Politique Etats-Unienne de l' énergie

Discussions traitant des diverses sources d'énergie ainsi que de leur efficacité.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5189
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par Raminagrobis » 13 févr. 2015, 20:59

lien

La production d'électricité des USA semble avoir piqué en 2006 !
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par energy_isere » 06 avr. 2015, 12:50

Obama annonce l' objectif de former 75 000 travailleurs pour l' industrie du solaire d'ici 2020.
Obama promotes expansion of solar energy

April 4, 2015 evwind


President Obama at Hill Air Force Base in Utah, where he announced a new goal of training 75,000 workers for the solar energy industry by 2020.
Image


President Obama launch a new initiative to expand the nation’s solar industry workforce during a visit to Utah’s Hill Air Force Base on Friday, seeking to gain support for his economic agenda in a heavily-Republican state.

The Energy Department will seek to train 75,000 people — including veterans — to enter the solar workforce by 2020, increasing the goal it set in May 2014 by 25,000.
................
http://www.evwind.es/2015/04/04/obama-p ... ergy/51359

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par energy_isere » 15 mai 2015, 20:31

La compagnie Duke Energy (une des plus grande compagnie energétique des USA) écope d'une amende de 102 millions de $ pour pollution de l' environnement (le Clean Water Act) avec des cendres de charbon thermique.

L'un des chef d'inculpation est un déversement géant de 39 000 tonnes de cendres dans la riviére Dan (Caroline du Nord).

Duke Energy pleads guilty to coal ash pollution charges, to pay $102 million

Cecilia Jamasmie | May 15, 2015

Duke Energy, the U.S. largest electrical utility, has pleaded guilty to nine criminal violations of the Clean Water Act for polluting four major rivers with coal ash and for failing to properly maintain equipment at a number of power plants in its home state of North Carolina.

According to a statement from the Environment Protection Agency (EPA), the company, who also agreed to pay $102 million in fines and restitution, is currently appealing a $25.1 million penalty levied by the state Department of Environment and Natural Resources in March over alleged groundwater contamination from coal ash at the company’s Sutton Plant.

Four of the nine criminal violations stemmed from a massive coal-ash spill in February last year, at the Charlotte-based company’s Dan River Steam Station in Eden, N.C. The spill sent up to 39,000 tons of coal ash and millions of gallons of coal-ash wastewater into the Dan River, spreading 62 miles to the Virginia border, becoming the third-largest coal ash spill in U.S. history.

Image
Duke Energy’s Dan River Steam Station.

Besides the hefty fine, the firm has been placed on five years of probation for environmental crimes.

Environmentalists had complained for years that Duke was polluting waterways and groundwater with coal ash.

The company, which currently faces several civil lawsuits filed by green groups, released a statement in response to the sentencing Thursday, saying it would use “the Dan River incident as an opportunity to set a new, industry-leading standard for the management of coal ash.”

Coal ash is the by-product of burning coal for industrial power generation and contains concentrated amounts of toxic metals such as arsenic, lead, mercury and selenium, as well as aluminum, barium, boron, and chlorine and varying amounts of radioactive uranium, thorium and potassium.

The toxins have been linked to cancer, heart damage, lung disease, respiratory distress, kidney disease, reproductive problems, gastrointestinal illness, birth defects, impaired bone growth in children and behavioural problems, according to waste assessments done by the EPA.
http://www.mining.com/duke-energy-plead ... 2-million/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par energy_isere » 17 mai 2015, 13:09

Hawaii impose 100 % de l' électricité renouvelable en 2045.

Avec un point de passage à 30% en 2020.
Actuellement ils en sont à 22%.

Hawaii Lawmakers Pass Nation’s First 100% Renewable Energy Requirement

May 11, 2015 evwind

Hawaii lawmakers voted 74-2 this week to pass the nation’s first 100% renewable energy requirement. The measure, House Bill 623, makes Hawaii a global leader in renewable energy policy by requiring that 100% of the islands’ electricity must be generated from renewable energy resources–such as wind energy, solar power, and geothermal energy-no later than 2045.

