[crise] l'économie UK en difficulté

Discussions traitant de l'impact du pic pétrolier sur l'économie.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

yvesT
Condensat
Condensat
Messages : 651
Inscription : 23 mars 2013, 12:16
Localisation : paris
Contact :

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

Message par yvesT » 21 août 2014, 11:32

Polémique sur les chiffres des réserves dans le référendum sur l’Écosse :
http://www.theguardian.com/business/201 ... l-reserves

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53718
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

Message par energy_isere » 21 août 2014, 21:52

yvesT a écrit :Polémique sur les chiffres des réserves dans le référendum sur l’Écosse :
http://www.theguardian.com/business/201 ... l-reserves
merci bien.

Donc, 15~16.5 milliards de baril ou 24 milliards de barils restant en mer du Nord UK (Ecosse en fait), that is the question !

Et c'est une question qui doit préoccuper les jeunes electeurs car quand ils auront 40 ans ils seront en plein le déclin bien averé de ce pétrole .....
......Revealing himself as an opponent of Scottish independence, Wood said North Sea oil reserves would begin to decline sharply within 15 years, raising questions about the future of the Scottish economy, jobs and its balance of payments if voters backed independence.
......
Based on that 24bboe figure, Salmond and the Yes Scotland independence campaign have repeatedly cited the potential value of Scotland's oil reserves as £1.5tn, a figure dismissed as fanciful by the Treasury and other economists.

Wood said he believed the "best outcome" would be 15 to 16.5bboe left to extract. That is in the mid range of Scottish government predictions, leaving Scotland dependent on shale oil and gas imports from England from 2030 onwards. "The offshore oil and gas industry cannot figure significantly in Scotland's medium-term economic calculations," Wood said.

"Young voters in the referendum will only be in their 40s when they will see the significant rundown in the Scottish offshore oil and gas sector, and the serious implications for our economy, jobs and public services."
......

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5041
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

Message par Raminagrobis » 22 août 2014, 09:14

......Revealing himself as an opponent of Scottish independence, Wood said North Sea oil reserves would begin to decline sharply within 15 years, raising questions about the future of the Scottish economy, jobs and its balance of payments if voters backed independence.
:shock: Ils vivent sur quelles planète ? Le pic de production a été atteind en 1999 :!:
Toujours moins.

yvesT
Condensat
Condensat
Messages : 651
Inscription : 23 mars 2013, 12:16
Localisation : paris
Contact :

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

Message par yvesT » 22 août 2014, 09:34

Raminagrobis a écrit :
:shock: Ils vivent sur quelles planète ? Le pic de production a été atteind en 1999 :!:
Oui, toujours cette manie de raisonner en réserve et de ne jamais regarder les courbes de prod ...

A mon avis un très faible pourcentage des Britanniques a déjà vu cette courbe :

Image

(et pareil pour les Français, mais vu que l'on a rien un peu plus compréhensible ....)

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53718
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

Message par energy_isere » 23 août 2014, 15:00

L'indépendance de l'Ecosse, source "d'incertitude économique" et de "fuite des capitaux"?

22 Aout 2014 La Tribune

Le président du géant bancaire britannique HSBC, Douglas Flint, a prévenu que les incertitudes liées à la politique monétaire pourraient entraîner une "fuite des capitaux" d'Écosse, si cette région se prononçait pour son indépendance au référendum du 18 septembre prochain.

...........
Si les indépendantistes ont proposé que l'Écosse constitue une union monétaire (utilisant la livre, sous la supervision de la Banque d'Angleterre) avec le reste du Royaume-Uni, les dirigeants des partis conservateur, travailliste et libéral-démocrate britanniques dominants à Londres ont, eux, catégoriquement rejeté cette perspective.
..............
http://www.latribune.fr/actualites/econ ... itaux.html

yvesT
Condensat
Condensat
Messages : 651
Inscription : 23 mars 2013, 12:16
Localisation : paris
Contact :

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

Message par yvesT » 26 août 2014, 08:48

La manque d'énergie disponible affecte a production des plateformes en mer du Nord :
UK oil output threatened by platforms running out of juice


* More platform power needed to boost recovery from mature fields

* Producers say sellers offer gas on unhelpful terms

* Loss of hubs will toll death knell for dependent fields

By Claire Milhench

LONDON, Aug 22 (Reuters) - Britain's oil industry is facing the threat of a cascade of North Sea rig closures, unless ageing platforms can urgently source more gas to help squeeze out the remaining barrels.

