économie russe

Discussions traitant de l'impact du pic pétrolier sur l'économie.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60020
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: économie russe

Message par energy_isere » 02 janv. 2016, 21:01

L'année 2016 s'annonce difficile pour l'économie russe

AFP le 30 déc. 2015

Le ministre russe des Finances Anton Silouanov a averti mercredi que l'année 2016 s'annonçait difficile pour l'économie du pays, déjà en récession, vu l'ampleur prise récemment par la chute des cours du pétrole, forçant Moscou à des mesures d'économies et privatisations.

Un an après avoir subi sa pire chute en 15 ans, le rouble a de nouveau connu un mois de décembre noir, tombant mercredi, dernier jour de cotation de l'année, à son plus bas niveau de l'année face au dollar, reflétant la fragilité de la situation. "L'année prochaine ne sera pas simple", a reconnu M. Silouanov à la télévision publique russe. "Les dernières prévisions montrent que les prix de nos principales exportations pourraient être plus bas que prévu", a-t-il expliqué.

La Russie tire plus de la moitié de ses revenus budgétaires de ses exportations d'hydrocarbures. Ses prévisions économiques pour 2016 ont été bâties sur un baril à 50 dollars, contre autour de 37 dollars mercredi à Londres. M. Silouanov a estimé que le baril pourrait rester autour de 40 dollars en moyenne l'année prochaine et que des mesures de "consolidation des dépenses" et "privatisations" étaient prêtes à être intégrées au budget début 2016.

L'objectif fixé par le président Vladimir Poutine est de maintenir le déficit à 3% du PIB l'an prochain contre 2,8%-2,9% cette année, selon M. Silouanov. L'effondrement du marché pétrolier, ajouté aux sanctions liées à la crise ukrainienne, a plongé la Russie dans une profonde récession. Face à la crise, le gouvernement a procédé à d'importantes réductions d'effectifs dans l'administration ou le secteur de la santé pour consacrer ses efforts sur le soutien des secteurs en difficultés (banques, construction, automobile...).

Le gouvernement prévoit pour l'instant un rebond de 0,7% du PIB l'année prochaine après une chute estimée à 3,7% cette année. Mais la banque centrale estime que si les cours du pétrole restent à 40 dollars toute l'année prochaine, le PIB chutera de plus de 2% et le président Vladimir Poutine a prévenu qu'il fallait se préparer à "tous les scénarios".
http://www.connaissancedesenergies.org/ ... tre-151230

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60020
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: économie russe

Message par energy_isere » 11 janv. 2016, 13:06

La chute des cours du pétrole gâche le Nouvel An russe

Usine Nouvelle le 11 janvier 2016,

L'effondrement du cours du baril de brut, qui valait 100 dollars à la mi-2014 contre 32 aujourd'hui, a déjà lourdement pénalisé la Russie, dont les revenus du pétrole représentent la moitié du budget et 40% des exportations

Après la parenthèse des fêtes du Nouvel An orthodoxe, les Russes retrouvent ce lundi 11 janvier une économie plombée par les cours du pétrole qui ont touché la semaine dernière leurs plus bas niveaux depuis 12 ans.


La forte dépréciation du yuan chinois a ébranlé les places boursières internationales et fait plonger le prix du pétrole Brent aux alentours de 32 dollars le baril, contre 45 début décembre, donnant corps au scénario catastrophe de Goldman Sachs d'un baril à 20 dollars.

L'effondrement du cours du baril de brut, qui valait 100 dollars à la mi-2014, a déjà lourdement pénalisé la Russie, dont les revenus du pétrole représentent la moitié du budget et 40% des exportations. Leur nouvelle chute complique la situation pour Vladimir Poutine alors que la prochaine élection présidentielle aura lieu en 2018.

Le rouble a limité sa perte à 2% la semaine dernière, du fait de l'étroitesse des volumes en raison des fêtes. Il est ainsi revenu à 75 pour un dollar, se rapprochant de son plus bas niveau touché il y a 13 mois à 80,1 pour un dollar.

A l'époque, la Russie avait défendu sa monnaie en augmentant ses taux d'intérêt de 500 points de base d'un coup, une décision qu'elle pourrait être contrainte de prendre à nouveau si le rouble s'effondrait dans les semaines à venir.

L'inflation monterait en flèche et la récession dont le gouvernement a prédit la fin en 2016 pourrait se poursuivre.