“Hawaii lawmakers made history passing this legislation–not only for the islands, but for the planet,” said Jeff Mikulina, Executive Director of the Blue Planet Foundation.

The measure, if enacted by Governor David Ige, would make Hawaii the first state in the nation with such a 100% renewable energy standard. Blue Planet Foundation, whose mission is to clear the path for 100% renewable energy, praised the move.

“Passage of this measure is a historic step towards a fossil fuel free Hawaii,” said Mikulina. “This visionary policy is a promise to future generations that their lives will be powered not by climate-changing fossil fuel, but by clean, local, and sustainable sources of energy.”
..................

House Bill 623 also increases the interim requirement to 30% renewable by 2020. Last year, Hawaii generated about 22% of its electricity from renewable resources.
........................
http://www.evwind.es/2015/05/11/hawaii- ... ment/52004

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par energy_isere » 12 juil. 2015, 12:51

Le DOE (Departmernt of Energy) va subventionner 18 millions de $ pour 6 projets dans les biocarburants d' algues.
$18 Million Algae Biofuel Blast From US Energy Department

July 10th, 2015

The six new algae biofuel projects represent a range of different approaches to bringing down costs.

Duke University will get up to $5.2 million to head up MAGIC, the Marine Algae Industrialization Consortium. The partners, including the University of Hawaii, Cornell University, and Cellana, will develop value-added products such as nutritional compounds for people and poultry.

If Cellana rings a bell, the company first crossed our radar back in 2010 when it was developing algae-based cattle feed. At the time, Shell (as in Royal Dutch Shell) was involved, but apparently it kissed off algae when oil prices began to fall.

Global Algae Innovations, Inc., will get up to $1 million for a project that involves spiking algae yield with carbon dioxide, courtesy of industrial flue gas from a nearby power plant (a variation on that theme is already at work by the company LanzaTech, which uses microbes to produce fuels and other petrochemical equivalents).

The Global Algae project piggybacks carbon capture with algae cultivation, and another new project at Arizona State University will take a similar approach. The school will get up to $1 million to develop a system based on atmospheric carbon dioxide capture.

Two other projects, at the University of California–San Diego and Lawrence Livermore National Laboratory, will make somewhat less interesting but equally valuable contributions relating to the prevention of disease and unwelcome infestations, for a total of up to $1.76 million.
http://cleantechnica.com/2015/07/10/18- ... epartment/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par energy_isere » 09 oct. 2015, 14:49

Californie : 50% d'électricité de source renouvelable d'ici 2030

90 Oct 2015 enerzine

Dans l'objectif de lutter d'une façon optimale contre les changements climatiques, la Californie vient d'adopter une loi stipulant que la moitié de son électricité proviendra à l'avenir d'énergies renouvelables à l'horizon 2030.

"Un avenir sans carbone, voilà la raison pour laquelle nous sommes ici", a affirmé le gouverneur Jerry Brown, lors de la cérémonie de signature à Los Angeles. "Ce que nous faisons ici est très important, notamment pour les familles défavorisées".

Dans son discours inaugural cette année, le gouverneur Jerry Brown s'était engagé à réduire la consommation de pétrole dans les voitures et les camions de plus de 50% au cours des 15 prochaines années ; à produire des combustibles "plus propres" ; de réduire les émissions de méthane, la suie et d'autres polluants émis par le secteur industriel ; de gérer les forêts et les zones humides afin qu'elles puissent stocker davantage de carbone.

Au final, les éléments en lien avec les hydrocarbures ont été supprimés de la version finale. "Je suis déçu que le passage sur le pétrole ait disparu", a déclaré l'auteur du texte de loi, le sénateur Kevin de Leon. "Mais deux mesures, traitant de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables, sont ambitieuses et sont les plus avancées que l'on ait dans le monde", a-t-il ajouté. Le texte de loi prévoit aussi un doublement de l'efficience énergétique dans les bâtiments d'ici 2030.

Le gouverneur a également signé un pacte limitant l'augmentation de la température moyenne mondiale à moins de 2 degrés Celsius - le seuil de réchauffement au cours duquel les scientifiques indiquent qu'il y aura probablement de grands dérèglements climatiques.

