Croissance de l'économie chinoise

Discussions traitant de l'impact du pic pétrolier sur l'économie.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52569
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Croissance de l'économie chinoise

Message par energy_isere » 31 août 2017, 00:25

La Chine va fermer 6000 mines
Myrtille Delamarche Usine Nouvelle le 30/08/2017

Pékin a annoncé la fermeture de 6000 sites d’extraction de minerai (hors-charbon) pour tenter de réduire de 15% le nombre d’accidents dans le secteur.

Pékin a annoncé, dans un nouveau plan quinquennal, la fermeture d’ici à 2020 de 6000 mines hors-charbon, dans le but de réduire de 15% le nombre d’accidents du travail. Plus de 500 personnes sont décédées en 2015 lors d’accidents dans le secteur minier. Ils étaient plus de 1000 en 2010, notamment dans les quelque 37 000 mines illégales.

Pas les moyens de leur transformation

"Le secteur minier est en pleine transformation, mais certaines mines ne disposent pas des moyens ou des ressources humaines nécessaires pour assurer leur sécurité", a affirmé l’administration de la sûreté au travail dans son plan quinquennal. Les inspections seront également renforcées dans les mines qui resteront en activité. Les petites mines de charbon produisant moins de 90 000 tonnes annuelles font elles aussi l’objet de mesures de fermeture.
http://www.usinenouvelle.com/article/la ... es.N581033

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52569
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Croissance de l'économie chinoise

Message par energy_isere » 01 sept. 2017, 11:21

Le programme de l' avion C-919 avance bien, le second exemplaire va voler au 4ieme trimestre.
En tout pas moins de 7 avions vont servir aux essais avant la mise en service commerciale en 2020.

China's Second Medium Size Passenger Plane (C919) Ready to Fly

SHANGHAI

A second model of C919, the medium size passenger aircraft with which China aims to revolutionize the aviation industry, is ready to carry out test flights, the Commercial Aircraft Corporation of China (COMAC) confirmed with EFE on Thursday.

The aircraft is ready and waiting in Shanghai hangars for its maiden flight which is scheduled to take place in the fourth quarter of the year.

COMAC said the first C919 completed its inaugural flight successfully at the Pudong International Airport on May 5 during which flight conditions, equipment on board and landing gear were all tested.

In the testing of the second model more emphasis will be put on the engine and fuel systems.

The company also added that a total of seven C919 planes will be manufactured and flight tested before starting commercial operations in 2020.

The C919 has been a challenging project for COMAC and China, since it is a narrow-body aircraft – similar to over half the commercial planes currently active worldwide.

It is built to carry between 158-174 passengers, with a range of 4,075-5,555 kilometers (2,532-3452 miles), according to information on the COMAC website.

Equivalent models manufactured by its main rivals and market leaders in the aviation sector are the Boeing 737 (United States), and Airbus A320, headquartered in France.

However, according to experts China can potentially eclipse these companies in a few years with its new models.

Information provided by COMAC in May said that a total of 23 domestic and international clients had placed orders for 570 C919 jets, construction of which is set to begin soon at a rate of 150 planes annually.
http://www.laht.com/article.asp?Article ... ryId=13936

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52569
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Croissance de l'économie chinoise

Message par energy_isere » 20 sept. 2017, 14:35

Comment Airbus s’y prend pour déloger Boeing de Chine

le 20/09/2017

Airbus inaugure à Tianjin un centre d’aménagement cabine dédié à l’A330. En s'installant en Chine, l'avionneur a fini par dépasser Boeing en parts de marché. Le pays profite de cette bataille pour gagner en compétences dans l'industrie aéronautique.

Image
.................
http://www.usinenouvelle.com/article/co ... ne.N587913

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52569
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Croissance de l'économie chinoise

Message par energy_isere » 10 nov. 2017, 18:47

La Chine élargit l’accès des entreprises étrangères à son secteur financier

Par RFI Publié le 10-11-2017

A l’issue de la visite de Donald Trump à Pékin, la Chine a annoncé qu’elle allait ouvrir un peu plus son secteur financier aux entreprises étrangères. Ces dernières pourront devenir majoritaires dans les sociétés financières locales. Washington et Bruxelles ont toujours critiqué les restrictions qui encadrent le secteur financier chinois.