Dans le pire des scénarios, avec un baril de pétrole aux alentours de 30 dollars, les coffres de l'Etat russe se videraient en tout juste un an.

Pour Poutine, les 100 milliards de dollars dont la Russie dispose encore dans deux fonds souverains sont "l'ultime assurance politique de parvenir (en bonne position) à l'élection",
explique Christopher Granville, directeur général du cabinet de conseil en investissements Trusted Sources.

Christopher Granville relève que la prévision d'un déficit budgétaire de 3% repose sur un baril à 50 dollars, déficit que le gouvernement espérait combler en empruntant et en puisant dans le fonds de réserve national.

Mais un baril à 30 dollars signifierait un déficit de 5%, voire plus, affirme le consultant. Si cela arrive, Vladimir Poutine pourrait devoir relever les impôts en période électorale et réduire drastiquement les dépenses, ce qui aggraverait la récession.

Ou alors il devra réaliser davantage d'économies.

Emprunter sur les marchés obligataires internationaux ou lancer des privatisations sont également possibles, mais aucune de ces deux solutions n'est satisfaisante dans un contexte de marchés actions déprimés et de hausse des taux d'intérêt.

L'appétit des investisseurs pour la Russie est freiné par les sanctions occidentales imposées à Moscou pour sa politique vis-à-vis de l'Ukraine.

La Russie a déjà puisé dans ses deux fonds souverains. Ils renfermaient 130 milliards de dollars début décembre, contre 180 milliards à la mi-2014.
Le gouvernement doit également trouver 1.000 milliards de roubles, soit 1,2% du PIB, pour renflouer la banque publique de développement VEB.

"Les réserves représentent désormais aux alentours de 6,5% du PIB et c'est la raison pour laquelle ils devraient être à court de liquidités au milieu de l'année prochaine - à moins que le prix du pétrole remonte", dit Christopher Granville.

"Mais faire durer ces réserves jusqu'à l'élection nécessite des coupes significatives dans les dépenses maintenant."

De nombreux Russes vont reprendre le travail pour s'apercevoir que la vie va devenir plus difficile.

Les salaires des fonctionnaires seront gelés pour la troisième année consécutive, les retraites augmenteront moins que l'inflation, les denrées étrangères et les vacances vont devenir plus chères.

DES PRÉVISIONS À REVOIR ?


Les investisseurs, qui ont fui la Russie après l'effondrement du rouble, sont progressivement revenus, encouragés par des rendements obligataires à deux chiffres, par un relatif dégel des relations avec l'Occident et par quelques signes d'amélioration de la situation économique.

La perspective d'une nouvelle baisse des taux d'intérêt, après un recul de 600 points de base en 2015, a permis au gouvernement de tabler sur une croissance économique de 0,7% en 2016 et de 1,9% l'année prochaine.

Mais ces prévisions pourraient ne plus être valables si le prix du pétrole ne remonte pas, avertit David Hauner, stratège chez Bank of America Merrill Lynch (BAML).

"Tant que les cours du pétrole chuteront, l'économie russe continuera à chuter", explique-t-il. "Nous devons savoir que si le marché est déstabilisé, les choses peuvent changer rapidement et le terrain est peu sûr en ce moment."

David Hauner reste cependant optimiste sur les obligations russes, notant que BAML table sur un baril de Brent remontant à 50 dollars dans le courant 2016.

Mais les marchés pétroliers se préparent à de nouveaux reculs, craignant notamment que l'économie chinoise soit en plus mauvais état qu'il n'y paraît.

Des investisseurs ont commencer à acheter des options qui leur donnent le droit de vendre des futures à 25 dollars, reflétant leur anticipation d'un recul du Brent sous ce niveau. Le pétrole brut de l'Oural s'échange habituellement à deux à trois dollars en dessous du cours du Brent qui est la référence du marché mondial.

Manik Narain, stratège chez UBS, est l'un des nombreux analystes qui révisent ses prévisions pour la Russie - à la fin de l'année dernière, il voyait le cours du rouble à 75 pour un dollar, en moyenne, pour 2016.