A ce jour, un total de 42 juridictions représentant 19 pays sur les cinq continents ont signé ou approuvé le protocole d'accord "en dessous de 2°C". Globalement, cela représente plus de 13 000 milliards de dollars en PIB et environ 463 millions de personnes.
http://www.enerzine.com/14/18763+califo ... 2030+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par energy_isere » 02 janv. 2016, 20:55

Le Congrès américain veut relancer le solaire et l’éolien

19 décembre 2015 / Écrit par: Jacques Mirat lenergeek

Le Congrès américain vient de voter une extension au crédit d’impôt dédié au solaire et à l’éolien lors du compromis budgétaire pour 2016. Une mesure qui devrait permettre aux Etats-Unis de réduire de 32% des émissions de gaz à effet de serre liés à la production d’électricité d’ici 2030.

Lors de la COP21, le secrétaire d’Etat John Kerry avait affirmé : « Si on fait les bons choix, les énergies vertes ne sont pas qu’une solution climatique mais aussi une opportunité économique comme on n’en a jamais vue. Les énergies bas carbone sont le moyen le plus sûr et le moins cher de produire de l’énergie ». Une déclaration qui n’a pas été oubliée par le Congrès lors de l’adoption de la grande loi budgétaire 2016.

En effet, les élus américains viennent de décider l’extension du crédit d’impôt pour le développement des énergies renouvelables. Le même jour « l’action de SolarCity, la plus grosse entreprise de panneaux solaires du pays, a gagné près de 35% ». En contrepartie de cette mesure, les démocrates ont annoncé la levée de l’interdiction faite aux compagnies pétrolières américaines d’exporter leur production.
http://lenergeek.com/2015/12/19/le-cong ... t-leolien/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par energy_isere » 02 févr. 2016, 17:39

Aux USA la production d'électricité à base de charbon s'effondre, et la quantité de charbon demandée pour faire cette électricité est à un plus bas depuis 45 ans.
En Novembre le charbon ne faisait plus que 29% de la génération électrique des USA.
En 2015 la production électrique à partir du Gaz a dépassé celle à partir du charbon.

U.S. coal for electricity plummets to 45-year low

Coal-fired power plants produced just 29 percent of electricity in November

The amount of coal used for electricity generation in the United States has sunk to a 45-year low. In 1970, the last year that the percentage of coal use compared to other energy inputs like natural gas, nuclear, wind and solar energy was this paltry, President Richard Nixon was in his second year of office, Blood, Sweat and Tears won the Grammy for Album of the Year, and Midnight Cowboy became the only X-rated film to win Best Picture at the Academy Awards.

According to the Energy Information Administration (EIA), coal-fired power plants produced just 29 percent of U.S. electricity in November, compared to 35 percent last July and 39 percent for all of 2014. “Coal generation is about as low as it’s ever been,” EIA analyst Glenn McGrath told Climate Central, in a story carried by Scientific American. “It’s never been that low for a particular month.”

A graph from the EIA shows coal power generation dipping below 100 million megawatt hours on a monthly basis, with the trend line dropping steadily since 2007. In comparison electricity from natural gas, a substitute fuel for utilities, increased during the same time period, as shale gas production in the U.S. ramped up, causing prices to fall. The EIA shows coal consumption dropped 24 percent between November 2014 and November 2015, while natural gas use increased 21 percent.

In 2015, for the first time in U.S. history, power plants running on natural gas produced more electricity than those running on coal. Older coal power plants are being retired due to the high cost of meeting environmental regulations being trumpeted by the Obama Administration. But according to McGrath, the Administration's climate change plan bears less blame for coal's demise than economics.

“The Clean Power Plan hasn’t even hit [utilities] yet,” McGrath was quoted saying. “Gas is just dirt cheap, it’s that simple. It’s probably unprecedented to see, on a Btu (British thermal unit) basis, to see gas undercut coal. Gas has been taking coal’s share away for a while.”

