Engrais et fertilisants agricoles.

Discussions traitant de l'impact du pic pétrolier sur l'économie.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

fabinoo

Message par fabinoo » 12 nov. 2006, 19:31

666
Dernière modification par fabinoo le 18 avr. 2007, 12:51, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 18201
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Message par GillesH38 » 12 nov. 2006, 20:48

bien sur, récuperer les excrements des animaux qui mangent les plantes est un cycle fermé ! mais nous faisons partie de ces animaux ....c'est là qu'est la fuite actuellement :-D
"Ce ne sont plus les faits contrôlés, les choses examinées avec soin qui forment la conviction ; c'est la conviction souveraine, irrésistible, qui déforme les faits et les choses." Joseph Reinach, à propos de l'affaire Dreyfus.

Mike.be
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 317
Inscription : 26 mars 2006, 19:30
Localisation : Liège Belgique

Message par Mike.be » 12 nov. 2006, 21:05

L'auteur conclut l'article en envisageant de trouver une autre source d'hydrogène (que le gaz) pour la fabrication d'engrais. Et pourquoi pas la biomasse ?
Cà c'est le sommet de l'entropie . Oh pardon de la connerie :-D
tant qu'on n'aura pas retrouvé un système recyclant pratiquement intégralement la matière organique et les nutriments au lieu de les envoyer eutrophiser les cours d'eau et finalement la mer (ma cabaaane au fond du jaaardin....ou la collecte des toilettes seches ! ) , on est bien obligé d'avoir une source externe d'azote pour compenser les pertes....
Pour cela, nous avons besoin d'un nouveau paradigme, un nouvel état d'équilibre ou une utopie réalisable enfin bref un changement radical dans les comportements.
L'utopie c'est ce qui n'a pas encore été essayé: Théodore Monod
Il ne faut jamais dire jamais... que ce soit pour le pire ou le meilleur

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 8318
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Message par phyvette » 13 nov. 2006, 02:12

Gilles une petite question :
Tu dit que le "cycle fermé" et que la consommation humaine est une perte ?

Dans une optique sans apports fossiles , donc sans tourbe/terreau du commerce, les prélèvement humains dans ce "cycle fermé" , ne peuvent ils pas être composées ?... par:

-de l'engrais vert.
-du composte auto produit.
-du BRF ( bois raméal fragmenté )
-les productions de toilette sèche.
-azote soluble du purin d'ortie.

Et qu'en est il de l'azote atmosphériques ?

Avec comme but un jardins auto-fertiles avec cultures sur buttes.

Cela te semble t'il possible (Scientifiquement) ?

Phyvette

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 18201
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Message par GillesH38 » 13 nov. 2006, 08:46

phyvette a écrit :-de l'engrais vert.
-du composte auto produit.
-du BRF ( bois raméal fragmenté )
-les productions de toilette sèche.
-azote soluble du purin d'ortie.

Et qu'en est il de l'azote atmosphériques ?

Avec comme but un jardins auto-fertiles avec cultures sur buttes.

Cela te semble t'il possible (Scientifiquement) ?

Phyvette
si tu récupères la matière végétale et les toilettes sèches, c'est ce qui boucle le cycle justement. C'est vrai que l'azote atmosphérique est assimilé naturellement par les légumineuses, et donc on peut compenser les pertes (on ne peut pas tout ramener dans les champs ) par l'assolement triennal ou quadriennal. Mais l'agriculture industrielle a été tellement inondé d'azote produit chimiquement à partir d'hydrocarbures (gaz naturel-> hydrogène -> ammoniac + nitrates ) qu'on s'est pratiquement totalement désinteressé du recyclage de l'azote, et on fout tout dans les égouts ou presque.

La seule possibilité de revenir à un cycle stable est la récupération maximale de l'azote organique par tous les moyens que tu rappelles + assolement avec legumineuses pour compenser les pertes toujours inévitables.
"Ce ne sont plus les faits contrôlés, les choses examinées avec soin qui forment la conviction ; c'est la conviction souveraine, irrésistible, qui déforme les faits et les choses." Joseph Reinach, à propos de l'affaire Dreyfus.