C’est un tournant historique. Les entreprises étrangères auront le droit de posséder jusqu’à 51% du capital des sociétés de courtage, d’assurance vie ou de gestion d'actifs en Chine. Jusqu’à maintenant, la participation maximale était fixée à 49%.

La mesure va entrer en vigueur progressivement, d’ici trois ans. Le secteur bancaire sera également libéralisé. Les investisseurs étrangers pourront devenir majoritaires des banques chinoises, mais les autorités n’ont pas encore donné un calendrier précis.

Ces mesures sont annoncées au terme de la visite de Donald Trump à Pékin. Les autorités chinoises font ainsi un cadeau de départ au président américain. Ce dernier, dès son arrivée à la Maison Blanche, a critiqué le protectionnisme chinois et promis des mesures de représailles. Les restrictions du marché financier en Chine sont également critiquées par l’Union européenne. Bruxelles accuse la Chine de relations déséquilibrées dans ce secteur. Car à l’inverse, les sociétés chinoises multiplient à l'international les acquisitions dans la finance et l'assurance, notamment en Europe.
http://www.rfi.fr/economie/20171110-chi ... -financier

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52569
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Croissance de l'économie chinoise

Message par energy_isere » 18 nov. 2017, 21:02

La Chine, leader mondial des super-ordinateurs

RFI le le 17-11-2017

Que ce soit en termes de nombre ou de puissance, la Chine est la championne incontestée des super-ordinateurs, ces puissantes machines capables de calculer les algorithmes les plus compliqués en un temps record. Les supercalculateurs servent notamment dans la recherche sur le changement climatique, la prospection de nouveaux champs pétroliers ou encore dans le développement des armes nucléaires. Les Etats-Unis ne font que pâle figure à côté des Chinois, désormais numéro 1 en puissance de calcul cumulée.

De notre correspondante à Pékin,
......................
http://www.rfi.fr/asie-pacifique/201711 ... echnologie

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52569
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Croissance de l'économie chinoise

Message par energy_isere » 18 déc. 2017, 19:01

Chine: la lutte contre les cheminées fait tousser l'économie


Par AFP le 18.12.2017

A coup de fermetures d'usines, la Chine intensifie sa vaste campagne antipollution, notamment dans la sidérurgie, au point de susciter des inquiétudes pour le rythme de croissance du géant asiatique.

Nouveau coup de froid sur la production industrielle chinoise: après son vif essoufflement d'octobre, elle a encore ralenti en novembre, à l'heure où s'accélèrent, à l'orée de l'hiver, les arrêts d'usines polluantes dans le nord-est du pays.

Jadis objet de voeux pieux, l'environnement a été érigé par le président Xi Jinping en objectif prioritaire: la puissante et redoutée commission disciplinaire du Parti communiste chinois (PCC) s'associe désormais aux inspections du ministère de l'Environnement, une administration jusqu'alors sans grand pouvoir. De quoi s'assurer la coopération des industriels...

Résultat: un bond des amendes sanctionnant des violations (+130% au premier semestre) et surtout des arrêts de production qui viennent s'ajouter aux coupes déjà drastiques de capacités excédentaires dans l'industrie lourde.

Dans la seule province du Shandong (est), plus de 550 usines chimiques ont été fermées ou arrêtées depuis juillet, selon l'agence Chine nouvelle. Le géant de l'aluminium Hongqiao a dû y sabrer sa production, tout comme l'aciériste Jinan Steel qui a éteint cet été des hauts fourneaux employant 20.000 personnes.

Dans 28 grandes villes du nord-est, les producteurs d'aluminium ont été sommés de réduire de 30% leur offre durant l'hiver.

La campagne vise au premier chef la région réunissant Pékin, Tianjin et la province environnante du Hebei, pour laquelle les autorités ont fixé pour mars 2018 d'ambitieux objectifs de réduction de la pollution atmosphérique. Y sont associées les provinces voisines (Shandong, Hubei et Shanxi), cibles de dizaines d'équipes d'inspection.

"Cela a des ramifications nationales, en raison du poids économique combiné de cette zone qui génère un quart du PIB chinois et joue un rôle prédominant dans les industries lourdes", d'où les perturbations entraînées, observe Julian Evans-Pritchard, du cabinet Capital Economics.

"L'énergique campagne anti-pollution cet hiver devrait ralentir la croissance de la production industrielle d'un point de pourcentage entre octobre et mars", estime l'analyste.