According to the EIA, at the start of the gas fracking boom, natural gas prices were at $13 per million Btu, then fell to $2/MBtu, before jumping again in 2014. Prices have since fallen again, reaching a bottom of $1.68 in December, as a warm U.S. winter has crimped demand and failed to draw down inventories that have been in storage since the summer
http://www.mining.com/u-s-coal-for-electricity/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par energy_isere » 06 mars 2016, 12:52

L'état de l' Oregon décide d' aller sur 50% d' energie renouvelable et de virer le charbon des centrales thermiques.
Oregon decides to go 50 percent renewable energy

March 4, 2016 evwind

Yesterday, the Oregon state senate approved a bill that would increase Oregon’s renewable energy portfolio standard (RPS) to 50 percent, while phasing coal out of the state’s electricity mix. Having already passed the house, the bill will now be sent to Gov. Kate Brown, who is expected to sign it into law.

The measure firmly establishes Oregon as a renewable energy leader. Vermont, California and Hawaii are the only other states with renewable energy requirements of 50 percent or higher, and Oregon is the first state to officially ban coal via legislative action.

The new law, called the Clean Electricity and Coal Transition plan, is also particularly noteworthy because of the diversity of the coalition that supported it. Oregon’s two largest utilities were in favor of the bill, along with business groups, community organizations and environmental advocates. Supporters as varied as Pacific Power and the Sierra Club all advocated for the bill, recognizing the initiative was the in the best interests of all Oregonians.
.................
http://www.evwind.es/2016/03/04/55565/55565

article un peu foireux qui ne donne pas de dates. :-k

il faut chercher ailleurs :
et donc c'est élimination du charbon en 2030 et 50% ENR en 2040
Oregon lawmakers have given final approval to pioneering legislation that will eliminate coal from the state's energy supply by 2030 and provide half of customers' power with renewable sources by 2040.

The measure passed by the Oregon Senate Wednesday underscores a leadership role on environmental issues the state has staked out over the years. The state House of Representatives approved the bill Tuesday.

It makes Oregon the first state to eliminate coal by legislative action, and places it among a handful of other states with renewable energy standards 50 percent or higher.
http://www.manufacturing.net/news/2016/ ... nergy-2030

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par energy_isere » 27 mai 2016, 12:03

COP21: Trump promet d'enterrer l'accord

Par Lefigaro.fr avec Reuters le 26/05/2016

Donald Trump a promis ce jeudi d'enterrer l'accord de Paris sur le climat en révoquant les engagement pris par Barack Obama pour limiter le réchauffement s'il lui succède à la Maison blanche et d'appuyer le projet d'oléoduc Keystone XL et l'exploitation du pétrole de schiste pour assurer l'indépendance énergétique des Etats-Unis.

Lors d'une conférence de presse à Bismarck, dans le Dakota du Nord, plus gros producteur de pétrole de schiste du pays, le candidat à l'investiture du parti républicain a expliqué qu'il ferait de la domination mondiale des Etats-Unis dans le domaine de l'énergie "un objectif de politique étrangère et un objectif stratégique". Pour ce faire, Donald Trump a promis de totalement déréguler le secteur de l'énergie et de favoriser le développement de l'exploitation du pétrole de schiste sans tenir compte des inquiétudes que suscite cette activité pour l'environnement.

"Si nous ne développons pas la fracturation hydraulique, nous resterons dépendants du Moyen-Orient pour notre énergie", a-t-il asséné, prenant le contre-pied de ses rivaux démocrates, Hillary Clinton et Bernie Sanders, qui plaident pour un développement des énergies renouvelables. Les choses vont aller "bien plus mal" pour le secteur de l'énergie si Clinton est élue présidente, a-t-il prédit.

Trump s'est à l'inverse engagé à assouplir la réglementation du secteur pour permettre aux entreprises de forage et aux sociétés minières d'être plus compétitives et d'exploiter "le potentiel inimaginable" des Etats-Unis en matière d'énergie.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/ ... accord.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Politique Etats-Unienne de l' énergie

Message par energy_isere » 09 juin 2016, 15:03

L' incohérence énergétique de Donald Trump :
Donald Trump : les scientifiques démontent le discours du candidat à la présidentielle américaine

Hélène Crié Sciences et Avenir 08-06-2016 Donald Trump a prononcé dans le Dakota du Nord un discours sur l'avenir énergétique des Etats-Unis. Pour Sciences et Avenir, les experts réagissent aux déclarations du candidat du parti Républicain à la présidence des USA.

