Le Cobalt flambe

Discussions traitant de l'impact du pic pétrolier sur l'économie.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49932
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Le Cobalt flambe

Message par energy_isere » 02 mars 2017, 20:43

Le boom du Cobalt

Par Myriam Berber RFI 2 mars 2017

Les cours du cobalt ont atteint leur plus haut niveau depuis 2010. Un niveau qui reflète l’intérêt des investisseurs pour ce métal. Une matière première qui entre dans la composition des téléphones portables ou des voitures électriques.

Certes, on est encore loin des records de 2008. Mais depuis septembre dernier, le prix du cobalt a augmenté, de plus de 50%. En 2016, la demande mondiale de cobalt a dépassé l’offre. La faute à des spéculateurs, qui ont acheté, puis stocké près de 17% de la production mondiale de cobalt, l’an dernier. Une demi-douzaine de fonds d’investissement comme notamment le Suisse PALA Investments et le chinois Shanghai Chaos ont, en effet, acheté ces derniers mois près de 6 000 tonnes de cobalt.

Ces investisseurs parient sur une forte hausse de ce métal, particulièrement recherché pour fabriquer les piles et les batteries destinées aux téléphones portables, aux tablettes et aux voitures électriques. Dans leur ligne de mire : le marché du mobile et surtout le boum de la voiture électrique. Les grandes qualités du cobalt le rendent, en effet, très difficile à remplacer, dans les produits de haute technologie.

Cette ruée des investisseurs est rendue possible, car les réserves mondiales se concentrent dans des zones géographiques, où il y a très peu de règlements environnementaux et de régulations du droit du travail. C’est notamment le cas de la République Démocratique du Congo. La RDC est, aujourd’hui, le premier réservoir de cobalt. Soit près de 60% de la production mondiale. Des investisseurs qui font fi des conditions dans les mines artisanales où les travailleurs risquent, en permanence, des accidents mortels … Pour à peine un dollar par jour.

http://www.rfi.fr/emission/20170302-rdc ... oom-cobalt

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49932
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La Cobalt flambe

Message par energy_isere » 18 juin 2017, 14:40

Cobalt Surges 150% As Tesla And Tech Giants Fight For supply

brian wang | June 3, 2017

This super-metal is the hottest commodity on the market right now—and it’s NOT lithium.
Instead…
It’s a metal that early investors are eyeing as a massive opportunity.

Supply is already in deficit – and that’s before the anticipated 500 percent increase in demand.

It’s a metal that is critical to the future stock price of everything from Google, Apple, Tesla, Amazon, UPS and many more.

Welcome to the supply crisis that is all about Cobalt

Cobalt is a metal that few investors know much about – it is critical to the electric vehicle (EV) revolution because it makes up some 35% of the lithium-ion battery mix.

That’s 30% of batteries that are the backbone of EVs, EVs that are now mainstream. To meet demand for EVs, billion-dollar battery gigafactories have been built and continue to be built.

Consumer electronics are contributing to the demand and resulting shortage of supply.

And, unlike lithium, which is a fairly common commodity… we can’t source enough of cobalt as things stand today – and demand is increasing quickly.

Soon this story will get out.

Analysts at Macquarie Research project deficits of 885 tons of this resource next year, 3,205 in 2019 and 5,340 in 2020. That’s a deficit increase of 503 percent.

As a first principle of investing, where there is a supply problem, there is a massive opportunity for early investors.

In the perfect storm that is the cobalt market, there are additional challenges. Currently, more than half of the world’s supply of cobalt comes from the Democratic Republic of Congo (DRC).

Use of child workers in appalling conditions in the DRC means that difficult supply chain questions are starting to be asked. Apple and Tesla will not be able to ignore the awkward questions they are being asked about their supply chains. Is their cobalt ethically sourced?

Generally speaking, no. This is a huge and growing problem.
...............
...............

