)". Publiée fin avril par le gouvernement, cette PPI vise notamment un doublement du parc éolien et un triplement du parc solaire d'ici à 2023.

En déplacement près d'Auxerre jeudi 12 mai pour inaugurer l'un des plus grands parcs éoliens de sa filiale, La Compagnie du vent (lire l'encadré), Gwénaëlle Huet a détaillé aux journalistes qui l'accompagnaient la future montée en puissance d'Engie dans les énergies renouvelables (EnR) en France. Le groupe affiche déjà 6 000 mégawatts (MW) d'EnR installés dans l'Hexagone, dont 3 800 MW dans l'hydroélectricité, 1 550 MW dans l'éolien et 200 MW dans le solaire auxquels s'ajoutent les 400 MW de Solairedirect, racheté l'été dernier. De quoi revendiquer la place de numéro 1 en France dans le solaire et dans l'éolien et celle de numéro 2 dans l'hydroélectricité, derrière EDF.

Présentation d'un plan d'accélération à Isabelle Kocher le 26 mai

"Nos ambitions étaient de mettre en service 2 000 MW d'EnR d'ici à 2021 en France", rappelle la dirigeante. Soit un rythme d'installation devenu bien poussif comparé à la dynamique de la PPI, que le groupe veut dépasser. "Je prépare un plan de déploiement accéléré que je présenterai à Isabelle Kocher [la nouvelle directrice générale d'Engie, NDLR] le 26 mai", explique Gwénaëlle Huet. Engie pourra s'appuyer sur un volume de projets dans les tuyaux déjà important. "En ne comptabilisant que les projets qui sont certains d'aboutir, nous disposons déjà de 2 000 MW d'éolien et 700 MW de solaire à installer d'ici à 2021", précise la dirigeante. Engie affiche 21 500 MW de capacités de production d'électricité renouvelable dans le monde, soit 18,3% de son parc de production total.
13 ans de développement pour le parc éolien de l'Auxerrois

13 ans pour développer et construire un parc ! Le parc éolien de l'Auxerrois, situé sur les communes de Quenne et de Chitry-le-Fort, dans l'Yonne, illustre le casse-tête auquel les développeurs de projets éoliens sont bien souvent confrontés. La Compagnie du vent a commencé à développer le projet en 2003. En 2006, le permis est refusé par la préfecture malgré le soutien des élus locaux et des habitants. "Nous avons présenté une pétition signée par 150 personnes, raconte Michel Pouillot, le maire de Quenne. La Compagnie du vent attaque ce refus en justice, perd, fait appel puis gagne : le permis est accordé en 2012. Mais elle doit encore batailler avec la Défense qui voit d'un mauvais oeil le passage à des rotors plus grands (100 mètres au lieu de 90 m) voulu par la Compagnie du vent alors que le parc est sur un couloir aérien entre deux zones d'entraînement… Aujourd'hui, les 16 éoliennes Vestas de 2 MW pièce tournent enfin. Elles produiront environ 80 000 MWh par an, soit presque l'équivalent de la consommation de la population d'Auxerre.
http://www.usinenouvelle.com/article/en ... ce.N391252

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62212
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Naissance, et vie de GDF-SUEZ

Message par energy_isere » 28 mai 2016, 12:10

Engie envisage de céder ou fermer sa centrale au charbon d'Hazelwood en Australie

AFP paru le 25 mai 2016
http://www.connaissancedesenergies.org/ ... e-160525-0

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62212
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Naissance, et vie de GDF-SUEZ

Message par energy_isere » 07 juin 2016, 22:04

Transformation d'Engie: 950 suppressions de postes déjà annoncées

le 07.06.2016

Engie (ex-GDF Suez) a confirmé mardi que son ambition stratégique de devenir le chef de file de la transition énergétique s'accompagnerait de suppressions de postes, chiffrées pour ce qui a été annoncé officiellement à 950 pour l'instant par les syndicats.

«Dans le cadre de notre plan de transformation en trois ans, il y a un certain nombre d'activités auxquelles on va renoncer (...). Forcément, cela va engendrer des suppressions de postes», a indiqué une porte-parole d'Engie à l'AFP, sans confirmer les chiffres cités par La Lettre de l'Expansion, jugés «exagérés».