Pour exposer sa vision de l’avenir énergétique des Etats-Unis, Donald Trump avait judicieusement choisi le Dakota du Nord, second Etat après le Texas pour la production gazière et pétrolière américaine. Le 26 mai 2016, le candidat du Parti républicain à l’élection présidentielle américaine voulait en effet marquer le coup : lui président, fini de jouer à l’écolo béat ! Parce que, franchement, édicter, comme l’a fait Obama, "une règlementation qui oblige des centaines de centrales à charbon à fermer, et qui bloque la construction de nouvelles, c’est pas stupide, ça ?". Bien sûr, Trump relancera l’exploitation et l’utilisation du charbon. D’ailleurs, l’Amérique "annulera l’accord de Paris sur le climat", et intensifiera les forages partout sur son territoire. Le pipeline Keystone, qui devait acheminer les pétroles lourds canadiens vers les raffineries américaines et qu’Obama avait décidé de ne pas autoriser, sera construit. Toutefois, Trump précise qu’il n’est pas contre les énergies renouvelables, car il tient à l’autonomie énergétique de son pays : "On aura toutes sortes d’énergies, tout ce à quoi vous pouvez penser". Sauf qu’il a des réserves : "Le soleil est très cher. Le vent est aussi un problème, c’est très, très cher, ça ne marche pas sans subvention. Mais en dépit de tout cela, je suis favorable à tous les types d’énergie".

Trump : de l'indépendance énergétique à l'incohérence énergétique

Inutile de dire que les propos un rien simplistes du candidat républicain ont fait sourire – ou atterré - tant les professionnels de l’énergie que les économistes. Un article cinglant du site The Verge, spécialisé dans les technologies, raillait ainsi le magnat de l’immobilier devenu star de télé-réalité : "Oubliée l’indépendance énergétique, Trump est pour l’incohérence énergétique". Si les experts commentent ces propositions avec réticence, c’est qu’il ne s’agit en rien d’un plan, mais seulement d’un discours. Interrogé par Sciences et Avenir, le Pr. Brian Murray, directeur des analyses économiques à l’école d’environnement de l’Université Duke, abonde dans le même sens : "Les Etats-Unis sont déjà le premier producteur mondial de pétrole. Etre totalement indépendant impliquerait de nous couper complètement des marchés mondiaux, ce qui rendrait les consommateurs américains plus vulnérables. Il est difficile de voir en quoi ça pourrait être bon pour notre économie, comme le suggère Trump". Brian Murray note au passage que le recours à l’importation de pétrole canadien par le pipeline Keystone contredit ce souci d’indépendance. "C’est le gaz naturel bon marché, poussé par les progrès technologiques rendant accessibles de nouvelles réserves, qui a causé la diminution de l’usage du charbon. Les réglementations environnementales ont juste accentué la tendance". Murray signale au passage que l’annulation ou non de ces réglementations ne dépend plus du président, fût-ce Trump en 2017, mais des tribunaux américains auxquels ont fait appel les opposants.

DÉSENGAGEMENT.
Reste la question plus générale de l’attitude de Donald Trump sur les questions climatiques. Faut-il voir dans sa promesse de dénoncer les engagements américains dans l’accord de Paris l’indication que le candidat républicain – et peut-être futur président des Etats-Unis – la confirmation qu’il nie la réalité des changements climatiques ? Petit rappel de cette déclaration trumpienne en 2012 : "Le concept du réchauffement climatique a été créé par la Chine pour rendre l’industrie américaine non compétitive".

