Le rachat de l'Europe par la Chine

Discussions traitant de l'impact du pic pétrolier sur l'économie.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 51548
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le rachat de l'Europe par la Chine

Message par energy_isere » 03 juin 2017, 14:11

Le fonds d'investissement Blackstone a annoncé vendredi avoir vendu Logicor, spécialiste des parcs logistiques et des entrepôts, au fonds souverain chinois China Investment Corporation (CIC) pour 12,25 milliards d'euros.

LE 02/06/2017 Reuters

Cette cession, la plus grosse opération immobilière de l'histoire du capital investissement en Europe, remet en question les projets d'introduction de Logicor en Bourse de Londres dans le courant de l'année.

Logicor, créé par la branche immobilière de Blackstone en 2012 pour gérer et exploiter ses actifs logistiques européens, est devenu le plus gros propriétaire de parcs logistiques et d'entrepôts en Europe, avec une surface totale de 13,6 millions de mètres carrés.
http://www.usinenouvelle.com/article/bl ... os.N548213

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 51548
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le rachat de l'Europe par la Chine

Message par energy_isere » 22 nov. 2017, 17:17

Allier : 900 hectares de terres agricoles achetés par des Chinois

Boursorama avec AFP le 22/11/2017

Après avoir acheté 1.700 ha dans l'Indre il y a deux ans, l'entreprise chinoise Hongyang vient de mettre la main sur terres agricoles de près de 900 hectares situées dans l'Allier. Selon La Montagne, la transaction "avoisine les 10 millions d'euros".


"Les mêmes investisseurs chinois, avec les mêmes pratiques contournant le droit de préemption des Safer sur les terres agricoles, ont acquis 98% des parts sociales de sociétés agricoles, leur permettant de mettre la main sur 900 hectares de terres à blé et à maïs dans l'Allier", a expliqué mercredi à l'AFP le président de la Fédération nationale des Sociétés d'aménagement foncier et d'établissement rural (FnSafer), Emmanuel Hyest.

"LA SAFER N'A PAS PU INTERVENIR"

La France est dotée d'un système unique, celui des Safer, sociétés chargées de veiller à l'aménagement rural et foncier, qui disposent d'un droit de préemption lors de la cession d'une exploitation agricole pour défendre et protéger le système d'agriculture familiale qui prévaut en France. Cependant, un fonds de gestion chinois basé à Hong-Kong a réussi grâce à un montage juridique à acheter 1.700 hectares de terres agricoles dans l'Indre, au cœur du bassin céréalier français, sans que la Safer ne soit même mise au courant.

Dans l'Allier, la Safer a reçu cette fois-ci une notification rendue obligatoire depuis le changement de la loi début 2017, mais n'a pu intervenir, la loi "sur l'accaparement des terres agricoles", adoptée par le gouvernement Hollande, ayant été partiellement invalidée par le Conseil constitutionnel en mars.

"Leur notaire nous averti qu'il y avait une vente de parts sociales, mais comme elle ne se fait pas sur la totalité des parts, la Safer n'a pas pu intervenir, car le droit de préemption ne peut s'appliquer que sur la totalité des terres vendues" a dit Emmanuel Hyest, joint au congrès des maires de France qui se tient actuellement à Paris.

DE NOUVEAUX BESOINS EN CHINE

"Le problème est que l'on a une financiarisation de l'agriculture qui entraine un secret sur ces opérations", a expliqué à France 3 Marie-Hélène Schwoob, chercheuse à Institut du Développement Durable et des Relations Internationales (IDDRI) et experte de la Chine. "L'entreprise n'est pas un géant dans l'agroalimentaire, elle est implantée dans plusieurs secteurs, comme l'énergie. Il peut s'agit soit d'une diversification, doit d'un lien avec le secteur énergétique comme le biocarburant".