The potential threat to oil revenues looms as Scotland prepares to vote in September's independence referendum -- a debate in which oil production forecasts have become a political football.

The affected Northern North Sea (NNS) is a very mature part of the basin where producers are trapped in a vicious circle of falling output, rising costs to patch up ageing platforms, and dwindling power supplies.

To lift more oil from these depleted reservoirs, producers need to inject vast quantities of water -- a power intensive process that requires a reliable source of energy, known as fuel gas.

Some platforms are not able to generate enough of their own fuel so have to try and import the shortfall from neighbours, but the overall net position in a key part of the NNS will go negative as early as 2016. This could force the early abandonment of rigs, with the loss of critical platform hubs sounding the death knell for dependent fields.

"We may be near a production efficiency precipice," said Calum McGregor, economics and joint venture manager at Taqa Bratani, speaking at Oil & Gas UK's Aberdeen conference earlier this summer. "Because of the interconnected nature of this area, there is a domino effect that kicks in."

McGregor presented findings from a cross-operator work group he co-chairs which seeks to improve co-operation amongst producers focused on the NNS "Rejuvenation Area". This includes Taqa's Cormorant and BP's Magnus hubs, which will leave the most stranded assets if they shut down early.

The fall in production efficiency means that time is running out. The NNS Rejuvenation Area is now producing at just 7 percent of its peak, compared with 29 percent for the UK Continental Shelf as a whole.

POSSIBLE SOLUTIONS

To arrest this decline, producers need to lay their hands on fresh power supplies. Under government auspices, a Gas Work Group is looking at ways to source, transport and deliver reliable fuel gas. It is due to report back by the end of October.

Possible solutions include installing a power ring main, rationalising power generation equipment, bringing fuel gas in by tanker, sacrificial decommissioning and new pipelines.

"We've got to get this fixed - a very small amount of gas could make a lot of difference to this area," McGregor said. "If you can improve water injection then it delivers a significant incremental uptick in barrels."

Currently, small producers trying to access gas find it difficult because there is not much upside for the seller.

"An individual platform doesn't need large volumes of gas for fuel, especially when you can couple it with your own production, so that means you are immaterial to the operator," said Ian Sharp, chief operating officer at Fairfield Energy, also speaking at the Aberdeen conference.

Producers say the terms on which they are offered gas can be unhelpful. Sellers may offer to make "reasonable endeavours" to supply another platform, but if they fail to deliver, there is no penalty to pay.

"You can't always rely on the gas and power supply, even if you persuade people to sell it to you," one engineer said, speaking on condition of anonymity. "Reasonable endeavours means it could be turned off when they like and even an hour's outage every three weeks can hinder your production."

As output has declined in the NNS, platforms have become increasingly dependent on each other for fuel gas supplies and to spread fixed costs. The leveraging effect of any one party withdrawing is getting bigger as margins are squeezed.

Sharp described a downward "death spiral" where less power leads to lower water injection, so production falls and there is less fuel gas for water injection. Eventually the platform becomes uneconomic and has to cease production.

He added that the Rejuvenation group was now turning to the specifics of creating an effective fuel gas market. "But there's not a lot of time to ensure we have safety in fuel gas supply before we see a downward spiral."

Any solution will require producers and operators to work collaboratively rather than competitively - a sea change from the way the UK basin was developed, but something that is seen as vital to securing the future of the NNS.

"We are all inextricably tied together, we depend on each other. We have no time left to make mistakes," McGregor said. (Editing by William Hardy)
Un exemple concret du EROEI qui diminue et des rendements décroissants ...


Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53718
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

Message par energy_isere » 11 sept. 2014, 10:09

Ecosse : la RBS déplacera son siège en Angleterre si le oui l'emporte

Le Monde | 11.09.2014

La Royal Bank of Scotland (RBS) a prévenu jeudi 11 septembre qu'elle déplacerait son siège social – actuellement à Edimbourg – en Angleterre si l'Ecosse choisissait l'indépendance lors du référendum historique du 18 septembre.