Avec pour conséquence, selon Capital Economics, de retirer près d'un demi-point de croissance au PIB chinois au quatrième trimestre et sur les trois premiers mois de 2018.

- Impact sur la santé -

Le réglage politique entre défense de l'environnement et croissance économique devrait figurer en bonne place des discussions à la conférence économique annuelle du PCC, réunie à huis-clos de lundi à mercredi autour de Xi Jinping, qui surveille comme le lait sur le feu les risques de contestation sociale.

Mais certains experts sont plutôt sereins: "Etant donné que la campagne est concentrée géographiquement, l'impact sur la perspective économique devrait rester limité", indique à l'AFP Betty Wang, analyste d'ANZ, tout en pointant un effet inflationniste: les tensions sur l'offre de métaux et matériaux industriels contribuent à en renchérir le coût.

Les réductions de capacités sidérugiques "contribueront également à améliorer, dans une certaine mesure, les profits des industriels", insiste-t-elle. Certains, comme la maison-mère de Jinan Steel --il s'agit de Shandong Steel--, s'orientent déjà vers une montée en gamme de leur appareil de production.

Grâce à l'envolée des prix de l'acier, devenu plus rare, les bénéfices du secteur métallurgique ont bondi de 118,5% sur la période janvier-septembre, selon des chiffres gouvernementaux.

Enfin, l'impact des restrictions antipollution est tempéré par l'industrie technologique, une demande internationale robuste --dont témoigne l'accélération spectaculaire des exportations en novembre-, ainsi que par la montée en puissance des services --plus de la moitié du PIB. Ils "contribueront à maintenir une croissance stable", prévoit Mme Wang.

A terme, réduire la pollution peut diminuer les coûts de santé publique et encourager la productivité des employés, musclant donc à la marge le PIB, plaide dans une étude récente Brian Viard, professeur à l'institut CKGSB à Pékin.

Les fermetures d'usines peuvent donc avoir "un impact positif" indirect, avait-il indiqué en novembre en marge d'une conférence.

Zhang Yong, vice-président de la puissante agence de planification chinoise (NDRC) avait déjà minimisé mi-octobre les effets délétères pour la croissance de la campagne antipollution, "nécessaire" pour "avoir davantage de ciel bleu".

Certes, cela "pénalise la performance des entreprises visées", avait-il déclaré. "Mais à terme, la construction d'une +civilisation écologique+ dopera notre développement économique".
l'article original avec les photos (de pollution) https://www.sciencesetavenir.fr/nature- ... mie_119257

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52569
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Croissance de l'économie chinoise

Message par energy_isere » 31 déc. 2017, 14:45

Le plus grand port automatisé au monde entre en opération à Shanghai

French.china.org.cn | Mis à jour le 11. 12. 2017

La quatrième tranche du port maritime de Shanghai, qui possède sept mouillages en eau profonde et qui représente le plus haut niveau d’automatisation au monde, a annoncé son entrée en opération à titre d’essai le 10 décembre vers 11h du matin. Ainsi, le port de Shanghai possèdera une capacité générale de transit de 40 millions de conteneurs standards, ce chiffre, équivalent à un dixième de la capacité mondiale, dépasse l’addition des capacités des neuf plus grands ports américains.
http://french.china.org.cn/business/txt ... 7606_2.htm

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52569
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Croissance de l'économie chinoise

Message par energy_isere » 04 janv. 2018, 16:30

La Chine visera encore une croissance d'environ 6,5% en 2018

Reuters le 04/01/2018

La Chine maintiendra cette année son objectif d'une croissance économique d'"environ 6,5%", cherchant à stabiliser son économie tout en réduisant les risques liés à la dette, a appris Reuters auprès de sources politiques.

L'objectif a été entériné par les dirigeants chinois lors de la Conférence centrale de travail économique qui s'est tenue du 18 au 20 décembre et il devrait être dévoilé au Parlement lors de sa session annuelle en mars, ont dit quatre sources.

Pékin a mis en oeuvre ces dernières années des politiques de soutien pour atteindre ses objectifs de croissance, ce qui a eu pour corollaire un endettement massif des entreprises d'Etat et des administrations locales.

L'endettement total du pays représentait au deuxième trimestre 2017 255,9% du produit intérieur brut, selon une estimation de la Banque des règlements internationaux (BRI).

