L'acier, le fer

Discussions traitant de l'impact du pic pétrolier sur l'économie.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50618
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 08 oct. 2016, 13:22

La sidérurgie doit innover pour satisfaire aux engagements climatiques

AFP le 06 oct. 2016

Les sidérurgistes, qui émettent 7% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, doivent impérativement accélérer leurs innovations technologiques pour respecter les objectifs de l'accord de Paris sur le climat, prévient un rapport d'experts publié jeudi.

"L'industrie a besoin d'une transformation technologique qui réduira ses émissions par tonne d'acier produite de 70% d'ici à 2050 afin d'atteindre les objectifs de l'accord de Paris", souligne dans ce rapport le CDP, association internationale spécialisée dans le reporting environnemental des entreprises. "Aucune technologie n'est aujourd'hui disponible commercialement pour atteindre ces objectifs", s'alarme le CDP, qui a passé en revue 14 géants du secteur pesant 121 milliards de dollars de capitalisation boursière en 2015.

Dans l'accord de Paris, adopté en décembre 2015 par 195 pays, la communauté internationale s'est engagée à limiter la hausse de la température "bien en deçà de 2°C" et à "poursuivre les efforts pour limiter la hausse de la température à 1,5°C". "De nombreux projets ont été lancés pour développer des technologies qui permettraient à l'industrie de réaliser la profonde décarbonation nécessaire à la transition à deux degrés", selon le CDP. "Mais la plupart d'entre eux en sont à l'étape de l'étude de faisabilité ou à la phase pilote et n'ont pas encore fait leurs preuves au niveau technique ou commercial".

Il estime notamment que les avancées sont "trop lentes" dans le développement du captage et du stockage du carbone (CCS d'après son acronyme anglais). Affectés par une surcapacité mondiale qui ronge leur profitabilité, les sidérurgistes ont rogné dans leurs dépenses en recherche et développement ces dernières années et n'ont accompli aucun progrès dans la réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre au cours des dix dernières années, selon le CDP.

"La menace qui pèse sur l'industrie est d'autant plus urgente que plus de 70% de la production mondiale d'acier seront soumis à un prix du carbone d'ici fin 2017", accroissant ses charges en permis d'émission de carbone, note-t-il.
http://www.connaissancedesenergies.org/ ... ort-161006

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 7754
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: L'acier, le fer

Message par kercoz » 08 oct. 2016, 14:18

C'est marrant parce que ( de mémoire), l' acier c'est du fer + du carbone !

Dans "Race et histoire", Lévi Strauss insiste sur les difficultés d' accès a ces métaux que chacun considère comme accessible aux plus primates des béotiens.
L' or est le plus facile d'acces , un simple feu de bois suffit à l' extraire de son liant...Les autres métaux suivent la température de fusion ....Cuivre c'est plus chaud et bronze, pour durcir le cuivre ça devient déja d' un bon niveau , faut rajouter des trucs qui ne se trouvent pas forcément dans le même coin. Fer c'est hors de portée du bobo décroissant. Il lui faudra des siècles pour retrouver la fabrication apres récup des décharges .... Le verre aussi c'est pas trop évident au niveau température et mélanges ....La poterie , par exemple ...rien de plus simple ! et bien non . L' argile est rarement utilisable comme tel , faut le filtrer , y rajouter des trucs , pour la cuisson ( étanchéité)c'est pire , le mélange doit être nettement plus chiadé avec des trucs pas du même coin.
Les archaïques africains maitrisaient le fer aussi bien que les européens, ce qui passe actuellement pour anecdotique mais qui montre que les évolutions sont tres proches .
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50618
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 09 oct. 2016, 12:46

Bruxelles tente de résister au dumping chinois sur l’acier

LE MONDE ECONOMIE | 08.10.2016

Bruxelles a envoyé un message très clair à Pékin, vendredi 7 octobre : pas question de laisser l’acier chinois à bas prix inonder le marché européen et laminer les industries de l’Union sans rien faire. La Commission, présidée par Jean-Claude Juncker, a annoncé qu’elle instituait le jour même des droits antidumping « provisoires » sur les importations de deux types de produits provenant de Chine : « les produits plats laminés à chaud en fer, en aciers non alliés ou en autres aciers alliés » ainsi que « certaines tôles fortes en aciers non alliés ou en autres aciers alliés ».

