L'acier, le fer

Discussions traitant de l'impact du pic pétrolier sur l'économie.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 16 oct. 2017, 12:49

Ralentissement attendu de la demande mondiale d'acier en 2018

Reuters le 16/10/2017

La demande mondiale d'acier devrait ralentir avec une croissance de seulement 1,6% en 2018, après une forte accélération cette année tirée par la Chine, dont la demande devrait cependant stagner l'an prochain, a annoncé lundi l'organisation professionnelle World Steel Association

"Les risques pour l'économie mondiale (...) ont dans une certaine mesure diminué. Nous observons le meilleur équilibre des risques depuis la crise économique de 2008", écrit l'organisation dans un communiqué.

L'organisation ajoute toutefois: "En 2018, nous prévoyons une croissance modérée, essentiellement en raison du ralentissement de la croissance en Chine".

La demande mondiale d'acier atteindra 1,648 milliard de tonnes l'an prochain, contre 1,622 milliard de tonnes anticipés cette année, précise World Steel. Les données de 2017 correspondent à une croissance nominale de 7% et une croissance nette de 2,8%.

La Chine a fermé cette année la plupart de ses hauts fourneaux à induction, vétustes et souvent illicites. Cette catégorie n'était pas jusqu'ici prise en compte dans les statistiques officielles de la demande, ce qui explique l'écart entre la demande nominale et la demande nette.

World Steel s'attend à ce que la Chine consomme 765,7 millions de tonnes d'acier cette année et la suivante, soit une croissance nominale de 12,4% en 2017 et une croissance nette de 3%.
http://www.boursorama.com/actualites/ra ... 8ce03581cb

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 29 oct. 2017, 12:18

Le 1er producteur mondial de fer le Brésilien Vale monte encore sa production trimestrielle à un nouveau record de 95.1 million de tonnes.
Ils vont finir l' année entre 360 et 380 million de tonnes.

Vale’s iron ore output hits another record

Cecilia Jamasmie | Oct. 19, 2017 Mining.com

Brazil’s Vale , the world’s No.1 iron ore miner, said output of the steelmaking material hit a fresh record high in the third quarter as its massive S11D mine in the Amazon continued to ramp up towards achieving full production in 2018.

The Rio de Janeiro-based company said iron ore production rose 3.3% compared with the same period last year to hit a fresh quarterly record of 95.1 million tonnes.

Sales volumes in the three months ended in October were lower than production volumes, implying a slight inventory build-up as a result of operational needs and market strategies. However, the sales/production volume ratio was higher than in the previous quarter of the year, it said.

Vale reiterated its output guidance for the year of between 360 million and 380 million tonnes of ore.

The mining giant, which is currently looking to sell a few of its loss-making operations, also saw nickel output climb to 72,700 tonnes, or 10.2% higher than in the previous quarter.
http://www.mining.com/vales-iron-ore-ou ... er-record/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 21 janv. 2018, 18:46

La Chine à importé un peu plus de 1 milliard de tonnes de minerai de fer en 2017
China imported a record amount of iron ore in 2017
But top customer Australia expects market conditions will push the price down in 2018

Andrew Topf 7 days ago

Hunger for high-quality iron ore from Australia and Brazil pushed Chinese imports of the steelmaking ingredient to a record high in 2017.

While shipments were down 11% in December, the full-year totals rose 5% to 1.075 billion tonnes, exceeding a billion tonnes for the second year, according to Reuters trade data.
.......................
http://www.mining.com/china-imported-re ... -ore-2017/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 04 févr. 2018, 13:21

Rio Tinto qui posséde 80 camions géants Komatsu autonomes va porter le chiffre à 140 fin 2019.
Ils sont utilisé à la mine de fer de Pilbara en Australie

Rio Tinto autonomous trucks now hauling a quarter of Pilbara material

Cecilia Jamasmie | 5 days ago

Image
About 20% of Rio Tinto's existing fleet of almost 400 haul trucks in the Pilbara is autonomous. (Image courtesy of Rio Tinto | Flickr.)

Mining giant Rio Tinto’s driverless trucks fleet has achieved a major milestone as it moved its one-billionth tonne of material in Western Australia's Pilbara region last month, the company said.

The figure corresponds to roughly 25% of both ore and waste material hauled last year across the company’s five sites in the Pilbara region, including the newly commissioned Silvergrass mine.

