Nickel

Discussions traitant de l'impact du pic pétrolier sur l'économie.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 91237
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Nickel

Message par energy_isere » 24 mars 2024, 11:50

Indonesia says Vale to build another $2bn HPAL plant

Reuters | March 18, 2024

Nickel miner PT Vale Indonesia is exploring a potential investment in a high-pressure acid leaching plant in Sulawesi island, with an estimated cost of 30 trillion rupiah ($1.91 billion), its investment ministry said on Monday.


The plant, named “SOA HPAL”, will be the company’s third such project to turn nickel ore into mixed hydroxide precipitate (MHP) – a material used to make electric vehicle batteries, according to presentation material shown by Indonesia’s Investment Minister Bahlil Lahadalia.

A Vale Indonesia spokesperson declined to comment.

The plant could have an annual output capacity of 60,000 metric tons of nickel in MHP, the ministry said, adding Vale Indonesia is completing its final stage of exploration and it will partner with automakers.

Vale Indonesia already has two HPAL plants under construction in Sulawesi Island, in Pomalaa and Sorowako. Both projects are in partnership with Zhejiang Huayou Cobalt.

US carmaker Ford is involved in the $4.5 billion Pomalaa plant.

Last month, Indonesia’s state mining company MIND ID agreed to acquire a 14% stake in Vale Indonesia from Vale Canada and Japan’s Sumitomo Metal Mining to become a top shareholder.

($1 = 15,685.0000 rupiah)
https://www.mining.com/web/indonesia-sa ... pal-plant/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 91237
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Nickel

Message par energy_isere » 29 mars 2024, 23:24

Côte d’Ivoire : l’américain Ivanhoe Electric acquiert un projet capable de livrer du nickel et du cuivre sur 16 ans

Agence Ecofin 26 mars 2024

Outre l’or, la Côte d’Ivoire dispose de réserves de manganèse, de coltan et de cuivre. La demande mondiale croissante pour ces métaux attire de nouveaux investisseurs dans le pays, laissant espérer à terme une diversification de la production minière au-delà du métal jaune.

L’américain Ivanhoe Electric dirigé par le vétéran de l’industrie minière Robert Friedland, a déjà dépensé 25 millions de dollars canadiens (18,4 millions $) dans le projet Samapleu-Grata. Dans un communiqué publié le 25 mars, la société indique que cet investissement lui permet d’obtenir 60 % d’intérêts dans ce projet de nickel-cuivre situé en Côte d’Ivoire.

Selon une évaluation économique préliminaire (PEA) publiée plus tôt ce mois par le canadien Sama Resources, propriétaire initial du projet, Samapleu-Grata peut être exploité sur 16,1 ans. La mine devrait livrer sur cette période 887 414 tonnes de concentré de nickel et 621 888 tonnes de concentré de cuivre. La production annuelle de nickel métal sur la durée de vie de la mine devrait être de 7 165 tonnes, contre 10 043 tonnes pour la production annuelle de cuivre métal.

Pour concrétiser ce potentiel, il faudrait un capital initial de 338 millions $ pour la construction de la mine, avec un délai de récupération de 3,8 ans après impôts. La valeur actuelle nette du projet est de 257 millions de dollars après impôts, avec un taux de rentabilité interne de 22,3 %.

Comme son nom l’indique, la PEA fournit des résultats préliminaires qui devraient subir des modifications plus ou moins importantes à l’avenir. Cependant, le potentiel révélé par l’évaluation laisse déjà espérer une contribution à la production de cuivre et de nickel de la Côte d’Ivoire dans quelques années. Cela participera à la diversification du secteur minier ivoirien, actuellement dominé par l’exploitation de l’or.

Pour rappel, le projet Samapleu-Grata est situé dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, à environ 600 km de la capitale Abidjan. Sama Resources détient désormais une participation de 40 % dans l’actif.
https://www.agenceecofin.com/cuivre/260 ... sur-16-ans

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 91237
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Nickel

Message par energy_isere » 14 avr. 2024, 10:10

Denarius envisage une reprise rapide de l'ancienne mine de Nickel Cuivre de Lundin en Espagne :
Denarius sees quick restart for former Lundin nickel-copper mine in Spain

Staff Writer | April 11, 2024 |

Image
Aguablanca nickel-copper mine in Spain. Credit: Denarius Metals

Denarius Metals (CBOE: DMET) has released a prefeasibility study that supports the reopening of its 50%-owned Aguablanca nickel-copper mine in Spain.