Les autorités douanières européennes vont pouvoir « surtaxer » ces produits durant les six prochains mois, le temps que les enquêtes « antidumping » lancées en février par la Commission soient achevées. Ces surtaxes seront évidemment prolongées (a priori de cinq ans) si les enquêtes aboutissent. Le dumping, qui consiste à vendre à perte, au-dessous du prix de revient, est interdit par l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et sanctionné au sein de l’UE.

....................
http://www.lemonde.fr/economie/article/ ... _3234.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50618
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 31 oct. 2016, 11:34

suite de ce post du 27 sept 2016 : viewtopic.php?p=393819#p393819
Rio Tinto renonce au plus grand gisement de fer au monde

MYRTILLE DELAMARCHE Usine Nouvelle LE 31/10/2016

Le géant minier anglo-autralien Rio Tinto a signé un protocole d'accord avec le chinois Chinalco pour lui céder la totalité de ses parts, soit 46,6% du capital, dans le gisement de fer de Simandou en Guinée.

Rio Tinto abandonne le plus grand gisement inexploité de fer au monde à la compagnie publique chinoise Chinalco, déjà actionnaire à 41,3% dans le projet, pour un montant estimé à un peu plus d'un milliard de dollars. Le géant minier anglo-australien n'a pas réussi à réunir les financements nécessaires pour la construction des infrastructures indispensables au développement de cette mine guinéenne.

L'espoir d'un financement chinois

La Chine, premier consommateur mondial de fer, pourrait débloquer ces financements pour sécuriser ses approvisionnements, maintenant que sa minière publique Chinalco reste seule aux côtés de l'Etat guinéen, qui conservera 7,5% du capital de la Simfer. Une fois atteinte sa pleine capacité, la mine de Simandou a la capacité de doubler le PIB guinéen. Le réinvestissement chinois rallume l'espoir de ce pays d'Afrique de l'Ouest dont l'économie a été durement touchée par une épidémie de fièvre Ebola.

Rio Tinto, de son côté, devrait recevoir de Chinalco un paiement compris entre 1,1 et 1,3 milliard de dollars, une somme légèrement inférieure au montant de son investissement (1,4 des 3,5 milliards de dollars investis par les partenaires dans le projet). Cette sortie honorable sur un marché du fer et de l'acier en surcapacité chronique devrait permettre à Jean-Sébastien Jacques, nouveau PDG de Rio Tinto, de réorienter la minière vers le cuivre, dont la demande est plus prometteuse, notamment pour répondre aux besoins de l'essor du véhicule électrique.

La Société financière internationale, véhicule de l'investissement privé de la Banque mondiale, avait elle aussi annoncé sa sortie de Simandou en octobre.
http://www.usinenouvelle.com/article/ri ... de.N457182

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50618
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 26 nov. 2016, 13:17

Congo : Equatorial Resources veut investir 1,2 milliard $ dans le projet de fer Badondo

Agence Ecofin 23 Nov 2016

La compagnie minière Equatorial Resources envisage d’investir 1,2 milliard $ pour le développement de son projet de minerai de fer Badondo, au Congo.

« La récente amélioration du prix du minerai de fer rassure Equatorial sur le fait qu’il trouvera le financement nécessaire pour développer la mine », déclare la compagnie dans un communiqué.

Mardi dernier, John Welborn (photo), directeur non exécutif de la compagnie et DG de sa filiale congolaise, a rencontré le premier ministre Clément Mouamba, pour présenter une demande de permis d’exploitation minière pour le projet.

La compagnie prévoit de produire annuellement à Badondo 40 millions de tonnes de minerai de fer, l’étude de faisabilité ayant fixé à 2017 le début de la construction du projet. Toutefois, avant que le projet ne soit développé, la compagnie compte d’abord finaliser ses plans pour la construction de nouvelles infrastructures, comprenant une ligne ferroviaire et un port pour faciliter les exportations.

Equatorial Resources est une compagnie australienne listée sur la bourse ASX, et opérant dans l’exploration et le développement du fer.
http://www.agenceecofin.com/investissem ... er-badondo

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50618
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 05 janv. 2017, 20:17

La compagnie VALE ouvre la plus grande mine de fer de son histoire et qui est une des plus grande du monde.
Après 15 ans d' efforts et 14.3 milliards de $ investis comprenant une centaine de kms de voies ferrées ils vont extraire 90 millions de t de minerai de fer pendant 30 ans.
Il n' y a pas de gros camions transporteurs mais 68 km de convoyeurs à rubans.
C'est le plus gros investissement privé de la dernière décennie.

