le plastique c'est du pétrole ?

Discussions traitant de l'impact du pic pétrolier sur l'économie.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58632
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: le plastique c'est du pétrole ?

Message par energy_isere » 11 août 2019, 15:34

Coca-Cola avoue produire 3 millions de tonnes de plastique par an

Par Lucas Godignon, le 14/03/2019

Le groupe américain fait partie des 31 entreprises qui ont révélé ce chiffre à la fondation Ellen MacArthur, qui publie un rapport ce jeudi.

Une montagne de déchets.

Le groupe américain Coca-Cola a révélé à une association caritative britannique qu'il produit trois millions de tonnes de bouteilles en plastique chaque année, rapporte le Guardian. Un total de 31 grandes entreprises du secteur de l'agro-alimentaire ont accepté de partager ce chiffre avec la fondation Ellen MacArthur, qui fait le point dans un rapport publié ce jeudi sur leurs efforts pour réduire l'usage du plastique et favoriser le recyclage, dans un contexte d'attention accrue à la protection de l'environnement.

200 000 bouteilles par minute

En s'appuyant sur le chiffre fourni par la Coca-Cola Company, mesuré en 2017, le quotidien britannique estime qu'elle produit 180 milliards de bouteilles en plastique chaque année, soit 200 000 par minute et plus d'un cinquième de la production mondiale.

Parmi les autres grands groupes à avoir joué le jeu de la transparence, Nestlé a indiqué produire 1,7 million de tonne d'emballage plastique par an, Danone 750 000 tonnes, et l'addition des 31 chiffres présents dans le rapport aboutit à 8 millions de tonnes. La majorité des 150 entreprises qui se sont engagées auprès de la fondation britannique à faire des efforts n'ont pas révélé le chiffre de leur production annuelle.

Les engagements des entreprises

La fondation Ellen MacArthur demande aux entreprises de faire leur possible pour respecter trois engagements, explique le Guardian : "éliminer les emballages en plastique inutiles", "innover pour faire en sorte que 100% de ces emballages puissent être réutilisés, recyclés, ou compostés facilement et en toute sécurité d'ici 2025", et "aboutir à une économie circulaire en augmentant de manière significative le volume de plastique réutilisé ou recyclé".
........
https://www.lexpress.fr/actualite/socie ... 67079.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58632
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: le plastique c'est du pétrole ?

Message par energy_isere » 21 août 2019, 15:31

Le fabricant de plastique Indorama va consacrer 1,5 milliards de dollars au recyclage

REUTERS•21/08/2019

La compagnie chimique thaïlandaise Indorama Ventures a déclaré mercredi qu'elle avait réservé une enveloppe de 1,5 milliard de dollars (1,4 milliard d'euros) pour des investissements dans le recyclage.

Ce faisant, le groupe, dont l'activité principale est la production de la résine PET, dit ainsi prendre en compte à la fois la prise de conscience des consommateurs au sujet de l'impact sur l'environnement des plastiques à usage unique et une volonté des autorités de favoriser le recyclage.

La résine PET est un polymère utilisé pour les bouteilles en plastic, dont Indorama a fabriqué près de 5.000 kilotonnes sur les 12 mois au 30 juin.

"Nous investissons un milliard de dollars dans le recyclage sur les cinq prochaines années", a dit à Reuters Aloke Lohia, le directeur général d'Indorama, qui dispose de 11 sites de recyclage à travers le monde, notamment en Thaïlande, au Mexique et en France.

En mars, le Parlement européen a définitivement adopté un projet de directive qui interdira, à partir de 2021, la mise sur le marché de certains objets en plastique à usage unique.

Les bouteilles en plastique devront, quant à elles, être collectées en vue d'un recyclage à hauteur de 77% de leur masse totale en 2025 et à 90% en 2029. Elles devront aussi intégrer 25% de matière recyclée en 2025 et 30% à partir de 2030.

Après 2023, Indorama entend investir 500 millions de dollars supplémentaires pour aider ses clients, dont Coca-Cola, PepsiCo et Nestlé, à atteindre cet objectif de 25%, a poursuivi Aloke Lohia.

"Les infrastructures mondiales pour recycler le PET sont là. Le problème c'est la collecte", a-t-il dit.