Trump adopte la voie d’un climato-scepticisme hybride
Lors de son intervention au Dakota, Trump a été très malin : il n’a pas prononcé une seule fois l’expression "changement climatique". Ce faisant, il se démarque des vrais leaders du Parti républicains, tels ses concurrents malheureux à la candidature présidentielle. Ted Cruz parlait d’une "théorie pseudo-scientifique", et Marco Rubio : "Nous n’avons pas à détruire notre économie pour protéger l’environnement". Trump, qui ne veut pas aliéner des électeurs républicains qui croiraient tout de même à la réalité des changements climatiques, emprunte la voie d’un climato-scepticisme hybride, de plus en plus en vogue dans l’électorat républicain : oui, il y a peut-être un problème avec le climat, mais on ne peut pas y faire grand-chose. Autant relancer "la machine à jobs" !

ACCABLEMENT.
Quelques scientifiques ont été invités à commenter « les idées » de Trump après le discours du Dakota, et ils n’ont pas caché leur accablement. Au site Think Progress, Paul Higgins, de la Société américaine de météorologie, déclare sobrement : "Plus on émettra de CO2, plus ses concentrations dans l’atmosphère seront hautes, et plus importants seront les changements climatiques auxquels nous devrons faire face". Kevin Trenberth, du Centre national pour la recherche atmosphérique : "Il faudrait faire tellement d’effort en plus que ce qui est déjà en place que les projets de Trump de menacer tout cela prouvent définitivement qu’il ne doit absolument pas être élu". Jennifer Francis, de l’Institut des sciences marines et côtières de l’Université Rutger : "Dénoncer l’accord de Paris serait un déplorable message au reste du monde, la preuve que le leadership américain base ses décisions, non sur des faits ou sur la science, mais sur la cupidité ou l’égoïsme".
http://www.sciencesetavenir.fr/politiqu ... caine.html

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9807
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Etats-Unis: un grand plan de l'énergie solaire

Message par mobar » 05 sept. 2016, 07:57

les grandes tendances de l'énergie aux US

- pour les fossiles et fissiles : Gaz et Pétrole en hausse, Charbon en chute, Nuke au point mort
- pour les EnR : Solaire, Géothermie et Eolien en progression, Hydraulique et Biomasse rn chute

http://www.visualcapitalist.com/chart-r ... nsumption/

Image
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Etats-Unis: un grand plan de l'énergie solaire

Message par energy_isere » 03 nov. 2016, 11:34

Hillary Clinton plaide pour le nucléaire contre le changement climatique

2 novembre 2016 / Écrit par: La Rédaction energeek

Sur son site internet, la candidate démocrate à l’élection présidentielle américaine, Hillary Clinton, a précisé sa stratégie pour l’énergie. Afin de lutter contre le réchauffement climatique, elle propose notamment d’investir massivement dans les énergies propres, dont le nucléaire.

Pour Hillary Clinton, le changement climatique est la principale menace de notre époque, puisqu’elle concerne l’ensemble de la planète à brève échéance. De surcroît, celle-ci est de plus en plus préoccupante car entre 2001 et 2016 on a connu 15 des 16 années avec les températures les plus élevées jamais enregistrées. C’est pourquoi, dans le cadre de l’élection présidentielle 2016, elle suggère de faire de l’Amérique la superpuissance mondiale de l’énergie propre.

Parallèlement, l’ancienne Secrétaire d’Etat commence par rappeler que les émissions de carbone aux Etats-Unis sont à leur plus bas niveau depuis deux décennies, grâce notamment au développement de l’énergie solaire et de l’énergie éolienne sous la présidence de Barack Obama. Pour continuer les efforts en faveur d’un développement plus durable, elle souhaite si elle est élue installer un demi milliard de panneaux solaires pour produire suffisamment d’énergie renouvelable pour chaque Américain avant la fin de son mandat.

Cependant, soucieuse de conserver une industrie compétitive tout en préservant la planète, la candidate démocrate a également réaffirmé son attachement à l’énergie atomique. En effet, elle a confié son intention d’investir dans de nouvelles centrales nucléaires, mais aussi dans la géothermie, l’hydraulique et les systèmes de stockage de carbone.
http://lenergeek.com/2016/11/02/hillary ... limatique/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Etats-Unis: un grand plan de l'énergie solaire

Message par energy_isere » 26 nov. 2016, 21:02

Pétrole, charbon : pourquoi Trump fait trembler les défenseurs de l'environnement

Par Hayat Gazzane le 17/11/2016 Le Figaro

Le président américain élu veut redonner de l'élan aux énergies fossiles et défaire les engagements écologiques pris par Obama. Décryptage.