"L'objectif de croissance économique restera autour de 6,5% car ils privilégient la stabilité", a dit une source au fait des débats de la Conférence centrale sur le travail économique, qui réunit chaque fin d'année à huis clos les dirigeants du pays pour faire le point sur les perspectives économiques.
...........
http://www.boursorama.com/actualites/la ... a25a489987

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52569
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Croissance de l'économie chinoise

Message par energy_isere » 28 janv. 2018, 13:22

Chine: Un millier d'entreprises fermées à Pékin d'ici 2020

Reuters le 27/01/2018

Un millier d'entreprises du secteur manufacturier auront fermé d'ici 2020 à Pékin, dans le cadre d'un plan de restructuration économique de la capitale, annonce samedi l'agence de presse officielle Chine nouvelle.

Ces fermetures s'inscrivent dans un plan d'intégration des économies des villes de Pékin et de Tianjin et de la province du Hebei.

D'ici la fin de la décennie, 300 marchés et centres logistiques seront également fermés à Pékin, précise Chine nouvelle, qui s'appuie sur la conférence de presse donnée par le directeur adjoint du bureau de Pékin chargé de superviser l'intégration de la région Pékin-Tianjin-Hebei.

Pékin, qui compte 22 millions d'habitants, s'efforce de juguler sa croissance démographique et de transférer les entreprises et certaines "fonctions non capitales" dans le Hebei pour réduire la pollution.

Cette année, 500 entreprises manufacturières seront fermées dans la capitale, ainsi que 176 marchés et centres logistiques. Plusieurs universités et hôpitaux seront transférés dans des zones péri-urbaines, a précisé Liu Bozheng.
http://www.boursorama.com/actualites/ch ... ade854f539

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52569
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Croissance de l'économie chinoise

Message par energy_isere » 25 févr. 2018, 14:50

La Chine va créer sa Bourse du pétrole

ISABELLE COUET Le 20/02/2018

Des contrats à terme sur le brut cotés en yuan verront le jour en mars. Un moyen pour Pékin d'influencer les prix et d'étendre son influence économique.

La Chine face à l'hégémonie du billet vert. Le deuxième plus gros consommateur de pétrole au monde a annoncé qu'il allait lancer ses propres contrats à terme sur le brut le 26 mars prochain. Ces instruments, qui rivaliseront avec les références du marché libellées en dollars - le Brent et le West Texas Intermediate (WTI) -seront cotés en yuans. Cette cotation marquera l'aboutissement d'un projet vieux d'un quart de siècle. Pékin s'était jusqu'ici heurté à de nombreux obstacles internes, au point de reporter l'inauguration de son marché de l'or noir prévue il y a six ans.

Des contrats à termes accessibles aux étrangers

Les contrats à terme, qui permettent de se protéger des fluctuations des cours, s'échangeront à la Bourse internationale de l'énergie de Shanghai (Shanghai International Energy Exchange) et seront accessibles aux investisseurs étrangers. L'opérateur de marché a indiqué que 149 sociétés de courtage négocieront avec les traders. En revanche, il n'a pas dévoilé le nombre d'investisseurs qui ont fait une demande d'enregistrement, souligne le « South China Morning Post ». Certains analystes jugent que l'activité devrait être soutenue, grâce au spectre très large d'industries et d'entreprises potentiellement interessées.

Beaucoup doutent toutefois que le contrat chinois puisse s'imposer dans le marché du pétrole au niveau mondial. « C'est une première et une petite étape pour la Chine, qui veut davantage influencer les cours de l'or noir. Mais il faudra des années avant que Shanghai puisse se hisser au niveau des indices de références internationaux », juge un analyste de Energy Aspects, interrogé par Bloomberg. « Cette initiative va donner une nouvelle impulsion à la libéralisation du yuan, mais il reste des freins importants, tels que la volatilité et les sorties de capitaux », poursuit le spécialiste.