Last operated by Lundin Mining (TSX: LUN) until its closure in 2016, Aguablanca is located in the town of Monesterio, 88 km southwest from Denarius’s 50%-owned Lomero copper-zinc project. Denarius acquired the Aguablanca stake last year from its now joint venture partner RNR Shareholder group for about $27 million.

“The (prefeasiblity) confirms our decision late last year to invest in the Aguablanca project, one of the only deposits in Spain able to produce nickel and copper,” said Denarius chair and CEO Serafino Iacono in a release.

“By the end of this year, we will have restarted the processing plant, which has been maintained in good condition, and completed the preparation for underground contract mining to deliver the first production of nickel-copper concentrates in early 2025.”

The study gives the underground mine six years of life with an investment of $36.2 million. The net present value with a 5% discount is $83.1 million with an after-tax internal rate of return of 213% with payback occurring by the end of 2025. The pit is to be dewatered and mining begin from underground. Denarius plans to use half of the mill’s capacity for Aguablanca, and half to treat ore from Lomero.

At long-term nickel and copper prices of $7.30 per lb. and $3.50 per lb., respectively, total life of mine undiscounted after-tax project cash flow from mining operations amounts to $105.7 million.

“This is a relatively small, underground, low capital-intensive project with a robust economic profile,” Red Cloud Securities mining analyst Taylor Combaluzier wrote in a note to clients.

“We believe the (prefeasibility study) demonstrates that Aguablanca could be restarted with only modest capex, while returning a compelling after-tax NPV and IRR. We believe Denarius is well on its way to becoming a near-term (nickel-copper) producer, with production expected from Zancudo in H2/24 and from Aguablanca in early 2025.”

According to the study, Aguablanca could produce a total of 43.2 million lb. nickel and 34.6 million lb. copper plus gold, platinum, and palladium. All-inclusive sustaining costs per lb. of nickel are forecast at $4.04.

Denarius reports that it has several potential customers in Europe willing to take the concentrates from the mine. It owns its stake in Aguablanca through its Spanish subsidiary, Alto Minerals.

When mining ended, there remained measured and indicated resources of 6.4 million tonnes grading 0.63% nickel and 0.56% copper. There was also an indicated resource of 242,000 tonnes at 0.52% nickel and 0.42% copper.

The company holds other assets in Spain as well as its Zancudo gold-silver-lead-zinc project in Colombia.
https://www.mining.com/denarius-looks-t ... -in-spain/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 91237
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Nickel

Message par energy_isere » 14 avr. 2024, 10:19

suite de ce post du 14 janvier 2024 http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopi ... 0#p2383130
Canada Nickel starts working on Crawford, eyes 2027 production

Cecilia Jamasmie | April 11, 2024

Canada Nickel (TSX-V: CNC) has kicked off front end engineering design (FEED) at its flagship Crawford nickel project in northern Ontario, which it expects to bring into production in 2027.


Ausenco Engineering Canada, the engineering partner, will lead this development phase, which is planned to be finished by August. Data collected during the 2024 winter geotechnical program, which is nearing completion, will support FEED activities, Canada Nickel said.

“As we continue to successfully advance Crawford financing and permitting activities, we are confidently moving into this next phase of project development,” chief executive Mark Selby said.

Canada Nickel’s boss reiterated the company is aiming for a mine construction decision by mid-2025, with first production by the end of 2027.

The proposed operation will consist of two open pits complemented by an on-site mill, to be completed in two phases to allow for throughput ramp-up, the feasibility study showed. Total capital cost for the two phases is estimated at $3.5 billion.

Over a 41-year project life, total metal production is calculated at 3.54 billion lb. of nickel, 52.9 million lb. of cobalt, 490,000 oz. of palladium and platinum, 58 million tonnes of iron, and 6.2 million lb. of chromium.

Crawford’s feasibility study describes the use of conventional open-pit mining methods to extract 1,715 million tonnes of ore and 3,992 million tonnes of waste over a 33.5-year period. This time-frame includes 2.5 years of pre-stripping.

Image
Entrance to the company’s flagship Crawford nickel-cobalt project. (Image courtesy of Canada Nickel.)

The company will use a mixed fleet of mining equipment for the open-pit, including 120-tonne-class backhoe excavators to load 40-tonne articulated trucks. Areas with sand and till footwall will be mined using 300-tonne electric face shovels to load 90-tonne trucks, Canada Nickel has said.