Since beginning trial operations in 2008, there have been zero injuries attributed to haul trucks equipped with autonomous haulage system (AHS), which highlights the technology’s significant safety advantages, Rio Tinto said.

Driverless trucks have also proven to be more efficient than their manned counterparts, the company said, with autonomous vehicles operating 700 hours longer last year and with 15% lower unit costs.

Rio says more than 80 autonomous Komatsu trucks are currently operating and the miner plans increasing the number to more than 140 by the end of 2019.
................
http://www.mining.com/rio-tinto-autonom ... -material/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 01 mai 2018, 11:21

Image

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 27 mai 2018, 13:43

La Chine prévoit une stagnation voire une petite baisse de ses importations de minerai de fer pour les années à venir :

Image

source : http://www.mining.com/web/iron-ore-king ... boom-bust/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 15 juin 2018, 19:19

BHP investit 3 milliards de dollars dans le minerai de fer

15/06/2018 Sydney (awp/afp)

Le géant minier anglo-australien BHP a annoncé son feu vert à un investissement de 2,9 milliards de dollars américains (2,87 milliards de francs suisses) pour la production de minerai de fer dans le nord-ouest de l'Australie. BHP entend ainsi répondre à la demande croissante de la Chine pour une matière première plus riche.

La Chine, premier consommateur mondial de matières premières, est à la recherche de matériaux de meilleure qualité au moment où elle cherche à réduire la pollution. Le minerai de fer entre dans la composition de l'acier et Pékin vise à améliorer l'efficacité de son industrie sidérurgique. Le projet South Flank produira du minerai de fer enrichi à 62% et la mine remplacera progressivement celle de Yandi, qui arrive au terme de sa vie économique, a dit le groupe jeudi dans un communiqué.

La production de la mine située dans la région de Pilbara, en Australie-Occidentale, doit commencer en 2021 et devrait durer plus de 25 ans. "Le projet améliorera la qualité moyenne de la production de minerai de fer de BHP en Australie-Occidentale et nous permettra de bénéficier des cours plus élevés des produits de meilleure qualité", a déclaré Mike Henry, président du département australien des minerais de BHP.

Au total, le projet South Flank pèsera 3,4 milliards de dollars d'investissements, le restant du capital devant provenir de partenaires plus petits. Fortescue, un concurrent de BHP, a annoncé il y a quelques semaines un investissement de 1,27 milliard de dollars pour son projet Eliwana, également dans la région de Pilbara, afin de passer à la production de minerai enrichi à 60%.

Fortescue, l'un des quatre plus grands exportateurs mondiaux de minerai de fer, produisait plutôt jusqu'ici des minerais pauvres.

D'après le journal Australian Financial Review, Rio Tinto, autre géant mondial du secteur minier, envisage d'injecter plus de deux milliards de dollars dans son projet Koodaideri, dans la même région. Les trois projets visent à remplacer des mines épuisées et non à augmenter les exportations de minerai de fer.
https://www.zonebourse.com/RIO-TINTO-95 ... -26773508/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 11 juil. 2018, 14:57

Pourquoi la demande d’acier ne suit plus la croissance économique

Myrtille Delamarche Usine Nouvelle le 11/07/2018

La croissance du PIB est de moins en moins gourmande en acier. Il va donc être plus difficile d’établir des prévisions de consommation en fonction des projections de croissance économique.

Longtemps, la croissance économique a été synonyme de construction d’infrastructures, de développement des réseaux énergétiques, et d’une demande accrue de voitures et de logements par des habitants chaque année plus nombreux et plus riches. Positive ou négative, l'ampleur de la variation de la demande d’acier était plus forte que celle du PIB, au périmètre sectoriel plus large, incluant notamment les services non consommateurs d’acier. Mais ils évoluaient dans la même direction. Il était donc possible, pour les sidérurgistes et aciéristes, de projeter la demande en fonction de l’évolution prévue du PIB des pays consommateurs, quitte à utiliser un coefficient multiplicateur pour refléter la plus forte volatilité.

Aujourd’hui, cette corrélation s’amoindrit, pour plusieurs raisons qu’analyse le Dr Chung Cheol-Ho, vice-président du Posco research institute (Posri), dans la dernière édition de l’Asian Steel Watch. "Dans les années 2000, la croissance de la demande mondiale d’acier surpassait systématiquement celle du PIB. Depuis 2012, cette relation s’est inversée, la demande d’acier croissant moins que celle du PIB", explique Chung Cheol-Ho. Reste à comprendre pourquoi. Les analystes de Posri évoquent cinq facteurs.