Vale opens largest iron ore mine in its history

Andrew Topf | Dec. 18, 2016

Vale SA cut the ribbon on a massive iron ore mine in Brazil on Saturday – the largest in its history and what the world's largest iron ore producer says is the biggest ever in the mining industry.

While that is quite a claim, delving into the details of the $14.3-billion S11D complex shows that Vale is most likely correct.

Located in Canaã dos Carajás in Southeast Pará, the project – which includes the mine, processing plant, railroad and port logistics – has been 15 years in the making, starting with the first technical and feasibility studies in 2001. The Preliminary License (LP) was granted in June 2012 and, a year later, the Installation License (LI) was issued. On December 9, the Operation License (LO) was granted. Commercial operations start in January 2017 and the mine’s lifespan is expected to be 30 years.

S11D is also the largest private investment made in Brazil in a decade, which Vale says will boost the economies of the states of Pará and Maranhão. The company says its operations in Minas Gerais will also benefit from the project, since that ore will be blended with that extracted from S11D.

“For me, seeing the completion of S11D is much more than just witnessing a new landmark in the mining industry. More than an enterprise embodying the latest technology, low cost and high productivity, the S11D portrays Vale’s ability to make things happen,” Vale’s CEO, Murilo Ferreira, said in a press release describing the project in detail.

The completion of the mine is as much a feat of mining engineering/ construction as of transportation logistics.

Out of the US$14.3 billion invested in the project, $6.4 billion accounted for the mine and plant, and $ 7.9 billion in the construction of a 101-km-long railroad branch, and to expansions of the Carajás Railroad (EFC) and of the Ponta da Madeira Maritime Terminal in São Luís (MA).

S11D forms part of Vale's massive Carajás complex and will add another 90 million tonnes to the miner's capacity pushing it to between 400 and 450 million tonnes per year, by 2020.

The project was named after its location: it is on block D of the S11 ore body, which contains four blocks: A, B, C and D. According to Vale, S11’s mineral potential is 10 billion tons of iron ore, and blocks C and D together have reserves of 4.24 billion metric tons. The first geological surveys in the region occurred in the 1970’s.

Its full name is the Eliezer Batista S11D Complex, named after the company’s former president who was in charge of building the Tubarão Complex and assessing the feasibility of the Carajás mine

Vale said in November it has been able to reduce cash costs to just $12.70 per tonne (it's in the high teens at Rio Tinto and BHP) and that S11D could push costs below $10 a tonne, thanks largely to the weak real which is down more than a third in value against the US dollar over the past year. The press release confirms that Vale expects to deliver ore at the Ponta da Madeira Maritime Terminal in São Luís (MA), the so-called C1 cash cost, at US$7.70 per tonne – 41% less than Vale’s current average C1 cost.

One of the most interesting aspects of the project is its automation. The mine will use a truckless system for conveying the ore – with a set of structures comprised of mobile excavators and crushers interconnected by a conveyor belt. Shovels will dump the ore in mobile crushers, which feed a system of mobile and fixed conveyors installed inside the mine, and long distance conveyors connecting the mine to the plant and waste piles. The total length of the truckless conveyor belts operating in the mine and the plant is 68 km. Vale says the truckless system will cut fuel costs by 70% as well as slash waste and greenhouse gas emissions.

The ore will be dry processed with equipment developed by Vale in partnership with manufacturers, specially tailored to process the high-moisture ore from Carajás, the company states. Dry processing – using iron ore's own natural moisture – is expected to cut water consumption by 93% and will eliminate the need for tailings dams.
http://www.mining.com/vale-opens-larges ... e-history/

Image
Conveying ore at S11D will be done through a truckless system of mobile excavators and crushers interconnected by 68 kms of conveyor belts. Photo courtesy of Vale.

Aperçu de l' extraction (à droite) et le convoyage à ruban juste à coté :
Image

source : http://www.mining-technology.com/news/n ... ct-5694291

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50618
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 17 janv. 2017, 18:01

En relation directe avec le post au dessus.
La plus grande mine du monde reçoit ses premiers navires

Publié le 17/01/2017 lemarin.fr

Vale développe depuis 2001 le projet minier dit S11D au Brésil. La mine doit produire 90 millions de tonnes par an. Le premier chargement au terminal de Ponta da Madeira a commencé cette mi-janvier.

Image
La mine est branchée sur le terminal géant de Ponta da Madeira. (Photo : Vale)
http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... rs-navires

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50618
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 05 févr. 2017, 19:21

La Chine à importé 1.024 milliards de tonnes de minerai de fer en 2016 !
C 'est la première fois que 1 milliard de tonne importé annuellement est atteint.