Peak production at Crawford nickel mine is expected in year 11, when autonomous trucks and remotely operated shovels are fully integrated into the operation. Canada Nickel counts the backing of top players in the mining and batteries markets. The Toronto-based miner attracted the interest of Agnico Eagle Mines (TSX, NYSE: AEM), Canada’s largest gold producer, which now owns 12% of Canada Nickel.

Also in January, the company secured an investment from South Korea’s Samsung SDI. Through this deal, the battery maker can earn a 8.7% in Canada Nickel as well as rights to 10% of the nickel-cobalt production from the Crawford project over its expected mine life.

Crawford hosts one of the world’s largest nickel resources, totalling 2.46 billion tonnes at 0.24% nickel for 13.3 billion pounds of contained nickel, according to its feasibility study. This pegged the project’s after-tax net present value (8% discount) at $2.6 billion and internal rate of return at 18.3%.
https://www.mining.com/canada-nickel-st ... roduction/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 91237
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Nickel

Message par energy_isere » 26 avr. 2024, 12:29

Vladimir Potanine, le roi du nickel russe, annonce la délocalisation de son groupe minier en Chine
Dans une interview à l’agence Interfax, le patron du groupe minier Norilsk Nickel reconnaît ouvertement l’impact négatif des sanctions.


Par Marie Jégo 25 avril 2024

Acculé par les sanctions, Vladimir Potanine, patron et copropriétaire du géant minier russe Norilsk Nickel (ou Nornickel), s’apprête à délocaliser une partie de sa production en Chine, un choix qui confirme le basculement de la Russie vers son principal partenaire commercial. Inédit, ce transfert industriel jouit d’un « soutien politique » au plus haut niveau, révèle M. Potanine, réputé proche du Kremlin, dans une interview publiée par l’agence russe Interfax, lundi 22 avril.

Norilsk Nickel prévoit d’exporter du cuivre, du nickel, du cobalt et du lithium vers la Chine, leader du raffinage et de la transformation de ces métaux indispensables à la transition énergétique. Dans un premier temps, l’entreprise va acheminer 2 millions de tonnes de concentré de cuivre par an vers les sites chinois de transformation, via la voie maritime du nord, la route polaire chère à Vladimir Poutine, que l’oligarque promet de renforcer en matière de capacités logistiques.

Les sanctions infligées à la Russie depuis l’invasion russe de l’Ukraine, le 24 février 2022, sont à l’origine de sa décision. Ayant restreint l’accès au crédit et entraîné des frais supplémentaires en paiements d’intermédiaires, d’assurances, de commissions, elles ont fait perdre à Norilsk Nickel en 2023 20 % de ses revenus de l’année précédente. Par ailleurs, les paiements entre entreprises sont devenus un vrai casse-tête. « Y compris dans les juridictions amies, ils constituent désormais l’un des principaux goulots d’étranglement, empêchant les exportateurs et les importateurs d’exercer normalement leurs activités », déplore l’industriel.

« Un rare aveu »

« Les propos de Vladimir Potanine constituent un rare aveu, de la part d’un homme d’affaires russe de premier plan, à propos de l’impact négatif des sanctions sur le tissu industriel russe », souligne Agathe Demarais, spécialiste de géoéconomie au Conseil européen pour les relations internationales.

Un cap a été franchi le 12 avril, lorsque les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont interdit l’importation des métaux non ferreux en provenance de Russie. Le pivot vers l’Orient est alors devenu inéluctable. La Chine, qui consomme environ 50 % de la production mondiale de nickel et de cuivre, apparaît comme l’issue inévitable du géant minier, la solution à tous ses problèmes. « Nous transférerons nos problèmes environnementaux, nos problèmes de paiement, nos problèmes d’accès au marché, nos problèmes d’adaptation de nos produits au marché de consommation où ils seront résolus le plus efficacement, c’est-à-dire en Chine. »

Il vous reste 53% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.
https://www.lemonde.fr/international/ar ... _3210.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 91237
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Nickel

Message par energy_isere » 13 mai 2024, 09:11

Un projet d'usine de conversion de nickel pour batteries près de Bordeaux

Nathan Mann 23 avril 2024

Emme, pour Electro Mobility Materials Europe, prévoit de construire une usine de conversion de nickel de qualité batteries sur le Grand port maritime de Bordeaux. Le projet, confirmé lors de l'édition 2024 de Choose France et porté par la société suisse KL1, mise sur l’empreinte carbone limitée de son produit et les garanties de souveraineté qu’apporte le Made in France.