Plus les cours du pétrole chutent, plus il est compliqué d'anticiper l'évolution du rouble et de l'économie russe, dit-il en citant le risque d'un effet de panique au sein de la population et des entreprises.
http://www.usinenouvelle.com/article/la ... se.N372695

Avatar de l’utilisateur
matthieu25
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 3358
Inscription : 21 juil. 2005, 00:17
Localisation : passenans

Re: économie russe

Message par matthieu25 » 12 janv. 2016, 15:43

C'est triste.Ils ne vont plus envahir nos stations de ski, les bobos russes... :evil:
La religion est la maladie honteuse de l' humanité.la politique en est le cancer(Millon de Montherlant)

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60020
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: économie russe

Message par energy_isere » 20 janv. 2016, 17:29

Le rouble au plus bas niveau de son histoire face au dollar

20 Janv 2016

Moscou - La monnaie russe est tombée mercredi à son plus bas niveau historique face au dollar, sous le coup de l'effondrement sans fin des cours du pétrole qui enfonce la Russie dans la crise économique.

Le début d'année tourne au cauchemar pour les Russes qui ont vu leur pouvoir d'achat plonger l'an dernier et voient désormais toute perspective d'amélioration s'éloigner au fur et à mesure que le baril d'or noir perd de sa valeur.

Le dollar a atteint 80,79 roubles à la Bourse de Moscou. Le rouble ne s'est jamais échangé à ce niveau depuis que Moscou a enlevé trois zéros à sa monnaie, au moment de la grave crise financière de 1998.

Jusqu'à présent, la monnaie russe s'était maintenue au-dessus de ses pires niveaux des journées noires de décembre 2014, quand un vent de panique s'était emparé des investisseurs et des Russes et que le rouble s'était brutalement effondré avant de remonter.

L'euro est quant à lui monté jusqu'à 88,14 roubles, pic le plus élevé depuis décembre 2014. La monnaie unique européenne avait alors atteint 100 roubles.

"Le rouble qui baisse, cela signifie que l'inflation augmente, et donc une baisse des revenus des ménages, un appauvrissement de la population et une baisse du niveau de vie", a commenté l'économiste Igor Nikolaïev, de la société de conseil FBK Grant Thornton.

"Pour l'économie, cela veut dire que les investissements diminuent encore plus, que les risques se renforcent pour les investisseurs, que la situation économique est instable et incertaine", a-t-il ajouté, interrogé par l'AFP.

.................
.................
Du point de vue monétaire, la chute du rouble risque fort de repousser encore la baisse des taux demandée par les milieux économiques pour dégeler l'activité du crédit. Face à une monnaie affaiblie et de nouveaux risques inflationnistes, la banque centrale a peu de chance de pouvoir baisser son taux directeur sous le taux punitif actuel de 11%.
http://lexpansion.lexpress.fr/actualite ... 55535.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60020
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: économie russe

Message par energy_isere » 27 févr. 2016, 13:29

Russie : le Parlement augmente les taxes sur les carburants

AFP le 26 févr. 2016

Le Parlement russe a adopté vendredi, avec une rapidité inhabituelle, une augmentation des taxes sur les carburants, mesure prise récemment par plusieurs pays producteurs d'hydrocarbures pour compenser les pertes causées par l'effondrement des cours du pétrole.

Alors que l'Algérie, l'Arabie saoudite ou encore le Venezuela ont augmenté de manière spectaculaire le prix de l'essence ces dernières semaines, le relèvement prévu en Russie devrait entraîner une hausse des prix entre 7% à 8%, soit moins que l'inflation, a souligné devant les parlementaires le ministre adjoint des Finances Iouri Zoubarev.

Le litre d'essence se vend actuellement autour de 35 roubles, soit à peine plus de 40 centimes d'euros au cours actuel.

Déposé par le gouvernement la semaine dernière, le texte a été adopté par les deux chambres du Parlement en une seule journée vendredi et doit désormais être promulgué par Vladimir Poutine pour s'appliquer comme prévu le 1er avril.

Selon M. Zoubarev, le gouvernement espère tirer de cette mesure plus de 75 milliards de roubles cette année (925 millions d'euros).

"C'est une mesure nécessaire", a plaidé le ministre adjoint, cité par les agences russes, car aux cours actuels du pétrole, le manque à gagner pourrait atteindre 2.600 milliards de roubles (31 milliards d'euros) pour le budget en 2016, soit 20% des dépenses prévues.