Iron ore price: China imports top 1 billion tonnes for first time

Frik Els | Jan. 13, 2017

Image
Image courtesy of China's Port of Qingdao Authority)

Forging more than half the world's steel, Chinese imports of iron ore for the full year 2016 topped one billion tonnes for the first time. The 1.024 billion tonnes constitute a 7.5% increase over the annual total in 2015 and is indicative to what extent exporters from Brazil and Australia has been able to displace domestic producers struggling with low grades and high costs.

The total value of cargoes climbed to just under $58 billion, with the average import price over the course of 2016 at $56.50 per tonne.

Image
http://www.mining.com/iron-ore-price-ch ... irst-time/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50618
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 14 févr. 2017, 18:29

Malgré ses promesses de réduction, la Chine augmente sa production d'acier

Par Gaëlle Laleix RFI 14 février 2017

La Chine a augmenté ses capacités de production d'acier en 2016, selon un rapport de l'ONG Greenpeace Asie orientale et de Custeel, un cabinet d'études spécialisé. Pour lutter contre la saturation du marché, Pékin s'était pourtant engagé à les réduire.

36,5 millions de tonnes d'acier. Ce sont les capacités de production supplémentaires dont s'est dotée l'économie chinoise l'année dernière. Deux fois la production totale du Royaume-Uni. La Chine produit à elle seule plus d'un milliard de tonnes d'acier par an, soit la moitié de la production mondiale. Pendant 25 ans, ce métal a surtout été destiné au marché national. En plein boom économique, le pays a construit à tour de bras infrastructures et logements. Mais, aujourd'hui, l'économie du géant asiatique ralentit. Pour ne pas fermer d'usines, supprimer des emplois ou encore perdre des parts de marché, les producteurs chinois préfèrent casser les prix et inonder le marché mondial d'un acier vendu presque à perte.

De quoi irriter l'Europe et les Etats-Unis qui ont pris l'année dernière une batterie de mesures protectionnistes. Pour calmer le jeu, Pékin a donc promis l'année dernière de réduire de 150 millions de tonnes ses capacités de production d'ici 2020. Aujourd'hui, le géant se targue d'avoir déjà réalisé la moitié du chemin, en en ayant déjà supprimé 85 millions de tonnes.

Greenpeace dénonce un bluff

Un beau coup de bluff d'après Greenpeace et Custeel. Selon le rapport, les trois quarts des infrastructures fermées l'année dernière étaient déjà à l'arrêt. En outre Pékin mène une politique contradictoire avec ses engagements. Pour soutenir son économie, la Chine a notamment appuyé le secteur de la construction, créant un mini-boom. D'autre part, les autorités locales ont également maintenu l'activité sidérurgique pour éviter de perdre des rentrées fiscales. Au final, d'après le rapport, certaines usines mises en veille ont été rouvertes et certaines provinces auraient même ajouté de nouvelles capacités de production pour près de 12 millions de tonnes par an.

Fin janvier, la Commission européenne a annoncé de nouvelles mesures anti-dumping contre certains aciers chinois, avec des taxes comprises entre 30 et 65%. Des mesures qui ne suffisent pas à infléchir la politique de la Chine, malgré le bras de fer que lui imposent les Occidentaux.
http://www.rfi.fr/emission/20170214-chi ... tion-acier

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50618
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 06 avr. 2017, 19:50

L'Europe relève les droits de douane sur l'acier laminé chinois

le 06/04/2017
Infos Reuters BRUXELLES

La Commission européenne (CE) a annoncé jeudi avoir revu à la hausse ses droits anti-dumping sur de l'acier chinois laminé à chaud, censés protéger les sidérurgistes européens, ce que Pékin n'a guère apprécié.

Ces droits définitifs s'échelonnent de 18,1% à 35,9% et visent des producteurs chinois parmi lesquels figurent Bengang Steel Plates, Handan Iron & Steel et Hesteel.

Les droits provisoires établis en octobre à la suite d'une plainte de la fédération professionnelle Eurofer au nom des sidérurgistes européens ArcelorMittal, Tata Steel et ThyssenKrupp variaient de 13,2% à 22,6%.

Le ministère du Commerce chinois a réagi en exhortant la Commission européenne à "corriger son erreur" et à prendre les "mesures qui s'imposent" pour protéger les droits des entreprises chinoises.