Image
https://www.nextbigfuture.com/2017/06/c ... upply.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49932
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La Cobalt flambe

Message par energy_isere » 18 juin 2017, 14:44

la dernière fiche USGS pour le Cobalt : https://minerals.usgs.gov/minerals/pubs ... -cobal.pdf
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49932
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La Cobalt flambe

Message par energy_isere » 09 sept. 2017, 21:35

Dans un monde 100% véhicule électrique, la demande de lithium serait multipliée par trente, celle de cobalt par vingt. Pour y répondre, les mines manquent.

8 Sept 2017 LesEchos

En février dernier, le tout petit marché du cobalt a connu une agitation sans précédent. En quelques semaines, des investisseurs avertis ont fait main basse sur plusieurs milliers de tonnes de ce minerai essentiel pour fabriquer notamment les batteries au lithium des voitures électriques, s'emparant de l'équivalent de 17% de la production mondiale. Leur pari ? Que le véhicule électrique se développe plus rapidement que prévu, avec pour conséquence une pénurie de cobalt et un bond des prix.

Ces « hedge funds » ne s'y sont pas trompés. A l'aube de la révolution du transport « vert », alors qu'à peine 3 millions de véhicules pourraient avoir été vendus dans le monde d'ici la fin de l'année contre 530 millions attendus en circulation d'ici à 2040, le cobalt a déjà vu son cours sur le London Metal Exchange (LME) grimper de 86% cette année.

Dans un monde 100% véhicule électrique, UBS a calculé que le cobalt est la matière première dont les besoins devraient le plus augmenter (+1928% comparé à la production mondiale aujourd'hui), derrière le lithium (+2898%), mais bien avant les terres rares (+655%), le graphite (+524%), le nickel (+105%) ou encore le manganèse (+14%), tous ces éléments servant dans la conception des batteries rechargeables. Dans une étude publiée en mai, la banque suisse explique, après avoir comparé une Bolt Chevrolet à une Golf Volkswagen, que la carrosserie et le châssis d'un véhicule électrique nécessitent aussi davantage d'aluminium et de cuivre, mais moins de fer et un peu moins d'acier.
......................

La Chine, dont les ambitions dans la voiture électrique sont immenses, détient plus de 20% des réserves de lithium et contrôle 90% de la production de terres rares. Cela ne l'empêche pas d'investir massivement dans des mines à travers le monde pour assurer son approvisionnement. Elle a mis un pied au Congo où se trouve les plus grands gisements de cobalt de la planète.

Aujourd'hui, ce pays d'Afrique fournit à lui seul la moitié du métal produit chaque année. Mais pour combien de temps ? L'offre mondiale est restreinte. « C'est même la seule des ressources nécessaires aux véhicules électriques qui fait face à des réserves limitées, prévient UBS. Elle dépend en outre d'une source centre africaine d'approvisionnement risquée. » Un espoir ? Une moindre utilisation dans la nouvelle génération de portables.
https://www.lesechos.fr/industrie-servi ... 112897.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49932
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La Cobalt flambe

Message par energy_isere » 09 sept. 2017, 21:38

Des enfants dans des mines de cobalt pour alimenter nos piles et batteries

19 Janvier 2016

L'industrie des produits électroniques et automobiles est appelée à mieux vérifier d'où vient le cobalt utilisé pour la fabrication de piles et de batteries, un minerai trop souvent extrait dans des conditions dangereuses et parfois par des enfants, dénoncent Amnistie internationale et l'Observatoire africain des ressources naturelles, Afrewatch.

La République démocratique du Congo (RDC) assure à elle seule plus de la moitié de la production mondiale de cobalt, rappellent-ils dans un rapport rendu public mardi, et intitulé Voilà pourquoi on meurt : les atteintes aux droits humains en République démocratique du Congo alimentent le commerce mondial du cobalt.

Selon une étude du gouvernement, 110 000 mineurs artisanaux travaillent dans les mines du Katanga, là où se concentre la production de cobalt en RDC. En pleine saison, leur nombre s'élève à 150 000. Parmi ces mineurs se trouvent des enfants parfois âgés d'à peine 7 ans, rappelle Amnistie.