La Chine a adapté son modèle de croissance

La Chine, qui pèse environ 45% de la demande mondiale d’acier, est un bon exemple de maturation de son économie. Une fois le pays sorti de la crise de 2008 grâce à un programme massif d’investissements publics contracycliques, le président Xi Jinping arrive au pouvoir en novembre 2012. Il réoriente le modèle économique de la Chine, tournée vers l’investissement et les exportations, pour favoriser la consommation intérieure. Les contributions de la construction et de la production industrielle au PIB sont réduites, tandis que la part des services augmente. L’orientation économique chinoise a un impact fort sur le marché mondial de l’acier. Mais cela ne suffit pas à expliquer pourquoi, entre 2014 et 2016, la demande mondiale chute plus fortement encore que les investissements et les exportations.

Les prix des matières premières se sont effondrés

Cette période correspond à la chute des cours des matières premières, pétrole en tête. Or, cette chute a eu un impact nul sur la croissance du PIB mondial. L’effet négatif sur les économies des pays producteurs et exportateurs de matières a en effet été contrebalancé par le gain de compétitivité et la hausse de demande dans les pays consommateurs et importateurs. Cette crise a en revanche eu un effet délétère sur la demande d’acier, les pays producteurs de matières étant souvent des économies en développement qui ont alors ralenti la construction d’oléoducs, d’usines… En 2017, les pays en développement généraient 39,4% du PIB mondial mais 74,1% de la demande d’acier. "La Chine, le Brésil, l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, l’Argentine, l’Indonésie et la Russie sont les pays qui ont le plus réduit leur demande d’acier", confirme Chung Cheol-Ho. "Tandis que le déclin restait faible aux Etats-Unis, au Japon, en Allemagne…"

On sait désormais pourquoi cette corrélation a été perturbée. Mais ce découplage entre croissance économique et demande d’acier est-il conjoncturel, cyclique ou structurel ? Selon Chung Cheol-Ho, d’autres évolutions vont le faire perdurer.

Le protectionnisme met fin à la folle expansion des échanges

Au-delà de décisions hâtives de Donald Trump, les guerres commerciales qui se concrétisent entre les Etats-Unis et la Chine sont nées d’un constat. La demande des pays les plus riches ne suit plus le rythme de croissance de la production des pays en développement. La surproduction a fait chuter les prix sur de nombreux marchés, entamant les marges. En Europe aussi, les actions anti-dumping se multiplient. Dans les pays aux économies matures, le quantitative easing cède la place à des hausses des taux. Les cours des matières sont revenus à la hausse.

Le monde vieillit

La démographie joue, elle aussi, son rôle. Les personnes âgées, qui représentent une part grandissante des populations coréenne, chinoise, japonaise, américaine et d’Europe de l’Ouest, sont moins enclines à acheter des voitures et des logements. Elles aussi consomment plus de services que de biens, alimentant la croissance du PIB en valeur peu gourmande en acier.

La transition digitale change la donne

Le dernier facteur identifié par le Posri est la 4e révolution industrielle. Elle aussi joue contre l’acier, en augmentant le taux d’usage et en réduisant le taux d’équipement par habitant. C’est le cas des véhicules en partage (avec ou sans chauffeur) et des logements loués sur des plates-formes comme AirBnB, qui font baisser le besoin d’hôtels et de résidences de vacances. Les centres commerciaux se vident au profit du e-commerce, faisant baisser la construction.

Pour finir, Posri tente de mesurer ce découplage. D’ici 2035, IHS Markit évalue la croissance annuelle moyenne du PIB mondial à 2,9%. La demande d’acier, sur la même période, n’augmenterait que de 1,1% (selon Posri) à 1,4% (selon les projections d’Accenture). Plus précisément, cette croissance moyenne annuelle de la demande d’acier serait négative en Chine, en Corée et au Japon, "qui représentent 54% de la demande mondiale" à eux trois, rappelle Chung Cheol-Ho. Alors que ces pays atteindraient respectivement des taux de croissance de leur PIB de 5.2% ; 2% et 0.9%. Aux Etats-Unis et en Europe, la demande resterait stable (en dessous de 1%) en raison de la stagnation de l’industrialisation et de l’urbanisation. L’industrie de l’acier va devoir s’adapter à ce nouveau paradigme. L’ère de la croissance infinie est finie.
https://www.usinenouvelle.com/article/p ... ue.N718344