Les hydrocarbures représentent en général la moitié des revenus du budget fédéral de la Russie, bâti pour 2016 sur une prévision de baril à 50 dollars contre autour de 30 dollars depuis le début de l'année.

Vladimir Poutine a ordonné au gouvernement de maintenir le déficit sous la barre des 3% du produit intérieur brut, compliquant considérablement la tâche du gouvernement qui cherche à soutenir l'économie contre la crise.

Le plan anti-crise en préparation depuis plus d'un mois ne cesse d'être renvoyé aux ministères pour être retravaillé, notamment parce que les mesures prévues ne sont pas financées.

L'économie russe, également visée par des sanctions occidentales à cause de la crise ukrainienne, risque de traverser une deuxième année de récession et de baisse du niveau de vie de la population.

Selon les économistes de la Haute Ecole d'Economie de Moscou, le PIB pourrait chuter de 1,5% cette année après 3,7% l'an dernier et la récession pourrait se prolonger, en cas de maintien des sanctions, "jusqu'en 2018-2019".
http://www.connaissancedesenergies.org/ ... nts-160226

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60020
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: économie russe

Message par energy_isere » 13 mai 2016, 18:55

La conquête de l’Est pour exploiter des terres et des matières premières russes

RFI 10 Mais 2016

La Russie regorge de terres et de matières premières, surtout dans sa partie orientale. Mais elle manque en revanche d’hommes pour les exploiter. C’est pourquoi le gouvernement russe veut inciter ses citoyens à partir à la conquête de l’Est

La Sibérie est connue pour ses immenses réserves d'hydrocarbure, de métaux précieux, de diamant, d’or, et même de forêts. Pendant l’époque soviétique, la main-d’œuvre nécessaire pour l’exploitation était fournie par les camps de prisonniers du goulag.

Mais quand les hommes ont le choix, ils préfèrent vivre à l’ouest, où le climat est plus clément, ou dans les villes. Résultat, en 20 ans, entre 1991 et 2011, l’Extrême-Orient russe a perdu 22% de ses habitants. Aujourd’hui, cette région qui constitue plus d’un tiers de la surface de la Russie, n’héberge que 5% de sa population.

Des pans entiers de foret sont exploités clandestinement par les Chinois, qui n’ont que le fleuve Amour à franchir pour arriver en Sibérie.

Le gouvernement a donc décidé d’inciter les Russes à reconquérir l’Extrême-Orient, en accordant gratuitement un hectare de terre pendant 5 ans à tout citoyen russe qui en fait la demande. A charge pour le bénéficiaire de l’exploiter, faute de quoi la terre lui sera reprise. Au bout de 5 ans, il pourra louer la parcelle ou l’acheter. La terre peut être exploitée pour l’agriculture, l’élevage, ou l’exploitation forestière. Il est interdit de la louer ou de la vendre à des étrangers. Une mesure généralement comprise comme une protection contre les appétits chinois.

Toutefois, certains font remarquer que la surface proposée est insuffisante pour une exploitation rentable. De plus, les banques risquent d’hésiter à accorder des prêts à quelqu’un qui pourra être exproprié quelques années plus tard. Enfin ces régions manquent d’infrastructures et les responsables locaux ont déjà mis en garde sur le fait qu’elles n’ont pas le budget nécessaire.

Au total, 614 millions d’hectares de terre appartenant à l’Etat seront disponibles à partir d’octobre prochain. Les autorités espèrent attirer des millions d’exploitants, comme y était parvenu le premier ministre Stolypine en 1906 à l’époque des Tsars. Mais il y avait alors un vivier de paysans pauvres qui n’existe plus. A l’époque, l’exploitation de l’Extrême-Orient avait permis d’assurer la sécurité alimentaire du pays, et même d’exporter certaines denrées agricoles.
http://www.rfi.fr/emission/20160510-con ... res-russes

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60020
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: économie russe

Message par energy_isere » 08 juin 2016, 14:52

Avec son moyen-courrier MC-21, le russe Irkut veut chambouler la suprématie de Boeing et Airbus

Pierre Monnier Usine Nouvelle le 08/06/2016

L’avionneur public russe, Irkut, a présenté son premier moyen-courrier le 8 juin à Irkoutsk, en Sibérie. Baptisé MC-21, l’appareil compte bien devenir un concurrent de taille des Airbus A320 et Boeing 737.