Elon Musk le sait bien : il ne suffit pas de traverser la rue pour trouver du nickel propre. En 2020, le célèbre dirigeant de Tesla était allé jusqu’à promettre de «gros contrats» à l’entreprise qui serait capable d’extraire et de produire du nickel de manière durable, qu’il pourrait utiliser au sein des batteries de ses véhicules électriques. Depuis, pas grand chose. Au contraire, le marché du nickel – adoubé «métal du diable» en raison de ses fluctuations de cours brutales – a eu tendance à se concentrer en Indonésie à la faveur d’une montée en puissance remarquable mais pointée du doigt pour ses conséquences environnementales et sa dépendance au charbon.

C’est dans ce contexte compliqué que la société Electro Mobility Materials Europe (Emme, si l’on préfère l’acronyme) sort du bois. Comme l’a révélé le journal Sud Ouest, Emme prévoit de construire une grande usine de conversion de nickel pour les batteries électriques au bord de la Garonne, sur un site de 32 hectares sur le terminal de Grattequina du Grand port maritime de Bordeaux, en Gironde.

Plus de 300 millions d'euros d'investissement direct
......... abonnés
https://www.usinenouvelle.com/article/e ... x.N2211942

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 91237
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Nickel

Message par energy_isere » 20 mai 2024, 20:28

Stellantis in talks to invest in Indonesian nickel smelter
The proposed facility will process low-grade nickel ore into battery-grade metal, which is essential for Stellantis' electric vehicle (EV) expansion plan.

May 15, 2024

Automotive company Stellantis is in discussions with Vale Indonesia and China’s Huayou Cobalt regarding an investment in a high-pressure acid leaching plant in Indonesia, reported the Financial Times (FT).

The facility is designed to process low-grade nickel ore into battery-grade metal, which is essential for Stellantis’ EV production expansion plans.

The size of the investment by Stellantis, Vale and Huayou Cobalt has not been finalised, reported the news agency, citing three sources familiar with the negotiations.

However, the potential deal is seen as a significant step for Indonesia, which is keen to attract Western investors to its nickel sector.

Over the next ten years, Stellantis has committed to investing €50bn ($54.12bn) in electrification, aiming for net-zero carbon emissions by 2038.

Recent years have seen the car manufacturer signing offtake agreements with battery materials suppliers around the globe.

Indonesia, with the largest nickel reserves globally, has become a dominant force in the nickel market, accounting for more than 50% of global supplies.

The country is now seeking to diversify its nickel industry’s reliance on China by engaging with Western carmakers and exploring investment opportunities in the US and European markets.

In 2020, exports of nickel ore were banned by the Indonesian Government to encourage foreign companies to invest in smelters, battery manufacturing facilities and, ultimately, in the production of EVs.
........................
https://www.mining-technology.com/news/ ... an-nickel/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 91237
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Nickel

Message par energy_isere » 29 mai 2024, 00:18

Crise en Nouvelle-Calédonie : l'industrie du nickel face à des conséquences "catastrophiques"
L'activité minière et métallurgique de l'île est au point mort depuis le 13 mai et le début de la contestation.


BOURSORAMA AVEC MEDIA SERVICES •28/05/2024

Depuis le début de la crise en Nouvelle-Calédonie, usines métallurgiques et centres miniers tournent au ralenti, voire plus du tout. Un coup dur de plus aux conséquences "catastrophiques" pour une industrie du nickel déjà en grande difficulté.

Si, sur le plan sécuritaire, la situation s'est nettement améliorée dans l'archipel, où environ 3.500 soldats, gendarmes et policiers seront à terme déployés, l'activité minière et métallurgique, elle, est au point mort depuis le 13 mai et le début de la contestation violente de la réforme du corps électoral.

A l'entrée de Nouméa, l'usine pyrométallurgique de la Société Le Nickel (SLN) était même aux premières loges des affrontements entre émeutiers et forces de l'ordre qui se déroulaient à quelques centaines de mètres du site, classé ICPE (Installations classées pour la protection de l'environnement).

Eparpillés sur l'archipel, ses cinq centres miniers sont à l'arrêt et les réserves en minerai de l'usine diminuent, faisant peser un risque sur l'outil industriel.

Car pour être maintenus en état de fonctionner, les fours à haute température doivent être alimentés en permanence. Or "nous roulons sur la réserve", affirme à l'AFP une source interne, confirmant l'inquiétude des syndicats qui ont appelé la semaine dernière à la levée des blocages des sites miniers.

La SLN, société historique de l'exploitation du nickel en Nouvelle-Calédonie lancée à la fin du 19e siècle, a par ailleurs été la cible de plusieurs intrusions et de destructions sur ses sites de Thio et Kouaoua, sur la côte Est de la Grande-Terre.