Premier importateur de pétrole

La stratégie des autorités chinoises est double. En tant que premier importateur net de pétrole brut au monde - ses achats ont encore bondi de 10% en 2017 - le pays veut jouer un rôle plus important dans la fixation du prix. D'une manière générale, Pékin cherche à s'assurer les conditions d'approvisionnement en matières premières les plus favorables possibles, souvent en négociant directement avec les pays producteurs, comme le montre l'exemple du Venezuela . D'autre part, la Chine fait tout pour étendre son influence économique. L'intégration progressive du yuan dans les réserves de changes de plusieurs grandes banques centrales , au détriment du dollar, montre que Pékin marque des points, même si, à l'inverse, Washington cherche à lui barrer la route .
https://www.lesechos.fr/finance-marches ... 155157.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52569
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Croissance de l'économie chinoise

Message par energy_isere » 22 mars 2018, 21:09

La Chine lance son propre contrat sur le pétrole

Publié le 22/03/2018 Infos Reuters par Josephine Mason et Meng Meng

La Chine lancera lundi son propre marché de contrats à terme sur le pétrole, une étape majeure dans ses efforts engagés depuis des années pour peser davantage sur la fixation des cours en concurrençant les deux références mondiales que sont le Brent de la mer du Nord et le brut léger américain.

Cette initiative du premier consommateur mondial de pétrole présente des attraits pour les négociants occidentaux, qui devraient trouver sur le Shanghai International Energy Exchange (INE) une grande liquidité et une opportunité d'arbitrages entre les marchés américain, européen et asiatique.

Les traders habitués à traiter le Brent londonien ou le West Texas Intermediate (WTI) américain risquent toutefois d'être réticents à s'aventurer sur ce marché chinois, au moins dans un premier temps, en raison de la fixation des cours en yuans, d'horaires d'ouverture plus courts, de pratiques de marchés propres à la Chine et de périodes prolongées de fermeture en raison des fêtes chinoises.

"Les règles entourant la méthodologie de trading paraîtront étranges aux maisons de négoce occidentales", prévient John Browning, directeur exécutif de Bands Financial, courtier basé à Hong Kong et intermédiaire étranger homologué sur l'INE.

"Ils vont devoir s'habituer à un ensemble différent de paramètres de trading, notamment sur le calcul de la marge initiale, sur le roulement mensuel, sur les ratios d'annulations d'ordres, etc. Tout est très différent."

UN MARCHÉ TOUJOURS EN RETARD?

Jusqu'à présent, la Chine a autorisé plus de 6.000 comptes d'intervenants, y compris ceux de ses grandes compagnies pétrolières publiques, et environ 150 intermédiaires, parmi lesquels JPMorgan et diverses entités basées à Hong Kong.

Parmi les facteurs auxquels les traders vont devoir s'habituer figure la durée plus courte des séances à Shanghaï, où la journée se déroule en trois temps avec une dernière partie clôturant à 15h00 (07h00 GMT), soit juste avant l'entrée en action de Londres.

Même si une prolongation nocturne est prévue pour étendre la séance jusqu'aux premiers échanges américains, celle-ci prendra fin plus de six heures avant la réouverture à Pékin. Cette situation pourrait contraindre les traders à consacrer leur matinée à rattraper les évolutions des marchés européen et américain au détriment de la fixation d'un cours propre à Shanghaï, préviennent plusieurs traders.

Les intervenants étrangers pourraient aussi être surpris par certaines pratiques chinoises sur les marchés à terme des matières premières, où les investisseurs n'interviennent pas de manière régulière mais choisissent plutôt certains mois pour agir en raison de structures de coûts différentes.

Ce phénomène pourrait compliquer les efforts pour établir des écarts de performance entre Shanghaï, le Brent et le WTI, et donc pour offrir de véritables opportunités d'arbitrage.

APPÉTIT DES PARTICULIERS

"C'est un marché chinois, avec des caractéristiques chinoises", résume Albert Helmig, directeur général du cabinet de conseil Grey House et ancien vice-président du Nymex, marché new-yorkais du pétrole.

L'obligation d'effectuer les transactions en yuans pourrait aussi être perçue comme un facteur de risque en raison de la volonté des autorités chinoises de contrôler les flux de capitaux. Ces dernières n'hésitent pas en outre à intervenir massivement sur les marchés des matières premières quand elles le jugent nécessaire.

La Chine dispose néanmoins du potentiel pour proposer un vaste marché liquide. Ce potentiel est favorisé par l'appétit des investisseurs particuliers pour les énormes marchés chinois de dérivés sur les matières premières, des pommes au minerai de fer.

En 2017, la valeur cumulée des échanges de dérivés sur l'acier à Shanghaï impliquant des investisseurs chinois a atteint 4.400 milliards de dollars. Ce montant est à comparer aux plus de 10.000 milliards de dollars d'échanges mondiaux sur les contrats à terme sur le pétrole, le principal marché des matières premières.

Avec l'appui de ses "majors" pétrolières PetroChina et Sinopec, la Chine pense réussir là où la Bourse de Dubaï a échoué il y a une dizaine d'années dans sa tentative de concurrencer le Brent et le WTI, traités respectivement par Intercontinental Exchange et le Nymex, propriété de CME.

Des analystes croient aussi en ses chances même s'il lui faudra surmonter des réticences initiales.

"Lancer une nouvelle plate-forme d'échanges est une chose énormément complexe, donc si la demande initiale pour le contrat n'est pas très forte, ce n'est pas forcément une mauvaise chose", dit John Browning, de Bands Financial.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... le.N670139

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52569
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Croissance de l'économie chinoise

Message par energy_isere » 27 mars 2018, 22:29

La Chine lance son premier contrat à terme sur le pétrole à Shanghai

Par Claire Fages RFI 27 mars 2018

La Chine est devenue le premier importateur de pétrole au monde l’an dernier, devant les États-Unis. Alors elle s’offre un contrat à terme sur les prix du brut à la Bourse du Shanghai. C’est la première cotation du pétrole en yuan, la monnaie chinoise. Pas évident que ce marché financier prenne de l’ampleur, mais le lancement est plutôt réussi

Pour son premier jour de cotation à Shanghai le pétrole a connu une activité très dynamique. Pas moins de 20 millions de barils « papiers » échangés, c’est ainsi qu’on appelle les contrats financiers qui permettent de spéculer sur les prix du brut, mais avant tout de compenser les risques liés au commerce des « vrais » barils.

Aux petites heures asiatiques, le volume d’échange à Shanghai a dépassé celui de Londres, la Bourse de référence mondiale pour le pétrole.

Glencore, Trafigura, Shell : des risques limités

Les plus gros opérateurs pétroliers occidentaux ont répondu présents à Shanghai. Glencore, Trafigura et Mercuria, les plus grands traders de pétrole, ont joué le jeu, en effectuant des transactions sur ce marché de matières premières chinois, le premier ouvert aux entreprises étrangères n’ayant pas forcément de base en Chine. Du côté des majors, Shell, la compagnie néerlandaise, a selon Reuters conclu un accord avec son client chinois Sinopec, en acceptant d’être payée en barils « papiers ».

« Pour ces grandes sociétés occidentales, le risque est assez limité, estime Philippe Sébille-Lopez, du cabinet Geopolia. Elles fournissent déjà abondamment la Chine en brut. En intervenant sur le nouveau marché financier de Shanghai, elles jouent sur les deux tableaux, le commerce physique avec la Chine, et la spéculation - même si c’est en yuan ». Elles peuvent s’arbitrer en parallèle sur d’autres places en dollars, Londres, New York, Singapour ou Dubaï.

La Chine a en outre bien encadré son contrat pour tordre le cou à la réputation d’instabilité de ses Bourses locales de matières premières. La limite des fluctuations quotidiennes sera de 4 % maximum.

La Chine économise ses dollars


Le succès de ce nouveau marché de Shanghai se mesurera néanmoins à long terme. Il faudra des mois pour savoir s’il draine vraiment les investisseurs, mais même s’il reste modeste il pourrait apporter un peu de transparence au marché pétrolier chinois.

Il permettra surtout à la Chine d’économiser des dollars sur ses dépenses de pétrole. Sept millions de barils importés par jour, payables en billets verts, on approche quotidiennement du demi-milliard de dollars. Des contrats pétroliers en yuan sont donc les bienvenus pour la Chine !
http://www.rfi.fr/emission/20180327-chi ... e-shanghai

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52569
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Croissance de l'économie chinoise

Message par energy_isere » 05 avr. 2018, 21:54

Les contrats pétroliers chinois fragilisent le Brent

Myrtille Delamarche Usine Nouvelle le 04/04/2018

La Chine lance ses propres contrats à terme sur le pétrole. Ces contrats dérivés libellés en renminbi, dont les échanges ont démarré le 26 mars sur le Shanghai International Energy Exchange, affranchissent partiellement Pékin du dollar pour ses achats. Or la Chine est devenue en 2017 le premier importateur de pétrole, devant les États-Unis. à court terme, cette nouvelle cotation du brut menace plus S&P Global Platts, sur les cours duquel s’appuie Saudi Aramco pour vendre en Asie, que les cotations du baril de Brent à Londres et de WTI (West Texas Intermediate) à New York, qui dominent le marché depuis les années 1980.