Et peu importe leur âge, tous travaillent pour un salaire jugé dérisoire dans des galeries souterraines creusées avec des outils rudimentaires. Ils sont en plus exposés au risque de contracter des affections pulmonaires permanentes, ou pire, de mourir, poursuit le rapport.
..................
..................
http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/760 ... ries-apple

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49932
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La Cobalt flambe

Message par energy_isere » 09 sept. 2017, 21:44

Image
"A young man carries wet Cobalt on his back at the Shinkolobwe mine 35kms from the town of Likasi, Democratic Republic of Congo, in this Saturday, April 10, 2004 photo"

https://sputniknews.com/africa/20160119 ... extracted/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49932
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La Cobalt flambe

Message par energy_isere » 28 oct. 2017, 12:18

Namibie : Celsius lève 3,9 millions $ pour faire avancer son projet de cobalt Opuwo

Agence Ecofin 26 oct 2017

Entreprise minière listée sur ASX, Celsius Resources a annoncé lundi, une levée de fonds de 3,9 millions de dollars pour son projet de cobalt Opuwo, en Namibie. Elle émettra 71,6 millions d’actions au prix unitaire de 5,5 cents.

Celsius précise que les fonds levés serviront au cours des 12 prochains mois, à finaliser les programmes d’essais métallurgiques et de forage de ressources en cours ainsi qu’une étude exploratoire. Elle explorera également des permis récemment acquis, puis lancera une étude de préfaisabilité. La société prévoit de réaliser une déclaration de ressource vierge selon le code JORC début 2018.

Selon le DG de la compagnie Brendan Borg, le soutien reçu à la fois de nouveaux investisseurs et des actionnaires existants, illustre le fort potentiel du projet à un moment où les perspectives de croissance de la demande de cobalt sont bonnes.
https://www.agenceecofin.com/cobalt/261 ... balt-opuwo

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49932
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La Cobalt flambe

Message par energy_isere » 15 nov. 2017, 13:27

Volkswagen perd la bataille du cobalt

André Lecondé Le 18 Octobre 2017

L’électrification des gammes des constructeurs automobiles est un sujet on ne peut plus stratégique dans un contexte où les politiques bouleversent le marché par des réglementations mettant à mal la suprématie du moteur thermique. Le cours de l’histoire change. Il n’est plus une marque de voitures qui n’annonce prendre date en présentant des plans assurant une offre électrique conséquente à court terme, à des consommateurs pratiquement déjà convertis. Certes, mais pour aller à la guerre, il faut que l’intendance suive. Ici comme ailleurs. Cette intendance s’appelle dans ce cas batterie lithium ion qui a besoin du Cobalt pour faire son office. C’est le pétrole de demain et les constructeurs cherchent absolument à s’en assurer la fourniture. Ce qui n’est pas si simple…


La chasse au Cobalt est ouverte et le constructeur qui n’aura pas su organiser son réseau de fournisseurs se retrouvera le bec dans l’eau. Sans lui, point de batterie pour les véhicules électriques. Il y a donc urgence et Volkswagen, comme ses autres collègues, ont pris l’initiative d’approcher les grands producteurs du minerai pour passer des contrats de fourniture. Une démarche qui a révélé la nouvelle donne en la matière.

Il n’y a pas si longtemps, les constructeurs pouvaient imposer leur loi mais, aujourd’hui, tout est inversé. Volkswagen l’a découvert en se faisant éconduire par les fournisseurs de Cobalt. Ils avaient été approchés pour la mise en place d’un contrat de cinq ans basé un prix fixe. Un appel d’offres qui a carrément été jugé « arrogante ». Une information apparue dans le Financial Times et relayée par le site automobie-propre.com.