La publication hebdomadaire a affirmé lundi que le groupe prévoyait de supprimer 450 postes en Europe au sein de son activité d'exploration-production de pétrole et de gaz, avant de s'en désengager totalement. L'ex-GDF-Suez compterait également supprimer 600 postes dans les centres d'appels, 200 postes informatiques et une centaine de postes de traders.

..................
http://www.20minutes.fr/economie/186061 ... ons-postes

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62212
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Naissance, et vie de GDF-SUEZ

Message par energy_isere » 07 juil. 2016, 16:22

"Nous allons doubler notre capacité éolienne et solaire en France", annonce Gwenaëlle Huet, à la tête de l’activité renouvelables d’Engie en France

Manuel Moragues Usine Nouvelle le 07/07/2016

Entretien
Gwenaëlle Huet, directrice générale de l'activité énergies renouvelables d'Engie en France, a présenté fin mai son projet d’accélération à Isabelle Kocher, directrice générale d’Engie. Elle détaille aujourd’hui à L’Usine nouvelle les nouveaux objectifs du groupe en matière d’installations photovoltaïques et éoliennes en France. A la clé, notamment, une multiplication par 2,5 du rythme de déploiement dans le solaire.

L'Usine Nouvelle - Quels sont vos nouveaux objectifs en matière d’énergies renouvelables en France ?

Gwenaëlle Huet - Le plan de déploiement qu’Isabelle Kocher [directrice générale d’Engie, NDLR] a validé prévoit que nous allons plus que doubler notre capacité éolienne et solaire installée en France d’ici à 2021, de 2,1 gigawatts (GW) à fin 2015 à 5,2 GW. Plus précisément, nos capacités dans le solaire devraient passer de 0,6 GW fin 2015 à 1,2 GW en 2018 et 2,2 GW en 2021. Cela revient à multiplier notre rythme de développement de projets par 2,5 environ. Dans l’éolien, l’accélération sera moindre (+30% environ) vu les plus longs temps de développement. Nous visons 2,2 GW installés en 2018 et 3 GW en 2021, contre 1,5 GW à fin 2015.

Sur quoi basez-vous ces objectifs ?

Tout d’abord sur la trajectoire fixée par le gouvernement à travers La PPI [programmation pluriannuelle des investissements, NDLR] pour les énergies renouvelables et la PPE [programmation pluriannuelle de l’énergie, NDLR]. Il s’agit d’objectifs ambitieux puisqu’il s’agit, d’ici à 2023, de tripler la capacité solaire, à 18 à 20 GW, et de doubler la capacité éolienne, à 22 à 26 GW. Mais c’est parfaitement à la portée de la France. Il n’y a qu’à regarder nos voisins qui sont autrement plus avancés. En 2015, l’Allemagne a installé 6 GW d’éolien. C’est plus de la moitié de tout le parc français ! Et la Pologne a installé 20% de plus d’éolien que nous…

Les ONG comme Greenpeace estiment que la PPE prévoit une baisse trop faible du nucléaire, qui ne laisserait pas assez de place aux renouvelables. Cela vous inquiète-t-il ?

Non, ce qui nous semble important, c’est la trajectoire fixée par les énergies renouvelables et l’assurance qu’on la suivra. Le respect de cette trajectoire est garanti pour le solaire par le système d’appels d’offres programmés, avec 6 fois 500 mégawatts prévus, dont 3 GW en trois ans. Dans l’éolien, on devrait passer aux appels d’offres au 1er janvier 2019. Il nous faudra là aussi un mécanisme de contrôle pour corriger la trajectoire si elle diverge par rapport aux objectifs.

Comment comptez-vous atteindre vos objectifs ?