Ce n'est pas la première fois que l'UE impose des droits à l'acier chinois importé - selon les sidérurgistes européens - à vil prix en raison de surcapacités chroniques.


.................
http://www.usinenouvelle.com/article/l- ... is.N524344

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50618
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 30 avr. 2017, 13:46

La Turquie toujours vorace en ferrailles importées pour la production d' acier. 17.7 millions de tonnes de ferrailles importées en 2016.
Dont 3.2 millions de tonnes des USA.

Ferrous scrap: Turkey buys more, pays less in 2016

February 27, 2017 by Editorial Staff

Turkey purchased more ferrous scrap last year but at a significantly lower cost, according to the country's statistical institute TUIK. Volumes acquired from abroad by the world’s leading importer increased by 9% from 16.25 million tonnes in 2015 to 17.72 million tonnes whereas the price tag attached to those imports fell more than 7% from US$ 4.3 billion to a shade under US$ 4 billion.


Turkey's leading source of imported ferrous scrap last year was the USA with 3.26 million tonnes although this figure was more than 15% short of the 3.84 million tonnes of 2015, according to TUIK. The UK came next on 2.61 million tonnes (+6.1% year on year) and Russia was third with 2.53 million tonnes (+4.6%).

Meanwhile, scrap-rich electric arc furnace production in Turkey jumped around 6.8% last year to 21.87 million tonnes, notes the Turkish steel producers' association TÇÜD. Total crude steel output in Turkey also made a strong start to 2017 with a 12.8% surge in January to 2.93 million tonnes from 2.6 million tonnes in the opening month of 2016.
http://www.recyclinginternational.com/r ... -less-2016

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50618
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 31 mai 2017, 12:51

5 800 à 6 400 suppressions de postes chez Ilva

31 Mai 2017

ITALIE. Après plusieurs mois de négociations, Ilva voit son futur se dessiner. Sur les vingt-neuf dossiers de reprise sélectionnés en février 2016, deux sortent du lot selon les commissaires chargés de la gestion de l’entreprise de sidérurgie italienne. Mais alors que les représentants des salariés rencontraient le ministre italien du Développement économique, Carlo Calenda, mardi 30 mai 2017, le syndicat Fiom a jugé les deux offres d'ArcelorMittal et d'Accialtalia « inacceptables ».

Le consortium Am Investco Italy, réunissant le Français ArcelorMittal et l’Italien Marcegaglia, prévoit un plan de reprise de 1,8 mrd€, mais ne gardera que 8 400 salariés sur 14 200, soit une suppression de 5 800 postes. Le numéro un mondial de production d’acier prévoit également d’injecter 2,3 mrds€ d’investissements dans Ilva. 1,1mrds€ dans des mesures de protection de l’environnement et 1,2 mrd€ dans la production industrielle.

AcciaItalia regroupe l'Indien Jindal South West Steel, la Caisse des dépôts italienne, le producteur d’aciers Arvedi et la holding Delfin. Il propose 1,2 mrd€ pour l’achat d’Ilva et 3 mrd€ d’investissements. 1 mrd€ pour l’environnement, 1 mrd€ pour la modernisation du site et 1 mrd€ pour produire de l’acier avec du gaz. Ce consortium ne prévoit la sauvegarde que de 7 800 emplois.

Les commissaires à la gestion d’Ilva recommandent l’offre d’ArcelorMittal. Mais la décision finale revient au gouvernement italien. Si le consortium Am Investco Italy est choisi, la banque Intesa Sanpaolo se joindra à lui avec une part comprise entre 5 et 10%.

Le repreneur évoluera en terrain miné. Ilva possède un outil industriel en mauvais état. L'aciérie de Tarente (14 000 salariés), située dans le sud de l'Italie, est considérée comme la plus polluante d'Europe. Ses émissions toxiques auraient causé le décès de 400 personnes.
http://www.econostrum.info/5-800-a-6-40 ... 23268.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50618
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 31 mai 2017, 14:06

La Chine confirme son hégémonie sur l'acier

MYRTILLE DELAMARCHE LE 31/05/2017

En 2016, la Chine a produit autant d’acier (808,4 millions de tonnes) que les 49 pays qui la suivent au classement des pays producteurs réunis.

Cette seule comparaison suffit à expliquer l’impact de Pékin non seulement sur le marché de l’acier, mais aussi sur les cours du minerai de fer et du charbon à coke, les principaux ingrédients de sa production (aciéries électriques exclues). Son challenger dans ce classement, le Japon, arrive loin derrière avec "seulement" 104,8 Mt d’acier produites. La France, avec 14,4 Mt, pointe à la quinzième place.