Autre raison pouvant expliquer l'achat : "Le pays doit nourrir 1,3 milliard de personne avec 7% de terres arables du monde", explique Marie-Hélène Schwoob. "Or, l'alimentation des Chinois a beaucoup évolué. Aujourd'hui, on a plus de personnes qui consomment de l'huile de cuisson et des produits laitiers." Et de poursuivre : "Ils ont augmenté les élevages, mais ce sont des élevages fermés, il faut qu'ils importent de la nourriture. Ils ont un gros besoin de soja, leur principale importation agricole avec le maïs".

http://www.boursorama.com/actualites/al ... 864886ac63

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 51548
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le rachat de l'Europe par la Chine

Message par energy_isere » 04 janv. 2018, 16:27

Un nouveau grand cru classé de Bordeaux acheté par un Chinois

Reuters le 04/01/2018

La société Vignobles K de l'homme d'affaires chinois Peter Kwok a annoncé jeudi l'acquisition d'une septième propriété viticole dans le Bordelais avec le Château Bellefont-Belcier, grand cru classé de Saint-Emilion, une nouvelle illustration de l'offensive chinoise dans le secteur du vin en France.

La transaction concernant la propriété de 13,5 hectares située dans l'ouest de Saint-Emilion a été signée dans les derniers jours de 2017.

Vignobles K, dont le siège est à Saint-Christophe-des-Bardes, au sein de la prestigieuse appellation, possède déjà les châteaux Tour Saint Christophe et Haut-Brisson en AOC Saint-Emilion, Enclos Tourmaline et La Patache en AOC Pomerol, Enclos de Viaud en AOC Lalande de Pomerol, et Le Rey en Côte-de-Castillon.

Peter Kwok, homme d'affaires chinois de Hong-Kong né au Vietnam, a été le premier investisseur chinois à acheter un domaine viticole dans sa totalité en 1997 avec le Château Haut-Brisson.

Avec Bellefont-Belcier, qu'il compte porter "à un niveau supérieur de qualité", il se retrouve à la tête d'une quarantaine d'hectares dans les appellations viticoles du Saint-Emilionnais.
................
http://www.boursorama.com/actualites/un ... ea9a8a38dd

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 51548
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le rachat de l'Europe par la Chine

Message par energy_isere » 08 févr. 2018, 23:20

La Chine '' achète les forêts françaises''

Par Loïc Chauveau le 08.02.2018

La Fédération nationale du bois en appelle au président de la République : l’exportation croissante de grumes de chêne ruinerait la filière française de fabrication de parquets et meubles. Un cri d’alarme qui ne fait pas l’unanimité dans la profession forestière.

FEUILLUS. Le 6 février 2018, la Fédération nationale du bois (FNB) avait invité trois dirigeants d'entreprises de sciage de chêne à venir témoigner de leur désarroi : les scieries spécialisées dans cette essence noble fonctionnent à 60% de leur capacité par manque de matière première. "Faute de grumes, mes employés arrêtent de travailler le jeudi soir", a ainsi déploré Valérie Deschazeaux, dirigeante d'une société de 49 salariés spécialisée dans la fourniture de traverses de rails de chemin de fer. La demande en bois de feuillus explose. Aux marchés traditionnels du parquet, du "bois de rail" et du meuble, s'ajoutent aujourd'hui la construction bois et le "bois énergie". En face, les scieries françaises ralentissent leur activité. Les volumes de chêne brut disponibles pour la filière nationale "ont été divisés par près de deux, passant de 2,45 millions de m3 en 2007 à seulement 1,25 million en 2017", révèle Philippe Siat, président de la FNB.

Le coupable de cette situation paradoxale ? La Chine. "Pour contrer l'avancée du désert dans ses régions du nord et stopper la surexploitation de ses forêts, la Chine a fortement réduit ses coupes de bois et cherche donc à s'approvisionner sur les marchés extérieurs", poursuit Philippe Siat. Or, au contraire de la plupart des pays qui protègent leur ressource en instaurant des quotas et des taxes à l'export, la France laisserait faire les traders mandatés par les Chinois. Alors qu'ils achetaient 50.000 tonnes de grumes en 2007, les industriels asiatiques ont raflé 500.000 tonnes l'an dernier. Dans les ventes à gré qui se font à partir de prix proposés pour chaque lot par les acheteurs, les traders travaillant pour l'export n'auraient aucun mal à surenchérir. Les prix du chêne, évidemment, flambent, passant d'un indice 100 en 2007 à 160 dix ans plus tard.