Nous accélérons grâce à l’intégration de deux acquisitions-clés, celle de Solairedirect en 2015 et à la montée à 100% du capital de Maïa Eolis en 2016. Nous utilisons le modèle compétitif de Solairedirect en en faisant une plateforme de développement du solaire pour le groupe dans le monde. Nous travaillons à la fusion de Maïa Eolis avec notre filiale Futures Energies. L’idée est d’unifier nos équipes pour les renforcer et accélérer le développement des projets, par exemple dans la recherche de terrains disponibles pour le solaire ou l’éolien ou encore par la maintenance en interne des parcs éoliens.

Combien comptez-vous investir pour développer ces capacités ?

Cela dépendra de nos partenariats. Nous avons ainsi un accord avec Predica, filiale de Crédit Agricole Assurances, depuis deux ans sur le refinancement de certains nos parcs éoliens. Les projets de Futures Energies et Maïa Eolis sont, une fois construits, systématiquement cédés à une co-entreprise 50/50 que nous avons avec Predica. Le marché est très intéressé par les actifs d’énergie renouvelable. Cela nous aide à être compétitif et à développer plus et plus vite.
http://www.usinenouvelle.com/article/no ... ce.N401607

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62212
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Naissance, et vie de GDF-SUEZ

Message par energy_isere » 23 juil. 2016, 12:42

Engie envisage la cession de plusieurs actifs dans le segment amont, dont certains en Afrique (Bloomberg)

Agence Ecofin 21 juillet 2016

Le groupe Engie (ex-GDF Suez) serait en train de préparer la cession de certains de ses actifs en Afrique et en Europe, a annoncé Bloomberg, citant des sources proches du processus, mais ayant requis l'anonymat. Les pays concernés sont entre autres, la Grande Bretagne, la Norvège, mais aussi l'Egypte ou encore l’Algérie, explique l'information.

Au Cameroun, le groupe a déjà annoncé le gel de la phase de développement du projet d'unité flottante de liquéfaction de gaz naturel. Comme on peut l’observer à travers le monde, les conditions du marché ne sont pas favorables au développement de grands projets de liquéfaction de GNL.

Engie a indiqué en début d'année, une réduction de ses actifs de près de 16,5 milliards $ et de ses coûts de près d'un milliard d'euros. Les segments concernés sont ceux de l'exploration production de gaz, qui souffre actuellement d'un niveau élevé de l'offre mondiale, avec pour effet une baisse des prix. Par ailleurs, un porte-parole du groupe avait fait savoir que migrer vers des énergies moins polluantes nécessite de se libérer des portefeuilles d'exploration et de production d'hydrocarbures.

Les spéculations préliminaires estiment la valeur totale des actifs à céder à près 4 milliards $. Une position qui ne fait pas l'unanimité car le marché actuel et futur du gaz naturel est extrêmement tendu. De grandes firmes de private equity comme Blackstone, qui possède déjà des actifs dans les hydrocarbures avec Kosmos Energy, ou Carlyle Group, un autre capital investisseur américain, sont annoncés comme potentiels repreneurs, même si aucune des deux firmes n'a confirmé l'information.
http://www.agenceecofin.com/compagnies/ ... -bloomberg

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62212
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Naissance, et vie de GDF-SUEZ

Message par energy_isere » 19 sept. 2016, 15:11

Engie dans le collimateur de Bruxelles pour des avantages fiscaux

AFP le 19/09/2016

Bruxelles soupçonne le groupe énergétique Engie, dont l'Etat français possède un tiers du capital, d'avoir organisé "deux montages" financiers pour échapper en partie à l'impôt au Luxembourg, avec la complicité du Grand-Duché. La Commission européenne a ouvert une "enquête approfondie".


"La Commission craint que plusieurs décisions fiscales anticipatives émises par le Luxembourg aient potentiellement conféré à GDF Suez (devenu entre temps Engie, ndlr) un avantage injustifié par rapport à d'autres sociétés, en violation des règles de l'UE relatives aux aides d'État", a-t-elle expliqué lundi dans un communiqué.

Cette enquête vise, plus précisément, des accords fiscaux passés "depuis septembre 2008" par le Luxembourg avec GDF Suez, à propos de deux transactions financières menées en 2009 et en 2011 à l'intérieur du groupe.