Inquiétudes des sidérurgistes européens

Les derniers chiffres publiés par Worldsteel, qui réunit 85% de la production mondiale d'acier, montrent que la part de la Chine dans la production mondiale d’acier s'élève à 49,6%, tandis qu’elle ne représente "que" 45% de la demande apparente mondiale. Cet excédent est l’une des explications de l’arrivée massive d’acier à bas prix dans l’Union européenne, dont la production est, à l'inverse, déficitaire par rapport à la demande. Les importations d’acier dans l’Union ont augmenté de 9% en un an.
http://www.usinenouvelle.com/article/in ... er.N546378

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50618
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 11 août 2017, 18:11

Acier: l'UE prend des mesures pour lutter contre le dumping chinois

Par RFI le 10-08-2017

L’Union européenne a décidé d'imposer des droits antidumping sur les importations d’acier chinois. Après les Etats-Unis pour l'aluminium, c'est au tour des Européens d'accuser la Chine de concurrence déloyale qui affaiblit leur industrie.

L’Union européenne va imposer des droits d’importation provisoires, entre 17 et 28%, sur les aciers chinois résistants à la corrosion. Ces droits, annoncés le 9 août 2017, vont entre autres toucher les sociétés Hesteel Group, Shougang Group et Shagang Group. Celles-ci ont 25 jours à compter de l'annonce pour contester la décision européenne.

Ces nouvelles impositions font suite à huit mois d’une enquête qui considère que les industriels chinois de l’acier ont bénéficié de subventions indues. Globalement, l'acier chinois représente plus de la moitié des importations de ce métal dans l'Union européenne. Des importations qui ont, de plus, augmenté de 45% en 2017, d'après une banque d’investissement.

En imposant des droits antidumping, Bruxelles veut restreindre leflot d’importations d'acier chinois à bas prix. Ainsi selon l'UE, les prix de l'acier pourront remonter afin de redresser l'industrie européenne. Cette mesure suit celle prise par les Américains ce mardi 8 août. Ils ont augmenté les droits de douane des importations chinoises d'aluminium. Washington accuse les industriels chinois de l'aluminium de bénéficier de subventions allant jusqu’à 80% de leur produits.
http://www.rfi.fr/economie/20170810-aci ... ng-chinois

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50618
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 20 sept. 2017, 16:12

Thyssenkrupp et Tata veulent s'unir face à la concurrence chinoise

AFP le 20/09/2017

Face à la déferlante d'acier chinois, l'allemand Thyssenkrupp et l'indien Tata veulent fusionner leurs activités sidérurgiques en Europe, mais doivent convaincre les salariés allemands alors que leur projet prévoit 4.000 suppressions de postes.

Après un an de discussions, les deux groupes ont annoncé mercredi avoir signé une "déclaration d'intention" prévoyant la création d'une coentreprise en 2018, qui visera la deuxième place du marché européen de l'acier derrière ArcelorMittal.

C'est "la seule option qui offre un avenir durable à notre activité sidérurgique", a affirmé à la presse le patron de Thyssenkrupp, Heinrich Hiesinger, rappelant les difficultés des sidérurgistes européens, confrontés à une demande atone et à l'afflux d'acier chinois subventionné.

Même si chaque industriel a mené ses propres restructurations, "l'effet de ces mesures est de courte durée et vite absorbé par le marché", plaide-t-il également dans une lettre aux salariés citée par l'agence allemande DPA.

Baptisée "Thyssenkrupp Tata Steel", la coentreprise des deux groupes devrait être une holding installée aux Pays-Bas, avec une direction paritaire, qui emploiera quelque 48.000 salariés sur 34 sites.

A 14H00 (12H00 GMT), le titre Thyssenkrupp prenait 3,60% à 26,16 euros dans un marché francfortois en légère baisse de 0,14%. Tata Steel a de son côté terminé en progression de 1,64% à la Bourse de Bombay.

- 'Codécision' en pleine campagne -

Les futurs mariés tablent sur 400 à 600 millions d'euros d'économies annuelles et prévoient de supprimer environ 4.000 postes dans la production et l'administration, répartis "à peu près à égalité" entre les deux groupes.

Ce nouveau sidérurgiste réalisera un chiffre d'affaires à périmètre comparable de 15 milliards d'euros et produira environ 21 millions de tonnes d'acier par an.

...............
...............
http://www.boursorama.com/actualites/th ... 104cc6634c

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invités