[Crise] L'économie des USA en difficulté

Discussions traitant de l'impact du pic pétrolier sur l'économie.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

tita
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1201
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par tita » 19 juil. 2018, 23:21

Remundo a écrit :
19 juil. 2018, 12:40
en même temps des taux de 2-3% sur des dettes étatiques n'est pas en soi délirant.

Ce qui est délirant, c'est plutôt ce qui s'est passé avant : taux proches de zéro, création monétaire ex-nihilo sans limite sur une décennie voire plus...

et alors la combinaison des deux, en effet, amène un certain funambulisme sur les mes marchés mondiaux...
Exact, c'est justement la transition rapide de 10 années de taux anormalement bas à une situation plus "normale" qui risque d'être brutale pour certains. Le but est de freiner avant de partir en surchauffe (alors que les taux bas peinaient à relancer l'économie). Mais ça devrait se faire progressivement, et ça aurait dû commencer beaucoup plus tôt, dès 2014.

Ce qui est surprenant, c'est que ça n'a pas l'air de calmer les ardeurs des consommateurs... Les ventes de voitures sont toujours aussi spectaculaires, établissant encore de nouveaux records. La politique fiscale très accommodante de Trump y est probablement pour quelque chose, annihilant l'action de la FED. Du coup, la FED augmente encore plus les taux directeurs.

Le problème, c'est les montagnes de dettes que les entreprises ont accumulé à bon compte. C'est un peu comme si tu contractes une hypothèque à taux variable à 1.5%, mais que soudain les taux montent à 5% et ton salaire ne bouge pas. Et là, ça coince.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 10121
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par mobar » 20 juil. 2018, 09:06

Sauf si c'est toi qui détient la planche à billets et que le commerce mondial se fait avec le papier que tu imprimes
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59193
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par energy_isere » 28 juil. 2018, 10:41

La croissance américaine bondit à 4,1% au deuxième trimestre
Le 27 juillet 2018

La consommation des Américains est repartie à la hausse, tandis que les exportations ont grimpé de 9,3%.


La croissance des États-Unis a fait un bond au deuxième trimestre, franchissant la barre des 4% pour la première fois en quatre ans, selon la première estimation du département du Commerce publiée vendredi.

D'avril à juin, l'expansion du Produit intérieur Brut (PIB) a atteint 4,1% en rythme annuel, cadence la plus forte depuis le dernier trimestre de 2014. Le ministère a par ailleurs révisé en hausse la croissance du premier trimestre à 2,2%, au lieu de 2%.

Les coupes d'impôts dopent les dépenses des ménages. L'expansion de la première économie mondiale a été tirée par une vive consommation (+4%), son meilleur chiffre depuis fin 2014 également. Les coupes d'impôts, adoptées par les républicains fin 2017, semblent avoir enfin dopé les dépenses des ménages.

Les coupes d'impôts dopent les dépenses des ménages. L'expansion de la première économie mondiale a été tirée par une vive consommation (+4%), son meilleur chiffre depuis fin 2014 également. Les coupes d'impôts, adoptées par les républicains fin 2017, semblent avoir enfin dopé les dépenses des ménages.

Les Américains ont surtout acheté davantage de biens durables (+9,3%), et particulièrement des voitures. Les dépenses de consommation ont contribué à 2,7 points dans la croissance, ce qui n'avait pas été vu depuis quatre ans. Autre point fort des chiffres du trimestre : les exportations ont grimpé de 9,3%, un plus haut en cinq ans.

Les exportations à la hausse, un effet des tensions commerciales. Cette forte hausse apparaît comme un effet secondaire des tensions commerciales, initiées par l'administration Trump au début du printemps avec l'imposition de taxes sur l'acier et l'aluminium importés, notamment de Chine. Avant que les Chinois ne répliquent et n'imposent des taxes en juillet sur le soja américain, les acheteurs étrangers paraissent avoir anticipé et fait le plein des silos. Le rapport du ministère du Commerce note ainsi "une accélération des exportations de produits alimentaires, de boissons, de nourriture pour bétail et surtout de soja". Les exportations ont ainsi contribué pour 1,12 point dans la croissance, un sommet depuis cinq ans.
http://www.europe1.fr/international/la- ... re-3720887

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59193
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par energy_isere » 29 juil. 2018, 12:44

Coca et Post-it plus chers: la guerre commerciale touche le quotidien des Américains

29 juillet 2018

Des canettes de Coca-Cola et de Fanta plus chères, des prix d'automobiles à la hausse, des colis et des post-it plus onéreux: les entreprises américaines ont commencé à répercuter sur les consommateurs les coûts de la guerre commerciale déclenchée par Donald Trump.

