[Crise] L'économie de la France en difficulté

Discussions traitant de l'impact du pic pétrolier sur l'économie.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
Alter Egaux
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4302
Inscription : 08 févr. 2006, 15:18
Localisation : Ile de France
Contact :

Re: [Crise] L'économie de la France en difficulté

Message par Alter Egaux » 15 juin 2011, 06:13

Moody's pourrait dégrader les notes de SocGen, BNPP et CASA
L'agence Moody's a annoncé mardi avoir placé sous surveillance les banques françaises Société générale, Crédit agricole et BNP Paribas pour une possible dégration de leur note du fait de leur exposition à la crise grecque.

Dans un communiqué publié à Madrid, l'agence de notation précise que l'examen portera notamment sur la dette à long terme et les dépôts.
http://lci.tf1.fr/filnews/economie/mood ... 35914.html
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett

Avatar de l’utilisateur
Alter Egaux
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4302
Inscription : 08 févr. 2006, 15:18
Localisation : Ile de France
Contact :

Re: [Crise] L'économie de la France en difficulté

Message par Alter Egaux » 15 juin 2011, 17:21

Ils ne parlent pas de l'effet domino, mais c'est un début de chiffrage :
Grèce: Que risquent les banques françaises?

FINANCE - Alors que les finances hellènes sont au plus mal, trois grandes banques de l'hexagone liées à la Grèce sont sous le menace...
Les banques françaises pourraient souffrir de la situation financière grecque. C’est en tout cas la crainte de l’agence de notation Moody's, qui a placé sous surveillance BNP Paris, Crédit agricole et Société générale avec la menace d’une dégradation de leur note.

Exposition en Grèce
L’agence a nettement abaissé la note de la Grèce au début du mois. Elle considère à présent que les risques se sont accrus sur les établissements financiers qui détiennent de la dette grecque.

Car l’UE et le FMI discutent en ce moment d’un deuxième plan de sauvetage pour le pays, voire d’une restructuration de sa dette. La Grèce, incapable de rembourser ce qu’elle doit, ferait alors défaut et ce serait à ses créanciers d’assumer une partie des pertes.

Et si leurs collègues allemandes sont les plus exposées, les banques françaises arrivent en deuxième position, selon les chiffres de la Banque des règlements internationaux.

Risques sur la dette
Face à ce risque, les trois banques ne sont toutefois pas logées à la même enseigne. BNP Paribas ne possède aucune filiale dans le pays mais détient près de 5 milliards d’euros de créances sur la dette grecque.

La Crédit agricole détient peu de titres d’Etat mais possède une filiale, Emporiki, et une masse importante de prêts au secteur privé. Moody’s considère que l'effet «secondaire» d’un défaut de la Grèce pourrait donc être «significatif», du fait de cette exposition à l'économie locale.

Du côté de Société générale, les craintes sont doubles. Elle dispose à la fois d'une part majoritaire au capital de la banque grecque Geniki et d’un portefeuille de titres d'Etat de 2,5 milliards d'euros.

Risques limités
Malgré cette exposition, le risque de voir les banques françaises perdre leur bonne note est cependant limité. Même en cas de défaut, les conséquences financières devraient tout d’abord être contenues.

Le directeur général de BNP Paris, Baudouin Prost, a estimé début mai que la banque pourrait perdre jusqu’à 1,2 milliard d’euros avec une décote de 30% sur ses titres d’Etat. Le PDG de Société générale, Frédéric Oudéa, chiffrait de son côté les pertes à 500 millions d’euros.

Moody’s a en outre elle-même reconnu que les trois banques offraient de «solides profils financiers et des bénéfices substantiels et diversifiés».

Le ministre du Budget et porte-parole du gouvernement, François Baroin, a expliqué de son côté mercredi que cette situation ne l’inquiétait pas. Les établissements français «sont parmi les banques internationales les mieux notées actuellement» et une éventuelle dégradation de leurs notes n’aurait donc qu’un impact «limité».
http://www.20minutes.fr/article/741697/ ... francaises
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5081
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: [Crise] L'économie de la France en difficulté

Message par Raminagrobis » 07 juil. 2011, 12:50

lien Le député Gilles Carrez (Val-de-marne, groupe UMP, député depuis 1993) pointe du doigt le régime fiscal des entreprises du CAC40. Bien que la situation soit très disparate entre ces 40 groupes, la plupart arrivent, par le truchement des charges déductibles et du régime de bénéfice mondial consolidé (qui leur permet de déduire de leur bilan les pertes faites pas des filiales à l'étranger, enfin en gros parce que c'est beaucoup plus compliqué que ça), à payer très peu d'impot sur le bénéfice. 4 d'entre elles dont Total ne paient rien du tout.

Il propose des mesures pour rééquilibrer la fiscalité entre PME et grands groupes.
Toujours moins.