"Il semble qu'une part significative des bénéfices enregistrés par GDF Suez au Luxembourg par l'intermédiaire de ces deux montages ne soit pas imposée du tout", constate la Commission. "Si cela devait se confirmer, cela voudrait dire que GDF Suez a bénéficié d’une aide d'État illégale", conclut-elle.

Contacté par l'AFP, le groupe énergétique dit "prendre note" de l'ouverture de la procédure, qui "ne préjuge en rien de la décision finale".

"Engie s'engage à coopérer pleinement avec la Commission", ajoute le groupe, présent au Luxembourg depuis 1933, où il emploie plus de 300 personnes, mais où il ne communique pas son chiffre d'affaires.

...............
"Une même entreprise ne peut pas gagner sur les deux tableaux pour une seule et même transaction", a commenté la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, citée dans le communiqué.
..................
http://www.boursorama.com/actualites/en ... 7fd789f721

La même Margrethe Vestager qui a Apple en ligne de mire pour son trop peu d' impôts en Europe.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62212
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Naissance, et vie de GDF-SUEZ

Message par energy_isere » 30 sept. 2016, 14:56

Engie : le « Global Energy » en vente, craintes pour l’emploi

le 29/09/2016 lemarin.fr

Engie, qui fait le ménage dans ses activités, a décidé de se séparer de l’un de ses trois méthaniers français, le GDF Suez Global Energy, actuellement en arrêt technique au Chantier naval de Marseille.

Le GDF Suez Global Energy est visible sur des annonces de courtiers.

En raison d’un différend sur le prix et de l’abondance de GNL sur le marché qui donne l’avantage aux acheteurs, la Sonatrach algérienne et Engie n’ont pas renouvelé comme prévu en 2016 leur contrat historique. Conséquence : ce méthanier medmax adapté aux dimensions du terminal méthanier de Fos-Cavaou n’a pas transporté de gaz depuis décembre. Le terminal lui-même est menacé car Elengy, filiale d’Engie, a renoncé à le moderniser. Sans être désarmé, le GDF Suez Global Energy a été immobilisé à partir de fin janvier en rade du Havre puis en Espagne avant d’arriver à Marseille.

Image
.................
http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... ur-lemploi

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62212
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Naissance, et vie de GDF-SUEZ

Message par energy_isere » 01 oct. 2016, 21:21

Engie va approvisionner la Chine en gaz naturel liquéfié

27/09/2016

L'énergéticien français vient d'être choisi par Beijing Gas Group pour sécuriser l'approvisionnement en gaz naturel de la capitale chinoise au cours de l'hiver prochain.


Engie (ex-GDF Suez) s’impose une nouvelle fois en Chine. Le groupe français a annoncé mardi 27 septembre avoir signé un important contrat avec Beijing Gas Group, moins d’un an après la dernière collaboration entre les deux entreprises. Au terme d’un appel d’offres lancé par l’énergéticien chinois, l’entreprise dirigée par Isabelle Kocher va fournir, entre novembre 2016 et février 2017, dix cargaisons de gaz naturel liquéfié (GNL) soit 900 millions de mètres cubes de gaz naturel.

Beijing Gas Group recevra les volumes de GNL au terminal gazier de Caofeidian, situé dans le nord de la Chine, où le combustible sera stocké puis regazéifié avant d’être acheminé jusqu’au réseau de distribution de la capitale chinoise. Outre la livraison de gaz naturel liquéfié, l’offre d’Engie inclut "la mise à disposition de stockage flottant" dans le but de "permettre à BGG d’optimiser la couverture de ses besoins".

Dans un communiqué, Engie estime que ce contrat représente "une avancée importante pour Pékin en termes de fiabilité de l'approvisionnement en gaz et de réduction de l'impact sur l'environnement", l'usage du gaz remplaçant progressivement en Chine celui -très polluant- du charbon.