Le quotidien américain donne le ton avec cette déclaration de ce que l’on a coutume de qualifier « de source proche du dossier » : « ils ont complètement mal évalué le contenu de l’appel d’offres. Il ne sert à rien de négocier – ce n’est même pas un sujet de discussion ». Volkswagen n’aurait ainsi pas compris que le tarif du cobalt a doublé en seulement un an, passant de 12 à 30 dollars la livre, soit de 10 à 26 euros le kilo. Un tarif qui devrait encore grimper au cours des prochains pour suivre la hausse de la demande.

L’appel d’offres de Volkswagen exigeait 80 000 à 130 000 tonnes de cobalt, sur un marché dont l’offre totale dépasse un peu plus de 100 000 tonnes par an. Vu l’ampleur, on peut considérer qu’il était le pendant de la fameuse « Roadmap E » du constructeur qui veut électrifier plus de 300 modèles d’ici 2025. Cet échec à assurer un partenariat logistique met-il déjà en péril les ambitions du groupe allemand ? Nous verrons.

Volkswagen n’est pas le seul constructeur à chercher à sécuriser ses approvisionnements en cobalt. Selon le Financial Times, Tesla et BMW seraient également à la recherche d’accords similaires. Or, les grands producteurs du minerai sont clairement en position de force et ne comptent pas se laisser dicter leurs prix. Et la plupart d’entre eux viennent de la zone Sud Est asiatique, à commencer par la Chine…
http://www.caradisiac.com/volkswagen-pe ... 163570.htm

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49932
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La Cobalt flambe

Message par energy_isere » 15 nov. 2017, 13:37

Cobalt : la RDC, nouvel eldorado pour les firmes automobiles

30.10.2017,

La République Démocratique du Congo (RDC) est qualifiée par les scientifiques de scandale géologique à cause de l’abondance de ses ressources minières, pétrolières, énergétiques et forestières. Et cette réalité, qui n’a cessé de se vérifier tout au long des siècles et décennies passés, risque à nouveau de se confirmer avec le développement et l’apparition des voitures électriques.

Après l’exploitation du caoutchouc pour les pneus des véhicules ; le coton dans l’industrie du textile ; le diamant et l’or en vue d’une accumulation de richesse (coloniale ou despotique); le cuivre dont l’usage a permis la modernisation de nos modes de vie ; et de nos jours, le coltan et la cassitérite, minerais rares indispensables dans la fabrication de nos portables et de nombreux autres matériels informatiques, voici la République Démocratique du Congo qui apparaît encore comme le futur grand fournisseur de la modernisation du monde au travers de son cobalt.

Image
Les estimations des réserves de cobalt dans le monde

En effet, les voitures de demain dépendront abondement de l'approvisionnement en cobalt en provenance de la RDC, pays des tropiques africains où il n'y a jamais eu de transition pacifique et où le travail des enfants est encore utilisé dans certaines parties de l'industrie minière.

Cobalt, le futur de l’automobile

Image

Pour mieux saisir l’enjeu, il faut comprendre que les gouvernements du monde s'attaquent de plus en plus aux émissions polluantes des moteurs à carburant traditionnel, et que, dès lors, la plupart des grands constructeurs automobiles se sont engagés dans une transformation de leur industrie en se lançant dans la construire des millions de véhicules électriques. Ce qui, par conséquent, entraine une augmentation de l’utilisation des batteries lithium-ion ainsi que des matériaux nécessaires à leur fabrication dont fait partis le cobalt.

Le cobalt, un minerais relativement rare que l'on trouve principalement en RD Congo, est un sous-produit de l'extraction du cuivre et du nickel. Jusqu'à récemment, il y avait souvent des surplus car il servait principalement à durcir l'acier. Mais la capacité du métal bleu-gris à conduire efficacement l'électricité l'a rendu essentiel pour les batteries rechargeables haut de gamme. Une batterie typique d’une voiture électrique contient environ 15 kilogrammes (33 livres) de cobalt, bien que certaines variétés utilisent moins de 5 kilogrammes.