La banque précise dans un communiqué qu'elle conserverait une partie significative de ses activités et de son personnel au nord de la nouvelle frontière. La Lloyds Banking Group, également présente en Ecosse, a fait savoir elle aussi qu'elle prendrait des initiatives de relocalisation en Angleterre si le oui devait l'emporter. La percée des partisans de l'indépendance dans les sondages commence à inquiéter les banquiers et les assureurs écossais dont le gros de la clientèle est britannique.

Ces déclarations sont faites au moment où les dirigeants politiques britanniques multiplient les initiatives pour dissuader les Ecossais d'opter pour la sécession, mettant en avant les conséquences économiques négatives qu'entraînerait selon eux une indépendance de la région.
http://www.lemonde.fr/europe/article/20 ... _3214.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53718
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

Message par energy_isere » 11 sept. 2014, 21:34

L’Ecosse veut profiter de ses réserves pétrolières mais ne pourra le faire sans l’Angleterre

Usine Nouvelle le 11 septembre 2014,

Un "oui" au référendum sur l’indépendance de l’Ecosse permettrait au pays de contrôler jusqu’à 90 % de la production d’hydrocarbures du Royaume-Uni. Mais pour en bénéficier, une Ecosse indépendante aura besoin des ressources de l’Angleterre.

A quelques jours du référendum, qui doit se tenir le 18 septembre prochain, le "oui" à l’indépendance de l’Ecosse est en tête des sondages et cela pour la première fois. Au-delà des considérations politiques, l’enjeu est économique et en particulier au sujet de la répartition de la manne pétrolière. Selon les experts, environ 80% à 90% de la production d’hydrocarbures du Royaume-Uni se situe en en fait dans les eaux territoriales écossaises (97% pour le pétrole et 58% pour le gaz) et le cumul des revenus générés (taxes sur la production pétrolière, impôt sur les sociétés pétrolières et licences accordées pour l’exploration) entre 1980 et 2010 se monte à plus de 146 milliards de livres sterling (données de l’Office for National Statistics), d’où le rôle central qu’occupe la question énergétique lorsqu’on parle d’indépendance.

Les revenus du pétrole et du gaz sont estimés à environ 2% du PIB du Royaume-Uni. Selon les calculs des autorités écossaises, ce chiffre passerait à 12% si le pays devenait indépendant. Les indépendantistes voudraient pouvoir gérer et posséder jusqu'à 90% de « leurs » réserves pétrolières en prenant l'exemple de la Norvège (dont la population est aussi de presque cinq millions d'habitants et qui a économisé l'essentiel de ses revenus pétroliers pour l'investir dans le système de retraite national, aujourd'hui premier fonds souverain européen).

Finance, écologie, infrastructures

D'après le SNP (parti national écossais), si l'on trace une ligne vers l'est à partir de la frontière anglo-écossaise, au nord de Berwick, la répartition des eaux territoriales donnerait à l'Ecosse le contrôle de presque toutes les réserves pétrolières et gazières de la mer du Nord. D'après les calculs indépendantistes, le pétrole de la mer du Nord pourrait générer environ 54 milliards de livres sterling sur les cinq prochaines années (toutes réserves comprises, les revenus potentiels du pétrole de la mer du Nord sont estimés à mille milliards de livres sterling).

Cependant, il convient de rappeler que depuis plusieurs années, le pétrole est de plus en plus difficile à extraire ; sa productivité a fortement baissé depuis 2011. Dans moins de 50 ans, l’Ecosse devrait avoir épuisé ses réserves. Pour optimiser les résultats d'extraction, l'Écosse aura besoin de l'aide (financière, écologique et infrastructurelle) de l’Angleterre. A cela il faut rajouter qu'il y a des licences d'exploitation britanniques à long terme qu'il sera difficile "d'annuler" du jour au lendemain. Si l’Angleterre n’a pas intérêt à perdre les richesses écossaises, les écossais ne peuvent se reposer à long terme sur la seule ressource pétrolière.