Goupil666
Brut léger
Brut léger
Messages : 460
Inscription : 11 juil. 2006, 18:13

Message par Goupil666 » 13 nov. 2006, 10:26

J'ai déjà bien avancé dans le livre "The humanure handbook", j'ai pas terminé, mais comme le fil parle de ça, je profite pour dire que le livre est vraiment bien. Il explique toute la technique pour transformer notre caca en or noir (pas le pétrole, le compost ;-) )
On dirait, voir sur le site, qu'il y a une version française, mais les liens semblent un peu pourris, il faudrait faire quelques recherches.

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 8318
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Message par phyvette » 13 nov. 2006, 13:13

Gilles merci pour ta réponse très claire.

Goupil après quelque recherches infructueuses, rien trouvé sur Joseph Jenkins en français

Sauf un sympathique petit guide du compostage en ligne

Et une collection de photos de toilettes sèches de toutes beauté a vous donnez envie de chier sur le champs.

Phyvette

th
Condensat
Condensat
Messages : 683
Inscription : 18 sept. 2005, 22:54
Localisation : Toulouse

Message par th » 13 nov. 2006, 14:14

Sylvain a écrit :L'Unifa a également publié une étude intéressante sur le marché du gaz et son impact sur la fertilisation. En résumé, le gaz est une matière première fondamentale pour la production d'engrais. Or seulement 6% du gaz consommé en Europe est utilisé pour la fabrication d'engrais. Ainsi, les producteurs d'engrais subissent le marché du gaz, plus qu'ils ne l'influencent. Ils espèrent qu'avec la libéralisation du marché du gaz, ça ira mieux. L'auteur conclut l'article en envisageant de trouver une autre source d'hydrogène (que le gaz) pour la fabrication d'engrais. Et pourquoi pas la biomasse ? :-D
Interessant en effet. On y apprend aussi (page 6) que la production d'une tonne d'azote (dans les fertilisants) necessite environ 900 Kg de petrole.
Si on utilise cet engrais pour faire des bio carburants, l'EREOI serait de 7 (je n'ai pas verifié).

"the greatest shortcoming of the human race is our inability to understand the exponential function"- Bartlett.

Avatar de l’utilisateur
Environnement2100
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2493
Inscription : 18 mai 2006, 23:35
Localisation : Paris
Contact :

Message par Environnement2100 » 13 nov. 2006, 14:29

En simplifiant à l'extrême, considérons que l'engrais industriel azoté est du nitrate d'ammonium (oublions l'urée).
On le fabrique depuis une centaine d'années à partir de :
- gaz ammoniac, lui-même produit à partir de gaz nat, très endothermique
- acide nitrique, lui-même produit à partir de... gaz nat.

Les installations nécessaires exigent elles-même des matériaux à haut contenu énergétique.

Au bilan, le prix du nitrate d'ammonium est constitué de 70 % de méthane, 20 % de charbon et autres hydrocarbures, 10 % autres non-énergie.

On peut donc tout-à-fait dire que le prix de l'engrais azoté est directement indexé sur le prix du gaz. On mesure ainsi à quel point l'agriculture moderne est dépendante de l'industrie des hydrocarbures.

Pour les phosphates, la situation est très nuancée, vu que la fabrication requiert beaucoup moins d'énergie ; c'est sans doute le coût du transport (train et mer) qui est majoritaire ; enfin le potassium est essentiellement du transport.
Trop de mépris entraîne des méprises - Phyvette, ca 2007.

Mike.be
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 317
Inscription : 26 mars 2006, 19:30
Localisation : Liège Belgique

Message par Mike.be » 13 nov. 2006, 18:12

Les cadavres ne sont-ils pas également une source d'azote?
Quand je vois toute l'énergie dépensée par tout le cirque funéraire, je pense qu'on pourrait également récupérer pas mal de chose.
Je pense que des études ont déjà été réalisées sur le sujet.
L'utopie c'est ce qui n'a pas encore été essayé: Théodore Monod
Il ne faut jamais dire jamais... que ce soit pour le pire ou le meilleur

Avatar de l’utilisateur
cicero
Charbon
Charbon
Messages : 260
Inscription : 22 août 2005, 18:34
Localisation : Île de la Tortue

Message par cicero » 16 nov. 2006, 07:14

th a écrit :....Si on utilise cet engrais pour faire des bio carburants, l'EREOI serait de 7 (je n'ai pas verifié).
Et comment! qu'il utilise ces angrais pour faire les «soidisants biocarburants» Il est probablement plus poluant de roulez à l'éthanol qu'a la bonne vielle esscence de pétrole. Si je peux m'exprimer ainsi...