Un coup dur pour l'entreprise, déjà en difficulté: en février, la filiale du géant minier Eramet a obtenu un prêt de l'Etat de 60 millions d'euros pour lui éviter la cessation de paiements.

Conséquences "catastrophiques"
Dans le sud de la Nouvelle-Calédonie, l'usine Prony Resources, à la recherche d'un repreneur, a elle aussi dû le maintien de son activité à un prêt de l'Etat de 140 millions d'euros en mars, qui assure sa survie jusqu'en mars 2025. Or le site est totalement à l'arrêt depuis le début des émeutes, a confirmé l'entreprise à l'AFP.

L'usine Koniambo Nickel (KNS) enfin, dans le nord de l'île, est en sommeil depuis février à la suite de la décision du groupe anglo-helvétique Glencore, actionnaire à 49%, qui souhaite vendre ses parts après avoir accumulé les pertes.

Le groupe minier avait alors accepté de financer le maintien des salaires et la maintenance du four "à chaud" (permettant une reprise rapide de l'activité) jusqu'en août, le temps de trouver un repreneur.

Ceux-ci se presseront-ils au portillon? Dans un communiqué interne consulté par l'AFP, Neil Meadows, le PDG de KNS, assure que "six investisseurs ont manifesté un intérêt à ce stade et ne semblent pas avoir été découragés par l'actualité".

Reste le secteur de l'extraction, le nickel en Nouvelle-Calédonie étant divisé entre les trois usines métallurgiques et les mines parfois aux mains de petits exploitants. Lui non plus n'est pas épargné. Toutes les mines du territoire sont à l'arrêt: à la NMC (Nickel Mining Company), les deux sites de la côte Est font l'objet de blocages tandis que sur la côte Ouest, ce sont les barrages routiers et les difficultés d'approvisionnement en carburant qui paralysent l'activité.

La Société minière Georges-Montagnat est dans cette situation. Pour son directeur général, Thomas Sevetre, "les conséquences (de la crise) pour la mine et la Nouvelle-Calédonie sont catastrophiques".

Et les répercussions seront nombreuses, ajoute-t-il, évoquant une possible augmentation du prix du fret par les compagnies maritimes. "Notre écart de compétitivité avec l'Indonésie et les Philippines va continuer de croître", selon lui.

De quoi assombrir un tableau déjà très incertain. Car la Nouvelle-Calédonie subit de plein fouet la crise mondiale du nickel, sur fond d'abondance d'offre et de nickel à bas prix indonésien.

Menacées de fermeture, les trois usines métallurgiques sont suspendues aux discussions sur le "pacte nickel" proposé par Bruno Le Maire et qui est censé sauver le secteur, moyennant un important apport financier de l'Etat.

Mais les discussions sont au point mort, une partie des indépendantistes étant opposés à l'accord, dont les engagements demandés à la Nouvelle-Calédonie sont jugés trop coûteux. Pas sûr, étant données les circonstances, que leur activité reparte rapidement.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 9b8d7bbbec

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 91237
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Nickel

Message par energy_isere » 16 juin 2024, 11:53

Global nickel prices have probably hit a floor, says Macquarie

Reuters | June 13, 2024

Global nickel prices may have hit a floor, according to a Macquarie analyst who sees a market recovery driven by strong demand from the steel sector and as a surplus of ore supplies shrinks after Indonesia slowed production permits.


“Our belief is that we’ve seen the bottom, we’ve seen the supply adjustments, we see the uncertainty in future supply, and that is giving us quite a lot of support where the prices are today,” Macquarie analyst Jim Lennon told a conference organized by Shanghai Metals Market in Jakarta this week.

SIGN UP FOR THE BATTERY METALS DIGEST


He forecast LME cash nickel prices at $17,379 per metric ton this year, down from $21,491 per ton last year.

Cash nickel on the London Metal Exchange (LME) was trading at around $17,500 a ton on Thursday.

The price could rebound to $20,500 per ton in 2025 and gradually rise to $23,000 per ton in 2028, Lennon said.

Mining approvals in top producer Indonesia faced delays this year for various minerals including nickel, causing a drop in ore inventories at smelters and forcing some companies to import ore from the Philippines.

The Indonesian government approved production quotas, known as RKABs, for around 240 million metric tons of nickel ore annually for the next three years.

That fell short of the 260 million tons ore demand estimated by the Indonesian Nickel Miner Association (APNI) this year.

........................................
https://www.mining.com/web/global-nicke ... macquarie/

Répondre