Sandrine Cauvin, gérante chez Turgot AM
http://www.usinenouvelle.com/article/l- ... re.N283627

Avatar de l’utilisateur
sherpa421
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2492
Inscription : 28 mars 2012, 16:22

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

Message par sherpa421 » 12 sept. 2014, 15:29

L’Ecosse veut profiter de ses réserves pétrolières mais ne pourra le faire sans l’Angleterre
A priori article intéressant, je me suis dit je vais savoir à sa lecture ce qui empêche l'Ecosse de faire sans l'Angleterre.
Pour optimiser les résultats d'extraction, l'Écosse aura besoin de l'aide (financière, écologique et infrastructurelle) de l’Angleterre.
?? Elle ne pourra pas : parce qu'elle ne pourra pas...
A part qu'on comprends que l'usine nouvelle, presse conservatrice par construction est contre l'indépendance de l'Ecosse, on apprends rien.
La guerre tue.
Moi, j'aime pas le foot.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53718
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

Message par energy_isere » 12 sept. 2014, 20:16

Riche en hydrocarbures, l'Ecosse ne peut pas compter uniquement sur son pétrole pour s'assurer une indépendance prospère vis-à-vis du Royaume-Uni.

10 Sept 2014 Les Echos

En 1995 l’indépendance du Québec fut refusée à 55 000 voix, le Non gagna avec 50.58%. En Catalogne, en 2009 et 2010 des consultations populaires - et donc non officielles ni engageantes - n’attiraient qu’environ un tiers des électeurs qui votaient cependant à 95% en faveur de l’indépendance. En Ecosse, avant le 18 septembre, les sondages peinent à départager les deux parties.

De ces trois régions, deux ont une forte dominante ressources naturelles : le Québec et ses mines, l’Ecosse et ses hydrocarbures. D’aucuns pensent que les taxes tirées de la production ces matières premières sont à elles seules suffisantes pour assurer un confort à l’indépendance. Naturellement c’est inexact.

Du point de vue du pétrolier ou du mineur, un bon gisement trouve toujours un bon financement, mais une belle indépendance doit d’abord tranquilliser sous différents aspects.

L’indépendance de l’Ecosse nécessite d'abord un nouveau tracé de la ligne de démarcation entre les eaux écossaises et anglaises. C’est facile à dire ! La richesse pétrolière sous-marine imposera des négociations qui ne doivent pas durer longtemps. On imagine avec difficulté les deux nouveaux pays s’affronter en mer à la Braveheart ! Enfin là-haut tout en envisageable, d’ailleurs si l’on parle beaucoup du déménagement de la base sous-marine anglaise de Clyde, Fastlane pour les connaisseurs, située en terres écossaises, le titre de propriété de Balmoral deviendra-t-il également une question ?

Du pétrole difficilement exploitable

En Ecosse le peak oil date d’il y a 15 ans : 4.56 millions de barils en 1999 contre 1.45 millions de nos jours. Mais il y aurait encore l’équivalent de 1 200 milliards d’Euro de pétrole et de gaz dans les eaux écossaises. Toutefois, à ce jour, tout n’est pas exploitable pour des raisons aussi bien techniques qu’économiques. Cependant la technique progresse chaque jour et ces progrès abaissent le coût d’exploitation. En outre des découvertes de nouveaux champs d’hydrocarbures sont toujours possibles mais ces dernières éventualités ne doivent raisonnablement pas peser dans le débat.

La fiscalité des hydrocarbures est basse, en Ecosse, comparée à la Norvège. En fonction des prix du pétrole et du gaz, depuis 1998, elle évolue entre des extrêmes de 2% à 8% du PNB écossais et une moyenne à 3.5%. Mais dans le même temps les champs d’hydrocarbures sont moins riches et plus coûteux que par le passé. A l’avenir, ils nécessiteront un prix du pétrole élevé (l’indépendance ne permettra pas d’influencer le prix du pétrole et du gaz) et des coûts d’exploitation contrôlés pour dégager une rentabilité permettant un revenue fiscal susceptible d’alimenter une fonds souverain pour les générations futures.