La République Démocratique du Congo fournit 63% du cobalt du monde. Or, selon le cabinet d’expert « Wood Mackenzie Ltd », cette part de marché pourrait atteindre 73% d'ici 2025 si des producteurs tels que Glencore Plc étend ses mines.

Et d’après les estimations de l’Organisme de recherche « Bloomberg New Energy Finance, BNEF », d'ici 2030, la demande mondiale pourrait être 47 fois plus importante que celle de l'année dernière.

Image
Besoin en cobalt dans les prochaines années pour satisfaire la demande des constructeurs des véhicules électriques

« Il y a beaucoup de grands projets mis en place par les constructeurs automobiles, mais peu d'entre eux semblent avoir envisagé la chaîne d'approvisionnement en cobalt », a déclaré Gavin Montgomery, directeur de l'analyse des marchés des matières premières chez Wood Mackenzie à Londres.

Peu de marchés de produits de base sont dominés par un seul fournisseur, ce qui pose un problème pour les constructeurs automobiles du monde entier.

Au cours des deux prochaines décennies, la flotte mondiale de véhicules électriques pourrait atteindre 282 millions, soit environ 16% de toutes les voitures en circulation, selon les estimations des analystes de la BNEF .

Image

La firme automobile Tesla a plus que doublé ses ventes de véhicules depuis 2014 et vise 500.000 véhicules pour l'année prochaine. L’automobiliste Volkswagen AG prévoit d'investir $24 milliards d'euros d'ici 2030 pour équiper les véhicules électriques, et $60 milliards supplémentaires pour les batteries. Quant au constructeur Volvo, il prévoit cinq modèles électriques dans sa gamme d'ici 2021, tandis que Daimler AG, le propriétaire de Mercedes-Benz, a investi 1 milliard de dollars pour accélérer la production de véhicules électriques aux États-Unis.

Dès lors, puisque la demande va en augmentant, les sociétés minières, telles que Glencore, Eurasian Natural Resources Corp. (ENRC) et China Molybdenum Co. Sont en train d’investir massivement en RDC ; qui possède en masse les réserves de cobalt les plus connus à ce jour.

Le cobalt congolais, un cobalt à risque

Image
Une mine à ciel ouverte d'exploitation du cuivre et cobalt dans l'ex-province du Katanga. (© Reuters/Jonny Hogg)

Alors que le pays est un producteur fiable depuis plus d'une décennie et se remet encore d'une guerre civile brutale qui a coûté des millions de vies et paralysé l'industrie minière avant l'arrivée de la paix en 2003.

« La dépendance de l'offre de cobalt sur la RDC est une situation risquée », a déclaré Andries Gerbens, analyste dans la firme de négoce en cobalt Darton Commodities Ltd., basé à Guildford, au Royaume-Uni.

Le président Joseph Kabila refuse d'abandonner le pouvoir après l'expiration de son dernier mandat en 2016. Depuis sa prise de fonction en 2001, le président Kabila, âgé de 46 ans, et sa famille ont constitué un vaste réseau d'affaires qui atteint tous les coins de l'économie, y compris les intérêts miniers ; la majeure partie des revenus d'exportation du pays provient de l'exploitation minière.

Citant l'escalade des tensions politiques, la firme de notation « Standard & Poor Global Ratings » a baissé au mois d’août la note de la dette et de la monnaie de la RD Congo, après des réductions similaires par d'autres sociétés de notation.

Les prix du cobalt sur le « London Metal Exchange, LME » ont plus que doublé l'année dernière pour atteindre $60.125/T.

Avec la hausse des prix du cobalt, le gouvernement est conscient de sa position dominante et cherche déjà des moyens d'accroître son contrôle des actifs et des opportunités de profit, a déclaré M. Gerbens.

Plus tôt ce mois-ci, le gouvernement congolais avait exhorté le législateur à accélérer les changements prévus dans les lois minières qui augmenteraient les redevances sur le cobalt à 3,5% contre 2% actuellement.