La forêt française produit de moins en moins de chêne

LABEL. La situation est évidemment dommageable pour la filière. Les industriels mettent en avant les menaces sur 26.000 emplois dans des territoires ruraux où le travail est rare. Ils dénoncent également le fait que le chêne brut parti en Chine revient en France sous forme de parquets et meubles à bon marché. Alors que le bois stocke le CO2 et permet ainsi de lutter contre le réchauffement climatique, le voyage sur plus de 30.000 kilomètres des grumes génère 17 fois plus de gaz à effet de serre que si ces volumes étaient restés en France.

La profession s’adresse donc directement au Président de la République pour stopper l’hémorragie. Elle rappelle notamment qu’Emmanuel Macron avait déclaré en avril 2017 avant son élection que la situation de la filière bois est "l’un des plus grands scandales économiques que je connaisse". Pour les scieurs, une solution s’impose : la labellisation. Il existe en effet un label européen qui impose que les arbres abattus soient transformés sur le continent. L’Office national des forêts (ONF) qui gère les forêts publiques y est ainsi assujetti. Pas les propriétaires privés qui représentent 70% de la surface forestière française. Lesquels sont évidemment tentés de vendre le plus cher possible des chênes qui ont mis 8 générations pour atteindre leur taille d’exploitation.

La surface forestière française double, la filière du bois stagne

RESINEUX. La Chine est-elle pour autant entièrement responsable de la situation ? Une autre donnée en effet interpelle. La récolte de chêne a diminué de 400.000 m3 ces dix dernières années, contribuant à mettre en tension le marché. Regroupant les forestiers privés de France, l’association Fransylva préfère mettre l’accent sur ce déficit. L’industrie française du bois française s’est en effet progressivement concentrée sur les résineux qui représentent aujourd’hui 72 % de la récolte. Depuis 15 ans, les abattages de feuillus ont baissé de 30%, la production de sciages de 60%... alors qu’en Europe, elle n’a baissé que de 10%. Pour Fransylva "c’est le manque d’investissement, la capacité à innover dans les outils pour augmenter la création de valeur ajoutée et surtout une vieille tradition qui fondait le modèle économique des scieries autant sur le négoce du bois que sur la production de sciage" qui serait responsable de la situation.

La filière française continue ainsi de se débattre dans ses contradictions. Alors que les surfaces forestières de l’Hexagone ont été multipliées par deux depuis le début du XXe siècle, la production de bois d’oeuvre, elle, n’a cessé de péricliter. Une situation que ne résoudra en rien la fermeture des frontières aux traders chinois.
https://www.sciencesetavenir.fr/nature- ... ine_120579

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 51548
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le rachat de l'Europe par la Chine

Message par energy_isere » 22 févr. 2018, 12:42

Le chinois Fosun prend le contrôle de la maison Lanvin

Reuters le 22/02/2018

Le conglomérat chinois Fosun International, propriétaire du Club Méditerranée, a annoncé jeudi qu'il allait prendre le contrôle de Lanvin, la plus ancienne maison de couture toujours en activité, en difficulté financière.

"Fosun devient l'actionnaire majoritaire, les actionnaires actuels conservant une participation minoritaire dans la société", souligne le groupe dans un communiqué, confirmant ainsi des informations publiées récemment par Reuters.

De source proche du dossier, l'investissement de Fosun dans le groupe devrait être de l'ordre de 100 millions d'euros.

Lanvin était jusqu'à présent détenu à 75% par la femme d'affaires chinoise Shaw-Lan-Wang et à 25% par l'homme d'affaires suisse Ralph Bartel.

Après le départ de son couturier vedette Alber Elbaz, en 2015, les collections de la styliste Bouchra Jarrar n'avaient pas réussi à convaincre.

Le remplacement de celle-ci en juillet 2017 par Olivier Lapidus, connu pour avoir dessiné des meubles pour le soldeur Gifi ou des robes de mariée pour la marque Pronuptia, avait été perçu dans le secteur comme une menace pour le positionnement et l'image de luxe de la plus ancienne maison de couture française encore en activité.

Le fonds qatari Mayhoola, qui détient notamment la griffe italienne Valentino et la française Balmain, s'intéressait également à Lanvin.
http://www.boursorama.com/actualites/le ... 05184581ad

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invités