Image

.........................
Pour le moment, 175 appareils ont été commandés par Aeroflot, la compagnie aérienne russe, et des structures publiques russes. Le plus gros challenge du MC-21 sera de s'exporter, comme tous les nouveaux acteurs du transport aérien.
.........................
http://www.usinenouvelle.com/article/av ... us.N396037
.............

De quoi justifier un show à l'américaine retransmis en direct par la télévision russe et les envolées lyriques du Premier ministre russe, Dimitri Medvedev, évoquant « une victoire considérable pour la construction aéronautique russe et pour notre pays tout entier ». Avec le MC-21, dont les premières livraisons à Aeroflot sont prévues dès 2018, le transport aérien russe pourra non seulement tourner totalement la page des Tupolev 154 et 204, mais aussi et surtout s'affranchir au moins partiellement des productions d'Airbus et de Boeing, conformément aux voeux de Vladimir Poutine.

Moteurs américains et équipements européens

En revanche, vu de Toulouse ou Seattle, le « roll out » du MC-21 ne revêt pas la même importance. D'abord, parce que ce premier modèle de la gamme, qui devrait comporter trois versions (21-200, 21-300 et 21-400) de 135 à 240 sièges, offrira au mieux des performances équivalentes à celles des nouveaux A320 neo et le Boeing 737 Max. Si l'avionneur russe Irkut, filiale du consortium aéronautique d'Etat OAC, s'est efforcé d'être à la pointe de l'art, en optant notamment pour une voilure majoritairement fabriquée en résine et fibre de carbone, le MC-21 utilise les mêmes moteurs Pratt & Whitney que ceux de l'A320 neo et fait appel aux mêmes équipementiers occidentaux, tels que Thales pour l'avionique et Zodiac pour la cabine. Au total, au moins 30 % de la valeur de l'avion provient d'Europe ou des Etats-Unis. Et si des moteurs russes sont bien prévus ultérieurement, le motoriste local Perm n'en est encore qu'au développement.
..................
http://www.lesechos.fr/industrie-servic ... 004795.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60020
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: économie russe

Message par energy_isere » 30 juil. 2016, 13:47

Ils ont de l' humour chez Sputnik :
Les vins criméens défient la France et partent à la conquête du marché chinois

L'usine de fabrication de vin criméenne Massandra envisage de lancer un véritable défi aux vignerons français qui dominent à ce jour le marché chinois.

L'Empire du Milieu est devenu le premier pays étranger à importer le célèbre vin de Crimée après la réunification de la péninsule avec la Russie, rappelle la directrice générale de l'entreprise, Ianina Pavlenko. Elle assure que beaucoup de pays manifestent un vif intérêt pour les vins Massandra, mais les livraisons sont souvent freinées par les sanctions infligées par l'UE et les Etats-Unis sur les produits criméens.
.........................
https://fr.sputniknews.com/economie/201 ... ortations/

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8961
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: économie russe

Message par Remundo » 30 juil. 2016, 14:41

méfie-toi...

Il y a de bons terroirs en Ukraine et en Crimée, et il y fait chaud...

Les Chinois concernés (la classe moyenne sup et au-delà très aisée) boivent davantage des bons vins pour le prestige et trouvent qu'il est d'autant meilleur qu'il est cher...

veux-tu que je te parle d'Arvie, l'eau souterraine d'Ardes-sur-Couze ? Lâchée par le groupe Danone, rachetée par des Chintocs.Ils mettent le drapeau BBR sur la bouteille et exportent ça à prix d'or en Chine...

Quant aux vignobles Français, même reconnus, la concurrence internationale est féroce...

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60020
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: économie russe

Message par energy_isere » 06 août 2016, 13:15

Russie : l'Etat espère tirer plus de 4 milliards d'euros de la privatisation de Bachneft

AFPle 05 août 2016

L'Etat russe espère tirer autour de 300 milliards de roubles (4,1 milliards d'euros) de la cession de sa participation dans le pétrolier Bachneft, décidée pour combler les pertes causées par la chute des prix du pétrole, a indiqué vendredi le numéro deux du gouvernement.

Selon une "estimation préliminaire", la participation de 50,07% détenue par l'Etat "est évaluée entre 297 milliards et 315 milliards de roubles", soit entre 4,1 et 4,3 milliards d'euros, a indiqué le premier vice-Premier ministre Igor Chouvalov, cité par les agences russes. Il a ajouté qu'une évaluation définitive devait être établie lundi.