Flora
Charbon
Charbon
Messages : 205
Inscription : 05 avr. 2011, 11:41

Re: [Crise] L'économie de la France en difficulté

Message par Flora » 07 juil. 2011, 14:03

ah enfin des UMP qui s'en émeuvent.... :idea:
à moins que ça soit électoraliste, à moins d'un an des élections ???... :twisted:

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5081
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: [Crise] L'économie de la France en difficulté

Message par Raminagrobis » 10 juil. 2011, 19:06

Pour moi il faudrait changer l'assiette de cet impot, le baser non pas sur le résultat d'exploitation mais sur les dividences reversés aux actionnaires, avec un barême légèrement progressif, un taux marginal un peu plus faible qu'actuellement mais beaucoup moins d'abattements.
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
osas09
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 362
Inscription : 15 oct. 2007, 11:44

Re: [Crise] L'économie de la France en difficulté

Message par osas09 » 12 août 2011, 17:05

le point a écrit :
La croissance française est en panne, c'est grave?

0%. C'est l'évolutrion du PIB tricolore au deuxième trimestre. Une croissance nulle qui tombe mal, alors que les marchés doutent de la solidité de l'économie française, et qui annonce une montée en puissance dans l'austérité budgétaire.
Comme on dit 0+0=la tête à toto
Image

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5081
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: [Crise] L'économie de la France en difficulté

Message par Raminagrobis » 13 août 2011, 12:59

Montebourg à coté de la plaque
Arnaud Montebourg, candidat à la primaire PS, a affirmé mardi son opposition de fond à l'adoption de la "règle d'or" budgétaire, qui constituerait selon lui "la fin de la politique". "Approuver la règle d'or, c'est la victoire des marchés et la fin de la politique : les peuples perdent la liberté de faire autre chose que ce que les marchés ont décidé"
Au contraire, c'est quand on est surendetté, qu'on se retrouve dépendant de la finance : on le voit par exemple avec la BCE qui a dicté les réformes à l'italie. Un état qui a des finances saines n'est pas dépendant du marché, et fait ce qu'il veut.

En outre, la dette publique, dès qu'elle est existe, est le plus puissant mécanisme anti redistributif qui soit : les intérêts de la dette sont une rente payée aux plus riches avec l'argent public, c'est donc quelque chose qui tend à concentrer les richesses.C'est pour ça que toute politique sociale (c'est à dire visant à réduire les inégalités) financée avec la dette publique est un non sens.

Puisqu'on va me dire que c'est plus facile de critiquer une gestion que de proposer autre chose, quelques idées pour rétablir les équilibres budgétaires tout en amliorant la compétitivité de l'économie.

D'abord du coté du train de vie de l'état et des élus. Les rénumérations des élus deviennent imposable et nn cumulables (si un éu a plusieurs mandats, il ne touche que l'indemnité la plus elevée). Système de retraite normal pour les élus (les indemnités comptent pour la retraite comme n'importe quel salaire, pas de prolongement de la rénumération après la fin du mandat).
Fusion des communes de moins de 1000 habitants, ca réduira le nombre d'élus à indemniser et ça améliorera le fonctionnement.

Coté militaire, mutualisations des moyens nucléaires avec la grande bretagne, ça permettra de réduire le budget tout en gardant une force de frappe nucléaire crédible. Tous les programmes d'achat de matériel militaires doivent devenir européen, ça réduira les prix (alongement des séries, pression sur le fabriquant).

Réduction massive des charges sur les salaires, le financement de la couverture sociale étant reporté en partie sur la consommation (TVA sociale) en partie sur l'énergie (15 centimes de plus par litre de carburant > 5 milliards d'euros, alignement du fioul domesrtique sur le gasoil, création d'une TIPP sur le carburant aviation qui en est actuellement exempté), en partie sur les revenus financiers (augmentation du taux du prélèveement libératoire, voir suppression de ce dispositif). Ca améliorera la compétivité des produits français, et ça favorisera l'efficacité énergétique.

Rabbotage massif des niches fiscales qui n'ont pas un intérêt direct et évident pour l'emploi. On peut ramasser facile 25 milliards. Suppression du bouclier fiscal, création d'une tranche supplémentaire à 48% sur les très hauts revenus. Nouvelles lois contre l'évasion fiscale.

Suppression (progressive et non rétroactive) des aides fiscales sur l'achat du logement (notamment la déductibilité des intérêts d'emprunts). Ces mesures étaient supposées faciliter l'accès à la propriété, mais elles font monter les prix, ce qui annule leur effet.

Alignement du régime de retraite des fonctionnaires sur celui des salariés du privé. Paf.

Limitation (par l'impot) des stocks options comme rénumération des dirigents d'entreprises. Un chef d'entreprise doit avoir les yeux rivés sur ses clients, pas sur le cours de l'action.

Réduction de moitié des frais kilométriques pris en compte par les impots. Ils dépassent le cout réel d'utilisation de la voiture, et incitent les gens à prendre la voiture plutôt que les TEC.

Pour les grandes entreprises, suppression du régime du bénéfice mondial consolidé.

L'impot sur les entreprises change d'assiette (basé sur les dividences redistribués et non sur le résultat opérationnel) , il devient légèrement progressif.

Pour les grands chantiers, véritables appels offres européens, pour briser le cartel des trois majors du BTP français, soupçonnées de s'arranger sur les prix.
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7225
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Re: [Crise] L'économie de la France en difficulté

Message par phyvette » 13 août 2011, 13:21

Raminagrobis a écrit :quelques idées pour rétablir les équilibres budgétaires.
De quoi faire sauter plusieurs gouvernements à coup sûr. Et gagner enfin la médaille d'or des prélèvements obligatoires.
Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

Phili2pe
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 311
Inscription : 28 janv. 2009, 23:46

Re: [Crise] L'économie de la France en difficulté

Message par Phili2pe » 13 août 2011, 15:34

phyvette a écrit :
Raminagrobis a écrit :quelques idées pour rétablir les équilibres budgétaires.
De quoi faire sauter plusieurs gouvernements à coup sûr. Et gagner enfin la médaille d'or des prélèvements obligatoires.
'suis pas si sur que ça... ça finira par passer et plus rapidement que tu ne le crois
Petroleum donare, postea dioxydecarbonare, ensuita rechaufare

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 7904
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: [Crise] L'économie de la France en difficulté

Message par Remundo » 13 août 2011, 18:36

Ramina, il me semble que tu as un programme présidentiel beaucoup plus structuré que bon nombre de candidats :roll: :idea:

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 7904
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: [Crise] L'économie de la France en difficulté

Message par Remundo » 13 août 2011, 18:45

osas09 a écrit :Celui la il fallait oser l'écrire:
decitre a écrit : Les Trente glorieuses sont devant nous
de Valérie Rabault


Vous pensez que la France est en train de tomber.
Qu’elle n’est plus qu’une puissance « has been » dans la compétition internationale, victime des marchés financiers et de la mondialisation. Et si tout n’était pas joué ? Et si le scénario des « 30 Glorieuses » décortiqué par Jean Fourastié dans les années 70, se rejouait d’ici 2040 ? C’est la thèse des auteurs de cet essai de politique économique qui va à l’encontre de la sinistrose ambiante, avec une approche et une écriture accessible et pédagogique.
Karine Berger et Valérie Rabault défendent l’idée que la France blablalalalblalalal
En effet Osas, j'avais créé un petit topic là-dessus:
viewtopic.php?f=7&t=12102

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5081
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: [Crise] L'économie de la France en difficulté

Message par Raminagrobis » 13 août 2011, 19:15

Remundo a écrit :Ramina, il me semble que tu as un programme présidentiel beaucoup plus structuré que bon nombre de candidats :roll: :idea:
C'est gentil, mais je sais pas si je vais être élu, avec celui là :D
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
paradigme
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1259
Inscription : 23 mai 2006, 22:56

Re: [Crise] L'économie de la France en difficulté

Message par paradigme » 13 août 2011, 19:26

Pas mal le programme du petit chat... toutefois il faudra aller beaucoup plus loin, par exemple limiter la différence entre le plus gros revenu et le plus faible de 1 à 4... et oui j'ai une culture de gauche, et c'est tant mieux !

epe
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1471
Inscription : 22 juin 2005, 16:33
Localisation : 15' de Lille, de l'autre côté de la frontière

Re: [Crise] L'économie de la France en difficulté

Message par epe » 14 août 2011, 11:22

paradigme a écrit : par exemple limiter la différence entre le plus gros revenu et le plus faible de 1 à 4... et oui j'ai une culture de gauche, et c'est tant mieux !
Lol! ça voudrait dire que si le plus faible est à 1000€ mensuel net, le max serait à 4000€ mensuel net... effectivement un bon truc pour dépeupler la France de toute personne ayant des compétences valorisables un peu au-dessus de la moyenne...
-Il vaut mieux pomper même s'il ne se passe rien que de risquer qu'il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas.
Les Shadoks

Avatar de l’utilisateur
paradigme
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1259
Inscription : 23 mai 2006, 22:56

Re: [Crise] L'économie de la France en difficulté

Message par paradigme » 14 août 2011, 11:52

epe a écrit :
paradigme a écrit : par exemple limiter la différence entre le plus gros revenu et le plus faible de 1 à 4... et oui j'ai une culture de gauche, et c'est tant mieux !
Lol! ça voudrait dire que si le plus faible est à 1000€ mensuel net, le max serait à 4000€ mensuel net... effectivement un bon truc pour dépeupler la France de toute personne ayant des compétences valorisables un peu au-dessus de la moyenne...

Les compétences sont multiples, aider son voisin, s'occuper de ses vieux parents, participer à l'éducation de ses enfants et des autres, promouvoir les logiciels libres, jardiner pour soi et les siens, etc.
Heureusement toutes les compétences ne sont pas celle de l'homo comsomatus economicus mais aussi celles de l'homme responsable et adulte. L'humain a plus besoin de lenteur, d'amour, de patience que de folies consommatrices....

Répondre