Environ 200 000 personnes travaillent dans l’industrie pétrolière et gazière. Mais tous ne sont pas écossais. En effet, il n’y a pas de société nationale écossaise à la manière de Statoil en Norvège ou bien Saudi Aramco dans le Golfe. Si la rentabilité le permet, des sociétés étrangères feront le travail, telles que de nombreuses petites sociétés spécialisées dans l’extraction de puits en fin de vie. Mais si les taxes sont trop élevées une société nationale, par exemple Scot-Oil, sera rapidement nécessaire. Il y a sans doute un nouveau modèle économique à inventer

Une nouvelle réglementation pétrolière ?
Une industrie pétrolière nécessite une régulation pointue pour la délivrance des permis, les contrôle, la sécurité… et cette administration semblerait devoir être créée de toute pièce par le nouvel Etat écossais. De nouveau, le temps jouera contre le nouveau pays s’il ne réussit pas le tour de force de construire cette bureaucratie rapidement ex-nihilo.

Du pétrole en terre ne tranquilliseront jamais comme du pétrole déjà en banque. Toutefois si les investisseurs craignent l’absence de réponse positive aux conditions ci-dessus, la diaspora écossaise est suffisamment large, notamment à Londres, pour qu’elle prenne le risque financier d’Edimbourg.

Il est parfois difficile de voter à la fois avec sa raison et ses émotions. Proposer un projet d’indépendance avec l'unique confort des ressources naturelles serait un mirage. Toutefois, « impossible » n’est pas écossais et si les nombreuses conditions techniques, qui restent donc dans le domaine du possible, sont réalisées, avec de la chance nous serons spectateurs d’une aventure réussie à partir du 24 mars 2016.
http://www.lesechos.fr/idees-debats/cer ... 041163.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53718
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

Message par energy_isere » 12 sept. 2014, 20:25

BP et SHELL se prononcent contre l'indépendance de l' Ecosse.
BP, Shell Urge Scotland to Vote against Independence

September 11, 2014

A week to go before the Scottish independence referendum, BP plc and Royal Dutch Shell plc have both come out in support of comments by Scottish oil tycoon Sir Ian Wood that Scotland's voters are being misled by the pro-independence campaign's unrealistic predictions of future oil revenues.

Speaking to the press in Edinburgh Wednesday, Wood warned that a slowdown in production means that North Sea revenues will not exist in 30 years. Wood had previously stated, in late August, that there would be consequences for the oil and gas sector if Scotland were to go independent and that there would be just 15 years before the depletion of North Sea oil reserves began to hit the Scottish economy.

.......
https://www.rigzone.com/news/oil_gas/a/ ... dependence

Avatar de l’utilisateur
SuperCarotte
Condensat
Condensat
Messages : 578
Inscription : 21 oct. 2006, 18:03
Localisation : Aquae Sextiae

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

Message par SuperCarotte » 15 sept. 2014, 18:27

Très bon article sur les répercutions d'un oui au référundum ecossais

Référendum Ecossais
La folie, c’est se comporter de la même manière et s’attendre à un résultat différent. [Albert Einstein]

Avatar de l’utilisateur
sherpa421
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2492
Inscription : 28 mars 2012, 16:22

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

Message par sherpa421 » 16 sept. 2014, 09:44

Bof, pas très intéressant cet article ou on apprends qu'il ne faut pas qu'il y ai de changement si non il y aura des changements.
Pour ce qui es des velléité d'indépendance d'autres régions Européenne, elles sont déjà là avec ou sans l'Ecosse. Il est certain que si l'indépendance de l'Ecosse réussit, ça confortera ce mouvement de fond. Et alors ?
La guerre tue.
Moi, j'aime pas le foot.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53718
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [crise] l'économie UK en difficulté

Message par energy_isere » 19 sept. 2014, 12:07

Les marchés financiers britanniques soulagés après le non écossais
19/09/14 à 09:40 - Investir.fr 0 Commentaire(s)

Après le non à l'indépendance de l'Ecosse, c'est le soulagement sur les marchés. A londres, le Footsie est à la hausse. La livre poursuit son rebond tandis que les taux se tendent.
.......
http://bourse.lesechos.fr/infos-conseil ... 000339.php

Répondre