Le montant de la transaction conclue entre les deux énergéticiens n'a pas été révélé. Selon Le Figaro, ce marché aurait été négocié entre 200 et 300 millions d'euros.
http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise ... 41591.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62212
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Naissance, et vie de GDF-SUEZ

Message par energy_isere » 24 oct. 2016, 13:57

Charbon : Engie fermera sa centrale d'Hazelwood en Australie

Par latribune.fr 24/10/2016,

Faute d'acheteur, "un accord de principe" sur la fermeture du site a été conclu "lors d'un séminaire réunissant les membres du conseil d'administration et du Comex, les 19 et 20 octobre", rapporte la presse. La centrale devra être démantelée et le site remis en état.

Alors que le gouvernement français vient de faire un pas en arrière dans sa politique de découragement des énergies fossiles, en abandonnant le projet de taxer dès l'année prochaine la production d'électricité à partir du charbon, Engie (ex-GDF Suez) avance pour sa part dans sa stratégie d'anticipation de la transition énergétique. Les dirigeants de l'énergéticien ont finalement décidé de fermer la centrale au charbon d'Hazelwood en Australie, une installation particulièrement polluante, affirmait dimanche 24 octobre le journal Les Echos. Le groupe, qui détient 72% de la centrale, avait indiqué en mai qu'il étudiait les divers scénarios possibles pour cette infrastructure.

Un milliard d'euros pour le démantèlement

Faute d'acheteur, "un accord de principe" sur sa fermeture a été conclu "lors d'un séminaire réunissant les membres du conseil d'administration et du Comex (comité exécutif, NDLR), les 19 et 20 octobre", écrit le journal économique sur son site internet.

"Engie doit encore attendre que son partenaire dans la centrale, le japonais Mitsui qui en détient 28%, ait lui-même obtenu l'accord formel de ses actionnaires", ajoutent Les Echos.

La centrale devra être démantelée et le site remis en état. Les Echos, citant "plusieurs sources au fait du dossier", évoquent la somme d'un milliard d'euros pour ces opérations. Contacté par l'AFP, Engie assure de son côté qu'"aucune décision n'a été prise à ce stade".

Une ancienne centrale de International Power

La centrale au charbon d'Hazelwood est entrée dans le périmètre d'activités d'Engie lors du rachat du producteur d'électricité britannique International Power en 2010. Elle avait notamment fait parler d'elle lors d'un incendie qui avait fait rage pendant plusieurs semaines dans la mine à ciel ouvert attenante qui l'alimente, enveloppant la petite ville voisine de Morwell (14.000 habitants) d'une épaisse fumée noire.
L'énergéticien français a indiqué en octobre 2015 qu'il renonçait à investir dans de nouveaux projets de production d'électricité à base de charbon, énergie fossile la plus polluante. Il a aussi prévu 15 milliards d'euros de cessions d'actifs sur trois ans dans le cadre de son ambition de se concentrer sur les énergies bas carbone.
http://www.latribune.fr/entreprises-fin ... 10443.html


Image
La centrale à charbon d’Hazelwood (Australie), en 2013. CARLA GOTTGENS/GETTY IMAGES

La page Wikipédia en Anglais donne une puissance de 1600 MWelectrique, en 8 unités.
Construite entre 1964 et 1971.
Génère 16 millions de t de CO2 chaque année !
La centrale utilise du lignite local. (Brown coal)

https://en.wikipedia.org/wiki/Hazelwood_Power_Station

Pour le moment Engie n' a pas dévoilé de calendrier de fermeture, j' imagine qu' ils vont pas tout fermer brutalement d'un coup. Je pense que ça va prendre quelques années.
Et puis il faudra bien réorganiser le réseau électrique de toute la région, car 1600 MW c'est pas anodin.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62212
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Naissance, et vie de GDF-SUEZ

Message par energy_isere » 24 oct. 2016, 21:00

energy_isere a écrit : Pour le moment Engie n' a pas dévoilé de calendrier de fermeture, ......
Normal, ENGIE dément l' information. :idea:
Engie dément la fermeture de sa centrale à charbon d’Hazelwood

le 24/10/2016

Engie dément une information des Echos selon laquelle la décision de fermer la centrale à charbon d'Hazelwood a déjà été prise. Cette centrale, située à l'est de Melbourne, en Australie, est considérée par les associations environnementales comme l'une des plus polluantes au monde.
http://www.usinenouvelle.com/article/en ... od.N454252