Un grand nombre de fleurons américains ont préparé les esprits à une hausse des prix à l'occasion de la publication des résultats du deuxième trimestre. Ils entendent protéger leurs marges face à l'envolée des cours de l'acier et de l'aluminium qui renchérit les coûts de fabrication.

"Clairement, c'est perturbant pour nous. C'est perturbant pour nos clients", mais c'est "nécessaire", explique James Quincey, patron de Coca-Cola, qui a augmenté ses prix début juillet après l'entrée en vigueur des nouvelles taxes de 25% et 10% sur les importations d'acier et d'aluminium imposées par le président Trump.

Ces taxes "sont l'une des raisons qui nous ont poussés en plein milieu de l'année à annoncer une hausse des prix", se défend le dirigeant.

Ces droits de douane, qui ont été suivis de représailles de la part de la Chine, de l'Union européenne, du Canada et du Mexique, touchent l'activité d'embouteillage (plastique, résine et transport).

"A court terme, il va y avoir un certain impact pour les consommateurs", avertit pour sa part Deborah Thomas, directrice financière d'Hasbro.

Le spécialiste des jeux de société (Scrabble, Trivial Pursuit) est en discussions avec ses fournisseurs et ses distributeurs. Il est question d'une augmentation des prix, qui pourrait intervenir lors de la cruciale période des fêtes de Noël.

Le secrétaire au Commerce Wilbur Ross avait pourtant assuré en mars que les consommateurs n'allaient pas s'apercevoir de l'entrée en vigueur de nouvelles taxes sur l'aluminium.

- Manque à gagner -

Les nouvelles taxes affectent les entreprises de deux manières. D'une part, elles augmentent les coûts des matières premières et des matériaux importés. D'autre part, elles renchérissent les coûts pour leurs clients sur les marchés à l'exportation.

Les droits de douane interviennent en outre au moment où les sociétés américaines sont confrontées au dollar fort qui handicape leurs exportations et à la chute de devises de pays émergents (real brésilien, peso argentin...) rognant les bénéfices réalisés dans ces régions.

Les "Big Three" de Detroit (General Motors, Ford, Fiat Chrysler) ont revu à la baisse mardi leurs ambitions pour 2018, invoquant les nouvelles taxes, ce qui a entraîné la plus mauvaise séance boursière des actions depuis la banqueroute de GM et de Fiat Chrysler en 2009.

GM évalue la facture de la hausse des prix de l'aluminium et de l'acier --qui comptent pour plus de la moitié des composants d'une voiture-- à plus d'un milliard de dollars en 2018.

"Nous allons recouvrer ce manque à gagner en augmentant les prix", a prévenu Chuck Stevens, directeur financier, en expliquant que c'était un des rares moyens pour le constructeur automobile de rester "compétitif".

A partir du mois d'août, les consommateurs voulant acheter une Chevrolet Silverado ou un pickup GMC Sierra devront revoir leur budget à la hausse car les prix de ces voitures vont monter.

Les mesures protectionnistes américaines et les représailles de certains pays épargnent très peu de secteurs et causent des dégâts jusque dans l'Amérique rurale.

Consciente des dangers alors qu'approchent les élections de mi-mandat en novembre, l'administration Trump vient d'annoncer un plan d'urgence de 12 milliards de dollars pour aider les agriculteurs pénalisés par les mesures de rétorsion chinoises.

Les producteurs de whiskey, de bourbon, des motos Harley-Davidson, produits frappés de taxes punitives de l'UE, ont déjà également fait part de leurs difficultés.

La guerre commerciale pourrait réduire de 15% les bénéfices des 500 plus grosses entreprises américaines, selon une étude de Goldman Sachs.

Des risques importants menacent notamment la chaîne d'approvisionnement des industries trop dépendantes des importations comme l'énergie, le charbon, l'électronique, l'informatique et les transports.

"Nous nous préparons à changer nos sources d'approvisionnement", avance Nicholas Gangestad, directeur financier du conglomérat industriel 3M, qui fabrique des post-it, des scotchs et des rubans adhésifs, entre autres, dans plus d'une soixantaine de pays à travers le monde.

La société, qui a récemment augmenté ses prix, n'exclut pas des hausses supplémentaires.
https://www.romandie.com/news/Coca-et-P ... 940821.rom

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7698
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par phyvette » 29 juil. 2018, 13:06

Il est bien ce Trump, c'est le plus grand décroissant depuis le Mahatma Gandhi. Bien sur il ne le sait pas, et ne le fait pas exprès. Mais qu'importe, seul le résultat compte. En plus avec sa politique de guerre commerciale il fait ce qu'aucun gouvernement us n'aurait oser, il instaure un impôt à la source sur la consommation. Les Amerloques vont raquer pour leur vice consumériste et c'est très bien.

Pour le bien de l'humanité il doit impérativement faire un second mandat.
Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59193
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par energy_isere » 29 juil. 2018, 13:20

C 'est une façon de voir. 8-[

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7698
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par phyvette » 29 juil. 2018, 13:35

Les faits Energy, juste les faits. Dans une optique décroissante, Trump est très efficace, et bien plus utile que les cohortes de croissantistes ultralibéraux traditionnels.
Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59193
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par energy_isere » 30 juil. 2018, 18:26

Donald Trump, pilote ou mouche du coche?

Par Dominique Baillard RFI 30 juillet 2018

L'économie américaine est au meilleur de sa forme avec une croissance de + 4,1% au deuxième trimestre. Donald Trump s'en est attribué tous les mérites. A juste titre ?

Sa politique économique a effectivement dopé l’économie américaine. Les entreprises qui ont bénéficié de la baisse massive de l’impôt sur les sociétés ont redistribué une partie des gains sous forme de primes à leurs salariés. La réforme fiscale a donc libéré le pouvoir d’achat des ménages. La consommation est bien le principal moteur de ce récent coup d’accélérateur. Les exportations en forte hausse ont aussi soutenu cette croissance. C’est encore un effet Trump, mais pas tout à fait voulu. Si les produits américains sont partis comme des petits pains au printemps, notamment le soja, ce n’est pas parce que le président protectionniste a su les vendre, mais c’est surtout parce que les importateurs se sont empressés de constituer des stocks par crainte de voir la facture plombée par l’entrée en vigueur des représailles commerciales, notamment de la Chine.

Donald Trump parle d’un tournant historique de la croissance


Des propos très exagérés. Les Etats-Unis n’ont pas attendu l’élection de Donald Trump pour renouer avec la croissance, cela a commencé il y a dix ans déjà. Ce qui est historique et assez atypique c’est la durée de ce cycle de croissance. Quant au rythme soutenu observé au deuxième trimestre, ce n’est pas en soi une performance exceptionnelle aux Etats-Unis.

La croissance trimestrielle a plusieurs fois dépassé le seuil des 4% sous la présidence de Barack Obama et cela n’a pas suffi pour se transformer en tendance annuelle. Peu d’analystes pensent que la barre des 3% sera atteinte cette année aux Etats-Unis comme l’affirme le président. Les économistes redoutent même un retournement, pourquoi pas une récession dans les deux prochaines années.

La guerre commerciale pourrait saper la croissance américaine ?

Celui qui s’arroge la paternité des bons résultats économiques pourrait jeter de l’huile sur le feu avec sa croisade protectionniste. Déjà les prix de l’acier pénalisent les industriels américains. Mais c’est surtout la surchauffe qui guette les Etats-Unis. Faute de manque de main-d’œuvre des entreprises risquent de se retrouver dans l’incapacité de répondre à la demande.

Il y a par exemple en ce moment une pénurie de chauffeurs de poids lourd, très pénalisant pour les industries extractives. Donald Trump est conscient de ce danger, sauf qu’une fois encore il diverge avec ses pairs sur le meilleur moyen de l’éviter. Il a lancé la semaine dernière une violente critique contre la réserve fédérale qu’il accuse de précipiter la récession en relevant les taux d’intérêt. Ces commentaires déplacés face à une institution indépendante de l’exécutif ont fait plonger le dollar.

L’indépendance de la Banque centrale est aujourd’hui remise en cause ?