Pour les partisans de la lutte contre le réchauffement climatique, c'était le scénario catastrophe. L'élection de Donald Trump au poste de président des États-Unis est pourtant devenue réalité le 8 novembre dernier. Depuis, les défenseurs du climat ont des sueurs froides. Et pour cause. Donald Trump est un climato-sceptique assumé: «Le concept du réchauffement climatique a été créé par et pour la Chine pour rendre l'industrie américaine non compétitive», écrivait-il dans un tweet daté de 2012.

Sans surprise, son programme énergétique s'inscrit dans cette logique.

• La relance du pétrole et du gaz


Le futur président républicain a promis de faciliter l'exploitation des hydrocarbures de schiste et des carburants fossiles en général. Il a promis d'ouvrir à l'exploitation une plus grande partie du domaine public fédéral, notamment en Alaska. «Je vais lever les restrictions sur l'énergie américaine et permettre à cette nouvelle richesse de profiter aux communautés locales», avait-il affirmé lors d'une conférence sur les hydrocarbures de schiste en septembre. Donald Trump a également apporté son soutien au projet de construction de l'oléoduc Keystone XL bloqué par Barack Obama. Ce pipeline long de 1900 km est censé transporter quotidiennement 830.000 barils de pétrole issus des sables bitumineux canadiens de la province de l'Alberta aux raffineries américaines du Golfe du Mexique.

«Le plus important dans ce programme c'est le soutien à la construction de pipelines, qui était gelée sous Obama. Cela permettra de fluidifier tout le marché et de baisser le coût du transport. Le coût du baril pourrait augmenter de 7 dollars dans les zones les plus excentrées du pays. On parle par exemple du Dakota. Ce n'est pas rien», explique Alexandre Andlauer, responsable du secteur pétrolier et gazier chez AlphaValue. «S'il met en place les pipelines, libère une partie du territoire fédéral, accélère l'octroi de permis, allège les restrictions, c'est évidemment positif pour le secteur. Le prix du baril reste le premier critère dans le choix de relancer une production mais il est clair que les acteurs sont plus en confiance désormais», ajoute le spécialiste. «Ce programme pourrait contribuer à plomber les prix du pétrole car si la production augmente, l'offre aussi. D'autant plus qu'à moyen-long terme, les États-Unis pourraient décider de lever les sanctions contre le secteur énergétique en Russie (suite à la crise ukrainienne, les États-Unis interdisent la vente de biens, de services et de technologies destinées à des forages aux géants russes de l'énergie, ndlr). Ce qui pourrait libérer un potentiel de production en Russie et accroître l'offre», explique-t-il.

• La résurrection du charbon


Alors qu'Hillary Clinton promettait de poursuivre la politique d'abandon progressif du charbon menée par Barack Obama, Donald Trump veut relancer cette industrie. «La guerre contre le charbon menée par Obama tue des milliers d'emplois américains, nous rendant dépendant de nos ennemis et créant un énorme désavantage commercial», écrivait-il dans un tweet en 2014. L'argument, repris pendant la campagne, a très probablement contribué à sa victoire sur son adversaire démocrate dans plusieurs États de la «Rust Belt», dans le nord-est du pays.

Le futur locataire de la Maison-Blanche reste évasif sur la manière dont il souhaite relancer ce secteur en crise. Sur la seule période 2008-2012, près de 50.000 emplois directs et indirects y ont été perdus. «Je ne vois pas comment il peut à la fois relancer le gaz et le charbon. Ces deux énergies sont en concurrence», décrypte Alexandre Andlauer. Le charbon, qui générait encore 50% de la production d'électricité il y a une quinzaine d'années dans le pays, subit de plein fouet la concurrence du gaz naturel, moins cher et plus facile à transporter dans les terres. «Relancer le charbon n'a plus de sens aujourd'hui. Il va y avoir des déceptions. La seule solution politique pour Trump est de mettre en place un programme de reconversion pour les miniers car les besoins en emplois sont plus importants dans le gaz», ajoute l'analyste.