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 16 sept. 2018, 00:03

VALE passe en camion autonome pour le transport du minerai de fer de sa mine de Brucutu dans le minas gerais au Brésil.

http://www.mining.com/vale-truck-fleet- ... s-in-2019/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 01 oct. 2018, 20:43

Rio Tinto investit dans le fer australien

Sylvie Rantrua Usine Nouvelle le 01/10/2018

Les gros investissements dans le fer australien se poursuivent. Après BHP Billiton et Fortescue Metals, c’est au tour de Rio Tinto, avec ses partenaires japonais, d’annoncer un gros investissement dans l’exploitation de minerai de fer en Australie : 1,55 milliard de dollars.

Le géant anglo-australien Rio tinto, avec ses partenaires japonais, Mitsui & Co et Nippon Steel & Sumitomo Metal, a annoncé, le 1er octobre, investir 1,55 milliard de dollars dans deux projets d’exploitation de minerai de fer en Australie Occidentale. La part de Rio Tinto s’élève à 820 millions de dollars.

Cet investissement est destiné au développement de deux gisements riches en minerais menés par la joint-venture Robe River, dans la région de Pilbara. Rio Tinto détient une participation de 53% dans la coentreprise Robe River, Mitsui 33% et Nippon Steel & Sumitomo Metal 14%.


Sous réserve des approbations légales à obtenir, la construction des deux projets devrait débuter l’année prochaine, avec environ 1 200 emplois créés au cours de cette phase. L’extraction est attendue à partir de 2021. Pour mener à bien les travaux, Rio Tinto s’est engagé à favoriser les entreprises de la région et l'approvisionnement local. Les deux nouveaux projets seront desservis par 34 camions de transport existants, équipés de technologies autonomes.


Les miniers misent sur le fer

"(On s'attend généralement) à ce que toutes les grands sociétés minières qui exploitent le fer en Australie soient confrontées à la nécessité d'investir dans des projets visant à maintenir les taux de production actuels à partir de 2020", a précisé à Reuters Rohan Walsh, investment manager chez Karara Capital.

En juin, BHP avait donné son accord pour un investissement de 2,9 milliards de dollars pour l’expansion du minerai de fer de South Flank, tandis que Fortescue en mai annonçait qu’elle dépenserait 1,28 milliard de dollars pour construire son projet Eliwana à haute teneur en fer, dans le Pilbara.

Cette décision confirme le virage enclenché par Rio Tinto, qui se déleste de ses actifs de charbon pour se concentrer sur ses principales matières premières, telles que le minerai de fer.
https://www.usinenouvelle.com/article/r ... en.N749119

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 03 nov. 2018, 10:33

Suite de ce post du 31 oct 2016.http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopi ... 01#p395001
Guinée : Rio Tinto annule l’accord de vente de 1,3 milliard $ conclu avec Chinalco à Simandou

Agence Ecofin. 30 oct 2018

Rio Tinto ne cèdera pas à son partenaire chinois Chinalco, sa participation dans le projet guinéen de minerai de fer Simandou, comme convenu dans le protocole d’accord conclu en octobre 2016. En effet, le géant anglo-australien a annoncé lundi que l’accord «non contraignant» de vente de 1,1 milliard à 1,3 milliard $, dont la date limite était prévue pour le 28 octobre 2018, est devenu caduc.

«Rio Tinto et Chinalco qui détiennent respectivement 45,05% et 39,95% des parts continueront de travailler avec le gouvernement guinéen pour explorer d’autres options permettant de tirer profit du gisement de fer de la classe mondiale, Simandou. Le gouvernement guinéen détient une participation de 15% du projet.», a déclaré la compagnie dans un communiqué.

Contacté par Guineenews au sujet de l’annonce, le ministre des Mines guinéen Abdoulaye Magassouba a indiqué que toutes les options sont dorénavant ouvertes, y compris celles incluant des acteurs chinois. «Notre objectif demeure la relance effective du projet dans les meilleurs délais. Nous continuerons à travailler dans ce sens.», a-t-il déclaré.