L'attention accrue des autorités publiques peut également entraîner des perturbations de l'approvisionnement affectant ainsi les prix. Le mois dernier, le gouvernement a bloqué les exportations de cuivre et de cobalt de la joint-venture sino-congolaise Sicomines dans un conflit en vue de l’exportation de minerais raffinés sur place.

En outre, au mois de mars dernier, la Gécamines a mis en cause son partenaire avec Forrest afin de reprendre le contrôle de son projet de cobalt GTL-STL à Lubumbashi qui produit 5.000 tonnes par an. Toutefois, pour le moment, la production dans les installations est à l’arrêt.

Une autre préoccupation des constructeurs automobiles est que du cobalt congolais provient de mines informelles. L'exploitation minière artisanale est légale en RD Congo mais mal réglementée et souvent, l’ONG Amnesty International reprochent à ces carrières d’utiliser des enfants.

En 2014, le gouvernement a estimé que 14.000 tonnes de ces exportations de cobalt, soit 20%, provenaient de ces creuseurs informels. L'année dernière, cette part a chuté à 8.600 tonnes, selon Darton Commodities Ltd., en raison des actions du gouvernement pour réprimer ces mines illégales et de la diminution de la demande de ces minerais par les sociétés technologiques, notamment Apple Inc. et Samsung Electronics Co., soumises à la pression du public pour contrôler leurs chaînes d'approvisionnement.

Le contrôle de la chaine d’approvisionnement

Image
Une carrière artisanale de cuivre et cobalt dans l'ex-Katanga. (Per-Anders Pettersson/Getty Images)

Pourtant, il reste difficile pour les fabricants de batteries de savoir d'où vient leur cobalt. Car, plus de la moitié de l'approvisionnement mondial en cobalt raffiné utilisés pour fabriquer les batteries rechargeables provient de la Chine, qui reçoit 90% du cobalt congolais.

La combinaison de la complexité politique et opérationnelle s'est avérée trop difficile pour certains investisseurs.
« La RDC reste très attrayante géologiquement, mais le climat d'investissement s'est détérioré », a déclaré la firme canadienne « First Cobalt Corp. » après avoir annoncé en septembre son retrait d’un projet miner en RDC, cinq mois seulement après avoir conclu la création d'un partenariat avec sept compagnies pour l’exploration du cobalt dans l’ex-province du Katanga.

First Cobalt se concentrera désormais sur les perspectives canadiennes, tandis que d'autres recherches vont se dérouler en Australie.

« Ce sont tous de très petits projets comparés à ce qui se passe en RD Congo », a déclaré Montgomery de Wood MacKenzie car, jusqu’ici, aucun pays n'a des réserves en cobalt connues comme celle de la RDC.

Une production en constante augmentation

Image
Production de cobalt dans les exploitations minières de la RDC en 2016

Les changements apportés par la République Démocratique du Congo à la législation minière en 2002 ont conduit à d'énormes investissements dans les projets de cuivre et de cobalt du pays, qui ont déclenché une décennie de production, dominée par le suisse Glencore.

L'entreprise a exporté 24.500 tonnes de cobalt de sa mine de Mutanda l'année dernière, soit 40% de la production de la RD Congo et près d'un quart de la production mondiale !

Cette part ne fera qu'augmenter en 2018, lorsque le projet Katanga Mining de Glencore reprendra après une suspension de deux ans. La mine devrait produire environ 300.000 tonnes de cuivre et 20.000 tonnes de cobalt d'ici 2019, a déclaré le directeur général Ivan Glasenberg aux analystes en août.

La firme Kazakhe ENRC, prévoit également d'accroître sa production en RDC. L'entreprise produira 14.000 tonnes supplémentaires par an à partir de son usine de Metalkol Roan, qui débutera fin 2018, a déclaré, en juin, son PDG, Benedikt Sobotka.