Cela représente une prime d'environ 20% par rapport à la moyenne de la capitalisation boursière de la société sur les trois derniers mois, selon l'agence Interfax.

Le gouvernement russe a lancé un vaste plan de privatisations pour combler le trou béant laissé dans son budget par l'effondrement des prix des hydrocarbures, qui représentaient dans les années fastes la moitié de ses rentrées budgétaires.

Dans ce cadre, il compte céder toute la part publique du capital de Bachneft, moins de deux ans après en avoir reprise le contrôle à l'issue d'une procédure controversée.

Basé à Oufa (sud), Bachneft était contrôlé par la holding AFK Sistema du milliardaire Vladimir Evtouchenkov. Mais des poursuites ont été lancées contre l'homme d'affaires en septembre 2014 en raison de soupçons de malversations lors de la privatisation de l'entreprise au début des années 2000.

L'affaire a abouti à la restitution, imposée par une décision de justice fin 2014, de Bachneft à l'Etat, qui veut maintenant s'en défaire.

Le ministre de l'Economie Alexeï Oulioukaïev a indiqué jeudi que neuf entreprises, toutes russes, avaient fait des propositions.

Il a précisé vendredi que le géant pétrolier russe Rosneft faisait partie des candidats, bien que le gouvernement ait fait part de son opposition car l'Etat est majoritaire au capital du groupe, dirigé par le très influent Igor Setchine, proche de longue date de Vladimir Poutine.

Bachneft, qui a enregistré un chiffre d'affaires de plus de huit milliards d'euros en 2015, a vu sa production fortement augmenter ces dernières années. Elle s'élevait fin 2015 à 416 000 barils par jour en moyenne.

Outre Bachneft, l'Etat a vendu sur la Bourse de Moscou le mois dernier 10,9% du premier producteur mondial de diamants, Alrosa, pour 52 milliards de roubles (715 millions d'euros).
http://www.connaissancedesenergies.org/ ... eft-160805

l' entrée wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bashneft

Le Siège social est à Oufa capitale de la Bachkirie (ou Bachkortostan). https://fr.wikipedia.org/wiki/Bachkirie

Ils ont des stations services :
Image

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60020
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: économie russe

Message par energy_isere » 17 août 2016, 13:34

...... la suite
Russie: revers pour les privatisations avec le report de la vente de Bachneft

AFP le 17 août 2016

Le gouvernement russe a annoncé mercredi à la surprise générale le report sine die de la privatisation du producteur pétrolier Bachneft, portant un coup au programme de cessions d'actifs publics décidé par Moscou pour combler les pertes causées par la chute des prix du pétrole.

Cette décision constitue un revirement alors que le ministère de l'Economie venait de recueillir les candidatures des entreprises intéressées et de procéder à une estimation pour cette opération de plusieurs milliards d'euros, jugée essentielle pour le budget.

"Le gouvernement a pris la décision de reporter la privatisation de Bachneft", a indiqué le ministère de l'Economie dans une brève déclaration à l'AFP, confirmant les informations parues dans la presse russe.

Selon plusieurs journaux, ce report a été décidé directement par le Premier ministre Dmitri Medvedev en accord avec le président Vladimir Poutine.

L'action du sixième producteur d'hydrocarbures du pays, dont l'Etat détient 50% et la région du Bachkortostan 25%, s'effondrait de plus de 9% vers 10H30 GMT à la Bourse de Moscou.

L'Etat russe, face à sa plus longue crise économique depuis plus de 15 ans, est confronté à l'effondrement de ses revenus tirés des ventes d'hydrocarbures, qui représentaient la moitié des rentrées budgétaires les années fastes.

Il a donc décidé de réduire sa participation dans plusieurs entreprises publiques dont Bachneft, groupe basé à Oufa (sud) privatisé une première fois au début des années 2000 et dont il a repris le contrôle il y a moins de deux ans à l'issue de poursuites controversées contre son propriétaire Vladimir Evtouchenkov.

La société d'audit chargée du dossier avait estimé la vente de la participation de l'Etat autour de 300 milliards de roubles soit plus de quatre milliards d'euros.

Selon le journal RBK, le revirement du gouvernement s'explique par la conjoncture difficile sur les marchés, qui aurait abouti à un prix décevant. Elle intervient aussi après une intervention des autorités du Bachkotorstan, qui craignent de pâtir financièrement et socialement de l'opération.