Elle questionne toutefois un peu plus la suprématie du Brent. Le pétrole de la mer du Nord sert actuellement de référence dans les deux tiers des échanges mondiaux. Deux parties s’accordent sur une prime ou une décote par rapport au cours du Brent, en fonction de la qualité et des conditions de vente du pétrole cédé. Mais la baisse de production en mer du Nord crée un manque de liquidité (volumes échangés) qui facilite les manipulations et donne une importance démesurée aux accidents de production. L’arrêt de l’oléoduc Forties, qui charrie 40% du pétrole de la zone, avait ainsi fait bondir le cours.

Les États-Unis, qui ambitionnent de voir le WTI supplanter son concurrent londonien depuis qu’ils ont levé l’embargo à l’export de leur pétrole et rehaussé leur production, n’avaient pas manqué de le souligner.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... nt.N674869

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52569
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Croissance de l'économie chinoise

Message par energy_isere » 17 avr. 2018, 19:26

Le PIB chinois à +6,8% au 1er trimestre, au-dessus des attentes

Publié le 17/04/2018 Infos Reuters PEKIN

L'économie chinoise a progressé au premier trimestre sur un rythme annuel de 6,8%, d'après les statistiques officielles publiées mardi.


La croissance du PIB chinois, inchangée par rapport au quatrième trimestre 2017, est légèrement supérieure aux attentes des analystes interrogés par Reuters, qui tablaient sur un chiffre de 6,7%.

Elle reste au-dessus des prévisions de l'exécutif chinois, qui prévoit une croissance de l'ordre de 6,5% sur l'ensemble de l'année 2018.

Pour l'Office chinois des statistiques (NSB), la tendance d'un développement stable et modéré va se poursuivre, et ces chiffres montrent que les frictions qui opposent la Chine et les Etats-Unis sur leurs échanges commerciaux ne la modifieront pas.

"La consommation est vraiment forte, il y a une forte croissance des salaires dans les zones urbaines", analyse l'économiste Iris Pang, spécialiste de la Chine chez ING à Hong Kong. "Nous avons sous-estimé la puissance de la consommation en Chine", ajoute-t-elle.

Elle fait également observer que les investissements immobiliers progressent alors que les analystes estiment que le secteur commence à ralentir sous l'effet de la hausse des taux et des mesures prises pour contenir l'inflation.

La progression des investissements immobiliers, un des facteurs clefs du dynamisme de l'économie chinois, a accéléré à 10,4% contre 9,9% sur janvier-février et 9,1% sur la même période de l'année dernière.

Les ventes au détail pour le mois de mars se sont accrues de 10,1% par rapport à mars 2017.

Sur une base trimestrielle, le PIB a gagné 1,4% entre janvier et mars contre 1,6% sur la période octobre-décembre.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... es.N681294

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 52569
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Croissance de l'économie chinoise

Message par energy_isere » 29 juin 2018, 21:00

La Chine ouvre un peu plus son économie aux investissements étrangers

Par RFI Publié le 29-06-2018

Alors que les risques de guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis n'ont jamais été aussi élevés, Pékin fait un geste de bonne volonté en ouvrant davantage son économie aux investissements étrangers. Le nombre de secteurs d'activités protégés est en diminution.

Pour les investisseurs étrangers, s'implanter en Chine relevait jusqu'à récemment du parcours du combattant. Mais depuis le début de l'année, la Chine assouplit les restrictions qui leur étaient imposées.

Ainsi, à partir du 28 juillet, la liste des secteurs où les étrangers ne peuvent librement investir passe de 63 à 48. Plus de limites en ce qui concerne les stations-service, le commerce des céréales, les infrastructures électriques, et assouplissement des contraintes dans l'automobile, l'aéronautique et la construction navale.

Déjà depuis avril dernier, des firmes étrangères peuvent détenir jusqu'à 51% des co-entreprises créées avec des Chinois dans certains domaines financiers et de l'assurance. Ce geste de bonne volonté contraste fortement avec les menaces américaines de limiter les investissements chinois aux États-Unis.

Et cela au moment où les taxes douanières sur des milliards de dollars d'exportations chinoises vers les États-Unis pourraient entrer en vigueur la semaine prochaine, déclenchant une riposte équivalente de la Chine sur les produits américains.
http://www.rfi.fr/asie-pacifique/201806 ... -etrangers

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités