[Céréales] Production, stocks et prix des céréales

Discussions traitant de l'impact du pic pétrolier sur l'économie.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59578
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Céréales] Production, stocks et prix des céréales

Message par energy_isere » 07 nov. 2017, 19:04

La Russie pulvérise son record de récolte de céréales en 2017

AFP le 07/11/2017

La récolte de céréales de la Russie, premier pays exportateur de blé, sera supérieure à 136 millions de tonnes cette année, battant le record de 1978, a annoncé mardi le ministère de l'Agriculture.
.................
Cette récolte devrait permettre à la Russie d'exporter 30 millions de tonnes de blé en 2017-2018 et de conserver ainsi son premier rang mondial, selon le ministre.

Lors de la campagne précédente, la Russie a exporté 27 millions de tonnes de blé. La Russie avait ravi lors de la campagne 2015-2016 le premier rang mondial aux Etats-Unis.
http://www.boursorama.com/actualites/la ... e3219b93b3

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59578
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Céréales] Production, stocks et prix des céréales

Message par energy_isere » 31 déc. 2017, 19:37

Nouveau record pour la production mondiale de blé

13 décembre 2017 AFP

La production mondiale de blé pour l'année 2017-2018 devrait être supérieure à son record historique de la campagne précédente, selon le ministère américain de l'agriculture, qui a revu mardi ce chiffre à la hausse, dans son rapport mensuel de décembre.

Il remonte d'un peu plus de trois millions de tonnes (Mt) son estimation à 755,2 Mt, contre 752 Mt le mois dernier. La production mondiale de l'an dernier, selon les dernières estimations du ministère, se serait élevée à 753,6 Mt. Mais les cours du blé ont néanmoins clôturé en légère hausse, mardi soir sur Euronext car « le marché avait anticipé tous ces changements », a indiqué à l'AFP Paul Gaffet, analyste chez ODA, et notamment le niveau élevé des stocks de fin de campagne. Les marchés attendaient initialement un maintien de ces stocks autour de 267 Mt et le ministère les a revus à la hausse, tenant compte des derniers chiffres de production en hausse au Canada que le marché avait également intégrés ces derniers jours.

Le rapport USDA réévalue également à la hausse (+ 500.000 tonnes) les exports de Russie, dont la production historique pèse depuis de nombreux mois sur les prix mondiaux. Le ministère se montre ainsi « un peu plus confiant sur les capacités portuaires du pays », selon Paul Gaffet, qui y voit une conséquence des « températures un peu plus clémentes de ces dernières semaines » sur le pays.

En ce qui concerne le maïs, la production mondiale ne bouge quasiment pas, à 1.044 Mt, contre 1.043 en novembre, tout comme les stocks de fin de campagne à 204 Mt contre 203,8 le mois précédent. La production brésilienne, une des plus importantes, n'évolue pas, relève Paul Gaffet. Il a ajouté que certains analystes commencent à baisser leur prévisions de production, estimant que les agriculteurs tendent à réduire les surfaces de cette culture, en plein semage ces jours-ci.

En outre, les faibles prix du maïs pourraient d'autant plus décourager les paysans brésiliens lors des semailles de la deuxième récolte de l'année en février prochain, dans des régions plus éloignées des ports et dont les coûts logistiques sont encore plus lourds. La production mondiale de soja est quant à elle très légèrement revue à la baisse à 348,4 Mt contre 348,9 en novembre, mais reste tout de même très proche du record de l'an dernier.
https://www.terre-net.fr/marche-agricol ... 33169.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59578
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Céréales] Production, stocks et prix des céréales

Message par energy_isere » 11 janv. 2018, 18:56

Le blé français terrassé par les blés russe et argentin

Par Claire Fages RFI 11 janvier 2018

Malgré une bonne récolte en quantité et en qualité, la France continue de perdre des parts de marché en Afrique du Nord, tant les capacités russes semblent infinies. Le blé argentin est aussi de retour dans ces pays.

Les concurrents du blé français sont décidément très agressifs cette année. La France a pourtant du blé en abondance avec une bonne teneur en protéine cette année. Mais elle n'arrive pas à écouler sa récolte vers ses marchés de prédilection africains.

C'est en ce moment, en fin de campagne, que le blé français devrait réaliser de belles performances, quand les autres origines moins chères s'essoufflent en quantité. Mais les exportations de blé russe, semblent ne pas vouloir se tarir cette année. Même l'organisme russe SovEcon d'habitude très prompt à gonfler ses chiffres dit avoir sous-évalué les capacités d'exportations russe, elles pourraient dépasser largement les 35 millions de tonnes prévues.

La Russie a une récolte record, et elle a moins de problèmes de logistiques

Pas de grands froids cette année au pays de l'Oural, d'habitude la neige ralentit l'expédition des céréales vers les ports. La Russie a également fait progresser ses infrastructures, et elle bénéficie désormais d'un terminal céréalier d'exception depuis qu'elle a annexé la Crimée : Sébastopol. Du coup c'est encore le blé russe qu'a choisi l'Egypte mardi. La France, elle, n'a expédié qu'un malheureux bateau vers le pays du Nil depuis juillet dernier.

Même l'Algérie a fait des infidélités au blé français

C'est pourtant son premier débouché, mais cette année Alger s'est laissé tenter par du blé argentin. La céréale sud-américaine est de retour sur les marchés africains après des années d'absence. Depuis que Buenos Aires a libéré cette céréale des taxes à l'exportation, les agriculteurs argentins ont réintroduit le blé dans leurs assolements qui privilégiaient jusqu'à présent le soja.

Le blé français souffre donc sur ses marchés traditionnels hors d'Europe, les pays tiers pourraient n'absorber que 9 millions de tonnes d'ici la fin du mois de juin, selon FranceAgrimer, la hausse de l'euro n'étant pas favorable non plus.

Mais le blé français se rattrape au sein de l'Union européenne

Avec 8 600 000 tonnes prévues, presqu'autant que vers les pays tiers alors que d'habitude l'Europe pèse pratiquement deux fois moins qu'eux. Mais les pays baltes, l'Allemagne et le Royaume-Uni n'ont pas de récolte suffisante pour concurrencer la céréale française. Elle se taille la part du lion au Benelux, dans la péninsule ibérique et en Italie.
http://www.rfi.fr/emission/20180111-le- ... e-argentin

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59578
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Céréales] Production, stocks et prix des céréales

Message par energy_isere » 15 févr. 2018, 21:59

La Chine exporte ses vieux stocks de riz en Afrique

Par Claire Fages RFI 15 février 2018

La Chine a multiplié par dix ses exportations de riz vers l'Afrique l'an dernier. Pékin se déleste d'une partie de ses réserves de grains blancs, qui débordent.


Le riz chinois fait un grand retour dans les assiettes des Africains. La Chine a exporté l’an dernier près de 800 000 tonnes vers l'Afrique, dont près de 40 % vers la seule Côte d’Ivoire, selon les douanes chinoises épluchées par Commodafrica.

On est encore loin des quelque 9 millions de tonnes de riz fournies à l’Afrique par la Thaïlande, qui est son premier fournisseur. Mais la Chine a tout de même multiplié par dix ses ventes à l’Afrique l’an dernier, au point de se hisser au rang de troisième fournisseur, au coude à coude avec le Vietnam, derrière l’Inde.

Près de 100 millions de tonnes de stocks chinois

La Chine exporte vers l’Afrique. Elle est pourtant le premier pays importateur de riz de la planète. C’est un subtil équilibre comme toujours de la part de Pékin. La Chine importe sans frais de douane environ 5 millions de tonnes de riz surtout vietnamien et birman, pour compenser la cherté de son propre riz, 143 millions de tonnes produites en Chine à coup de subventions, pour remplir les réserves nationales. Mais ces stocks de réserve débordent : ils approchent les 100 millions de tonnes. Cela représente plus des deux tiers de la consommation annuelle chinoise, 60 % des stocks mondiaux !

Du riz chinois de 2013 selon l’USDA

Ces stocks chinois commencent à dater. Autant la Chine vendait une part des récoltes récentes dans les pays voisins, autant elle ne pouvait espérer exporter ses vieux stocks tant que la Thaïlande traînait elle aussi de lourdes réserves de riz depuis 2011. Mais la Thaïlande s’en est presque débarrassée aujourd’hui : les stocks thaïlandais sont passés de 20 millions de tonnes il y a encore trois ans à 8,5 millions de tonnes aujourd’hui.

C’est pourquoi la Chine peut se mettre à son tour à brader son vieux riz. Selon le dernier rapport de l’USDA, le département américain de l’agriculture, du riz chinois datant de 2013 arriverait sur le marché.
http://www.rfi.fr/emission/20180215-chi ... iz-afrique

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59578
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Céréales] Production, stocks et prix des céréales

Message par energy_isere » 14 mai 2018, 17:55

La production mondiale de blé pourrait baisser en 2018-2019

Franck Stassi Usine Nouvelle le 13/05/2018

Après avoir un record historique en 2017-2018, la production mondiale de blé est attendue en recul de 1,4% en 2018-2019, sous l’effet d’une baisse de régime en Russie.

Le record historique de la production mondiale de blé, prévu pour être atteint à l’issue de la campagne céréalière 2017-2018 avec 758,38 millions de tonnes (Mt), ne devrait pas être dépassé en 2018-2019, anticipe déjà le département américain de l’Agriculture (USDA). 747,76 Mt (-1,4%) devraient alors être produites. Ces prévisions corroborent celles diffusées fin avril par le Conseil international des céréales, qui prévoit, lui, un recul légèrement plus fort de 2,5%, à 739 Mt.

Derrière la baisse de ces chiffres, se cache notamment la Russie, dont la production, après un bond de 17,2% à 84,99 Mt en 2017-2018, chuterait de… 18%, à 72 Mt, en 2018-2019. Il s’agirait toutefois de la troisième récolte la plus importante de l’histoire du pays.
..............
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... 19.N692194

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59578
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Céréales] Production, stocks et prix des céréales

Message par energy_isere » 12 juil. 2018, 20:45

La Russie championne du monde... des exportations de blé

Franck Stassi Usine Nouvelle le 12/07/2018

Malgré une baisse de production, la Russie devrait demeurer l’an prochain le premier exportateur mondial de blé. Les céréaliers européens cherchent à s’adapter à cette nouvelle donne.

Eliminée en quarts de finale de la Coupe du monde de football qu'elle organise, la Russie confirme en revanche sa première place sur un tout autre podium: celui des pays exportateurs de blé. La production russe pourrait accuser une baisse de régime l’an prochain (68,5 millions de tonnes, contre 84,9 Mt en 2017-2018), les semis d’hiver étant compromis en Sibérie par un fort épisode neigeux. Moscou va néanmoins demeurer le premier exportateur mondial de blé, avec 40 Mt exportées en 2017-2018 et 33,5 Mt prévues en 2018-2019. Toutes céréales confondues, la Russie a augmenté de 49% son record d’exportations en 2017-18, à 52,9 Mt. Ses exportations au cours de la campagne 2018-19 s’élèveraient à 48,5 Mt, selon le département américain de l’Agriculture. Et cela inquiète les céréaliers européens.

"Sur le plan commercial, au cours des années précédentes, la Russie ne nous gênait pas longtemps. Au second semestre de la campagne, elle avait écoulé ses marchandises. Cette année, cela n’a pas été le cas : il faudra probablement apprendre à avoir une mer Noire qui exporte du mois de juillet jusqu’en juin. Il nous faudra donc apprendre à être plus actif en début de campagne", commente Ludovic Pâris, délégué de l’établissement public FranceAgriMer pour la filière céréalière. L’Union européenne, médaille de bronze, a exporté 21,6 Mt de blé en 2017-2018, et devrait vendre 25 Mt de blé tendre hors de ses frontières l’an prochain. Elle est devancée par les Etats-Unis (24 Mt exportées cette année et 26 Mt en 2018-19, selon le Conseil international des céréales).

La qualité des lots, facteur de différenciation pour l'Union européenne

Cette situation qui s’annonce durable, doit inciter les exportateurs européens à davantage de vigilance, estime le chef de l’unité grains et sucre de France AgriMer, Marc Zribi. "La Russie a conquis des parts de marché vers la Tunisie, le Vietnam et, de façon plus inattendue, la Lettonie en 2017-2018", souligne-t-il.

Une attention particulière doit être portée aux commandes réalisées par l’Egypte, premier importateur mondial de blé. Le Gasc, l’organisme public en charge des appels d’offres, vient de reprendre ses achats pour la période 2018-2019 avec des achats russes à nouveau fortement majoritaires (595 000 tonnes achetées au 10 juillet). A contrario, les acheteurs privés égyptiens privilégient actuellement l’origine ukrainienne pour leurs achats de blé. La dureté du blé russe renchérit le coût de l’énergie, tandis que la qualité des lots demeure, pour l’heure, très hétérogène. Les céréaliers français ont là une opportunité de se démarquer.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... 19.N718869

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5197
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: [Céréales] Production, stocks et prix des céréales

Message par Raminagrobis » 02 août 2018, 13:40

Lien Avec les fortes chaleurs en Europe, les prix du blé et de l'orge ont fortement augmenté.
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8550
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: [Céréales] Production, stocks et prix des céréales

Message par kercoz » 02 août 2018, 14:10

ces augmentations doivent etre liées à la demande extérieure.. Le blé pousse au printemps et est peu sujet aux hausses de température, du moins sous nos latitudes .
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59578
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Céréales] Production, stocks et prix des céréales

Message par energy_isere » 04 août 2018, 13:07

La sécheresse fait flamber le blé et les céréales sur les marchés mondiaux

04 Aout 2018

Sécheresse et canicule font flamber le blé et les céréales sur les marchés mondiaux des matières premières agricoles cet été. Les analystes disent néanmoins ne pas craindre d'émeutes de la faim comme en 2007-2008 en raison de stocks "confortables".

Après avoir franchi la barre des 200 euros la tonne en juillet, les cours du blé ont terminé la semaine sur une hausse de 6% vendredi, après avoir frôlé jeudi les 220 euros, à 219,75 euros, en cours de séance sur le marché européen Euronext. Un pic jamais atteint depuis avril 2014.

La principale raison de cette flambée est liée à la météo: la moisson mondiale de blé a été plus faible qu'attendue, parfois dans des proportions importantes. Celle de maïs, pas encore réalisée, est aussi menacée.

La sécheresse a particulièrement frappé l'Europe du nord, la Pologne, les pays baltes, la Suède et l'Allemagne, grands producteurs de céréales.

En Pologne, où mai a été le plus chaud depuis 55 ans, des pertes "très importantes" de blé sont prévues et de 20% pour le colza, selon le gouvernement. La Lettonie avait déclaré dès juin l'état de calamité agricole.

Une coopérative suédoise citée par le cabinet d'analyse ODA a estimé la production de blé du pays entre 1,7 et 1,9 million de tonnes contre 3,2 millions l'an passé. Au Danemark, la récolte d'orge, destiné à la bière, a été "catastrophique", souligne un courtier interrogé par l'AFP.

Les inquiétudes viennent surtout d'Allemagne, où la première organisation de producteurs DBV a corrigé vers le bas mercredi ses prévisions de récolte, qui étaient déjà en baisse par rapport à l'an passé. Au lieu de 41 millions de tonnes de céréales attendues, l'Allemagne ne devrait en engranger que 36.

En France, où les experts attendent un peu plus de 34 millions de tonnes de blé contre 36,6 MT en 2017, la hausse des cours réjouit pourtant les agriculteurs céréaliers qui ont le moral en berne depuis plusieurs années. 40% d'entre eux sont dans le rouge.

- Oxygène -

"Si les prix montent, cela permettra à beaucoup de retrouver de l'oxygène", s'est félicité le président de l'association des producteurs de blé AGPB Philippe Pinta.

Néanmoins, le principal syndicat français FNSEA a demandé vendredi des mesures d'aide pour les agriculteurs car "la sécheresse et les prévisions météo ne permettent pas d'envisager un travail du sol, ni de réaliser des semis dans de bonnes conditions".

Du côté de la mer Noire, le service météorologique russe confirme attendre une baisse de production de céréales de 15 à 20% en Russie, pays devenu premier exportateur mondial de blé l'an passé devant les Etats-Unis, selon le cabinet de courtage ODA.

.....................
https://www.romandie.com/news/La-s-cher ... 942657.rom

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59578
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Céréales] Production, stocks et prix des céréales

Message par energy_isere » 11 mai 2019, 20:58

La guerre commerciale, ultime coup de massue pour les cours agricoles mondiaux

Première victime, le prix du soja a plongé au plus bas depuis dix ans à la Bourse de Chicago. La querelle sino-américaine et les préoccupations sur la demande chinoise ne sont pas seuls en cause. Les perspectives de récoltes de céréales dans le monde sont excellentes, les stocks importants

Par Muryel JACQUE

Publié le 10/05 2019 lesechos

La promesse faite vendredi sur Twitter par Donald Trump d'acheter pour des milliards de dollars de produits agricoles aux fermiers américains « pour les expédier aux pays pauvres et affamés » n'a guère ému les investisseurs. Au contraire. Les cours des grandes cultures cotées ont poursuivi leur chute. L'indice Bloomberg, qui regroupe neuf d'entre elles, est désormais à son plus bas niveau depuis dix ans.

Depuis des mois, ces marchés vivent au rythme des discussions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis. La semaine dernière, l'escalade du conflit entre les deux grandes puissances en mal d'accord et les nouvelles surtaxes imposées à la Chine les ont mis à terre. En cinq jours, les cours du blé ont baissé de 2 %, ceux du maïs de 5 % et ceux du coton de 7 %.

Particulièrement affectés, les cours du soja « made in US » ont chuté à des niveaux sans précédent depuis la crise financière mondiale. « Le soja est très perturbé par le brusque déclin de la demande chinoise, causé par la guerre commerciale. Et, pour comble, il est possible désormais qu'un accord commercial ne suffise pas à doper la demande en raison de la dégradation des perspectives du côté de l'alimentation animale », avertit Ole Hansen, responsable de la stratégie matières premières chez Saxo Bank. Car le marché du soja est aussi une victime indirecte de la peste porcine, ce virus mortel qui dévaste actuellement les élevages de porcs chinois , grands consommateurs de soja. Les Etats-Unis sont sur le qui-vive. « La peste porcine en Chine va bouleverser l'ensemble des oléagineux à l'échelle mondiale, à commencer par le soja, dans les années à venir », a averti le département américain de l'Agriculture (USDA), dans un rapport paru vendredi.

Récoltes abondantes, stocks énormes

Mais la querelle commerciale sino-américaine, plus aiguë que jamais, et les préoccupations sur la demande chinoise ne sont pas les seuls éléments à déprimer les marchés de matières premières agricoles. Les perspectives de récoltes de céréales à travers le monde sont excellentes, pour la saison prochaine encore. Et cela pèse aussi sur les cours. Jeudi, l'Organisation des Nations-Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a indiqué que la production mondiale de céréales devrait augmenter de 2,7 % en 2019-2020, et pourrait dépasser 2,72 milliards de tonnes (riz compris) : un record. « Dans un contexte où l'équilibre entre offre et demande est satisfaisant pour quasiment toutes les céréales, leurs prix internationaux risquent de rester sous pression, au moins pendant la première moitié de la saison », prévoit la FAO qui vient de publier ses premières estimations.

Alors que le Brésil s'apprête à récolter plus de maïs que jamais, les agriculteurs américains sont déjà aux prises avec des stocks trop importants, après des années de forte production. Et les conditions météorologiques depuis le début du printemps n'ont « rien fait pour entamer » les projections pour l'année, souligne Ole Hansen. L'USDA s'attend à ce que les stocks de maïs explosent à des niveaux sans égal depuis 1987-1988.

Pour les grands négociants de matières premières agricoles, ces conditions de marché, avec des prix en berne, sont également loin d'être évidentes. Les grands noms du secteur, Bunge, Archer Daniels Midland (ADM), Dreyfus, Cargill, bataillent pour générer leurs marges. « Excédents de production et incertitude géopolitique… Tout se conjugue pour leur rendre la tâche plus difficile, explique Jean-François Lambert, consultant chez Lambert Commodities. Trader s'avère particulièrement complexe actuellement, ils naviguent à vue. »
https://www.lesechos.fr/amp/1017878

Répondre