Pour rappel, en mars dernier, Rio Tinto a mis à jour l’estimation des ressources minérales du projet Simandou, qui passe de 835 millions à 2,757 milliards de tonnes.
https://www.agenceecofin.com/fer/3010-6 ... a-simandou

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 07 nov. 2018, 08:48

Un beau gag en Australie, un immense train chargé de minerai de fer de BHP doit être fait dérailler pour l'arrêter parce qu'il n'y a plus de conducteur dans la loco : :shock:
Australie. La folle chevauchée d'un gigantesque train sans conducteur

Un train de quatre locomotive et 268 wagons de la compagnie de minerai de fer BHP, a parcouru plus de 90 kilomètres sans pilote, lundi, sur la voie ferrée reliant Newman et la ville portuaire de Port Hedland, dans l'Etat d'Australie-Occidentale. Pour l'arrêter, BHP l'a fait dérailler, endommageant ainsi 1500 mètres de voies ferrées.
.......
https://www.ouest-france.fr/monde/austr ... 054752/amp


Gros gros dégâts :

Image
Part of the trail of twisted metal.

Image
Some of the carnage from the train derailment.

https://thewest.com.au/business/mining/ ... 881014173z
......
BHP could lose as much as $55 million in revenue for every day it could not ship ore to its Asian customers.
......

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 05 janv. 2019, 18:52

Rio Tinto fait circuler ses trains géants de transport de minerai de fer en conduite autonome.
Rio Tinto world-first autonomous trains network now fully operational

By DANIEL BRIGHTMORE . Dec 28, 2018,

Image


Rio Tinto has successfully deployed AutoHaul, establishing the world’s largest robot and first automated heavy-haul, long distance rail network.

Since completing the first loaded run in July, Rio Tinto has steadily increased the number of autonomous journeys across its world-class iron ore operations in Western Australia in a controlled and safe manner, with over 1 million km now travelled autonomously. The driverless train program is now fully operational ten years after it was first proposed.
........
https://www.miningglobal.com/technology ... perational

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 20 janv. 2019, 10:31

Les importations de minerai de fer en Chine en baisse de 1 % en 2018. Première baisse depuis 2010.
China's 2018 iron ore imports fall 1%, first annual drop since 2010

Reuters 15 Jan 2019

China's 2018 iron ore imports fell by 1 percent from the previous year, the first annual decline since 2010, according to data from the General Administration of Customs on Monday.

Full-year iron ore imports fell to 1.064 billion tonnes in 2018 from an annual record of 1.075 billion tonnes in 2017, the data showed. The ore imports, though, still exceeded 1 billion tonnes for a third year running.
........
http://www.mining.com/web/chinas-2018-i ... ince-2010/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'acier, le fer

Message par energy_isere » 01 févr. 2019, 22:00

L'UE fixe des quotas d'importation sur l'acier

Publié le 01/02/2019 BRUXELLES (Reuters)

La Commission européenne a annoncé vendredi la fixation de quotas sur les importations de certains produits sidérurgiques en Europe à partir de samedi, en réponse aux droits de douanes sur l'acier imposés par la président américain Donald Trump.

Ces quotas répondent aux inquiétudes des sidérurgistes européens qui redoutent un afflux d'acier sur leur marché.

Une enquête ouverte en mars 2018 à la suite de la décision des États-Unis d'imposer des droits de douane sur les produits sidérurgiques a mis en lumière une forte augmentation des importations de produits sidérurgiques dans l'Union européenne.

"En raison des droits à l'importation appliqués par les États-Unis depuis le 23 mars 2018 au titre de la section 232 du Trade Expansion Act américain de 1962, l'exportation d'acier vers les États-Unis a perdu de son attrait", écrit l'exécutif européen dans un communiqué. "Tout porte déjà à croire que, de ce fait, les fournisseurs d'acier ont réorienté une partie de leurs exportations des États-Unis vers l'Union."

Ces mesures remplaceront des mesures provisoires similaires en vigueur mises en place depuis juillet 2018. Elles concernent 26 catégories de produits et consistent en des contingents tarifaires au-delà desquels un droit de 25% sera appliqué.

Les quotas, fixés au volume moyen importé sur 2015-2017, plus 5%, avec des contingents spécifiques par pays exportateurs, resteront en vigueur pendant une période pouvant aller jusqu'à trois ans mais pourront être réexaminées si la situation évolue.

Les principaux exportateurs d'aciers en Europe sont l'Inde, la Chine, la Russie, la Corée du Sud, la Turquie et l'Ukraine.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... er.N801510

Répondre