Pour le journal Kommersant, le report est lié par ailleurs à la lutte qui se jouait en coulisses entre Loukoïl, groupe privé donné favori pour la reprise de l'entreprise, et le géant public Rosneft.

Ce dernier, candidat au rachat, s'est attiré les critiques de hauts responsables gouvernementaux jugeant absurde sa participation dans la mesure où il est détenu à majorité par l'Etat.

Mais son influent patron Igor Setchine, proche de longue date de Vladimir Poutine, a prévenu qu'il ne retirerait pas cette candidature sans décret en ce sens du gouvernement.

L'ambitieux programme du gouvernement se limite donc pour l'instant à la vente en Bourse en juillet de 10% du producteur de diamants Alrosa pour un peu plus de 700 millions d'euros. L'opération la plus massive attendue est la vente de 19% de Rosneft mais elle n'a toujours pas été lancée et reste peu probable cette année.

Un vaste programme de privatisations avait déjà été lancé lors que Dmitri Medvedev était président. Ses ambitions ont été nettement revues à la baisse ensuite, notamment en raison des résistances internes au pouvoir.

L'idée de nouvelles cessions d'actifs, défendue par l'aile libérale du pouvoir qui y voit un moyen d'améliorer l'efficacité des entreprises concernées, est revenue ces derniers mois en raison du plongeon des cours du pétrole.

Vladimir Poutine a exigé de maintenir le déficit sous 3% du PIB malgré la récession et les mesures de rigueur annoncées depuis pourraient ne pas suffire pour remplir cet objectif.
http://www.connaissancedesenergies.org/ ... eft-160817

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60020
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: économie russe

Message par energy_isere » 17 août 2016, 13:39

Blé : la Russie nargue la France avec une moisson record

LES ECHOS Le 16/08/2016

A la fin de l'été, la Russie, premier pays exportateur de blé, devrait avoir récolté entre 114 et 118 millions de tonnes de céréales, annonce la fédération des céréaliers. « Du jamais vu pour la période post-soviétique », affirme le président de la fédération, Arkadi Zlotchevski. Dans le même temps pourtant, la France se prépare à encaisser la pire récolte blé depuis des dizaines d'années , en raison d'une mauvaise météo.
...........

En Russie, le dernier record historique pour les récoltes remontait à 1978. Cette année-là, 127 millions de tonnes de céréales avait été récoltées, grâce à des surfaces cultivées bien plus vastes qu'actuellement. L'exploitation agricole était alors gérée par les sovkhozes et les kolkhozes, fermes collectives. Avec l'éclatement de l'Union soviétique en 1991, le secteur a commencé à décliner. Depuis lors, le maximum de récolte était de 108 millions de tonnes, en 2008.

................
http://www.lesechos.fr/industrie-servic ... 020949.php

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 10467
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: économie russe

Message par mobar » 24 août 2016, 11:23

En tout cas, cet été, c'était le moment d'aller passer ses vacances en Russie avec 70 Roubles pour un Euro, les restau, la vodka et les sorties étaient cet été plus abordables que jamais
Le litre de super à moins de 50 roubles

qui dit mieux!
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8961
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: économie russe

Message par Remundo » 24 août 2016, 23:16

oué oué...

et même le taxi : des belles courses à 5 € (350 RUB) n'y sont pas rares... quand un taxi Français demande un zéro de plus.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60020
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: économie russe

Message par energy_isere » 27 août 2016, 21:48

Russie: l'économie se stabilise

Par lefigaro.fr avec AFP le 11/08/2016

L'économie russe, en grave crise depuis un an et demi, semble se stabiliser, selon des chiffres officiels publiés jeudi, mais elle fait toujours face au risque d'une longue stagnation.

Le produit intérieur brut de la Russie s'est contracté de 0,6% sur un an au deuxième trimestre, contre -1,2% au premier, a indiqué l'agence fédérale des statistiques Rosstat dans une première estimation.

Conforme à la prévision du gouvernement, ce chiffre confirme que la contraction de l'économie russe, provoquée par l'effondrement des cours du pétrole et les sanctions économiques imposées par les Occidentaux à cause de la crise ukrainienne, perd nettement en intensité.
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/0 ... bilise.php

Répondre