Les entreprises chinoises se développent également en République Démocratique du Congo. En 2016, 7 des 10 plus grosses entreprises minières en RDC appartiennent à des Chinois.

Et pas plus tard que l'an dernier, China Molybdenum a acquis la mine de cuivre et de cobalt de Tenke Fungurume auprès de l’américain Freeport-McMoran Inc. pour 2,65 milliards de dollars.

Pendant ce temps, de nouveaux investisseurs continuent d'apparaître, selon Serge Ngandu, directeur de la société minière africaine « Madini Minerals », qui possède des propriétés de cobalt dans le pays et cherche des partenaires.

« Si vous voulez devenir un acteur sur le marché du cobalt, vous devez être en RDC », a-t-il affirmé.

Thomas Wilson/Trad. pour mediacongo.net, K.D.
Bloomberg / MCN, via mediacongo.net
http://www.mediacongo.net/article-actualite-31767.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49932
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La Cobalt flambe

Message par energy_isere » 15 nov. 2017, 17:47

Extraction du cobalt : d'Apple à Renault, Amnesty note les grandes firmes

Elles "ne font pas le nécessaire face aux allégations de travail des enfants dans les chaînes d'approvisionnement en cobalt pour les batteries", déplore l'ONG.


Source AFP le 15/11/2017 Le Point.fr

Amnesty a évalué le respect des droits de l'homme par une trentaine de multinationales qui s'approvisionnent en cobalt en République démocratique du Congo (RDC), dans un rapport publié ce mercredi. "Les géants industriels ne font pas le nécessaire face aux allégations de travail des enfants dans les chaînes d'approvisionnement en cobalt pour les batteries", déplore l'ONG en résumé de son enquête sur la filière en RDC, pays africain qui fournit 50 % de la demande mondiale. Le secteur automobile est sévèrement épinglé dans un chapitre intitulé "La face sombre de la technologie verte", alors que la demande mondiale de cobalt explose : "Les constructeurs de véhicules électriques sont à la traîne par rapport à d'autres secteurs en ce qui concerne les pratiques liées à leurs batteries." "Renault et Daimler présentent des résultats particulièrement mauvais", assure Amnesty, qui dénonce "des zones d'ombre" dans leur chaîne d'approvisionnement.

L'ONG a d'ailleurs exigé que Renault "assume son devoir de vigilance en République démocratique du Congo", dans une lettre ouverte au PDG du constructeur français, Carlos Ghosn. "C'est pourquoi nous souhaitons vivement recevoir de votre part les informations demandées", ajoute la lettre signée par la présidente d'Amnesty France. Amnesty se montre plus indulgente avec le secteur informatique et Apple, sa marque vedette, première capitalisation boursière mondiale. "Au début de l'année, Apple est devenue la première entreprise à publier les noms de ses fournisseurs en cobalt." Si les sociétés Dell et HP "ont montré des signes encourageants", "Microsoft fait partie des 26 entreprises qui n'ont pas rendu publiques les informations sur leurs fournisseurs", poursuit l'ONG. Avec ce nouveau rapport, Amnesty voulait évaluer les progrès des grandes entreprises citées dans une précédente enquête datant de janvier 2016.

Des conditions de travail dénoncées

Quelque 20 % du cobalt congolais sont extraits à la main dans des mines artisanales par des "creuseurs". "Amnesty international a rassemblé des informations montrant que des enfants et des adultes extraient le cobalt dans des tunnels étroits creusés manuellement et sont exposés au risque d'accidents mortels et de graves affections pulmonaires." Amnesty étudie également les pratiques du principal fournisseur de cobalt congolais, l'entreprise chinoise Huayou Cobalt, dont la filiale congolaise achète du minerai dans l'ex-Katanga et le revend aux grandes entreprises. "Huyaou Cobalt a réalisé des progrès depuis le rapport de 2016 d'Amnesty, notamment en améliorant sa transparence. Des lacunes subsistent cependant." La RDC regorge de ressources minières mais reste un des pays les moins développés au monde. La richesse du sous-sol contribue à alimenter les conflits armés qui déchirent depuis plus de 20 ans l'est du pays, en particulier les provinces du Nord et du Sud-Kivu, grosses productrices d'or, d'étain, de coltan et de tungstène.
http://www.lepoint.fr/monde/extraction- ... 436_24.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49932
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La Cobalt flambe

Message par energy_isere » 18 nov. 2017, 12:34

Travail des enfants dans les mines de cobalt en Rd Congo : «Le temps est venu de recharger des batteries propres» (Amnesty)

Agence Ecofin 16 Nov 2017

«Les géants industriels ne font pas le nécessaire face aux allégations de travail des enfants dans les chaînes d’approvisionnement en cobalt pour les batteries.», c’est la grande conclusion du nouveau rapport d’Amnesty International intitulé «le temps est venu de recharger des batteries propres».

Image

Dans cette étude, l’organisation a étudié les progrès réalisés depuis janvier 2016 par les géants du secteur de l’électronique et des constructeurs automobiles dont Apple, Samsung, Dell, Microsoft, BMW, dans leurs pratiques concernant l’approvisionnement en cobalt.

En effet, il y a deux ans, elle révélait après une enquête, que les batteries utilisées pour leurs produits sont susceptibles d'être liées au travail des enfants en Rd Congo.

Le classement : Apple à l’avant-garde, Microsoft à la traîne…

Dans le rapport, Amnesty International a établi un classement après avoir soumis les différentes firmes à un certain nombre de questions. Elle a conclu que «si une poignée d'entreprises ont réalisé des progrès, d'autres n'ont toujours pas pris les mesures les plus élémentaires, telles qu'une enquête sur les filières d'approvisionnement en RDC».

Dans la poignée de firmes ayant progressé, Apple arrive en première position. Elle a été saluée par Amnesty International comme étant actuellement la meilleure entreprise en matière d’approvisionnement en cobalt. La société est devenue la première en début d’année à publier les noms de ses fournisseurs en cobalt et depuis 2016, elle travaille activement avec Huayou Cobalt pour détecter le travail des enfants dans ses chaînes d’approvisionnement et lutter contre.

Dans la même lignée, l’ONGI félicite également Dell et HP chez lesquels, elle a noté des «signes encourageants».

Parmi les entreprises qui n’ont fait aucun progrès, Amnesty International cite Microsoft. Le géant de l’informatique fait partie des 26 sociétés n’ayant pas publié les informations sur leurs fournisseurs, notamment sur ceux s’occupant de la fusion et du raffinage du cobalt qu’elles utilisent. Le rapport met dans le même panier les firmes comme Lenovo, Renault, Vodafone, Huawei.

«Il est grand temps que cela change»

«Certaines des entreprises les plus riches et puissantes au monde trouvent encore des excuses pour ne pas enquêter sur leurs chaînes d'approvisionnement. Et celles qui ont mené des enquêtes ne révèlent pas ce qu'elles ont découvert sur les risques en matière de droits humains et les atteintes à ces droits. Si les entreprises restent dans l'ignorance concernant la provenance de leur cobalt, il en va de même pour leurs clients.», déplore Seema Joshi, spécialiste de la responsabilité des entreprises en matière de droits humains à Amnesty International.

Pour l’organisation, les entreprises ont individuellement la responsabilité de repérer et d'empêcher les atteintes aux droits humains dans leurs chaînes d'approvisionnement en cobalt, de remédier à ces abus et de rendre des comptes. Elles doivent donc publier les évaluations concernant les risques en matière de droits humains, «collaborer avec les autres entreprises et avec le gouvernement en vue d'extirper les enfants des pires formes de travail qu'ils connaissent, et de soutenir leur réintégration dans le système scolaire, et répondre aux besoins en matière de santé physique et psychique».
https://www.agenceecofin.com/etude/1611 ... es-amnesty

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités