2016 , une nouvelle crise financière ? ou bien 2017 ? 2018 ? 2019 ?

Discussions traitant de l'impact du pic pétrolier sur l'économie.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
paradigme
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1348
Inscription : 23 mai 2006, 22:56

Re: 2016 , une nouvelle crise financière ? ou bien 2017 ? 2018 ? 2019 ?

Message par paradigme » 15 août 2019, 14:15

Plus c'est gros plus ça passe ! incroyable l'ami des banksters, vient nous donner la leçon, d'après ce Monsieur il faudrait accélérer la planche à billets pour la croissance... tout le monde sait ici et ailleurs que la croissance n'est plus possible, non ce que voudrait ce Monsieur c'est sauver les banques qui refilent leur crédits pourris à la BCE ! On croit rêver, on nous prend vraiment pour des c... !

"L’analyste financier Nicolas Goetzmann explique, dans une tribune au « Monde », que les taux négatifs ne sont pas la conséquence de « l’argent gratuit » déversé par la Banque centrale européenne" aux banques...
https://www.lemonde.fr/idees/article/20 ... _3232.html
Dernière modification par paradigme le 16 août 2019, 09:50, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9807
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: 2016 , une nouvelle crise financière ? ou bien 2017 ? 2018 ? 2019 ?

Message par mobar » 15 août 2019, 17:38

Quand on regarde les cours de bourse de la plupart des acteurs industriels de référence sur 10 ans, Exxon, Total, Boeing, Airbus , Air Liquide ... les actions sont à un plus haut par contre les bancaires de premier plan : Société Générale, UBS, Deutsche Bank ... sont dans le rouge

"il y a des jours ou ça s'évapore!" disait l'autre
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58624
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: 2016 , une nouvelle crise financière ? ou bien 2017 ? 2018 ? 2019 ?

Message par energy_isere » 16 août 2019, 10:34

L'NVERSION DE LA COURBE DES TAUX DU TRÉSOR AMÉRICAIN INQUIÈTE WALL STREET

mercredi 14 août 2019

Le taux d'intérêt sur les bons du Trésor américains à dix ans est passé temporairement mercredi sous celui des bons à deux ans, un phénomène connu sous le nom d'"inversion de la courbe des taux". Ce mouvement, qui reflète la différence de rendement accordé par l'Etat américain aux investisseurs misant sur sa dette à court ou à long terme, est particulièrement redouté des marchés financiers car il est généralement l'indicateur avancé d'une récession.

Première fois depuis 2007

L'inversion s'est produite vers 13h40, quand le taux à 10 ans est tombé juste en-deçà de celui du taux à 2 ans, autour de 1,62%. Il s'agit de la première fois, depuis 2007, que la courbe des taux s'inverse outre-Atlantique. Dans le même temps, le taux de l'emprunt à 30 ans est lui tombé à son plus bas niveau historique, à 2,0139%. La nouvelle a immédiatement fait chuter les indicateurs de tendance de l'ouverture à Wall Street, qui pointait alors vers un début de séance en baisse de plus de 300 points pour le Dow Jones, tandis que la Bourse de Paris s'est aussi enfoncée dans le rouge, perdant brièvement plus de 2%.
.........
........
L'inversion de la courbe des taux aux Etats-Unis n'entraîne néanmoins "pas automatiquement une récession à court terme. On peut rester plusieurs mois voire plusieurs trimestres dans une situation d'inversion de courbe sans que l'économie n'entre en récession", a analysé pour l'AFP Cyriaque Dailland, gérant diversifié chez Sanso IS. "Il (ce phénomène, ndlr) confirme cependant une phase de ralentissement de la croissance mondiale" et "augmente la probabilité de récession mais pas systématiquement à très court terme" ajoute le gérant.

Un phénomène pas forcément annonciateur d'une récession

Les courbes de taux sont considérées comme "normales" quand les taux de rendement associés à un placement sont d'autant plus élevés que leur échéance est lointaine. Il apparaît en effet logique d'exiger des taux plus importants pour de l'argent immobilisé plus longtemps. À l'inverse, une situation où les taux courts rapporteraient plus que les longs trahirait donc un manque de confiance dans l'évolution à court terme de l'économie, et serait donc annonciateur d'une récession.
Pour le chef économiste d'UBS Paul Donovan, cette croyance n'a toutefois rien de rationnel. D'abord, cela signifierait que les gérants obligataires soient investis par on ne sait quel miracle d'une capacité à prévoir l'avenir mieux que tous autres intervenants, économistes compris. Ensuite, si une inversion de la courbe des taux prédisait nécessairement une récession, cela devrait se vérifier partout et tout le temps, or ce n'est tout simplement pas le cas. La courbe des taux britanniques, par exemple, est restée inversée pendant des années sans récession alors que la courbe des taux japonais ne s'est pas inversée depuis 1991 malgré plusieurs récessions.
https://www.tradingsat.com/actualites/m ... 75503.html

Avatar de l’utilisateur
paradigme
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1348
Inscription : 23 mai 2006, 22:56

Re: 2016 , une nouvelle crise financière ? ou bien 2017 ? 2018 ? 2019 ?

Message par paradigme » 21 août 2019, 20:36

Le billet de 100$ est le plus courant, ça peut sembler étrange, de mon point de vue c'est simplement la dilution du dollar qui ne fait que commencer, bientôt pour 100$ t'auras plus grand chose !
"le billet de 100 dollars est plus répandu que son homologue de 1 dollar."
"Près de 14 milliards de billets de 100 dollars circulent, contre un peu plus de 12 milliards pour la plus petite des coupures américaines."
https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-in ... ts-1125488

D'ailleurs le déficit de l'administration des USA va bientôt dépasser les 1000 000 000 000 de $ !
"Le Congressional Budget Office a révisé ses prévisions, et adresse une nouvelle mise en garde à l'administration. Selon ses calculs, le déficit américain va dépasser les 1.000 milliards de dollars dès l'an prochain"
https://www.lesechos.fr/monde/etats-uni ... 20-1125624

tita
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1065
Inscription : 07 juin 2005, 11:22
Localisation : Franches-Montagnes (Suisse)

Re: 2016 , une nouvelle crise financière ? ou bien 2017 ? 2018 ? 2019 ?

Message par tita » Aujourd’hui, 09:10

Rendu célèbre (et surtout très riche) par la crise des subprimes -il a été l'un des premiers à miser sur l'effondrement du marché immobilier américain- le financier Michael Burry pense avoir identifié d'où viendra la prochaine tempête. À ses yeux, l'engouement pour la gestion passive, via les ETF et autres fonds indiciels, a toutes les caractéristiques d'une bulle.
https://www.tradingsat.com/actualites/m ... 78279.html

En gros, la gestion passive consiste à placer son argent dans les indices (CAC40 ou S&P500), sans chercher à évaluer les performances individuelles pour faire mieux que le marché (gestion active). Le problème étant que les volumes d'échanges d'action sont faibles dans certaines entreprises alors que des sommes considérables sont placées dans les produits financiers ETF (Exchange Traded Funds) indexés sur sur la valeur de ces entreprises. Ces placements cachent le risque sous-jacent des entreprises auxquelles elles sont adossées. Une similitude avec les CDO qui étaient des produits financiers indexés sur des titres de dette, à l'origine de la crise de 2008.
"Le vilain secret des fonds indiciels, développe Michael Burry, c'est la répartition des montants investis dans chaque titre au sein des indices dont ils tentent de répliquer les performances". Autrement dit, la stratégie des fonds d'investissement passif est risquée car, dans chaque indice, si certains titres sont très liquides, d'autres le sont beaucoup moins. Or, les gérants qui reproduisent les évolutions des indices -via des produits dérivés complexes- seraient selon lui piégés par un problème de liquidité en cas de retournement de marché. "Au sein de l'indice S&P 500, par exemple, plus de la moitié des valeurs (266) ont un volume d'échanges inférieur à 150 millions de dollars par jour. Cela peut sembler beaucoup mais en comparaison ce sont des trillions [milliers de milliards] de dollars qui sont déversés dans ces ETF et indexés sur ces titres". Même constat sur le Russell 2000 au sein duquel 1.049 valeurs enregistrent des volumes d'échanges quotidiens inférieurs à 5 millions de dollars (et inférieurs à un million de dollars pour 456 d'entre elles), précise Michael Burry.
Pour schématiser la situation, il explique que "la salle de spectacle continue de se remplir alors que la porte de sortie reste la même" explique-t-il. Et tout cela ne va faire qu'empirer à mesure que la liquidité de l'ensemble des marchés actions et obligataires diminue" prévient-il. Donc à mesure que la proportion des investissements passifs augmente", comme c'est actuellement le cas.
A noter que la popularité des ETF n'est pas cantonnée aux USA, ces produits financiers se développent fortement en Europe.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9807
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: 2016 , une nouvelle crise financière ? ou bien 2017 ? 2018 ? 2019 ?

Message par mobar » Aujourd’hui, 10:48

Il va bientôt être temps de vider ses comptes et vendre ses actions pour investir dans la pierre ou dans le foncier!
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Répondre