• L'incertitude sur le sort des énergies renouvelables

Sous Obama, ce secteur a bénéficié de fortes incitations fiscales et de subventions fédérales. Les déclarations de Donald Trump laissent supposer que cette ère est révolue. Il a plusieurs fois répété qu'il n'appréciait pas la vue des éoliennes, «ces monstruosités qui ruinent les paysages» et «tuent tous les oiseaux».

«Les énergies alternatives sont si chères et honnêtement, ça ne marche pas si bien», déclarait-il lors d'un meeting en début d'année. Son souhait de préserver l'indépendance énergétique de son pays et les emplois que génère ce secteur devraient toutefois l'empêcher de mener une lutte frontale contre les énergies vertes. Selon l'agence internationale des énergies renouvelables, le secteur emploie près de 770.000 Américains.
Selon certains experts, ces énergies sont d'ailleurs en mesure d'assurer leur rentabilité sans subventions. Le Texas, champion de l'industrie pétrolière américaine, recourt ainsi de manière importante à l'éolien et au solaire pour la production de son électricité. «C'est un secteur à part entière et il n'y a pas de raison pour y saper la croissance et l'emploi», assure Greg Wetstone, président du conseil américain sur les énergies renouvelables.

Un «criminel du climat» à la tête de l'agence de l'environnement

Les défenseurs de l'environnement redoutent toutefois les choix à venir de la future administration Trump qui sera composée de proches de Donald Trump. Le nom de Harold Hamm, un magnat du pétrole et du gaz, élu républicain du Dakota du Nord, circule pour le poste de secrétaire d'État à l'Énergie. Donald Trump envisage aussi de placer Myron Ebell à la tête de l'Environmental Protection Agency (EPA), agence gouvernementale chargée de la protection de l'environnement. Sur son compte Twitter, ce dernier se présente comme «l'ennemi public numéro un des alarmismes du changement climatique». Plusieurs associations de défense de l'environnement le considèrent comme l'un des pires «criminels du climat»...
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016 ... nement.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58633
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Etats-Unis: un grand plan de l'énergie solaire

Message par energy_isere » 14 déc. 2016, 14:54

Trump officialise la nomination de Rick Perry à l'Energie

Par Lefigaro.fr avec Reuters le 14/12/2016

Donald Trump a officialisé aujourd'hui le choix de Rick Perry, ancien gouverneur du Texas, à la tête du département de l'Energie de la future administration fédérale des Etats-Unis.

Le choix de Perry, éphémère candidat à l'investiture républicaine après une précédente tentative infructueuse quatre ans plus tôt, devra être confirmé par le Sénat. Dans un communiqué diffusé par son équipe de transition, le président-élu vante le bilan de Perry à la tête du Texas, de 2000 à 2015.

"Rick Perry a créé un climat des affaires qui a produit des millions d'emplois nouveaux et baissé les tarifs de l'énergie dans son Etat, et en tant que secrétaire à l'Energie il apportera une même approche à notre pays tout entier", dit-il.

Le département de l'Energie est chargé de la politique énergétique des Etats-Unis et supervise le programme nucléaire militaire du pays.

Avec Perry, qui avait proposé en 2012 de supprimer le département d'Energie, c'est un défenseur supplémentaire de l'industrie des hydrocarbures qui est nommé dans la future administration.

L'ex-gouverneur siège au conseil d'administration de la société texane Energy Transfer Partners, la compagnie chargée du chantier Dakota Access Pipeline dans le Dakota du Nord, bloqué par un mouvement de contestation emmené par les indiens de la tribu sioux de Standing Rock. Il se range aussi parmi les climatosceptiques, estimant que les études scientifiques sur le changement climatique sont "fluctuantes".
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/ ... nergie.php

Répondre