C'est pas pour rien que pour chaque joule de production il en brûle neuf... Et pour la production d'éthanol le gouffre doit se creuse encore avec tout le tripotage requis pour produire (distiller) et distribuer le dit éthanol...
Les peuples heureux n'ont pas d'Histoire.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 70678
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 02 mars 2007, 15:45

Pour ceux qui auraient encore pas capté que les engrais sont fabriqué grace au Gaz !
Yara, le spécialiste finlandais des engrais a trouvé un accord avec le géant gazier russe Gazprom pour être livré en gaz naturel dans son usine du Havre.

Pour Yara, l'accès direct au gaz naturel lui offre une souplesse inégalée à un prix plus compétitif.

Car il faut savoir que la société agrochimique consomme approximativement trois milliards de mètres cubes de gaz naturel par an dans ses usines d'engrais aux Pays Bas, en France et en Italie. De ce fait, Yara reste l'un des plus grands consommateurs industriels de gaz naturel en Europe.

Comme annoncé, Yara ouvrira de nouveau son usine du Havre (la production avait été stoppée en juillet 2006.), avec un démarrage de la production prévue début mars. Elle a pour fonction de transformer le gaz naturel en ammoniaque et en urée, qui sont les composants principaux dans la production des engrais et des produits chimiques azotés.

L'usine a une capacité annuelle de production de 400 000 tonnes d'ammoniaque et de 350 000 tonnes d'urée. Yara possède 47,85 % de l'usine d'urée en partenariat avec Grande Paroisse, une filiale du groupe total.

Enerzine

Avatar de l’utilisateur
Environnement2100
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2493
Inscription : 18 mai 2006, 23:35
Localisation : Paris
Contact :

Message par Environnement2100 » 02 mars 2007, 16:57

Correction de ci-dessus :

"L'usine a une capacité annuelle de production de 400 000 tonnes d'ammoniac"

L'ammoniac est un gaz de formule NH3

L'ammoniaque est une solution de ce gaz dans l'eau, rarement utilisée de nos jours.
Trop de mépris entraîne des méprises - Phyvette, ca 2007.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 70678
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 13 août 2007, 20:14

un des fertilsant agricole : le Phosphate.

il semblerait que cette matiére premiére ai déja vu son pic de production : http://www.energybulletin.net/33164.html dans energybulletin

th
Condensat
Condensat
Messages : 683
Inscription : 18 sept. 2005, 22:54
Localisation : Toulouse

Message par th » 19 août 2007, 22:54

Un papier recent en francais sur le sujet, par l'auteur de l'article dans energybulletin : http://www.caaaq.gouv.qc.ca/userfiles/F ... atrick.pdf

Extrait pour mettre en bouche :
L’agriculture industrielle est hautement dépendante des ressources pétrolière et gazière. L’agriculture est devenue une forte consommatrice d’énergie alors qu’elle était la principale productrice d’énergie avant la révolution industrielle (~1800)8.
- En 1990, la culture industrielle d’un seul hectare en grande culture nécessitait environ 1000 litres de pétrole. La quantité de diesel nécessaire pour la fabrication d’une quantité de Round-up requise pour l’application sur un seul hectare est de 20 litres. La fertilisation azotée d’un hectare de maïs nécessite environ l’énergie équivalente à 200 litres de diesel.
- La production d’une calorie alimentaire nécessite dix calories, principalement sous forme d’énergie de source fossile.
- La production de 40 % de l’azote utilisé par l’agriculture dans le monde nécessite 1% de toute l’énergie consommée, principalement sous forme de gaz naturel. Le reste de l’azote étant fournie par les fumiers et l’azote symbiotique.
- La distance moyenne parcourue par nos aliments est de 2400 km.
- De 1984 à 2005, l’humanité a consommé 50% de tout le pétrole utilisé depuis les débuts de l’humanité (10% de tout le pétrole consommé depuis les débuts de l’humanité l’a été durant le premier mandat de Georges W. Bush. Un autre 10% le sera durant son second mandat)1

...


Un pic mondial de la production de phosphate de roche de qualité commerciale a peut-être été atteint en 1989. L’île de Nauru dans le Pacifique Sud nous offre d’ailleurs un bon exemple de l’épuisement de cette ressource.
[/quote]

"the greatest shortcoming of the human race is our inability to understand the exponential function"- Bartlett.

Répondre