Selon le cabinet Wood Mackenzie Chemicals, le taux de collecte de bouteilles PET dans l'Union européenne était de quelque 58% en 2017.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 0f5860ca8f


L' article cite une implantation en France, c'est pas particulièrement connu, parce que c'est en fait au travers d'une boite rachetée en 2011 par Indorama : Wellman International
A Verdun la capacité de recyclage indiquée sur le site est de 27 000 tonnes par an.
Wellman International is Europe’s largest polyethylene terephthalate (PET) recycler, with two flake processing facilities, one in Spijk, The Netherlands and the second in Verdun, France. As Europe’s largest PET recycler, Wellman International has a broad European bottle sourcing network, facilitating maximum supply chain efficiencies. Both the flake production facilities in Spijk and in Verdun serve the fiber production plant in Ireland, which produces a diverse and extensive range of polyester staple fiber products from rPET flakes and is the leading producer of PSF in Europe.
https://www.indoramaventures.com/en/wor ... yclage-sas

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58632
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: le plastique c'est du pétrole ?

Message par energy_isere » 12 sept. 2019, 23:30

Bravo !
Comment Suez relocalise le recyclage des films plastique dans le Maine-et-Loire

MYRTILLE DELAMARCHE Usine Nouvelle 12/09/2019

Suez a inauguré, le 12 septembre à Landemont - Orée d’Anjou (Maine-et-Loire), une troisième ligne de recyclage des films en polyethylène basse densité (PEbd). Des déchets plastiques qui étaient, il y a peu, exportés en Chine.

Moyennant un investissement de 2 millions d’euros et huit embauches, Suez relocalise en France, à Landemont dans le Maine-et-Loire (sur la nouvelle commune Orée d'Anjou), le recyclage de films industriels et commerciaux en granulés plastiques. La nouvelle ligne a été inaugurée le 12 septembre.

Les deux premières lignes du site étaient dévolues au traitement de 55 000 tonnes de bâches agricoles, qui produisent une fois débarrassées de la terre et des pierres qui les polluent quelque 8500 tonnes de granulés de PE translucide et noir qui deviendront des sacs poubelles, gaines d’irrigation, etc.

La troisième ligne, inaugurée ce jour, permet de recycler 6500 tonnes de films industriels et post-commerce (films de palettisation notamment), plus propres, en 5400 tonnes de granulés de PE translucide. Ceux-ci, à plus forte valeur ajoutée, pourront être incorporés dans de nouveaux films et sursaches (suremballages). Elle devrait être suivie par une quatrième, comprenant un pré-tri plus automatisé, d’ici 12 à 18 mois.

UN PROCÉDÉ ÉPROUVÉ SUR LE SITE

Sur les trois lignes, le principe est le même. Les films sont déchiquetés, les lambeaux lavés, rebroyés en flocons puis séchés avant d’être extrudés et filtrés. Ils ressortent sous forme de granulés de PE prêts à être incorporés dans les formulations plastiques. Le site, qui a une vingtaine d'années d'expérience, était tout désigné pour étendre sa gamme.

Reste à convaincre les clients d'acheter ces granulés recyclés. Pour cela, "il faut lever trois freins majeurs: la qualité, le prix et les volumes", détaille Olivier Vilcot, directeur de la division plastiques de Suez. La matière recyclée est destinée à des applications plus haut de gamme que ceux tirés des bâches agricoles. Elle est "50% à 70% moins chère que le PE vierge", ce qui n'est pas toujours le cas sur les matières recyclées dont les structures de coût sont fixes. Quant aux volumes... Olivier Vilcot préfère voir ses clients incorporer d'abord sa matière à faible taux, pour la tester, avant de rehausser la capacité du site qui est aujourd'hui de proche de 20 000 tonnes.

8 EMPLOIS RELOCALISÉS

L’initiative est importante car ce flux de déchets plastiques est longtemps parti en Chine, jusqu’à ce que le pays ferme ses frontières à ces déchets non-lavés. "C'est une opportunité de re-développer de l'activité industrielle en France", affirme Olivier Vilcot. Les effectifs du site de Landemont sont d'ailleurs portés à 40 personnes, avec ces huit nouvelles embauches. Et d'autres devraient suivre à l'ouverture de la quatrième ligne.

Le gisement des films plastiques commerciaux et industriels s’élève à environ 300 000 tonnes par an au niveau national et peu de filières de valorisation sont recensées en France. Suez, qui a spécialisé ses sites de traitement des déchets plastiques par résine, entend servir le marché national et même européen en granulés recyclés.
https://www.usinenouvelle.com/article/c ... re.N883880

Répondre