Jerome Powell son gouverneur, a été nommé par Donald Trump. Mais on le voit mal céder aux injonctions du président. Il y va de sa responsabilité de grand argentier. Pour faire face à une éventuelle crise, le banquier central doit pouvoir donner du mou, c’est-à-dire abaisser le loyer de l’argent pour relancer la machine, ce qui est impossible quand les taux sont au plancher. On s’attend donc à ce qu’il persiste dans la hausse progressive des taux d’intérêt. On en saura plus dans les 48 heures, à l’issue de la réunion du comité directeur de la Fed prévue demain et mercredi.
http://www.rfi.fr/emission/20180730-don ... uche-coche

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7698
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par phyvette » 31 juil. 2018, 23:45

Image
Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59193
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par energy_isere » 01 août 2018, 08:18

Et c'est pas fini de monter, encore 2 hausses de la FED prévus dans les 6 mois.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59193
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par energy_isere » 01 août 2018, 17:55

USA: le secteur privé embauche fortement en juillet (ADP)

01/08/2018 Washington (awp/afp)

Le secteur privé aux Etats-Unis a de nouveau montré son dynamisme en juillet en créant de nombreux emplois, indique l'enquête mensuelle d'ADP publiée mercredi alors que la Réserve fédérale (Fed) conclut une réunion de politique monétaire.

Quelque 219.000 nouvelles embauches sont intervenues dans le seul secteur privé, un sommet en six mois, alors que les analystes misaient sur 175.000 nouveaux postes. L'enquête de la firme de fiches de paie ADP a en outre révisé en hausse le chiffre de juin qui montre 181.000 créations d'emplois.

.................
https://www.zonebourse.com/actualite-bo ... -27036306/

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7698
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par phyvette » 01 août 2018, 23:33

Image
Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7698
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par phyvette » 08 août 2018, 23:07

Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59193
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par energy_isere » 20 août 2018, 08:36

Les tarifs douaniers vont peser sur l'économie américaine, selon des économistes

Par AFP le 20.08.2018

Une écrasante majorité d'économistes du secteur privé aux Etats-Unis estiment que l'actuelle politique commerciale qui fait grimper les tarifs douaniers a des conséquences défavorables pour l'économie américaine, selon une enquête réalisée par la National Association for Business Economics (NABE) et publiée lundi.

L'administration Trump entend mettre en place dès jeudi 23 des taxes douanières de 25% sur une deuxième tranche de 16 milliards de dollars de produits chinois après avoir déjà taxé début juillet pour 34 milliards de dollars d'importations venant de Chine. Pékin entend infliger des représailles.

"Plus de 90% des personnes interrogées considèrent que les tarifs actuels et les menaces de nouveaux tarifs ont un impact défavorable pour l’économie américaine", a indiqué le vice-président de la NABE Kevin Swift.


Ils craignent aussi des dommages pour l'économie si les Etats-Unis devaient sortir du pacte de libre-échange Aléna, qui est actuellement en renégociation avec le Canada et le Mexique.

Déjà le Livre beige de la Fed avait mi-juillet relevé l'inquiétude autour des taxes douanières qui se répandait parmi les industriels américains alors que plusieurs matériaux, comme l'acier, le bois, voient leurs prix augmenter.

L'enquête bisannuelle de la NABE qui a interrogé 251 économistes montre par ailleurs que les acteurs économiques sont très partagés sur les effets de la relance budgétaire, provoquée par les réductions d'impôts et les augmentations de dépenses de l'administration Trump.

"Sept économistes du secteur privé sur 10 pensent que la politique budgétaire est trop stimulante", a affirmé Jim Diffley, qui supervise l'enquête et qui est d'IHS Markit. Ils n'étaient que 52% à le penser en février.

Une large majorité, 80%, estime que la politique budgétaire devrait viser à réduire la part du déficit budgétaire par rapport au PIB.

Les réductions d'impôts, qui ont fait notamment passer le taux de l'impôt sur les sociétés de 35% à 21%, et les augmentations de dépenses devraient faire gonfler le déficit budgétaire américain à mille milliards de dollars d'ici deux ans, soit plus de 5% du Produit intérieur brut (PIB), selon le Bureau du Budget du Congrès (CBO).


Il prévoit pour 2018 un déficit de 804 milliards de dollars, soit 4,2% du Produit intérieur brut (PIB).
https://www.challenges.fr/economie/les- ... tes_607700

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59193
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Crise] L'économie des USA en difficulté

Message par energy_isere » 21 août 2018, 07:42

DES INDUSTRIELS AMÉRICAINS S'OPPOSENT AUX TAXES CONTRE LA CHINE

Le 20/08/2018

"Les prix vont s'envoler !", "nos ventes vont s'effondrer", "c'est la fin de notre industrie !": des manufacturiers américains étaient vent debout lundi contre le projet du gouvernement Trump de taxer à nouveau des milliers de produits chinois.