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62212
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Naissance, et vie de GDF-SUEZ

Message par energy_isere » 26 oct. 2016, 20:59

energy_isere a écrit :
Pour le moment Engie n' a pas dévoilé de calendrier de fermeture (de Hazelwwod), j' imagine qu' ils vont pas tout fermer brutalement d'un coup. Je pense que ça va prendre quelques années.
Et puis il faudra bien réorganiser le réseau électrique de toute la région, car 1600 MW c'est pas anodin.
et ben voila, quand ça tombe de la bouche de Isabelle Kocher : ;)
......
Isabelle Kocher, directrice générale d’Engie, a engagé une revue de l’ensemble des actifs charbon de l’entreprise, activité dans laquelle elle a décidé de ne plus développer de nouveaux projets. "Depuis le début de l’année, un tiers de nos capacités ont été vendues ou fermées", assure la dirigeante. L’ensemble de la revue du parc sera réalisée d’ici fin 2018. Le principal dossier en cours concerne la centrale à charbon d’Hazelwood en Australie. Cette unité géante de 1740 MW couplée à une mine à ciel ouvert peine à trouver un repreneur. Mais la fermeture unilatérale n’est pas aisée pour Engie qui compte un demi-million de clients en Australie et pour l'Etat de Victoria qui a besoin de cette ressource énergétique
http://www.usinenouvelle.com/article/po ... le.N455797

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62212
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Naissance, et vie de GDF-SUEZ

Message par energy_isere » 03 nov. 2016, 19:44

et alors finalement pour Hazelwood :
Engie annonce la fermeture de sa centrale à charbon d’Hazelwood

Léna Corot le 03/11/2016

La centrale à charbon d’Hazelwood, située à l’est de Melbourne, en Australie, est considérée comme l’une des plus polluantes au monde par les associations environnementales. Engie confirme ce jeudi la fermeture de cette centrale et de la mine attenante.

La centrale à charbon d’Hazelwood, considérée comme l’une des plus polluantes au monde par des associations environnementales, va fermer. Engie annonce ce jeudi la fermeture effective de cette centrale située près de Melbourne, en Australie, et de la mine attenante pour fin mars 2017.

La centrale d’Hazelwood, en fonctionnement depuis les années 60, produit 5,4% de l’électricité en Australie. Elle emploie actuellement 750 personnes dont 450 employés d’Engie et 300 sous-traitants. Engie affirme qu’après l’arrêt de la production jusqu’à 250 personnes continueront à travailler sur le site à la préparation de son démantèlement et à la réhabilitation de la mine. Isabelle Kocher, directeur général d’Engie, précise : "Nous nous engageons à accompagner nos salariés et à travailler dès maintenant sur la réhabilitation du site, en étroite coopération avec l’ensemble de nos parties prenantes".

Depuis quelques temps, la centrale d’Hazelwood fait face à des conditions de marché difficiles, justifie Engie dans un communiqué : les prix de l’électricité baissent et l’Etat de Victoria, où est située la centrale, connait une surcapacité de production.

Engie se concentre sur les projets bas carbone

Surtout, cette fermeture s’inscrit dans la stratégie d’Engie de sortie progressive de ses actifs charbons de son portefeuille. Engie, qui a récupéré cette centrale en 2010 lors de l’achat d’International Power, a déjà annoncé qu’elle en considérait la fermeture comme une partie de ce plan. Le groupe vise à se concentrer uniquement sur des projets bas carbone pour la production d’électricité, dans les renouvelables et le gaz naturel.

En 2016, Engie a déjà procédé à des fermetures ou ventes d’actifs charbons portant sur plus de 5GW. Le groupe précise, dans un communiqué, réfléchir à la mise en vente de deux de ses actifs de production d’électricité en Australie : la centrale charbon de Loy Yang B et la centrale gaz de Kwinana.

Reste à connaître le coût de ce démantèlement. Les Echos, sans préciser la source, affirmait fin octobre que la fermeture de cette centrale coûterait 1 milliard d’euros.
http://www.usinenouvelle.com/article/en ... od.N458787

Répondre