Quelque 350 industriels, représentants de PME, de grands groupes et de fédérations professionnelles ont entamé devant l'administration américaine six jours de consultations publiques sur la stratégie d'escalade tarifaire de Donald Trump.

Dès les premières audiences lundi devant un panel de représentants de l'administration, ces industriels, qui pour beaucoup fabriquent en Chine, n'ont pas mâché leurs mots face à la perspective d'une nouvelle tranche massive de taxes douanières qui pourrait frapper dès septembre 200 milliards de dollars de produits chinois.

Cela porterait à 250 milliards de dollars le total des marchandises chinoises taxées par Washington, sans compter les droits sur l'aluminium et l'acier.

"Avec des tarifs supplémentaires, nous atteindrions le niveau absurde de 42,6% de taxes douanières ! C'est injustifiable. On joue à la politique avec ma compagnie", s'étrangle Ross Bishop qui fabrique en Chine des bagages haut de gamme pour pilotes d'avions et personnel de cabine.

Et de répéter ce qui devient comme un refrain parmi les autres industriels: il n'y a pas d'autre alternative que de fabriquer en Chine. "Nous avons fait trois tentatives pour fabriquer aux Etats-Unis mais le coût est triple et le détail de la production n'est pas d'aussi bonne qualité", affirme ce patron de la ligne de bagages professionnels BrightLine Bags qui loue le travail des ouvriers chinois, "des artistes".

Même son de cloche chez Mon Cheri Bridals où le patron Stephen Lang qui préside aussi l'association des fabricants de robes de mariées et de robes de bal, évoque les broderies et perles qui ornent ses tenues: "Plus personne ne veut faire ce travail ici. On ne peut pas fabriquer une robe de mariée aux Etats-Unis. On n'a même pas le matériel !", lance-t-il.

- "La main d'oeuvre est leur pétrole" -

"La Chine est devenue l'unique endroit au monde" où faire fabriquer quelque chose, assure M. Lang. "Leur main d'oeuvre est le pétrole du reste du monde", assène ce patron qui emploie une centaine de personnes aux Etats-Unis.

Si les robes ne sont pas encore sur la liste des produits visés par les futures taxes, cet entrepreneur craint le pire: "J'ai peur qu'on y soit bientôt et je ne suis pas optimiste".

L'industrie de l'accessoire est aussi alarmée, alors que boucles, zips, martingales et oeillets, qui entrent dans la fabrication d'habillements et de sacs, viennent de Chine.

"Notre industrie va être frappée de façon disproportionnée par ces taxes", assure Karen Giberson, de l'Accessories Council.

"Ce sont des taux de tarifs douaniers qui ressemblent à ceux de pays qui n'ont pas d'échanges commerciaux normaux comme Cuba ou la Corée du Nord", déplore-t-elle.

Ces consultations se font l'écho d'enquêtes d'opinion où les milieux économiques s'inquiètent de l'impact des tarifs douaniers sur les prix et la consommation américaines.

Selon la National Association for Business Economics (NABE), "plus de 90%" de 250 économistes du secteur privé "considèrent que les tarifs actuels et les menaces de nouveaux tarifs ont un impact défavorable pour l'économie américaine".

Une éclaircie pourrait intervenir cette semaine alors que Washington devrait enfin reprendre langue avec une délégation chinoise de haut niveau.

Le vice-ministre du Commerce Wang Shouwen rencontrera le sous-secrétaire américain au Trésor en charge des affaires internationales, David Malpass, à l'invitation des Etats-Unis, a précisé le ministère du commerce chinois dans un communiqué.


Ces discussions, qui doivent se tenir mercredi et jeudi, seraient officiellement les premières depuis le voyage du secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross en juin à Pékin.

Cette mission n'avait pas permis de faire baisser les tensions alors que le président Trump accuse la Chine de concurrence déloyale et de piller la technologie de son pays et dénonce le déséquilibre des échanges entre les deux puissances.

Dans le même temps, dès mercredi à minuit, l'administration américaine va infliger des droits de douanes de 25% sur 16 milliards de dollars de produits chinois, portant à 50 milliards la première tranche de produits ainsi surtaxés.
https://www.google.fr/amp/s/www.capital ... 3590%3famp

Répondre